Navigation – Plan du site
Altérités juives et similitudes en diaspora et en Israël

Contourner l’obstacle de sources archivistiques éparses pour l’étude de la diaspora juive marocaine en Israël

Getting around the obstacle of scattered archival sources on the Moroccan Jewish Diaspora in Israel
Yann Scioldo-Zürcher
p. 161-177

Résumés

Cet article présente une méthodologie statistique inédite afin de construire une histoire quantitative des migrations juives du Maroc vers Israël au cours de la décennie 1950. Il étudie le déroulement de l’Alyah des juifs du Maroc, dans le pays de départ et d’arrivée, en insistant sur la façon dont certains migrants ont su contourner la politique d’insertion que l’État d’Israël avait pensée pour eux, et dans laquelle tous ne se reconnaissaient pas.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cet article est dédié au professeur Yaron Tsur de l’université de Tel Aviv.
  • 2 Voir notamment Mikhaël Elbaz, « Les héritiers. Générations et identités chez les juifs sépharades à (...)
  • 3 Yaron Tsur, A Torn Community: The Jews of Morocco and Nationalism, 1943-1954, Tel Aviv, Am Oved, 20 (...)
  • 4 Sami Smooha, « La pérennité de l’ethnicité juive », Les Cahiers de l’Orient, 1999, n° 54, p. 17-49. (...)

1Par une émigration balbutiante avec les prémices du xxe siècle, qui connut cependant une importante accélération au lendemain de la création de l’État d’Israël et dans les années encadrant l’indépendance du Protectorat, la communauté juive marocaine a totalement disparu de son pays d’origine1. Toutefois, ces départs se distinguent, dans leur déroulement, de ceux connus par les autres communautés juives installées dans les pays d’islam, du Maghreb, du Machreq et du Moyen-Orient. « Dilués dans le temps », ils furent moins dépendants des situations de transition politique au moment de l’indépendance et des conjonctures internationales, dont les guerres et les tensions israélo-palestiniennes de 1948, de 1956 et de 1967. La migration juive marocaine, au contraire, relève d’un long processus qui, entamé avec une immigration interne au Maroc, a conduit à la création de trois « champs migratoires » internationaux distincts ; l’un majoritaire vers la Palestine devenue Israël, et les deux autres, vers la France métropolitaine, puis au terme de la décennie 1960, vers le Québec canadien. Ces deux derniers pays reçurent principalement les populations membres de l’élite sociale, de nationalité française ou non, et d’une classe moyenne francophone en formation. Leur insertion y fut relativement rapide2. Le déroulement de l’immigration marocaine en Israël fut, quant à lui, tout autre. Le jeune pays, dès 1955, ouvrit définitivement ses portes à des ménages modestes, sinon pauvres, mais sous l’unique condition de les diriger vers ses espaces périphériques, dont les villes de développement et les villages ruraux3. Cette politique dite « du bateau au village » plaqua sur la société en formation une complexe question sociale : les Nord-Africains furent principalement accueillis dans des lieux isolés, où les services de l’État étaient encore balbutiants et les possibilités d’éducation et de promotion sociale limitées ; ce qui contribua à imposer, au sein de la société israélienne en formation, une importante stratification sociale et ethnique, amplifiant les tensions existantes entre ashkénazes et sépharades4. Toujours actives dans la société israélienne, les distinctions dont ils furent l’objet interfèrent grandement dans la production de la mémoire collective. Or, les archives nationales israéliennes sont lacunaires sur cette question, et la seule enquête orale s’avère complexe à objectiver en raison de l’importante « rancune » et de la forte émotion ressentie par la communauté juive marocaine à l’égard de son histoire récente. Comment, dès lors, mettre en œuvre une enquête historique analysant les trajectoires migratoires et les applications concrètes de la politique de répartition des flux de migrants, tout en évitant les pièges du présentisme et de la « manie du jugement a posteriori » ? 

Une méthodologie quantitative des migrations marocaines en Israël

  • 5 Mizrahim : « orientaux ». La catégorie statistique créée par l’État israélien regroupe sous ce term (...)
  • 6 Yaron Tsur, « Carnival fears: Moroccan immigrants and the ethnic problem in the Young state of Isra (...)
  • 7 Ashkénazes : juifs originaires d’Europe occidentale, centrale et orientale. La statistique publique (...)
  • 8 Il s’agit là de remarques relevées lors d’entretiens oraux effectués en 2015.
  • 9 Je rends compte ici de mon expérience d’enseignement, en février 2015, dans un cours de master port (...)
  • 10 Dans le cadre d’un projet de recherche mené avec le professeur Yaron Tsur portant sur l’histoire de (...)

2Tout en étant inclus dans le groupe des mizrahim5, les Israéliens d’origine marocaine sont entourés d’importants particularismes sociaux et historiques6. Ils ont symbolisé, à partir de 1949, aux yeux du groupe des ashkénazes7, la menace d’un « déluge oriental » qui risquait de compromettre selon eux la démographie juive européenne, d’amener un changement culturel et in fine politique à l’encontre de l’hégémonie socialiste séculaire dont ils étaient les partisans. Francophones sans être collectivement de nationalité française, ils furent aussi objets de plaisanteries récurrentes (« Tu dis venir du Sud de la France, donc tu es originaire du Maroc ! », soulignant la dissimulation par certains de leurs origines géographiques), de surnoms parfois très négatifs (« les grands couteaux ») pour appuyer la violence supposée être celle de leur groupe, d’amalgames politiques avec les partis religieux ou avec l’éphémère groupuscule révolutionnaire Les Panthères noires durant les années 1970 ; ils ont été « dans le viseur » de pratiquement toutes les composantes de la société israélienne. S’il est de gauche, l’homme de la rue voit en eux des ultrareligieux ; de droite, il les confond avec des individus ne vivant que de subsides sociaux8. L’historien qui interviendrait dans une classe de master en histoire juive contemporaine serait peut-être surpris de la réaction de certains étudiants reproduisant in extenso ces stéréotypes par une rhétorique usant à l’envi des effets de synecdoque, sans qu’ils prennent toujours le soin de déconstruire les processus qui ont conduit à ces stigmatisations9. Et les discussions informelles, tout comme les enquêtes orales menées auprès des immigrants marocains et de leurs descendants10, laissent entrevoir un catalogue de propos manichéens motivés non par un manque de savoir historique, mais par la constante réactivation d’une mémoire collective souvent négative à leur encontre.

