Navigation – Plan du site
Varia

Mémoires en migration, patrimoine et diasporisation de l’Écosse

Migrating memories, heritage and the diasporisation of Scotland
Laurence Gouriévidis
p. 133-151

Résumés

Le patrimoine diasporique, avec son imaginaire centré sur l’appartenance aux clans et sur des images stylisées, a longtemps été négligé ou dénigré. Depuis la dévolution, il est entré dans le discours et les politiques publiques et on assiste à une « diasporisation » de l’Écosse. Cet article explore l’évolution de la place du patrimoine diasporique en Écosse depuis les années 1970 à travers deux études de cas. Il étudie les processus de mémorialisation de l’émigration des Highlands au xixe siècle et met en lumière les tensions qui sous-tendent les relations que différents groupes sociaux – locaux et diasporiques – entretiennent avec leur passé, et les sens qui lui sont donnés.

Haut de page

Notes de l’auteur

Cet article constitue la version française d’un texte très proche publié précédemment en anglais : « Heritage, transnational memory and the re-diasporisation of Scotland », International Journal of Heritage Studies, 2016, vol. 22, n° 4.

Texte intégral

  • 1 Depuis l’établissement du Parlement à Édimbourg en 1999, l’Écosse a, pour commencer, été dirigée pa (...)

1En Écosse, depuis la dévolution des pouvoirs (1998), discours publics, programmes d’action et recherche font de plus en plus la part belle à la « diaspora » écossaise. Elle a notamment attiré l’attention du parlement écossais, quelle que soit la couleur politique du gouvernement en place1. En témoigne son choix d’année thématique pour 2009, le « retour » (Homecoming), visant le tourisme des racines ou tourisme ancestral, un choix réitéré en 2014. En parallèle, le concept de « diaspora » s’est imposé dans le domaine de la recherche écossaise, l’exemple le plus éloquent en étant la création du Centre écossais pour l’étude des diasporas à l’université d’Édimbourg en octobre 2008.

  • 2 Cité dans Euan Hague, « The emigrant experience: The Scottish diaspora », Scottish Affairs, 2000, n (...)
  • 3 Le titre de cette conférence était The emigrant experience: The Scottish diaspora.
  • 4 Roger Brubaker, « The “diaspora” diaspora », Ethnic and Racial Studies, 2005, vol. 28, n° 1, p. 1 ; (...)
  • 5 Robin Cohen, Global Diasporas: An Introduction, London, Routledge, 2008, p. 18.
  • 6 Distorting myth”. Thomas Martin Devine, “A global diaspora”, in Thomas Martin Devine, Jenny Wormal (...)

2Pourtant, à la fin des années 1990, le monde universitaire exprimait sa réticence quant à l’utilité de ce terme pour définir l’émigration écossaise. Ce concept « peu connu » était également décrit comme « un exemple de jargon scientifique2 » et se trouvait ainsi relégué au sous-titre d’une conférence organisée à Guelph (Canada)3. Cette réserve témoignait du trouble, dans le milieu de la recherche, que suscitait l’explosion de l’usage de ce terme depuis les années 1980 ; Roger Brubaker, dans un article souvent cité, s’interrogeait sur cette « “diaspora de la diaspora” – la dispersion de la signification du terme dans l’espace sémantique, conceptuel et disciplinaire4 ». Malgré cette dispersion, cette notion s’est trouvée théorisée pour en limiter la nébulosité, et distinction est faite entre les diasporas classiques ou anciennes qui rassemblent l’expérience juive, africaine, palestinienne ou arménienne, et celles plus récentes qui comprennent les diasporas marchandes, de main-d’œuvre ou impériales, les dernières comprenant la diaspora britannique/écossaise5. Par ailleurs, cette réticence était aussi due à l’association souvent établie entre diaspora écossaise et expérience traumatique – un condensé qualifié de « mythe dénaturant6 » par T.M. Devine.

  • 7 Thomas Martin Devine, Scotland’s Empire, 1600-1815 (2003), London, Penguin Books, 2004 ; id., To th (...)
  • 8 Angela McCarthy (ed.), A Global Clan. Scottish Migrant Networks and Identities since the Eighteenth (...)
  • 9 Paul Basu, Highland Homecomings: Genealogy and Heritage Tourism in the Scottish Diaspora, London, R (...)

3L’équation entre émigration écossaise et diaspora est maintenant consensuelle, d’abord en raison de la durée du fait migratoire au départ de l’Écosse, et de son étendue géographique7 ; ensuite depuis que les mécanismes de maintien du sens d’appartenance à travers le temps et les générations pour les Écossais de l’étranger sont mieux compris8. Plus compliquée, concernant les causes de cette dispersion, est la persistance de « mythes » évoquant l’expérience diasporique classique. Dans l’imaginaire populaire, en particulier celui d’un grand nombre de membres de la diaspora ancestrale, ces causes se résument à des idées de privation, de coercition et de victimisation – la mémoire d’un exil douloureux9 –, alors que les historiens ont démontré que cette vision est loin de caractériser l’expérience migratoire sur la longue durée et en dissimule la complexité.

  • 10 Thomas Martin Devine, To the Ends…, op. cit., p. 85.
  • 11 Thomas Martin Devine, « Introduction: The paradox of Scottish emigration », in id. (ed.), Scottish (...)
  • 12 Ibid., p. 1-15 ; Thomas Martin Devine, To the Ends…, op. cit., p. 87-88.
  • 13 Angela McCarthy, « The Scottish diaspora since 1815 », in Thomas Martin Devine, Jenny Wormald (eds. (...)

4Les Écossais sont un peuple de migrants depuis l’époque médiévale10 et ont par conséquent développé une culture de la mobilité11. Ils ont d’abord pris le chemin de l’Europe, puis de la province de l’Ulster (l’actuelle Irlande du Nord) à partir de la fin du xviie siècle, avant de s’aventurer beaucoup plus loin, notamment dans les colonies de l’empire britannique après l’union de l’Écosse à l’Angleterre en 1707. Plus précisément, entre 1825 et 1938, on estime que plus de 2,33 millions d’Écossais se sont expatriés, avec un record dans les années 1920 quand le nombre des départs dépassait le taux naturel d’accroissement de la population. Dans le cadre britannique (excepté l’Irlande victorienne), l’Écosse se singularise, son taux d’émigration dépassant largement celui de l’Angleterre et du pays de Galles, et expliquant en partie pourquoi le taux d’accroissement de la population de ces deux pays aux xixe et xxe siècles était bien supérieur à celui de l’Écosse12. Ces vagues migratoires résultèrent de causes variées et touchèrent toutes les régions de l’Écosse et différents échelons de la société écossaise13. Peu nombreux furent les migrants qui quittèrent le pays sous la contrainte. Appliquer le terme « diaspora » au phénomène migratoire écossais nécessite par conséquent quelques précisions, afin d’éviter que son sens ne soit restreint à des aspects archétypaux habituellement associés à la diaspora juive, tel que l’exil forcé, dépouillant ainsi le migrant écossais de son libre arbitre et oblitérant tout autre motif de départ.

  • 14 Crofters’ Holdings (Scotland) Act.
  • 15 Land war or Crofters’ war.
  • 16 Eric Richards, A History of the Highland Clearances. Emigration, Protest, Reasons, London, Croom He (...)
  • 17 En particulier les ouvrages de Ian Grimble, The Trial of Patrick Sellar, London, Routledge, 1962 ; (...)
  • 18 Ibid., p. 69, 72, 76.
  • 19 Eric Richards, A History of the Highland Clearances…, op. cit., p. 3-151 ; Laurence Gouriévidis, «  (...)

