Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

Pour une histoire européenne de l’exil et de l’asile politiques au xixe siècle : le programme de recherche AsileuropeXIX

Delphine Diaz
p. 163-173

Texte intégral

1L’Europe du xixe siècle a vu l’institutionnalisation de l’exil comme forme de mobilisation et d’engagement politique, aussi bien parmi les membres de « l’internationale libérale » qui s’est constituée et s’est renforcée après le congrès de Vienne que parmi ceux de « l’internationale blanche » contre-révolutionnaire. Afin de cerner au plus près cette mutation, le projet de recherche AsileuropeXIX, accueilli par l’université de Reims Champagne-Ardenne et financé par l’Agence nationale de la recherche, se concentre sur le premier versant du siècle, période décisive pour la définition progressive de l’exil et de l’asile politiques, mais aussi pour la mise au point de dispositifs d’accueil destinés aux victimes étrangères d’une répression.

  • 1 Pour reprendre la formule de Quentin Deluermoz, Le crépuscule des révolutions, Paris, Le Seuil, 201 (...)

2Après le Congrès de Vienne, l’augmentation du nombre d’opposants chassés de leur pays pour des motifs politiques a induit de profondes transformations des politiques migratoires adoptées en Europe de l’Ouest. Le terrain d’enquête retenu pour analyser l’exil et l’asile sous un tel angle intègre les principaux pays européens qui ont accueilli des exilés politiques entre le congrès de Vienne et le « crépuscule des révolutions1 » que connaît l’Europe des années 1870 : la France jusqu’au coup d’État du 2 décembre 1851, mais aussi la Grande-Bretagne, qui n’a en pratique opposé aucun obstacle à l’accueil d’exilés sur son territoire entre 1826 et 1905, la Belgique après son indépendance, la Suisse, le royaume de Piémont-Sardaigne entre 1848 et l’unification italienne, et enfin, à certains épisodes circonscrits de son histoire, l’Espagne.

  • 2 Carlo Cattaneo, Ugo Foscolo e l’Italia, Milan, Politecnico, 1861, p. 34.

3Dans l’Europe de Vienne, l’exil a été alimenté par la répression d’insurrections libérales et radicales (insurrections italiennes du début des années 1820 et du début des années 1830, insurrections polonaises de 1830-1831, 1846 et 1863, Communes du début des années 1870), mais aussi par les guerres d’indépendance et les guerres civiles (guerre d’indépendance grecque dans les années 1820, ou encore guerres carlistes espagnoles entre 1833-1839 et 1872-1876). Dans un tel contexte, saisir l’objet « exil » soulève plusieurs problèmes méthodologiques majeurs. Tout au long du siècle, l’exil n’a guère été défini juridiquement par les États d’accueil, bien que dans l’Italie réunifiée, le Lombard Carlo Cattaneo ait pu le décrire comme étant devenu une véritable « institution2 ». En l’absence d’une définition juridique de l’exil ou du refuge, et d’une quelconque reconnaissance d’un devoir d’asile par les États européens au cours du xixe siècle, il s’agit d’éclairer la façon dont ces derniers ont peu à peu cherché à délimiter la population étrangère que formaient les exilés, en élaborant pour eux des politiques et des pratiques administratives spécifiques. Ainsi, le projet de recherche AsileuropeXIX consiste en une étude comparative et transnationale des dispositifs de sélection et de réception mis en œuvre dans ces États pour recevoir les exilés politiques. On peut s’interroger sur les pays précurseurs du point de vue de l’accueil des exilés politiques en Europe : est-ce que les décalages dans le temps que l’on peut observer entre les pays d’asile sont à mettre au compte d’une inégale construction de l’appareil étatique et administratif, ou encore de facteurs idéologiques, culturels et même religieux ? Comment les exilés eux-mêmes ont-ils pu influencer le cours de ces politiques ou dispositifs d’accueil grâce à leur mobilisation ? Quelles ont été les réactions et initiatives observées au sein de la société civile pour recevoir les exilés et réfugiés politiques, ou, au contraire, pour dénoncer leur présence ? Telles sont les questions auxquelles ce projet collectif s’emploie à répondre, en mettant en œuvre des outils d’analyse quantitative et qualitative.

  • 3 Alessandro Galante Garrone, « L’emigrazione politica italiana del Risorgimento », Rassegna storica (...)
  • 4 Marc Vuilleumier, Immigrés et réfugiés en Suisse : aperçu historique, Zurich, Pro Helvetia, 1987, t (...)
  • 5 Gérard Noiriel, La tyrannie du national. Le droit d’asile en Europe (1793-1993), Paris, Calmann-Lév (...)
  • 6 Id., Réfugiés et sans-papiers. La République face au droit d’asile, xixe-xxe siècles (1998), Paris, (...)
  • 7 Franck Caestecker, Alien Policy in Belgium, 1840-1940 : The Creation of Guest Workers, Refugees and (...)
  • 8 Ibid., p. 5.
  • 9 Ibid., p. 9 et suivantes.