  • 11 Ella Shohat, Le sionisme du point de vue de ses victimes juives, les juifs orientaux en Israël, Par (...)
  • 12 Schlomo Sand, Derek Penslar, Avi Shlaïm, Israël face à son passé, Paris, Arkhê, 2010.
  • 13 Derek Penslar, « Nouvelles orientations de l’historiographie israélienne. Au-delà du révisionnisme  (...)
  • 14 Voir notamment Shlomo Swirski, Israel: The Oriental Majority, Londres, Zed Publishers, 1989 ; Devor (...)
  • 15 On se reportera, à titre d’illustration, à l’ouvrage du journaliste Tom Segev, Le septième million, (...)

3L’historiographie politique et migratoire des « orientaux » révèle, de même, une forte charge émotionnelle. Si leur poids démographique a réussi à faire changer la politique israélienne en leur faveur, ils n’ont pas pour autant perdu leur visibilité ethnique. Ella Shohat, dans un ouvrage qui provoqua d’importants débats, propose ainsi une séquence de l’histoire des mizharim en Israël, où à « une phase de protestation » en réaction à l’hégémonie ashkénaze durant les décennies 1950-1970 – comme à Haïfa en 1959 ou dans le quartier de Musrara à Jérusalem en 1971 – succéda une scission du groupe au cours des années 198011 : les uns se reconnaissant alors dans l’identité religieuse du parti Shas créé en 1984, les autres intégrant massivement le parti du Likoud, et une petite minorité se montrant plus sensible à la critique portant sur la composante orientaliste et coloniale du sionisme. Enfin, à partir de la décennie 1990, émergea une historiographie hostile à la politique israélienne. De « nouveaux historiens » ou « historiens révisionnistes » portèrent le combat universitaire contre « les défenseurs d’une histoire traditionnelle » jusque dans les tribunes des journaux, dans lesquelles les mythes de l’État d’Israël, dont celui du sionisme unificateur du peuple juif, étaient sans cesse réinterrogés12. Mais en dépit de ces tensions intellectuelles, l’histoire de l’immigration des Juifs en Israël a su mettre au jour les différentes politiques publiques mises en œuvre dans l’organisation des départs des pays d’origine et de l’accueil en Israël. Les auteurs s’accordent à reconnaître la méfiance qui fut celle du jeune État juif envers les mizrahim en général et les Nord-Africains en particulier13. Et tous décrivent la pérennité de leurs difficultés sociales14. Si les tensions médiatiques nées de ces débats sont aujourd’hui retombées, il s’avère néanmoins que la propension à juger, à s’offusquer et à dénoncer une histoire migratoire sensible reste très prégnante15.

  • 16 Yaron Tsur, A Torn Community…, op. cit.
  • 17 Adriana Kemp, « “L’errance des peuples ou la grande brûlure” : la domination étatique et son opposi (...)
  • 18 Voir notamment Christophe Imbert, Hadrien Dubucs, Françoise Dureau, Matthieu Giroud (dir.), D’une m (...)
  • 19 Joseph Chétrit, « L’identité judéo-marocaine après la dispersion des communautés… », op. cit., vol. (...)

4L’heure est désormais, après le repérage des processus qui ont guidé les politiques migratoires, à l’analyse de leurs applications concrètes16. Or, comment construire un tel programme de recherche ? La mémoire des secondes générations de migrants marocains se trouve particulièrement pauvre en détails historiques : l’éthos sioniste, en imposant aux migrants de se défaire de leur histoire diasporique, a découragé l’entretien des mémoires familiales. Et l’on ne compte plus le nombre de personnes incapables de donner le lieu de naissance de leurs grands-parents, ou même de leurs parents, quand ces derniers n’étaient pas natifs d’une grande ville du Maroc. Beaucoup, du moins quand ils ne sont pas intéressés à leur généalogie familiale, ou à un « tourisme des racines », ne se souviennent pas des noms des petits villages de l’Atlas ou de l’Anti-Atlas d’où ils venaient, encore moins de leurs multiples mobilités, internes et internationales. La recherche du projet migratoire qui avait été celui de la famille reste aussi complexe. La mémoire de la cause des départs vacille entre l’idée qu’il était impossible pour des juifs de vivre en terre d’islam et un attrait pour l’idée sioniste, mais peu savent rendre compte de la façon dont l’immigration s’est construite, financée et déroulée. De même, les mobilités géographiques en Israël restent lacunaires. Et l’histoire des ménages sédentarisés dans la localité qui leur avait été attribuée à leur arrivée masque grandement les multiples mobilités de ceux qui ont connu des lieux successifs d’hébergement17. Il est ainsi difficile d’établir des enquêtes biographiques, à l’image de celles construites par les géographes sur l’étude des mobilités18. La statistique publique et les recensements de la population sont également lacunaires. Ceux de 1948 et de 1961 sont difficilement exploitables : les populations sont catégorisées en originaires « d’Afrique et d’Asie » et « d’Europe et des États-Unis », reflet de la division ashkénazes/sépharades, sans que l’on puisse disposer de plus amples détails. Et si, par exemple, le recensement de 1961 renseigne les lieux où les individus habitaient cinq ans auparavant, la réponse donnée n’est le plus souvent que nationale : le détail des localités du Maroc est ignoré au profit du seul nom du pays. Malheureusement, la consultation des fiches individuelles des ménages remplies au moment de l’enquête n’est pas autorisée. Les archives sionistes regorgent en revanche d’importantes enquêtes statistiques et de listes nominatives, construites notamment par l’Agence juive dans les pays de départ, et en Israël par les départements en charge de l’accueil des migrants, dont les ministères du Travail, du Logement et de l’Absorption. Cependant, si ces dernières permettent un éclairage des situations sociales à des moments précis, aucune n’a suivi des cohortes d’individus dans leurs trajectoires géographiques et sociales. Aussi l’étude quantitative de l’histoire des recompositions familiales, géographiques et sociales en Israël reste complexe, et les sources à disposition de l’historien du temps présent pour comprendre ce « temps long des migrations » apparaissent à première vue très lacunaires, ne rendant guère compte des mémoires qui ont connu « une forte décomposition » puis un « ressaisissement identitaire », mais dans lequel les faits passés sont « idéalisés », « célébrés », « occultés » et manipulés au détriment des « micro-détails » si essentiels à l’historien19.