5En histoire écossaise, un thème particulièrement controversé et douloureux domine l’imaginaire populaire lorsque contrainte et victimisation sont invoquées : les évictions des régions septentrionales ou gaéliques/celtiques de l’Écosse (Highland Clearances). S’étendant sur plus d’un siècle entre le milieu du xviiie siècle et la fin du xixe, les Clearances firent partie intégrante de la transformation socioéconomique du nord de l’Écosse, répondant au niveau national à l’idéologie de progrès (improvement) visant à rationaliser l’agriculture et moderniser le pays. Des réformes agraires furent poursuivies afin de restructurer l’économie locale avec, en particulier, l’introduction de l’élevage de moutons à grande échelle dans les vallées occupées par des communautés paysannes installées sur ces terres depuis souvent de nombreuses générations, terres d’où elles furent expropriées. L’adoption de la loi de 188614 mit un terme aux expulsions massives, après une période d’agitation dans les années 1880 connue sous le nom de guerre agraire15. Mesurées à l’aune des émigrations de la région et leurs causes, les Clearances sont souvent synonymes d’oppression et de bannissement hors du territoire. Pourtant, comme Richards16 l’a montré, même durant les Clearances, les paysans partirent pour un éventail de raisons associant souvent facteurs d’incitation et d’attraction (spécifiques soit au pays d’origine, soit au pays d’accueil). Ces départs témoignaient d’un sentiment de détresse mêlé à l’espoir d’une vie meilleure et surtout manifestaient le rejet des plans mis en œuvre par une majorité de propriétaires terriens. La prépondérance des notions d’expulsion et de coercition trouve sa source dans les histoires vulgarisant la période publiées depuis les années 196017, ainsi que dans les raccourcis symboliques souvent utilisés dans les discours politiques et populaires liant Clearances aux traumatismes universels que sont l’Holocauste ou le transport d’esclaves vers les Amériques18. C’est une vision que de nombreux sites Internet reflètent et consolident. Il est bon de souligner de surcroît que le discours historique sur les Clearances est synonyme de controverses et polémiques centrées sur les causes du processus de déplacement forcé, les méthodes utilisées lors des évictions et les conséquences des évictions, notamment les émigrations de masse19.

6Cet article cherche à mettre en lumière les enjeux de la patrimonialisation de l’émigration écossaise dans la région des Highlands à travers deux études de cas, deux lieux qui furent transformés par la politique d’évictions du xixe siècle. Le premier est l’île d’Arran située au sud-ouest de l’Écosse – la pointe sud des Highlands – et le second est le village de Helmsdale, sur la côte est de la région de Sutherland au nord de l’Écosse (fig. 1). Ces deux lieux ont été sélectionnés pour deux raisons. D’une part, ils abritent des musées indépendants, issus de la société civile, où les Clearances sont interprétées, notamment au travers des questions de démographie et d’émigration. D’autre part, ils ont la particularité d’avoir vu des monuments érigés à la mémoire des migrants grâce – détail significatif – à l’investissement d’Écossais de l’étranger. En effet, sur les cinq monuments commémorant les émigrations/migrants de la période édifiés dans l’ensemble de la région, ceux d’Arran et d’Helmsdale ont été construits à l’initiative d’individus ou groupes issus de la diaspora. Il est par ailleurs utile de préciser que si de nombreux monuments commémorent la période des Clearances, dans leur grande majorité ils célèbrent des actes de résistance et d’opposition au pouvoir foncier et aux autorités. Il semble donc important d’étudier les activités patrimoniales s’attachant à l’émigration, d’en décrypter les messages, d’en considérer les contextes afin d’identifier les points de tension et les affinités entre les imaginaires écossais et diasporique, et afin de mettre au jour les fonctions diverses de l’élaboration d’un patrimoine diasporique en Écosse.

Fig. 1 : Emplacement des musées-monuments.

Fig. 1 : Emplacement des musées-monuments.

© Laurence Gouriévidis.

  • 20 En septembre 2014, un référendum sur l’indépendance a été organisé ; une majorité d’électeurs (55,3 (...)

7Cet article commencera par présenter brièvement les caractéristiques principales de l’imaginaire diasporique avant d’étudier la place de l’émigration et de la diaspora dans la patrimonialisation des Clearances sur l’île d’Arran et à Helmsdale. Il se terminera par une analyse diachronique, depuis les années 1970, des enjeux culturels, économiques et politiques que le patrimoine diasporique et les discours construisant la diaspora en Écosse et ailleurs impliquent. Il montrera l’importance croissante de l’imaginaire diasporique dans les discours politiques et culturels en Écosse, en particulier depuis la dévolution et dans le contexte de débats sur la viabilité d’une Écosse indépendante20, un processus identifié par l’expression « diasporisation » de l’Écosse.

L’Écosse et les Clearances dans l’imaginaire diasporique

  • 21 Scottish Government, Diaspora Engagement Plan. Reaching out to Scotland’s International Family, Edi (...)
  • 22 David Lowenthal, The Heritage Crusade and the Spoils of History, London, Viking, 1996, p. 6.
  • 23 Ien Ang, « Unsettling the National: Heritage and Diaspora », in Helmut Anheier, Yudhishthir Raj Isa (...)
  • 24 James Clifford, « Diasporas », Cultural Anthropology, 1994, vol. 9, n° 3, p. 302-338.
  • 25 Stuart Hall, « Cultural identity and diaspora », in Jonathan Rutherford (ed.), Identity, Community, (...)
  • 26 Benedict Anderson, Imagined Communities, London, Verso, 1983.

8Le nombre de personnes de souche écossaise vivant « ailleurs » s’élèverait à quelque 40 millions21 pour une population écossaise d’un peu plus de 5,3 millions d’habitants. Comme l’avançait Lowenthal22, les diasporas sont particulièrement avides de patrimoine et, à l’ère de la mondialisation favorisant échanges transnationaux et voyages, les pays d’origine de ces populations peuvent choisir de tirer profit d’un engouement pour une terre ancestrale en mettant en scène une histoire fondée sur la mobilité et en misant sur l’évocation d’attaches culturelles et de racines dans la gestion de leur patrimoine. Récemment, suite aux initiatives de divers États, l’Europe a connu une montée en puissance de musées traitant de l’émigration, et Ang23 avance l’idée qu’en mettant ainsi l’accent sur le départ de ceux qui ont quitté un territoire, ces institutions renforcent un sentiment de dépendance culturelle et d’infériorité vis-à-vis d’une patrie présumée, le sujet diasporique endossant ainsi le rôle de celui qui a perdu son identité authentique. Dispersion et distance dans l’espace et le temps peuvent produire des cassures entre différents imaginaires, mémoires et identités collectives et, par conséquent, des tensions entre authenticité et pittoresque, ou « kitsch », dans les projets patrimoniaux. Bon nombre d’analyses se sont penchées sur le type de conscience sociale que l’expérience du déracinement (dis-location) et de l’implantation (re-location) produit, avec des attachements et des identités multiples – des assemblages où racines et itinéraires sont emmêlés24. Imaginer le pays source et se raconter un passé partagé alimentent des réserves d’images et d’histoires qui donnent à l’expérience de la dispersion et de la fragmentation une cohérence imaginaire, créant ainsi un sentiment d’appartenance25, de « communauté imaginée26 ».

  • 27 Celeste Ray, Highland Heritage: Scottish Americans in the American South, Chapel Hill, University o (...)
  • 28 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, Europe, xviiie-xxe siècle, Paris, Le Seui (...)
  • 29 C.W.J. Withers, « The Historical creation of the Scottish Highlands », in Ian Donnachie, Christophe (...)

9La recherche en anthropologie a ainsi montré que dans l’imaginaire collectif des Écossais de la diaspora (en particulier ceux impliqués dans des activités patrimoniales), l’Écosse se résume à une poignée d’éléments : une iconographie et un système social dont les attributs principaux sont le kilt, le tartan et les clans. Ces éléments alimentent une identité fondée sur la parenté et la généalogie, et, détail important, sont spécifiques à l’Écosse septentrionale ou gaélique/celtique – aux Highlands27. Cette construction mytho-poétique d’une Écosse celtique voit son origine dans la littérature, l’art et les canons artistiques qui réinventent les Highlands à l’aune du romantisme, et se propagent en Europe au xixe siècle28. L’œuvre de Walter Scott, en particulier, amorce une tendance qui s’amplifie au xxe siècle à travers la culture populaire – cartes postales, films et autres boîtes de biscuits écossais29. Par ailleurs, si l’Écosse est souvent essentialisée, l’expérience migratoire fait elle aussi régulièrement l’objet d’abrégés symboliques et est fréquemment restreinte à des vicissitudes et à une migration subie.

  • 30 Ducan Bruce, The Mark of the Scots: Their Astonishing Contributions to History, Science, Democracy, (...)

