Navigation – Plan du site
Mise en perspective : espaces et mémoire diasporiques

Mondialisation, localisation et identités : espaces juifs contemporains

Globalization, localization and identities: contemporary Jewish spaces
Sergio DellaPergola
p. 31-54

Résumés

La population juive a été, et continue à être, dispersée à l’échelle mondiale et constitue le cas d’une diaspora transnationale dans un contexte multinational. L’exposition des Juifs à des environnements locaux différents et les contingences d’une géographie en transformation permanente ont affecté profondément l’intensité et la qualité des interactions des Juifs avec leurs voisins non-juifs. Ces dernières ont remarquablement pénétré les couches profondes de la connaissance, de la religion, de l’auto-évaluation et des comportements politiques des Juifs au niveau local, et ainsi le profil cumulatif du collectif juif au niveau mondial. Cette étude des populations juives contemporaines dans le monde explore neuf concepts différents d’espaces – en partie figuratifs, en partie réels : espaces disciplinaires, définitionnels, intercontinentaux, migratoires, développementaux, civilisationnels, interactifs, locaux, et identitaires.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Eliezer Ben-Rafael, Izhak Sternberg (eds.), Transnationalism: Diasporas and the Advent of a New (Di (...)

1Dans l’étude des judaïcités contemporaines, la question de la configuration spatiale joue un rôle fondamental. Il ne s’agit pas seulement de comprendre la géographie dans le sens physique entre individus et entre communautés, mais aussi de mettre en relation cette spatialité avec les différents contextes d’une présence juive, avec les contenus culturels qui peuvent en dériver, et finalement avec la perception totale et synthétique d’un monde juif qui, au-delà de sa propre spécificité, prend valeur de paradigme général1.

2La population juive a été et continue à être dispersée à l’échelle mondiale, et constitue le cas d’une diaspora transnationale dans un contexte multinational. Au-delà de sa dispersion permanente, cette diaspora juive a toujours fait référence à un centre idéal – à l’occasion réel du point de vue du territoire, de la démographie et du pouvoir, parfois vécu par une petite minorité mais le plus souvent imaginé, espéré par la grande majorité.

  • 2 Eliezer Ben-Rafael, Judit Bokser Liwerant, Yosef Gorni (eds.), Reconsidering Israel-Diaspora Relati (...)

3La situation des Juifs dans des environnements locaux différents et les aléas d’une géographie en transformation permanente ont profondément affecté l’intensité et la qualité de leurs interactions avec leurs voisins non juifs. Ces dernières ont, à leur tour, fortement pesé sur la culture, la religion, l’autoévaluation et les comportements politiques des Juifs à l’échelle locale et in fine sur la collectivité juive dans son ensemble à l’échelle mondiale2.

4Les transformations récentes des relations entre géographie et identités juives sont au cœur de notre recherche, autour de neuf dimensions qui peuvent ou non renvoyer à une logique d’espaces ou de champs aux sens géographique ou sociologique de ces deux termes : espaces en partie symboliques, en partie réels, disciplinaires, définitionnels, intercontinentaux, migratoires, développementaux, civilisationnels, interactifs, locaux et identitaires.

Les champs disciplinaires

5La méthode historiographique tend souvent à définir l’objet des recherches en termes de périodisation reflétant les transformations des contextes dans lesquels vit une société humaine. Des changements graduels mais également des ruptures radicales peuvent dès lors être analysés dans les domaines des idées, des institutions politiques, des régimes de gouvernance, de l’économie, des religions, des technologies, des cultures, et finalement, des paradigmes de connaissance qui influencent profondément une société. Cette même périodisation existe pour les Juifs, mais elle est modulée par la prise en considération d’événements qui ont exercé une influence profonde sur le cours de leur histoire. Un exemple est constitué par la spécialisation dans la recherche sur la période de la Shoah, ses antécédents et ses conséquences à long terme, face à ce qui constitue naturellement pour la société juive une catastrophe planétaire. Un autre grand élément de rupture presque simultané dans l’histoire juive contemporaine est l’indépendance de l’État d’Israël qui a déterminé un nouveau dualisme entre expérience minoritaire et majoritaire dans la vie du collectif juif.

  • 3 Sergio DellaPergola, « Histoire démographique du peuple juif : bref aperçu », in Shmuel Trigano (di (...)

6Du côté démographique et sociologique, ces contraintes affectent assurément l’analyse et le jugement porté sur les événements. Les processus démographiques tendent à évoluer de façon plus fluide dans la longue durée, suivant la conjugaison de facteurs pilotes et d’un vaste répertoire de causes déterminantes et de conséquences. Les composantes de l’évolution démographique ne changent pas beaucoup en substance, mais elles peuvent opérer de temps à autre de façon parallèle, en fonction de circonstances très différentes. Ces facteurs jouent dans le domaine de la biologie humaine (naissances et décès), des mobilités géographiques (migrations entrantes et sortantes), sur l’identification collective et pour les membres d’une minorité, dans la perspective plus sociologique ou sociodémographique de l’identification collective (à travers les adhésions et les dissidences par rapport à un groupe religieux, ethnique ou culturel spécifique). Tous ces éléments créent et transforment la présence juive dans la société mondiale et plus particulièrement dans la société d’un pays, d’une ville, ou même dans le microcosme d’un quartier3. Dans cet article, nous proposons une vue d’ensemble des aspects qui contribuent à la configuration des espaces – physiques ou symboliques – de la population juive, en quête de lignes de force démographiques, socio-économiques et socioculturelles profondes qui, au-delà du temps et des divisions géographiques, permettent de mieux comprendre l’expérience juive dans sa complexité.

Qui est défini comme juif ?

  • 4 Sergio DellaPergola, « Jewish Demography: Fundamentals of the Research Field », in Uzi Rebhun (ed.) (...)

7Les définitions d’une population juive ont évidemment un effet critique sur les chiffres4. Un problème majeur pour de nombreuses estimations produites, que ce soit par des chercheurs ou des organisations juives, est le manque d’uniformité dans les critères de définition. Ce problème est encore plus aigu quand on essaie d’étudier la population juive mondiale et de construire un cadre cohérent et uniforme pour les Juifs qui vivent dans des milieux institutionnels, culturels et socio-économiques très différents. D’un point de vue scientifique, il n’est pas possible d’utiliser des critères de définition différents d’un pays à l’autre, même si dans la vie quotidienne des communautés juives, ces différences existent effectivement. Dans un contexte contemporain où les cultures et les identités sont de plus en plus fluides, poreuses et ouvertes, la possibilité même d’entreprendre une étude des collectifs juifs valide et significative avec des outils quantitatifs soulève de nombreux débats. Les principales difficultés concernent les sources de données disponibles, les possibles définitions alternatives du groupe en question, et les techniques d’investigation mises en œuvre.

8L’étude d’une population juive (ou de toute autre sous-population) requiert la résolution de trois problèmes majeurs.

9Tout d’abord, définir l’objet de recherche en le fondant sur des critères conceptuels compréhensifs. Dans le cas du judaïsme, qui est un complexe multidimensionnel (religieux, national, culturel et social), ce n’est pas une tâche simple. La loi rabbinique classique (Halakha) considère comme juive toute personne née d’une mère juive ou convertie au judaïsme conformément à la procédure établie par un tribunal rabbinique et donne lieu à des perceptions par essence subjectives de la réalité.

10Deuxièmement, identifier le groupe tel que défini sur la base d’outils qui permettent de le distinguer du reste de la population. Dans le cas de recensements ou d’autres sources de données officielles, l’identification est établie spontanément par les répondants. En l’absence de ces sources, la meilleure technique, d’ailleurs très coûteuse, est de repérer la population juive au hasard à travers une enquête de l’ensemble de la population. Comme alternatives moins coûteuses et plus rapides (mais très approximatives en termes de qualité), l’identification est souvent effectuée par le biais des listes de membres d’organisations juives (qui sont presque toujours incomplètes), ou à travers un choix de noms considérés comme typiquement juifs à partir de listes de citoyens ou d’usagers de services publics, ou à travers d’autres procédures comme le libre accès au réseau Internet, ou le choix d’un noyau initial d’informateurs suivi par une expansion de l’échantillon à boule de neige.

11Troisièmement, contacter directement les membres du groupe à travers des entretiens, par téléphone ou encore via Internet. Très souvent, dans l’expérience de la recherche sociale, et contrairement à ce qui serait une procédure idéale, la phase de définition est déléguée à la phase d’identification, et de celle-ci est dérivée la possibilité concrète de travailler sur le terrain.

