Skip to navigation – Site map
Bibliothèque

Laurent Vidal, Ils ont rêvé d’un autre monde

Paris, Flammarion, coll. « Au fil de l’histoire », 2014
Sébastien Rozeaux
p. 194-197
Bibliographical reference

Laurent Vidal, Ils ont rêvé d’un autre monde, Paris, Flammarion, coll. « Au fil de l’histoire », 2014.

Full text

  • 1 Laurent Vidal et Guy Martinière, Les Européens et la mer au xviiie siècle : les Ibériques de l’Atla (...)
  • 2 Laurent Vidal, Mazagão, la ville qui traversa l’Atlantique : du Maroc à l’Amazonie (1769-1783), Par (...)

1Professeur d’histoire contemporaine à l’université de La Rochelle, Laurent Vidal témoigne une fois encore par cet ouvrage de son intérêt pour l’étude des circulations des personnes et des idées dans l’espace atlantique1, en retraçant ici l’histoire de la création d’un phalanstère au Brésil dans les années 1840. Le titre, Ils ont rêvé d’un autre monde, évoque habilement l’ambition de ces quelques centaines de « réalisateurs » français de l’utopie fouriériste qui font du « nouveau monde » leur terre d’élection afin d’y bâtir la société de labeur, d’harmonie et de paix à laquelle ils aspirent. Le choix d’un tel sujet, bâtir une ville nouvelle dans un « autre monde », fait aussi écho à son travail sur la « mobilité des capitales » en Amérique2 .

  • 3 Voir, à ce sujet : Carlo Ginzburg, « L’historien et l’avocat du diable », entretien avec Charles Il (...)

2Endossant les habits du parfait « enquêteur », Laurent Vidal nous livre ici les leçons remarquables d’un travail de terrain minutieux, en France (Archives nationales, départementales et municipales, Archives diplomatiques de Nantes), au Brésil, bien sûr (Archives de l’Itamaraty, de Joinville ou de l’État de Santa Catarina, etc.), et à Londres. Le croisement de sources très diverses, depuis la correspondance diplomatique jusqu’à la presse quotidienne et périodique (du Havre, de Paris, de Rio de Janeiro, etc.), en passant par les listes des passagers embarqués sur les navires transatlantiques, a permis à l’historien de remonter la piste de ces voyageurs particuliers. Lorsque les sources se sont révélées par trop lacunaires, Laurent Vidal mobilise d’autres outils, ceux de l’imagination, maniant l’hypothèse avec rigueur et une apparente jubilation afin de combler les vides d’une narration qui, au fil des quatre parties de l’ouvrage, relate le « fiasco » (relatif) de l’épopée phalanstérienne. Il s’inscrit ce faisant dans une tradition historique déjà ancienne, convoquant les noms d’Alain Corbin et de Carlo Ginzburg lorsqu’il tente de cerner le profil psychologique de ces aventuriers du nouveau monde3. Enfin, plus inattendu dans un ouvrage d’histoire, il n’hésite pas également à citer et à s’inspirer, afin de mener au plus loin cette « archéologie de l’espérance », de l’œuvre de poètes (Baudelaire, Cendrars, etc.), de philosophes (Walter Benjamin, Jacques Rancière, etc.) et d’écrivains contemporains, à l’instar de Pierre Michon ou Jean-Christophe Bailly, dont les œuvres dépeignent avec tant de justesse et de poésie les « vies minuscules » de gens d’ici et d’ailleurs. Cette présence de l’auteur dans ces pages, par l’usage récurrent et assumé du « je » dans l’écriture, le recours à l’imagination et la convocation d’un panthéon littéraire et intellectuel personnel, s’incarne singulièrement dans ces brèves pages en italiques qui ponctuent l’avancée de l’enquête, au début et à la fin de chacune des parties du livre.

  • 4 Voir, pour une contextualisation à l’échelle de l’Amérique : Pierre-Luc Abramson, Mondes nouveaux e (...)

3Le point de départ de cette enquête, venons-y, est un discours reproduit dans les colonnes du Jornal do Commercio (Rio de Janeiro) en 1841, prononcé par le porte-parole de ces artisans et ouvriers fraîchement débarqués de France et reçus en audience par le tout jeune empereur Dom Pedro II dans son palais, avant qu’ils ne gagnent la province de Santa Catarina pour y fonder un phalanstère sur une presqu’île vierge de toute occupation. Laurent Vidal nous entraîne donc sur les traces de ces fouriéristes français, dans une démarche d’histoire croisée, afin de cerner les ressorts de cette « utopie sociale » dont la genèse et la mise en œuvre s’inscrivent dans d’intenses circulations transatlantiques, entre la France et le Brésil : « Des Français qui partent s’installer au Brésil pour œuvrer à la rénovation de l’humanité, n’est-ce pas l’occasion d’envisager une histoire, à l’échelle atlantique, du désir de changement social ? » (p. 12). La première partie de l’ouvrage est consacrée à identifier ces fouriéristes qui, les premiers, ont envisagé de créer un phalanstère à des milliers de kilomètres de la France. À cet égard, l’ouvrage aurait peut-être ici gagné à mener plus en profondeur la comparaison avec d’autres projets contemporains d’« utopies sociales » en Amérique, afin d’en dégager les spécificités ou les traits communs4.