  • 20 Olim : migrants juifs effectuant l’Alyah (« la montée ») en Israël. Le terme appartient à la termin (...)
  • 21 Les listes d’embarquement sont à la fois conservées par les Central Zionist Archives et les Archive (...)
  • 22 À titre d’illustration, liste des olims arrivés sur le bateau Zion le 2 mars 1956 (en hébreu) ; Cen (...)
  • 23 Derek Penslar, op. cit., p. 179.

5Toutefois, une enquête quantitative, construite par le professeur Yaron Tsur et moi-même, rend possibles l’évaluation historique des trajectoires connues par les individus, et la mesure de la distance qui existait entre les attentes de l’Agence juive israélienne, qui édictait des règles strictes concernant la venue des Marocains qu’elle autorisait à migrer, et la réalité sociale connue par les groupes de migrants. Il s’agit d’étudier les listes nominatives d’embarquement d’olim20 en partance pour Israël, dressées par l’Agence juive de Casablanca durant les années 1955 et 195621. Elles indiquent, pour chaque individu, le lieu de naissance et d’habitation au moment du départ, la composition des ménages, et la profession occupée. Le support statistique construit regroupe ainsi 15 444 individus et renseigne, pour plusieurs générations, leurs profils familiaux et professionnels ainsi que les mobilités géographiques qu’ils ont connues entre leur naissance et leur départ (dont « l’exode rural » juif marocain). Il permet aussi de relever l’ensemble des lieux d’habitation au Maroc, et notamment les villages ruraux et douars isolés, que la statistique coloniale française n’a pas répertoriés en détail, alors que leurs traces ont aujourd’hui en quasi-totalité disparu. La seconde étape de l’enquête croise ces données avec les documents nominatifs de l’Agence juive qui, au moment du débarquement à Haïfa, mentionne les localités vers lesquelles les migrants sont dirigés22. Par un croisement de noms, on obtient ainsi, pour une période intercensitaire, la trajectoire de chacun des individus de notre liste, de sa naissance à son premier lieu d’installation en Israël. Et ce n’est qu’une fois les ménages migrants connus avec les détails qui permettent de les identifier (date de naissance, nom des époux, etc.) que l’on est en mesure d’interroger les enquêtes parfois nominatives, précédemment mentionnées ; l’on peut également, de cette manière, obtenir des éléments d’information sur ce que furent les expériences migratoires de juifs marocains venus en Israël et leur insertion dans une société qui les qualifiait souvent de « matériel humain » pour organiser l’occupation de l’espace et le développement économique du jeune pays23.

« Situations saisies » de migrants marocains en Israël, 1955-1956

6Après 1951, alors que l’État israélien terminait la prise en charge d’une immigration de masse en provenance de Roumanie, d’Irak et du Yémen, l’immigration marocaine était à nouveau permise. Sous la seule condition cependant qu’il en contrôle le déroulement et l’orientation des flux. C’étaient là les principes fondamentaux de sa politique « du bateau au village ».

7Notre base de données indique donc clairement qui furent les migrants admis à effectuer leur Alyah durant les années 1955-1956. Ils étaient tout d’abord, à parts égales, originaires des mondes urbains et ruraux marocains. La carte ci-dessous montre leurs multiples lieux de résidence.

Carte 1 : Lieux de résidence des olim selon des listes de passagers embarqués à Casablanca entre les mois d’août 1955 et 1956.

Carte 1 : Lieux de résidence des olim selon des listes de passagers embarqués à Casablanca entre les mois d’août 1955 et 1956.
  • 24 J’entends par là les multiples pratiques traditionnelles de la religion juive au Maroc, qui varie e (...)
  • 25 On notera que certains des mellah ruraux [le mellah est le quartier juif des villes ou des villages (...)
  • 26 Émile Témime, Nathalie Deguigné, Le camp du Grand Arénas Marseille, 1944-1966, Paris, Éditions Autr (...)

8Le stock de population ainsi réuni était composé à parts égales d’hommes et de femmes ; 56 % des personnes concernées avaient moins de 15 ans. Il s’agissait là d’une migration familiale, englobant toutes les classes d’âge, sinon tous les membres d’un même ménage (ascendants, descendants et collatéraux), comme c’était le cas dans de nombreux villages de l’Atlas où le modèle de la famille nucléaire n’était pas dominant. Résidents de 105 localités différentes, 50 % d’entre eux vivaient dans les villes de Casablanca (27,2 %), de Marrakech (8,8 %) de Rabat (6,3 %) et de Fez (4,2 %). Les autres lieux de vie étaient soit des villes côtières telles Mogador et Salé (3,1 % et 2,1 % des départs), des petites villes ou bourgs-centres, catégorisés par l’Agence juive comme « villes de campagne » à l’image d’Oujda (1,3 % des départs), ou des villages et hameaux ruraux du Moyen et Anti-Atlas (Ikadouchim, Missour…). Furent donc réunis sur ces bateaux les « multiples judaïsmes marocains24 », urbains et ruraux, ceux pleinement intégrés au monde colonial français comme ceux à la culture maghrébine plus traditionnelle25. On notera toutefois qu’en 1955-1956, les originaires du Maroc espagnol, et de la ville de Tanger en particulier, suivaient d’autres routes maritimes. Les partants de Casablanca, qui allaient tout d’abord être accueillis à Marseille pendant quelques semaines, avant de s’embarquer sur d’autres bateaux à destination de Haïfa, étaient originaires de l’espace colonial français26. Leur voyage en Israël durait un mois et demi en moyenne.

9Cependant, les communautés juives marocaines se rendant en Israël n’étaient pas pour autant des entités séparées les unes des autres, qui n’auraient entretenu aucun contact entre elles. Bien au contraire, la colonisation française avait aussi entraîné un profond bouleversement des mobilités ; et plus du tiers des adultes urbains de notre base de données sont natifs des mondes ruraux, ce qui témoigne de l’importante circulation qui existait alors : les individus vivaient à une distance moyenne de 225 kilomètres de leur lieu de naissance. Dans le Maroc colonial, où les routes de montagne étaient difficilement praticables, il s’agissait là d’une mobilité particulièrement éprouvante.

