Skip to navigation – Site map
Bibliothèque

Imaginer la citoyenneté au musée. Compte-rendu de la conférence de Peggy Levitt au Musée national de l’histoire de l’immigration

(1er octobre 2015)
Julie Voldoire
p. 198-201
Bibliographical reference

Imaginer la citoyenneté au musée, conférence de Peggy Levitt au Musée national de l’histoire de l’immigration, 1er octobre 2015

Full text

  • 1 Professeure de sociologie au Wellesley College et chercheure associée à Harvard University.
  • 2 Peggy Levitt, Artifacts and Allegiances. How Museums Put the Nation and the World on Display, Oakla (...)
  • 3 « […] a citizen who would be a citizen of the whole world and able to compare what happens in one p (...)

1Que signifie collecter ? Peggy Levitt1 donne une première réponse à cette question en amorçant son ouvrage (Artefacts et allégeances. Comment les musées exposent la nation et le monde2) par le récit de la trajectoire de Sir Hans Sloane (médecin britannique mais aussi naturaliste et numismate) qui contribua, en léguant ses trésors d’histoire naturelle et autres curiosités collectées aux quatre coins du monde (Jamaïque, Chine, Japon, etc.), à la création en 1753 du British Museum. L’ambition de ce musée d’histoire et de culture humaine était de mettre à la disposition du public britannique une collection provenant de divers pays permettant d’imaginer « […] un citoyen qui voudrait être un citoyen du monde entier capable de comparer ce qui se passe dans une partie du monde et dans une autre, et par-dessus tout de comprendre comment le monde est connecté3 ».

  • 4 Catherine Brice (université Paris Est Créteil Val-de-Marne), Thomas Lacroix (laboratoire Migrinter) (...)
  • 5 Les musées pris en compte par Peggy Levitt sont en particulier le musée Vasa de Stockholm, le Musée (...)

2Catherine Brice, Thomas Lacroix, Hilaire Multon et Stéphanie Mahieu ont été invités, autour de Peggy Levitt, au Musée national de l’histoire de l’immigration par Marianne Amar pour échanger le 1er octobre 20154 à propos de son livre récemment publié aux Presses de l’université de Californie. Dans cet ouvrage, Peggy Levitt met en récit différents cas situés dans sept villes distinctes en Europe, plus particulièrement en Scandinavie (Copenhague, Göteborg, Stockholm), aux États-Unis (New York et Boston), en Asie (Singapour) et au Proche-Orient (Doha)5. Elle le fait d’une part en croisant des données sociologiques empiriquement situées, d’autre part en décrivant finement l’atmosphère qui régnait dans ces musées au moment de ses enquêtes. Au sujet du musée national du Danemark à Copenhague, elle écrit :

  • 6 « The city woke up to a velvet blue sky […] The sunlight flooded its large entrance hall as I enter (...)

« La ville se réveillait sous un ciel bleu azur […] Les rayons du soleil inondaient le large hall d’entrée lorsque j’arrivai […]. Une bande d’enfants négligés dégringolait dans le hall […] ils firent irruption devant une interprétation vibrante de l’hymne national danois. “Il y a un pays gracieux” chantèrent-ils […]. C’est ainsi qu’une nouvelle génération de Danois apprend le passé de légende de sa nation […]6. »

  • 7 Caroline Douki et Philippe Minard, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échel (...)
  • 8 Speranta Dimitru, « Qu’est-ce que le nationalisme méthodologique ? Essai de typologie », Raisons po (...)

