Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil

Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2016, 329 pages
Colette Zytnicki
p. 177-180
Référence(s) :

Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil, Tours, Presses universitaires François-Rabelais, 2016, 329 pages

Texte intégral

1Depuis plus de cinquante ans, voire plus, se développe en France une littérature où l’exil des Juifs du Maghreb est raconté. C’est à ce courant que s’intéresse Ewa Tartakowsky en proposant non pas une histoire littéraire, mais une analyse sociologique de ce mouvement, de ses auteurs et de son contenu, privilégiant une problématique bien précise : cerner à travers ces textes les effets sociaux de l’exil des Juifs d’Afrique du Nord. L’émigration suscite, on le sait, chez les individus ou dans un groupe donné, tout un ensemble de réactions et de représentations qui vont depuis la nostalgie, le traumatisme, au déracinement, mais aussi au sentiment de libération, autant de thèmes dont les auteurs juifs originaires du Maghreb se sont emparés. Dans ce contexte, Ewa Tartakowsky cherche à cerner les « mécanismes et fonctions sociales » de cette littérature, tant pour le groupe que pour la collectivité d’accueil. Son corpus porte sur la littérature produite en français, écrite essentiellement après l’exil en France, mêlant auteurs connus et reconnus comme Hélène Cixous ou Albert Bensoussan aux plus inconnus, écrivains du dimanche décidés à prendre la plume pour témoigner de leur passé une fois l’âge venu.

2L’ouvrage s’ouvre par un ensemble de réflexions préalables – et bienvenues. Ewa Tartakowsky se justifie d’avoir choisi l’exil et non la diaspora comme notion clé de son étude. Considéré comme « un fait social total », il permet de mettre l’accent sur le mouvement, le déplacement et le déracinement vécus individuellement ou collectivement. Elle reprend également le débat en cours sur l’épineuse question de la littérature juive, préférant à juste titre parler de littérature d’auteurs juifs. Elle inscrit par ailleurs son étude dans la perspective ouverte de Bernard Lahire qui privilégie la notion de « jeu littéraire », mettant l’accent sur la diversité des champs sociaux dans lesquels opère la littérature. Cela suppose de prendre en compte non seulement ce que Bourdieu appelle le champ littéraire, mais aussi les autres champs dans lesquels interviennent les romanciers. Car ceux-ci exercent souvent une autre activité qui leur assure leur niveau de vie. Ainsi Ewa Tartakowsky replace-t-elle cette production littéraire dans ce que les historiens appellent le contexte, ainsi cerne-t-elle sociologiquement le groupe d’auteurs concernés tout en analysant également textes et paratextes. À « fait social total », analyse globale pourrait-on dire. Sort pourtant du champ de l’étude l’analyse de la réception de l’œuvre.

3Ewa Tartakowsky rappelle dans un deuxième chapitre la situation historique des Juifs d’Afrique du Nord et l’évolution d’une « conscience juive », marquée par la guerre des Six Jours et l’importance croissante de la mémoire de la Shoah dans la société globale. Elle situe également la production littéraire née de l’exode des Juifs du Maghreb dans le contexte plus général des littératures postcoloniales, au double sens de ce terme. Ces rappels, bien menés, permettent de situer historiquement la production littéraire envisagée.

4Puis Ewa Tartakowsky se livre à l’analyse sociologique du groupe des auteurs (chapitre 3). S’ils proviennent à peu près tous et sans surprise des classes moyennes ou supérieures éduquées, leur parcours littéraire diffère grandement entre ceux qui publient à compte d’auteur et ceux qui voient s’ouvrir les grandes maisons d’édition. Un graphique – que l’historienne aurait aimé un peu plus commenté – révèle la chronologie du mouvement. Ainsi deux pics sont-ils bien identifiés : celui des années 1980, qui inaugurent l’entrée dans l’ère de la mémoire sur un plan national, et celui des années 2000, le moment où les auteurs occasionnels prennent leur retraite et se préoccupent de transmettre à leurs descendants le souvenir d’un monde perdu.