10Dans le discours populaire de la diaspora écossaise dans son ensemble, selon l’anthropologue Paul Basu, les Highland Clearances sont devenues l’événement traumatique majeur lié à la dispersion des ancêtres d’un centre originel. Autour de cette injustice historique se cristallise une mémoire qui soude la diaspora en tant que groupe. L’effet de cette méta-narration en arrive même à expulser une version alternative de l’émigration écossaise insistant sur l’esprit d’entreprise et d’aventure des Écossais, même si cette alternative n’est pas non plus sans aléas. En effet, elle sert souvent à glorifier la contribution des Écossais de l’étranger, tout en passant sous silence l’impact du processus colonial ; elle a notamment donné lieu à des récits panégyriques de succès et d’influence30. Le travail de patrimonialisation implique donc une navigation prudente entre les récifs que forment les discours de la victime ou ceux du colonialisme complaisant.

Deux études de cas régionales

Patrimoine et émigration dans la région de Sutherland

  • 31 Eric Richards, The Highland Clearances, Edinburgh, Birlinn, 2000.

11Les Sutherland Clearances, qui se déroulèrent sur la propriété de lord et lady Stafford – la famille Sutherland – durant la première moitié du xixe siècle, dominent la perception de la période et en sont même devenues le repère symbolique, même si en bien des points les événements de la propriété la distinguent et font d’elle un cas particulier. Ces évictions furent en effet les plus rapides et les plus étendues en termes numériques et géographiques. Elles furent aussi accompagnées d’investissements colossaux de la part du richissime propriétaire, investissements destinés au développement du littoral, comme à Helmsdale avec l’introduction de la pêche. Surtout, les expulsions de 1814 dans la vallée de Strathnaver, au cœur du domaine, furent particulièrement décriées. Patrick Sellar, le gestionnaire chargé de la réalisation des projets, fut acquitté des accusations d’incendie criminel et d’homicide sur la personne de la belle-mère de William Chisholm en 1816 lors d’un procès controversé – un jugement que la postérité a depuis renversé. Mais en matière d’émigration, le domaine de Sutherland cesse d’être un cas particulier et illustre les changements d’attitudes qui caractérisèrent la période et la région. Initialement, alors que les propriétaires étaient défavorables à l’émigration et souhaitaient voir la population locale relogée et employée dans leurs projets de diversification économique, de nombreux paysans choisirent d’émigrer en signe de refus de ces plans. Plus tard, alors que l’échec des projets semblait inéluctable et que la crise à laquelle la région faisait face était de plus en plus interprétée en termes malthusiens, les propriétaires devinrent favorables à l’émigration31.

Fig. 2 : Diaspora Stone. Pour l’exposition de 2013, Timespan a demandé à l’artiste Carolyn Lefley de créer une œuvre d’art inspirée par la fouille de Caen ; il en résulta ces « pierres de la diaspora ».

Fig. 2 : Diaspora Stone. Pour l’exposition de 2013, Timespan a demandé à l’artiste Carolyn Lefley de créer une œuvre d’art inspirée par la fouille de Caen ; il en résulta ces « pierres de la diaspora ».

© Laurence Gouriévidis.

12Timespan, le musée d’Helmsdale, a été fondé en 1987 à l’initiative de bénévoles, actifs au sein de l’association historique locale. Jusqu’à sa fermeture pour réaménagement en 2006, son exposition était silencieuse quant aux émigrations de la région. Elle offrait aux visiteurs un parcours à travers le temps rythmé par des scènes élaborées autour de personnages de cire, semblables au musée Grévin. Celle concernant les Clearances représentait Patrick Sellar expulsant la famille Chisholm de sa chaumière, dévorée par les flammes, à Strathnaver. Aujourd’hui, Timespan a une tout autre approche et son exposition, si elle présente toujours, en partie, la culture matérielle de la paysannerie d’hier, est conçue pour être transformée et adaptée avec flexibilité selon les besoins et thématiques privilégiés. Depuis sa réouverture en 2008, deux expositions ont été présentées, toutes deux mettant en lumière le thème de l’émigration et son impact culturel. La dernière en date a coïncidé avec le bicentenaire des expulsions de la vallée de Kildonan en 2013, durant lequel un programme d’événements explorant le thème de l’identité fut aménagé tout au long de l’année. Durant l’été, la fouille d’une chaumière au lieu-dit Caen dans la vallée de Kildonan et un festival de deux semaines bâti autour de la notion de transfert (Translocation festival) furent organisés – fouille et festival réunissant habitants des alentours et descendants de migrants venus principalement du Canada. Par ailleurs, cette année commémorative suivait la réalisation d’un projet majeur, terminé l’année précédente et intitulé le « musée sans murs » (Museum without walls) : la mise en place d’un circuit touristique des Clearances entraînant le visiteur réel et virtuel sur un parcours le long d’un trajet balisé. Ce voyage dans le temps et l’espace s’appuie sur une application accessible sur tablettes et téléphones. L’un des arguments avancés pour défendre ce projet était de provoquer « une discussion internationale animée32 » et de nouer un dialogue avec la diaspora de Sutherland afin d’encourager des « retours » pour les commémorations de 201333.

  • 34 Laurence Gouriévidis, « Mémoires, espaces et enjeux identitaires : la commémoration des Highland Cl (...)
  • 35 John McEwen, Who Owns Scotland? A Study in Landownership, Edinburgh, EUSPB, 1977.

13Le circuit débute avec le monument aux expulsés qui émigrèrent, The Emigrants, dont la genèse est associée à une controverse locale : la campagne longue et tortueuse, dans les années 1990, en faveur de la destruction de la statue du duc de Sutherland. Depuis 1837, cette statue d’une dizaine de mètres surplombe le village voisin de Golspie – et la région – du haut de la colline de Ben Bhraggie. Si à l’origine elle fut conçue en l’honneur du premier duc de Sutherland, George Granville-Leveson, qui avait épousé l’héritière du comté de Sutherland en 1785 et finança les réformes qui transformèrent leur propriété, elle est désormais âprement contestée34. En son temps, le duc incarnait le succès de l’idéologie du progrès, à l’heure actuelle, tout comme cette idéologie est souvent vilipendée à cause de ses effets socioculturels néfastes, le duc est devenu le symbole de l’oppression de l’élite foncière. Le contexte de ces développements se doit d’être rappelé car les années 1990 virent le mouvement en faveur de la propriété collective prendre une ampleur considérable. Amorcée dès la période des Clearances, la campagne en faveur de la réforme de la propriété foncière et de l’accès à la terre monta en puissance dans les années 1970 sous l’influence de John McEwen. Il souhaitait que soient mises en lumière les particularités de la propriété foncière et que son cadre de fonctionnement soit plus rigoureusement régulé35.

14Si la statue du duc domine toujours Ben Bhraggie, la controverse a inspiré un autre projet qui, lui, s’est concrétisé. Dennis MacLeod, un natif d’Helmsdale, magnat de l’industrie minière de l’or établi au Canada, dont les ancêtres avaient été expulsés de la vallée de Kildonan, se proposa de contribuer au financement d’un monument alternatif qui commémorerait les expulsés. Ce monument se devait d’éclipser la statue du duc par sa taille, et le projet de MacLeod frappe par sa démesure. Son financement fut géré par un organisme de charité, le Clearances Centre Ltd, fondé en 2002 et présidé par MacLeod, et des appels de dons furent lancés au niveau international, ciblant des individus, des collectivités, des associations et des corporations. Après des années d’efforts et par manque de soutien financier, le projet fut finalement revu en termes de coût et d’échelle, et le monument qui en résulte est plus modeste (fig. 3 et 4).

Fig. 3 et 4 : The Emigrants.

Fig. 3 et 4 : The Emigrants.

© Laurence Gouriévidis.

15The Emigrants propose une lecture à la fois universelle et stéréotypée de l’émigration et du processus de colonisation. D’une part, il s’adresse à tous ceux qui firent l’expérience de l’émigration au-delà du comté de Sutherland. D’autre part, il évoque un sens de la victimisation lié au pays source et un sentiment de réussite mêlé à de la complaisance associé au pays d’accueil. Il contient une appréciation très optimiste des processus coloniaux et impérialistes, appréciation qui s’est vue réitérée par le Premier ministre écossais, le nationaliste Alex Salmond, lors de l’inauguration très médiatisée du monument en 2007 :

  • 36 D. Fraser, « Statue unveiled in tribute to Scots exiles », The Herald, 24 July 2007 : « This statue (...)