4Avant même de présenter les axes scientifiques qui structurent le projet AsileuropeXIX, ce sont les soubassements historiographiques sur lesquels celui-ci repose qui doivent être éclairés. L’histoire de l’exil et de l’asile politiques dans l’Europe du xixe siècle a assurément fait l’objet de profonds renouvellements depuis plus de trente ans. Si cet objet a tôt retenu l’intérêt des historiens du politique – que l’on pense par exemple, du côté italien, à un article précurseur d’Alessandro Galante Garrone sur les exilés du Risorgimento, paru en 19543 –, c’est essentiellement à compter de la fin des années 1970 et du début des années 1980 que l’exil est apparu non seulement comme la conséquence de phénomènes de répression, mais aussi comme un authentique mode de mobilisation politique dans l’Europe issue du congrès de Vienne. Au sein des différents pays étudiés, chaque historiographie nationale a mené sa propre enquête sur ce thème, en adoptant d’abord une approche politique et en centrant la focale sur l’attitude des pouvoirs publics face à l’exil étranger, appréhendée grâce à des sources parlementaires, administratives, policières ou encore diplomatiques. En 1979, Bernard Porter a ainsi consacré un ouvrage à la question des réfugiés en Grande-Bretagne. Il s’est, d’une part, penché sur son cadre législatif, très libéral en matière d’asile : l’historien britannique a montré que l’abrogation de l’Aliens act en 1826 a eu pour conséquence une liberté d’établissement totale pour les exilés européens entre cette date et 1905, malgré l’adoption en 1848 pour une durée de deux ans d’un Alien Bill plus répressif, jamais appliqué à l’encontre des étrangers en Grande-Bretagne. D’autre part, l’ouvrage s’intéressait à la situation même des réfugiés à Londres : Bernard Porter y décrivait la diversité de leurs provenances et de leurs options idéologiques. Peu de temps après cette publication, une autre terre d’asile européenne a fait l’objet d’investigations sur les conditions d’accueil réservées aux exilés au xixe siècle : en 1987, Marc Vuilleumier, historien du mouvement ouvrier, a réévalué la place de l’immigration étrangère dans la Suisse contemporaine, ce qui l’a amené à élaborer une typologie des exilés venus s’installer dans la Confédération et à ébaucher la cartographie des cantons les plus concernés par ces fonctions d’asile4. Du côté français, l’intérêt pour les exilés politiques s’est affirmé parallèlement au développement des études sur l’immigration étrangère, qui ont pris leur essor à partir des années 1980. Gérard Noiriel a le premier affronté la question, dans son livre paru en 1991 et intitulé La tyrannie du national. Le droit d’asile en Europe (1793-1993)5, remanié sept ans plus tard sous le titre Réfugiés et sans-papiers. La République face au droit d’asile, xixe-xxe siècles6. En s’employant à montrer comment la France s’était débattue entre la reconnaissance des droits de l’homme – dont, au premier chef, le droit d’asile – et la protection de ses intérêts nationaux dans un contexte européen, l’auteur se penchait aussi sur les relations nouées par l’État et l’administration avec les étrangers venus trouver refuge en France pour des motifs politiques. Une telle approche n’est pas restée sans échos. En 2000, Franck Caestecker étudiait quant à lui la naissance d’une politique d’accueil des étrangers en Belgique7. Son ouvrage démontrait que le nouvel État belge, encore en lutte pour la reconnaissance de son indépendance tout au long des années 1830, avait rapidement saisi l’ampleur des risques que représentait l’accueil d’exilés, perçus comme des « acteurs politiques par excellence pouvant mettre en péril l’équilibre diplomatique précaire8 » grâce auquel la monarchie existait. Franck Caestecker éclairait la sévérité nouvelle induite par la première loi belge relative aux étrangers, adoptée en septembre 18359.

  • 10 Ester De Fort, « Esuli in Piemonte nel Risorgimento. Riflessioni su di una fonte », Rivista storica (...)
  • 11 Si l’on excepte l’article publié par Manuel Morán, « La cuestión de los refugiados extranjeros. Pol (...)
  • 12 Au sein de cette vaste littérature, nous nous bornerons à citer les titres suivants : Rafael Sánche (...)

5L’Europe du Nord et de l’Ouest n’est néanmoins pas la seule à avoir été concernée par l’accueil d’exilés politiques. En Europe méridionale, le royaume de Piémont-Sardaigne a donné asile à des Italiens venus du reste de la péninsule après l’échec des révolutions de 1848-1849, mais aussi à nombre de Hongrois et de Français chassés par les événements de la Seconde République, comme l’a montré un article d’Ester De Fort10. Quant à l’Espagne, qui a pourtant accueilli de nombreux Italiens sous le Triennat libéral (1820-1823), puis des proscrits français dans les années 1850 et durant le Sexenio democrático, son rôle de terre d’asile n’a pas encore fait l’objet d’une telle réévaluation11. En contrepartie, l’historiographie espagnole la plus récente s’est attachée à décrire et à expliquer un phénomène bien plus massif, celui des départs collectifs et contraints d’Espagnols tout au long du xixe siècle12, plutôt que celui, quantitativement moins important, de l’accueil d’étrangers pour motifs politiques en Espagne.

  • 13 Catherine Brice, « Confiscations et séquestres des biens des exilés politiques dans les États itali (...)
  • 14 Sur le décloisonnement de l’étude des exilés et des « immigrés », cf. José C. Moya, Cousins and Str (...)

