Navigation – Plan du site

Les trajectoires en bouleversement d’un vieux quartier d’immigration à Paris : une approche micro-géographique

Entretien avec Marie Chabrol réalisé par Anouche Kunth
Studying an old immigrant neighbourhood of Paris and its disrupted trajectories: A micro-geographic approach. Interview with Marie Chabrol
Marie Chabrol et Anouche Kunth
p. 85-114

Résumés

Cet entretien avec la géographe Marie Chabrol donne une lecture sociale et urbaine des mutations qui, de nos jours, affectent un vieux quartier d’immigration à Paris, Château-Rouge, « internationalement connu pour être une importante centralité commerciale africaine dans une ville européenne ». Temporalités urbaines et trajectoires individuelles sont au cœur d’une enquête géographique qui se sait recevable de l’apport théorique de la microstoria.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Marie Chabrol, De nouvelles formes de gentrification ? Dynamiques résidentielles et commerciales à (...)

1Nous avons eu à cœur, pour ce numéro sur les relations « villes-diasporas » auquel ont essentiellement pris part des historiens modernistes, de proposer un entretien d’ouverture. Par ouverture, il faut entendre l’envie de confronter nos approches historiennes à celles d’une géographe, Marie Chabrol, maître de conférences à l’université de Picardie-Jules-Verne, auteur d’une thèse de doctorat1 sur le quartier de Château-Rouge, sis dans 18e arrondissement de Paris et « internationalement connu pour être une importante centralité commerciale africaine dans une ville européenne », souligne la chercheuse.

2Au départ, une même attention portée au vaste « laboratoire social » qu’est la ville, selon les mots de Robert Park, où observer les interactions qui s’agencent autour d’une présence immigrée, présumée singulière, visible, différenciée. Un même intérêt pour les configurations spatiales qui ressortent d’un ensemble de pratiques partagées, articulées à une activité, à une communauté de liens et de réseaux ; pour la coexistence, également, de ces pratiques avec des pratiques autres, dont l’apparition atteste de dynamiques sociales renouvelées au sein d’un quartier. Une même conviction, enfin, en l’apport heuristique d’une analyse multi-scalaire, donnant toutefois la préférence à l’échelle microscopique pour sa capacité à circonscrire les lieux de l’expérience et, partant, à rendre intelligibles les processus sociaux qui s’attachent aux usages variés, parfois concurrentiels, de l’espace urbain.

  • 2 D’après Marcel Roncayolo, Lectures de ville : formes et temps, Marseille, Parenthèses, 2002 (cité p (...)

3Ces connivences épistémologiques, rappelées en leurs grandes lignes, relient le travail de Marie Chabrol à un pan de l’histoire sociale prenant pour objet d’étude les centralités immigrées dans la ville. Elles n’en aboutissent pas moins à une mise en intrigue différente de la réalité observée. Autres questionnements, on va le voir. Autres méthodes, à l’évidence, que ces enquêtes menées dans la rue ou dans l’immeuble à l’aide de questionnaires, ou appareil photo en main. La géographe s’est cependant rendue aux Archives, avec l’intention de questionner le temps long pour mieux mettre au jour les évolutions urbaines en cours. À l’arrivée, les « lectures de ville2 » que propose Marie Chabrol nous offrent la possibilité de faire bouger les lignes directrices de notre propre réflexion sur les communautés ethniques/nationales/étrangères en contexte urbain, de perdre de vue l’objet diaspora, tout en questionnant le cosmopolite

*

Anouche Kunth : Marie Chabrol, votre travail se reconnaît de plusieurs filiations intellectuelles et scientifiques. L’une d’elles, dites-vous, appréhende la ville « en mouvement ». Pouvez-vous expliciter cette approche, ses enjeux sous-jacents, les questionnements qu’elle féconde, pour vous géographe ?

Marie Chabrol : Il est difficile de penser la ville de manière statique : c’est un objet en recomposition continuelle, qui se transforme et se refaçonne sous l’action publique aussi bien que privée. Songeons par exemple aux changements de fonction et d’usages des lieux, aux actions de rénovation du bâti, de construction du neuf, de restructuration, etc. Les pratiques des habitants, et tout particulièrement leurs pratiques de mobilité, contribuent également à ces transformations, qu’il s’agisse des mobilités quotidiennes, résidentielles, ou des migrations. Or ce mouvement permanent n’affecte pas toutes les parties de la ville ni tous les habitants de la même manière, ce qui génère des décalages, perceptibles à travers les composantes de la population, les traces matérielles et les activités sociales.

