Skip to navigation – Site map
Altérités juives et similitudes en diaspora et en Israël

Les houtznikim : influences de la diaspora ultra-orthodoxe sur le monde haredi israélien

The houtznikim: influences of ultra-Orthodox Diaspora on the Israeli haredi world
Florence Heymann
p. 179-185

Abstracts

This article discusses the influence of ultra-Orthodox youth of the Diaspora, the houtznikim, which came to spend one or two years in an Israeli yeshiva, on “indigenous” groups. They have themselves incorporated elements of the surrounding cultures, so they bring in their luggage lifestyles, fashions and customs influenced by the general society to which their communities have faced. These influences relate in particular to the body, the gender and the sexuality. Eating habits are another area addressed. Finally, the very core of social and cultural basis of this sector, namely education and study, provides a good example of the mechanisms at work.

Top of page

Full text

  • 1 Cet article est en grande partie repris de mon ouvrage : Florence Heymann, Les déserteurs de Dieu, (...)
  • 2 Le Hatam Sofer, de son vrai nom Moshe Schreiber, est une des figures majeures du judaïsme européen (...)

1Les ultra-orthodoxes israéliens, haredim en hébreu, semblent, vus de l’extérieur, appartenir au secteur de la société le plus voué à l’immobilisme1. C’est un monde enclavé, qui tente de maintenir par tous les moyens coercitifs possibles un ghetto anachronique. Cette image n’est pas fausse et reflète bien certains aspects de la réalité. D’ailleurs, un adage d’une des plus hautes autorités morales historiques de ce milieu, le Hatam Sofer2, dit que « le neuf est interdit par la Tora ».

Ultra-orthodoxie et fondamentalisme

  • 3 Selon l’Annuaire 2013 du Bureau central des statistiques [Halishkat hamercazit lestatistica. www.cb (...)

2Quelques chiffres3. En 2013, le pays comptait 8 132 000 habitants (806 000 en 1948), sur lesquels 6 102 000 juifs (75,2 % de la population totale), 1 682 000 Arabes (20,6 %) et 318 000 autres (4 %). Aujourd’hui, il y aurait entre 900 000 et 1 million d’ultra-orthodoxes, soit 11,5 % de la population totale, alors qu’en 2009 ils ne représentaient que 8 %. La progression est donc plus que significative.

3Les sociétés que compose ce million de haredim ont un système institutionnel autarcique par rapport à la société dans son ensemble, avec des certificats de cacherout, des produits alimentaires et un réseau parallèle de tribunaux, le tout au service d’un strict contrôle social interne. Le système éducatif, depuis le jardin d’enfants (hadarim) jusqu’aux universités talmudiques (yeshivot et kollelim), bien que substantiellement subventionné par l’État, échappe en fait totalement à son contrôle. À ce propos, il faut notamment signaler que lesdites subventions sont censées dépendre d’un enseignement obligatoire de matières profanes, ce qui n’est absolument pas le cas.

  • 4 Voir, par exemple, Ha-hevra ha-haredit : mekorot, megamot ve-tahalikhim (La société ultra-orthodoxe (...)
  • 5 Yaïr Sheleg, Ha-datiim ha-hadashim. Mabat akhshavi al ha-hevra ha-datit be-israel (Les nouveaux Jui (...)