3Comment les musées rendent-ils compte de la diversité ? Par une démarche qui emprunte notamment à l’histoire connectée7, Peggy Levitt met au centre de sa recherche la relation entre, d’un côté, les musées et leurs collections et, de l’autre, les entités nationale et mondiale. Ainsi, elle entend saisir la manière dont la diversité qui se trouve aux portes des musées est représentée de manière plurielle en leur sein. Pour ce faire, l’auteure questionne les schèmes de représentation et de pratique des personnels de musée (directeurs, conservateurs, commissaires d’exposition, etc.), à travers quelque cent quatre-vingt-cinq entretiens et par l’étude fine des collections et des logiques culturelles, sociales et politiques présidant à la mise en place des expositions. De plus, pour rendre compte de la manière dont ces derniers traitent de la diversité, Peggy Levitt use d’approches diverses, qu’il s’agisse de la géographie de son enquête, des jeux d’échelles, ou de la variété des musées choisis (nationaux et d’histoire culturelle ; ethnographiques à visée communautaire, etc.). La démarche méthodologique empruntée prend ainsi de la distance avec le « nationalisme méthodologique stato-centriste », décrit notamment par Speranta Dimitru8, majoritaire dans les travaux de sciences humaines et sociales. Pour autant, Peggy Levitt prend la nation au sérieux comme en témoigne la centralité accordée à la catégorie de citoyenneté.

  • 9 Yves Déloye, « Les origines intellectuelles de la socialisation civique en France. Sources et quest (...)
  • 10 Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil, 1990.
  • 11 Jean Leca, « Chapitre 7. Individualisme et citoyenneté », in Pierre Birnbaum, Jean Leca (dir.), Sur (...)

4De son investigation empirique, l’auteure déduit que le musée ne peut pas se résumer à sa dimension culturelle. Ainsi, comme l’a souligné un des intervenants, l’institution muséale n’est plus seulement l’apanage du beau qui conduirait nécessairement au bon et au vrai. Elle est saisie comme une instance de « socialisation civique9 » qui interroge concomitamment la place que l’institution accorde, pour paraphraser Paul Ricœur, au « même » et à « l’autre »10. En effet, en partant de l’idée que les musées ne font pas que représenter, au sens où ils seraient des fenêtres sur tout ou partie de la nation, mais qu’ils contribuent à la façonner, cette table ronde a mis au cœur des discussions la manière dont l’accélération des mobilités interroge avec acuité la capacité des musées à représenter en un seul et même lieu des personnes qui ont peu en commun les unes avec les autres. Cet enjeu est, selon Peggy Levitt, d’autant plus complexe qu’il croise des modes de réflexion et des façons de penser indubitablement nationaux, avec des manières de vivre qui échappent en partie à la nation et s’avèrent internationalisées. Aussi, si les musées contribuent aujourd’hui encore à donner un visage à la citoyenneté, celui-ci est davantage international qu’il n’est universel. Par ce constat, Peggy Levitt sort de la dialectique individualisme versus universalisme11 qui tend à réduire les acceptions de la citoyenneté, et donne à l’institution muséale la possibilité d’en imaginer des formes renouvelées.

5Dans la suite du débat s’est posée la question de savoir comment les musées pouvaient, dans un monde transnational, construire une continuité entre le national et le global. Pour répondre à cette question, Peggy Levitt a distingué trois variations, qui pourraient constituer autant d’idéaux-types, vis-à-vis de ce qu’elle nomme le continuum « nationalisme-cosmopolite » commun aux études de cas. Au Danemark et en Suède, vus du côté de l’État-nation, les musées n’ont pas vocation à affirmer un statut de leader, mais plutôt à conférer du sens aux constructions nationales. Ainsi, à Copenhague, le Musée national du Danemark utilise le référent global pour réaffirmer la place du national dans la construction de la citoyenneté danoise. Dit autrement : le cosmopolitisme et les valeurs qui lui sont sous-jacentes permettraient le renforcement de la nation. Aux États-Unis, en dépit de configurations diverses, les musées auraient un trait commun. Ils n’auraient pas pour obligation de mettre en scène la diversité, puisque les citoyens américains en seraient déjà convaincus, comme ils seraient, et de manière paradoxale, convaincus d’appartenir à une superpuissance mondiale. À Singapour et à Doha, le traitement de la diversité ethnique et raciale au sein des musées est, à l’inverse, largement pris en charge par les États, qui s’octroient le droit de dire qui appartient (ou pas) à l’entité nationale. D’où l’importance, ici, de la centralisation étatique.

