Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Joseph Colomb, Janaček en France

Paris, L’Île bleue, 2014, 564 p.
Laurent Mercier
p. 201-203
Référence(s) :

Joseph Colomb, Janaček en France, Paris, L’Île bleue, 2014, 564 p.

Texte intégral

  • 1 Joseph Colomb, Janaček en France, « Avant-propos » p. 7
  • 2 Ibid., 4e de couverture.
  • 3 Première station de radio ayant diffusé un morceau de Janaček en 1932.
  • 4 Ibid., p. 8.

1« Pourquoi les interprètes français ont-ils pendant tant d’années consciencieusement ignoré les œuvres du musicien morave1 ? » Pour répondre à cette interrogation initiale, Joseph Colomb, qui se décrit comme « mélomane » et « passionné par les rapports entre la musique populaire et savante2 », déroule un historique fort détaillé de la difficile reconnaissance de Leóš Janaček (1874-1928) dans les milieux musicaux français. L’intérêt de cet ouvrage réside d’abord dans la description minutieuse de ces milieux, de leurs rouages institutionnels, leurs pratiques, voire leurs routines, du rôle des réseaux et des individus, des évolutions liées aux nouveaux médias – l’ouvrage embrasse un siècle entier et fait une part de plus en plus importante à l’audiovisuel, de Strasbourg PTT3 aux DVD et aux sites Internet. Mais il apporte également au lecteur une étude fouillée de la réception d’une musique difficile, étrangère et étrange, connotée « nationale », voire « régionaliste », venant d’une contrée méconnue, « province de la province4 » auprès d’un public français – au sens large, des musiciens aux mélomanes – habitué à ne reconnaître que quelques grandes nations musicales.

2L’ouvrage, qui comporte aussi des cartes et des tableaux, propose une trame solidement structurée autour de la chronologie. Elle suit les grandes étapes de l’histoire des deux pays et de la reconnaissance de Janaček, croisée de thématiques très précises – trop parfois. Le choix des « sociétés symphoniques témoins » de Paris et de Lyon, que l’on retrouve à différentes époques, s’avère fort pertinent pour rendre compte de l’évolution des goûts musicaux au fil du siècle, mais le découpage selon des rubriques démultipliées (interprètes, opéras, musique de chambre, enregistrements, écrits) occasionne de nombreuses redites. Pour ne pas s’y perdre, il faut reconstituer les principales problématiques, heureusement explicitées et réitérées : l’exotisme, la difficulté liée à la langue, essentiels dans l’œuvre vocale de Janáček, mais qui semblent déborder sur l’œuvre instrumentale, et les canaux de diffusion de sa musique, très ténus, liés aux facteurs institutionnels, personnels, et souvent politiques.

  • 5 Dans sa pièce RUR, en 1926.
  • 6 Dominique Fernandez, Diapason n° 257, janvier 1981, p. 40 in J. Colomb, Janacek en France, op. cit.(...)
  • 7 Maurice Fleuret, Le Nouvel Observateur, mars 1968, in Ibid., p. 252.
  • 8 Ibid., p. 252.