6Ces approches avant tout nationales des dispositifs et politiques migratoires dans l’Europe du xixe siècle ne sont néanmoins pas demeurées totalement hermétiques les unes aux autres. Dans tous les ouvrages précédemment cités, la perspective est restée inspirée par une démarche d’histoire politique, visant à étudier les positions définies par les pouvoirs publics et les relations entretenues par ceux-ci avec les groupes d’exilés. C’est en adoptant un tout autre regard sur l’exil que plusieurs historiens ont récemment rouvert le dossier. L’histoire culturelle du politique a contribué à déplacer la focale depuis l’étude des politiques migratoires vers l’analyse des représentations de l’exil et de l’exilé. Dans son travail sur les libéraux italiens du Risorgimento, Maurizio Isabella a défendu une thèse selon laquelle les élites intellectuelles italiennes condamnées ou poussées à l’exil avaient aidé à forger l’identité nationale depuis l’étranger. Il a dégagé l’existence d’un « paradoxe du Risorgimento », en vertu duquel l’expatriation loin de la mère patrie était devenue au xixe siècle une forme suprême d’attachement à celle-ci. En s’éloignant davantage des rivages d’une histoire purement politique ou intellectuelle, certains historiens ont appliqué une grille de lecture tout à la fois juridique et économique aux phénomènes connexes de l’exil et de l’asile. Catherine Brice13, qui s’est intéressée aux statuts juridiques des proscrits italiens, a mis en lumière les conséquences financières et patrimoniales des confiscations et mises sous séquestre de leurs biens. L’approche économique de l’exil a conduit à souligner le caractère poreux des frontières tracées entre les groupes d’exilés politiques et les autres étrangers amenés à s’expatrier pour des motifs professionnels, familiaux ou encore militaires14.

  • 15 Akira Iriye et Pierre-Yves Saunier, « Introduction », dans Akira Iriye et Pierre-Yves Saunier (dir. (...)
  • 16 Sabine Freitag (ed.), Exiles from European Revolutions. Refugees in Mid-Victorian England, New York (...)
  • 17 Sylvie Aprile, Le siècle des exilés : bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Édition (...)
  • 18 On s’inspirera des travaux menés par Laurent Dornel sur la naissance de la xénophobie dans la Franc (...)

7Si l’exil a donné lieu à de nouvelles investigations, c’est aussi que cet objet de recherches, pourtant initialement appréhendé au sein de cadres nationaux et internationaux, a constitué un laboratoire de premier ordre pour les historiens qui ont cherché à répondre aux défis du « tournant transnational ». Les exilés du xixe siècle peuvent apparaître par excellence comme ces « protagonistes souvent laissés à la périphérie des cadres nationaux et comparatifs15 ». Ainsi, un ouvrage collectif sur l’exil de 1848, dirigé en 2003 par Sabine Freitag, s’est employé à retracer les parcours collectifs d’exilés du « printemps des peuples » à travers différents pays d’accueil – essentiellement la Grande-Bretagne, la France et la Suisse – et à mieux saisir la nature des contacts tissés entre réfugiés et sociétés d’accueil16. L’approche transnationale a également inspiré les travaux de Sylvie Aprile sur les exilés et proscrits français au xixe siècle, qu’elle a cherché à « suiv[re] […] dans tous les lieux d’accueil et de séjour, en tentant de recomposer leurs choix, les contraintes posées par les pays d’accueil, leur mobilité et leur circulation depuis leur départ17 ». Dans sa thèse sur l’exil libéral espagnol dispersé à travers l’Europe et le monde, c’est une démarche similaire qu’a voulu suivre Juan Luis Simal, en étudiant les itinéraires de ces hommes ainsi que les traitements dont ils ont fait l’objet dans les pays qui leur ont ouvert leurs portes entre 1814 et 1834. Ces ouvrages ont donc posé d’importants jalons qui permettent d’écrire une histoire véritablement européenne des politiques migratoires face à l’exil. Néanmoins, l’accueil des exilés et réfugiés politiques est resté essentiellement étudié vu d’en haut, à partir du regard porté sur ces derniers par les gouvernements et les administrations des pays d’asile. Demeure encore à écrire une histoire « par le bas », qui permettrait de mieux comprendre, à l’échelle européenne, les liens qui se sont tissés entre les exilés et la société civile, en envisageant les phénomènes de solidarité ou au contraire les réactions de rejet dont ces étrangers ont pu faire l’objet18.

  • 19 Cf. Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du (...)
  • 20 Cf. la présentation sur le site Internet du logiciel : http://www.lexi-co.com

8Dans cette perspective, le projet AsileuropeXIX poursuit quatre objectifs scientifiques essentiels qui permettent d’analyser les transformations du contrôle migratoire dans l’Europe du xixe siècle. Envisager l’accueil d’exilés politiques de ce point de vue implique d’abord d’analyser le lexique employé pour désigner ces étrangers d’un genre particulier. En France, par exemple, tandis que le terme « exilé » était essentiellement utilisé dans le vocabulaire politique et artistique pour insister sur la dimension héroïque de cette figure, le « réfugié », peu à peu employé comme un substantif, relevait avant tout du lexique administratif19. Du côté britannique, en revanche, les questions lexicales se posaient sous un tout autre angle puisque refugee est un substantif usité dès la fin du xviie siècle, depuis l’épisode du refuge protestant provoqué par la révocation de l’édit de Nantes par Louis XIV. Un tel travail sur le vocabulaire européen de l’exil, sous-tendu par l’hypothèse selon laquelle les statuts des exilés ne sauraient être saisis sans une prise en compte des termes par lesquels ils étaient alors désignés, s’appuiera sur un large corpus de sources : encyclopédies, dictionnaires administratifs, recueils de circulaires, mais aussi littérature grise administrative. Si l’approche du lexique sera européenne, le projet prévoit plus spécifiquement une étude lexicométrique de trois corpus nationaux – français, belge et suisse – de circulaires administratives portant sur les exilés et réfugiés politiques. On conjuguera à l’examen des circulaires l’analyse de dictionnaires administratifs et de codes juridiques, qui seront eux aussi interrogés grâce au logiciel Lexico320. À l’aide de ce travail préparatoire, l’équipe s’attachera à élaborer un lexique européen de l’exil et de l’asile au xixe siècle, qui permettra de confronter les différents sens des expressions employées à l’époque dans les pays pour qualifier les exilés, mais également pour désigner les pratiques administratives et judiciaires mises en œuvre par les États d’accueil à leur égard. En effet, même dans la langue française, des expressions aussi régulièrement employées dans les sources que « dépôt de réfugiés », « assignation à résidence » « expulsion », « éloignement » n’avaient pas exactement la même signification dans les pays francophones dont il sera question dans le cadre de ce projet (France, Belgique, Suisse).