Cette statue nous rappelle les hommes, femmes et enfants qui quittèrent l’Écosse en emportant leurs expertise, force et histoires au-delà des mers et qui les ont partagées partout dans le monde. Si nous ne pouvons que déplorer les Clearances, nous pouvons aussi être fiers de la contribution faite à l’humanité par ceux qui ont été expulsés36.

16C’est une position destinée à fortifier une identité écossaise bien distincte et solide, une identité traversant temps et continents.

17La genèse des Emigrants reflète les conflits sociaux et idéologiques qui ne cessent d’agiter les régions marquées par les Clearances. Elle souligne par ailleurs l’importance accrue de l’imaginaire diasporique et son instrumentalisation récente. Sur l’île d’Arran, le processus de mémorialisation de la diaspora de l’île débuta dans les années 1970.

Patrimoine et émigration sur l’île d’Arran

  • 37 Thorbjörn Campbell, Arran: A History, Edinburgh, Birlinn, 2007, p. 127-151.
  • 38 William Mackay Mackenzie, The Book of Arran, vol. II : History and Folklore (1914), Brodick, Kilbra (...)

18Moins sensationnelles que les expulsions qui se déroulèrent dans la région de Sutherland, celles d’Arran marquèrent cependant la transformation radicale de l’île suite à la restructuration de la propriété du duc d’Hamilton. À partir de la fin du xviiie siècle et de façon plus systématique au xixe, l’agriculture fut réorganisée avec, pour conséquence, des déplacements de population et des émigrations37. En particulier, les évictions de la partie nord de la vallée de Sannox en 1829 sont relativement bien documentées, tout comme le voyage de certains de ses habitants vers la région de Mégantic au Canada (l’actuel Québec). Cette émigration fut prise en charge par le duc d’Hamilton qui contribua au paiement du voyage en en finançant la moitié et s’assura qu’à l’arrivée chaque famille recevrait 40 hectares de terre. Comparant ce cas à celui d’expulsions fort critiquées qui se déroulèrent au même moment ou durant la famine de la fin des années 1840, l’historien W.M. Mackenzie conclut qu’au-delà de jugements sur le bien-fondé ou la pertinence économique de cette orientation, le cas d’Arran était, contrairement à ces exemples, dénué de sévérité et de cruauté38.

19Le petit musée de l’île d’Arran, Isle of Arran Heritage Museum, n’a inclus des informations sur les évictions qu’à partir de 2006, soit trente ans après son ouverture en 1976. C’est un musée créé et géré par des bénévoles qui se veut musée d’art et de traditions populaires, avec des habitations représentant la vie rurale à diverses époques passées ; il comprend aussi une exposition sur l’histoire de l’île. C’est dans cette partie que le visiteur est renseigné sur les Clearances, à travers un récit exclusivement polarisé sur l’émigration, en particulier l’épisode de 1829 et le voyage à bord du vaisseau Caledonia (fig. 5). Trois phases clairement scindées – évictions, voyage et installation au Canada – reflètent ainsi l’expérience des migrants plutôt que celle des habitants de l’île. L’exposition s’appuie sur des sources primaires, dont certaines sont traduites du gaélique, et parti est pris de faire entendre la voix des émigrés, dont les mots mêlent nostalgie et regret tout en soulignant les bénéfices d’une nouvelle vie, le confort de savoir que le fruit de leur travail ne leur sera pas soustrait. Si l’épisode migratoire de 1829 est mis en exergue, le processus de mémorialisation dont il a fait l’objet en 1977 est aussi à l’honneur à travers une photo du monument des Clearances, démontrant ainsi la portée de ces événements à travers le temps au-delà des limites de l’île, en particulier pour la diaspora locale. C’est également le moyen d’entraîner les visiteurs en quête d’activités culturelles, notamment ceux friands de tourisme ancestral, vers un repère notable de l’île.

Fig. 5 : Isle of Arran Heritage Museum, exposition sur les Clearances.

Fig. 5 : Isle of Arran Heritage Museum, exposition sur les Clearances.

© Laurence Gouriévidis.

  • 39 George H. Cook, Memorial to the Arran Clearances Unveiled by Mrs Myrtle Cook Maxwell of New Brunswi (...)
  • 40 Paul Basu, Highland Homecomings…, op. cit. ; Caroline Legrand, « Tourisme des racines et confrontat (...)

20C’est en 1977, grâce aux efforts des descendants canadiens de migrants, que le monument Memorial to the Arran Clearances fut érigé (fig. 6 et 7). Ses plans furent élaborés du Nouveau-Brunswick par un comité spécialement créé pour ce projet, Arran Memorial Committee. Ce comité se chargea de la collecte de fonds au sein de la diaspora nord américaine et contacta le conseil local de l’île d’Arran pour obtenir un permis de construire. L’origine de ce monument est de surcroît directement liée à l’expérience de George H. Cook, l’un de ces descendants, qui, en 1973, avait enfin découvert « le monticule » – élevé par les migrants pour le pasteur dont les prières accompagnèrent le départ –, un marqueur qui lui avait échappé lors de précédentes visites39. Il lui semblait donc que ce lieu chargé de symboles se devait d’être honoré par un monument. Cette démarche, qui transformait ce lieu en un espace sacré signalant un moment fondateur, constituait également une étape majeure dans le voyage initiatique de ce pèlerin du tourisme des racines40. À l’avenir, le voyage d’autres touristes culturels ou généalogiques pourrait être ponctué d’une visite sur ce lieu de « recueillement » lors de leur pèlerinage.

Fig. 6 et 7 : Monument aux Clearances sur l’île d’Arran.

Fig. 6 et 7 : Monument aux Clearances sur l’île d’Arran.
  • 41 Texte du monument : « Érigé de la part / des descendants de migrants des Clearances d’Arran éparpil (...)
  • 42 Ardrossan and Saltcoats Herald, 13 mai 1977.

21Le contenu de la plaque41 du monument illustre cette démarche. Après un bref résumé des émigrations de l’île, elle s’attache à des détails précis, parlant de « pionniers » et de « colons » sans effort de glorification et évoquant les processus d’expulsion et d’émigration sans misérabilisme. La scène de départ est empreinte de tristesse et souligne l’importance du cadre religieux, mais elle ne reflète aucun sentiment d’amertume ni d’injustice, et encore moins de coercition. Ce ton ne fit pas l’unanimité, comme le montrent les lettres de lecteurs publiées dans le journal local qui critiquent à la fois le style et la connotation du monument ; les pages du journal évoquent par ailleurs un manque de consultation de la population locale et des « grondements de mécontentement42 ».

  • 43 Sugar-coating » et « whitewash[ing] », Arran Banner, 21 mai 1977.
  • 44 Robin Cohen, Global Diasporas…, op. cit., p. 77. « [… ] derived directly from the imperial heritage (...)
  • 45 Michael Kennedy, « “Lochaber no more”: A critical examination of Highland emigration mythology », i (...)
  • 46 Laurence Gouriévidis, The Dynamics of Heritage: History, Memory and the Highland Clearances, Farnha (...)

22Le même clivage entre les sentiments exprimés dans la presse locale et ceux des visiteurs canadiens caractérise les réactions entourant la cérémonie d’inauguration, cérémonie durant laquelle les Canadiens, à leur grande satisfaction selon la presse, se frottèrent à l’élite foncière locale et furent invités à une réception chez Lady Forde – membre de la famille Hamilton. En revanche, les lettres de lecteurs condamnent l’élite foncière pour son traitement des paysans durant les Clearances et accusent la commémoration « d’édulcorer » et de « blanchir » la question43. Cette faille mentale ne relève peut-être pas d’idéologies différentes mais certainement d’imaginaires distincts : l’un, en Écosse, marqué par une fracture sociale et des décennies de demandes de réformes pour l’accès à la terre et à la propriété, en particulier dans les régions ayant subi les expulsions ; l’autre portant l’estampille d’une culture diasporique façonnée par les organisations d’expatriés, devenues les points d’ancrage et moteurs de la diaspora. Par leurs activités et les images qu’elles véhiculent, elles perpétuent une conscience sociale conservatrice et figée dans un passé où tradition martiale et solidarité clanique synthétisent l’ethnicité écossaise. Le kilt en est l’icône centrale, « directement issu de l’héritage impérial d’une domination quasi aristocratique des populations autochtones44 ». Souvent dominés par les élites sociales – de surcroît anglophones45 –, ces organisations ont forgé au fil du temps un répertoire de symboles et de rituels dont la marque de fabrique ignore le legs des Clearances en Écosse, un legs fait de tensions, voire d’oppositions sociales46.