Dans un lieu donné coexistent plus ou moins longtemps des strates d’habitants et d’habitat de différentes époques, chaque strate venant figurer un moment spécifique du passé. Ce trait est particulièrement fort aujourd’hui dans les vieux quartiers d’immigration à Paris. Prenons un quartier comme Château-Rouge, au cœur de la Goutte d’Or : dans ses immeubles coexistent aujourd’hui des habitants dont l’histoire singulière renvoie à différentes séquences migratoires, différentes vagues de peuplement du quartier. On rencontre ainsi des Italiens, Espagnols, Russes, Algériens, Français rapatriés d’Algérie installés dans les années 1950, mais également des Yougoslaves, des Tunisiens et des Maliens venus dans les années 1980, etc.

  • 3 Chibani est le nom donné aux vieux migrants maghrébins, anciens travailleurs à la retraite, circula (...)

Cette stratification temporelle s’observe encore sur le plan du bâti ; dans un même immeuble peuvent voisiner des logements vétustes, sans salle de bains, inchangés depuis les années 1950, avec d’autres réhabilités tout récemment qui pourraient figurer dans des magazines de décoration très pointus… L’examen des fonctions, et particulièrement des activités commerciales, conduit à renouveler ce constat : quelques cafés et restaurants tournés vers une clientèle de chibanis3, qui fréquentent le quartier depuis les années 1950, jouxtent des restaurants et des boutiques apparus plus tardivement, qui s’adressent quant à eux à une clientèle subsaharienne arrivée depuis les années 1980 ; d’autres commerces, beaucoup moins nombreux, visent les nouveaux habitants du quartier depuis une dizaine d’années. Toutes ces strates, tous ces décalages – qui sont constitutifs de la ville – sont aussi perceptibles à l’échelle de la rue et de ceux qui la fréquentent. On les retrouve, enfin, dans les récits du quartier qu’en font ses habitants.

Un des enjeux de mon travail a été de saisir ces décalages, non seulement de les montrer, mais également d’en comprendre les dynamiques. C’est pour cela que j’ai fait le choix d’une double entrée, par les trajectoires et par les temporalités urbaines. La lecture des travaux de Marcel Roncayolo m’a été fondamentale pour appréhender la ville en mouvement, c’est-à-dire comme un système asynchrone dont le bâti, les activités, les habitants s’inscrivent dans des trajectoires façonnées par différents cycles urbains, dont on se doit de retrouver les traces.

  • 4 Françoise Dureau (dir.), Métropoles en mouvement : une comparaison internationale, Paris, Economica (...)
  • 5 Alain Faure, Claire Lévy-Vroelant, Une chambre en ville, hôtels meublés et garnis de Paris, 1860-19 (...)

Cette entrée par les temporalités urbaines et par le mouvement inscrit ma démarche dans une perspective pluridisciplinaire, et dans la lignée de travaux assez récents sur la ville, où la géographie s’enrichit d’approches méthodologiques développées notamment en démographie4. La démographie historique et l’histoire contemporaine m’ont aussi beaucoup inspirée. Deux auteurs m’ont particulièrement aiguillonnée, je pense à la sociologue Claire Lévy-Vroelant et à l’historien Alain Faure, auteurs de recherches sur « l’entrée dans la ville » au xixe siècle, et d’un ouvrage commun, Une chambre en ville, consacré aux hôtels meublés et aux garnis parisiens5.

AK : Du « mouvement », un excellent cas d’école est donné par un quartier en cours de gentrification comme Château-Rouge. Or, trait spécifique à cette configuration, les acteurs principaux de ce « mouvement », c’est-à-dire « les nouveaux arrivants », ne sont pas, ici, des migrants, mais les membres de la classe moyenne, arrivant dans un quartier populaire et immigré. Quel renversement de perspective cela induit-il ? Est-ce une manière de prendre vos distances avec les approches ethno-centrées, de questionner l’ethnique autrement ?

MC : Par définition, la gentrification signifie l’arrivée dans un quartier ancien et populaire de nouveaux habitants issus des couches moyennes, qui contribuent à la réhabilitation du bâti et à l’évolution des fonctions du quartier. Dans tous les cas, et surtout au début du processus, il y a un décalage très fort entre ces nouveaux habitants et ceux qui sont « déjà-là ». Mais quand il s’agit d’un ancien quartier d’accueil, tels que l’ont été la Goutte d’Or et Château-Rouge depuis le xixe siècle (avec des vagues de migrants d’abord internes à la France, puis européens, puis maghrébins, subsahariens, asiatiques), ce décalage est encore plus fort. Poussés par la flambée des prix de l’immobilier dans les autres quartiers de Paris, les nouveaux arrivants qui s’installent dans un quartier en gentrification y font monter les prix des logements, à la location et à l’achat. À Château-Rouge, les prix ont été multipliés par trois durant la décennie 2000, alors qu’ils ne faisaient « que » doubler pour l’ensemble de la capitale. La conséquence directe, plus ou moins rapide en fonction des contextes urbains, est l’éviction des populations habitantes les plus pauvres et les plus vulnérables. Tout un stock de logements disparaît petit à petit : ceux qui accueillaient des habitants modestes, dans des conditions certes parfois sordides, mais qui avaient quand même le mérite d’exister. Avec ces logements pour les plus pauvres – et pour les primo-migrants dans le cas de Château-Rouge –, c’est aussi la fonction d’accueil du quartier qui disparaît, du moins la fonction d’accueil qui passait historiquement par l’espace résidentiel.