Tableau 1 : Sédentarité et mobilité entre lieu de naissance et lieu de résidence des olim de plus de 15 ans partis en Israël entre les mois d’août 1955 et 1956.

Somme

%

Sédentarité

5 584

64

Mobilité

2 927

34

Inconnue

138

2

Total

8 649

100

Source : CZA, enquête Y. Scioldo-Zürcher, Y. Tsur.

10On note par ailleurs l’homogénéité du système professionnel des Juifs. Si ce dernier restait encore largement traditionnel, en étant organisé autour d’activités indépendantes de petit artisanat, de petit commerce et d’emplois ouvriers de petite industrie, la salarisation dans le secteur tertiaire, bien que balbutiante, n’était cependant pas non plus absente.

  • 27 Yann Scioldo-Zürcher, Devenir métropolitain, parcours et politique d’intégration de rapatriés d’Alg (...)
  • 28 Yaron Tsur, « L’“exode de Fès”, sur les origines de l’émigration sioniste du Maroc », in Frédéric A (...)

11Le monde professionnel qui se déplaçait en Israël frappe ainsi par la faiblesse du taux d’activité des femmes, dont à peine 14 % occupaient alors un emploi – ce qui s’explique par le nombre élevé d’enfants et un emploi féminin peu courant. Un cinquième d’entre elles exercent une activité artisanale de couture. Le taux d’activité masculin était quant à lui de 60 %. Les 40 % de personnes ne déclarant pas de métier étant principalement les jeunes gens âgés entre 15 et 20 ans et les personnes de plus de 60 ans. Les emplois occupés sont issus des secteurs caractéristiques du petit artisanat, de la couture, du bâtiment, mais aussi des activités plus traditionnellement maghrébines, tels la bijouterie, le travail du cuir etc., qui représentent le tiers des emplois. Enfin, les activités du secteur primaire concernaient 4 % des actifs. Les travailleurs étaient catégorisés comme « agriculteurs », « fellahs » ou « laboureurs », afin de distinguer les activités capitalistes, tournées vers la vente des productions, des pratiques vivrières, dépendantes du système foncier traditionnel de possession de la terre. En ce qui concerne les métiers qualifiés du secteur tertiaire (techniciens, professions libérales, cadres supérieurs et négociants), ils comptaient pour 4 % de la population active des migrants. Les personnes les plus éduquées ne furent pas les premières touchées par l’émigration vers Israël : ces dernières, en cas de départ, avaient un débouché professionnel plus assuré en France. Les membres des services publics, le plus souvent de nationalité française, pouvaient bénéficier, quant à eux, d’une place réservée dans les administrations homologues métropolitaines27. Nous sommes ici clairement en présence de l’immigration « par secteur », théorisée par Yaron Tsur, qui montre que seuls les juifs du Maroc de nationalité française, comme la frange la plus éduquée, partaient vers l’ancienne puissance coloniale. L’immense majorité, composée de populations pauvres, urbaines et rurales, migrait alors vers Israël28.

Tableau 2 : Professions des olim de plus 15 ans partis en Israël entre les mois d’août 1955 et 1956.

Professions

Hommes

Femmes

Sexe non identifié

Total

% hommes

% femmes

% total

Sans

1 749

3 307

6

5 062

41 %

76 %

59 %

Ouvriers / artisans / petits commerçants

1 940

922

2 862

45 %

21 %

33 %

Dont ouvriers/ artisans / petits commerçants de la couture

607

894

1 501

14 %

20,5 %

17 %

Dont ouvriers / artisans / petits commerçants sans précision

737

23

0

760

17 %

0,5 %

9 %

Dont ouvriers ou artisans du bâtiment

397

3

400

9 %

0,1 %

4,6 %

Dont ouvriers/ artisans / petits commerçants activités traditionnelles

199

2

201

4,6 %

0 %

2 %

Agriculture

350

9

359

8 %

0,2 %

4 %

Employés

94

86

180

2 %

2 %

2 %

Techniciens / cadres moyens

20

26

46

0,5 %

0,6 %

0,5 %

Ouvriers

44

1

45

1 %

0 %

0,5 %

Cadres supérieurs

39

1

40

1

0 %

0,5 %

Divers

20

2

22

0,5 %

0 %

0,3

Négociants industriels

19

1

20

0,4 %

0 %

0,2 %

Agents des services publics

15

5

20

0,3 %

0,1 %

0,2 %

Inconnu

9

6

15

0,2 %

0,1 %

0,2 %

Total

4 299

4 366

6

8 671

100 %

100 %

100 %

Source : CZA, enquête Y. Scioldo-Zürcher, Y. Tsur.

  • 29 Ces sources sont en hébreu. L’Agence juive organisait le transfert des populations des lieux de dép (...)

12La seconde étape de l’enquête, nous l’avons vu, consiste à compléter les données nominatives dressées au port d’embarquement au Maroc avec d’autres sources de l’Agence juive qui indiquent les localités vers lesquelles ces migrants ont été dirigés lors du débarquement à Haïfa29.

  • 30 National Office of Statistics (Jérusalem) ; Eliezer Brutzkus, Report on Problems of Geographical Di (...)
  • 31 Un moshav est un village agricole ; un kibboutz est une communauté agricole.

13Comme l’illustre la carte 2, les 667 personnes arrivées en septembre 1955 connaissent une répartition centrifuge qui les éloigne des pôles urbains et de leurs proches banlieues30pour les diriger vers les milieux ruraux (moshavim et kibboutz31) et les villes de développement (en premier lieu, Dimona, Be’er Sheva, Beit Shean, Kyriat Schmona). Dans notre cohorte d’individus, une seule personne fut envoyée à Jérusalem. Il s’agissait d’un adolescent mineur qui rejoignait sa famille déjà sur place. Le cas était identique pour les trois personnes installées à Haïfa. Aux espaces côtiers sont alors préférées les localités de l’intérieur, sinon les villes frontières, dans des objectifs de densification de la population nationale et d’occupation d’un espace national, souvent frontalier, peu assuré.

Carte 2 : Lieux d’orientation en Israël de 667 Marocains arrivés en Israël en septembre 1955.