12Il est donc clair que l’étude quantitative de la population juive est principalement basée sur des critères que l’on peut définir comme opérationnels et non prescriptifs. Ces aspects conceptuels, éloignés de la théorie pure, sont fortement tributaires de la faisabilité pratique et de la logistique. Le facteur décisif est la disponibilité des individus à collaborer à l’effort de collecte des données. Au cours des dernières années, les taux de coopération dans les enquêtes sur l’opinion publique ont fortement chuté et par conséquent le contenu et la validité des informations recueillies ont souffert. Dans notre cas, les niveaux de participation reflètent, entre autres choses, l’affaiblissement de l’identification de nombreux Juifs qui font partie de la population sondée.

  • 5 Sergio DellaPergola, « World Jewish population 2015 », in Arnold Dashefsky, Ira Sheskin (eds.), Ame (...)

13Compte tenu de ces limites, il y a cinq principaux concepts de définition sur lesquels l’on peut construire une base comparative sérieuse dans l’étude de la démographie juive5.

14Premièrement la population juive noyau, dans la plupart des pays de la diaspora, inclut tous les individus interrogés dans un sondage s’identifiant comme juifs, soit religieux soit non-religieux, ou qui sont identifiés comme tels par un autre répondant dans le même ménage, ou qui se déclarent agnostiques mais avec des parents juifs, et n’ayant pas une autre religion monothéiste. La définition d’une personne en tant que juive reflète des perceptions subjectives et largement correspondantes mais qui ne coïncident pas nécessairement avec la Halakha rabbinique ou d’autres définitions juridiques contraignantes.

15Deuxièmement, un concept qui se dégage des derniers développements de recherche, la catégorie de personnes ayant des parents juifs, comprend en plus du noyau précédent deux sous-groupes : ceux qui se déclarent partiellement juifs, et ceux qui se disent non juifs de naissance ou par choix personnel, mais avec un ou deux parents juifs.

16Troisièmement, la population juive élargie comprend la somme des deux groupes ci-dessus, ainsi que tous les autres membres non juifs (conjoint, enfants, etc.) de l’unité familiale.

17Quatrièmement, en Israël la loi du retour est l’instrument d’acceptation et d’intégration des nouveaux immigrants et d’octroi immédiat de la citoyenneté et d’autres droits civils. La loi s’applique à chaque Juif, fils ou petit-fils de Juif, ainsi qu’à leurs conjoints, indépendamment de leur identité juive ou non. Selon la version actuelle amendée, un Juif est une personne née d’une mère juive ou convertie au judaïsme, et qui n’a pas une autre identité religieuse.

18Finalement, au moins conceptuellement, on peut définir comme juives l’ensemble de toutes les personnes dont les ancêtres furent juifs, même à l’époque de l’Inquisition ou dans l’Antiquité. Le diagramme 1 représente une typologie des différentes définitions de la population juive.

Diagramme 1. Configuration contemporaine d’une population juive.

Diagramme 1. Configuration contemporaine d’une population juive.
  • 6 Ibid., p. 272.

19Traduisant le diagramme 1 en chiffres, à partir d’une population juive noyau de 14 310 500 en 2015, si l’on ajoute ceux qui se disent partiellement juifs et ceux qui ne sont pas juifs mais ont des parents juifs, l’on obtient un agrégat global estimé à 17 411 4506. Avec l’ajout des membres non juifs de familles juives, l’estimation élargie augmente à 20 235 700. Enfin, en vertu des dispositions tri-générationnelles et latérales de la loi du retour, on obtient une estimation approximative de 23 047 900. Les États-Unis ont une population juive élargie nettement supérieure à Israël (environ 10 millions, comparativement à 6 576 700). La différence entre le potentiel de la loi du retour et la population juive noyau peut être évaluée à 8 737 400 personnes. Parmi celles-ci, 75,7 % vivent en Amérique du Nord, 8,8 % dans l’Union européenne, 6,4 % dans les anciennes républiques soviétiques, 4,1 % en Israël, 3,6 % en Amérique latine, et 1,4 % dans les autres pays.

Espaces intercontinentaux

20Dans l’Antiquité, la population juive mondiale était principalement concentrée au Moyen-Orient. Dès le début du Moyen Âge, cette présence s’était élargie à l’Europe occidentale et à l’Afrique du Nord, et après le xve siècle à l’Europe orientale.

21La taille et la structure des communautés juives au Moyen Âge et au début de l’Époque moderne ne peuvent pas être évaluées avec précision, mais les éléments de preuve disponibles indiquent une fourchette comprise entre plus d’un million et moins de deux millions de personnes. La taille de la population tendait à rester stable sur le long terme, mais d’importantes fluctuations reflétaient des événements catastrophiques occasionnels tels que les épidémies, les famines et les guerres, généralement partagés par Juifs et non-Juifs. En outre la population juive souffrait périodiquement des massacres, des expulsions massives et des conversions forcées, à différentes époques et dans différents lieux.

  • 7 Sergio DellaPergola, « Some fundamentals of Jewish demographic history », in Sergio DellaPergola, J (...)

22Depuis la seconde moitié du xviie siècle, un affaiblissement de ces facteurs négatifs et de modestes améliorations dans le niveau de vie permettaient une croissance de la population juive. Le total mondial passait d’environ 1 million en 1700 à 2,5 millions en 1800 et à 10,6 millions dans les années 1900 (diagramme 27). La population juive, au cours de cette période, augmentait plus vite que la plupart des autres populations nationales en Europe occidentale et orientale, en Asie et en Afrique. L’essentiel de cette augmentation après 1800 avait lieu en Europe de l’Est. Ce tournant démographique déterminait un changement rapide d’une répartition ethnoculturelle juive équilibrée entre ashkenazim (enracinés en Europe de l’Est) et sefardim (d’origine espagnole, moyen-orientale et nord-africaine), et une prédominance numérique écrasante de la communauté juive ashkénaze. La population juive, qui auparavant n’avait pas de centre de gravité géographique, se concentrait nettement en Europe orientale.

Diagramme 2. Population juive mondiale, par continents (1700-2015).

Diagramme 2. Population juive mondiale, par continents (1700-2015).

23Depuis la fin du xixe et le début du xxe siècle, le fort accroissement naturel, associé à une pauvreté diffuse et aux manifestations d’antisémitisme répandues, poussait une énorme vague migratoire vers l’ouest. L’absorption intensive de ces migrations déterminait d’importants changements dans la répartition géographique des Juifs à travers les différents pays concernés et en leur sein, notamment l’affirmation définitive des États-Unis comme communauté principale de la diaspora juive.

  • 8 Sergio DellaPergola, U.O. Schmelz, « Demography », Encyclopedia Judaica, 2e édition, Jérusalem, vol (...)

24Vers 1940, la population juive du monde était estimée à 16,5 millions. Pendant la Deuxième Guerre mondiale, les conséquences catastrophiques de la persécution et de l’annihilation systématique du judaïsme européen provoquèrent un déménagement radical du centre de gravité géographique des Juifs8. Finalement, l’indépendance de l’État d’Israël à partir de 1948 offrit aux migrants juifs des options de mobilité et d’accueil inconnues jusque-là. Les migrations massives, surtout vers Israël, notamment l’exode des pays de l’Union soviétique à partir des années 1970 mais surtout après 1989, contribuèrent à l’accroissement du nombre de Juifs en Israël, jusqu’à en faire le collectif le plus nombreux au monde vers la moitié de la première décennie du xxie siècle. D’autres changements dans la taille et la visibilité des communautés juives à travers le monde étaient liés aux changements internes concernant les modèles du mariage et de la famille, et aux mutations de l’identité juive.

25Onze millions de Juifs avaient survécu à la Seconde Guerre mondiale, le nombre total augmentait : 12,1 millions en 1960, 12,8 millions en 1980, 13,1 millions en 2000, et 14,3 millions en 2015. L’augmentation plus récente reflète le rôle accru d’Israël dans le total mondial, avec un indice de fécondité juive et un taux d’accroissement naturel relativement élevés. Mais le plus significatif est l’ensemble des changements successifs d’un collectif qui, à partir de ses origines moyen-orientales, fut longtemps dépourvu d’un vrai centre géographique, puis a vu un centre animateur primaire se former en Europe occidentale, assez tôt se déplacer en Europe orientale, puis en Amérique du Nord, et finalement en Israël.

Espaces migratoires

  • 9 Eliezer Ben-Rafael, Yzhak Sternberg (eds.), Transnationalism: Diasporas…, op. cit., p. 213-236 ; Is (...)

26L’ampleur et l’impact sélectif des migrations internationales jouèrent un rôle déterminant sur l’évolution de la géographie juive intercontinentale. Entre la seconde moitié du xixe siècle et le début du xxie, à peu près 10 millions de Juifs se sont déplacés entre pays et continents. Plus de la moitié, environ 5,2 millions, ont déménagé entre 1948 et 2014. Pour une population juive totale estimée à 10,5 millions en 1900 et 14,3 millions en 2015, l’impact des migrants sur la population juive totale est remarquable. Le diagramme 3 distingue les principaux pays de destination de ces migrations répartis entre deux pôles : la Palestine et l’État d’Israël, désignés ici par commodité comme Aliyah (montée) d’une part, les autres pays, d’autre part9.

