Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Lyon à l’italienne. Deux siècles de présence italienne dans l’agglomération lyonnaise

Lyon, Lieux Dits Éditions, 2013, 272 p.
Marie-Claude Blanc-Chaléard
p. 234-236
Référence(s) :

Jean-Luc de Ochandiano. Lyon à l’italienne. Deux siècles de présence italienne dans l’agglomération lyonnaise, Lyon, Lieux Dits Éditions, 2013, 272 p.

Texte intégral

1La publication de Lyon à l’italienne est un événement à saluer à plus d’un titre. Tout d’abord, il s’agit d’un « beau livre », doté de la griffe des éditions Lieux Dits, qui, depuis l’an 2000, se sont fait une place dans le domaine des ouvrages de belle facture, notamment en matière de reproduction photographique au service de l’histoire des lieux. Feuilleter Lyon à l’italienne offre ainsi, par la simple magie de la qualité iconographique et de la mise en page, des émotions visuelles introduisant dans l’intimité des immigrés italiens de Lyon, de leurs familles et de leurs quartiers. Par là, l’immense travail de recherche et la démarche choisie par l’auteur, Jean-Luc de Ochandiano, sont parfaitement valorisés. Historien et aujourd’hui conservateur à la bibliothèque universitaire de Lyon 3, Jean-Luc de Ochandiano est passé de l’histoire des maçons limousins à celle des Italiens, via la ville de Lyon et ses chantiers. Habitué des publications chez Lieux-Dits (cf. Lyon, un chantier limousin : les maçons migrants (1848-1940), réédité en 2011), il fait preuve d’un grand savoir-faire dans l’association des documents visuels et du récit historique. Avec Lyon à l’italienne, il ne propose rien moins que la première grande synthèse sur l’histoire des Italiens dans la région lyonnaise à l’époque contemporaine. De fait, si, grâce à la thèse d’Yves Lequin sur Les ouvriers dans la région lyonnaise (1848-1914), les Italiens de Lyon furent les tout premiers immigrés à émerger dans l’historiographie française (1974), leur devenir dans la capitale des Gaules était jusqu’ici restée dans l’ombre (Videlier). Le livre ne comporte pas de bibliographie et pourtant, Jean-Luc de Ochandiano, s’est livré à un travail de recherche considérable en France et en Italie. L’ensemble des notes réunies en fin de volume en donnent une idée. C’est une véritable mine concernant les sources et les travaux historiques français et italiens, y compris non publiés comme les mémoires de maîtrise ou de master de l’Université de Lyon ou de l’ENS, d’une grande richesse pour l’analyse des filières migratoires. À travers la liste des centres d’archives et instituts de recherche remerciés dans la page liminaire, on notera l’importance donnée aux archives privées et aux récits de vie. Là est le secret de la démarche. À peine suggérée en introduction, cette démarche relève pourtant d’une méthode historiographique très actuelle : il s’agit de construire l’histoire collective des immigrants italiens à partir des filières migratoires et des parcours familiaux, saisis à travers les photos, documents et témoignages, et mis en scène dans l’histoire de l’agglomération en pleine transformation entre Saône et Rhône (p. 7) au cours des xixe et xxsiècles. Pour suivre cette histoire des réseaux, des familles et des lieux, Jean-Luc de Ochandiano propose un déroulé chronologique « classique », en trois temps scandés par les deux guerres mondiales. Les cadres connus de l’histoire des Italiens en France sont rappelés en tant que de besoin, laissant toujours place aux singularités locales.

2La première période couvre tout le xixsiècle de 1815 à 1914. La chronique des métiers de la soie permet de remonter dans la longue durée des relations entre Lyon et l’Italie. C’est au xvisiècle que les Piémontais Etienne Turquet et Bartolomé Naris contribuent à implanter l’industrie dans la région. Dès lors, elle attire les ouvriers spécialistes d’outremonts au point de provoquer au xviiisiècle des mesures anti-émigration de la part du gouvernement du Piémont (p. 45). Le recours à la main-d’œuvre italienne se maintient durablement, et se renouvelle aux xixe et xxsiècles, avec des filières de recrutement féminines, les « ovalistes » (moulineuses) employées dans des ateliers de la Croix-Rousse ou des Brotteaux, ou dans des « usines-couvents » des communes alentour. Dans l’entre-deux-guerres, l’entreprise Gillet de soie artificielle emploie 1 300 ouvriers, dont plus de la moitié d’Italiens, en partie logés dans la cité ouvrière patronale du quartier des Poudrettes à Vaulx-en-Velin (p. 160). On suit également dans cette première séquence le mouvement des mosaïstes frioulans, apportant en France leur art renaissant après 1860 (mosaïques de l’Opéra de Paris) et représentés à Lyon par « la dynastie des Mora », à qui l’on doit les mosaïques de l’église de Saint Martin d’Ainay, et d’autres monuments régionaux. Cette première partie, la plus longue des trois, permet ainsi de définir « les origines du mouvement », en dessinant l’évolution d’une émigration de métiers, métiers d’art et d’artisanat (sculpteurs, étameurs, chapeliers), filières saisonnières et surtout masculines à la migration des prolétaires qui se renforce au gré de l’industrialisation. Les ouvriers de métiers dominent dans le bâtiment où les Italiens, venus notamment de Vercelli, installent l’association de peinture-plâtrerie, alors qu’ailleurs les plâtriers sont plutôt maçons. Au chapitre des premiers « damnés de la terre », on retiendra l’évocation des enfants verriers, à travers des photos poignantes, et la présentation de l’Opéra Bonomelli, dans sa version lyonnaise. L’iconographie illustre la place des Italiens dans le développement des loisirs, du spectacle de rue au cinéma, le développement d’un commerce qu’on dirait aujourd’hui « ethnique ». Le texte souligne, de son côté, la maigre présence des élites, et la faible structuration de la colonie. Même si, peu à peu, on voit apparaître des associations à vocation plus nationale, comme la Società Armonia italiana (p. 98), les solidarités villageoises et familiales jouent le premier rôle, ici comme ailleurs en France. Une place de choix est bien sûr faite au rejet xénophobe de ces premiers temps d’immigration, avec de très beaux documents sur les saccages qui ont suivis l’assassinat de Sadi Carnot le 24 juin 1894. Mais on retiendra avant tout la partie « Vivre à Lyon » qui met en scène la présence italienne dans la ville. C’est, avec le souci des histoires familiales entre « ici et là-bas », l’autre grande qualité de l’ouvrage : le sens des lieux et l’intime cheminement présenté entre la croissance de l’agglomération et l’installation des Italiens. Le seul regret qu’on formulera ici, c’est l’absence de toute cartographie permettant aux non-Lyonnais de suivre ce cheminement, les seules cartes présentées étant des cartes d’époque, voire des plans, dépourvus de toute référence de localisation.