Carte 2 : Lieux d’orientation en Israël de 667 Marocains arrivés en Israël en septembre 1955.
  • 32 Ma’abara (plur. ma’abarot) : camp de transit, composé de tentes et de petites maisons de tôle (paho (...)

14De même, on note l’importante similarité des destinations entre les originaires des espaces urbains du Maroc, des petites villes côtières et des villages de montagne. Les cartes 3, 4 et 5 présentent ainsi les premiers lieux d’installation des anciens habitants de Casablanca, de Mogador (actuellement Essaouira) et de Sefrou. Bien évidemment,les habitants de la grande ville, plus nombreux, sont mieux répartis dans le pays, mais on voit clairement se dessiner le principe selon lequel les Marocains sont envoyés, sans distinction d’origine autre que nationale, ni de profession, dans les mêmes espaces. C’est là la parfaite illustration du premier choc connu par la communauté juive marocaine en Israël. La mémoire collective se souvient ainsi de localités souvent en construction, dans lesquelles les immigrants étaient hébergés, de façon transitoire, en ma’abarot32pahonim, tentes et habitats précaires les attendaient.

15Le constat est similaire pour les migrants qui arrivent au cours des six premiers mois de l’année 1956. Sur un ensemble de 5 501 migrants dont les trajectoires ont été identifiées, qui allaient être répartis dans 125 localités, seuls cinquante-trois d’entre eux, soit 1 % de l’ensemble, furent conduits vers Jérusalem. La capitale de l’État arrive ainsi au vingt-cinquième rang des lieux de destination, sur un ensemble de 125, la ville de Tel Aviv n’en reçoit, quant à elle, aucun. Ici encore, ces Marocains furent dirigés vers les espaces ruraux israéliens (qui comptent pour 85 % des localités de destination). Les villes de développement (Be’er Sheva et Dimona) en accueillirent, pour leur part, 13,7 % ; elles se situent respectivement au troisième et quatrième rangs des lieux d’arrivée.

16L’usage de la cartographie historique, comparant lieux de vie au Maroc et lieux de destination en Israël, propose un « savoir dire » essentiel sur cette politique « du bateau au village » : elle montre concrètement l’absence de sélection des populations marocaines, toutes envoyées vers les mêmes espaces, indifféremment de leurs caractéristiques sociales et de leurs expériences précédentes, urbaines, rurales et professionnelles. Par ailleurs, la base de données construite permet aussi de mettre à profit les enquêtes statistiques nominatives menées par l’administration israélienne, durant la décennie 1950 ; il est en effet possible de retrouver des personnes d’une liste à l’autre, et de poursuivre la quête d’information sur le déroulement de leurs trajectoires migratoires.

D’une enquête l’autre, à la recherche de l’autonomie des migrants

  • 33 Lettre du 20 octobre 1955, lettre à Madame Eli Nor du département du Travail social de la municipal (...)
  • 34 Un chicoun (plur. chicounim) est un immeuble en dur, à la qualité de construction équivalente à cel (...)
  • 35 Compte-rendu de réunion du 21 novembre 1955, lettre de Madame P. Barda, département du travail soci (...)

17Si les individus qui composent notre base de données ont tous été envoyés dans des localités qu’ils n’avaient pas choisies, certains décidèrent évidemment de ne pas y rester. L’administration israélienne était bien consciente qu’elle ne pouvait légalement empêcher la libre circulation et la libre installation de ces nouveaux citoyens, mais chercha toutefois à en limiter la possibilité. Et c’est au cours de l’automne et de l’hiver 1955 que les pratiques administratives de réception des migrants internes changèrent profondément. Les services de l’Agence juive, en charge des immigrés de la région de Jérusalem, étaient alors en proie à de fortes tensions avec le département du Travail social de la municipalité. Ce dernier demandait à avoir un plus grand contrôle sur les installations dans les ma’abarot où, une fois arrivés, les migrants faisaient valoir leurs droits à accéder à des logements pérennes33. Au terme d’un conflit où les deux institutions se renvoyaient la responsabilité de leur prise en charge, il fut décidé, au cours d’une réunion du 7 novembre 1955, que les admissions dans les ma’abarot (qui garantissaient l’accès à un logement en chicounim34 alors en cours de construction) seraient désormais strictement encadrées pour les migrants internes. Ceux qui désireraient changer de lieu de résidence ne pourraient accéder aux camps d’accueil de la ville où ils voulaient s’installer qu’après y avoir dûment été autorisés par l’administration35. Ceux qui viendraient de leur propre initiative, et qui par la suite demanderaient un accès à un logement public, ou même un hébergement en camp d’accueil, verraient leur situation examinée avec attention, afin de ne pas créer « d’appel d’air » et éviter d’inciter les autres migrants à quitter leurs lieux de première implantation.

  • 36 Lettre du 18 décembre 1955, Conclusion de la consultation entre Madame Eli Nor, département de l’Ab (...)

18Quoi qu’il en soit, une toute nouvelle pratique administrative, qui semble avoir rapidement fonctionné, fut ainsi mise en place : le département de l’Absorption de chaque district décidait du nombre de ménages à déplacer dans le pays pour les six mois à venir, en accord avec les municipalités et les directeurs de ma’abarot, qui informaient du nombre de places dont ils disposaient et accordaient – ou non – l’installation des ménages après examen de leur dossier36. Une commission fut donc constituée pour décider des admissions. Si les comptes-rendus de ses réunions ne nous sont pas tous parvenus, nous avons pu étudier, pour l’année 1956, quatre-vingt-deux dossiers, dont trente-quatre cas de migrants marocains présents dans notre liste.

  • 37 CZA, S 584/299/2-46.

