Skip to navigation – Site map
Altérités juives et similitudes en diaspora et en Israël

L’attentat contre la AMIA à Buenos Aires. Une histoire argentine ?

Jewish citizenship in Argentina after the AMIA bombing
Sébastien Tank-Storper
p. 143-159

Abstracts

On 18 July 1994, a bomb exploded at the headquarters of AMIA, a Jewish Community Center located in the Once neighborhood of Buenos Aires, killing 85 people and injuring 250. This attack came less than two years after the 17 March 1992 bombing of the Israeli Embassy in Buenos Aires, which killed 29 and wounded 242. Yet today 22 years later, the investigation to clarify the circumstances of the AMIA attack, Argentina’s deadliest bombing ever, has still not been completed. This article focuses on political demonstrations and memorials linked with the AMIA bombing, specifically how they raised questions about the place of Jews in Argentina’s political life. Two contradictory tendencies can be observed: a tendency to take refuge behind the ‘wall’ of the community, leading Jewish spaces to be seen as places for a separate ‘foreign’ group; and a contrary trend placing Jews in the center of Argentina’s citizens, by converging political claims for justice for the victims of the AMIA bombing with other struggles for human rights in post-dictatorial Argentinian democracy.

Top of page

Full text

1Le 18 juillet 1994, à 9 h 53 du matin, une voiture piégée détruisait le siège de la AMIA (Asociación Mutual Israelita Argentina) à Buenos Aires, faisant quatre-vingt-cinq morts et deux cent cinquante blessés. Cet attentat, le plus meurtrier de l’histoire argentine, avait été précédé deux ans plus tôt, le 17 mars 1992, par celui perpétré contre l’ambassade d’Israël en Argentine, qui avait fait vingt-neuf victimes.

  • 1 Sergio DellaPergola estime la population juive argentine à 200 000 personnes (Sergio DellaPergola e (...)

2La AMIA est une institution juive ashkénaze fondée en 1940, issue de la fusion de la Jevra Kedusha (la société funéraire qui gérait les cimetières juifs de Buenos Aires) et du Vaad Hajinuj (le réseau d’enseignement juif), qui s’est vite imposée comme la principale institution juive ashkénaze d’Argentine. Son siège central, construit au cœur de ce qui constituait alors le principal quartier juif ashkénaze de Buenos Aires, avait été inauguré en 1945. L’édifice, de six étages, était considéré comme le centre de la vie communautaire juive argentine qui, avec sa population comprise selon les estimations entre 200 000 et 300 000 personnes1, constitue la plus importante population juive de langue espagnole et l’une des principales diasporas du monde. Au rez-de-chaussée se trouvaient une librairie, les bureaux d’aide sociale de l’institution, une bourse du travail, le « club du troisième âge » et une salle de conférence d’une capacité de trois cents personnes. Le premier étage était partagé entre la société funéraire Jevra Kedusha, le tribunal d’arbitrage, le tribunal rabbinique ashkénaze, le secrétariat de la culture (qui organisait les publications, les conférences, les festivals de cinéma, etc.), le Vaad Hajehilot (Federación de Comunidades Israelitas Argentinas, qui fédère l’ensemble des communautés provinciales ashkénazes) et, enfin, les bureaux de l’administration de la AMIA (présidence, trésorerie, salle de réception). Au deuxième étage fonctionnait le Seminario para Maestros Hebreos (séminaire chargé de la formation des enseignants d’hébreu). Au troisième étage était installé le IWO, l’institut scientifique, avec sa bibliothèque contenant approximativement 80 000 volumes en yiddish, en hébreu et en espagnol, ainsi que la plupart des archives communautaires. Le quatrième étage était entièrement occupé par le Vaad Hajinuj, en charge d’environ 20 000 étudiants dans l’ensemble du pays. Enfin, aux cinquième et sixième étages, surplombant et dominant l’ensemble, se trouvait la DAIA (Delegación de Asociaciones Israelitas Argentinas). Cette association, qui ne fait pas formellement partie de la AMIA mais qui a des liens étroits avec elle, est l’organe politique de la communauté juive argentine – le « ministère des Affaires extérieures » –, dont la principale fonction consiste à représenter la population juive et à défendre ses intérêts auprès de l’État.

Fig. 1 : Le siège de la AMIA avant sa destruction.

Fig. 1 : Le siège de la AMIA avant sa destruction.

Une réalité juive argentine à reconstruire

  • 2 Gaëlle Clavandier, « Introduction », in id., La mort collective, Paris, CNRS Éditions, 2004, [En li (...)
  • 3 Gaëlle Clavandier, « Conclusion », in id., La mort collective, op. cit., [En ligne] URL : http://bo (...)

« […] l’événement catastrophique n’est pas seulement constitué de la phase d’urgence qui le caractérise habituellement. Il ne se limite pas à une temporalité de l’instant. La catastrophe ne se clôt pas avec l’arrivée des secours et l’effacement des traces du drame sur le territoire. L’événement est aussi mémoire, il déborde très largement le temps présent2 », écrit Gaëlle Clavandier dans un livre consacré au traitement social des morts collectives. Et de poursuivre : « La catastrophe vient interrompre une certaine routine. Elle est rupture, incertitude et menace. La période qui jouxte un accident [ou ici un attentat, NDLA] est caractérisée par une grande incertitude ; certains repères sociaux comme le paysage, ainsi que l’organisation sociale et temporelle, sont bouleversés. Cette situation requiert une prise en compte rapide et efficace. Il est nécessaire de redéfinir la réalité, de “dire” la catastrophe, d’en comprendre les différentes modalités. Le drame subit une relecture, il est mis en série afin de dépasser la singularité du cas3. »

  • 4 L’étude réalisée par Adrián Jmelnizky et Ezequiel Erdei (La población judía…, op. cit., p. 67-92) m (...)

3Les conséquences de l’attentat sur la judaïcité argentine ont été multiples et parfois contradictoires. L’attentat a tout d’abord été l’occasion d’une réactivation d’un sentiment d’appartenance chez un grand nombre de juifs argentins qui entretenaient une relation de plus en plus lointaine avec leur identité juive4.

  • 5 De fait, 80 % des migrants russes étaient juifs et nombre d’entre eux militaient dans les mouvement (...)
  • 6 Concernant la Semana Trágica : Victor A. Mirelman, En busqueda de una identidad. Los inmigrantes ju (...)