  • 6 Yankel Fijalkow, Claire Lévy-Vroelant (dir.), « Rester en (centre-)ville : résistance et résilience (...)

Car si cette fonction d’accueil se maintient encore aujourd’hui, cela passe en grande partie par d’autres aspects du quartier : la structure commerciale, la présence associative, les personnes que l’on peut y rencontrer et qui sont des vecteurs d’information et de ressources, qu’il s’agisse de subvenir à des besoins de base (se nourrir pour peu cher, trouver un toit) ou de travailler, y compris pour de petits travaux rémunérés de la main à la main : décharger des caisses pour un commerce, y faire le ménage, vendre à la sauvette dans la rue… Toutes ces structures, matérielles ou immatérielles, font désormais partie de ce que les sociologues urbains étudient comme des aménités faisant perdurer une fonction d’accueil en ville pour les plus démunis6. Indépendamment de critères socioéconomiques, cette hospitalité passe aussi par le fait de retrouver un peu de soi dans ces quartiers marqués par l’immigration : entendre sa langue, manger un plat de son pays, y trouver des produits familiers.

Sur un plan méthodologique, saisir cette fonction d’accueil à travers l’existence d’un tissu social spécifique nécessite en effet de renverser la perspective selon laquelle ce type de quartier est en général étudié et de le faire non uniquement par des catégories d’habitants, mais par l’espace urbain et par les pratiques. Cela implique d’entrer par exemple par la rue ou l’immeuble afin de saisir tous les groupes, migrants et non migrants, nouveaux et anciens habitants, y compris dans leurs interactions, ce qui est un bon moyen de réfléchir sur les rapports à l’altérité.

Cette approche amène en effet à décloisonner certaines catégories considérées trop souvent comme homogènes. Les migrants qui fréquentent Château-Rouge pour y faire des courses, y compris ceux d’origine subsaharienne, sont très différents les uns des autres : ils sont issus de plus de vingt pays de naissance différents, habitent des lieux de résidence très divers (à Paris, en banlieue parisienne, en province et même à l’étranger), exercent des activités variées, et viennent là selon des fréquences et pour des raisons très diverses. Mais ces commerces et ces ambiances sont aussi appréciés par des non-migrants, y compris des anciens et des nouveaux habitants du quartier.

AK : Vous privilégiez dans votre travail la notion de « coexistence » pour penser la configuration que dessinent à Château-Rouge plusieurs groupes distincts d’acteurs. Coexistence qui inscrit un moment singulier dans l’histoire du quartier, par la double dimension spatiale et temporelle qu’elle recouvre. Pouvez-vous en donner les caractéristiques principales, en soulignant, le cas échéant, ce qui distingue cette coexistence de la simple « coprésence » ?

MC : Étudier un espace urbain comme Château-Rouge permet de réfléchir à la coprésence de populations (qui peuvent être des résidents du quartier ou des personnes résidant ailleurs), de fonctions et d’usages différents dans un même lieu. Cette coprésence est une caractéristique consubstantielle de la ville, rappelons-le, même si certaines villes ou portions de ville se ferment à certains groupes, activités ou fonctions.

La notion de coexistence permet, quant à elle, de réfléchir aux interactions qui se produisent au sein de cet espace urbain entre des dynamiques et des populations variées. Il y a ici un jeu d’échelles intéressant à saisir, car il peut y avoir coprésence de processus et de populations très différentes à l’échelle du quartier, de la rue ou de l’immeuble, qui peuvent entraîner des situations de coexistence très diverses. Je trouve très intéressant d’analyser le moment où l’on passe de la coprésence à la coexistence. À quel moment remarque-t-on son voisin ? À quel moment la présence d’un autre (et je ne parle pas là des origines nationales uniquement, mais aussi des caractéristiques sociodémographiques) peut-elle interagir sur un quotidien et des comportements ? Je vais illustrer cela par un exemple très concret. J’ai eu plusieurs entretiens avec une femme âgée, qui habitait un immeuble du quartier depuis cinquante-cinq ans au début de mes enquêtes. Or son immeuble commençait à être investi par de nouveaux habitants, encore peu nombreux, avec lesquels les relations se réduisaient à de simples « bonjour » « bonsoir » dans les parties communes. Et tout d’un coup, en quelques mois, plusieurs appartements autour du sien ont été achetés par de nouveaux habitants qui y ont fait faire de très gros travaux. Pour cette vieille femme, ce qui était une simple coprésence s’est transformé en une coexistence qui a totalement bouleversé son espace de vie au quotidien : du bruit et des allées et venues liés aux travaux, des modes de vie très différents du sien et de ceux qui avaient été ses anciens voisins pendant plusieurs décennies. Finalement, le changement des règles de la copropriété décidé par des nouveaux arrivants devenus majoritaires dans l’immeuble l’a décidée à mettre son appartement en vente et à partir. La coexistence peut bien sûr être illustrée aussi par des exemples plus « positifs », mais dans tous les cas il s’agit d’interactions qui ont des conséquences spatiales et sociales, notamment en termes de pratiques résidentielles (installation ou départ) ou quotidiennes (choisir de se promener dans le quartier durant les moments d’affluence liés aux commerces, ou au contraire développement de stratégies d’évitement).