3La langue est au cœur de la création de Janáček, attaché à une profonde corrélation entre le langage parlé et le chant, (napěvký mlůvi, musique parlée, paroles chantées), avec pour matériau le dialecte de sa région (le nord-est de la Moravie, entre Bohême, Slovaquie et Silésie). Janáček ayant collecté des chants populaires bien avant Bartók – qui œuvra d’ailleurs en Slovaquie, la « Haute-Hongrie » d’avant 1918 – passa souvent aux yeux de ses contemporains tchèques pour un folkloriste, épithète assumée mais forcément réductrice, ce qui n’empêcha pas son contempteur Nějedlý, qui régna sur la musicologie tchèque des années d’avant-guerre à sa mort en 1962, d’en faire un musicien cosmopolite. Par ailleurs, Janáček est reconnu comme auteur d’opéras (Jenůfa, Kát’a Kabanová, La Petite Renarde rusée, L’Affaire Makropoulos), y compris les livrets (sauf celui de Makropoulos, écrit par Karel Čapek, l’inventeur littéraire des « robots5 »). Longtemps traduits – notamment en allemand par Max Brod, ami de Kafka et de Janáček – ceux-ci perdaient une grande partie de leur intérêt, ce qui fut encore le cas en 1980 pour la première parisienne de Jenůfa. À cette époque, pas si lointaine – et bien tardive pour des opéras traduits – Dominique Fernandez trouvait cela « d’autant plus choquant que Janáček plasmait [sic] sa musique sur les sonorités d’une langue radicalement différente de la nôtre6 ». Mais, pour entendre ainsi la langue, encore fallait-il que les interprètes fussent tchèques. Or, les étrangers ne se sont lancés que très tardivement, dans les années 1970 avec la Suédoise Elisabeth Söderström sous la direction du premier chef « janacekien » hors de Tchécoslovaquie, l’Australien Charles Mackerras. La difficulté de la langue semblait peser sur l’ensemble de l’œuvre, y compris instrumentale, comme si pianistes ou violonistes devaient eux aussi partager la nationalité du compositeur, décidément « inexportable7». Ainsi, très peu d’interprètes français jouèrent-ils, avant les années 1980, des sonates ou des concerti de Janaček, laissant les « nationaux », comme Rudolf Firkušný (vivant à Paris dans les années 1930), Josef Páleniček (surtout à partir des années 1950), les quatuors « tchèques », « slovaques », Talich, Pražák (depuis les années 1980) interpréter Sur un sentier recouvert, Kreutzer, Lettres intimes et d’autres encore… Seuls quelques rares pionniers s’y risquèrent, comme la pianiste Germaine Leroux dans les années 1930. Encore était-elle très liée aux milieux tchèques de Paris, ayant épousé le secrétaire d’ambassade Miloš Šafránek, ami du très actif « Ministre de Tchécoslovaquie » Štefan Osuský. L’appropriation de Janáček par de nombreux interprètes français ne remonte qu’aux années 1980-1990, à l’exemple d’Alain Planès, lui-même encouragé par Pierre Boulez. Joseph Colomb fait litière de « cette théorie selon laquelle les ouvrages des écoles nationales ne pouvaient être interprétés que par des compatriotes8 » et voit dans cet évitement un manque de familiarité avec l’œuvre, mais surtout un manque de curiosité et d’audace.

  • 9 Ibid., p. 75.
  • 10 J. Colomb, Janacek en France, op. cit., p. 191.
  • 11 Antonin Sychra, Recherches internationales à la lumière du marxisme, XIII, 1956, in ibid., p. 232-2 (...)
  • 12 Ibid., p. 257.