4Mais cette réactivation allait de pair avec un sentiment de précarisation de la présence juive dans le pays, marquée certes par une certaine prospérité économique et par une intégration réussie à la vie sociale et culturelle du pays, mais aussi par la prévalence d’un antisémitisme plus ou moins institutionnalisé. Dès les débuts du xxe siècle en effet, alors même que le pays soutenait une politique très favorable à l’immigration européenne (« governar es poblar » tenait alors lieu de devise nationale), l’idéologie nationaliste argentine voyait dans les juifs la part non assimilable de l’immigration. Pour cette droite nationaliste et antibolchévique, les « russos maximalistos », les révolutionnaires communistes et anarchistes, étaient tous juifs5. Cet antisémitisme qui se superposait avec un conflit de classe a trouvé son paroxysme lors de la « semaine tragique » : le 7 janvier 1919, une longue grève des 2 500 ouvriers de l’usine métallurgique de Pedro Vasena fut sévèrement réprimée par la police, faisant de nombreux morts et blessés. S’ensuivit l’une des plus importantes grèves générales que connut le pays durant toute son histoire, qui subit à son tour la répression des milices formées par les partis conservateurs au nom de la défense des institutions nationales et pourfendant les « anarchistes de l’étranger », autrement dit les juifs. Les 10, 11 et 12 janvier, dans le même Barrio Once où fut plus tard construit l’immeuble de la AMIA détruit par l’attentat, de nombreux juifs furent pris pour cibles, donnant lieu à de véritables pogroms qui firent, selon les différentes estimations, entre 500 et 1 500 victimes, juifs russes pour l’écrasante majorité, souvent étrangers aux grèves6.

  • 7 Voir à ce propos : Gabriela Lotersztain, Los judíos bajo el terror. Argentina, 1976-1983, Buenos Ai (...)

5Près de soixante ans plus tard, durant la dictature de 1976-1983, la répression et le terrorisme d’État qui frappèrent le pays firent quatre fois plus de victimes juives que leur proportion dans la population argentine. Des enquêtes récentes estiment à 8 % la proportion de juifs incarcérés et à 16,8 % celle de personnes portant des noms à consonance juive, alors même que la population juive ne dépasse pas 1 % de la population argentine totale. Selon Amnesty International, les juifs représentaient 31 % des intellectuels victimes de la répression militaire et environ 10 ou 11 % des 8 960 disparus. Enfin, les prisonniers juifs étaient soumis à des traitements encore plus dégradants que les prisonniers non juifs et les interrogatoires étaient ponctués d’injures antisémites7.

  • 8 La crise économique qui a touché l’Argentine depuis le milieu des années 1990 n’a pas épargné les j (...)
  • 9 Damián Setton, Revitalización de la ortodoxia judía y experiencias comunitarias. Jabad Lubavitch en (...)

6Le surgissement de la violence terroriste à caractère antisémite, ce 18 juillet 1994, a ainsi fortement questionné le sens de la présence juive en Argentine. Il a réactivé l’image d’une Argentine foncièrement antisémite et a favorisé, conjointement à la crise économique qui a touché l’Argentine à partir du milieu des années 19908, un mouvement d’exit (pour reprendre les termes d’Hirschmann) qui s’est notamment traduit par de nombreux départs vers Israël, les États-Unis et l’Europe (on compte ainsi 6 300 à 6 500 départs de juifs argentins vers Israël pour la seule année 2002), mais aussi par la revitalisation d’une ultra orthodoxie juive de type intégraliste9.

Tribunales : « Justicia, justicia perseguirás »

  • 10 Mémoire active.

7Mais l’attentat a également été l’occasion d’une « prise de parole » (voice) de la part des associations de parents et amis des victimes de l’attentat, qui, depuis maintenant plus de vingt ans, ont contribué à faire de la « causa AMIA » l’un des principaux combats pour l’extension des droits démocratiques dans l’Argentine post-dictatoriale. Dès les premiers jours qui ont suivi l’explosion, les institutions juives et les familles de victimes ont élevé la voix pour réclamer une enquête impartiale. La demande de justice était d’autant plus forte que l’enquête concernant l’attentat de 1992 contre l’ambassade israélienne restait au point mort. Des soupçons de pressions politiques exercées sur la justice afin de ne pas perturber les relations entre l’Argentine et la Syrie étaient notamment formulés. Pour éviter que l’enquête de la AMIA ne connaisse le même sort, un collectif de familles et d’amis des victimes s’est constitué sous le nom de Memoria Activa10 dans le but explicite de faire pression sur le gouvernement et sur la justice afin que l’enquête progresse. Le choix du nom de l’association entendait signifier la volonté de ne pas rester passif face au drame, mais de se « maintenir debout » et d’exiger une condamnation juste pour les crimes commis.

8Réunis dans les premières semaines à l’occasion de marches silencieuses devant les décombres de l’immeuble de la rue Pasteur et devant le palais de justice, les membres de l’association ont rapidement cherché à stabiliser et à pérenniser leurs modes d’action. De manière fortement ritualisée, chaque lundi matin à 9 h 53 (heure de l’attentat) durant plus de cinq cents semaines consécutives, les « Tribunales » rassemblèrent ainsi place Lavalle, devant le palais de justice, ceux qui voulaient soutenir activement l’action de Memoria Activa.

  • 11 Du nom d’une discothèque qui avait brûlé durant la nuit du 30 décembre 2004 en faisant 194 victimes (...)
  • 12 « C’est la justice, la justice seule que tu dois rechercher ».

9Le choix du palais de justice ne tient pas du hasard. C’est non seulement le lieu où se rend la justice, mais c’est aussi le point de convergence de nombreuses luttes contre l’impunité. Ce qui est d’ailleurs lisible à travers la multiplication des monuments commémorant différents combats emblématiques pour la justice, comme celui des victimes de Cromanon11 ou celui des employés de la justice victimes de la dictature, qui cohabitent avec celui érigé en 1996 par Memoria Activa en mémoire des victimes de l’attentat de la AMIA. Œuvre de l’artiste Mirta Kupferminc, ce monument est formé de morceaux de bois de tailles inégales sur lesquels sont inscrits le nom et l’âge des quatre-vingt-cinq victimes de l’attentat. Sur le socle, sur lequel reposent les morceaux de bois, est inscrite la devise de Memoria Activa empruntée au Deutéronome : « Justicia, justicia perseguirás12 » (Dt. 16, 20).

Fig.2: Le mémorial de Memoria Activa, Plaza Lavalle.

Fig.2: Le mémorial de Memoria Activa, Plaza Lavalle.