AK : Trois notions charpentent votre grille de lecture des changements en cours à l’échelle du quartier : structure, continuité et bifurcation. À chacune correspondent une temporalité particulière, des formes urbaines et des pratiques spécifiques. Pouvez-vous sérier les phénomènes observables à travers chacune de ces notions et, plus largement, expliciter l’intérêt de cette armature conceptuelle, qui fournit, à mon sens, une trame d’analyse extrêmement féconde ?

MC : La ville contemporaine est marquée et façonnée par des temporalités multiples, qui sont liées aux transformations de la société, de l’économie et du bâti. Les transformations sociales peuvent être plus rapides que celles du bâti, et inversement. D’où l’observation de décalages et de discontinuités, dans un réel stable en apparence. Encore une fois, c’est particulièrement le cas dans un quartier en gentrification, qui se trouve par définition dans un moment de transition. Les notions de structure, continuité et bifurcation m’ont permis de construire une grille d’analyse de la complexité de ces situations de changement urbain et social, puisqu’elles permettent de sérier des phénomènes très différents mais présents dans un même lieu et un même moment.

La structure m’a permis par exemple de réfléchir et de travailler en profondeur sur la question du bâti, souvent paradoxalement oubliée de nombreux travaux sur la gentrification. Quel est le rôle de la morphologie urbaine héritée du xixe siècle dans les évolutions d’un quartier comme Château-Rouge ? Les logiques qui ont prévalu à sa construction ont disparu (loger des ouvriers et des employés à peu de frais et à côté de leurs lieux d’emploi) mais le cadre qu’elles exercent à travers le parcellaire, la trame urbaine, la taille des constructions ou les types de matériaux est bien réel sur les populations qui résident et circulent dans ce quartier. Ces éléments structurels peuvent accélérer le changement à un moment donné (s’ils sont patrimonialisés), ou le freiner si les contraintes qu’ils font peser l’emportent sur les avantages (étroitesse des rues, manque de luminosité par exemple).

  • 7 Matthieu Giroud, Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre a (...)

La continuité permet d’analyser le maintien d’une situation sur un temps plus ou moins long. À la suite des travaux de Matthieu Giroud7, je l’ai utilisée notamment pour décrire le maintien de pratiques populaires dans des quartiers dont les résidents appartiennent de moins en moins aux classes populaires. Ces pratiques sont le fait de populations qui ne vivent pas ou plus sur place depuis longtemps, mais qui ont l’habitude de s’y rendre, pour y faire des courses ou y rencontrer des connaissances. Je travaille aujourd’hui sur un quartier de Bruxelles, le quartier Heyvaert, où ces continuités sont analysées comme une forme de résilience du tissu social, qui devient ainsi résistant aux changements imposés par les évolutions métropolitaines et les pouvoirs publics.

  • 8 Bernard Lepetit, Denise Pumain (dir.), Temporalités urbaines, Paris, Anthropos, 1993.

La bifurcation m’a aidée à penser le changement au moment où il se produit de manière irrévocable et où, selon l’analyse systémique, se produit une discontinuité radicale entre un type de structure ou un autre8. Dans un immeuble, c’est ainsi le cas d’un logement vétuste qui a pendant des années été loué à des migrants, souvent sans papiers, et dans lequel le propriétaire décide de faire des travaux de réhabilitation pour le louer plus cher, à des étudiants par exemple. Par définition, la gentrification est une bifurcation dans la trajectoire des anciens quartiers populaires. C’est un moment d’instabilité entre deux types de structure : celle du quartier populaire et celle du quartier gentrifié.

  • 9 Carlo Ginzburg, Carlo Poni, « La micro-histoire », Le Débat, 1980, n° 17, p. 133-137.
  • 10 Jacques Revel, Jeux d’échelles : la micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard, 1996.
  • 11 Maurice Halbwachs, Morphologie sociale, Paris, Armand Colin, 1938.