  • 21 John Torpey, The Invention of the Passport. Surveillance, Citizenship and the State, Cambridge-New (...)
  • 22 Gérard Noiriel, « Représentations nationales et catégories sociales. L’exemple des réfugiés politiq (...)
  • 23 Émile-Victor Foucart, Précis de droit public et administratif, Paris, Videcoq, 1844, p. 58 : « Aucu (...)

9Un second pan des recherches concernant l’accueil réservé aux exilés et réfugiés étrangers dans les pays d’Europe occidentale porte sur les dispositifs de contrôle administratif et sanitaire aux frontières, au moment de l’arrivée de ces étrangers, au terme d’un voyage d’exil qu’ils effectuaient à pied, par bateau ou par chemin de fer à partir du milieu des années 1840. Il s’agit d’interroger le contrôle des exilés par le biais de l’instrument de surveillance par excellence qu’était le passeport21, qui permettait une forme d’identification, certes élémentaire et souvent déficiente, des individus, ou même des familles puisque le passeport pouvait inscrire femmes et enfants. Au cours du premier xixe siècle, les exilés politiques ne parvenaient pas dans les pays d’asile systématiquement dépourvus de passeports ou de documents attestant leur identité22. Néanmoins, l’absence de détention d’un passeport en règle est peu à peu devenue un élément majeur dans la définition du réfugié23. La position suivie par les administrations européennes à cet égard peut être examinée à travers les fonds diplomatiques et policiers, mais une attention doit également être prêtée à l’échelon local pour mettre au jour la liberté d’adaptation des principes définis dans les capitales, que ce soit dans les villes, départements ou provinces frontières ou dans les espaces coloniaux, laboratoires des politiques migratoires adoptées dans les métropoles. Les espaces frontaliers choisis pour analyser ces adaptations locales incluent ainsi, du côté français, le département des Bouches-du-Rhône, qui comptait le premier port français du xixe siècle, Marseille, le département du Bas-Rhin, lieu de franchissement des frontières pour les exilés allemands et polonais sous la monarchie de Juillet et la seconde République, mais aussi deux autres départements comprenant des frontières terrestres (Pyrénées-Atlantiques, anciennement Basses-Pyrénées ; département du Nord). Du côté espagnol, l’exploitation des fonds de l’Archivo municipal de Tarragone permet d’envisager l’arrivée sur la côte du Levant des exilés italiens dans les années 1820.

10Outre les fonds administratifs locaux qui donnent des clés sur l’application des politiques nationales, les sources produites par les exilés eux-mêmes sur le moment du passage des frontières et sur la symbolique du franchissement – mémoires, correspondances et autobiographies – offrent un aperçu de leurs propres perceptions et représentations du contrôle aux frontières. C’est enfin la production iconographique de l’époque qui doit être interrogée dans cette perspective, comme l’attestent les nombreuses lithographies qui, après les révolutions de 1830, ont mis en lumière le moment de la traversée des frontières par les exilés, comme celles réalisées par le Belge Jean-Baptiste Madou (1796-1877) sur les réfugiés polonais de la « Grande Émigration », étudiées par Idesbald Goddeeris.

  • 24 Philippe Rygiel a montré que jamais avant 1914 l’Institut de droit international, « en tant qu’inst (...)
  • 25 Il faut mettre à part le cas de la Grande-Bretagne où la New Poor Law de 1834 a généralisé l’assist (...)
  • 26 Accueillis à partir de 1787 en France, les « patriotes » hollandais ont en effet reçu des secours r (...)
  • 27 Si l’exil constituait un phénomène essentiellement masculin, femmes et enfants pouvaient accompagne (...)
  • 28 Thomas Busset, « La politique du refuge en Suisse, 1820-1870, réalité et mythe », Études et sources(...)
  • 29 Klaus Bade, L’Europe en mouvement, Paris, Le Seuil, 2002, p. 250.

11Si l’on ne peut guère parler de « politiques d’asile » au sens propre pour qualifier les mesures alors adoptées en Europe pour recevoir les exilés, étant donné l’absence de définition internationale et juridique de l’exil ou de l’asile24, ces dispositifs souvent tâtonnants, qui s’influençaient les uns les autres, peuvent assurément être analysés selon une démarche comparative et transnationale. Se pose d’abord la question de savoir si ces pays d’accueil choisissaient ou non de secourir financièrement ces étrangers, choix d’autant plus crucial que l’assistance publique à l’égard des nationaux n’était guère développée à l’époque25. En France, si la politique d’attribution de secours aux réfugiés n’est pas née au xixe siècle26, elle a connu un moment d’affirmation à la fin du Premier Empire, en direction des exilés « joséphins » conduits à se retirer de la péninsule Ibérique après la défaite napoléonienne. Cette politique s’est généralisée sous la monarchie de Juillet : ainsi, plus de 20 millions de francs ont été attribués aux « étrangers réfugiés » dans les années 1830. Une telle assistance financière prévoyait la définition régulière de « tarifs de secours » par le ministère de l’Intérieur, distinguant différents montants de secours mensuels en fonction du statut social ou du grade militaire, mais aussi du statut familial, car le fait d’être accompagné de femmes et d’enfants donnait lieu à d’importantes majorations27. En revanche, un autre grand pays d’accueil comme la Suisse ne mettait pas en œuvre de politique d’assistance systématique à l’égard des réfugiés accueillis. Des secours ont certes été attribués à des moments particuliers d’urgence, comme au début des années 1830 dans le canton de Berne28, ou encore à l’été 1848, après l’échec de l’insurrection badoise qui a précipité 9 000 hommes vers la Confédération helvétique, répartis dans les cantons et aidés par l’octroi de 15 rappen (centimes suisses) par jour29. Enfin, en Grande-Bretagne, l’accueil libéral des exilés politiques sur le sol britannique ne s’est pas accompagné de l’attribution de secours réguliers, ce qui explique en partie les réticences des exilés à gagner l’Angleterre, malgré l’absence d’obstacle opposé à l’entrée sur le sol britannique.