Mémoires transnationales et diasporisation de l’Écosse

Dans les années 1970 et 1980 : folklore et dérision

23Comme les exemples ci-dessus le montrent, jusqu’à une période récente le travail de mémoire de l’émigration durant la période des Clearances venait de la base, et en particulier de l’initiative d’Écossais de l’étranger, souvent à l’origine d’actions commémoratives comme dans le cas du mémorial sur l’île d’Arran.

  • 47 HIDB, Annual Report, 1966, 3, p. 23-27.
  • 48 HIDB, Wet Weather Facilities Study, Inverness, Highlands and Islands Development Board, 1981, p. 18

24Pourtant, le patrimoine de la diaspora avait aussi attiré l’attention d’acteurs institutionnels de la sphère économique qui avaient identifié les expatriés écossais comme un créneau commercial significatif. Pour la région des Highlands et des îles, peut-être encore plus qu’ailleurs en Écosse, l’importance du tourisme dans l’économie régionale est reconnue de longue date. En 1965, lors de la création de l’organisme voué au développement de la région, Highlands and Islands Development Board (HIDB), et alors même que la région se voyait communément assigner l’étiquette « zone en déclin et à problèmes », le tourisme était présenté comme un pôle de croissance sûr qui pourrait avoir un impact rapide sur l’économie47. Plus tard, le même organisme distinguait plus spécialement le tourisme des racines et encourageait la région à exploiter l’intérêt grandissant des expatriés pour la généalogie48.

  • 49 Souvenir. Brochure. International Gathering of the Clans, Scotland 30 April-14 May 1977, Edinburgh, (...)
  • 50 James Adam, « The International Gathering strengthening world-wide links », in ibid., p. 3.
  • 51 Ibid. : « to dress up… […] it will not do any of us or anyone else any harm. »

25Il est donc révélateur que, lors de l’organisation de l’inauguration du monument sur l’île d’Arran, la date de la cérémonie qui devait marquer l’anniversaire des premiers départs, le 25 avril, ait été déplacée au 9 mai 1977 pour coïncider avec le rassemblement international des clans – un événement touristique majeur à l’initiative de l’Office de tourisme écossais. Se déroulant sur deux semaines, du 30 avril au 14 mai, il préfigurait le Homecoming des années thématiques récentes, et comprenait une première semaine d’activités variées à Édimbourg, tandis que, durant la deuxième semaine, il était prévu que les visiteurs se dispersent dans les terres claniques ou profitent de voyages organisés49. L’organisation de cet événement fut influencée par l’expérience américaine de l’après-guerre, notamment le succès rencontré par les jeux (Highland Games) de Grandfather Mountain en Caroline du Sud. Débutés en 1955, ils attiraient annuellement les associations claniques de tous les Etats-Unis, à la grande joie des hôteliers50. Dans sa présentation du rassemblement écossais, le responsable chargé de son organisation, James Adam, soulignait que la reconnaissance des Écossais « d’ailleurs » non seulement ne pouvait que conforter leur identité, mais encore avait un potentiel économique non négligeable, surtout au regard de la crise que traversait le pays dans les années 1970. Non sans dérision, il admettait que si cela impliquait bien sûr de « se déguiser » avec des tartans lors de banquets nostalgiques, « cela ne faisait de mal à personne51 » et pouvait en plus donner un coup de pouce bienvenu à l’économie.

26Cependant, alors que nostalgie et carnaval costumé étaient censés enflammer l’imaginaire des membres de la diaspora, les années 1970 et 1980 en Écosse étaient le cadre d’une campagne iconoclaste de « démystification » de la part de bon nombre d’intellectuels écossais travaillant sur l’identité et le nationalisme. Ils s’attaquaient à l’une des icones de la culture populaire, le tartan, et plus largement à la vision d’une Écosse celtique. D’après le fer de lance de ce mouvement, Tom Nairn, dont les travaux ont analysé les racines du nationalisme écossais :

  • 52 Tom Nairn, « The three dreams of Scottish nationalism », in Lindsay Paterson (ed.), A Diverse Assem (...)

[…] l’appropriation ridicule, comme symbole national, de ce qui reste de la frange celte […] de surcroît salie par un militarisme nauséabond – la dépouille du rôle particulier de l’Écosse dans la construction de l’impérialisme britannique […] voilà les symboles affligeants d’un peuple incapable de s’exprimer et de façonner les corrélats concrets satisfaisants de son expérience 52.

  • 53 Hugh Trevor-Roper, « The invention of tradition: The Highland tradition of Scotland », in Eric Hobs (...)
  • 54 Ian Brown, « Myth, political caricature and monstering the tartan », in Ian Brown (ed.), From Tarta (...)
  • 55 Craig Beveridge, Ronald Turnbull, The Eclipse of Scottish Culture, Edinburgh, Polygon, 1989, p. 14.

27S’ensuivit une vague d’analyses décapantes de la culture populaire écossaise, dont l’exemple le plus saisissant est l’exposition de 1981 organisée lors du festival d’Édimbourg par Barbara et Murray Grigor, intitulée Mythes écossais. Cette exploration satirique d’images, issues de la culture matérielle ou visuelle et considérées comme emblématiques des stéréotypes kitsch de l’Écosse, connut un succès retentissant et fut suivie d’un film diffusé à la télévision. Cette approche s’est trouvée renforcée par l’historien anglais Hugh Trevor-Roper, qui appliqua le paradigme de « l’invention de la tradition » au tartan et à l’habit des Highlands, le kilt53, dans un article maintenant dénigré pour son manque de pertinence et ses preuves plus que ténues54. En parallèle, d’autres voix assimilaient ce processus de déconstruction, ou destruction, à un exemple supplémentaire de la tendance de l’intelligentsia écossaise à jeter le discrédit sur la culture écossaise – une approche qui, à leurs yeux, était le gage d’un complexe d’infériorité55. Une expression vint résumer cette approche : servilité culturelle celte (Celtic cringe).

  • 56 Celeste Ray, Highland Heritage…, op. cit.
  • 57 Laurence Gouriévidis, The Dynamics…, op. cit., p. 19-44.

28Ces débats ne trouvèrent aucun écho au sein des membres de la diaspora écossaise qui, au même moment, s’adonnaient avec un engouement inégalé à un renouveau ethnique dont l’apanage était le tartan et la celticité56. La diaspora d’Arran s’est réjouie du programme que l’office du tourisme local a coordonné autour de l’inauguration du monument. Déplacée pour coïncider avec un événement national lié à l’esprit clanique, la cérémonie de commémoration est autant l’expression de la mémoire d’épreuves passées que la célébration de racines communes et d’affinités – gommant les disparités entre différents imaginaires sociaux et les aspérités du processus de mémorialisation. Si pour les descendants de migrants le travail de mémoire était placé sous le signe de l’unité, des racines et d’un lieu source liés à l’idée de parenté, pour les habitants d’Arran, par contraste, il portait la marque de la politique locale, en particulier la campagne d’accès à la terre et sa réforme57.

  • 58 James E. Young, « When a day remembers: A performative history of Yom ha-Shoah », History and Memor (...)

29Le rapprochement quelque peu paradoxal entre rassemblement clanique et commémoration des Clearances met en lumière non seulement le rôle d’organismes économiques dans la promotion d’une mémoire commune, mais encore et surtout le fait que des événements commémoratifs, comme l’a démontré Young, donnent lieu à un rassemblement de mémoires (collected memories) : « un moment de partage de souvenirs disparates58 ».

Mémoires transnationales depuis la dévolution

30Depuis la dévolution, la place octroyée à l’imaginaire diasporique dans le discours culturel en Écosse a fait l’objet d’une révision, entérinée sinon menée par le gouvernement, et la diaspora, en tant que ressource économique, a fait l’objet d’un intérêt soutenu.

31L’argument économique était prépondérant lorsque l’ambitieux et coûteux projet de commémoration à Helmsdale fut initialement défendu. Ses partisans maintenaient qu’il correspondait pleinement aux initiatives régionales visant le développement du tourisme des racines, puisqu’il cherchait à tirer parti du marché potentiellement lucratif des descendants de migrants de la région. Aux dires d’une élue locale :

  • 59 […] the project fits squarely with the aims and objectives of the recently approved report “Touris (...)