19On y lit tout d’abord une importante mobilité liée à des désirs de rapprochement familial qui, selon la logique de distribution des nouveaux migrants opérée dans le pays, consistait à quitter une ville de développement pour une autre. Ce type de mobilité n’était pas problématique pour l’administration et les ménages qui en faisaient la demande pouvaient aisément aller rejoindre leurs proches ; à condition toutefois d’en justifier la demande suivant une rhétorique qui mentionnait systématiquement des cas de santé fragile, des situations financières ou familiales complexes et qui seraient résolues par une plus grande proximité géographique (garde d’enfants, accès à l’emploi, secours aux parents âgés…). Ainsi Temou A., une femme de 40 ans, veuve et originaire de Télouat, était partie de Casablanca le 26 avril 1956 avec ses deux filles37. Elle fut orientée à Bet-Shemesh, où elle ne trouva pas de travail. Elle était couturière. Après deux mois de présence dans cette ville, elle demanda à rejoindre son « grand fils » installé à Yavnéel (à proximité de la mer de Galilée et au sud de la ville de Tibérias) où il était sur le point d’obtenir un logement. Après enquête sociale, ce dernier assura à l’administration qu’il pourrait subvenir aux besoins de sa famille, sans avoir à se déplacer constamment. Le dossier fut immédiatement examiné et le déménagement accordé.

  • 38 Compte rendu de réunion du 21 novembre 1955, lettre de Madame P. Barda, département du Travail soci (...)
  • 39 Candidat du district de Jérusalem pour le Comité national de transfert (en hébreu), CZA, S 584/299/ (...)
  • 40 Candidat du district de Jérusalem pour le Comité national de transfert (en hébreu), CZA, S 584/299/ (...)
  • 41 Candidat du district de Jérusalem pour le Comité national de transfert (en hébreu), CZA, S 584/299/ (...)

20Cependant, il n’en était pas de même pour les chefs de ménage qui souhaitaient rejoindre les grandes métropoles, dont Jérusalem. Le département de l’Absorption y avait préconisé le logement rapide des immigrés anglo-saxons en immeubles, à ses yeux financièrement autonomes, et « refusait catégoriquement d’autoriser la venue dans la capitale des ménages dépendant de l’aide sociale » – et l’on comprend qu’il désignait implicitement ici les migrants orientaux38. Il concédait toutefois pouvoir accueillir un nombre de cinquante ménages par an, ce qui était fort peu, et à condition que celui-ci soit équivalent à ceux qui quittaient la ville. On est alors frappé par le soin scrupuleux porté à n’admettre à Jérusalem, ou dans sa banlieue, que les ménages qui en faisaient une demande justifiée pour des cas de regroupement familial, de facilitation des emplois, et dans quelques rares cas de situations sociales pour des ménages jugés « méritants ». Le ménage de Simon P. fut logé à Mevasseret-Zion (un village de la banlieue de Jérusalem) suite à la commission du 8 août 1956. Il avait auparavant librement rejoint ses beaux-parents dans le quartier de Musrara, où seize personnes vivaient dans deux pièces. Jugée « famille très positive » par les travailleurs sociaux qui la visitaient, cette famille avait ainsi pu bénéficier d’une attribution à cette unique condition39. Le ménage de Salomon L., quant à lui, avait été immédiatement installé à Bet Shemesh, où sa femme « fit une fausse couche dès son arrivée40 ». Mobilisant toutes ses ressources financières pour acheter un appartement dans le quartier hiérosolomytain de Mamilla, et y ouvrir une imprimerie (il était venu du Maroc avec ses machines), Salomon logeait depuis, et de façon temporaire, chez sa belle-sœur, dans un chicoun de Beit Mazmil, nouveau quartier de chicounim au sud-ouest de Jérusalem. Il fut admis, par sa situation qualifiée de « classe moyenne », dans un logement en dur, dans la ville même. Enfin, Abraham O., âgé de 58 ans, avait été envoyé avec sa famille à Be’er Sheva41. Mais Simon, son fils de 22 ans sur qui il comptait pour assurer ses revenus, avait quitté Israël dès son arrivée, laissant la famille dans un embarras financier certain. Le chef de famille, sa femme et leur dernier enfant à charge avaient rejoint leurs deux autres enfants adultes, précédemment venus en Israël, à Jérusalem. Mais ces derniers ne pouvaient les accueillir dans leurs petits logements. Ils demandèrent l’admission de leurs parents dans la ma’abara de Talpiot en s’engageant à les soutenir financièrement. La commission du 22 août 1956 les y autorisa.

  • 42 Mohamed Kamel Doraï, Marie-Antoinette Hily, « Du champ migratoire aux circulations : une lecture de (...)

21Ces exemples, paradigmatiques, permettent de dessiner les contours de ce que fut concrètement la seconde politique d’attribution de logements pour migrants internes, qui consista à ouvrir les appartements des offices publics avec libéralité aux ménages souhaitant rejoindre une autre ville de développement ou un espace peu densément peuplé et similaire à celui qu’ils quittaient, mais avec une plus grande réserve pour tout accès à la ville. De même, on y lit la « stratégie » de ces migrants qui, en usant des quelques possibilités offertes par l’administration pour obtenir un logement dans Jérusalem, présentaient des dossiers où les situations sociales étaient dûment décrites et argumentées afin d’appuyer une demande exceptionnelle de contournement de la règle fixée. Mais cela ne concerna finalement qu’une très faible minorité d’individus, dont le « savoir-faire migratoire42 » dépendait de la famille proche déjà installée en Israël.

Conclusion

22L’immigration marocaine en Israël en période de transition coloniale doit se penser à la fois sous l’angle de la contrainte étatique et sous celui de la marge d’autonomie qui fut celle des ménages pour la poursuite de leur projet migratoire. On note ainsi que l’administration israélienne maintenait ses aides à l’insertion des migrants quand ces derniers étaient à même de justifier de devoir quitter un espace qui leur avait été attribué pour un autre, qu’ils avaient choisi. En cas contraire, ce qui revenait à se couper des subsides de l’État, les ménages s’exposaient à une plus grande précarité et à des situations de transition plus difficiles encore. En d’autres termes, la libre installation des Marocains dans une localité de leur choix en Israël n’était pas empêchée mais fermement freinée.

23Ainsi, en mobilisant différentes sources renseignant les caractéristiques sociales des migrants au moment de leurs départs vers Israël, on est en mesure de pallier les manques de la statistique israélienne, et de mieux mettre au jour le processus historique de marginalisation géographique des Marocains, et les difficultés qui furent les leurs pour s’émanciper de règles édictées à leur intention. On comprend également pourquoi la mémoire de la migration des Marocains en Israël insiste constamment sur la politique administrative de l’Agence juive, dans une rhétorique souvent victimaire, pour rappeler le contexte dans lequel s’opéra la délicate transition entre « diaspora juive du Maroc » et « diaspora juive marocaine », au moment où les communautés juives marocaines disparaissaient de leurs terres d’origine.

