Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

Compte rendu du colloque Guerre et déplacements de populations. Regards croisés sur l’Europe aux xixe et xxe siècles

Mathieu Jestin
p. 189-194

Texte intégral

1Les 8 et 9 avril 2015 s’est tenu à l’Institut historique allemand (IHA, Paris) un colloque sur la thématique « Guerre et déplacements de populations. Regards croisés sur l’Europe aux xixe et xxe siècles ». Organisé par Bettina Severin-Barboutie, sous les auspices de l’Institut historique allemand, de l’axe « L’Europe des guerres et des traces de guerre » du LabEx « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe », et de l’office allemand d’échanges universitaires, il a réuni des chercheurs européens, venus de France, d’Allemagne, d’Italie, d’Autriche et des Pays-Bas, autour de thématiques variées, balayant des spectres chronologiques et géographiques larges. Les sources mobilisées témoignaient également d’une grande diversité : archives écrites avec la presse, les discours politiques et les fonds d’institutions notamment ceux d’associations comme dans le cas canadien (Annelise Rodrigo, université de Toulouse), mais aussi des archives orales quand les entretiens sont encore possibles. Par ailleurs, lors de la table ronde, Rebecca Boehling, directrice de l’International Tracing Service (ITS), a présenté un fonds de sources particulièrement riche et précieux pour la recherche en sciences humaines à laquelle l’ITS s’ouvre progressivement.

2« Les petits souvenirs de grandes histoires restent et continuent de façonner des vies et des expériences » tels sont les mots choisis par Thomas Maissen pour ouvrir le débat. Le directeur de l’IHA et Bettina Severin-Barboutie ont en effet rappelé que la thématique des déplacements de populations représente à la fois un sujet d’actualité « brûlant » comme le démontrent les faits divers récurrents aux frontières de l’espace Schengen, et un sujet personnel et familial construit autour de récits et de leur transmission. Ainsi, en 2014, selon l’ONU, on comptait environ 51 millions de migrants forcés à travers le monde.

3Bettina Severin-Barboutie a ensuite introduit le sujet du colloque. Elle a notamment insisté sur le caractère complexe et hétérogène des mouvements de populations en période de guerre et d’après-guerre – départs volontaires, forcés, contraints par l’urgence par exemple – qui concernent à la fois des troupes et des civils. Faisant de la mobilité une expérience largement partagée dans l’Europe contemporaine, ces mouvements de populations prennent des formes différentes, aux conséquences et effets variés, en fonction des époques et de la nature des conflits. La mobilité en temps de guerre peut en effet être autant une arme de guerre qu’un instrument de paix, comme l’illustrent les transferts de populations. Dès lors, l’après-guerre doit être autant pris en compte que le temps même de la guerre et la dimension transnationale – colonies, frontières mouvantes – autant que les dimensions nationale, régionale et locale.

4Bettina Severin-Barboutie a ensuite exposé les objectifs de la manifestation. Si, de prime abord, la thématique des déplacements de populations en temps de guerre semble bien connue des historiens, elle se résume souvent aux déplacements forcés du xxe siècle. Pour élargir les horizons scientifiques et dans le temps et dans l’espace, elle invite les participants du colloque à organiser leur réflexion autour de quatre problématiques principales. Réfléchir sur les mobilités induites par la guerre, c’est d’abord réfléchir sur la construction de l’objet et la terminologie exacte à employer : déplacés voire replacés, migrants, émigrants, immigrants, réfugiés, expulsés… C’est aussi penser les expériences variées des déplacés, leurs traumatismes, leur identité en tant qu’individus mais aussi en tant que catégorie générée par les pouvoirs publics. La deuxième interrogation concerne les temps de guerre et de sortie de guerre. La guerre légitime les déplacements, pour des questions de sécurité. Elle les utilise également comme arme – les troupes, les colons pour peupler ou repeupler un territoire – mais aussi comme instrument de paix : transfert de populations, droit d’option comme pour les Alsaciens-Lorrains en 1871. Vient ensuite la problématique de la diversité des formes de mobilité, les croisements et successions entre ces dernières, ainsi que des phénomènes de sédentarisation ou de sédentarité. L’immobilité est en effet intrinsèquement liée à la mobilité. Enfin, plus généralement, il conviendra de réfléchir à la place des mouvements de troupes et de populations dans l’histoire de l’Europe et de sa construction dans les domaines politique, social, économique et culturel.