4L’idéal des haredim est aujourd’hui une « société d’hommes qui étudient » leur vie durant, une hevrat halomedim, pour reprendre l’expression de Menahem Friedmann4. En fait, ce phénomène est relativement nouveau et date approximativement de la création de l’État d’Israël. Auparavant, c’est-à-dire depuis les premières yeshivot à la période du Deuxième Temple jusqu’à 1948, seule une petite minorité consacrait sa vie à l’étude, tandis que tous les autres travaillaient5. D’autre part, le fait même que tous les hommes étudieraient à vie relève aujourd’hui en grande partie du mythe. Beaucoup apprennent un métier et travaillent, officiellement un peu plus de 40 %. Mais nombre d’autres occupent des emplois non déclarés. Ils restent officiellement inscrits dans les yeshivot, pour que ces dernières continuent à percevoir les subsides de l’État. Cette économie souterraine permet aux familles d’échapper à des impôts et à des taxes municipales. Ce sont bien souvent les femmes qui travaillent, si possible dans des emplois compatibles avec les normes du groupe. Les frontières avec la société juive sont également renforcées par l’exemption de l’armée des étudiants de yeshiva, sujet à la une de l’actualité depuis quelques années, qui s’était renforcée depuis les élections de 2013, mais a connu un nouveau frein avec l’entrée du parti ultra-orthodoxe Shas au gouvernement en mai 2015.

5En plus d’être enclavé, le monde ultra-orthodoxe semble devenir toujours plus intégriste et les journaux rendent compte de ces débordements presque quotidiennement. Ces dernières années, en particulier, on a beaucoup lu, vu et parlé de l’exclusion des femmes de l’espace public, un phénomène qui porte en hébreu le nom de hadarat nashim : les autobus qui les confinent à l’arrière, les tentatives d’instaurer des trottoirs séparés, les agressions de très jeunes filles, vite jugées « immodestes », dans les quartiers ou les localités ultra-orthodoxes, enfin l’effacement ou le brouillage des images féminines sur les publicités ou dans la presse. L’exemple le plus choquant, pour un public qui n’est pas ultra-orthodoxe, a été sans conteste le brouillage, dans certains journaux, du visage de la mère de la famille Fogel, dont cinq membres, le père, la mère et trois de leurs six enfants, parmi lesquels une petite fille âgée de 3 mois, ont été poignardés à mort dans leur sommeil, à Itamar, le 11 mars 2011. Dans certains groupes hassidiques, on réduit à la portion congrue tout contact physique entre les sexes, même avec sa propre épouse. Enfin, on a vu apparaître des femmes et des jeunes filles intégralement voilées, les « talibanes juives », dans la ville de Beit Shemesh ou le quartier de Mea Shearim. L’image qui en résulte serait que l’ensemble de la société religieuse dériverait vers toujours plus de radicalisme.

Les changements à l’œuvre dans le monde ultra-orthodoxe

  • 6 Florence Heymann, op. cit.

6D’autres phénomènes, moins sensationnels, passent souvent inaperçus aux yeux des médias, mais aussi des chercheurs : ce sont les évolutions internes aux groupes religieux, qui devraient permettre de nuancer la bipolarisation, souvent brutale et artificielle, entre laïcs et religieux. Effectivement, tous les secteurs religieux de la société israélienne connaissent des changements profonds et l’ultra-orthodoxie n’échappe pas à la tendance. Les influences des outsiders, et notamment de la société laïque environnante, se font grandement sentir. Le monde des sionistes religieux connaît également des évolutions significatives, en ce qui concerne – pour donner simplement quelques pistes – les modes vestimentaires, les loisirs, l’augmentation de la visibilité dans les médias, le statut des femmes, ou le rôle des hommes au sein de Tsahal. Mais cet article s’intéresse plus spécifiquement au monde ultra-orthodoxe, qui lui aussi évolue en permanence, malgré son retranchement derrière des murs toujours plus hauts, qu’il se construit lui-même et sur lesquels il veille jalousement. Sans entrer dans les phénomènes de dissidence et de « sortie » dont traite l’ouvrage Les déserteurs de Dieu6, on observe en effet une évolution au sein de ce monde apparemment clos.

  • 7 Michel Agier, La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, Paris, La (...)
  • 8 Voir, par exemple, Keri E. Iyall Smith, « Hybrid identities: Theoretical examinations », in Keri E. (...)