Haut de page

Notes

1 Cet article est dédié au professeur Yaron Tsur de l’université de Tel Aviv.

Entre 1948 et 1967, 237 813 juifs quittèrent le Maroc. La communauté est aujourd’hui évaluée, dans le meilleur des cas, à 5 000 individus, cf. Serge Berdugo, « La communauté juive marocaine : communauté matricielle et diaspora », in Frédéric Abécassis, Karima Dirèche, Rita Aouad (dir.), La bienvenue et l’adieu. Migrants juifs et musulmans au Maghreb (xve-xxe siècle), Actes du colloque d’Essaouira, Migrations, identité et modernité au Maghreb, Casablanca, La Croisée des chemins-Paris, Karthala, 2012, vol. 1, p. 7-14.

2 Voir notamment Mikhaël Elbaz, « Les héritiers. Générations et identités chez les juifs sépharades à Montréal », Revue européenne des migrations internationales, 1993, vol. 9, p. 13-30 ; Martin Messika, « Paris-Montréal. Des façons d’accompagner le “choc terrible” du décès d’un enfant dans les années 1960-1980 », Archives juives, 2012/1, p. 74-86.

3 Yaron Tsur, A Torn Community: The Jews of Morocco and Nationalism, 1943-1954, Tel Aviv, Am Oved, 2002 (en hébreu). Avi Picard, Cut to Measure, Israel’s Policies Regarding the Aliyah of North African Jews, 1951-1956, The Ben-Gurion Research Institute, Ben Gurion University of the Negev, 2013 (en hébreu). Cette politique consistait à envoyer immédiatement les migrants, dès leur débarquement en Israël, par bus ou taxi, vers les lieux qui leur étaient destinés.

4 Sami Smooha, « La pérennité de l’ethnicité juive », Les Cahiers de l’Orient, 1999, n° 54, p. 17-49. Sami Shalom Chétrit, The Mizrahi Struggle in Israel: 1948-2003, Between Oppression and Liberation, Identification and Alternative, 1948–2003, Tel Aviv, Am-Oved/Ofakim Series, 2004 (en hébreu).

5 Mizrahim : « orientaux ». La catégorie statistique créée par l’État israélien regroupe sous ce terme les juifs originaires des pays musulmans d’Afrique du Nord et du Moyen-Orient.

6 Yaron Tsur, « Carnival fears: Moroccan immigrants and the ethnic problem in the Young state of Israel », Journal of Israeli History: Politics, Society, Culture, 1997, vol. 18, n° 1 ; Joseph Chétrit, « L’identité judéo-marocaine après la dispersion des communautés. Mémoire, culture et identités des juifs du Maroc en Israël », in Frédéric Abécassis, Karima Dirèche, Rita Aouad (dir.), La bienvenue et l’adieu, Migrants juifs et musulmans…, op. cit., vol. 3, p. 135-164.

7 Ashkénazes : juifs originaires d’Europe occidentale, centrale et orientale. La statistique publique israélienne inclut dans ce groupe, dans les premières années d’existence de l’État, les populations originaires d’Afrique du Nord

8 Il s’agit là de remarques relevées lors d’entretiens oraux effectués en 2015.

9 Je rends compte ici de mon expérience d’enseignement, en février 2015, dans un cours de master portant sur l’histoire des juifs en terre d’islam, dispensé par Yaron Tsur, à l’université de Tel Aviv. Une foire d’empoigne se déroula entre étudiants, la classe se divisant littéralement en deux groupes, ceux considérant les juifs marocains comme « feignants », comme des « parasites sociaux », et ceux les défendant, au regard des conséquences de la politique de dispersion qui leur avait été imposée par le jeune État israélien.

10 Dans le cadre d’un projet de recherche mené avec le professeur Yaron Tsur portant sur l’histoire des migrations en Israël durant la décennie 1950, une trentaine d’entretiens ont été menés en Israël.

11 Ella Shohat, Le sionisme du point de vue de ses victimes juives, les juifs orientaux en Israël, Paris, La Fabrique, 2006 (1986).

12 Schlomo Sand, Derek Penslar, Avi Shlaïm, Israël face à son passé, Paris, Arkhê, 2010.

13 Derek Penslar, « Nouvelles orientations de l’historiographie israélienne. Au-delà du révisionnisme », Annales. histoire, sciences sociales, 2004/1, p. 171-193.

14 Voir notamment Shlomo Swirski, Israel: The Oriental Majority, Londres, Zed Publishers, 1989 ; Devorah Hacohen, Immigrants in Turmoil: Mass Immigration to Israel and its Repercussions in the 1950s and after, Syracuse, Syracuse University Press, 2003.

15 On se reportera, à titre d’illustration, à l’ouvrage du journaliste Tom Segev, Le septième million, Paris, Liana Levi, 1993.

16 Yaron Tsur, A Torn Community…, op. cit.

17 Adriana Kemp, « “L’errance des peuples ou la grande brûlure” : la domination étatique et son opposition dans les périphéries israéliennes », in Pnina Motzafi-Haller, Hannan Hever, Yéhouda Shenhav (dir.), Mizrahim in Israel: A Critical Observation into Israel’s Ethnicity, The Van Leer Jerusalem Institute and Hakibbutz Hameuchad, 2002, p. 36-67 (en hébreu).

18 Voir notamment Christophe Imbert, Hadrien Dubucs, Françoise Dureau, Matthieu Giroud (dir.), D’une métropole à l’autre. Pratiques urbaines et circulations dans l’espace européen, Paris, Armand Colin, coll. « Recherches », 2014.

19 Joseph Chétrit, « L’identité judéo-marocaine après la dispersion des communautés… », op. cit., vol. 3, p. 135-164.

20 Olim : migrants juifs effectuant l’Alyah (« la montée ») en Israël. Le terme appartient à la terminologie sioniste, et désigne les migrants internationaux en terre d’Israël.

21 Les listes d’embarquement sont à la fois conservées par les Central Zionist Archives et les Archives nationales. Elles sont dispersées et non répertoriées sous des cotes précises. Elles ont été extraites de plusieurs centaines de cartons par les soins de Yaron Tsur.