Terminologies et expériences des déplacements

5L’expression de déplacement de populations est relativement générique. Les intervenants l’ont peu utilisée, lui préférant les termes de migrants, d’expulsés, de réfugiés ou encore d’exilés. Ces terminologies varient d’ailleurs en fonction des espaces de départ, de transit et d’accueil et en fonction des acteurs qui les emploient, leur situation par rapport à la mobilité – victimes ou initiateurs –, mais aussi leur statut : individu, association, État, empire. Ainsi le terme de transfert renvoie au langage diplomatique qui vise avant tout à la neutralité sémantique. Anne Bazin (Sciences Po, Lille) rappelle que les transferts évoquent l’idée de règlements à l’amiable, pacifiques et vus « par le haut » alors que leur réalité s’avère souvent dramatique comme le montre Volker Prott (Universität Tübingen) dans le cas gréco-ottoman : 1,2 million d’orthodoxes et 400 000 musulmans sont forcés de partir. A contrario, la plupart des autres expressions sont chargées d’émotions mondiales, internationales voire transnationales pour reprendre la terminologie de Robert Frank ; ainsi du terme expulsion qui renvoie davantage à la revendication voire à la revanche, le retour sur le passé, qu’il soit clamé par les États ou les populations. À ce titre, Anne Bazin invite à prendre en compte les affadissements sémantiques liés aux traductions. S’appuyant sur une typologie, contemporaine de la Grande Guerre, qui catégorise les « Italiens » de l’Empire austro-hongrois déplacés au cours du conflit en profughi (ceux qui ont fui), exuli et deporti, Marco Mondini (Fondazione Bruno Kessler/Università di Padova) montre ainsi que seuls les premiers suscitent la compassion étatique voire populaire et leur exemple conduit à un remodelage de la propagande idéologique, la guerre contre les Habsbourg étant progressivement présentée non plus comme une guerre offensive – de conquête – mais une guerre défensive, celle de la protection des italophones. Enfin, la terminologie peut aussi évoluer dans le temps, le temps court, celui de la mobilité même, comme l’ont souligné les orateurs de la troisième session, intitulée « Du déplacé au migrant, de l’immigré au déplacé », mais aussi du temps moyen et long, celui de l’analyse historique, postérieure à la mobilité.

6L’analyse des déplacements demande donc aux chercheurs une connaissance fine des sémantiques changeantes pour comprendre à la fois les expériences des déplacés mais aussi leurs revendications. En effet, les déplacés sont perçus comme des collectifs catégorisés et hiérarchisés, ce que n’ont cessé de montrer les intervenants, notamment M. Mondini dans le cas italien, A. Rodrigo pour le Canada. C’est d’ailleurs un point commun avec les migrations en général. La reconnaissance des situations de déplacés par les États peut d’ailleurs être tardive comme pour les italophones enrôlés dans l’armée habsbourgeoise en 1915 qui ont dû attendre les années 1990 pour l’érection d’un premier monument aux morts en leur honneur dans le Trentin.

Temps des déplacements de populations : guerre et sortie de guerre

7Alors que les travaux historiques sur les déplacements se sont focalisés sur le xxe siècle, Bettina Severin-Barboutie avait ouvert le colloque en introduisant le xixe siècle. Si, par comparaison, ce dernier paraît être celui de la paix, il n’en demeure pas moins marqué par les guerres nationales, coloniales et impériales. En élargissant le champ chronologique, Bettina Severin-Barboutie invitait donc les intervenants à faire dialoguer les deux siècles, en proposant une réflexion à la fois dans le temps et dans l’espace. Finalement peu d’interventions ont concerné le xixe siècle à proprement parler, si ce n’est les deux synthèses en clôture du colloque de Michael Schwartz (Institut für Zeitgeschichte, Berlin) sur le nettoyage ethnique et de Sylvia Kesper-Biermann (Universität zu Köln), sur la question de la protection des minorités. Cependant l’ensemble des intervenants a interrogé son sujet à la lumière des guerres et déplacements passés. Ce fut notamment le cas de Sara Bernard (Universität Regensburg) sur la politique de la Serbie depuis l’explosion de la Yougoslavie ou de Geraldien von Frijtag (Universiteit Utrecht) sur la présence d’Hollandais dans l’Europe centrale et orientale sous domination nazie. Elle montre qu’il s’agit plutôt d’une affaire d’opportunités dans la tradition coloniale hollandaise, que de soutien à l’idéologie nationale-socialiste. Catherine Horel (CNRS-SIRICE) a d’ailleurs rappelé que la plupart des questions soulevées sont valables pour l’ensemble de l’Europe centrale, orientale voire méridionale dans les contextes impériaux ottoman, austro-hongrois et russe et propose de faire remonter ces réflexions au début de l’époque moderne. Depuis le colloque, Bettina Severin-Barboutie et Catherine Horel ont d’ailleurs prévu deux manifestations en 2016 (Hambourg) et en 2017 (Istanbul) pour approfondir ces questions.