[…] ce projet répond aux attentes et objectifs du rapport récemment validé Le tourisme dans les Highlands : en route pour 2005, qui fait partie d’un effort concerté pour s’emparer du potentiel indubitable que le créneau spécifique de l’histoire sociale et de la généalogie offre sur l’ensemble de la région couverte par cette administration 59.

  • 60 Scottish Executive, A New Strategy for Scottish Tourism, Edinburgh, Scottish Executive, 2000, p. 28
  • 61 Ibid., p. 8
  • 62 Scottish Government, Scottish Government International Framework, Edinburgh, Scottish Government, 2 (...)
  • 63 Ibid., p. 4.
  • 64 Julie Carr, Luke Cavanagh, Scottish Government Social Research, Scottish Government, Scotland’s Dia (...)

32En 2000, Une nouvelle stratégie pour le tourisme écossais, après avoir analysé l’orientation changeante des tendances, avait identifié la généalogie, avec le golf et la culture, comme des créneaux majeurs60. Dans ce cadre, les États-Unis étaient en particulier mis en évidence comme étant le plus gros marché, représentant plus de 3,2 millions sur les 76,6 millions que comptait une tranche précise de la population : ceux nés durant le baby-boom et dont la retraite approchait. Il s’agissait là du segment ciblé par le gouvernement écossais en priorité61. En réponse aux rapports économiques qui se succédaient et soulignaient que l’Écosse faisait face à un double problème à la fois démographique et économique – un taux d’accroissement de la population réduit menant à des pénuries de main-d’œuvre qualifiée et un taux d’accroissement du PIB inférieur à celui de la moyenne du Royaume-Uni –, le gouvernement avançait des stratégies pour renforcer ses activités économiques internationales en vue d’atteindre une croissance économique durable62. Dans cette perspective, la diaspora devenait une cible de choix, pouvant à la fois consolider la réputation de l’Écosse et favoriser sa croissance économique en agissant comme une ambassadrice pour le pays63. Une profusion de rapports s’attachant à la diaspora furent commandés et publiés, certains étudiant l’expérience irlandaise en la matière, d’autres définissant les différents segments englobés dans ce terme générique, d’autres encore recommandant une stratégie de dialogue (engagement strategy) avec cette famille internationale64. Parmi les groupes visés, la diaspora « ancestrale » justifiait des actions spécifiques incitant à la (re)découverte de son patrimoine et facilitant la recherche généalogique. Des événements phares étaient particulièrement prisés et préconisés, certains à l’échelle nationale, comme les Homecoming 2009 et 2014, d’autres plus locaux mais tout aussi significatifs pour des régions distantes de la capitale et sa foule d’attractions culturelles, à l’instar de la commémoration organisée par Timespan autour du bicentenaire des évictions de Kildonan.

  • 65 Delphine Ancien, Mark Boyle, Rob Kitchi, The Scottish Diaspora…, op. cit., p27.

33Si l’économie est sans aucun doute un moteur puissant poussant au « dialogue » avec la diaspora écossaise, avec des orientations politiques défendues tout autant par la coalition travailliste/libérale-démocrate que par le SNP, il n’en demeure pas moins que la dimension culturelle a revêtu une importance grandissante aux yeux des nationalistes. Tout comme, dans le discours institutionnel entourant la diaspora, les notions d’identité, de réputation et la position de l’Écosse sur la scène mondiale sont primordiales, elles sont également cruciales aux débats sur le statut et la situation de l’Écosse au sein du Royaume-Uni – débats que le référendum sur l’indépendance de septembre 2014 a bien sûr alimenté. Puissance identitaire et dynamisme économique sont intimement imbriqués et, comme l’avançait le rapport d’Ancien, Boyle et Kitchin, concevoir l’Écosse comme englobant une population mondiale de 40 millions de personnes est une manière de penser plus vigoureuse65. Dans cette perspective, la diaspora écossaise devient fondamentale à la fabrique d’une identité écossaise distincte sur le plan mondial dans le climat politique actuel.

Conclusion

34En 2005, James Hunter, historien de l’Écosse gaélique et acteur socioculturel majeur en Écosse, préfaçait l’un de ses ouvrages sur la diaspora des Highlands en ces termes :

  • 66 James Hunter, Scottish Exodus: Travels among a Worldwide Clan (2005), Edinburgh, Mainstream, 2007, (...)

En principe, l’existence de ces personnes [membres de la diaspora] devrait être un énorme atout d’un point de vue écossais. Mais ce n’est pas le cas – la relation de l’Écosse à sa diaspora étant loin d’être aisée. Bien sûr, quand nos cousins éloignés viennent chez nous individuellement, ils sont les bienvenus. C’est leur comportement collectif, comme le traitement par les médias écossais du défilé annuel à New York, Tartan Day, l’atteste, qui nous laisse perplexes, ou pire, nous déconcerte. Il s’ensuit l’échec de l’Écosse à mobiliser sa diaspora66.

35Et Hunter d’ajouter sur les associations de clans, dont le but est de galvaniser un sens identitaire parmi leurs membres éparpillés, qu’il les trouve suspectes car elles encouragent une version déformée où les « méchants » sont absents d’un passé brutal et misérable. Ses propos illustrent une cassure que la mémorialisation des Clearances révèle pleinement – des mémoires en concurrence.

  • 67 Cette décision fait suite à l’instauration du National Tartan Day par le sénat américain, qui a sél (...)

36Mais la fissure entre l’imaginaire écossais et celui de la diaspora, que le monument d’Arran montrait, s’estompe peu à peu pour répondre aux exigences économiques et identitaires d’une nation en cours de redéfinition. Il est significatif, par exemple, que la ville d’Arbroath célèbre Tartan Day depuis 200467, ou qu’en 2013 l’Association des clans et organismes des Highlands (Association of Highland Clans and Societies) ait été fondée, le territoire des clans (clanscape) jouissant par ailleurs d’une visibilité et d’une reconnaissance accrues.

  • 68 Michel Rautenberg « Les “communautés” imaginées de l’immigration dans la construction patrimoniale  (...)
  • 69 Voir European Review, « Transnational Memory in the Hispanic World », 2014, vol. 22, n° 4.
  • 70 Michael Rothberg, Multidirectional Memory: Remembering the Holocaust in the Age of Decolonization, (...)

37Depuis la dévolution, de nouvelles images « transnationales » incorporant ce qui, par le passé, dérangeait de nombreux Écossais gagnent du terrain. Les activités patrimoniales dans la région de Sutherland sont l’illustration de ce processus, montrant que « le patrimoine se construit dans la dialectique des représentations croisées de soi-même et des autres68 » ou, dans le cas de l’Écosse, de soi-même et d’un autre soi-même. Dans les études qui interrogent les notions de mémoire transnationale et de diaspora, de nombreuses questions sont soulevées. Certaines touchent à l’origine d’une vision transnationale, impulsée du « haut », de l’élite sociopolitique, ou du « bas », d’amateurs, d’associations. D’autres s’attachent à l’ancrage des mémoires qui se construisent, notamment autour des diasporas – parviennent-elles à élaborer un imaginaire partagé, dépassant les frontières nationales comme le suggère le préfixe « trans » ? Sont-elles le reflet de nouvelles formes d’appartenance, de solidarité ou d’identité culturelle69 ? Ces études puisent souvent leurs exemples dans les grands traumatismes universels que sont l’Holocauste ou l’esclavage ; dans ce cadre, à l’idée de mémoire en compétition Rothberg préfère le concept de « mémoire multidirectionnelle », une mémoire en perpétuelle négociation, sujette à des emprunts et des ajustements70.

38Récemment, la promotion d’une mémoire diasporique en Écosse est un exemple de transnationalisme imposé par le haut, soutenu par des acteurs institutionnels qui souhaitent exploiter l’importance, pour de nombreux Écossais expatriés, d’une culture de la provenance et de l’origine – une identité sociale reposant sur les idées de lignée, de valeurs partagées et d’attachement culturel au lieu, mais aussi d’images stylisées et pratiques ritualisées. La « diasporisation » de l’Écosse désigne donc l’utilisation de la notion de « diaspora » comme une posture, une instrumentalisation à des fins socioéconomiques et politiques. Néanmoins, ce transnationalisme ne met pas en péril l’idée de nation en tant que catégorie bien démarquée, au contraire, il la redynamise et, ce faisant, il stimule de nouveaux débats et discussions autour de l’authenticité, la raison d’être et la valeur de la culture populaire et diasporique écossaise.