AK : Venons-en à votre réflexion sur les échelles d’analyse. Votre travail se dit redevable de la microstoria, citant Ginzburg9, Poni, Revel10, mais aussi Halbwachs11 et sa réflexion sur la « morphologie sociale ». En somme, de l’intérêt porté à la disposition des sociétés « sur le sol », à l’analyse « au ras du sol » des trajectoires individuelles, vous nous tendez une sorte de manifeste pour une « micro-géographie » capable de saisir sur la longue durée de fines oscillations sociales.

MC : Je trouve vraiment fascinant le réinvestissement de l’échelle locale effectué par les micro-historiens. Je leur suis beaucoup redevable de leurs travaux et de leurs écrits théoriques. En tant que géographe, je pense que leurs réflexions sur la variation des différentes échelles d’analyse ont été particulièrement parlantes pour moi et m’ont aidée à construire une véritable approche, à la fois problématique et méthodologique.

En ce qui concerne mon objet d’étude (les quartiers populaires en transformation), cette approche « au ras du sol » me permet de défendre certains choix. Premièrement, si mon travail est complémentaire de travaux statistiques sur la gentrification (qui mesurent par exemple l’augmentation relative et absolue des habitants de catégories socioprofessionnelles supérieures dans un quartier entre deux recensements), il s’en démarque dans le sens où je ne cherche pas à atteindre une quelconque représentativité, mais à décrire des processus qui sont parfois insaisissables à d’autres échelles d’analyse. Pour donner un exemple, c’est le cas de l’hébergement de tiers (amis, famille, compatriotes), pratique qui n’est pas recensée, surtout si les hébergés sont sans-papiers, mais qui permet de fait le maintien de populations vulnérables et issues de l’immigration dans l’espace urbain. Un espace urbain, notons-le, où statistiquement elles n’apparaissent pas, mais qu’elles marquent de leur présence au quotidien. Deuxièmement, mon travail s’inscrit dans un champ actuel des études urbaines qui prend en compte tous les habitants (entendus ici dans un sens beaucoup plus large que celui de résidents), y compris les plus modestes et parfois les plus invisibles, dans l’étude du changement urbain. Les pratiques quotidiennes et les trajectoires de tous influent sur les évolutions des espaces urbains, que ce soit pour en accélérer les changements ou pour les freiner. Les pratiques quotidiennes, dans le sens où elles permettent des continuités, peuvent être lues comme des actions de résistance.

  • 12 Philippe Artières, Rêves d’histoire. Pour une histoire de l’ordinaire [2006], Paris, Verticales, 20 (...)

AK : Pour un historien, votre protocole d’enquête a quelque chose de fascinant également, car il permet d’entrer de plain-pied dans la réalité observée : le quartier, la rue, l’immeuble. Les contributeurs de ce dossier s’arrêtent, eux aussi, sur les places publiques, dans les auberges, mais par la seule médiation de l’archive. Dans Rêves d’histoire, Philippe Artières12 dit combien il serait passionnant de faire la biographie d’un immeuble : cela, vous l’avez réalisé. Qu’est-ce qu’une « trajectoire de logement » ? Comment l’avez-vous pratiquée ? Qu’est-ce que cette entrée permet de questionner ?

MC : Un de mes objectifs était de comprendre le rôle du cadre bâti – une structure – dans l’évolution des dynamiques de peuplement. Pour cela, j’ai reconstitué des histoires d’immeubles (cinq en tout, d’architecture et d’époques différentes), depuis leur construction, en essayant de récolter de l’information à l’échelle des logements (soixante-dix au total, de taille et d’état très divers). J’ai ainsi pu mettre en évidence des époques et des mouvements au sein de ces immeubles, de dévalorisation ou de revalorisation par exemple, et individualiser des histoires de logements, que j’ai appelées des « trajectoires » en m’inspirant de l’approche biographique développée en démographie. La typologie de ces trajectoires de logements à laquelle je suis parvenue m’a permis de classer les soixante-dix logements étudiés en cinq types, de ceux amenés à disparaître parce qu’ils seront prochainement démolis à ceux qui sont déjà réhabilités et transformés, en passant par ceux qui ne sont pas encore réhabilités mais qui ont du potentiel, etc. C’est une typologie très qualitative, mais je pense qu’elle serait valide pour un nombre bien plus grand de logements, voire pour l’ensemble du stock du quartier. Ce serait une autre manière de mesurer l’avancement de la gentrification, qui est toujours réalisé à partir des catégories socioprofessionnelles des occupants.

  • 13 Archives départementales de la Seine.