4Ceci nous renvoie aux canaux de diffusion de l’œuvre : avant le développement très rapide de l’audiovisuel, seuls les concerts pouvaient servir la diffusion de la création musicale : on ne dispose, par exemple, d’aucun enregistrement de Germaine Leroux. Or, d’après J. Colomb, l’institution musicale française, jusqu’aux années 1950, était bien conservatrice et tenait à satisfaire un public plutôt routinier. « Monotonie qui prévalait d’un dimanche à l’autre9 » : que ce soit à Paris (société des Concerts du conservatoire), Lyon (société des Grands Concerts) ou ailleurs, on programmait les concerts « comme on enfilait les perles ». Cette frilosité engendrait une « bipolarisation » autour de la musique française et allemande. Seuls Smetana et Dvořák avaient droit de cité parmi la maigre cohorte de musiciens des « petites nations ». Smetana était connu davantage pour son opéra La Fiancée vendue que pour Vltava (La Moldau), très populaire seulement depuis les années 1960. Quant à Janáček, il fut joué pour la première fois en France à l’occasion de la très politique tournée de la chorale des instituteurs moraves en 1908, dans le cadre de relations franco-tchèques militantes, teintées de nationalisme et de germanophobie. Mais le succès populaire de cette formation fut bien plutôt lié aux mélodies traditionnelles qu’à l’œuvre complexe du « maître morave » qui, d’ailleurs, ne vint jamais en France. La réception de son œuvre devait évoluer très lentement, à peine favorisée entre les deux guerres par les relations privilégiées entre Paris et Prague, notamment le mécénat de l’ambassade – Pavla Osuská, épouse du « Ministre », patronnait les jeunes talents comme Firkušný et le compositeur Martinů. Il y eut un projet de représentation de Jenůfá, le premier grand opéra de Janáček, mais l’affaire traîna, et Munich, puis la guerre, mirent fin à cette entreprise. L’après-guerre fut peu propice à la diffusion d’un compositeur décidément trop inclassable : la vague moderniste le laissa d’abord de côté. Boulez lui-même, avant d’en être un des plus ardents promoteurs, n’en fit d’abord que peu de cas : « Infirmité de l’ouïe, de l’esprit et du cœur » se lamente J. Colomb10. À l’épithète folkloriste, au soupçon toujours réducteur de nationalisme ou de régionalisme, la guerre froide ajouta son lot de récupérations et de préventions. En Tchécoslovaquie, Janáček, « un militant, plein de flamme11 », était annexé par le régime, en dépit du règne de Nějedlý, son ancien contempteur devenu ministre des Arts (ce qui montre que la ligne musicale du parti n’était pas sans ambiguïté). En France et dans le monde occidental, « tout ce qui venait de l’Est portait abusivement l’estampille communiste12 ».

  • 13 Ibid., p. 457.
  • 14 Ibid., p. 351.

5Une double césure intervient en 1988-1989. J. Colomb retient la première date pour le grand nombre de représentations de Janáček cette année-là, comme si son œuvre avait été brusquement révélée. En réalité, une lente diffusion avait commencé à familiariser une partie des mélomanes à Janáček : Boulez, ardent converti, et Planès y avaient contribué ainsi que les écrits du musicologue Guy Erismann, malgré sa tendance à s’ériger « en une sorte de propriétaire de tout ce qui touchait à la musique tchèque13 », et ceux, « autrement convaincants14 », de Milan Kundera (Les Testaments trahis, publiés en 1993, où Kundera montre son admiration pour le compositeur, ont été précédés d’articles dans Le Monde de la musique). À partir de cette date les représentations, enregistrements, diffusions se multiplient… L’ouverture consécutive à 1989 permet en effet aux musiciens de circuler librement et l’accès aux archives découvre un Janáček débarrassé des oripeaux officiels.

6Plus que des jugements de valeur sur des comportements routiniers et un manque de curiosité, cette histoire d’une reconnaissance tardive met en lumière les difficultés spécifiques de la musique et du chant, souvent considérés comme « langage universel », à franchir les frontières des nations et des langues, mais aussi des goûts et des pratiques. Janáček et sa musique, à la fois populaire et savante, locale et universelle, sont au cœur de cette problématique.

Haut de page

Notes

1 Joseph Colomb, Janaček en France, « Avant-propos » p. 7

2 Ibid., 4e de couverture.

3 Première station de radio ayant diffusé un morceau de Janaček en 1932.

4 Ibid., p. 8.

5 Dans sa pièce RUR, en 1926.

6 Dominique Fernandez, Diapason n° 257, janvier 1981, p. 40 in J. Colomb, Janacek en France, op. cit., p. 362.

7 Maurice Fleuret, Le Nouvel Observateur, mars 1968, in Ibid., p. 252.

8 Ibid., p. 252.

9 Ibid., p. 75.

10 J. Colomb, Janacek en France, op. cit., p. 191.

11 Antonin Sychra, Recherches internationales à la lumière du marxisme, XIII, 1956, in ibid., p. 232-235.

12 Ibid., p. 257.

13 Ibid., p. 457.

14 Ibid., p. 351.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Mercier, « Joseph Colomb, Janaček en France », Diasporas, 26 | 2015, 201-203.

Référence électronique

Laurent Mercier, « Joseph Colomb, Janaček en France », Diasporas [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://diasporas.revues.org/427

Haut de page

Auteur

Laurent Mercier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org