Fig. 1 : Jean-Baptiste Madou, Le passage des Polonais par l’Allemagne, s. d., lithographie (16,6 x 24 cm), Bibliothèque nationale de France.

Fig. 1 : Jean-Baptiste Madou, Le passage des Polonais par l’Allemagne, s. d., lithographie (16,6 x 24 cm), Bibliothèque nationale de France.
  • 30 Idesbald Goddeeris, La Grande Émigration polonaise en Belgique (1831-1870). Élites et masses en exi (...)
  • 31 Sylvie Aprile, Le siècle des exilés…, op. cit., p. 152.

12Souvent corollaire du soutien pécuniaire octroyé aux réfugiés, les politiques de regroupement géographique utilisées à l’égard de ces étrangers méritent également d’être interrogées. Ainsi, la Belgique s’est inspirée en 1833 du modèle du « dépôt de réfugiés », consacré par la première loi française d’avril 1832 relative aux « étrangers réfugiés30 ». Ces mesures de contention ont pu faire l’objet de critiques ou même d’attaques de la part des réfugiés eux-mêmes, comme en témoigne la campagne menée en 1834 en France pour demander l’abrogation de la loi d’avril 1832, soutenue par des pétitions émanant à la fois de nationaux et de réfugiés. Au-delà des politiques d’assignation à résidence des réfugiés et des résistances qu’elles ont soulevées, ce sont pareillement les logiques de regroupement spatial spontanément suivies par les exilés politiques dans les villes d’accueil, notamment à Paris, Londres, Bruxelles ou Genève, qui peuvent être comparées. Après le coup d’État de décembre 1851, les proscrits républicains installés à Londres se sont regroupés dans un même quartier, Soho, où plus tard les communards en exil ont eux aussi élu résidence31.

  • 32 Denys Barau, La cause des Grecs : une histoire du mouvement philhellène, 1821-1829, Paris, Champion (...)
  • 33 Journal de la Société de la morale chrétienne, 1823, n° 10, p. 178.

13Pour dépasser une analyse des dispositifs d’accueil qui n’envisagerait que l’action des États en direction des réfugiés, on se propose d’élaborer une typologie des initiatives prises par les sociétés civiles européennes pour faciliter leur arrivée : formation de comités, organisation de souscriptions, sociabilités informelles, création d’écoles, fondation d’églises ou d’institutions de charité. Ce sont également tous les outils permettant de dénoncer leur présence qui seront passés en revue, en allant de l’écriture de pétitions jusqu’au recours à la violence. S’agissant des initiatives prises par les sociétés d’accueil pour aider les réfugiés, la formation de comités visant à soutenir symboliquement et matériellement les réfugiés retient tout particulièrement l’intérêt, et peut donner lieu à des comparaisons avec les formes de mobilisation aujourd’hui adoptées en Europe par la société civile pour favoriser l’accueil des réfugiés. Ainsi, les comités philhellènes des années 182032, apparus d’abord en Allemagne rhénane et en Suisse en 1821 et 1822, puis en Angleterre et aux États-Unis les deux années suivantes, avant d’essaimer dans toute l’Europe continentale en 1825 et 1826, ont joué une fonction d’aide caritative auprès des exilés grecs, bien que celle-ci ne fût pas toujours primordiale au moment de leur fondation. Pour ne prendre qu’un exemple de ce phénomène, la Société de la morale chrétienne, créée à Paris en 1823, s’est dotée d’un « comité grec », suivant l’exemple de la Société des amis de la paix de Londres : elle s’est ainsi mise en mesure d’organiser rapidement une souscription « en faveur des Grecs réfugiés en France33 ». Au début des années 1830, la vogue des comités polonophiles a reproduit le mouvement observé parmi les sociétés philhellènes de la décennie précédente. Si leur objectif était initialement de soutenir la révolution de Varsovie et la campagne contre la Russie, après l’échec militaire polonais et le début de la « Grande Émigration » vers l’Europe de l’Ouest à la fin de l’année 1831, les comités polonophiles se sont reconvertis dans l’organisation d’un soutien matériel et caritatif aux Polonais. À l’étude des politiques migratoires émanant des États, il faut donc constamment conjuguer celle des initiatives prises par les sociétés civiles en Europe pour accueillir, recevoir et assister les exilés politiques.

  • 34 Paul-André Rosental, « Migrations, souveraineté, droits sociaux. Protéger et expulser les étrangers (...)
  • 35 Cf. Delphine Diaz, « Indésirables en métropole, utiles en Algérie ? Les réfugiés politiques étrange (...)