7Trois pistes principales peuvent permettre d’appréhender ces évolutions. La première, sans aucun doute, est que, dans un contexte d’explosion démographique, les groupes, même les plus fermés, ne peuvent échapper à une expansion des zones de contact, ou pour reprendre l’expression de Michel Agier, à un épaississement des « zones de frontière7 ». La deuxième, objet de cet article, est l’influence des groupes communautaires périphériques sur les groupes « autochtones ». La troisième enfin, sans doute la plus fondamentale, et quasiment impossible à arrêter, est l’arrivée des nouvelles technologies et l’ère du numérique. On avait pu interdire la télévision, la radio, les journaux et les livres, mais l’ordinateur et avec lui Internet et le téléphone portable sont apparus comme le ver dans le fruit. Par là vont passer, de manière quasi automatique et accélérée, toutes les évolutions possibles. Selon des statistiques récentes, 72 % de la population juive utilise un ordinateur, c’est-à-dire deux personnes sur trois, et 50 % des ultra-orthodoxes, soit un sur deux. Par ailleurs, 68 % de la population juive utilise Internet et 32 % des haredim, soit un sur trois. Cette influence du global sur le local va produire des évolutions identitaires, qui seront perçues comme des altérations d’une culture se voulant « pure » de toute influence extérieure8.

Influences de la diaspora

8Pour situer mon propos dans le contexte thématique des « espaces de la diaspora », j’aborderai non les influences de la mondialisation, ou encore celles de la société laïque environnante, mais celles de la diaspora ultra-orthodoxe sur le monde haredi israélien. En d’autres termes, l’influence de la périphérie sur le centre.

9Parmi les phénomènes internes qui font évoluer le secteur haredi et percent des failles dans son système d’enfermement, on peut repérer la coutume actuelle, pour les jeunes ultra-orthodoxes de la diaspora, consistant à venir passer un an ou deux dans une yeshiva israélienne, avant de retourner se marier – par shidoukh évidemment (mariage arrangé) – dans leur pays d’origine. Ces jeunes sont appelés par les orthodoxes israéliens des houtznikim : du mot hébreu houtz, « extérieur », avec la désinence russo-yiddish nik (et le pluriel -im).

  • 9 Georg Simmel, « Excursus sur l’étranger », in id., Sociologie. Études sur les formes de la socialis (...)
  • 10 Keri E. Iyall Smith, op. cit., p. 4.
  • 11 Ibid.

10Par rapport à la communauté haredit israélienne, ces jeunes houtznikim sont des « étrangers » au sens de Georg Simmel9, à savoir qu’ils occupent un espace identitaire hybride. Ils sont tout à la fois membres et non membres de la communauté. Ils ne sont pas considérés en tant qu’individus par le groupe local, mais comme « un type particulier qui est une combinaison de l’identité de l’étranger et de l’identité locale10 ». Dans la mesure où eux-mêmes ont intégré des éléments des cultures environnantes et expérimenté un espace hétérogène et interculturel, ils apportent dans leurs bagages des habitudes de vie, des modes et des usages influencés par la société à laquelle leurs communautés d’origine ont été confrontées11.

  • 12 Ibid., p. 25.

11Évidemment, les interactions avec les groupes locaux sont contradictoires et ambiguës et nous verrons que nous serons toujours dans une dialectique entre « passeurs de frontières », les houtznikim, et « renforçateurs de frontières », les haredim israéliens. Pour ces derniers, les espaces frontaliers et ceux qui les passent sont porteurs de dangerosité, dans la mesure où ils représentent toujours « fragmentation et pollution potentielles, […] en offrant de nouvelles opportunités pour une expérimentation identitaire et une mutation pour ceux qui cherchent à les traverser, physiquement, culturellement et sexuellement12 ».

Genre, corps et sexualité

12Les modes et usages directement influencés par la société porteront sur le corps et en particulier le vêtement et la coiffure, mais également sur le genre et la sexualité. Les modes et les pratiques alimentaires seront un autre domaine abordé. Enfin, l’assise culturelle et sociale de ce milieu, à savoir l’éducation et l’étude, apportera un bon exemple des mécanismes à l’œuvre ces dernières années.