  • 12 Sophie Wahnich, « L’impossible patrimoine négatif », in Annette Wieviorka, Piotr Cywinski (dir), Le (...)

6Si la richesse des cas choisis par Peggy Levitt est incontestable, ces derniers tendent, dans une certaine mesure, à mettre en avant une histoire « positive », voire « positiviste », fondée sur un agencement presque linéaire du temps. Or, l’étude aurait peut-être gagné à prendre également en compte des cas « négatifs » comme – et pour prendre un parfait contre-exemple – le musée d’Auschwitz-Birkenau (Oświęcim). Il permettrait de faire dialoguer les réflexions de Peggy Levitt et celles de Sophie Wahnich qui s’interrogeait, en 2010, à propos du musée d’Auschwitz-Birkenau, sur les manières de traiter d’un « patrimoine négatif 12».

7Existe-t-il un « ordre muséal » à l’heure de la globalisation ? Répondant à cette dernière question, Peggy Levitt a voulu mettre en lumière le rôle joué par la circulation des objets et des collections, au sein même du musée. Dès lors, les institutions muséales ne sont plus exclusivement perçues comme des systèmes clos voulant se défendre des expériences venant de l’étranger. Elles permettent en leur sein la mobilité des objets et cette mobilité s’accroît dès l’instant où les publics s’en emparent. La question de la disposition des expositions et celle de la circulation dans le musée ne sont donc pas anecdotiques car elles disent non plus seulement de l’origine, des traditions et des valeurs, mais également des interconnexions que l’institution souhaite créer entre les cultures. Ainsi, il devient possible de distinguer entre les musées nationaux où les objets présents sont censés représenter la nation, et les musées ethnographiques où les objets sont considérés comme importants à montrer aux autres, voire au reste du monde, en tout cas pas seulement à leurs concitoyens. En ce sens, les institutions muséales, selon leur catégorie, développent des chemins de connaissance distincts les uns des autres.

8L’importance de la prise en compte de la circulation des objets au sein des musées, dans le contexte de consommation et de production culturelle dite globale, a été corroborée par la nouvelle présentation de la Galerie des dons mise en place en mars 2014, par le Musée national de l’histoire de l’immigration. Alors que l’exposition permanente du Musée (Repères) présente une histoire collective et à certains égards chronologique, la Galerie des dons, qui compte aujourd’hui une cinquantaine de donateurs, veut refléter des histoires singulières et entremêlées, qu’il s’agisse des dates ou encore des pays de départ ou d’arrivée.

  • 13 Hélène du Mazaubrun, « De la mémoire familiale au patrimoine national », Guide de la Galerie des do (...)

9La Galerie des dons met l’accent sur la circulation des objets au-dehors, puis dans le musée. Leur entrée dans les collections les fait, en effet, entrer dans le patrimoine national ; ils changent donc de nature et de destination. Mais au-delà, à travers le récit du don, « la Galerie des dons propose une indexation qui fait écho à la démarche du donateur et à sa manière de se positionner dans le vivre ensemble et dans le temps13 ». Ainsi, les objets ne sont plus les seuls à être donnés en partage au public, l’acte du don l’est aussi et révèle ainsi les positionnements des donateurs dans les espaces sociaux et politiques au sein desquels ils évoluent.

10Cette rencontre a permis d’affirmer que les musées contribuent non plus seulement à représenter une histoire nationale, mais à la créer. Dans cette optique, les musées n’auraient pas, dès lors, pour unique but de collecter et de classer. Ils ne reproduiraient pas seulement l’existant ou encore les frontières intérieures. Ils auraient également un pouvoir de remémoration autant qu’un pouvoir critique.