14Une dernière piste suivie pour aborder les dispositifs d’accueil et de sélection des réfugiés s’appuie sur l’hypothèse développée par Paul-André Rosental, selon laquelle au cours du premier xixe siècle la sélection des migrants appelés à rester dans les pays d’immigration se serait essentiellement faite a posteriori et non au moment du franchissement des frontières. Le filtrage des flux d’entrée ne constituait pas le seul instrument à la disposition des États, qui disposaient de bien d’autres outils de régulation. Ils pouvaient recourir aux mesures d’expulsion34, authentiques décisions judiciaires ou simples mesures de police selon les États. Un autre moyen de réguler l’accueil d’exilés politiques sur le sol national reposait sur les incitations au départ qui étaient faites auprès d’eux pour qu’ils se dirigent vers d’autres pays d’accueil extra-européens (vers l’Amérique essentiellement), ou encore pour qu’ils rejoignent le territoire d’une colonie outre-mer où leur présence pouvait davantage passer inaperçue – ou même constituer une force d’appoint non négligeable dans le processus de colonisation. En France, par exemple, après l’arrivée de la « Grande Émigration » polonaise à l’hiver 1831-1832, est pour la première fois considérée avec sérieux la possibilité de contraindre des réfugiés politiques à rejoindre Alger, non pas seulement comme militaires au sein de la Légion étrangère créée au printemps 1831, mais comme travailleurs et colons étrangers35.

15Afin d’étayer les hypothèses avancées sur ces différents outils du contrôle migratoire – contrôle des passeports aux frontières, mesures d’expulsion, incitations au départ vers les colonies –, il s’agit d’entreprendre un travail d’analyse quantitative, qui s’attachera notamment à reconstituer le nombre d’exilés et réfugiés politiques frappés par une mesure d’expulsion dans deux des pays d’asile européens considérés (France et Belgique). On se proposera également de recourir à une analyse qualitative de nature iconographique, afin d’identifier les topoï dominant la représentation des expulsions de réfugiés, la contrainte pesant sur les individus pouvant être montrée de manière symbolique ou euphémistique, ou au contraire dessinée sous les traits bien concrets d’un bâton, comme le fait le dessin de Chagot (ci-dessus) dans Le Journal pour rire en octobre 1851.

Fig. 2 : « Les peuples sont pour nous des frères. Comment la France entend la fraternité, l’égalité et la liberté. (Allemands expulsés repassant la frontière sous le bâton de l’ordonnance. Bureau du numérotage de MM les étrangers) », Chagot, Le Journal pour rire, 10 octobre 1851

Fig. 2 : « Les peuples sont pour nous des frères. Comment la France entend la fraternité, l’égalité et la liberté. (Allemands expulsés repassant la frontière sous le bâton de l’ordonnance. Bureau du numérotage de MM les étrangers) », Chagot, Le Journal pour rire, 10 octobre 1851

© Coll. Dixmier/Kharbine-Tapabor.

16Reposant sur ces hypothèses et axes de travail, le projet AsileuropeXIX veut utiliser trois outils numériques pour produire et diffuser les résultats de ses recherches collectives. Une analyse lexicométrique réalisée sur des corpus en langue française de dictionnaires, codes et circulaires administratives, grâce à l’utilisation du logiciel Lexico3, doit permettre de mieux connaître la fréquence d’usage des différents termes et expressions identifiés et les « segments répétés » qui y sont associés. Cette analyse lexicométrique en français, qui s’accompagnera d’un travail réalisé dans d’autres langues européennes (italien, allemand, espagnol), doit donner lieu à la réalisation d’un lexique européen des migrations politiques au xixe siècle, appelé à être mis en ligne sur le site Internet du projet.

17L’approche quantitative ainsi développée est complétée par la réalisation d’une base de données sur les réfugiés frappés d’expulsion entre 1815 et la fin des années 1870. Cette base de données, elle aussi appelée à être mise en ligne, permettra de connaître précisément les noms, lieux de naissance, âges, professions des réfugiés européens frappés d’une expulsion soit depuis la Belgique, soit depuis la France. Elle apportera également des informations sur leurs lieux de résidence dans les pays d’accueil et sur les lieux de passage de la frontière après l’application de l’expulsion lorsque celle-ci était effective. Si une telle base de données ne peut viser à l’exhaustivité étant donné le caractère lacunaire des fonds policiers centraux pour le xixe siècle, elle aura vocation à être alimentée au fur et à mesure du projet et au-delà même de son terme.

  • 36 Cf. Salvatore Carbone dans son ouvrage : Fonti per la storia del Risorgimento negli Archivi naziona (...)
  • 37 National Archives (Kew), Public Record Office, Metropolitan Police, 2/43, Police Report, 4 mars 185 (...)
  • 38 Archives générales du royaume de Belgique, Bruxelles, Fonds de la sûreté publique, 1er versement, n (...)