13Pour les haredim, rien ne représente plus l’incarnation de la sexualité que le corps de la femme. La guerre pour la modestie des femmes fait aussi partie de la lutte pour l’effacement du moi particulier de la femme13. Ceci explique que la fonction première d’un vêtement soit de le couvrir au maximum pour qu’il reste dérobé aux regards des hommes, et non de le mettre en valeur par une recherche d’esthétique. D’ailleurs, la femme qui s’éloigne un tout petit peu de la tsniout est appelée au mieux « coquette », quand ce n’est pas « abîmée14 ». Les résidents des quartiers ultra-orthodoxes affichent ainsi en tout lieu des pancartes sur lesquelles on peut lire : « Fille d’Israël, la Torah requiert de vous de porter des vêtements modestes qui couvrent toutes les parties de votre corps en accord avec la Loi15. » Malgré tout, sous l’influence des houtznikim, des agences de mannequins présentant les dernières modes occidentales ont vu le jour. Le Times of Israel parlait, en 2015, d’une annonce publiée sur un site, Craiglist, s’adressant à des hommes juifs orthodoxes et ultra-orthodoxes prêts à poser pour un calendrier afin de montrer « le côté sexy du judaïsme ». La société Pflaster, qui comptait publier ce calendrier, annonçait payer 50 dollars de l’heure et ajoutait : « Les kippot16 et les pé’ot17 sont un plus18. » Un hassid nommé Yoel Weisshaus a d’ailleurs posé récemment pour la marque American Apparel19.

14Quant aux femmes, cela fait longtemps que beaucoup ont échangé leurs stricts foulards, qu’elles aient ou non la tête rasée en dessous, pour des perruques, dont beaucoup sont aujourd’hui en cheveux naturels et coûtent des fortunes, tant à l’achat que pour leur entretien chez les meilleurs coiffeurs.

  • 20 Amnon Levy, op. cit., p. 75-76.

15Bien sûr, chaque nouveauté provoque, très rapidement, des réactions violentes des autorités rabbiniques et la réunion des « comités de modestie » (vaadei ha-tsniout). Le port des perruques, notamment, a conduit à une véritable guerre, une guerre dont les porte-parole sont évidemment des hommes – comme celle entre le vieux Rav Eliezer Brizel, le chef de la « mishmeret hatsniout » de Jérusalem, qui y est violemment opposé et qui a porté le débat dans les colonnes de Otzarot Yerushalaïm, et, dans le camp adverse, le Rav Moshe Sternbuch qui, lui, soutient le port de la perruque20.

  • 21 Ibid., p. 67.

16Malgré tout, les lignes finissent toujours par bouger. Les femmes ne se plaignent pas ouvertement, elles ne sont pas censées discuter les décisions de leurs rabbins. Toutefois, elles vont maintenir une résistance passive. Elles mettent en œuvre des méthodes douces, qui leur permettent de contourner les prescriptions trop sévères, surtout en ce qui concerne l’habillement et la coiffure21. « Ce que femme veut… » dit l’adage.

  • 22 Ibid., p. 69, 133, 135.

17La sexualité pourrait, à première vue, être le domaine de l’immuabilité par excellence. En effet, dans la société ultra-orthodoxe, une séparation très stricte entre les sexes est fondamentale, car le désir sexuel est censé être la cause de toutes les passions mauvaises. Selon ces principes, les hassidim de Gour doivent même éviter d’aller dans la rue avec leurs femmes. Ce n’est que quand ils sont mariés depuis de longues années, et qu’ils ont déjà beaucoup d’enfants, qu’ils peuvent marcher ensemble. Jusque-là, quand le couple sort de la maison, l’homme marche devant, et la femme derrière à une distance raisonnable. Les hommes évitent de prononcer le mot « femme » (isha), jugé trop connoté d’une charge érotique. Ils appellent leur compagne zougati (« mon épouse ») et vont jusqu’à esquiver l’emploi du prénom. Les jeunes hommes de Gour portent leur chapeau très enfoncé sur leurs yeux pour ne pas risquer de voir des femmes. Toutes leurs relations sexuelles sont gérées par les principes du « sexe casher », qui autorisent à s’immiscer dans les rapports entre mari et femme et à en fixer les règles, jusque et surtout dans la chambre à coucher22.