22 À titre d’illustration, liste des olims arrivés sur le bateau Zion le 2 mars 1956 (en hébreu) ; Central Zionist Archives (CZA), ISA1/15 498-10, boîtes 1-100. Les listes nominatives sont regroupées pour chaque bateau arrivant à Haïfa sous la cotation générale ISA1.

23 Derek Penslar, op. cit., p. 179.

24 J’entends par là les multiples pratiques traditionnelles de la religion juive au Maroc, qui varie en fonction des localités, des langues parlées et des proximités avec les influences coloniales du judaïsme européen.

25 On notera que certains des mellah ruraux [le mellah est le quartier juif des villes ou des villages] mentionnés sur cette carte ont complètement disparu soixante années après les départs, tandis que d’autres sont aujourd’hui entretenus par les autorités régionales du pays, dont notamment les cimetières (selon un constat dressé au Maroc par moi-même en 2014).

26 Émile Témime, Nathalie Deguigné, Le camp du Grand Arénas Marseille, 1944-1966, Paris, Éditions Autrement, coll. « Français d’ailleurs, peuples d’ici », 2001.

27 Yann Scioldo-Zürcher, Devenir métropolitain, parcours et politique d’intégration de rapatriés d’Algérie à la métropole, de 1954 au début du xxie siècle, Paris, Éditions de l’École des hautes études en sciences sociales, 2010.

28 Yaron Tsur, « L’“exode de Fès”, sur les origines de l’émigration sioniste du Maroc », in Frédéric Abécassis, Karima Dirèche, Rita Aouad (dir.), La bienvenue et l’adieu…, op. cit., vol. 2.

29 Ces sources sont en hébreu. L’Agence juive organisait le transfert des populations des lieux de départ aux lieux d’arrivée, au moyen d’une administration particulièrement performante qui désignait ainsi pour chaque ménage les lieux d’installation. À ce stade de l’enquête, 5 501 trajectoires ont été reconstituées.

30 National Office of Statistics (Jérusalem) ; Eliezer Brutzkus, Report on Problems of Geographical Distribution of Population in Israel, Planning Department, 10 avril 1954, p. 7 : Tel Aviv, Haïfa et Jérusalem concentraient alors 70 % de la population juive et connaissaient une difficile situation de surpeuplement.

31 Un moshav est un village agricole ; un kibboutz est une communauté agricole.

32 Ma’abara (plur. ma’abarot) : camp de transit, composé de tentes et de petites maisons de tôle (pahon, plur. pahonim), où les migrants étaient accueillis avant d’accéder à des logements pérennes. N’ayant pas été pensé par ses initiateurs comme un espace de relégation, mais bien comme un lieu de transition, le terme ne peut être traduit par « bidonville ».

33 Lettre du 20 octobre 1955, lettre à Madame Eli Nor du département du Travail social de la municipalité de Jérusalem (en hébreu), CZA, S 84/436/2-85. La série S 84 regroupe les documents portant sur l’insertion des migrants dans leurs lieux de résidence.

34 Un chicoun (plur. chicounim) est un immeuble en dur, à la qualité de construction équivalente à celle des HLM en France.

35 Compte-rendu de réunion du 21 novembre 1955, lettre de Madame P. Barda, département du travail social de la municipalité de Jérusalem (en hébreu), CZA, S 84/436/2-83.

36 Lettre du 18 décembre 1955, Conclusion de la consultation entre Madame Eli Nor, département de l’Absorption, et Madame Scherter, département de l’Organisation et de la Supervision, de l’Agence (en hébreu), CZA, S 84/436/2-69. Chaque demande nécessitait une enquête sociale et un rapport circonstancié du travailleur social. L’administration vérifiait aussi la véracité des faits rapportés, en contactant éventuellement l’employeur, la famille ou toute personne susceptible de confirmer les faits justifiant la demande.

37 CZA, S 584/299/2-46.

38 Compte rendu de réunion du 21 novembre 1955, lettre de Madame P. Barda, département du Travail social de la municipalité de Jérusalem (en hébreu), CZA, S 84/436/2-83.

39 Candidat du district de Jérusalem pour le Comité national de transfert (en hébreu), CZA, S 584/299/2-50.

40 Candidat du district de Jérusalem pour le Comité national de transfert (en hébreu), CZA, S 584/299/2-101.

41 Candidat du district de Jérusalem pour le Comité national de transfert (en hébreu), CZA, S 584/299/2-46.

42 Mohamed Kamel Doraï, Marie-Antoinette Hily, « Du champ migratoire aux circulations : une lecture des migrations internationales », Géographes associés, Association française pour le développement de la géographie, 2005, n° 29, p. 19-26.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Lieux de résidence des olim selon des listes de passagers embarqués à Casablanca entre les mois d’août 1955 et 1956.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/459/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Carte 2 : Lieux d’orientation en Israël de 667 Marocains arrivés en Israël en septembre 1955.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/459/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 224k
Titre Carte 3
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/459/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 392k
Titre Carte 4
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/459/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 320k
Titre Carte 5
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/459/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 300k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Yann Scioldo-Zürcher, « Contourner l’obstacle de sources archivistiques éparses pour l’étude de la diaspora juive marocaine en Israël », Diasporas, 27 | 2016, 161-177.

Référence électronique

Yann Scioldo-Zürcher, « Contourner l’obstacle de sources archivistiques éparses pour l’étude de la diaspora juive marocaine en Israël », Diasporas [En ligne], 27 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 17 novembre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/459 ; DOI : 10.4000/diasporas.459

Haut de page

Auteur

Yann Scioldo-Zürcher

Yann Scioldo-Zürcher, est chargé de recherche au CNRS et travaille au Centre de recherche français à Jérusalem (UMIFRE 7, CNRS-MAEDI). Historien du temps présent, il s’intéresse à l’étude des politiques d’insertion mises en place pour les « migrants nationaux » en France et en Israël. Dernier article paru : « The Postcolonial Repatriations of the French of Algeria in 1962: An emblematic case of a public integration Policy », in Manuel Borutta, Jan C. Jansen, Vertriebene and Pieds-Noirs in postwar Germany and France, Comparative Perspectives, New York, Palgrave Macmillan, 2016, p. 95-112.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org