Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Claudie PAYE, « Der französischen Sprache mächtig ». Kommunikation im Spannungsfeld von Sprachen und Kulturen im Königreich Westfalen (1807-1813)

Pariser Historische Studien Bd 100, München, Oldenburg Verlag, 2013
Viviane Rosen-Prest
p. 204-207
Référence(s) :

Claudie PAYE, « Der französischen Sprache mächtig ». Kommunikation im Spannungsfeld von Sprachen und Kulturen im Königreich Westfalen (1807-1813), Pariser Historische Studien Bd 100, München, Oldenburg Verlag, 2013.

Texte intégral

  • 1 Traduction française : « En possession de la langue française ». Les espaces de communication entre (...)

1Cet ouvrage1 remarquable est la version légèrement remaniée d’une thèse réalisée en cotutelle franco-allemande sous la direction d’Étienne François (université Panthéon-Sorbonne) et de Rainer Hudemann (université de la Sarre), qui a reçu le prix de la meilleure thèse de l’université franco-allemande en 2008. C’est un ouvrage impressionnant par son érudition, la masse d’archives recueillies en France, en Allemagne et à Saint-Pétersbourg, la prouesse pour cette Française de donner une thèse allemande de cette tenue, et enfin et surtout, l’originalité de la démarche.

  • 2 « Lustig » : joyeux, drôle. Surnom donné au roi Jérôme, qui avait la réputation d’avoir de nombreus (...)
  • 3 Claudie PAYE,  « Der französischen Sprache mächtig »…, p. 29. C’est dans cette même perspective que (...)

2Son domaine géographique est le royaume de Westphalie, éphémère création de Napoléon dirigée par son frère Jérôme, située au nord de l’Allemagne actuelle avec pour capitale Cassel et englobant les villes de Hanovre et de Magdebourg. Dans ce royaume au statut ambigu, laboratoire de l’Empire napoléonien, mais aussi puissance occupante, le propos de l’ouvrage est d’étudier les pratiques de communication. Qui, dans ce royaume, « possédait la langue française » ? Les dirigeants français bien sûr, exerçaient leur pouvoir dans cette langue, mais la posséder pouvait aussi donner des formes de pouvoir aux Westphaliens. Comment se passait la communication au quotidien entre les différents acteurs sociaux ? Jérôme, ce roi « lustik2 » qui n’apprit jamais l’allemand, était-il un occupant ou un monarque bienveillant ? Claudie Paye analyse les questions posées sur la base de vastes recherches archivistiques (nombreux dossiers de polices, archives d’État françaises et allemandes), et de volumineuses sources imprimées, en particulier sur la question linguistique, particulièrement brûlante en ce début de xixe siècle où elle marque les débats sur la constitution de la nation. Sa recherche s’inscrit dans un champ difficile et peu exploré, celui d’une histoire sociale et culturelle de la langue, de la parole et de la communication, de la réponse à la question « qui parlait quand, comment et dans quelle situation3 ». Sa démarche se situe au carrefour de plusieurs champs de recherche, à la fois dans les études de sociolinguistique historique, dans le renouveau des études sur l’occupation napoléonienne en Allemagne, en particulier dans leur dimension fondatrice d’une première vision européenne et multiculturelle, tout en mettant l’accent sur les dimensions de circulations et de transferts culturels.

3Dans la première partie, C. Paye analyse la politique des langues menée par le gouvernement westphalien. Curieusement, cet « État sans passé » ne chercha pas à appuyer son pouvoir sur la propagation du bilinguisme, mais adopta une politique souple et pragmatique. Le Moniteur westphalien, journal officiel du royaume, parut constamment en édition bilingue, ainsi que toutes les proclamations. Certes, en matière de textes officiels, c’était toujours la version française qui primait, mais il est curieux de constater que l’État n’entreprit pas de répandre l’enseignement du français dans les écoles, et ne tenta pas de s’appuyer sur les nombreux bilingues vivant sur son territoire, descendants de huguenots en particulier. Il eut même une attitude répressive envers ces Églises réformées françaises, supprimant celle de Cassel et n’accordant aucune attention aux demandes de soutien exprimées par celle de Halberstadt ni à ses arguments fondés sur la nécessaire conservation de la langue française. L’application de principes modernisateurs dans la réforme scolaire (création d’une école israélite, écoles publiques de filles, développement de matières « réelles » préparant à des métiers) passait avant le souci linguistique.