Diagramme 3. Migrations internationales de Juifs. Estimation totale selon le pays de destination principal, 1880-2014.

Diagramme 3. Migrations internationales de Juifs. Estimation totale selon le pays de destination principal, 1880-2014.

27Des grandes vagues ont caractérisé l’histoire migratoire des Juifs. Trois moments en particulier dominent : avant la Première Guerre mondiale, d’Europe orientale vers l’Occident et surtout les États-Unis ; après la Deuxième Guerre mondiale, d’une Europe dévastée par la Shoah et des pays arabes vers Israël ; et dès 1990, de l’Union soviétique vers Israël. En outre, dans les périodes intermédiaires, les migrations procèdent selon un modèle de vagues, qui constituent autant de réponses à des situations de crise qui se développaient dans les différentes aires géographiques de la présence juive mondiale. Ainsi se distinguent clairement les moments de la prise du pouvoir du régime nazi en Allemagne, de la décolonisation française en Afrique du Nord, de la première sortie des Juifs de l’URSS après la guerre de juin 1967, et de la sortie en masse des Juifs d’Éthiopie. La dépendance du collectif juif vis-à-vis des grands bouleversements du système géopolitique mondial s’impose ainsi avec évidence.

28Non seulement la migration constitue le principal facteur de redistribution de la population juive, mais encore elle démontre la nature systémique – ou au minimum répétitive – du collectif juif mondial. Des modes cohérents de réciprocité lient les principaux pôles de présence et de réinstallation, en fonction également des principaux facteurs de causalité migratoire : les politiques d’émigration et d’immigration, les niveaux de développement des différents pays, l’existence de marchés du travail permettant d’absorber une population généralement bien instruite, l’attention prêtée aux droits civils par les différents régimes politiques, etc. L’intensité de ces relations est fortement affectée par la nature de chaque type de lieu. Le transfert d’une personne d’un endroit affecte la probabilité de la poursuite de ce même mouvement d’un endroit à un autre, avec des conséquences pour le volume de l’ensemble des mobilités à travers le système de migration juive. Comprendre le rôle d’intermédiaire des migrations est donc essentiel au développement d’un concept d’une société juive mondiale. C’est une condition préalable à toute tentative d’aller au-delà d’une perspective analytique limitée de la communauté juive dans un pays donné vers une évaluation essentielle des liens, des parallélismes et des dépendances réciproques dans un espace plus large, dont la logique se reproduit au cours du temps.

29Le diagramme 4 montre le schéma d’un système de migration juive mondiale reposant sur quatre piliers : deux principaux domaines d’origine, l’Europe orientale et les pays islamiques en Asie et en Afrique ; et deux principaux domaines de réception, les pays occidentaux et Israël, indépendants les uns des autres, et plutôt en compétition les uns avec les autres, pour un total de six flux migratoires principaux. Les migrations de retour entre les deux domaines d’origine et les deux domaines de destination sont presque inexistantes. Les estimations présentées ici couvrent le total de la période 1948-2014. Israël a été le principal bénéficiaire de la migration juive, 62 % du total. Les deux principaux courants migratoires ont été des pays de l’Europe orientale vers Israël (29 % du total mondial) et des pays musulmans d’Asie et d’Afrique vers Israël (21 % du total mondial). Israël a reçu 65 % de toutes les migrations juives d’Europe orientale et 74 % du total des pays d’Asie et d’Afrique (le second bénéficiaire principal étant la France). Le solde migratoire entre Israël et les pays occidentaux et vice versa a généré un excédent constant en faveur de ces derniers, 15 % contre 12 % du total des migrations juives. Dans l’ensemble, les propensions à émigrer les plus élevées par rapport à la taille de la population juive concernaient les pays musulmans d’Asie et d’Afrique, suivis par les pays d’Europe de l’Est. Israël présente des propensions à émigrer relativement faibles et décroissantes, mais ce sont l’ensemble des pays occidentaux qui ont la propension la plus basse.

Diagramme 4. Le système mondial des migrations juives, 1948-2014.

Diagramme 4. Le système mondial des migrations juives, 1948-2014.

30Ces transferts de migration juive à grande échelle font apparaître des différences considérables dans les caractéristiques démographiques, socio-économiques, et culturelles des migrants. Certaines de ces différences reflètent les politiques migratoires des pays soit d’origine, soit de destination, tandis que d’autres manifestent l’auto-sélection des migrants immergés dans leurs propres penchants idéologiques et dans les liens de la famille élargie. Dans l’ensemble, les migrants juifs qui ont choisi les pays occidentaux plutôt qu’Israël présentaient un profil éducatif et professionnel plus élevé et une composition démographique moins chargée d’enfants et de personnes âgées, autant de facteurs plus favorables à leur absorption initiale.

  • 10 Israel Central Bureau of Statistics, Statistical Abstract of Israel, op. cit., 2015.
  • 11 Erik Cohen, Heureux comme juifs en France ? Étude sociologique, Paris, Jérusalem, Akadem-Elkana Édi (...)

31Pour compléter l’image des migrations internationales juives et le rôle émergent d’Israël comme sa cible principale, le diagramme 5 montre le déroulement de cette migration à partir de la France par rapport au total mondial entre 1990 et 201510. Les deux tendances sont presque spéculaires : tandis que le flux total a connu son maximum en 1990 avec la sortie des Juifs de l’URSS, le flux des Juifs de France s’est beaucoup intensifié au cours de ces dernières années. Bien que le choix d’Israël comme pays de réinstallation reflète la participation de composantes idéalistes dans la prise de décision, il est essentiel de relier également cette migration à un ensemble plus large de déterminants, tels que le statut socio-économique d’un pays par rapport à d’autres, le statut des individus dans ce pays, et le sentiment de sécurité personnelle ou de malaise face aux changements socioculturels dans le pays d’origine11. En d’autres termes, outre les facteurs idéologiques uniques qui jouent certainement un rôle dans l’explication de la migration en Israël, d’autres, plus généraux, partagés par Israël avec d’autres pays, jouent aussi un rôle important.

Diagramme 5. Émigration vers Israël : total mondial et France, 1990-2015.

Diagramme 5. Émigration vers Israël : total mondial et France, 1990-2015.

Espaces développementaux

  • 12 Eliezer Ben Rafael, Judit Bokser Liwerant, Yosef Gorni (eds.), Reconsidering Israel-Diaspora Relati (...)

32Après les bouleversements de la Seconde Guerre mondiale et de la Shoah, la communauté juive mondiale a été en mesure de retrouver une configuration plus stable, qui à son tour a permis la reprise des processus de mobilité sociale interrompus et une réussite socio-économique sans précédent. Une toute nouvelle géographie juive mondiale a émergé, Israël devenant éventuellement le plus grand centre de la vie juive contemporaine, tandis que persistait une forte présence juive en Amérique du Nord et dans les principales zones urbaines des autres pays occidentaux. Simultanément, l’on assistait à une baisse drastique de la présence juive en Europe de l’Est, presque totalement disparue des pays musulmans, et en fort déclin ou menacée dans les petites villes qui avaient longtemps constitué l’épine dorsale de la vie et de la culture juives, en Europe mais aussi au Moyen-Orient et en Afrique du Nord. Dans le même temps, les modèles de l’identité et de la créativité juives avaient remarquablement bien résisté, en dépit de l’érosion constante générée par l’assimilation et le vieillissement. En évaluant soigneusement le produit final de ces mouvements, de nouvelles informations sur leurs déterminants et leurs significations profondes se dessinent. La relation qui existait en 2013 entre le nombre de Juifs pour 1 000 de la population totale dans plus de 90 pays et le niveau de développement des pays respectifs est représentée dans le diagramme 612.

Diagramme 6. Index de développement humain (IDH) et nombre de Juifs pour 1 000 habitants en 2013.

Diagramme 6. Index de développement humain (IDH) et nombre de Juifs pour 1 000 habitants en 2013.