Top of page

Notes

1 Professeure de sociologie au Wellesley College et chercheure associée à Harvard University.

2 Peggy Levitt, Artifacts and Allegiances. How Museums Put the Nation and the World on Display, Oakland, University of California Press, 2015.

3 « […] a citizen who would be a citizen of the whole world and able to compare what happens in one part of the world to what happens in another, and above all to see how connected the world is », propos de Neil Mac Gregor (directeur du British Museum à partir de 2002) rapportés par Peggy Levitt, ibid., p. 2.

4 Catherine Brice (université Paris Est Créteil Val-de-Marne), Thomas Lacroix (laboratoire Migrinter), Hilaire Multon (Musée d’archéologie nationale), Stéphanie Mahieu (Musée national de l’histoire de l’immigration), Marianne Amar (Musée national de l’histoire de l’immigration).

5 Les musées pris en compte par Peggy Levitt sont en particulier le musée Vasa de Stockholm, le Musée national du Danemark, le Musée des cultures du monde de Göteborg, le Musée des beaux-arts de Boston, le Metropolitan Museum of Art de New York, le Musée de la civilisation asiatique à Singapour ou celui de l’art islamique à Doha.

6 « The city woke up to a velvet blue sky […] The sunlight flooded its large entrance hall as I entered […] A gaggle of floppy children tumbled into the foyer […] they erupted into a rousing rendition of the Danish national anthem. ‘I know a lovely land’ sang they […]. So, another generation of Danes learns about its nation’s fabled past […] », Peggy Levitt, Artifacts and Allegiances…, op. cit., p. 14.

7 Caroline Douki et Philippe Minard, « Histoire globale, histoires connectées : un changement d’échelle historiographique ? Introduction », Revue d’histoire moderne contemporaine, 2007, V, n° 54-4 bis, p. 7-21.

8 Speranta Dimitru, « Qu’est-ce que le nationalisme méthodologique ? Essai de typologie », Raisons politiques, II, n° 54, p. 9-22.

9 Yves Déloye, « Les origines intellectuelles de la socialisation civique en France. Sources et questions », Sociétés contemporaines, 1994, XX, n° 1, p. 111-128.

10 Paul Ricœur, Soi-même comme un autre, Paris, Le Seuil, 1990.

11 Jean Leca, « Chapitre 7. Individualisme et citoyenneté », in Pierre Birnbaum, Jean Leca (dir.), Sur l’individualisme, Paris, Presses de Sciences Po, 1991, p. 159-209.

12 Sophie Wahnich, « L’impossible patrimoine négatif », in Annette Wieviorka, Piotr Cywinski (dir), Le futur du musée d’Auschwitz. Actes de la journée d’études du 11 mai 2010, Les Cahiers Irice [En ligne] 7, 2011, p. 50, consulté le 25 novembre 2015. URL : http://irice.univ-paris1.fr/IMG/pdf/pdf_Volume_integral_Cahier_7_-_copie.pdf

13 Hélène du Mazaubrun, « De la mémoire familiale au patrimoine national », Guide de la Galerie des dons, Paris, Musée de l’histoire de l’immigration, 2014, p. 8-9 et « Faire entrer les “récits de soi” au musée. La collection ethnographique de la Cité nationale de l’histoire de l’immigration », Diasporas. Histoire et sociétés, n° 22, 2013, p. 168-179.

Top of page

References

Bibliographical reference

Julie Voldoire, « Imaginer la citoyenneté au musée. Compte-rendu de la conférence de Peggy Levitt au Musée national de l’histoire de l’immigration », Diasporas, 27 | 2016, 198-201.

Electronic reference

Julie Voldoire, « Imaginer la citoyenneté au musée. Compte-rendu de la conférence de Peggy Levitt au Musée national de l’histoire de l’immigration », Diasporas [Online], 27 | 2016, Online since 01 December 2016, connection on 23 June 2017. URL : http://diasporas.revues.org/472

Top of page

About the author

Julie Voldoire

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org