10La volonté d’ancrer le combat pour les victimes de la AMIA dans l’agenda politique argentin, et notamment dans celui des luttes contre l’impunité et pour l’extension des droits démocratiques dans l’Argentine post-dictatoriale, est aussi lisible dans la périodicité choisie pour les manifestations. Non seulement le rythme hebdomadaire permet de maintenir la « causa AMIA » au cœur de l’actualité politique, mais, plus encore peut-être, il inscrit les actions de Memoria activa dans le répertoire d’action des luttes politiques argentines contre la dictature, dont le modèle de référence est celui des Mères de la place de Mai : les mères de disparus lors de la dictature militaire de 1976-1983, qui, depuis le 30 avril 1977, se rassemblent tous les jeudis après-midi à 16 heures sur la plaza de Mayo – la place de Mai – face au palais présidentiel (la Casa rosada), et tournent pendant une demi-heure, dans le sens inverse des aiguilles d’une montre. La convergence du mouvement Memoria Activa avec celui des mères de la place de Mai n’est d’ailleurs pas uniquement symbolique. Les « Mères » se sont souvent déplacées sur la place Lavalle, arborant leurs pañuelos – leurs foulards –, pour apporter leur soutien à la « causa AMIA », comme ce fut par exemple le cas lors des cérémonies du vingtième anniversaire.

11Les lundis de Tribunales suivent un déroulement très ritualisé, marqué par trois temps forts : la lecture des noms des victimes, la sonnerie du shofar (à 9 h 53) et les discours.

  • 13 Régine Azria, « La lecture des noms : identités et reconnaissance. Un rituel structurant pour le pr (...)

12La lecture des noms de victimes, ou leur inscription sur des plaques commémoratives, fait partie du répertoire classique de l’activité mémorielle liée aux morts collectives et aux victimes du terrorisme. À Yad Vashem, le mémorial de la Shoah à Jérusalem, le nom de chaque enfant juif assassiné lors de la Seconde Guerre mondiale est lu en boucle, sans discontinuer. À Paris, depuis 1990, une cérémonie de lecture des noms a lieu chaque année pour Yom HaShoah (jour de la Shoah), à l’initiative du rabbin fondateur du MJLF (Mouvement juif libéral de France), Daniel Farhi, et de l’Association des fils et filles des déportés juifs de France, fondée par Béate et Serge Klarsfeld afin notamment de lutter contre l’impunité de certains dignitaires nazis13. De même, lors de la cérémonie de commémoration des victimes des attentats du 11 septembre 2001 contre le World Trade Center à New York, où les familles procèdent à la lecture des noms avant d’observer une minute de silence. Le rituel de lecture des noms permet ainsi d’articuler le deuil privé et le deuil collectif ; il singularise la souffrance en soulignant la dimension individuelle du deuil collectif et réintègre ces morts individuelles dans le cadre collectif. Il offre également un fort potentiel émotionnel, qui tient en partie dans sa capacité à rompre la froideur du chiffre en mettant en évidence que chaque mort est une mort singulière. Dans le cas des Tribunales, chaque nom est par ailleurs ponctué de la parole « presente » (« présent ») reprise en cœur par l’assistance, répétant en cela le rituel de lecture des noms des victimes de la dictature, inscrivant encore une fois la lutte de Memoria Activa dans la continuité des luttes de l’Argentine post-dictatoriale.

Fig.3 : La sonnerie du shofar lors des commémorations du vingtième anniversaire de l’attentat, plazza Lavalle.

Fig.3 : La sonnerie du shofar lors des commémorations du vingtième anniversaire de l’attentat, plazza Lavalle.

13Les orateurs qui se sont succédé à la tribune pendant les dix années que durèrent les manifestations viennent de tous les horizons sociaux, politiques, confessionnels ou professionnels. On trouve des personnalités de la vie culturelle argentine, des représentants d’autres religions, des intellectuels, des journalistes, etc. Parmi eux : les Prix Nobel de la paix Adolfo Perez Esquivel et Elie Wiesel, le futur président de la République argentine Fernando de la Rua, les écrivains David Viñas et Ana María Shua, la chanteuse Mercedes Sosa, etc. Si une majorité d’intervenants se définissent comme juifs, nombre d’entre eux ne le sont pas, soulignant d’autant la volonté de donner un caractère universel à la démarche. Concernant le contenu des discours, c’est le thème de la lutte contre l’impunité qui domine, le plus souvent en l’inscrivant dans le cadre général des manquements de l’État de droit en Argentine. La filiation entre la dictature et l’absence de justice dans le dossier de la AMIA est souvent établie.

  • 14 Et, comme nous le verrons par la suite, aujourd’hui ministre de l’Environnement du gouvernement de (...)

14Si les lundis de Tribunales revendiquent une portée fondamentalement universaliste, les promoteurs de ces manifestations n’entendaient cependant pas occulter le caractère antisémite de l’attentat. Sergio Bergman, à l’époque rabbin de la communauté libérale Emmanu-el14, fut dans cette optique chargé par les membres de Memoria Activa de donner aux rassemblements du lundi un caractère juif. L’idée fut de sonner le shofar à 9 heures 53, heure de l’attentat. Le shofar est un élément caractéristique de la liturgie juive. C’est un instrument de musique à vent en forme de corne que l’on sonne à Rosh Hashanah (la nouvelle année) et pour Yom Kippour (le jour du pardon). À l’instar du foulard des Mères de la place de Mai qui singularise le combat de ces mères et grands-mères de disparus, le shofar offre une variation symbolique qui rend à la lutte de Memoria Activa sa singularité juive tout en l’insérant dans un combat plus large pour la démocratie et les droits de l’homme.

633 rue Pasteur : « Memoria y justicia »

  • 15 Marcelo Dimenstein, « The building of the “Once” neighborhood in Buenos Aires: Immigrant bourgeoisi (...)
  • 16 Damián Setton, Revitalización de la ortodoxia judía…, op. cit.

15Parallèlement aux lundis du tribunal, des commémorations officielles se déroulent chaque année aux alentours immédiats du lieu de l’attentat, sur la section de la rue Pasteur comprise entre les rues Tucuman et Viamonte, au cœur du quartier Once. Le Barrio Once s’est constitué entre les années 1910-1930 environ comme le centre de la vie juive portègne. La majorité des juifs récemment arrivés en Argentine y habitaient et pour beaucoup y travaillaient, et le quartier concentrait la plupart des institutions, écoles, théâtres, librairies et commerces juifs15. Aujourd’hui encore, même si la plupart des familles juives ont migré vers les quartiers plus cossus du nord de la capitale fédérale, la présence d’écoles juives, de nombreuses associations sportives et culturelles et de synagogues monumentales permet de conserver au quartier son image de principal quartier juif de Buenos Aires. D’autant plus que de nombreux Loubavitch sont venus s’y installer depuis le début des années 199016, revitalisant d’autant la visibilité juive dans cette partie de la ville qui, par ailleurs, conserve sa fonction de quartier d’accueil pour les nouveaux migrants, aujourd’hui originaires essentiellement du Pérou ou de Corée.