Haut de page

Notes

1 Depuis l’établissement du Parlement à Édimbourg en 1999, l’Écosse a, pour commencer, été dirigée par un gouvernement de coalition, alliant travaillistes et libéraux-démocrates, puis, à partir de mai 2007, par le Parti nationaliste écossais, Scottish National Party (SNP), d’abord dans un gouvernement avec une majorité relative, puis absolue à partir de mai 2011 et de nouveau relative depuis mai 2016.

2 Cité dans Euan Hague, « The emigrant experience: The Scottish diaspora », Scottish Affairs, 2000, n° 31, p. 86.

3 Le titre de cette conférence était The emigrant experience: The Scottish diaspora.

4 Roger Brubaker, « The “diaspora” diaspora », Ethnic and Racial Studies, 2005, vol. 28, n° 1, p. 1 ; voir également Stéphane Dufoix, La dispersion. Une histoire des usages du mot « diaspora », Paris, éditions Amsterdam, 2012.

5 Robin Cohen, Global Diasporas: An Introduction, London, Routledge, 2008, p. 18.

6 Distorting myth”. Thomas Martin Devine, “A global diaspora”, in Thomas Martin Devine, Jenny Wormald (eds.), The Oxford Handbook of Modern Scottish History (2012), Oxford, Oxford University Press, 2014, p. 159.

7 Thomas Martin Devine, Scotland’s Empire, 1600-1815 (2003), London, Penguin Books, 2004 ; id., To the Ends of the Earth. Scotland’s Global Diaspora, London, Penguin Books, 2011.

8 Angela McCarthy (ed.), A Global Clan. Scottish Migrant Networks and Identities since the Eighteenth Century, London, Tauris Academic Studies, 2006 ; Tanja Bueltman, Andrew Hinson, Graeme Morton (eds.), Ties of Bluid, Kin and Countrie: Scottish Associational Culture in the Diaspora, Guelph, Guelph Series in Scottish Studies, 2009 ; Tanja Bueltmann, Andrew Hinson, Graeme Morton (eds.), The Scottish Diaspora, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2013.

9 Paul Basu, Highland Homecomings: Genealogy and Heritage Tourism in the Scottish Diaspora, London, Routledge, 2007, p. 192 ; Celeste Ray, Highland Heritage: Scottish Americans in the American South, Chapel Hill, University of Carolina Press, 2001, p. 41.

10 Thomas Martin Devine, To the Ends…, op. cit., p. 85.

11 Thomas Martin Devine, « Introduction: The paradox of Scottish emigration », in id. (ed.), Scottish Emigration and Scottish Society, Edinburgh, John Donald, 1992, p. 5.

12 Ibid., p. 1-15 ; Thomas Martin Devine, To the Ends…, op. cit., p. 87-88.

13 Angela McCarthy, « The Scottish diaspora since 1815 », in Thomas Martin Devine, Jenny Wormald (eds.), The Oxford Handbook of Modern Scottish History (2012), Oxford, Oxford University Press, 2014.

14 Crofters’ Holdings (Scotland) Act.

15 Land war or Crofters’ war.

16 Eric Richards, A History of the Highland Clearances. Emigration, Protest, Reasons, London, Croom Helm, 1985, p. 179-283.

17 En particulier les ouvrages de Ian Grimble, The Trial of Patrick Sellar, London, Routledge, 1962 ; John Prebble, The Highland Clearances, Harmondsworth, Penguin Books, 1963, et David Craig, On the Crofters’ Trail, London, Jonathan Cape, 1990.

18 Ibid., p. 69, 72, 76.

19 Eric Richards, A History of the Highland Clearances…, op. cit., p. 3-151 ; Laurence Gouriévidis, « Raconter les Highland Clearances : fluctuations mémorielles et instrumentalisation de la mémoire », E-rea [En ligne], 8.3 numéro spécial, 2011.

20 En septembre 2014, un référendum sur l’indépendance a été organisé ; une majorité d’électeurs (55,3 %) ont voté en faveur du maintien de l’Écosse au sein du Royaume-Uni et 44,6 % pour son indépendance (taux de participation : 84,6 %).

21 Scottish Government, Diaspora Engagement Plan. Reaching out to Scotland’s International Family, Edinburgh, Scottish Government, 2010.

22 David Lowenthal, The Heritage Crusade and the Spoils of History, London, Viking, 1996, p. 6.

23 Ien Ang, « Unsettling the National: Heritage and Diaspora », in Helmut Anheier, Yudhishthir Raj Isar (eds.), Heritage, Memory and Identity, London, Sage, 2011, p. 92.

24 James Clifford, « Diasporas », Cultural Anthropology, 1994, vol. 9, n° 3, p. 302-338.

25 Stuart Hall, « Cultural identity and diaspora », in Jonathan Rutherford (ed.), Identity, Community, Culture, Difference, London, Lawrence and Wishart, 1990, p. 222-237.

26 Benedict Anderson, Imagined Communities, London, Verso, 1983.

27 Celeste Ray, Highland Heritage: Scottish Americans in the American South, Chapel Hill, University of Carolina Press, 2001 ; Paul Basu, Highland Homecomings: Genealogy and Heritage Tourism in the Scottish Diaspora, London, Routledge, 2007, p. 67.

28 Anne-Marie Thiesse, La création des identités nationales, Europe, xviiie-xxe siècle, Paris, Le Seuil, 1999, p. 23-33.

29 C.W.J. Withers, « The Historical creation of the Scottish Highlands », in Ian Donnachie, Christopher Whatley (eds.), The Manufacture of Scottish History, Edinburgh, Polygon, 1992, p. 143-156 ; David McCrone, Understanding Scotland. The Sociology of a Stateless Nation, London, Routledge, 1992.

30 Ducan Bruce, The Mark of the Scots: Their Astonishing Contributions to History, Science, Democracy, Literature and the Arts, New York, Citadel Press, 1996 ; Arthur Herman, How the Scots Invented the Modern World, New York, Crown Publishers, 2001.

31 Eric Richards, The Highland Clearances, Edinburgh, Birlinn, 2000.

32 A lively international discussion ».

33 http://www.museumsgalleriesscotland.org.uk/about-us/news/news-article/402/new-clearances-project-marks-200th-anniversary, consulté le 12 août 2015.

34 Laurence Gouriévidis, « Mémoires, espaces et enjeux identitaires : la commémoration des Highland Clearances dans la région de Sutherland », Seminaria, 2007, n° 3, p. 61-73.

35 John McEwen, Who Owns Scotland? A Study in Landownership, Edinburgh, EUSPB, 1977.

36 D. Fraser, « Statue unveiled in tribute to Scots exiles », The Herald, 24 July 2007 : « This statue is a reminder of the men, women and children who left Scotland and took their skills, strength and stories across the seas and shared them around the world. While we deplore the Clearances, we can be proud of the contributions that those cleared have made to humanity. »

37 Thorbjörn Campbell, Arran: A History, Edinburgh, Birlinn, 2007, p. 127-151.

38 William Mackay Mackenzie, The Book of Arran, vol. II : History and Folklore (1914), Brodick, Kilbrannan, 1982, p. 216.

39 George H. Cook, Memorial to the Arran Clearances Unveiled by Mrs Myrtle Cook Maxwell of New Brunswick, Canada, 9th May 1977, 1977.

40 Paul Basu, Highland Homecomings…, op. cit. ; Caroline Legrand, « Tourisme des racines et confrontations identitaires dans l’Irlande des migrations », Diasporas. Histoire et sociétés, 2006, n° 8, p. 162-171.