18Outre cette approche lexicale et quantitative, le projet AsileuropeXIX cherche à intégrer à ses recherches une dimension géographique et cartographique. Les cartes appelées à être réalisées visent d’abord à établir la distribution résidentielle des exilés et réfugiés dans les capitales européennes de l’asile. Il est ainsi possible de cartographier les domiciles d’environ 250 exilés italiens à Paris en 182136 ; ceux de 1 970 exilés étrangers établis à Londres en 185237, ou encore ceux des « proscrits » français en 1859 à Bruxelles38. En complément de ces cartes de distribution résidentielle est prévue la réalisation de cartes de provinces ou départements frontaliers qui mettront en évidence les points de passage les plus fréquentés par les exilés européens. Un troisième type de cartes cherche à représenter les trajectoires migratoires individuelles de plusieurs exilés politiques européens que l’on peut suivre dans l’espace à différents stades de leur(s) séjour(s) d’exil. L’équipe d’AsileuropeXIX s’emploie enfin à réaliser des « infographies » qui permettront, à partir d’une carte européenne interactive, de resserrer la focale sur certains des pays d’accueil envisagés dans le cadre du projet pour savoir s’ils ont adopté une législation sur les étrangers, s’ils ont attribué des secours aux réfugiés, ou encore s’ils ont pratiqué des politiques d’assignation à résidence à leur encontre.

19L’enquête européenne que se propose de mener le projet AsileuropeXIX sur le « siècle des exilés » vise ainsi à mieux dessiner la géographie des pays et des lieux d’accueil qui se sont ouverts aux opposants politiques en exil, mais aussi à identifier les temps forts et les points de rupture qui ont marqué de ce point de vue la séquence allant du congrès de Vienne au « crépuscule des révolutions ». Cette enquête collective, qui adopte une démarche essentiellement historique, veut s’appuyer sur les acquis de la géographie des migrations pour nourrir sa démarche cartographique. Un dialogue est également entamé avec les approches menées par d’autres disciplines (droit, sociologie, anthropologie) sur la « crise migratoire » ou « crise de l’asile », selon le point de vue depuis lequel on se situe, que connaît actuellement l’Europe. De constants allers-retours peuvent dès lors être effectués entre le xixe siècle et la situation contemporaine. Si au xixe siècle, contrairement à ce qu’on observe dans l’Union européenne d’aujourd’hui, les exilés politiques venaient alors essentiellement d’Europe, et si les exodes politiques se comptaient encore par milliers et non par centaines de milliers ou millions de personnes, il n’en reste pas moins que l’Europe issue du congrès de Vienne a connu une intensification des mobilités politiques, inaugurant à l’égard des exilés et réfugiés des dispositifs de sélection, d’assistance et de coercition appelés à de nombreux prolongements contemporains.

Haut de page

Notes

1 Pour reprendre la formule de Quentin Deluermoz, Le crépuscule des révolutions, Paris, Le Seuil, 2012.

2 Carlo Cattaneo, Ugo Foscolo e l’Italia, Milan, Politecnico, 1861, p. 34.

3 Alessandro Galante Garrone, « L’emigrazione politica italiana del Risorgimento », Rassegna storica del Risorgimento, avril-septembre 1954, vol. 41, p. 223-242.

4 Marc Vuilleumier, Immigrés et réfugiés en Suisse : aperçu historique, Zurich, Pro Helvetia, 1987, traduit en italien sous le titre Immigrati e profughi in Svizzera. Profilo storico, 1990.

5 Gérard Noiriel, La tyrannie du national. Le droit d’asile en Europe (1793-1993), Paris, Calmann-Lévy, 1991.

6 Id., Réfugiés et sans-papiers. La République face au droit d’asile, xixe-xxe siècles (1998), Paris, Hachette, 2006.

7 Franck Caestecker, Alien Policy in Belgium, 1840-1940 : The Creation of Guest Workers, Refugees and Illegal Immigrants, New York, Berghahn Books, 2000.

8 Ibid., p. 5.

9 Ibid., p. 9 et suivantes.

10 Ester De Fort, « Esuli in Piemonte nel Risorgimento. Riflessioni su di una fonte », Rivista storica italiana, 2003, n° 115, fasc. 2, p. 648-688.

11 Si l’on excepte l’article publié par Manuel Morán, « La cuestión de los refugiados extranjeros. Política española en el Trienio liberal », Hispania, 1989, n° 173, p. 985-1016.

12 Au sein de cette vaste littérature, nous nous bornerons à citer les titres suivants : Rafael Sánchez Mantero, Liberales en el exilio. La emigración política en Francia en la crisis del Antiguo Régimen, Madrid, Rialp, 1975 ; Juan-Bautista Vilar, La España del exilio. Las Emigraciones politicas españolas en los siglos xix y xx, Madrid, Síntesis, 2006 ; Jordi Canal (dir.), Exilios. Los Éxodos políticos en la historia de España, siglos xv-xx, Madrid, Sílex, 2007; Juan-Luis Simal, Emigrados. España y el exilio internacional, 1814-1834, Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales – Asociación de Historia Contemporánea, 2012.

13 Catherine Brice, « Confiscations et séquestres des biens des exilés politiques dans les États italiens au xixe siècle. Questions sur une pratique et projets de recherches », Diasporas, 2014, n° 23-24, p. 147-163.

14 Sur le décloisonnement de l’étude des exilés et des « immigrés », cf. José C. Moya, Cousins and Strangers: Spanish Immigrants in Buenos Aires, 1850-1930, Los Angeles, University of California Press, 1998 ; Matteo Sanfilippo, Problemi di storiografia dell’emigrazione italiana, Viterbe, Sette città, 2005.

15 Akira Iriye et Pierre-Yves Saunier, « Introduction », dans Akira Iriye et Pierre-Yves Saunier (dir.), The Palgrave Dictionary of Transnational History, New York, Palgrave Macmillan, 2009, p. xx.

16 Sabine Freitag (ed.), Exiles from European Revolutions. Refugees in Mid-Victorian England, New York-Oxford, Berghahn Books, 2003.