Un autre objectif de ces enquêtes dans les immeubles était de collecter une information très fine sur les occupants anciens et actuels, et d’observer les départs et les arrivées sur la durée de la thèse. Pour tout cela, j’ai utilisé les archives13 et enquêté de la manière la plus systématique possible auprès des habitants de ces immeubles pendant quatre ans. Les plus anciens d’entre eux m’ont été d’une grande aide, en me racontant leur vie et celle de leur voisinage, et en me donnant accès à certains documents – des actes de propriété par exemple – qui m’ont permis de cerner le profil des occupants précédents : ce fut souvent une manière « incarnée » d’accéder à l’histoire sociale et migratoire du quartier, et de réfléchir aux temporalités urbaines évoquées plus haut.

Réaliser ces histoires d’immeubles a été passionnant. Cette approche permet de capter de manière très fine comment avance la gentrification, ce qui la freine, les situations de coexistence qu’elle implique. Travailler à cette échelle m’a permis de voir que le processus n’allait pas toujours aussi vite que le décrivait la littérature. Par ailleurs, cette entrée par l’espace, et non par un groupe, a aussi l’avantage de pouvoir capter tous les types d’habitants : les nouveaux venus (ou gentrifieurs) et les autres, souvent issus d’épisodes migratoires anciens. Nous disposons de nombreux travaux sur les gentrifieurs, mais beaucoup moins sur ceux qui sont considérés comme les gentrifiés et qui vivent de l’intérieur la transformation de leur quartier. Et encore moins sur ceux qui sont déjà partis. Il reste de belles choses à faire concernant l’étude de la gentrification et de ses effets : suivre ceux qui partent. C’est peut-être là l’avantage de travailler sur le temps présent et non uniquement sur des archives.

AK : Vous soulignez aussi l’importance des « pratiques non résidentielles » qui confèrent à Château-Rouge une identité très particulière, via son activité commerciale. Ce sont là des acquis très intéressants sur la dissociation des espaces et l’articulation de leurs fonctionnalités (ou inversement). Ne disent-ils pas la nécessité d’aller au-delà des inscriptions résidentielles pour penser les dynamiques de groupe et les identités de quartier ?

MC : Oui, tout à fait. La ville contemporaine est de plus en plus marquée par de fortes différenciations fonctionnelles et sociales de ses espaces. Le quartier où l’on réside, travaille, fait ses courses et fréquente ses proches n’existe plus, si tant est qu’il ait existé un jour. C’est un mythe bien utile à certaines associations de riverains ou politiques. Partout, les usages dominants – qui peuvent varier en fonction des jours de la semaine et des heures de la journée – construisent l’image et le marquage social du quartier. Or, dans le cas d’une centralité commerciale immigrée comme Château-Rouge, où les activités attirent une clientèle venue principalement de l’extérieur et souvent de loin, ce sont les usagers qui donnent au lieu son image de « quartier africain », et non les résidents. Il faut donc en effet aller bien au-delà des inscriptions résidentielles pour analyser la ville contemporaine, mais aussi pour agir sur cette dernière. Je pense là à l’action publique nécessaire pour que la ville, en tant qu’espace de ressources, reste ouverte à tous. Si on ne peut pas toujours agir sur le résidentiel pour faire de la ville un espace où vivent tous les groupes sociaux (loi du marché oblige…), il reste possible d’en faire un espace plurifonctionnel où continuent de se croiser, de se côtoyer et de coexister tous ces groupes.

AK : Comment ces pratiques inscrivent-elles Château-Rouge dans un « système de lieux » ? Font-elles « déborder » le quartier à l’échelle internationale en le reliant, par exemple, à d’autres quartiers de ce type (Brixton à Londres, Matonge à Bruxelles) ? Parler de diaspora « marchande » aurait-il un sens pour Château-Rouge et ses réseaux/circuits commerciaux ?

MC : La notion de « système de lieux » permet de prendre en compte tous les lieux qui font sens pour un individu (son lieu de résidence, de travail, les espaces qu’il fréquente pour faire des courses, pour visiter ses proches, etc.). Nous évoluons tous au sein de lieux que nous mettons en réseau les uns avec les autres par nos pratiques. Ces systèmes de lieux peuvent être en partie partagés par d’autres qui nous ressemblent, d’une manière ou d’une autre : Paris et Deauville font partie du système de lieux de nombreux Parisiens qui s’y rendent en vacances ou en week-end. Lorsqu’il y a migration, ces « systèmes » peuvent être très étendus et impliquer des lieux très éloignés les uns des autres, reliés par des pratiques de mobilité, mais aussi des liens affectifs et familiaux. Une décision à Bamako peut avoir des conséquences immédiates à Paris. C’est là, je pense, un des traits communs de Château-Rouge avec Brixton à Londres ou Matonge et Heyvaert à Bruxelles : tous ces lieux font partie de systèmes complexes, étendus à plusieurs pays et connectés à l’Afrique. Ils sont, de plus, reliés entre eux par des circulations, et tout particulièrement entre Paris et Bruxelles. Il est fréquent, en effet, que des commerçants ou revendeurs en semi-gros installés en Belgique viennent s’approvisionner en produits africains à Château-Rouge.