  • 23 Voir l’émission d’Amnon Levy, « Vrais visages : la romance ultra-orthodoxe », sur YouTube : https:/ (...)

18Là aussi, nous avons pu repérer de petites révolutions, sous l’influence notamment de l’orthodoxie et de l’ultra-orthodoxie américaine. Un site de « Kosher sex toys » a vu le jour sur Internet, qui doit permettre aux couples mariés de commander des gadgets sans avoir à être choqués par des textes ou des images offensantes. Dernièrement, une chaîne de sex-shops vient de s’ouvrir en Israël, à l’instigation de membres de la hassidout Gour23.

  • 24 Se dit d’aliments ou d’objets remplissant les spécifications d’une cacherout ultra-orthodoxe.
  • 25 Un groupe hassidique de Méa Shéarim, peut-être le plus extrême du spectre de l’ultra-orthodoxie, ap (...)
  • 26 « Communauté des craignant-Dieu » : c’est une fédération de groupes ultra-orthodoxes qui possède se (...)
  • 27 Amnon Levy, op. cit., p. 64.

19Enfin, de même que s’élargit et se libère l’espace privé féminin ultra-orthodoxe, se développe également un espace public féminin et ce même dans les segments les plus extrémistes de la société haredit, un espace public féminin ultra casher, casher lemehadrin24. Presque chaque cour hassidique a aujourd’hui son association féminine. Les femmes de Toldos Aharon25, par exemple, ont des activités de visite aux malades. Dans la Eda haredit26, ces dernières années, quand on invite un Rav à donner une conférence, il parle dans une pièce, et des haut-parleurs retransmettent son discours dans une autre pièce pour les femmes27.

Ultra-orthodoxie, mondialisation et société de consommation

  • 28 Ibid., p. 166.
  • 29 Yaïr Sheleg, op. cit., p. 143.

20Une autre évolution importante, sous l’influence des houtznikim, concerne les loisirs, un mot qui jusque-là n’existait pas, pourrait-on dire, dans la société haredit, qu’il s’agisse des bilouïm ben hazmanim, c’est-à-dire des loisirs pendant la période de vacances de la yeshiva, ou des tioulim, les excursions qui constituent une quasi-institution dans la société israélienne. Les Lituaniens, litaïm, de la très stricte yeshiva de Brisk ou le groupe tout aussi strict du « Hazon Ish » font aujourd’hui des excursions avec leurs habits noirs28. Les plages séparées sont, désormais, noires de monde, sans jeu de mots, pendant la période ben hazmanim, et les kanionim, les centres commerciaux, sont tout autant pris d’assaut par ce même public ultra-orthodoxe pendant les demi-fêtes, hol ha-moed, à Soukkot ou à Pessah. La fameuse coutume israélienne des voyages d’aventure, généralisée d’ores et déjà chez les sionistes religieux, commence à se répandre également dans la société ultra-orthodoxe. Là encore, les réactions ne se font pas attendre, avec çà et là l’interdiction de passer son permis de conduire pendant la période de yeshiva, qui dure, rappelons-le, depuis l’âge de 16 ans jusqu’au mariage29. Enfin, les habitudes et pratiques alimentaires, toujours sous la double influence de la diaspora et de la mondialisation, ont vu la tendance à la fréquentation généralisée des restaurants, depuis les fast-foods jusqu’aux restaurants gastronomiques, diluant une fois encore les frontières entre espace privé et espace public.

  • 30 Voir le tableau de Dan Ben David dans l’article de Yaïr Ettinger, « Le laboratoire expérimental du (...)