41 Texte du monument : « Érigé de la part / des descendants de migrants des Clearances d’Arran éparpillés en Amérique du Nord / à leurs braves ancêtres / qui quittèrent leur île bien-aimée pour le Canada / durant les années de clearance de 1829 à 1840. / Ici à Lamlash le 25 avril 1829 / alors qu’une partie des expulsés (86 âmes) / embarquaient sur le vaisseau Caledonia (196 tons) / le Rev. A. Mackay a fait un sermon depuis le monticule (en face) / construit par les migrants / son texte “déchargez-vous sur lui de tous vos soucis, car lui-même prend soin de vous”. / Pierre ch. 5 v. 7./ Le Caledonia arriva dans la ville de Québec le 25 juin 1829. / Ce groupe fut le premier de plus de 300 colons d’Arran / à s’installer au comté de Mégantic dans la province du Québec. / Le groupe le plus nombreux, plus de 400 personnes, partit pour / le port de Dalhousie dans le Nouveau-Brunswick, / et fut le premier à coloniser / Restigouche dans le district de la baie des Chaleurs. / Toujours forts sont les liens du sang. Le cœur reste Highland. / [En gaélique :] Les gens de mon île bien-aimée seront loyaux les uns envers les autres. »

42 Ardrossan and Saltcoats Herald, 13 mai 1977.

43 Sugar-coating » et « whitewash[ing] », Arran Banner, 21 mai 1977.

44 Robin Cohen, Global Diasporas…, op. cit., p. 77. « [… ] derived directly from the imperial heritage – the heritage of the quasi-aristocratic rule over the “natives”. »

45 Michael Kennedy, « “Lochaber no more”: A critical examination of Highland emigration mythology », in Marjory Harper, Michael E. Vance (eds.), Myth, Migration and the Making of Memory: Scotia and Nova Scotia c. 1700-1990, Edinburgh, John Donald, 1999, p. 267-297.

46 Laurence Gouriévidis, The Dynamics of Heritage: History, Memory and the Highland Clearances, Farnham, Ashgate, 2010, p. 19-44.

47 HIDB, Annual Report, 1966, 3, p. 23-27.

48 HIDB, Wet Weather Facilities Study, Inverness, Highlands and Islands Development Board, 1981, p. 18.

49 Souvenir. Brochure. International Gathering of the Clans, Scotland 30 April-14 May 1977, Edinburgh, 1977.

50 James Adam, « The International Gathering strengthening world-wide links », in ibid., p. 3.

51 Ibid. : « to dress up… […] it will not do any of us or anyone else any harm. »

52 Tom Nairn, « The three dreams of Scottish nationalism », in Lindsay Paterson (ed.), A Diverse Assembly. The Debate on a Scottish Parliament, Edinburgh, Edinburgh University Press, 1998, p. 34 (article initialement publié en 1970) : «… The ludicrous appropriation of the remains of Scotland’s Celtic fringe as a national symbol […] further blackened by a sickening militarism, the relic of Scotland’s special role in the building of British imperialism […] these are the pathetic symbols of an inarticulate people unable to forge valid correlates of their experience. »

53 Hugh Trevor-Roper, « The invention of tradition: The Highland tradition of Scotland », in Eric Hobsbawm, Terence Ranger (eds.), The Invention of Tradition, Cambridge, Cambridge University Press, 1983, p. 15-41.

54 Ian Brown, « Myth, political caricature and monstering the tartan », in Ian Brown (ed.), From Tartan to Tartanry: Scottish Culture, History and Myth, Edinburgh, Edinburgh University Press, 2010, p. 93-114.

55 Craig Beveridge, Ronald Turnbull, The Eclipse of Scottish Culture, Edinburgh, Polygon, 1989, p. 14.

56 Celeste Ray, Highland Heritage…, op. cit.

57 Laurence Gouriévidis, The Dynamics…, op. cit., p. 19-44.

58 James E. Young, « When a day remembers: A performative history of Yom ha-Shoah », History and Memory, 1990, vol. 2, n° 2, p. 70 : « A shared time of disparate remembrance. »

59 […] the project fits squarely with the aims and objectives of the recently approved report “Tourism in the Highlands: Towards 2005” as a part of a co-ordinated attempt to unlock the undoubted niche market potential of social history/genealogy throughout the Council’s area » [En ligne], consulté le 12 août 2015. URL : http://www.caithness.org/fpb/september2002/clearancesproject.htm

60 Scottish Executive, A New Strategy for Scottish Tourism, Edinburgh, Scottish Executive, 2000, p. 28.

61 Ibid., p. 8

62 Scottish Government, Scottish Government International Framework, Edinburgh, Scottish Government, 2008.

63 Ibid., p. 4.

64 Julie Carr, Luke Cavanagh, Scottish Government Social Research, Scottish Government, Scotland’s Diaspora and Overseas-Born Population, Edinburgh, Scottish Government, 2009 ; Delphine Ancien, Mark Boyle, Rob Kitchin, The Scottish Diaspora and Diaspora Strategy: Insights and Lessons from Ireland, Edinburgh, Scottish Government, 2009 ; Alasdair Rutherford, Engaging the Scottish Diaspora: Rationale, Benefits and Challenges, Edinburgh, Scottish Government, 2009 ; Scottish Government, Diaspora Engagement Plan…, op. cit.

65 Delphine Ancien, Mark Boyle, Rob Kitchi, The Scottish Diaspora…, op. cit., p27.

66 James Hunter, Scottish Exodus: Travels among a Worldwide Clan (2005), Edinburgh, Mainstream, 2007, p. 14 : « In principle, the existence of those people [members of the diaspora ] ought to be of huge advantage from a Scottish standpoint. But it is not – Scotland’s relationship with its overseas diaspora being anything but easy. Of course, when our distant cousins come as individuals to our homes, we make them welcome. It is their collective behaviour, as can be seen from the Scottish media’s treatment of New York’s annual Tartan Day parade, we find mystifying or, worse, embarrassing. Hence Scotland’s failure to mobilize its diaspora. » En 1998, le sénat américain a instauré le National Tartan Day qui donne lieu à une fête annuelle (voir Euan Hague, « National Tartan Day: Rewriting history in the United States », Scottish Affairs, 2002, n° 38, p. 94-124).

67 Cette décision fait suite à l’instauration du National Tartan Day par le sénat américain, qui a sélectionné la date de la signature de la déclaration d’Arbroath, le 6 avril 1320, pour cette fête annuelle.

68 Michel Rautenberg « Les “communautés” imaginées de l’immigration dans la construction patrimoniale », Les Cahiers de Framespa [En ligne], 3/2007, mis en ligne le 1er octobre 2007, consulté le 6 juillet 2016. URL : http://framespa.revues.org/274.

69 Voir European Review, « Transnational Memory in the Hispanic World », 2014, vol. 22, n° 4.

70 Michael Rothberg, Multidirectional Memory: Remembering the Holocaust in the Age of Decolonization, Stanford, Stanford University Press, 2009, p. 3.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Fig. 1 : Emplacement des musées-monuments.
Crédits © Laurence Gouriévidis.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/665/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 72k
Titre Fig. 2 : Diaspora Stone. Pour l’exposition de 2013, Timespan a demandé à l’artiste Carolyn Lefley de créer une œuvre d’art inspirée par la fouille de Caen ; il en résulta ces « pierres de la diaspora ».
Crédits © Laurence Gouriévidis.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/665/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 3 et 4 : The Emigrants.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/665/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 348k
Crédits © Laurence Gouriévidis.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/665/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 256k
Titre Fig. 5 : Isle of Arran Heritage Museum, exposition sur les Clearances.
Crédits © Laurence Gouriévidis.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/665/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Fig. 6 et 7 : Monument aux Clearances sur l’île d’Arran.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/665/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/665/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 474k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurence Gouriévidis, « Mémoires en migration, patrimoine et diasporisation de l’Écosse », Diasporas, 28 | 2016, 133-151.

Référence électronique

Laurence Gouriévidis, « Mémoires en migration, patrimoine et diasporisation de l’Écosse », Diasporas [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 28 juin 2017, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/665 ; DOI : 10.4000/diasporas.665

Haut de page

Auteur

Laurence Gouriévidis

Laurence Gouriévidis est professeur d’histoire britannique des xixe et xxe siècles à l’université Blaise-Pascal de Clermont-Ferrand. Ses recherches portent sur la mémoire à la fois comme source et objet d’histoire. Elle travaille sur les formes et la construction du patrimoine et du discours patrimonial attachées à la muséologie, aux monuments et aux pratiques commémoratives. Son terrain d’étude est principalement l’Écosse et en particulier la période des Highland Clearances. Ses travaux incluent aussi une approche comparative à travers l’étude de musées écossais et australiens. Parmi ses publications récentes : The Dynamics of Heritage: History, Memory and the Highland Clearances, Aldershot, Ashgate, 2010 ; Museums and Migration: History, Memory and Politics (ed.), Londres, Routledge, 2014.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org