L’un des traits caractéristiques d’une diaspora réside précisément dans l’interpolarité des liens, donc dans la mise en relation de lieux distants, qui font système entre eux. De nombreux commerçants de Château-Rouge, particulièrement ceux qui sont implantés depuis longtemps et quelle que soit leur origine nationale, sont issus de diasporas marchandes bien connues aujourd’hui, comme celles des mourides du Sénégal ou des Tunisiens originaires de la région de Djerba, dont les investissements des revenus du commerce se font autant à Paris que dans les pays d’origine.

AK : La ville, selon Julien Gracq, est dans l’esprit de ses habitants ; vous-même interrogez les perceptions que les gens ont des lieux : en quoi, alors, les imaginaires permettent-ils d’appréhender la ville ? En quoi façonnent-ils la ville ? Une trame des études diasporiques s’intéresse à la diaspora comme « communauté imaginée ». D’un imaginaire à l’autre, la ville est-elle le réceptacle d’imaginaires diasporiques ? Si oui, comment le percevez-vous, en géographe ?

MC : Les quartiers anciens d’immigration jouent un rôle très important dans la ville, je crois qu’ils façonnent autant les imaginaires de la ville que la ville elle-même. Parce que ce sont des entrées dans la ville, ils font partie des mémoires partagées de générations de migrants : pour ceux qui y ont vécu et ceux qui continuent de les fréquenter. Ils restent importants pour ceux qui viennent d’arriver et même pour ceux qui n’y viendront jamais. Château-Rouge est connu en Afrique. Certaines personnes que j’ai enquêtées ont d’abord été déçues en s’y rendant pour la première fois à leur arrivée en France, car elles se l’imaginaient différemment. Le fait que des quartiers comme Château-Rouge continuent d’exister et de fonctionner dans une ville comme Paris, c’est-à-dire une ville de plus en plus excluante sur le plan du logement, est aussi très important. Ce sont des espaces où un étranger peut se sentir un peu moins étranger. Des lieux où ceux qui sont minoritaires la plupart du temps deviennent majoritaires, où ils peuvent entendre leur langue, consommer des produits du pays, trouver des ressources et de l’information. Ce sont également des lieux importants pour l’ensemble des citadins, car ce sont autant des espaces à découvrir que des repères dans la ville. Tout cela dessine une géographie sociale et culturelle très intéressante à explorer.

AK : L’appel à contributions encourageait les auteurs à méditer la notion de cosmopolitisme. Or dans la littérature scientifique sur la gentrification, le terme de « cosmopolite » est parfois attribué aux néo-résidants du quartier – ces « nouvelles populations, plus aisées et plus instruites que les précédentes », dites-vous, en quête d’un certain « exotisme ». Que penser de l’emploi de ce terme, au cœur d’un processus d’appropriation de l’espace, qui s’accompagne nécessairement de tensions ? Est-ce là une illustration de l’ambivalence que recèle cette notion ?

  • 14 Patrick Simon, « La société partagée, relations interethniques et interclasses dans un quartier en (...)
  • 15 Lydie Launay, « Négocier la diversité au quotidien. Des rapports de voisinage et des choix scolaire (...)

MC : C’est Patrick Simon, aujourd’hui chercheur à l’INED, qui a utilisé le terme de « cosmopolite » pour parler, dès le milieu des années 1990, des nouveaux habitants de Belleville, qu’on appellerait des « gentrifieurs » aujourd’hui14. À l’époque, il décrit des catégories aisées, qui investissent volontairement le quartier par attrait pour sa dimension migratoire : la diversité de la population, la mémoire attachée au lieu, les ambiances, les restaurants et les commerces… Tout en respectant aussi une certaine distance sociale avec cet environnement lorsque cela leur paraît nécessaire. Depuis plus de dix ans, une partie des nouveaux habitants de Château-Rouge se comportent de la même manière : ils apprécient sincèrement l’ambiance et l’animation d’un quartier qui ne ressemble pas aux autres. Mais d’autres aspects peuvent leur être pesants et les amènent à développer des stratégies d’évitement, voire un jour à quitter le quartier. L’école est sans doute le sujet le plus crispant, à Belleville comme à Château-Rouge. C’est là toute l’ambiguïté de ce côtoiement – pourtant choisi – de populations différentes, ce que montrent une série de travaux récents sur la mixité sociale : il s’agit d’une mixité sous contrôle, qui n’est pas exempte de tensions, et qui met en scène des groupes sociaux très inégalement dotés15. La gentrification est par définition un rapport inégalitaire d’appropriation de l’espace.

Haut de page

Notes

1 Marie Chabrol, De nouvelles formes de gentrification ? Dynamiques résidentielles et commerciales à Château-Rouge (Paris), thèse de géographie, université de Poitiers, 2011.