21Pour conclure sur un sujet qui a défrayé la chronique ces dernières années, on se doit d’évoquer la conscription des ultra-orthodoxes, et les réactions suscitées, qui n’ont d’ailleurs pas été aussi violentes qu’on aurait pu le craindre, tant à Jérusalem qu’à New York. On a beaucoup entendu que le fait que les ultra-orthodoxes n’aillent pas à l’armée empêche leur intégration dans la société. Ce n’est pas faux, mais ce qui par-dessus tout explique la chute impressionnante du nombre d’ultra-orthodoxes sur le marché du travail (98 % en 1970, 42 % en 2011) est, d’après Dan Ben David, du centre Taub, l’absence d’études profanes et donc de diplômes. En effet, sur une promotion nationale annuelle de 7 000 à 8 000 garçons ultra-orthodoxes, seuls 200 étudient pour l’obtention du baccalauréat30.

Vers une hybridation

22À propos des influences de la diaspora, la création d’une yeshiva ultra-orthodoxe sous tous rapports, mais où sont malgré tout enseignées les matières profanes élémentaires préparant les élèves aux examens du baccalauréat, est, pour finir, un cas intéressant. Cette yeshiva expérimentale, Hokhmei lev, accueille en fait ceux que l’on appelle des haredim modernes. Parmi eux, se trouvent surtout pour l’instant des houtznikim, en Israël pour quelques années, ou alors des olim, des nouveaux immigrants des États-Unis et de France, les uns comme les autres n’ayant pas été aussi strictement habitués à voir une contradiction entre l’ultra-orthodoxie et les études profanes.

23Cette yeshiva a été se loger, certes dans un quartier ultra-orthodoxe de Jérusalem, Beit Vegan, mais au cœur même d’un lycée bastion de la laïcité, Breuer. Le but affiché de son directeur, le Rav Betzalel Cohen, jeune trentenaire, est de changer le monde ultra-orthodoxe, sans pour autant le détruire ou le déconstruire.

  • 31 Ibid.

24Ce décloisonnement à l’œuvre dans nombre de domaines de la vie sociale va-t-il se poursuivre et « hybridiser » toujours plus le centre sous l’influence de la périphérie ? L’évolution ne sera sans doute pas linéaire, si l’on s’en tient aujourd’hui aux doutes profonds émis par les élèves de cette yeshiva « révolutionnaire », qui s’interrogent sur ce que sera leur place dans la société ultra-orthodoxe après avoir suivi ce cursus31. Elle ne sera pas linéaire, c’est sûr, mais elle sera, cela nous semble tout aussi certain.

Top of page

Notes

1 Cet article est en grande partie repris de mon ouvrage : Florence Heymann, Les déserteurs de Dieu, Paris, Grasset, 2015.

2 Le Hatam Sofer, de son vrai nom Moshe Schreiber, est une des figures majeures du judaïsme européen de la fin du xviiie et début du xixe siècle. Né en 1762 à Francfort-sur-le-Main, il est décédé en 1839 à Bratislava, où il occupait la chaire de grand rabbin.

3 Selon l’Annuaire 2013 du Bureau central des statistiques [Halishkat hamercazit lestatistica. www.cbs.gov.il].

4 Voir, par exemple, Ha-hevra ha-haredit : mekorot, megamot ve-tahalikhim (La société ultra-orthodoxe : sources, courants et développements), Jérusalem, Institut de Jérusalem de recherche sur Israël, 1991 (en hébreu).

5 Yaïr Sheleg, Ha-datiim ha-hadashim. Mabat akhshavi al ha-hevra ha-datit be-israel (Les nouveaux Juifs religieux : développements récents parmi les Juifs pratiquants en Israël), Jérusalem, Keter, 2000, p. 119.