  • 17 Gaëlle Clavandier, « Introduction », in id., La mort collective, op.cit., paragraphe 4.

16Le lieu de l’attentat auprès duquel se déroulent les commémorations annuelles a été soumis à un travail qui visait trois objectifs principaux : soigner (reconstruire), protéger et commémorer. Gaëlle Clavandier rappelle en effet que toute mort collective est tendue entre ces trois nécessités : faire face à l’urgence (soigner les corps, puis, le cas échéant, les lieux), commémorer et prévenir tout nouvel accident ou tout nouvel attentat17. Cette tension était d’autant plus vive dans le cas de l’attentat contre l’immeuble du 633 de la rue Pasteur qu’il suivait de près celui contre l’ambassade d’Israël à Buenos Aires (attentat dont l’enquête n’avait toujours pas abouti), rendant la menace de tout nouvel attentat d’autant plus présente.

17Le projet de construire un nouveau bâtiment en lieu et place de l’ancien édifice fut sujet à débat, mais s’imposa comme un signe de ténacité face à l’adversité, comme une preuve de la capacité de résilience de l’institution. Les travaux commencèrent au mois d’août 1995 (un an après l’attentat) et durèrent un peu moins de cinq ans, pour se terminer en mai 1999.

18Le nouvel édifice bâti sur la parcelle du 633 de la rue Pasteur est un bel exemple d’architecture mêlant préoccupations sécuritaires et mémorielles. Bâti en retrait, il est désormais protégé par un mur de béton en prévention d’un nouvel attentat et, par mesure de sécurité, toute voiture à l’arrêt est immédiatement priée de quitter les lieux. Ce mur fait office de sas qui permet d’arrêter le choc d’une éventuelle déflagration et de contrôler l’accès au bâtiment.

Fig.4 : Le nouveau siège de la AMIA, 633 rue Pasteur

Fig.4 : Le nouveau siège de la AMIA, 633 rue Pasteur

19La circulation entre l’intérieur et l’extérieur du bâtiment est en effet strictement réglementée et surveillée. Il est impossible d’y entrer sans avoir été préalablement inscrit sur une liste établie par le personnel de l’institution. Pour accéder au centre de documentation par exemple, il faut s’inscrire sur le site Internet en justifiant son identité et le motif de sa venue. Lors de sa première visite, chaque visiteur est fouillé, photographié et inscrit dans une base de données à usage interne. Lors d’une visite en 2008, l’empreinte de mon iris a même été prise, mais ce dispositif n’était plus en usage lors de ma dernière visite en juillet 2014. Le visiteur doit aussi laisser une pièce d’identité que les vigiles gardent durant le temps de la visite et que l’on récupère en sortant. Toute sortie est par ailleurs définitive et tout retour nécessite de prendre de nouveau rendez-vous via Internet.

  • 18 Du nom du programme de sécurisation des bâtiments communautaires mis en place par les dirigeants de (...)

20La très grande majorité des lieux juifs de Buenos Aires sont soumis à ce type de dispositif de sécurité depuis les attentats de 1992 contre l’ambassade d’Israël et de manière renforcée depuis l’attentat de 1994, donnant l’image d’une véritable « forteresse communautaire18 ». Des bornes en béton ont été posées devant chaque édifice communautaire de la ville afin de prévenir les attaques à la voiture piégée. La conséquence, sans doute involontaire, est de signaler la présence de chaque bâtiment appartenant à la communauté juive, renforçant d’autant leur visibilité dans l’ensemble de la ville. La logique sécuritaire démontre ainsi ses effets paradoxaux : elle donne à voir ce qu’elle entend protéger.

21Parallèlement à cette logique sécuritaire, le bâtiment et ses abords ont été travaillés de manière à en faire un lieu de mémoire à part entière. Sur le mur d’enceinte du bâtiment du 633 de la rue Pasteur, le tableau noir sur lequel le nom des victimes avait été écrit à la main dans les jours qui ont suivi l’attentat a été replacé, évoquant à la fois l’urgence du travail de mémoire et son caractère toujours inachevé. On peut également lire sur un écriteau : « Recordar el dolor que no cesa » (se souvenir de la douleur qui ne cesse pas) et, en grosses lettres majuscules blanches sur fond noir : « Memoria y justicia. 18 Julio 1994 ». Enfin, l’autel qui sert aux commémorations annuelles est toujours en place devant l’édifice, il y brûle en permanence une bougie pour chaque victime de l’attentat.

Fig.5 : Justicia y Memoria : « Recordar el dolor que no cesa »

Fig.5 : Justicia y Memoria : « Recordar el dolor que no cesa »
  • 19 L’interdiction de représenter la figure divine vient formellement du second commandement du Décalog (...)

22Sur la place Seca, sur laquelle on pénètre après avoir franchi le premier mur d’enceinte du 633 rue Pasteur et que l’on traverse pour entrer dans l’immeuble (et qui n’est donc pas accessible sans franchir le dispositif de sécurité), a été érigé le monument Agam, dont les multiples couleurs contrastent avec l’austérité du mur des noms donnant sur la rue. Selon l’artiste israélien Yaacov Agam qui a réalisé le monument, l’œuvre commence par le chaos provoqué par l’explosion de l’immeuble et se termine par l’image d’une communauté juive plus forte que jamais et par l’espoir retrouvé. Le monument est constitué de neuf colonnes de 3,70 m de hauteur qui dessinent selon le point de vue différentes formes géométriques (afin notamment de ne pas transgresser l’interdit de la figuration19), parmi lesquelles sont symbolisés : la destruction ; un candélabre de Hanouka à 9 branches ; une étoile de David blanche ; un arc-en-ciel ; une menorah (chandelier à 7 branches) une étoile de David de différentes couleurs et le symbole de la AMIA.

23Dans la rue Pasteur, aux abords immédiats du bâtiment, quatre-vingt-cinq arbres ont été plantés à l’occasion du cinquième anniversaire de l’attentat (plantation que l’on peut interpréter comme un double symbole de vie et d’enracinement), transformant significativement l’aspect de la rue, autrefois sans végétation. Au pied de chaque arbre, une plaque porte le nom d’une victime et la série de dates 1994-18-7-1999. Enfin, des panneaux ont été posés par le gouvernement de la ville de Buenos Aires en hommage aux victimes de l’attentat.