33Le niveau de développement de chaque pays est mesuré par l’Indice de développement humain (IDH), qui fournit une synthèse des indicateurs de la santé, du niveau d’éducation et du revenu en termes réels au sein de la population totale dans chaque pays. Les pays sont disposés le long de l’axe horizontal selon le rang du pays parmi les 186 ayant des données disponibles. La corrélation simple entre les deux variables (développement du pays et présence relative de Juifs, exprimée sur une échelle logarithmique) est élevée : + 64. Israël dispose évidemment d’une proportion exceptionnellement élevée de Juifs parmi sa population totale. Cette singularité, cependant, n’est pas incompatible avec le modèle général de développement qui place Israël au 16e rang du classement mondial selon l’IDH. En supposant une relation bidirectionnelle entre le niveau de développement et la présence juive de ce pays, la mesure R2 de la variance expliquée est de 0,409, ce qui signifie que le classement IDH d’un pays explique – à lui seul – 40,9 % (et 41,5 % si l’on exclut Israël de l’analyse) de la variation du pourcentage de Juifs dans la population totale des différents pays. La relation de dépendance de la présence juive au niveau de développement atteint par une société donnée est extrêmement robuste. On pourrait, il est vrai, postuler que la présence juive dans un pays ne dépend pas de son niveau de développement, mais en constitue plutôt le facteur déterminant. Cette hypothèse séduisante semble néanmoins refléter une manière plutôt naïve de penser les affaires du monde.

34Le diagramme 6 montre aussi des différences régionales mondiales dans l’intensité relative de la présence juive (pour 1 000 dans la population totale). En règle générale, les pays que nous avons marqués comme Oversea Anglo sont parmi les mieux classés selon l’IDH et possèdent les pourcentages les plus élevés de Juifs. Ils sont suivis par les pays d’Europe occidentale et ensuite par ceux d’Europe orientale. L’Amérique latine et l’ex-URSS (après le grand exode) ont des situations relativement similaires dans le rapport entre classement de l’IDH et pourcentage de Juifs dans la population totale, quoique à un niveau donné de l’IDH le pourcentage de Juifs dans l’ex-URSS est généralement plus élevé. Enfin, les pays d’Asie et d’Afrique (à l’exception notable du Japon et de la Corée du Sud) ont les plus bas niveaux de développement tel que mesuré par l’IDH, et les plus faibles pourcentages de Juifs.

Espaces civilisationnels

  • 13 Ronald Inglehart, Christian Welzel, Modernization, Cultural Change and Democracy: The Human Develop (...)

35L’environnement dans lequel se déroule l’existence des Juifs contemporains est aussi profondément associé à des facteurs socioculturels. Les études de la modernisation insistent sur la distribution non aléatoire des valeurs et des attitudes qui caractérisent les différentes cultures et identités nationales, et qui sont liées à leur tour au développement des ressources et des contraintes institutionnelles. Sur la base de la World Value Survey, diverses zones géoculturelles ou civilisationnelles peuvent être distinguées dans le monde contemporain, chacune avec un certain degré de cohérence interne et une quantité mesurable de différences par rapport à d’autres zones13. Le diagramme 7 illustre une typologie des pays du monde, notamment les huit zones géoculturelles suivantes : les pays anglophones (européens et extra-européens), les pays de l’Europe protestante, l’Europe catholique, les pays ex-communistes, l’Amérique latine, l’Afrique, l’Asie confucéenne, et l’Asie du Sud (les pays islamiques du Moyen-Orient). Dans l’étude du collectif juif mondial, l’État d’Israël (et la Palestine) doit nécessairement constituer une catégorie séparée au vu de sa spécificité.

Diagramme 7. Distribution de la population juive mondiale selon les régions géoculturelles en 2015 (en %).

Diagramme 7. Distribution de la population juive mondiale selon les régions géoculturelles en 2015 (en %).

36Cette typologie est construite sur deux axes, l’un concernant le degré de traditionalisme religieux qui prévaut dans une société, l’autre reflétant l’incidence soit de besoins de survivance économique, soit de valeurs individualistes post-matérialistes dans la même société. La distribution en pourcentages de la population juive mondiale est aussi indiquée pour chaque région sur ce diagramme. Il est intéressant de noter que dans cette cartographie des cultures mondiales, Israël se positionne à la limite entre l’Europe catholique et les pays ex-communistes, et en proximité d’autres pays méditerranéens. Ce n’est pas très surprenant, en raison en premier lieu de la situation géographique réelle d’Israël, mais aussi du rôle singulier joué par la religion dans la société civile israélienne moderne ; il faut enfin rappeler le rôle de la planification centrale et des syndicats dans l’économie d’Israël pendant les années de formation de l’État.

  • 14 Art. cit., p. 281.

37La population juive est aujourd’hui hautement concentrée dans deux espaces, chacun rassemblant plus de 6 millions de Juifs : les pays anglophones (États-Unis, Canada, Australie, Nouvelle-Zélande, Royaume-Uni et Irlande comptent 44,9 % du total mondial) et Israël/Palestine avec une part de 43,4 %14. Les 12 % restants de la population juive mondiale sont fragmentés entre l’Europe catholique (4,1 %), l’Amérique latine (2,8 %), les pays ex-communistes (2,7 %), l’Europe protestante (1,4 %), l’Afrique subsaharienne (0,5 %), l’Asie du Sud musulmane (0,2 %), et l’Asie confucéenne (0,1 %). Il en résulte aussi que la proportion de Juifs pour 1 000 de la population totale est très variable : elle représente à peu près la moitié des habitants en Israël, y compris la population arabe du territoire palestinien ; elle se rapproche de 1,5 % de la population totale dans les pays anglophones, atteint 2,6 et 1,4 pour 1 000 habitants respectivement en Europe catholique et protestante, et se tient bien en dessous de 1 pour 1 000 dans toutes les autres grandes régions qui composent 88,7 % de la population totale du monde.

38La présence juive est donc largement devenue une conséquence du développement socio-économique et humain : 94 % de tous les Juifs vivent dans les régions géoculturelles incluant les pays plus développés, avec 11 % de la population mondiale ; et seulement 6 % de tous les Juifs vivent dans des zones géoculturelles ayant des pays moins développés, qui composent 89 % de la population mondiale. Mais le développement ne peut pas être considéré indépendamment de la culture populaire et institutionnelle sous-jacente. La zone anglophone, qui comprend encore le plus grand nombre de Juifs, se caractérise par une tradition d’immigration à grande échelle et de pluralisme culturel, sinon de multiculturalisme, fondée sur la diversité ethnique et religieuse et sur une solide tradition de gouvernance démocratique et d’attention aux droits civils. Un tel environnement s’est avéré être le plus encourageant pour la présence juive contemporaine. D’autre part, Israël – le concurrent le plus proche en termes de chiffres absolus et de loin le plus dominant en termes de densité juive – représente une combinaison de développement avancé avec l’avantage potentiel d’une culture juive hégémonique sur le plan local. L’Europe de l’Ouest, avec ses variantes catholique et protestante, reste la troisième option résidentielle juive dans une perspective mondiale, mais très lointaine du point de vue quantitatif. D’autres régions, souvent caractérisées par l’instabilité politique, la pauvreté généralisée et des régimes politiques autocratiques, ont été témoins d’une émigration juive massive ou, comme dans le cas de vastes zones de l’Asie et de l’Afrique, n’ont jamais attiré une présence juive importante.

Espaces interactifs

39Nous avons déjà noté que le profil spatial des communautés juives du monde est radicalement différent par rapport à celui qui prévalait dans le passé, quand la présence juive était déterminée par des circonstances politiques et religieuses, et conduisait souvent à la nécessité de trouver des niches disponibles à la périphérie moins développée plutôt qu’au centre du système mondial. De même, la position des Juifs dans le contexte de l’espace national des pays et des nations était souvent excentrique et ne correspondait pas aux centres d’activité économique et intellectuelle du pays. La configuration spatiale actuelle reflète notamment davantage la liberté de mouvement et de mobilité des dernières générations, en particulier depuis la Seconde Guerre mondiale, et la tendance naturelle des personnes à trouver un environnement compatible avec leurs qualités, contraintes et besoins. Dans ce processus se créent des affinités et des distances entre différents groupes ethniques et religieux.

  • 15 Doris Bensimon, Sergio DellaPergola, La population juive de France: socio-démographie et identité, (...)

40Le rôle des communautés juives fut souvent celui de médiateur entre ces groupes aux intérêts différents. Ce fut généralement le cas des Juifs en Afrique du Nord, entre puissance coloniale et populations locales, mais également en Union soviétique, entre l’ethnie russe dominante et les autres ethnies territoriales ; ce fut fréquemment le cas dans les pays occidentaux parmi les différents groupes d’immigrants et les vétérans de certains pays15. Cette hypothèse concernant le rôle intermédiaire des Juifs dans la société peut être vérifiée empiriquement avec des données sur la distribution spatiale de différentes communautés sur le territoire national d’un pays. Prenons, par exemple, la distribution des groupes ethniques aux États-Unis en 1980 (diagramme 8).

Diagramme 8. Analyse de la similarité structurelle (SSA) de la répartition régionale des principaux groupes ethniques aux États-Unis, 1980.

Diagramme 8. Analyse de la similarité structurelle (SSA) de la répartition régionale des principaux groupes ethniques aux États-Unis, 1980.