  • 4 Claudie Paye,  « Der französischen Sprache mächtig »…, p. 268.

4Dans la seconde partie, l’auteure élargit l’investigation, qu’elle ne limite plus à l’usage des langues. Elle interroge les pratiques de communication, non seulement écrites et orales, mais aussi iconographiques et même gestuelles. Recourant largement aux archives de police, elle se fait enquêteur elle-même, traquant le moindre indice significatif dans les sources, s’intéressant moins aux médias eux-mêmes qu’à leur mode de diffusion et de réception et aux relations qu’ils entretiennent entre eux. Dans de rigoureuses études de cas, elle analyse les rapports entre langue, iconographie et leurs effets, et les processus de formation de l’opinion. Ainsi, elle observe comment dans les premiers temps du royaume il fut à la mode – sans pression du gouvernement – d’apprendre le français. Les maîtres de langue en faisaient bien leurs affaires, les bureaux de traduction fleurissaient et les éditeurs multipliaient les manuels, appelés Dolmetscher, c’est-à-dire « interprètes » ou « truchements », et les dictionnaires. L’auteure montre aussi comment, à partir de 1813, on vit fleurir des Dolmetscher russes, au grand dam de la police tout d’abord déconcertée par cet afflux. Il s’agissait moins d’apprendre le russe que de connaître des phrases-type qui permettraient, en cas d’arrivée de l’armée russe, d’amadouer les soldats et de se les concilier. Ils représentaient donc de puissants indicateurs de l’état de l’opinion. Le libraire F. C. Dreyssig, de Halle, eut affaire à la censure pour leur diffusion. Claudie Paye constate que les Westphaliens ne se laissaient pas intimider par la barrière de la langue, mais développaient leurs propres stratégies, ce qui l’amène à parler d’une « politique des langues “d’en bas”4 ».

  • 5 Claudie Paye,  « Der französischen Sprache mächtig »…, p. 225.

5L’un des moindres agréments du livre n’est pas sa richesse en reproductions iconographiques – hélas en noir et blanc –, comme les nombreuses gravures « patriotiques » de C. G. H. Geiβler, ou la reproduction d’objets sources, telle cette pochette à mouchoirs portant une inscription brodée tenant pour assurée l’arrivée des « Prussiens et des Russes à Paris5 ». Un autre corpus étudié de près est celui des caricatures : non seulement leur iconographie (gravures, couvercles de tabatières etc.), mais aussi les textes joints, et, grâce aux rapports de police, leurs effets dans les conversations et les réunions. Car c’est cette parole autour des dessins qui permit de les propager, de façon bien plus incontrôlable que des objets qu’on pouvait saisir, et qui assura un transfert d’idées subversives des classes aisées (éditeurs, artisans d’art) aux classes populaires. Ce n’est pas un hasard si Napoléon y était parfois représenté sous forme de boulanger ou de boucher. L’auteur examine encore l’affaire du fondeur d’étain Taberger, qui avait placé dans sa devanture, à côté de soldats de l’armée française, un petit cercueil aux couleurs de la France, qu’elle appelle « le cercueil d’achoppement ». Naïveté ou intention malveillante ? La question ne fut pas tranchée par les interrogatoires et le verdict fut clément, mais l’affaire permet encore d’analyser les processus de communication non verbale et leurs multiples implications dans le public et auprès des autorités. C’est cette copieuse seconde partie qui est la plus remarquable. Sur la base d’un matériel extrêmement riche et original, l’auteur parvient à dépasser le phénomène évident – le rapport de police, l’objet saisi, etc. – pour débusquer avec maîtrise les intentions, les circulations, les évolutions d’opinion. Elle conclut que l’apprentissage par le public westphalien d’une lecture à niveaux multiples de médias diversifiés, dut peut-être plus contribuer à la formation politique de la société que la lecture des journaux ou les combats contre Napoléon. Cette partie se clôt sur l’examen des attaques contre les symboles de l’Empire : armoiries, et même statue de l’empereur vers la fin du règne. Ici, la communication devient franche opposition, et on atteint les limites du sujet.