Fig.6 : Le monument Agam, dans l’enceinte de l’immeuble du 633 rue Pasteur

Fig.6 : Le monument Agam, dans l’enceinte de l’immeuble du 633 rue Pasteur

24Chaque 18 juillet à 9 h 53, la cérémonie se déroule sur la voie publique aux abords immédiats du lieu de l’attentat. Elle commence par la sirène qui retentit à l’heure précise de l’explosion, suivie d’une minute de silence, puis de la lecture des noms des victimes et de leur date de naissance. Pour chaque nom prononcé, une bougie est allumée puis posée, avec une rose rouge, sur un autel où est écrit en blanc sur un fond noir « Justicia y memoria ». Pendant ce temps, la foule présente brandit des affichettes figurant chacune l’une des victimes de l’attentat.

  • 20 Principalement autour de la question du Memorándum de Entendimiento entre el Gobierno de la Repúbli (...)

25Cette séquence est suivie de discours prononcés par les représentants officiels de la communauté juive (AMIA et DAIA), des représentants des familles ainsi que des représentants de l’État. Cristina Kirchner, présidente de la Nation argentine, était personnellement présente jusqu’en 2011, date à laquelle ses relations avec les dirigeants communautaires se sont considérablement tendues20. Le pape François, originaire de Buenos Aires, a de son côté participé à la cérémonie du vingtième anniversaire en envoyant depuis Rome un message retransmis sur écran géant.

  • 21 Il a depuis été poursuivi pour complicité de corruption et entrave à la justice dans l’achat du tém (...)
  • 22 Beatriz Gurevich, Passion, Politics and Identity…, op. cit., p. 7-9.
  • 23 Ibid., p. 20.

26Ces cérémonies commémoratives qui se déroulent sous la protection d’un dispositif de sécurité impressionnant bénéficient d’une large couverture médiatique. À ce titre, elles constituent aussi une formidable caisse de résonance politique, malgré la volonté initiale des dirigeants communautaires qui souhaitaient préserver leur caractère consensuel. Dans l’esprit de Ruben Beraja, qui occupait le poste de président de la DAIA à l’époque de l’attentat21, les commémorations annuelles devaient en effet rester des cérémonies essentiellement mémorielles. Les familles de victimes, de leur côté, pouvaient porter leur douleur et leur émotion dans l’espace public extra-communautaire de la place Lavalle afin de maintenir la cause vivante, mais sans pour autant déborder sur le terrain politique, qui devait rester le domaine réservé de la AMIA et de la DAIA. Dans un partage des rôles respectant scrupuleusement les stéréotypes de genre, la politique et la raison revenaient aux dirigeants communautaires (exclusivement masculins) et l’émotion aux familles de victimes (majoritairement des femmes)22. Dès la fin de l’année 1995 cependant, un certain nombre de familles retirèrent leur confiance aux dirigeants communautaires, accusés de faire passer leurs intérêts personnels et ceux de l’institution avant ceux des victimes. Les discours prononcés lors des rassemblements devant le tribunal prirent dès lors une tonalité plus combative et plus politique. Le juge Galeano en charge de l’enquête fut publiquement accusé de délaisser volontairement des pistes pour des raisons politiques et diplomatiques, tandis que le gouvernement fut soupçonné d’exercer des pressions sur l’enquête. Les dirigeants communautaires considérèrent cela comme une intrusion dans leur propre domaine de compétence et cherchèrent à discréditer les membres de Memoria Activa. Les relations entre les institutions juives et les familles de victimes devinrent de plus en plus tendues, si bien que Laura Ginsberg, l’une des fondatrices de Memoria Activa qui avait perdu son mari dans l’attentat, prononça lors des commémorations officielles du troisième anniversaire un discours accusant les dirigeants communautaires de passivité face à un gouvernement qui entendait déployer tous ses moyens pour empêcher le bon déroulement de l’enquête. S’inspirant de la rhétorique de Zola lors de l’affaire Dreyfus, elle accusait également publiquement l’État argentin de complicité : « J’accuse le gouvernement de Menem et de Duhalde de consentir à l’impunité, de consentir à l’indifférence, à l’incompétence et à l’inaptitude. J’accuse le gouvernement de Menem et de Duhalde de couvrir les acteurs locaux qui ont collaboré à l’assassinat de nos proches23. »

27Si depuis lors les membres de Memoria Activa décidèrent de ne plus participer aux cérémonies officielles, se repliant sur leur propre dispositif et leur propre agenda (jusqu’à organiser une cérémonie concurrente à la même heure lors du vingtième anniversaire), les commémorations du 18 juillet ont conservé une forte tonalité politique. Ce fut notamment le cas en 2014 lors des cérémonies du vingtième anniversaire, durant lesquelles les représentants de la AMIA et de la DAIA menèrent une violente charge contre le gouvernement de Cristina Kirchner et son chancelier Héctor Timerman (qui n’étaient d’ailleurs pas représentés lors de la cérémonie) et fustigèrent encore une fois le Memorándum de Entendimiento firmado entre la Argentina e Irán por el atentado a la AMIA contracté à l’initiative du gouvernement entre l’État argentin et l’État iranien, qui était perçu comme une manœuvre supplémentaire pour enterrer l’enquête (alors même que Memoria Activa soutient de son côté le Memorándum).

28La tonalité politique des commémorations officielles diffère cependant sensiblement de celle des lundis de Tribunales. Quand le dispositif liturgique de Memoria Activa vise à s’inscrire dans la filiation des luttes politiques et judiciaires de l’Argentine post-dictatoriale, celui des commémorations officielles, qui se déroulent sur les lieux mêmes de l’attentat, devant le nouvel édifice de la AMIA et de la DAIA reconstruit comme une forteresse mémorielle, au cœur du quartier juif historique, sous la protection d’un dispositif de sécurité qui contrôle l’identité et la circulation des participants, lui donne une dimension moins universaliste et plus centrée sur la défense des intérêts communautaires et institutionnels. Autrement dit, quand les militants de Memoria Activa travaillent à produire une lecture argentine de l’attentat (sans pour autant occulter son caractère spécifiquement antisémite), les dirigeants des institutions en produisent une lecture plus spécifiquement juive.

Condition sécuritaire et mobilisation citoyenne

29Quelle lecture peut-on faire des recompositions à l’œuvre au sein de la judaïcité argentine plus de vingt ans après l’attentat contre la AMIA ?