41Les similitudes et les différences dans la distribution de la population juive sur le territoire d’un pays peuvent être mesurées par rapport à d’autres groupes. Nous supposons que les groupes les plus influents dans la détermination des profils démographique, socio-économique et socioculturel national, ou en plus grande conformité avec eux, seront présents dans une plus grande variété de localités et de contextes sociaux et seront par conséquent géographiquement plus diffus. Inversement, des groupes qui sont territorialement plus concentrés, ou ont tendance à une répartition géographique nettement différente de celle de la population totale, maintiendront un degré élevé de spécificité socioculturelle, ainsi qu’une plus forte spécialisation socio-économique. Une diffusion et une présence plus complexes sur le territoire national – et par voie de conséquence, dans la société – sont donc prises ici comme une indication de centralité sociétaire ; une présence limitée ou plus spécialisée est considérée comme un indicateur de marginalité sociale.

  • 16 Louis Guttman, « A general nonmetric technique for finding the smallest coordinate space for a conf (...)

42Les matériaux pour cette analyse, fondée sur les neuf régions géographiques principales des États-Unis, tirent à partir des données du recensement de 1980 un exemple parmi beaucoup d’autres, et utilisent des estimations de la taille de la population juive pour la même période. Le diagramme 8 présente une analyse de Similarité structurelle (SSA) de la répartition territoriale de 36 groupes ethniques aux États-Unis. La définition des groupes ethniques se réfère aux pays d’origine des ancêtres ou à des catégories habituellement suivies aux États-Unis comme « Black » ou « Hispanic ». Selon la technique SSA16, chaque point synthétise pour chaque groupe ethnique la série complète de neuf données, une pour chacune des régions principales des États-Unis. Plus les distributions régionales de deux groupes sont similaires, plus les points respectifs apparaissent près les uns des autres sur le diagramme. Les positions des différents groupes sur le diagramme sont indépendantes de la taille des populations respectives. Le logiciel découvre la solution graphique optimale pour aboutir à la matrice complète des corrélations entre les groupes. Bien que les distances indiquées dans le diagramme ne puissent être interprétées comme des équivalents métriques, le schéma est à peu près indicatif de l’orientation de base Nord-Sud, Est-Ouest des distributions de population représentées sur le territoire américain.

43La plus proche de la répartition territoriale de la population totale des États-Unis (et donc la plus répandue sur le territoire national), et très visible pour sa position centrale au sein de l’ensemble des groupes ethniques américains, est une grappe de quatre groupes originaires des îles britanniques : Angleterre, Écosse, Pays de Galles et Irlande. Une grappe spatialement proche comprend les groupes ethniques originaires de l’Allemagne et des pays voisins, tels que les Pays-Bas, la Suisse et la Bohême. En synthèse, tous ces groupes correspondent à ce qui, au moins dans le passé, a été désigné comme le rôle-modèle sociétal : le Blanc-anglo-saxon-protestant (WASP).

  • 17 Stanley Lieberson, Mary Waters, From Many Strands: Ethnic and Racial Groups in Contemporary America(...)

44Par ailleurs, plusieurs des groupes ethniques généralement considérés comme défavorisés et au niveau le plus bas de l’échelle américaine de prestige social – comme les Noirs, les Indiens d’Amérique, les Mexicains, les Portoricains – occupent des positions marginales dans le diagramme 8. Une analyse plus fine des données des recensements américains17 démontre clairement que le groupe ici étiqueté « américain » se réfère principalement aux Blancs de bas statut dans le Sud-Est des États-Unis. D’autres groupes ethniques occupent des positions intermédiaires dans le diagramme, entre centre et périphérie. Cela reflète les distributions géographiques particulières de ces groupes sur le territoire des États-Unis, et peut-être leur position dans la structure sociale américaine. Il s’agit de plusieurs ethnies connexes, comme une grappe Europe centrale et orientale et les pays des Balkans, ou les chaînes formées par les différents pays asiatiques ou scandinaves, ou par les Français, les Canadiens français et les Canadiens dans le nord du pays. D’autres groupes ethniques occupent aussi des positions rapprochées les uns des autres, comme les Hispaniques, les Italiens et les Juifs.

  • 18 Barry Kosmin, Jeff Scheckner, Paul Ritterband, « Jewish population in the United States, 1988 », Am (...)

45Comme on pouvait s’y attendre, la répartition géographique des Juifs est celle qui ressemble le plus à celles des origines est-européennes. Les données pour les Juifs, venant d’une source distincte18, ont été également incluses dans les données relatives aux différents pays d’origine dans le diagramme 8. Il faut bien noter que, en l’absence d’une question concernant les religions dans le recensement américain, les Juifs aux États-Unis se définissent dans le recensement selon leurs pays d’origine. Une telle superposition est la plus forte avec la Russie et d’autres pays qui représentent en effet les principaux lieux d’origine de l’immigration juive dans le passé. Les Juifs sont aussi territorialement proches des Italiens et des Portoricains, qui partagent leur forte concentration dans les États du Nord-Est, en particulier dans la zone métropolitaine de New York.

46À la lumière de ces résultats, nous suggérons que le diagramme 8 reflète schématiquement non seulement les distances physiques entre les différents groupes ethniques sur le territoire des États-Unis, mais également les distances sociales respectives. Nous voyons ici une représentation graphique d’un système assez rigide et persistant de stratification ethno-sociale dans lequel la prédominance sociale tend à diminuer lors du passage du noyau de la société (et de notre diagramme) vers la périphérie. Si cette interprétation est correcte, la position des Juifs dans le système américain des groupes ethniques des années 1980 pourrait être définie comme semi-périphérique, curieusement, en effet, proche de la périphérie du système.

  • 19 United Kingdom Office for National Statistics, 2011 Population Census, Londres, 2012. Élaboré par l (...)

47On peut répéter le même exercice d’analyse de similarité structurelle des distributions territoriales des groupes religieux relevés dans le recensement du Royaume-Uni de 2011 (diagramme 9)19. Il faut noter préalablement qu’au-delà des groupes religieux les mieux connus, compte tenu de la grande diversité religieuse due aux immigrations de beaucoup de pays ces dernières années, et au-delà d’un pourcentage de plus d’un quart de personnes se déclarant athées, agnostiques ou qui ont refusé de répondre, le recensement a enregistré un grand nombre de réponses à la limite entre l’ironie et la protestation. Quelques exemples de ce genre sont des dénominations comme Heavy metal, Wicca, druides, sataniste, païen ou polythéiste… La cartographie de ces dizaines de groupes est extrêmement variée mais ils sont tous compris dans un espace loin du centre, défini dans le diagramme 9 comme « Outliers » (périphériques).

Diagramme 9. Analyse de la similarité structurelle (SSA) de la répartition régionale des groupes religieux au Royaume-Uni, 2011.

Diagramme 9. Analyse de la similarité structurelle (SSA) de la répartition régionale des groupes religieux au Royaume-Uni, 2011.

48Au centre du diagramme, donc de l’espace social, nous trouvons le noyau des groupes chrétiens principaux, des sans religion, et de ceux qui ne répondent pas à la question. Ces deux derniers dérivent principalement du processus de sécularisation de la population chrétienne. Finalement, nous voyons dans un cercle intermédiaire des groupes religieux bien établis au Royaume-Uni, comme les juifs, les hindous, les musulmans, et les sikhs. Chacun de ces groupes occupe une position un peu différente dans l’espace résidentiel et dans le contexte socio-économique britannique, mais tous ont en commun une fonction de médiation socio-économique et culturelle qui est bien décrite dans la représentation graphique.

Espaces locaux

49Les changements dans la répartition géographique des Juifs ont affecté leur distribution non seulement entre les pays, mais encore à l’intérieur de chaque pays. Historiquement, reflétant les contraintes juridiques et économiques qui leur sont imposées, les Juifs ont eu davantage tendance à se concentrer dans les villes et avant les autres groupes de population. Toutefois, en particulier en Europe orientale, dans des pays du Moyen-Orient comme le Yémen, ou dans des pays d’Afrique du Nord comme le Maroc, une grande partie de la population juive a trouvé ses lieux d’implantation dans des petites villes et des villages. Souvent, les Juifs constituaient un pourcentage élevé ou même la majorité de la population totale dans ces lieux. Surtout depuis le milieu du xixe siècle, de vastes masses de Juifs se sont déplacées des villages et des villes plus petites et relativement périphériques vers de grands centres urbains. Les quinze villes qui accueillaient les plus grandes communautés juives en 1925 avaient une population juive combinée de 4,3 millions qui constituaient près de 30 % de la population juive mondiale totale. Soixante-quinze ans plus tôt, en 1850, ces mêmes 15 villes avaient une population juive combinée de moins de 150 000, équivalant à 3 % des Juifs du monde entier. Le changement géographique, socio-économique et culturel implicite était considérable.