5C’est bien souvent par le thème de l’exil que les uns et les autres entrent en littérature, qu’ils soient des auteurs confirmés ou non. Ce point est particulièrement intéressant et bien démontré. Il met en évidence l’effet de l’exil sur les consciences individuelles qui, en le traduisant en texte publié, le transforment bien en « fait social ». L’analyse de paratextes (couverture et texte de quatrième de couverture) permet de se placer au cœur du jeu littéraire, entendu comme plus haut. Résultat d’une stratégie issue des maisons éditoriales (avec, plus ou moins, selon les maisons, l’accord de l’auteur/e), les paratextes mettent en évidence le message délivré et disent le public visé. Ainsi, c’est bien souvent le Maghreb qui tient la première place sur les couvertures, explicitement identifié ou symbolisé par l’Orient, et l’exil mis en avant dans les textes de quatrième de couverture. Le message est clair : le public de cette littérature est celui des Juifs issus du Maghreb concernés par le thème de l’exil. Mais ces livres, qui soulignent « l’exotisme » de la judaïcité d’Afrique du Nord, s’insèrent également dans « la littérature des autres » et trouvent un écho hors du monde juif.

6Dans le chapitre suivant, Ewa Tartakowsky s’interroge sur ce que dévoile cette littérature des réalités sociales. Le roman n’est pas un reflet exact du réel, on le sait, mais il le transfigure de multiples manières. Le sentiment de la perte d’un monde et la volonté d’en transmettre la mémoire, individuelle ou collective, passent par deux truchements : un souci folkloriste qui dit l’intime, les gestes des parents disparus à jamais, mais aussi l’histoire. Beaucoup d’auteurs mettent ainsi un point d’honneur à (se) rappeler les gestes et les paroles d’antan, non seulement pour en conserver la trace en eux, mais également – surtout peut-être – pour la léguer aux générations futures. On pourrait ici ajouter que ce souci ethnologique était déjà présent, en tout cas au Maroc, au temps de la colonisation et que nombre d’auteurs juifs ont alors voulu consigner des traditions en train de s’effacer. La revue Hespéris au Maroc en porte témoignage. La volonté de rappeler le temps d’avant passe aussi par l’histoire. Domine en effet chez les auteurs l’idée que le passé des Juifs d’Afrique du Nord n’est pas vraiment écrit, qu’il n’a pas trouvé sa place dans l’historiographie soit des Juifs, soit sur un plan plus global. Le romancier cherche alors à réparer cet oubli en ancrant son récit dans le contexte historique, rappelant des figures tutélaires comme la Kahéna, ou des moments-clés du passé des Juifs maghrébins comme la Seconde Guerre mondiale, la décolonisation, le départ ou l’installation en France. Les auteurs sont ainsi amenés à évoquer avec nuance les rapports intercommunautaires, le plus souvent judéo-musulmans, balançant entre l’évocation d’une proximité culturelle avec le monde arabo-musulman et le constat d’un éloignement, déjà constaté au Maghreb et approfondi en métropole. L’image de la France tient une large place dans cette littérature, oscillant entre une vision merveilleuse et son désenchantement, une fois arrivé sur le sol de la métropole. Ainsi cette littérature se retrouve-t-elle, comme le furent les Juifs au temps de la colonisation, écartelée entre deux polarités, celle du monde ancien judéo-arabe et celle du temps présent, imposée par la domination française puis l’installation dans la métropole.

7Deux thématiques retiennent également Ewa Tartakowsky dans ce chapitre. Elle analyse tout d’abord le rapport des auteurs à la langue, marqué d’ambiguïté, autre topos dans la littérature postcoloniale. Si le français dans lequel ils s’expriment est considéré comme une langue non maternelle, il est en même temps l’idiome obligé pour dire cet exil. Il représente à lui seul le symbole de l’exil, celui d’une culture judéo-arabe tout à fait perdue. Ewa Tartakowsky évoque à ce propos l’attachement à l’hypercorrection linguistique en français de certains auteurs, signe de leur volonté d’intégration dans un monde à la fois familier, mais également extérieur et quelque peu étranger. Enfin, elle fait une place bienvenue aux auteurs femmes. Même si celles-ci sont minoritaires (ne dérogeant en cela en rien à la règle générale), elles tiennent toutefois une place non négligeable dans le corpus considéré. Beaucoup de ces auteures mettent l’accent sur la place des femmes dans les sociétés maghrébines, mères, filles, épouses soumises le plus souvent à un strict patriarcat. Elles soulignent aussi comment, de manière paradoxale, la colonisation et l’installation en France ont pu leur donner le moyen de s’émanciper, par le travail et l’école.