  • 24 Michel Foucault, « Des espaces autres », in id., Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1984, p. 752-762

30L’attentat a tout d’abord marqué l’entrée durable du judaïsme argentin organisé dans ce que je voudrais appeler la « condition sécuritaire », matérialisée par les pilotes de hormiga – les pylônes de béton – qui protègent chaque bâtiment affilié aux institutions juives. Cette condition sécuritaire, qui n’est en rien spécifique à l’Argentine et qui constitue peut-être l’un des traits saillants de la condition juive contemporaine, n’est pas sans conséquence sur la manière dont la présence juive s’intègre dans le tissu urbain et dont se font les passages entre espaces communautaires et espaces non communautaires. D’un côté, nous l’avons vu, l’ensemble des dispositifs sécuritaires renforcent considérablement la visibilité juive au sein de la ville de Buenos Aires ; ils protègent et ils montrent. Mais d’un autre côté, la fermeture des lieux communautaires, dans lesquels on ne pénètre pas sans avoir été dûment identifié, favorise leur altération – au sens propre de leur transformation en autre chose – en espaces hétérotopiques, sortes de lieux qui, selon Michel Foucault, « sont hors de tous lieux, bien que pourtant ils soient effectivement localisables24 ». Logique hétérotopique qui favorise au moins en partie un processus d’allogénisation de ces lieux communautaires, qui restent physiquement inscrits dans l’espace urbain sans y être pleinement intégrés.

  • 25 À l’heure où ces lignes sont écrites, l’enquête n’a toujours pas formellement établi s’il s’agit bi (...)

31Mais, et c’est peut-être ce qui fait l’originalité du cas argentin, notamment face à la situation française qui a également connu des attaques terroristes meurtrières, cette allogénisation est allée de concert avec un mouvement de « citoyennisation » de l’identité juive argentine. Depuis maintenant plus de vingt ans, mais plus encore depuis l’élection de Cristina Kirchner en octobre 2007 à la présidence de l’État argentin, la « causa AMIA » est ainsi devenue un thème central de la vie politique argentine. Grâce au travail de Memoria Activa en particulier, qui a concentré son action sur le terrain judiciaire en se portant partie civile, l’État argentin a été condamné pour entrave à la justice ; l’ancien président Carlos Menem a été mis en examen, avec d’autres, pour entrave à la bonne marche de la justice ; le juge Galeano, chargé de l’enquête depuis ses débuts, a été destitué le 3 septembre 2005 par le conseil de la magistrature sous de multiples motifs, dont la subordination de témoin, la destruction de preuves, etc. ; le juge Alberto Nisman, en charge de l’enquête à la suite du juge Galeano, a été retrouvé mort, dans des conditions encore mal élucidées25, dans les premiers jours de l’année 2015, après avoir lancé une accusation contre la présidente Cristina Kirchner pour entente avec l’État iranien afin d’assurer l’impunité des responsables présumés, engendrant une crise politique majeure et occasionnant l’une des plus grandes manifestations qu’a connues le pays depuis la crise de 2001.

  • 26 Voir notamment : Laura Shenquer, « Representaciones en torno al conservative judaism en los tiempos (...)

32La projection de la « causa AMIA » au cœur de la vie politique argentine rompait ainsi radicalement avec les années de perfil bajo (profil bas) et de dépolitisation qui avaient caractérisé la posture des institutions juives, notamment depuis les années de dictature26. Elle devenait le lieu à partir duquel des juifs pouvaient, au nom même de leur judéité (et pas seulement malgré elle), prendre voix dans l’espace public, à l’image de Sergio Bergman, ancien député de la Nation affilié au PRO (Propuesta Republicana, parti classé à droite, principal opposant au parti justicialiste péroniste) et aujourd’hui ministre de l’Environnement dans le gouvernement du nouveau président argentin Mauricio Macri, élu en 2015. Rabbin de la communauté libérale de la Sinagoga de la Congregación Israelita Argentina (la synagogue Libertad, la plus ancienne de Buenos Aires) et membre fondateur de Memoria Activa, arborant en toute occasion une kippa multicolore, Sergio Bergman, dit « rabino Bergman », est né à Buenos Aires le 23 janvier 1962. Quand je l’ai interrogé sur son parcours, et en particulier sur la manière dont il articulait son engagement de rabbin et son engagement politique, c’est à l’attentat qu’il attribuait son engagement citoyen et politique, comme il l’écrit également dans les premières pages de son livre Manifesto civico argentino (Manifeste civique argentin) :

  • 27 « El atentado a la Embajada del Estado de Israel y, en especial, la voladura de la AMIA sumado al t (...)

« L’attentat contre l’ambassade d’Israël et, plus spécialement, celui contre la AMIA, ajouté au travail réalisé avec l’association Memoria Activa, furent pour moi le point d’inflexion qui étendit mon engagement, jusque-là relié presque exclusivement au religieux, au terrain plus vaste de la politique argentine. L’attentat de la AMIA a été interprété par certains secteurs de la communauté juive comme quelque chose qui lui arrivait exclusivement à elle, c’est-à-dire aux juifs, et non comme quelque chose qui affectait tous les Argentins. Par conséquent, sa réaction fut de s’auto-ségréguer. D’un autre côté, certains secteurs de la société argentine, y compris avec les meilleures intentions, ont exprimé leur solidarité avec les citoyens juifs, qu’ils percevaient en ces temps-là davantage comme des étrangers que comme des concitoyens argentins. Et si nombreux étaient ceux qui pensaient que c’était un attentat perpétré contre tous les Argentins, le sentiment de la majorité restait qu’il s’agissait d’un attentat contre une institution emblématique de la communauté juive argentine et non d’un attentat contre tous les citoyens argentins. Ces tensions me démontrèrent que notre société était totalement désintégrée en tant que communauté27. »

33Si l’attentat contre la AMIA a constitué le terreau sur lequel Sergio Bergman enracine son engagement citoyen, sa réelle entrée en politique s’est faite dans le prolongement des manifestations et du mouvement social de 2009 contre l’insécurité, à la suite duquel il a créé son propre mouvement politique, Argentina Ciudadana (Citoyenneté argentine), tout d’abord. Ce n’est qu’en 2011 qu’il rejoint le PRO (Propuesto Republicana) de Mauricio Macri, à l’époque gouverneur de la ville de Buenos Aires et aujourd’hui président de la Nation argentine, sous la bannière duquel il fut élu député de la ville de Buenos Aires (2011), puis député de la Nation (2013) et enfin ministre (2015). L’originalité d’une figure politique comme celle de Sergio Bergman ne réside pas tant dans le fait qu’un juif puisse être ministre au sein d’un gouvernement argentin (l’ancien ministre des Affaires étrangères de Cristina Kirchner entre 2010 et 2015, Héctor Timerman, militant des droits de l’homme et fils du patron de presse et opposant à la dictature Jacobo Timerman, constitue de ce point de vue un autre exemple marquant), mais bien dans celui de s’être construit comme un acteur politique autonome à partir de son triple engagement : au sein des institutions juives, de l’association Memoria Activa et des institutions politiques. C’est bien en tant que rabbin engagé qu’il participe à la vie publique, en construisant des alliances avec d’autres acteurs politiques.