Régions urbaines et populations juives supérieures ou égales à 100 000 personnes (en 2015).

Rang

Région urbaine a

Pays

Population juive

Proportion population juive mondiale

%

% cumulatif

1

Tel Aviv

Israël

3 350 000

23,4

23,4

2

New York

E.U.

2 136 000

14,9

38,3

3

Jérusalem

Israël

840 000

5,9

44,2

4

Los Angeles

E.U.

688 000

4,8

49,0

5

Haïfa

Israël

625 000

4,4

53,4

6

South Florida

E.U.

506 000

3,5

56,9

7

S. Francisco/S. Jose

E.U.

336 000

2,3

59,3

8

Washington/Baltimore

E.U.

334 000

2,3

61,6

9

Philadelphia

E.U.

309 000

2,2

63,8

10

Chicago

E.U.

295 000

2,1

65,8

11

Paris

France

280 000

2,0

67,8

12

Boston

E.U.

279000

1,9

69,7

13

Be’ersheva

Israël

220 000

1,5

71,3

14

Londres

Royaume-Uni

195 000

1,4

72,6

15

Toronto

Canada

186 000

1,3

73,9

16

Buenos Aires

Argentine

160 000

1,1

75,0

17

Atlanta

E.U.

121 000

0,8

75,9

50La tendance continue des Juifs à migrer vers les grandes régions métropolitaines est représentée par la concentration urbaine massive des populations juives en 2015 (voir tableau ci-dessous). Plus de la moitié (53,4 %) de la population juive mondiale vivait dans seulement cinq régions métropolitaines. Ces régions, comprenant le chef-lieu et de vastes territoires urbanisés à l’entour, étaient Tel Aviv, New York, Jérusalem, Los Angeles et Haïfa. Plus des deux tiers (67,5 %) de la communauté juive mondiale vivaient dans les cinq aires précédentes ainsi que dans le sud de la Floride (Miami, Fort Lauderdale, West Palm Beach), à San Francisco, Washington/Baltimore, Philadelphia, Chicago et Paris. Les 17 plus grandes concentrations métropolitaines de population juive englobaient 75,9 % de tous les Juifs du monde.

  • 20 S.B. Brunn (ed.), The Changing World Religion Map: Sacred Places, Identities, Practices and Politic (...)

51En outre, la configuration résidentielle des Juifs dans les zones métropolitaines a certaines particularités précises dignes d’être mentionnées20. Un trait souvent partagé par les communautés juives dans les pays européens est que l’emplacement d’origine du ghetto – déterminé soit légalement, soit socialement – se situait dans les parties orientales de la ville centrale. Tel était le cas dans l’East End de Londres, dans le Marais à Paris, ou au Rione Saint-Ange à Rome, de même que dans plusieurs autres grandes villes européennes, et plus tard dans la grande majorité des villes en Amérique du Nord, et même en Amérique latine. Les générations suivantes, à la sortie du ghetto, tendaient à choisir des endroits principalement au sud-ouest, à l’ouest, au nord-ouest ou au nord du centre-ville. Ces mouvements se produisaient bien sûr aussi en fonction de la forme physique d’une ville, délimitée par les rivières, les bords de mer et les collines. Mais certains de ces modèles de choix résidentiel seront mieux compris si l’on considère que la valeur des biens immobiliers est liée entre autres à des conditions environnementales. Dans l’hémisphère nord, le courant des vents a tendance à se diriger principalement du nord-ouest vers le sud-est, créant ainsi un environnement meilleur et plus propre dans les sections urbaines faisant face au vent. La logique serait, par conséquent, que, toutes choses égales par ailleurs, l’on préfère un endroit situé au nord-ouest plutôt qu’au sud-est, qui pourra générer des valeurs plus élevées du terrain et des coûts du logement plus hauts. De surcroît, l’accès au coût de l’immobilier est lié aux caractéristiques socio-économiques des ménages. Un facteur supplémentaire lié à la géographie physique pourrait être la présence de rivières. L’eau potable viendrait dans les quartiers de la ville situés en amont. La pollution industrielle et l’assainissement rendent les sites d’accueil en aval de la rivière beaucoup moins attrayants. Cet argument n’est toutefois pas valable pour la ville de Paris, où la Seine coule d’est en ouest. Voici pourquoi des banlieues caractérisées par des niveaux généraux de revenu plus élevés peuvent souvent être trouvées au nord-ouest, en amont. Y sont appréciés l’avantage d’une altitude plus élevée et dans les villes de mer l’éloignement par rapport au port (diagramme 10). Dans l’hémisphère sud, où le courant des vents a tendance à se diriger principalement du nord-est vers le sud-ouest (par exemple en Australie), les mobilités urbaines des communautés juives sont spéculaires par rapport à celles de l’hémisphère nord. Finalement, les mobilités socio-économiques des populations juives, réparties dans différentes réalités urbaines, ont contribué à recréer des configurations résidentielles similaires dans beaucoup de villes différentes.

Diagramme 10. Relation entre environnement, statut socio-économique et localisation résidentielle des Juifs dans les villes de l’hémisphère nord.

Diagramme 10. Relation entre environnement, statut socio-économique et localisation résidentielle des Juifs dans les villes de l’hémisphère nord.

Espaces identitaires

52Par rapport à l’étude des changements dans la spatialité physique de la population juive, la tâche est bien plus difficile quand il s’agit d’évaluer les aspects qualitatifs de l’identité juive, ses variations et ses transformations au fil du temps et à travers l’espace. En principe, le judaïsme est un complexe de normes multi-facettes, de cognitions, de comportements, de relations interpersonnelles, et de beaucoup d’autres expressions et expériences. L’identité juive peut être vécue intrinsèquement dans le même temps ou séparément comme une ascendance commune, une religion, une ethnie, une culture, une communauté organisée, un groupe social, un complexe de mémoire historique personnelle et collective, un ensemble de traditions de folklore et de cuisine, etc. Par le passé, chacune de ces différentes options se conjuguait avec d’autres. Une personne identifiée comme juive par la religion était généralement identifiée comme juive aussi par l’origine ethnique, par la culture, ou par la langue maternelle, ainsi que par le lieu de résidence, par la profession et par d’autres caractéristiques. La séparation entre les Juifs et les autres était significative, souvent due à des contraintes légales, et elle était renforcée par chacun de ces différents marqueurs.

  • 21 Eliezer Ben-Refael and Lior Ben-Chaim, Jewish Identities in an Era of Multiple Modernities, Raanana (...)

53Avec la modernisation et à la suite des processus d’émancipation pour une bonne partie des sociétés contemporaines, une différenciation croissante a émergé entre les différents marqueurs d’identification juive21. Aucun indicateur identitaire ne pouvait plus adéquatement et exclusivement exprimer l’intensité, le contenu et la complexité de l’identité juive. Des modes alternatifs et même rivaux d’identification se développaient et tendaient à séparer le mode précédent, dominé par la composante religieuse, du mode émergent des identités nationales-sécularisées des Juifs avec leur pays de résidence. En même temps, des identités de classe sociale ou linguistiques ou de propension culturelle avaient gagné elles aussi plus de poids par rapport à la religion. En particulier, quelqu’un peut aujourd’hui se définir comme juif par la religion, mais pas par l’origine ethnique, ou vice versa par l’origine ethnique mais pas par la religion. Un nouveau marqueur de premier plan de l’identité juive allait devenir l’État d’Israël, vu soit comme expérience existentielle personnelle, soit comme symbole perçu à distance, néanmoins significativement positif ou négatif. D’un point de vue cognitif, affectif et fonctionnel, l’identité juive s’exprime mieux à travers une variété d’indicateurs complémentaires.

54À partir de l’observation évidente que tout individu mérite, tout d’abord, d’être respecté en tant que tel, un élément fondamental est la reconnaissance du droit de chaque individu à sa propre identité. Dans le domaine juif, cette identité englobe à la fois la libre acceptation par un individu d’un corps de notions, d’idées et de valeurs transmis à travers la chaîne des générations – ce que l’on peut définir généralement comme culture juive – et un sentiment de proximité et de solidarité avec les autres qui partagent et s’identifient avec cette même culture. Du fait que chaque individu possède plus d’une option identitaire, de multiples identités de groupe peuvent être cultivées simultanément. Le processus d’intégration de l’ensemble de ces identités possibles et qui se chevauchent crée l’identité unique de chaque individu et ses associations, plus fortes ou plus faibles, avec d’autres au sein d’un collectif ou même en dehors du collectif. À travers la transmission d’une génération à l’autre, les identités jouent un rôle important dans la continuité d’une communauté, sa composition changeante, et ses rapports avec le reste de la société. Il est donc important de comprendre l’ensemble de l’espace identitaire, sa structure et sa logique explicite ou latente.