6Dans la troisième partie enfin, C. Paye analyse les réflexions des contemporains sur les langues, les conséquences d’une éventuelle position dominante du français dans des situations de conflits, la perception et la stigmatisation d’autrui en fonction de la langue utilisée, ainsi que l’éventuelle stylisation de l’allemand par les Westphaliens en « contre-langue » non comprise par les concitoyens francophones. Le français avait-il le statut d’une langue de prestige avec les conséquences possibles, par exemple, en matière de recrutement ? La critique antifrançaise était-elle thématisée dans les débats de l’époque sur les rapports entre langue et nation ? Quel rôle jouait dans cette situation l’importante marque du français pour la capitale, Cassel, qui avec toute la principauté de Hesse-Cassel, avait accueilli de nombreux réfugiés huguenots un siècle plus tôt ? Dans cette partie, l’auteur analyse les difficultés de compréhension, les malentendus détectables dans les rapports de police. Surtout, elle observe la complexité des clivages sociaux et linguistiques, aux aspects parfois paradoxaux. Ainsi, dans l’administration, l’usage des langues était fluctuant : on voyait de hauts fonctionnaires germanophones s’écrire des lettres en français, tandis qu’ils répondaient obstinément en allemand à des pasteurs huguenots réclamant leur pension en langue française. Les clivages étaient souvent plus sociaux que nationaux : dans ce royaume de Westphalie constitué de bric et de broc, les Allemands parlaient plusieurs dialectes, qui n’étaient pas compris par les couches supérieures ; en revanche, comme ailleurs en Allemagne, le français était largement répandu dans la noblesse et la bourgeoisie cultivée. À la cour du roi Jérôme, se côtoyaient des nobles de vieille souche et des Français anoblis de fraîche date, parfois incapables de prononcer correctement le nom de leurs domaines (Le Camus, comte de Fürstenstein, prononçait son nom « Fürchtetintin », à la grande joie de son auditoire…). Les Français en tout cas – et le roi le premier – ne firent guère d’efforts pour parler l’allemand. L’aptitude des Westphaliens à tourner en dérision Napoléon et les siens est attestée par de nombreuses sources, (jeux de mots, initiales N. N. N. N. détournées de leur sens, etc.). Au total, les situations de conflit semblent avoir été plus de nature culturelle, sociale et politique que nationale. Cette conscience des clivages sociaux, mêlée à l’opposition politique, put avoir une incidence sur les phénomènes de rejet après 1813.

7Si la communication n’a pas représenté de problème majeur dans cet éphémère royaume, l’ouvrage démontre abondamment à quel point les enjeux autour de la question des langues sont centraux pour la compréhension de la société westphalienne. Au fil de l’ouvrage, se dessine toujours plus la complexité des modes de communication, de l’utilisation et du croisement des médias, et la constatation que les Westphaliens en développant des stratégies personnelles et parfois inattendues, aiguisèrent leur sens politique et critique, qui devait leur servir dans la période suivante. C’est la restitution rigoureuse et pourtant très vivante de ces dynamiques qui est une des grandes qualités de l’ouvrage.

Haut de page

Notes

1 Traduction française : « En possession de la langue française ». Les espaces de communication entre langues et cultures au royaume de Westphalie (1807-1813).

2 « Lustig » : joyeux, drôle. Surnom donné au roi Jérôme, qui avait la réputation d’avoir de nombreuses conquêtes féminines et une certaine légèreté dans la conduite des affaires de l’État.

3 Claudie PAYE,  « Der französischen Sprache mächtig »…, p. 29. C’est dans cette même perspective que s’inscrit le livre de Manuela Böhm sur les processus d’assimilation linguistique dans les colonies huguenotes de Prusse, Sprachenwechsel. Akkulturation und Mehrsprachigkeit der Brandenburger Hugenotten vom 17. bis zum 19. Jahrhundert, Berlin/New York, De Gruyter, 2010, dont nous avons rendu compte dans Diasporas. Histoire et sociétés 18 (2011), numéro thématique « Les huguenots », p. 180-182.

4 Claudie Paye,  « Der französischen Sprache mächtig »…, p. 268.

5 Claudie Paye,  « Der französischen Sprache mächtig »…, p. 225.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Viviane Rosen-Prest, « Claudie PAYE, « Der französischen Sprache mächtig ». Kommunikation im Spannungsfeld von Sprachen und Kulturen im Königreich Westfalen (1807-1813) », Diasporas, 26 | 2015, 204-207.

Référence électronique

Viviane Rosen-Prest, « Claudie PAYE, « Der französischen Sprache mächtig ». Kommunikation im Spannungsfeld von Sprachen und Kulturen im Königreich Westfalen (1807-1813) », Diasporas [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 23 juin 2017. URL : http://diasporas.revues.org/429

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org