2 D’après Marcel Roncayolo, Lectures de ville : formes et temps, Marseille, Parenthèses, 2002 (cité par M. Chabrol).

3 Chibani est le nom donné aux vieux migrants maghrébins, anciens travailleurs à la retraite, circulant notamment entre la France et l’Algérie. À la Goutte d’Or, nombre d’entre eux vivent encore dans les hôtels meublés du quartier.

4 Françoise Dureau (dir.), Métropoles en mouvement : une comparaison internationale, Paris, Economica, 2000 ; Christophe Imbert, Hadrien Dubucs, Françoise Dureau, Matthieu Giroud, D’une métropole à l’autre. Pratiques urbaines et circulations dans l’espace européen, Paris, Armand Colin, 2014.

5 Alain Faure, Claire Lévy-Vroelant, Une chambre en ville, hôtels meublés et garnis de Paris, 1860-1990, Grane, Creaphis, 2007. Voir aussi : Claire Lévy-Vroelant, « Histoires d’immeubles et d’habitants : Versailles, 1831-1954 », in Annie Fourcaut, La ville divisée. Les ségrégations urbaines en question : France, xviiie-xxe siècle, Grane, Créaphis, 1996 ; Claire Lévy-Vroelant (dir.), Logements de passage. Formes, normes, expériences, Paris, L’Harmattan, 2000 ; Claire Lévy-Vroelant, Céline Barrère, Hôtels meublés de Paris. Enquêtes sur une mémoire de l’immigration, Grane, Créaphis, 2012.

6 Yankel Fijalkow, Claire Lévy-Vroelant (dir.), « Rester en (centre-)ville : résistance et résilience de la ville ordinaire dans quatre quartiers de villes capitales (Paris, Lisbonne, Bruxelles et Vienne) », rapport rendu au PUCA pour la consultation de recherche « Ville ordinaire et métropolisation » [En ligne], http://www.urbanisme-puca.gouv.fr/la-ville-ordinaire-et-la-metropolisation-a480.html

7 Matthieu Giroud, Résister en habitant ? Renouvellement urbain et continuités populaires en centre ancien (Berriat Saint-Bruno à Grenoble et Alcântara à Lisbonne), thèse de doctorat en géographie, université de Poitiers, 2007.

8 Bernard Lepetit, Denise Pumain (dir.), Temporalités urbaines, Paris, Anthropos, 1993.

9 Carlo Ginzburg, Carlo Poni, « La micro-histoire », Le Débat, 1980, n° 17, p. 133-137.

10 Jacques Revel, Jeux d’échelles : la micro-analyse à l’expérience, Paris, Gallimard, 1996.

11 Maurice Halbwachs, Morphologie sociale, Paris, Armand Colin, 1938.

12 Philippe Artières, Rêves d’histoire. Pour une histoire de l’ordinaire [2006], Paris, Verticales, 2014.

13 Archives départementales de la Seine.

14 Patrick Simon, « La société partagée, relations interethniques et interclasses dans un quartier en rénovation, Belleville, Paris 20e », Cahiers internationaux de sociologie, 1995, n° 68, p. 161-190.

15 Lydie Launay, « Négocier la diversité au quotidien. Des rapports de voisinage et des choix scolaires sous contrôle », in Marie Chabrol, Anaïs Collet, Matthieu Giroud, Lydie Launay, Max Rousseau, Hovig Ter Minassian, Gentrifications, Paris, éditions Amsterdam, 2016.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie Chabrol et Anouche Kunth, « Les trajectoires en bouleversement d’un vieux quartier d’immigration à Paris : une approche micro-géographique », Diasporas, 28 | 2016, 85-114.

Référence électronique

Marie Chabrol et Anouche Kunth, « Les trajectoires en bouleversement d’un vieux quartier d’immigration à Paris : une approche micro-géographique », Diasporas [En ligne], 28 | 2016, mis en ligne le 28 juin 2017, consulté le 20 août 2017. URL : http://diasporas.revues.org/643 ; DOI : 10.4000/diasporas.643

Haut de page

Auteurs

Marie Chabrol

Marie Chabrol est géographe, maître de conférences à l’université de Picardie-Jules-Verne et membre du laboratoire Habiter le Monde (EA 4287). Ses recherches portent sur les transformations contemporaines des quartiers populaires et immigrés à Paris et Bruxelles, à travers l’étude des pratiques quotidiennes des habitants. Elle a publié plusieurs articles sur le maintien de commerces immigrés et de populations vulnérables en contexte de gentrification et coécrit (avec Anaïs Collet, Matthieu Giroud, Lydie Launay, Max Rousseau et Hovig Ter Minassian) l’ouvrage Gentrifications, publié en 2016 aux éditions Amsterdam.

Anouche Kunth

Chargée de recherche au CNRS (Migrinter).

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org