  • 28 Les chiffres officiels de l’émigration vers Israël des juifs français ont connu une croissance expo (...)
  • 29 Yosef Hayim Yerushalmi, Serviteurs des rois et non serviteurs des serviteurs, Paris, Allia, 2011, p (...)

34Ainsi, à l’inverse de la situation française où les attentats antisémites de ces dernières années ont davantage donné lieu, pour une partie de la judaïcité française, à un double mouvement de loyauté à l’égard des institutions juives et d’« exit » vis-à-vis de la société française28, le mouvement social lié à l’attentat contre la AMIA a permis l’émergence d’un mouvement social original et d’acteurs politiques inédits. C’est là, peut-être, que réside l’originalité du cas argentin et d’associations comme Memoria Activa, n’hésitant pas à s’opposer frontalement à l’État et aux institutions juives (rompant ainsi avec l’alliance verticale entre les juifs et l’État dont parle l’historien Yosef Hayim Yerushalmi29) et à tisser des liens de solidarité horizontaux avec d’autres mouvements sociaux, permettant une reconfiguration originale des juifs comme acteurs politiques et citoyens : non plus « serviteurs des rois », pour reprendre la formule de Yosef Hayim Yerushalmi, mais acteurs parmi d’autres de la société civile.

Top of page

Notes

1 Sergio DellaPergola estime la population juive argentine à 200 000 personnes (Sergio DellaPergola et Uziel Oscar Schmeltz, « La demografía de judíos de latinoamérica », Rumbos, 1986, n° 15). Ce chiffre est cependant contesté par une étude réalisée sous l’égide du Joint et de la AMIA, qui compterait pour le seul Grand Buenos Aires une population juive de 244 000 personnes, allant jusqu’à 310 000 personnes vivant dans des foyers dont au moins un membre est juif (Adrián Jmelnizky et Ezequiel Erdei, La población judía de Buenos Aires. Estudio sociodemográfico, Buenos Aires, AMIA-Joint, 2005, p. 15-20).

2 Gaëlle Clavandier, « Introduction », in id., La mort collective, Paris, CNRS Éditions, 2004, [En ligne] URL : http://books.openedition.org/editionscnrs/1597

3 Gaëlle Clavandier, « Conclusion », in id., La mort collective, op. cit., [En ligne] URL : http://books.openedition.org/editionscnrs/1604

4 L’étude réalisée par Adrián Jmelnizky et Ezequiel Erdei (La población judía…, op. cit., p. 67-92) montre qu’une partie importante de la judaïcité argentine entretient une relation distendue avec les différentes dimensions de la vie collective juive. Si un sentiment d’appartenance semble subsister chez une grande majorité de juifs argentins, ce sentiment n’est que très rarement traduit en acte, que ce soit par l’adhésion à une communauté ou par la mise en œuvre de gestes prescrits par la tradition.

5 De fait, 80 % des migrants russes étaient juifs et nombre d’entre eux militaient dans les mouvements ouvriers socialistes ou anarchistes. Mais tous les militants socialistes et anarchistes n’étaient pas juifs.

6 Concernant la Semana Trágica : Victor A. Mirelman, En busqueda de una identidad. Los inmigrantes judios en Buenos Aires, 1890-1930, Buenos Aires, Milá, 1988, p. 83-93 ; Robert Weisbrot, The Jews of Argentina. From the Inquisition to Perón, Philadelphie, The Jewish Publication of America, 1979, p. 241-276 ; Marcelo Dimenstein, « En busca de un pogrom perdido : memoria en torne de la Semana Trágica de 1919 (1919-1999), in Emmanuel Kahan, Laura Schenquer, Damián Setton, Alejandro Dujovne (dir.), Marginados y consagrados. Nuevos estudios sobre la vida judía en la Argentina, Buenos Aires, Mumiere, 2011, p. 121-141.

7 Voir à ce propos : Gabriela Lotersztain, Los judíos bajo el terror. Argentina, 1976-1983, Buenos Aires, Ejercitar la memoría editores, 2008 ; Hernán Dobry, Los judíos y la dictadura. Los desaparecidos, el antisemitismo y la resistencia, Buenos Aires, Vergara, 2013 ; Daniel Goldman et Hernán Dobry, Ser judío en los años setenta. Testimonios des horror y la resistencia durante la última dictadura, Buenos Aires, Siglo Veintiuno editores, 2014.

8 La crise économique qui a touché l’Argentine depuis le milieu des années 1990 n’a pas épargné les juifs. Le nombre de juifs pauvres a explosé à partir de la fin des années 1990 : en 1998, on compte environ 17 % de juifs pauvres (dont 3 % d’indigents) ; on en compte 25 % (dont plus de 5 % d’indigents) en 2001 et 33 % (dont 7,5 % d’indigents) en 2002. Mais cela reste en dessous de la moyenne nationale, puisque à la même période le nombre d’Argentins en dessous du seuil de pauvreté était d’environ 50 % (Adrián Jmelnizky et Ezequiel Erdei, La población…, op. cit., p. 41-42).

9 Damián Setton, Revitalización de la ortodoxia judía y experiencias comunitarias. Jabad Lubavitch en la Argentina, Saarbrücken, Editoral Académica Española, 2010.

10 Mémoire active.

11 Du nom d’une discothèque qui avait brûlé durant la nuit du 30 décembre 2004 en faisant 194 victimes et 1 432 blessés. Les propriétaires et les autorités publiques qui avaient laissé ouvert le lieu malgré sa non-conformité manifeste avec les règles élémentaires de sécurité ont été jugés et condamnés en 2009. Le gouverneur de la ville de Buenos Aires de l’époque, Aníbal Ibarra, fut jugé et destitué le 7 mars 2006 pour faute dans l’exercice de ses fonctions.

12 « C’est la justice, la justice seule que tu dois rechercher ».

13 Régine Azria, « La lecture des noms : identités et reconnaissance. Un rituel structurant pour le présent ? », in Chantal Bordes-Benayoun (dir.), Socio-anthropologie des judaïsmes contemporains, Paris, Honoré Champion, 2015, p. 220.