4Charles Fourier, inventeur de la « science sociale », meurt en 1834 et certains de ses disciples, les « réalisateurs », se disent partisans de la fondation de communautés de vie et de travail afin de mettre en œuvre sans plus tarder la doctrine fouriériste. Ceux-ci se rassemblent autour d’une revue, Le Nouveau Monde, fondée en 1839 à Paris. Ils désignent alors un missionné, Benoît Mure, pour gagner le Brésil afin de préparer leur prochain départ. Mure, né à Lyon en 1809, est un médecin homéopathe converti aux idées fouriéristes. Il fonde une école phalanstérienne en Sicile en 1839, puis un institut homéopathique à Paris, lorsqu’il intègre la rédaction du Nouveau Monde. Le choix du Brésil ne relève pas du hasard, car Paris compte alors de fins connaisseurs des choses et des richesses de ce pays, parmi lesquelles Ferdinand Denis, homme de lettres et bibliothécaire respecté. En 1840, Mure embarque donc au Havre afin de trouver un lieu et de solliciter l’aval des autorités brésiliennes. À Rio de Janeiro, son entregent et ses recommandations lui permettent de s’attirer la bienveillance du gouvernement, lequel envisage d’un bon œil la promesse faite de l’installation de centaines d’artisans, ouvriers et ingénieurs afin de contribuer à l’essor d’une industrie nationale encore balbutiante. Laurent Vidal souligne à juste titre l’originalité de cette rencontre improbable entre les attentes des utopistes fouriéristes et les intérêts politiques d’un pouvoir impérial soucieux d’attirer vers lui les migrants européens afin d’accélérer la mise en valeur des matières premières et des réserves foncières de l’Empire.

5La deuxième partie de l’ouvrage traite des étapes préparatoires à la création du phalanstère, entre Rio de Janeiro et Paris. Le choix de la péninsule de Sahy, dans la province de Santa Catarina, résulte d’une mission exploratoire menée au début de l’année 1841. Habilement, Mure s’assure l’appui du potentat local, avant d’obtenir, de retour à Rio de Janeiro, et non sans peine, le soutien financier du gouvernement. L’émissaire correspond depuis le Brésil avec ses compagnons du Nouveau Monde, lesquels ont pris l’initiative de fonder en mai 1841 la société « Union industrielle », afin d’organiser la future colonie et le recrutement des colons. Cette « union » compte dans sa direction de nombreux Lyonnais, pour beaucoup anciens saint-simoniens, parmi lesquels Michel Derrion. La création de cette société n’est pas du goût de Mure, qui a les saint-simoniens en détestation et évoque dans ses lettres la crainte que les statuts de l’Union industrielle ne finissent par échauder les autorités au Brésil. Mais l’éloignement et les délais inhérents à une correspondance transatlantique lui interdisent de peser sur le déroulé des événements en France, où les réalisateurs s’apprêtent déjà à quitter Paris. La traversée de l’Atlantique de cette première colonne de migrants, parce qu’« elle s’insère dans un ensemble complexe de dispositifs juridiques, économiques et techniques, capables de bouleverser l’organisation même du projet » (p. 387), est l’objet d’un récit aussi détaillé que possible (p. 152-164) de la part de Laurent Vidal, qui s’appuie pour ce faire sur les quelques sources à sa disposition et les nombreuses « hypothèses » qu’il échafaude : ces « tâtonnements » de l’historien permettent de rendre compte des probables effets de la traversée sur l’équipage et ses passagers, car celle-ci constitue « une première mise à l’épreuve pour une communauté tout juste cousue de mots à son départ » (p. 388).

6La troisième partie de l’ouvrage retrace la courte existence de la « colonie » subventionnée par un pouvoir soucieux de promouvoir d’abord la « colonisation » agricole et industrielle du pays. Benoît Mure, reconnu comme entrepreneur de la colonie, se trouve en délicatesse avec le directoire de l’Union industrielle, qui ne voit en lui que le simple émissaire de la société. Au départ de Rio de Janeiro, sur les 113 personnes ayant quitté Paris en septembre 1841, ils ne sont que 55 à appareiller, le 30 décembre 1841. À peine arrivés à Sahy, de nouvelles divisions se font jour, avant que quelques dissidents restés un temps à Rio de Janeiro arrivent enfin avec Michel Derrion et fondent une colonie autonome à quelques encablures de là. La brouille persiste parmi les phalanstériens, tandis que les travaux stagnent et que l’exaspération gagne les autorités brésiliennes, lasses de ce spectacle affligeant et financé sur les deniers publics. Dès lors, la « course aux colons » engagée entre les deux colonies tourne court, quand bien même ce sont au total près de 600 réalisateurs qui débarquent au Brésil entre 1841 et 1844 : les désertions se multiplient au sein de communautés dont les membres peinent à concilier entre elles deux temporalités : « celle, tournée vers le futur, d’un projet pensé en France et transplanté au Brésil, et celle, ancrée dans le quotidien, d’une colonie européenne naissante dans une zone rurale du Brésil, où s’accumulent difficultés et déceptions » (p. 244).