8Si le spectre chronologique de l’époque contemporaine a été balayé, les interventions ont interrogé les déplacements de populations à la fois dans le temps même de la guerre et dans l’immédiat après-guerre. La première réflexion a porté autant sur les militaires, ainsi des prisonniers de guerre évoqués par Julia Walleczek-Fritz (Österreichisches Staatsarchiv) que sur les civils, ainsi du « lamentable exode des Italiens » en France pendant la Grande Guerre (Pierre-Louis Buzzi, université de Strasbourg). Quant à l’après-guerre, il a été au cœur de la plupart des interventions et de tous les débats. C’est d’ailleurs par cette thématique que le colloque s’est ouvert avec les interventions d’Anne Bazin (Sciences Po, Lille) sur le cas des populations allemandes de Tchécoslovaquie à la fin de la Seconde Guerre mondiale et de Jeremy DeWaal (Freie Universität Berlin) sur la question du « chez-soi » perdu à travers les réunions d’expulsés en Allemagne. L’après-guerre peut également être synonyme de retour des déplacés volontaires dans le cas des 5 000 Hollandais partis en Europe orientale sous domination nazie. Il peut aussi être synonyme de découverte, parfois amère, ainsi des italophones mobilisés dans l’armée austro-hongroise, faits prisonniers en Russie et renvoyés en Italie dans les années 1920-1930 où ils furent à nouveau internés du fait d’une loyauté présumée douteuse. Enfin, l’après-guerre concerne autant les déplacés que les générations futures comme le souligne Jeremy DeWaal. Si l’Heimat Museum de Berlin est utile pour les générations qui ont vécu le déplacement, il n’est pas vecteur d’une identité collective commune des expulsés dans la mesure où c’est un symbole vide de sens pour les générations suivantes.

Formes de la mobilité en temps de guerre

9La guerre induit donc la mobilité, mais celle-ci doit être pensée au pluriel. Elle peut être forcée comme dans le cas des prisonniers de guerre en Autriche-Hongrie. Elle peut être organisée par les États, pour la durée de la guerre sous prétexte de la protection des nationaux : c’est le cas de la frontière franco-allemande dès août 1939 que développe Maude Fagot (université Paris-Sorbonne/Universität Tübingen). Cependant, ces initiatives étatiques sont généralement marquées par l’impréparation lors du déplacement – logistique, qualitative et quantitative – et par le manque d’organisation dans les sociétés d’accueil, ce qui oblige les déplacés à s’arranger eux-mêmes. La mobilité peut être également spontanée comme dans le cas des Italiens dès les premières semaines de la Grande Guerre. Pierre-Louis Buzzi l’explique alors de différentes façons : économique (chômage, fermeture des lieux de travail) ; peur de ne pas pouvoir rentrer en Italie pour ces ouvriers majoritairement saisonniers ; peur des réactions chauvines qui perdurent depuis les événements de la fin du siècle passé comme à Aigues-Mortes ; peur des atrocités allemandes du fait de la neutralité italienne ; enfin, mobilisation italienne dès août 1914, en dépit de la neutralité. Par ailleurs, les guerres multiplient les déplacements de transit et les espaces d’accueil sont vus par l’ensemble des protagonistes comme provisoires, ainsi de l’exemple du Canada pendant la Seconde Guerre mondiale développé par Annelise Rodrigo. Enfin, comme dans le cas des juifs d’Algérie dans les années 1960, la succession des guerres peut entraîner la succession des déplacements. En se fondant sur les discours d’André Neher, président de l’association AJIRA (Aide aux jeunes israélites repliés d’Algérie), Katharina Marlene Hey (Universität München), suit ainsi la double migration des juifs français d’Algérie en France en 1962 puis en Israël à la suite de la guerre des Six Jours (1967).