14 Et, comme nous le verrons par la suite, aujourd’hui ministre de l’Environnement du gouvernement de Mauricio Macri.

15 Marcelo Dimenstein, « The building of the “Once” neighborhood in Buenos Aires: Immigrant bourgeoisie, “ethnic” architects and jewish elites (1900-1930) », Perush, vol. 2, n° 1, february 2010, [en ligne] URL : http://perush.cjs.ucla.edu/index.php/volume-2/jewish-urban-history-in-comparative-perspective-jewish-buenos-aires-and-jewish-los-angeles/3-marcelo-dimentstein-the-building-of-the-once-neighborhood-in-buenos-aires-immigrant-bourgeoisie-ethnic-architects-and-jewish-elites-1900-1930

16 Damián Setton, Revitalización de la ortodoxia judía…, op. cit.

17 Gaëlle Clavandier, « Introduction », in id., La mort collective, op.cit., paragraphe 4.

18 Du nom du programme de sécurisation des bâtiments communautaires mis en place par les dirigeants de la AMIA et de la DAIA dans les mois qui ont suivi l’attentat. Voir notamment Diego Melamed, Los judíos y el menemismo, Buenos Aires, Editorial Sudamericana, 2000, p. 159-162 et Beatriz Gurevich, Passion, Politics and Identity: Jewish Women in the Wake of the AMIA Bombing in Argentina, Serie de Documentos de Trabajo n° 39, Universidad del CEMA, noviembre 2005.

19 L’interdiction de représenter la figure divine vient formellement du second commandement du Décalogue, où il est écrit : « Tu ne te feras point d’idole, ni une image quelconque de ce qui est en haut dans le ciel, ou en bas sur la terre, ou dans les eaux au-dessous de la terre » (Ex. 20, 3).

20 Principalement autour de la question du Memorándum de Entendimiento entre el Gobierno de la República Argentina y el Gobierno de la República Islámica de Irán sobre los temas vinculados al ataque terrorista a la sede de la AMIA en Buenos Aires el 18 de Julio de 1994, censé permettre la collaboration entre les services argentins et iraniens dans l’affaire de l’attentat de la AMIA, et que les dirigeants de la AMIA et de la DAIA suspectaient à l’inverse de permettre l’impunité aux auteurs et aux commanditaires présumés de l’attentat.

21 Il a depuis été poursuivi pour complicité de corruption et entrave à la justice dans l’achat du témoignage de Carlos Telleldin. Il a également fait deux ans de prison dans le cadre de la faillite de la Banco Mayo.

22 Beatriz Gurevich, Passion, Politics and Identity…, op. cit., p. 7-9.

23 Ibid., p. 20.

24 Michel Foucault, « Des espaces autres », in id., Dits et écrits, Paris, Gallimard, 1984, p. 752-762.

25 À l’heure où ces lignes sont écrites, l’enquête n’a toujours pas formellement établi s’il s’agit bien d’un suicide (pour lequel aucun mobile n’apparaît clairement) ou d’un assassinat.

26 Voir notamment : Laura Shenquer, « Representaciones en torno al conservative judaism en los tiempos de la dictadura militar en Argentina (1976-1983) », Archives de sciences sociales des religions, n° 170, avril-juin 2015, p. 79-96.

27 « El atentado a la Embajada del Estado de Israel y, en especial, la voladura de la AMIA sumado al trabajo realizado en Memoria Activa fueron en mi hitos de inflexión que extendieron mi recorrido – hasta entonces ligado casi sólo a lo religioso – al escenario más amplio de lo argentino. El atentado a la AMIA fue interpretado por algunos sectores de la comunidad judía como algo que sólo e históricamente le sucedía a ella, es decir a los judíos, y no como algo que afectaba a todos los Argentinos. Por lo tanto su actitud fue auto-segregarse. Por otra parte, algunos sectores de la sociedad argentina, incluso con las mejores intenciones, expresaron su solidaridad con los ciudadanos judíos percibidos en aquellos días más como extranjeros que como con-ciudadanos argentinos. Si bien también es cierto que amplios sectores expresaron que éste era un atentado contra la Argentina toda, en general el sentir de la mayoría, reflejado en la opinión pública, mostraba a este hecho como un atentado perpetrado a una institución emblemática de la comunidad judia y no como un atentado contra todos los ciudadanos argentinos. Estas tensiones entre muchas otras, dentro y fuera de mi comunidad de origen, me demostraron que nuestra sociedad estaba y está desintegrada en tanto comunidad » Sergio Bergman, Manifesto civico argentino, Buenos Aires, Ediciones B, 2007, p. 17-18.

28 Les chiffres officiels de l’émigration vers Israël des juifs français ont connu une croissance exponentielle, notamment depuis l’attentat de 2012 contre l’école juive toulousaine Ozar Hatorah et l’attentat de janvier 2015 contre l’hyper casher de la porte de Vincennes à Paris, passant, selon l’Agence juive, de moins de 3 500 personnes environ en 2013 à 7 000 en 2014 et environ 9 000 en 2015 – allant jusqu’à interroger plus largement la pérennité même de la présence juive en France.

29 Yosef Hayim Yerushalmi, Serviteurs des rois et non serviteurs des serviteurs, Paris, Allia, 2011, p. 54-63.

Top of page

List of illustrations

Title Fig. 1 : Le siège de la AMIA avant sa destruction.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/457/img-1.jpg
File image/jpeg, 324k
Title Fig.2: Le mémorial de Memoria Activa, Plaza Lavalle.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/457/img-2.jpg
File image/jpeg, 1020k
Title Fig.3 : La sonnerie du shofar lors des commémorations du vingtième anniversaire de l’attentat, plazza Lavalle.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/457/img-3.jpg
File image/jpeg, 288k
Title Fig.4 : Le nouveau siège de la AMIA, 633 rue Pasteur
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/457/img-4.jpg
File image/jpeg, 612k
Title Fig.5 : Justicia y Memoria : « Recordar el dolor que no cesa »
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/457/img-5.jpg
File image/jpeg, 372k
Title Fig.6 : Le monument Agam, dans l’enceinte de l’immeuble du 633 rue Pasteur
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/457/img-6.jpg
File image/jpeg, 210k
Top of page

References

Bibliographical reference

Sébastien Tank-Storper, « L’attentat contre la AMIA à Buenos Aires. Une histoire argentine ? », Diasporas, 27 | 2016, 143-159.

Electronic reference

Sébastien Tank-Storper, « L’attentat contre la AMIA à Buenos Aires. Une histoire argentine ? », Diasporas [Online], 27 | 2016, Online since 01 December 2016, connection on 23 May 2017. URL : http://diasporas.revues.org/457 ; DOI : 10.4000/diasporas.457

Top of page

About the author

Sébastien Tank-Storper

Sébastien Tank-Storper est chargé de recherche au CNRS et membre du CéSor (Centre d’études en sciences sociales du religieux) de l’École des hautes études en sciences sociales (EHESS). Ses recherches portent sur les sciences sociales des juifs, des judaïsmes et des judéités. Il a publié Sociologie des religions, Paris, Armand Colin, coll. 128, 2012 (avec Olivier Bobineau) et Juifs d’élection. Se convertir au judaïsme, Paris, CNRS Éditions, 2007.

Top of page

Copyright

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Top of page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org