  • 22 « Patterns of Jewish identification in the United States, 2001 », in D. Elizur, E. Yaniv (eds.), Th (...)

55Dans le diagramme 11, nous présentons une synthèse des résultats de deux grandes recherches conduites sur l’identité juive aux États-Unis et en Israël au début de la décennie des années 200022. Une analyse des réponses fournies à plus de 90 questions concernant différents aspects de l’identité juive dévoile les relations mutuelles de proximité et de distance qui existent entre ces différentes options identitaires. Une fois de plus, la technique utilisée est celle de l’analyse de la similarité structurelle dans laquelle chaque point synthétise la distribution d’un certain indicateur parmi ses diverses modalités possibles – dans ce cas une mesure de l’intensité de l’importance attribuée par l’individu à cet indicateur. Les distances entre points reflètent les corrélations existantes entre les réponses fournies dans chaque cas. Celle du diagramme 11 est une représentation simplifiée qui omet la position détaillée des nombreux indicateurs d’identification juive et ne montre que les régions principales de contenu où se trouvent les points respectifs. La partition en zones n’est pas prédéfinie par le chercheur mais est déterminée par le logiciel sur la base des données analysées.

Diagramme 11. Analyse de la similarité structurelle (SSA) des principales variables de l’identité juive aux États-Unis et en Israël dans les années 2000.

Diagramme 11. Analyse de la similarité structurelle (SSA) des principales variables de l’identité juive aux États-Unis et en Israël dans les années 2000.
  • 23 Aimé F. Césaire, Cahier d’un retour au pays natal, Paris, Volontés, 1939 ; Léopold S. Senghor, Ce q (...)

56Les deux cartes ne traitent pas les différentes fréquences des indicateurs de comportement ou d’attitude des Juifs en Israël ou aux États-Unis, mais dépeignent seulement les positions relatives des différents domaines dans l’espace cognitif et identitaire juif total. Peut-être contrairement aux attentes, la structure générale de la perception de l’identité juive dans les communautés juives des deux pays en résulte-t-elle presque identique. Que ce soit en Israël ou aux États-Unis, un sentiment générique d’appartenance au peuple juif occupe la même position centrale qui représente soit l’origine, soit la synthèse d’autres domaines identitaires juifs. Nous avons proposé de définir ce sentiment d’appartenance comme peuplitude juive – néologisme formé sur le terme négritude, bien connu dans la littérature sur les identités en Afrique et au Caraïbes23. Cette grappe d’identification juive comprend plusieurs indicateurs primaires du sens instinctif de l’appartenance au judaïsme : le fait tout simple de se sentir juif, la saillie dans sa propre vie de ce sentiment d’être juif, l’importance d’appartenir au peuple juif, le besoin d’avoir une vie spirituelle riche, et de donner à ses enfants une éducation juive.

57Les autres indicateurs identitaires, à leur tour, occupent des positions radiales très similaires dans les communautés des deux pays. Suivant un ordre de contiguïté circulaire, l’on distingue un domaine famille concernant les relations de proximité et les actes liés au cycle de la vie ; un domaine normatif-rituel concernant les aspects attitudinaux et comportementaux de la vie religieuse ; un domaine étude-éducation concernant la socialisation et l’apprentissage ; un domaine philanthropie-organisations incluant les activités volontaires et de bénévolat ; un domaine culture-politique-société, y compris les valeurs civiques, la mémoire de la Shoah et la lutte contre l’antisémitisme. La seule différence observable entre les deux schémas concerne la responsabilité perçue par les Juifs de la diaspora face aux besoins locaux et face à Israël, qui occupe la même position dans l’espace identitaire que le sentiment de gratification personnelle éprouvé par ceux qui vivent en Israël. Ces différences sont éminemment plausibles compte tenu de la nature et des options différentes des expériences juives en Israël et aux États-Unis.

58Cette démonstration de modèles identitaires globaux et communs à deux communautés aussi différentes l’une de l’autre n’est pas un résultat trivial ou secondaire. Elle offre une puissante preuve empirique de la résilience d’une cohérence transnationale dans les perceptions symboliques et institutionnelles des Juifs contemporains, en contraste avec la thèse opposée d’une identification juive qui découlerait essentiellement des circonstances variables selon les contextes nationaux locaux. Les Juifs aux États-Unis et en Israël peuvent être destinés à s’éloigner les uns des autres, comme le montrent des recherches récentes, mais ils partagent toujours une même conception de l’appartenance à ce que nous avons appelé la peuplitude juive.

Observations conclusives

59Dans cette étude, nous avons examiné plusieurs aspects fondamentaux des mutations extraordinaires des divers environnements spatiaux à travers lesquels l’expérience juive a continué et continue à se dérouler à travers le monde, surtout à partir de la fin de la Seconde Guerre mondiale et jusqu’à nos jours. Durant les premières décennies du xxe siècle en Europe, et encore au début de la décennie 1960 en Afrique du Nord, une grande partie de la géographie juive était déterminée par les interdictions anciennes, qui prescrivent les lieux où les Juifs seraient autorisés à résider, quelles que fussent les qualités de ces lieux et indépendamment des caractéristiques particulières des Juifs eux-mêmes. Mais les dernières décennies ont vu un réajustement considérable de la présence juive, en grande partie basé sur la capacité d’une partie de la population juive généralement bien éduquée et apte à faire fructifier ses compétences professionnelles face à l’environnement. Les Juifs ont fini par être massivement concentrés dans les régions et les pays les plus développés du monde, dans les grandes villes et dans les quartiers résidentiels socialement les plus recherchés.

60À l’inverse, de vastes zones qui, auparavant, avaient connu une présence juive intensive s’en sont vidées. Les Juifs contemporains ont fini par être identifiés pour la plupart aux sociétés occidentales et, dans cette typologie générale, à l’expression plus spécifique de la démocratie pluraliste de langue anglaise plutôt qu’avec d’autres contextes sociétaux plus fortement caractérisés par des identités nationales, ethniques, religieuses uniformes. L’autre situation favorable a été la création d’un État des Juifs dans lequel eux-mêmes constituent le groupe ethno-religieux hégémonique. Bien que ce fût une option idéale de longue date, l’État d’Israël n’aurait pas été à même de soutenir ses défis, à savoir un niveau de sécurité existentielle sinon total du moins raisonnable s’il n’avait pas été capable de croissance économique le positionnant à une place de choix par rapport à la majorité des autres pays du monde.

61La migration internationale fut évidemment le principal mécanisme d’une telle transformation, le niveau de développement d’un lieu se trouvant corrélé à l’arrivée de nouveaux immigrants, et à leur implantation stable sur le territoire. Le solde net des migrations internationales a affecté directement, de façons positive ou négative, la taille des populations juives et la proportion de Juifs au sein de la population totale d’un pays, d’une région ou d’une ville. Ainsi, la relation entre le niveau de développement et l’étendue de la présence juive a été constamment renforcée. En affectant le niveau de développement d’un lieu, les caractéristiques sociales, économiques et institutionnelles influent sur la probabilité des Juifs de rester ou de quitter ce lieu. Des déterminants macro-culturels touchent aussi directement ou indirectement d’autres moteurs de la croissance de la population – qui n’ont pas été traités directement dans cet article –, tels que les propensions au mariage et à la fécondité, les niveaux de santé et de longévité, ou les mutations dans l’identité religieuse. Les résultats en termes de probabilité de continuité d’une existence juive collective sont significatifs, comme nous l’avons démontré.

62Les facteurs à l’œuvre dans le passé à travers les différentes modalités de répartition spatiale peuvent également fournir des lignes directrices concernant les orientations théoriques possibles ou probables pour l’avenir des communautés juives du monde :

  • il faut reconnaître que leur présence, que ce soit dans le passé ou dans le présent, dépend de circonstances souvent indépendantes de la propre volonté des Juifs ;

  • le défi ultime a consisté et consiste en la capacité de préserver non pas une simple communauté de présence, pilotée par et dépendante des forces du marché local ou mondial, mais une communauté de créativité, capable de nourrir et de transmettre ses propres identités culturelles, et de maintenir en même temps des dynamiques démographiques autosuffisantes ;

  • à partir des expériences du passé, une évaluation réaliste pour savoir dans quels lieux et comment les individus et leurs institutions juives peuvent mieux façonner leur avenir démographique, social et culturel devrait se combiner avec une volonté d’initier les décisions politiques et les processus de coopération aptes à promouvoir ces objectifs.