8À quoi peut servir cette littérature, ainsi pourrait-on résumer le dernier chapitre du livre. Sont ici évoquées les fonctions sociales de cette littérature : une fonction mémorielle tout d’abord, qui participe à la construction du groupe et à sa légitimation dans l’espace social collectif ; une fonction historiographique dans un contexte où le passé des ashkénazes prédomine. Ici, selon Ewa Tartakowky, s’affirme la volonté de dire l’histoire d’un groupe minoritaire et de l’inscrire dans le mouvement de l’histoire nationale, faisant donc entrer les Juifs du Maghreb dans le passé collectif du pays. C’est sur cette fonction d’intégration ou plutôt d’adaptation, terme choisi par Ewa Tartakowsky, que se clôt le dernier chapitre. Les auteurs dessinent des trajectoires au sein de la société française, mettant en évidence des stratégies d’accommodement, par exemple. Mais plus fondamentalement, ils exaltent le rôle de passeurs que peuvent représenter les Juifs d’Afrique du Nord porteurs de deux cultures : passeurs entre deux mondes, celui de l’Europe et celui du Maghreb. Ce faisant, ils participent à ce métissage qui est la marque des sociétés postcoloniales.

9Il est difficile de rendre compte avec finesse de ce travail intelligent, sensible aux nuances, tout à fait convaincant, écrit dans une langue souple. On ne peut s’empêcher toutefois de faire quelques remarques.

10On en relèvera ici trois qui sont une manière d’engager un débat. L’historienne tatillonne ne peut s’empêcher de noter que l’éviction des enfants juifs des écoles d’Algérie ne découlait pas du statut des juifs édicté en 1940, mais qu’il était le résultat d’une politique locale, appliquée de manière très zélée par le recteur d’Alger Georges Hardy, par ailleurs spécialiste de l’histoire coloniale. Cette particularité a marqué les esprits et la mémoire des Juifs d’Algérie et aurait certainement pu être creusée (même si une sous-partie lui est consacrée).

11Ewa Tartakowsky replace à très juste titre la littérature des Juifs du Maghreb dans le contexte de la littérature postcoloniale. Elle esquisse des comparaisons notamment avec les écrivains des Caraïbes ou des auteurs anglophones. Mais, de manière très étonnante, elle n’ébauche aucune ouverture sur l’abondante littérature des pieds-noirs. Il y aurait pourtant matière à comparaison : que recouvre, dans ces deux productions, le sentiment d’exil ? Existe-t-il des ponts entre les deux littératures ? Il y a là matière à prolonger l’étude.

12De même, l’historienne pense qu’une approche plus chronologique (qui est amorcée dans le livre) pourrait apporter des éléments d’analyse supplémentaires. La définition que se sont donnée les individus et le groupe a évolué depuis les années 1960. Les travaux de Chantal Bordes-Benayoun ont mis en évidence l’évolution d’une conscience juive maghrébine oscillant entre une identité pied-noire après l’exode et la revendication d’une identité sépharade apparue dans les années 1980. On pourrait aussi être attentif/ve à la manière dont ont été perçus chronologiquement les rapports à la France ou les rapports judéo-arabes, au prisme des grands débats qui ont agité le pays durant toutes ces années. Mais peut-être s’agit-il d’une autre étude… En attendant, ne boudons pas notre plaisir et lisons le livre d’Ewa Tartakowsky.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colette Zytnicki, « Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil », Diasporas, 28 | 2016, 177-180.

Référence électronique

Colette Zytnicki, « Ewa Tartakowsky, Les Juifs et le Maghreb. Fonctions sociales d’une littérature d’exil », Diasporas [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 28 juin 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://diasporas.revues.org/691

Haut de page

Auteur

Colette Zytnicki

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org