17 Sylvie Aprile, Le siècle des exilés : bannis et proscrits de 1789 à la Commune, Paris, CNRS Éditions, 2010, p. 12.

18 On s’inspirera des travaux menés par Laurent Dornel sur la naissance de la xénophobie dans la France du xixe siècle. Cf. Laurent Dornel, La France hostile. Histoire sociale de la xénophobie, 1870-1918, Paris, Hachette, 2004.

19 Cf. Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers dans la France du premier xixe siècle, Paris, Armand Colin, 2014.

20 Cf. la présentation sur le site Internet du logiciel : http://www.lexi-co.com

21 John Torpey, The Invention of the Passport. Surveillance, Citizenship and the State, Cambridge-New York, Cambridge University Press, 2000 ; Ilsen About et Vincent Denis, Histoire de l’identification des personnes, Paris, La Découverte, 2010.

22 Gérard Noiriel, « Représentations nationales et catégories sociales. L’exemple des réfugiés politiques », Genèses, 1997, n° 26, p. 40.

23 Émile-Victor Foucart, Précis de droit public et administratif, Paris, Videcoq, 1844, p. 58 : « Aucun étranger ne peut être admis en France s’il n’est muni d’un passeport de l’autorité dont il dépend », exigence qui ne saurait en revanche s’appliquer aux « réfugiés, émigrés, bannis et naufragés ».

24 Philippe Rygiel a montré que jamais avant 1914 l’Institut de droit international, « en tant qu’institution, ne définit positivement un droit – ou la possibilité d’un droit – à l’asile ou au refuge ; non plus qu’il n’ouvre de débat spécifiquement consacré au droit d’asile ou à la pratique du refuge ». Philippe Rygiel, Une impossible tâche ? L’Institut de droit international et la régulation des migrations internationales, 1870-1920, mémoire d’habilitation à diriger des recherches, université Paris 1 Panthéon-Sorbonne, 2011, p. 126.

25 Il faut mettre à part le cas de la Grande-Bretagne où la New Poor Law de 1834 a généralisé l’assistance accordée aux pauvres, en les privant en retour de leur liberté de mouvement puisqu’ils étaient assignés à résidence dans des workhouses.

26 Accueillis à partir de 1787 en France, les « patriotes » hollandais ont en effet reçu des secours réguliers à la fin du règne de Louis XVI et ont continué d’être secourus après l’été 1789.

27 Si l’exil constituait un phénomène essentiellement masculin, femmes et enfants pouvaient accompagner le chef de famille dans son expatriation. Les statistiques portant sur les réfugiés secourus en France montrent qu’environ 90 % des Portugais, Espagnols et Italiens accueillis en septembre 1831 étaient des hommes, généralement d’âge jeune, mais que 10 % de ces groupes étaient constitués d’enfants et de femmes.

28 Thomas Busset, « La politique du refuge en Suisse, 1820-1870, réalité et mythe », Études et sources, 1999, n° 25, p. 42.

29 Klaus Bade, L’Europe en mouvement, Paris, Le Seuil, 2002, p. 250.

30 Idesbald Goddeeris, La Grande Émigration polonaise en Belgique (1831-1870). Élites et masses en exil à l’époque romantique, Berne, Peter Lang, 2013, p. 33.

31 Sylvie Aprile, Le siècle des exilés…, op. cit., p. 152.

32 Denys Barau, La cause des Grecs : une histoire du mouvement philhellène, 1821-1829, Paris, Champion, 2009.

33 Journal de la Société de la morale chrétienne, 1823, n° 10, p. 178.

34 Paul-André Rosental, « Migrations, souveraineté, droits sociaux. Protéger et expulser les étrangers en Europe du xixe siècle à nos jours », Annales. Histoire, sciences sociales, avril-juin 2011, n° 66-2, p. 340.

35 Cf. Delphine Diaz, « Indésirables en métropole, utiles en Algérie ? Les réfugiés politiques étrangers et la colonisation (1830-1852) », Revue d’histoire du xixe siècle, n° 51, 2015/2, p. 190 et suivantes.

36 Cf. Salvatore Carbone dans son ouvrage : Fonti per la storia del Risorgimento negli Archivi nazionali di Parigi. I refugiati italiani in Francia (1815-1830), Rome, Istituto per la storia del Risorgimento, 1962, p. 19-25.

37 National Archives (Kew), Public Record Office, Metropolitan Police, 2/43, Police Report, 4 mars 1852.

38 Archives générales du royaume de Belgique, Bruxelles, Fonds de la sûreté publique, 1er versement, n° 243, « réfugiés politiques français », liste des réfugiés français établis en Belgique en 1859.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Jean-Baptiste Madou, Le passage des Polonais par l’Allemagne, s. d., lithographie (16,6 x 24 cm), Bibliothèque nationale de France.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/689/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 448k
Titre Fig. 2 : « Les peuples sont pour nous des frères. Comment la France entend la fraternité, l’égalité et la liberté. (Allemands expulsés repassant la frontière sous le bâton de l’ordonnance. Bureau du numérotage de MM les étrangers) », Chagot, Le Journal pour rire, 10 octobre 1851
Légende © Coll. Dixmier/Kharbine-Tapabor.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/689/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 152k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Delphine Diaz, « Pour une histoire européenne de l’exil et de l’asile politiques au xixe siècle : le programme de recherche AsileuropeXIX », Diasporas, 28 | 2016, 163-173.

Référence électronique

Delphine Diaz, « Pour une histoire européenne de l’exil et de l’asile politiques au xixe siècle : le programme de recherche AsileuropeXIX », Diasporas [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 28 juin 2017, consulté le 21 août 2017. URL : http://diasporas.revues.org/689

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org