63Les diasporas transnationales, et la diaspora juive en particulier, reflètent l’existence de réseaux personnels et institutionnels parmi les personnes qui entretiennent des relations sociales et des identités collectives transcendant les frontières internationales. Les identités transnationales et leurs connexions peuvent apparaître comme une conséquence de la mobilité géographique et des modèles évolutifs de l’identification des individus avec leur environnement social et spatial proche ou plus lointain, ainsi que sur le plan des mentalités. Cet article a examiné certains des principaux mécanismes quantitatifs et structurels de changement de la répartition géographique juive au cours des dernières dizaines d’années. L’attention a été accordée à ce qu’on peut appeler les aspects systémiques, fonctionnels, durs, plutôt qu’à des aspects plus labiles et plus contingents que sont les choix individuels et les mentalités, de la diaspora juive transnationale. Néanmoins, il faut être conscient que les fonctionnalités décrites ici au niveau macro-social permettent de saisir avec pertinence la couche la plus profonde et la plus complexe des besoins personnels, des modes de communication, des modèles communautaires et du tissu institutionnel au sein de la collectivité juive mondiale. Une discussion de ces derniers aspects nécessiterait une approche analytique complémentaire, à la fois plus détaillée et plus qualitative que celle présentée ici.

Haut de page

Notes

1 Eliezer Ben-Rafael, Izhak Sternberg (eds.), Transnationalism: Diasporas and the Advent of a New (Dis)Order, Leiden-Boston, Brill, 2009.

2 Eliezer Ben-Rafael, Judit Bokser Liwerant, Yosef Gorni (eds.), Reconsidering Israel-Diaspora Relations, Leiden-Boston, Brill, 2014.

3 Sergio DellaPergola, « Histoire démographique du peuple juif : bref aperçu », in Shmuel Trigano (dir.), La société juive à travers l’histoire, Paris, Librairie Arthème Fayard, 1993, vol. 4, p. 574-619, 727-732.

4 Sergio DellaPergola, « Jewish Demography: Fundamentals of the Research Field », in Uzi Rebhun (ed.) Studies in Contemporary Jewry, New York, Oxford University Press, n° 27, 2014, p. 3-36 ; Sergio Della Pergola, « Measuring Jewish populations », in Brian J. Grim, Todd M. Johnson, Vegard Skirbekk, Gina A. Zurlo (eds.), Yearbook of International Religious Demography 2014, Leiden-Boston, Brill, 2014, p. 97-110.

5 Sergio DellaPergola, « World Jewish population 2015 », in Arnold Dashefsky, Ira Sheskin (eds.), American Jewish Year Book, Dordrecht, Springer, 2015, n° 115, p. 269-360.

6 Ibid., p. 272.

7 Sergio DellaPergola, « Some fundamentals of Jewish demographic history », in Sergio DellaPergola, Judit Even (eds.), Papers in Jewish Demography 1997, Jerusalem, The Hebrew University, 2001, p. 11-33. Tous les diagrammes de cet article ont été réalisés par l’auteur.

8 Sergio DellaPergola, U.O. Schmelz, « Demography », Encyclopedia Judaica, 2e édition, Jérusalem, vol. 5, 2006, p. 553-572.

9 Eliezer Ben-Rafael, Yzhak Sternberg (eds.), Transnationalism: Diasporas…, op. cit., p. 213-236 ; Israel Central Bureau of Statistics, Statistical Abstract of Israel, Jérusalem, publication annuelle ; estimations de l’auteur.

10 Israel Central Bureau of Statistics, Statistical Abstract of Israel, op. cit., 2015.

11 Erik Cohen, Heureux comme juifs en France ? Étude sociologique, Paris, Jérusalem, Akadem-Elkana Éditions, 2007.

12 Eliezer Ben Rafael, Judit Bokser Liwerant, Yosef Gorni (eds.), Reconsidering Israel-Diaspora Relations, Leiden-Boston, Brill, 2014, p. 25-59.

13 Ronald Inglehart, Christian Welzel, Modernization, Cultural Change and Democracy: The Human Development Sequence, Cambridge, Cambridge University Press, 2005.

14 Art. cit., p. 281.

15 Doris Bensimon, Sergio DellaPergola, La population juive de France: socio-démographie et identité, Jérusalem, The Hebrew University-Paris, CNRS, 1984, 2e édition, Paris, 1986 ; Simon Kuznets, « Economic structure and life of the Jews », in Louis Finkelstein (ed.), The Jews: Their History, Culture and Religion, 2e éd., New York, Wiley, 1960, p. 1597-1666 ; Simon Kuznets, Economic Structure of U.S. Jewry: Recent Trends, Jérusalem, The Hebrew University, 1972.

16 Louis Guttman, « A general nonmetric technique for finding the smallest coordinate space for a configuration of points », Psychometrika, 1968, n° 33, p. 469-506.

17 Stanley Lieberson, Mary Waters, From Many Strands: Ethnic and Racial Groups in Contemporary America. New York, Russell Sage Foundation (The Population of the United States in the 1980s – A Census Monograph Series), 1988.

18 Barry Kosmin, Jeff Scheckner, Paul Ritterband, « Jewish population in the United States, 1988 », American Jewish Yearbook, 1989, p. 233-252.

19 United Kingdom Office for National Statistics, 2011 Population Census, Londres, 2012. Élaboré par l’auteur.

20 S.B. Brunn (ed.), The Changing World Religion Map: Sacred Places, Identities, Practices and Politics, Dordrecht, Springer, 2015, chap. 70, p. 1311-1343.

21 Eliezer Ben-Refael and Lior Ben-Chaim, Jewish Identities in an Era of Multiple Modernities, Raanana, The Open University of Israel, 2006.

22 « Patterns of Jewish identification in the United States, 2001 », in D. Elizur, E. Yaniv (eds.), Theory Construction and Multivariate Analysis: Applications of Facet Approach, Tel Aviv, FTA Publications, 2009, p. 305-318 ; Shlomit Levy, « Jewish identity values of Israeli youth and adults in contemporary Israel », in E. Lederhendler, U. Rebhun (eds.), Research in Jewish Demography and Identity, Boston, Academic Studies Press, 2015, p. 288-305 ; Sergio DellaPergola, « Distancing, yet One », Contemporary Jewry, 30, 2010, n° 2-3, p. 183-190.

23 Aimé F. Césaire, Cahier d’un retour au pays natal, Paris, Volontés, 1939 ; Léopold S. Senghor, Ce que je crois, Paris, Grasset, 1988.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Diagramme 1. Configuration contemporaine d’une population juive.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/441/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 136k
Titre Diagramme 2. Population juive mondiale, par continents (1700-2015).
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/441/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Diagramme 3. Migrations internationales de Juifs. Estimation totale selon le pays de destination principal, 1880-2014.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/441/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 116k
Titre Diagramme 4. Le système mondial des migrations juives, 1948-2014.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/441/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 88k
Titre Diagramme 5. Émigration vers Israël : total mondial et France, 1990-2015.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/441/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 64k
Titre Diagramme 6. Index de développement humain (IDH) et nombre de Juifs pour 1 000 habitants en 2013.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/441/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 120k
Titre Diagramme 7. Distribution de la population juive mondiale selon les régions géoculturelles en 2015 (en %).
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/441/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 284k
Titre Diagramme 8. Analyse de la similarité structurelle (SSA) de la répartition régionale des principaux groupes ethniques aux États-Unis, 1980.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/441/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Diagramme 9. Analyse de la similarité structurelle (SSA) de la répartition régionale des groupes religieux au Royaume-Uni, 2011.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/441/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 76k
Titre Diagramme 10. Relation entre environnement, statut socio-économique et localisation résidentielle des Juifs dans les villes de l’hémisphère nord.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/441/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 80k
Titre Diagramme 11. Analyse de la similarité structurelle (SSA) des principales variables de l’identité juive aux États-Unis et en Israël dans les années 2000.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/441/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 124k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sergio DellaPergola, « Mondialisation, localisation et identités : espaces juifs contemporains », Diasporas, 27 | 2016, 31-54.

Référence électronique

Sergio DellaPergola, « Mondialisation, localisation et identités : espaces juifs contemporains », Diasporas [En ligne], 27 | 2016, mis en ligne le 01 décembre 2016, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/441 ; DOI : 10.4000/diasporas.441

Haut de page

Auteur

Sergio DellaPergola

Sergio DellaPergola est un ancien président et professeur émérite à l’Institut Harman de judaïsme contemporain de l’Université hébraïque de Jérusalem, où il a occupé la chaire Shlomo Argov sur les relations entre Israël et la diaspora. Spécialiste de la démographie des communautés juives à travers le monde, il a publié de nombreux livres, notamment Jewish Demographic Policies: Population Trends and Options (2011), et plus de deux cents articles sur la démographie historique, la famille, les migrations internationales, l’identité juive, l’antisémitisme, et les projections de la diaspora en Israël. Il a remporté le prix Marshall Sklare de l’Association pour l’étude de la société juive (1999), et le prix Michael Landau pour la démographie et la migration (2013).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org