7La déréliction de l’expérience utopique ne doit pas pour autant être pensée comme la fin de cette histoire. Et Laurent Vidal de consacrer la dernière partie de son ouvrage à « la multiplicité des choix rendus possibles par l’insertion de cette communauté dispersée dans l’espace atlantique » (p. 388). Entreprise ambitieuse et minutieuse que cette micro-histoire, pour retrouver la trace de ces quelques dizaines de Français dont le nom lui est connu. Nombre de ces voyageurs, « instables et fragiles », s’enracinent malgré tout au Brésil, à l’instar de ces cinquante-neuf Français embauchés afin de construire des routes dans la province de Rio de Janeiro, sous la direction de l’ingénieur Charles Rivière. Rares sont ceux qui, tel Jean-Louis Boulay, renouent avec l’expérience fouriériste en participant à la fondation – éphémère – de la commune sociétaire de Réunion au Texas. Benoît Mure, lui, devient un notable de Rio de Janeiro où il fonde un Institut homéopathique en 1843. Sa disgrâce en 1847 le convainc de regagner la France, où il écrit quelques ouvrages à succès, puis de gagner l’Égypte, où il prétend « poser les fondations d’une humanité renouvelée » – il y mourra en 1858. À Sahy, il ne reste rien, ou si peu, de ces deux phalanstères ennemis, là où par deux fois Laurent Vidal s’est rendu. Reste à défaut cette « mémoire polyphonique » et transatlantique que l’historien s’est exercé à restituer, usant pour ce faire d’une méthode historique aussi rigoureuse que personnelle.

Top of page

Notes

1 Laurent Vidal et Guy Martinière, Les Européens et la mer au xviiie siècle : les Ibériques de l’Atlantique au Pacifique, Paris, Ophrys, 1997. Laurent Vidal et Michel Bertrand (dir.), À la redécouverte des Amériques : les voyageurs européens au siècle des indépendances, Toulouse, PUM, 2002. Laurent Vidal et Tania de Luca (dir.), Les Français au Brésil, xixe-xxe siècles, Paris, Les Indes savantes, 2011.

2 Laurent Vidal, Mazagão, la ville qui traversa l’Atlantique : du Maroc à l’Amazonie (1769-1783), Paris, Aubier, 2005. Laurent Vidal (dir.), Capitales rêvées, capitales abandonnées. Considérations sur la mobilité des capitales dans les Amériques (xixe-xxe siècles), Rennes, PUR, 2014.

3 Voir, à ce sujet : Carlo Ginzburg, « L’historien et l’avocat du diable », entretien avec Charles Illouz et Laurent Vidal, première partie, Genèses, 2003/4, n° 53, p. 113-138. Carlo Ginzburg, « L’historien et l’avocat du diable », suite de l’entretien avec Charles Illouz et Laurent Vidal, Genèses 2004/1, n° 54, p. 112-129.

4 Voir, pour une contextualisation à l’échelle de l’Amérique : Pierre-Luc Abramson, Mondes nouveaux et nouveau monde : les « utopies sociales » en Amérique latine au xixe siècle, Dijon, Presses du réel, 2014. On trouvera des considérations très riches et plus succinctes sur ce sujet dans : Geoffroy de Laforcade, « Migrants transnationaux et anarchisme en Amérique latine, fin du xixe siècle-début du xxe siècle », Revue d’histoire du xixe siècle, 2015/2, n° 51, p. 107-123.Voir également, à propos des rivalités au sein du petit monde des fouriéristes français installés ou de passage au Brésil à cette même époque : Claudia Poncioni, « Vauthier and the circulation of techniques, books and ideas in Pernambuco: Three passeurs, two eras », in Márcia Abreu et Ana Cláudia Suriani da Silva (dir), The Cultural Revolution of the Nineteenth Century. Theatre, the Book-Trade and Reading in the Transatlantic World, New York-Londres, I.B. Tauris, 2016, p. 102-117. 

Top of page

References

Bibliographical reference

Sébastien Rozeaux, « Laurent Vidal, Ils ont rêvé d’un autre monde », Diasporas, 27 | 2016, 194-197.

Electronic reference

Sébastien Rozeaux, « Laurent Vidal, Ils ont rêvé d’un autre monde », Diasporas [Online], 27 | 2016, Online since 01 December 2016, connection on 19 August 2017. URL : http://diasporas.revues.org/469

Top of page

About the author

Sébastien Rozeaux

CRBC – Mondes Américains / EHESS, Paris.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org