Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Le huguenot Jean Rou (1638-1711), savant, éducateur, fonctionnaire

Annette Shahar
p. 189-190
Référence(s) :

Michael Green, The Huguenot Jean Rou (1638-1711): Scholar, Educator, Civil Servant, Paris, Honoré Champion, coll. « Vie des huguenots », vol. 69, 2015, 480 p.

Texte intégral

1Michael Green, dans sa thèse de doctorat publiée chez Honoré Champion, nous révèle une figure peu connue à notre époque, sinon par un petit nombre de spécialistes du xviie siècle. Son travail traite une série de sujets présentant un intérêt académique certain tant pour les historiens que pour les littéraires. Se basant sur les mémoires de Jean Rou lui-même, sur d’autres documents contemporains dans lesquels il apparaît, comme les écrits de Pierre Bayle, ainsi que sur de larges recherches archivistiques, il offre non seulement une étude biographique de Jean Rou mais aussi un panorama de la période où il a vécu. Jean Rou constitue un paradigme des huguenots de son époque, persécuté pour ses idées. Plusieurs de ses contemporains ont d’ailleurs, comme lui, écrit des autobiographies, dans le but d’instruire leurs enfants ou d’informer le public étranger sur les événements dont ils ont été témoins et sur les persécutions qu’ils ont subies.

2Un autre objectif de ce livre est d’examiner pourquoi certains calvinistes français sont devenus éducateurs. Présents sur la scène pédagogique de leur pays comme au Refuge, ils exerçaient leur activité à différents niveaux, en tant que précepteurs, professeurs d’université ou maîtres d’école. Michael Green étudie de près les théories pédagogiques de Jean Rou et les confronte à leur mise en pratique.

3Green utilise non seulement les méthodes de la recherche historique, mais également celles de la sociologie, s’appuyant sur les idées de Bourdieu et l’analyse des réseaux sociaux ; il recourt aussi à des recherches biographiques. Ces différentes approches lui permettent de produire une image claire et conséquente des deux pans de son projet – la construction de la carrière de Rou, et ses idées et pratiques éducatives – de manière innovante dans le domaine de la recherche historique.

4Jean Rou est né en 1638, sous le règne de Louis XIII (1610-1643), époque de lente détérioration des conditions de vie des huguenots, qui se poursuit durant la Fronde (1648-1715). Ayant fait ses études de philosophie à Saumur, puis de droit, Rou travaille plusieurs années comme avocat au parlement de Paris. En 1664, il abandonne son travail pour une carrière littéraire. En ce temps-là, la situation des huguenots apparaît relativement calme. Cependant, en France elle devient tendue. La haine est stimulée par le clergé catholique et les libertés sont de plus en plus limitées. Dans ce climat d’hostilité, Rou publie le premier volume de ses Tables de l’histoire universelle (1672), qui est très apprécié par ses contemporains, non seulement par les lettrés mais par le roi de France lui-même. Ce dernier lui ordonne alors d’écrire un deuxième volume, qui sera considéré comme une œuvre académique importante (1675). Pourtant, ce livre sera interdit et l’auteur emprisonné un certain temps à la Bastille. Dès lors, Rou est persécuté et obligé de trouver un autre moyen de subsistance. Cinq ans plus tard, en 1680, il quitte la France pour les Provinces-Unies et s’installe à La Haye, laissant derrière lui femme et enfants ; ceux-ci le rejoindront quelques années plus tard.

5En dépit de points communs, Jean Rou se distingue à plus d’un titre de la communauté huguenote. Le plus significatif est son émigration de France avant la Révocation de l’édit de Nantes. De plus, il est naturalisé par une « noble charge », ayant été appelé à La Haye comme précepteur dans une grande famille, et n’a donc pas eu besoin d’acheter sa citoyenneté, comme ce fut le cas pour plusieurs de ses compagnons d’exil. Enfin, ces derniers continuent la plupart du temps à exercer leur ancienne profession, à moins qu’ils ne soient forcés d’en adopter une nouvelle. Jean Rou, lui, présente un profil professionnel très différent, car il change de profession tout au long de sa vie : juriste, écrivain, académicien, éducateur et traducteur – il a été en effet nommé en 1689 au poste de traducteur des États généraux des Provinces-Unies, le plus haut poste alors ouvert à un étranger. Sur le tard, il écrit ses Mémoires, qui peuvent être considérés comme une tentative pour fixer sa propre importance du point de vue littéraire.

6En conclusion, ce volume est un excellent livre, de valeur académique considérable, sur Jean Rou et plus généralement sur le sort des huguenots à son époque. Il met en particulier l’accent sur l’usage des réseaux comme moyens de promouvoir une carrière. Il peut être décrit également comme un fond de recherche sur leurs pratiques pédagogiques. Ce livre incite à poursuivre la recherche et ouvre des pistes pour des études ultérieures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Annette Shahar, « Le huguenot Jean Rou (1638-1711), savant, éducateur, fonctionnaire », Diasporas, 27 | 2016, 189-190.

Référence électronique

Annette Shahar, « Le huguenot Jean Rou (1638-1711), savant, éducateur, fonctionnaire », Diasporas [En ligne], 27 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://diasporas.revues.org/464

Haut de page

Auteur

Annette Shahar

Université de Haïfa, Israël

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org