3L’histoire des lieux prend toute sa place dans la seconde partie, « D’une guerre à l’autre ». On voit se presser la masse des nouveaux venus de ce temps de grande immigration vers la France. En 1926, on dénombre plus de 23 000 Transalpins dans l’agglomération. Les Ciociarii talonnent les Piémontais (un grand soin est toujours porté aux raisons d’émigrer dans les régions de départ). Ils sont plus misérables, et leurs familles nombreuses se regroupent vite. L’exil antifasciste augmente la diversification de la colonie. L’ouvrage permet de suivre de beaux parcours individuels et familiaux. Mais les apports les plus neufs du chapitre concernent les questions de l’habitat et de la religion. Les émigrants s’installent dans les banlieues nouvelles. Banlieues incertaines, « aux marges de la ville » comme dans le bidonville de Gerland, banlieues des cités patronales comme la cité Gillet ou la cité Maréchal, banlieues des communes ouvrières en gestation comme Villeurbanne. Nourrie par une superbe mise en images et un ensemble très riche de témoignages, l’histoire de ces communautés en général mêlées malgré une origine souvent dominante est très éloquente. Quant au rôle des structures religieuses, rarement elles ont été aussi bien saisies et décrites. On voit comment interviennent concrètement l’Église française et les congrégations charitables (à Gerland par exemple), la Mission italienne (avec les tensions qu’elle suscite du fait de sa soumission au régime fasciste). Mais surtout, on voit le rôle structurant joué par l’importation des habitudes de culte autour des saints italiens : le San Rocco voulu par les Italiens à l’église de la Sainte-Famille à Villeurbanne, Saint-Antoine de Padoue à Vaulx-en-Velin, etc. Le chapitre se termine par une très vivante évocation des « relations franco-italiennes à l’épreuve de la crise » où une place de choix est réservée à l’accordéon et à la famille Cavagnolo : le grand facteur d’accordéon a en effet choisi Lyon après avoir quitté l’Italie fasciste en 1923. Xénophobie et militantisme se mêlent dans les pages suivantes, introduisant la dernière partie où sont confrontés le mouvement d’hostilité anti-italienne suscité par la Seconde Guerre mondiale et les parcours de résistants.

4À l’instar de recherches moins nombreuses et d’un effacement rapide de la présence transalpine dans la société française, la dernière partie est la plus courte. Elle donne pourtant toutes les clés pour suivre cette dernière étape, « Temps de l’intégration et de la mémoire ». La reprise de l’immigration est illustrée par l’apparition de nouvelles filières, par ONI (office national de l’immigration) interposée ou non. Les Siciliens de Montedoro (région de Caltanisseta) sont ainsi passés du chantier du barrage de Génissiat aux communes de Vaulx-en-Velin et de Décines, où ils constituent une communauté très soudée. Ces méridionaux venus en nombre subissent la crise du logement et s’installent dans un « très grand Lyon ». Mais les photos témoignent de la réalité des mobilités résidentielles (avec un large recours à l’autoconstruction) et professionnelles. On retrouve à Lyon l’histoire commune des Italiens en France pendant les trente glorieuses : entreprises du bâtiment, investissement syndical, voire politique des enfants de l’ancienne génération migrante, effervescence associative des années 1970 et 1980, mais vite érodée par le vieillissement. Pour finir, même à l’époque du revival mémoriel, la visibilité reste faible. Remarquant que les jumelages entre communes de l’agglomération et communes italiennes n’ont en général rien à voir avec l’histoire migratoire, Jean-Luc de Ochandiano parle d’« un phénomène mémoriel en mode mineur ». Il vient en tout cas par cet ouvrage, qui sera suivi de plusieurs manifestations locales, de rappeler de façon vigoureuse et magistrale l’histoire italienne de la région lyonnaise.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Claude Blanc-Chaléard, « Lyon à l’italienne. Deux siècles de présence italienne dans l’agglomération lyonnaise », Diasporas, 23-24 | 2014, 234-236.

Référence électronique

Marie-Claude Blanc-Chaléard, « Lyon à l’italienne. Deux siècles de présence italienne dans l’agglomération lyonnaise », Diasporas [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/327

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org