6 Florence Heymann, op. cit.

7 Michel Agier, La condition cosmopolite. L’anthropologie à l’épreuve du piège identitaire, Paris, La Découverte, 2013.

8 Voir, par exemple, Keri E. Iyall Smith, « Hybrid identities: Theoretical examinations », in Keri E. Iyall Smith, Patricia Leavy (eds), Hybrid Identities. Theoretical and Empirical Examinations, Chicago, Illinois, Haymarket Books, 2008, p. 3.

9 Georg Simmel, « Excursus sur l’étranger », in id., Sociologie. Études sur les formes de la socialisation, Paris, Puf, 1999, p. 663-668.

10 Keri E. Iyall Smith, op. cit., p. 4.

11 Ibid.

12 Ibid., p. 25.

13 Amnon Levy, Haharedim (Les ultra-orthodoxes), Jérusalem, Keter Publishing House, 1990, p. 73 (en hébreu).

14 Ibid., p. 67.

15 Samuel Heilman, Defenders of the Faith. Inside Ultra-Orthodox Jewry, Berkeley-Los Angeles, University of California Press, 1992, p. 308.

16 Pluriel de kippa.

17 Pe’a, pluriel pe’ot, papillotes.

18 Voir par exemple : http://www.huffingtonpost.com/2014/02/24/craigslist-naughty-jewish-boys_n_4848880.html

19 http://www.thedailybeast.com/articles/2013/09/05/meet-yoel-weisshaus-the-hasidic-face-of-american-apparel.html

20 Amnon Levy, op. cit., p. 75-76.

21 Ibid., p. 67.

22 Ibid., p. 69, 133, 135.

23 Voir l’émission d’Amnon Levy, « Vrais visages : la romance ultra-orthodoxe », sur YouTube : https://www.youtube.com/results?search_query=‏‏פנים+אמיתיות‎‎, 9e saison, 1er épisode, juillet 2015.

24 Se dit d’aliments ou d’objets remplissant les spécifications d’une cacherout ultra-orthodoxe.

25 Un groupe hassidique de Méa Shéarim, peut-être le plus extrême du spectre de l’ultra-orthodoxie, après les Naturei Karta.

26 « Communauté des craignant-Dieu » : c’est une fédération de groupes ultra-orthodoxes qui possède ses propres tribunaux rabbiniques.

27 Amnon Levy, op. cit., p. 64.

28 Ibid., p. 166.

29 Yaïr Sheleg, op. cit., p. 143.

30 Voir le tableau de Dan Ben David dans l’article de Yaïr Ettinger, « Le laboratoire expérimental du public ultra-orthodoxe », Haaretz, 28 février 2014, p. 17 (en hébreu).

31 Ibid.

Top of page

References

Bibliographical reference

Florence Heymann, « Les houtznikim : influences de la diaspora ultra-orthodoxe sur le monde haredi israélien », Diasporas, 27 | 2016, 179-185.

Electronic reference

Florence Heymann, « Les houtznikim : influences de la diaspora ultra-orthodoxe sur le monde haredi israélien », Diasporas [Online], 27 | 2016, Online since 01 December 2016, connection on 29 April 2017. URL : http://diasporas.revues.org/461 ; DOI : 10.4000/diasporas.461

Top of page

About the author

Florence Heymann

Florence Heymann est socio-anthropologue, chercheuse associée au Centre de recherche français à Jérusalem (CRFJ, CNRS-MAE). Spécialiste des identités juives en Europe orientale et de la Shoah en Roumanie, elle travaille désormais sur les mutations, en particulier religieuses, de la société israélienne. Elle a notamment publié Le crépuscule des lieux. Identités juives de Czernowitz (Paris, Stock, collection « Un ordre d’idées », 2003), Prix Wizo 2004, et a codirigé L’horreur oubliée. La Shoah roumaine (Revue d’histoire de la Shoah, 2011). Son dernier ouvrage s’intitule Les déserteurs de Dieu. Ces ultra-orthodoxes qui sortent du ghetto (Paris, Grasset, 2015).

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org