Les déplacements de populations et la construction de l’Europe contemporaine

10Enfin, les déplacements de populations en temps de guerre participent pleinement à l’histoire de la construction de l’Europe, à commencer par celle des États. En effet, comme le rappelle Daniela Luigia Caglioti (Università degli Studi Napoli Federico II), la guerre en général met à l’épreuve, et modifie, le concept d’appartenance et de nationalité. À la veille de la Première Guerre mondiale, les États européens se composent de nombreux étrangers, non-nationaux, bénéficiant de la liberté de circulation. Intégrés dans le pays parfois depuis de nombreuses années, mariés, parents, parfois naturalisés ou en attente de naturalisation, ils deviennent l’objet de la suspicion étatique et nationale, à la fois des pays de départ et de transit ou d’accueil. Ce phénomène se lit à l’échelle européenne mais aussi internationale. Les étrangers et ceux qui le redeviennent alors ne peuvent plus quitter le territoire d’accueil : ils doivent s’enregistrer, avoir un permis, perdent souvent leurs biens ou sont enfermés. En temps de guerre, les discours sur la responsabilité collective provoquent donc des pratiques d’exclusion au sein des sociétés en guerre en fonction des lieux de naissance, pratiques d’ailleurs conservées après la guerre. Cependant, comme le montre l’exemple des prisonniers de guerre en Autriche-Hongrie ou les exilés italiens de la Grande Guerre, les déplacés peuvent également s’intégrer et être intégrés par les populations locales – trocs, travail, liaisons amoureuses – malgré le contrôle plus ou moins formel des structures étatiques.

11Par ailleurs, les déplacés font l’objet de politiques contradictoires. D’un côté, ils sont l’objet de discours de propagande et de mesures d’intégration nationale à différentes échelles de la part des États avec pour objectif principal de renforcer le sentiment d’appartenance à une seule et même nation. C’est notamment le cas pour les populations autochtones (Alsaciens-Lorrains dans le sud-ouest de la France et dans le centre de l’Allemagne) ou assimilées (italophones d’Autriche-Hongrie dans la péninsule). D’un autre côté, ils sont soumis à des représentations d’appartenance contrastées. Ainsi, derrière la terminologie de « frères italiens », les déplacés, quel que soit leur statut, ont tous été victimes de soupçons identitaires. Ces tensions sont d’ailleurs enregistrées dans les mémoires des réfugiés, et même si elles sont censurées dans la mémoire officielle, elles laissent des traces dans l’après-guerre, à l’exemple des 12 millions d’Allemands déplacés, aux lendemains de la Seconde Guerre mondiale. Il s’agit en effet pour les néo-arrivants de s’intégrer au territoire d’accueil et de se construire, dans la mesure du possible, un second Heimat, du moins de recréer le leur, dans une version idéalisée. Ainsi Sarah Bernard (Universität Regensburg), en s’appuyant sur l’exemple de la Serbie, « Yougoslavie en miniature », rappelle l’actualité des questions d’inclusion et d’exclusion nationales : faire venir ceux qui se sentent ou sont Serbes – ainsi du Kosovo – ou au contraire exclure ceux qui refusent le projet. Cette politique de guerre est aussi un projet politique à long terme. À ce titre, les frontières sont des observatoires particulièrement sensibles des enjeux de déplacements de populations et permettent de lier les dimensions nationales et transnationales. Lieux de combats, elles interrogent également les identités individuelles et collectives. C’est ce que montrent notamment Marco Mondini et Maude Fagot à travers l’exemple des évacuations dans le Trentin – plus de 600 000 italophones déplacés sur la frontière avec l’Autriche-Hongrie au cours de la Grande Guerre – et de la région frontalière franco-allemande, où plus d’un million d’habitants d’Alsace-Lorraine ont été déplacés de part et d’autre de la frontière dès l’été 1939.

12Or, une fois la guerre achevée, les déplacements continuent de marquer les relations internationales et reviennent au cœur de l’actualité politico-médiatique. C’est le cas des relations entre l’Allemagne réunifiée et ses voisins centre-orientaux depuis la fin de Guerre froide. L’ouverture des États communistes a en effet remis au premier plan des questions restées en suspens pendant la période soviétique où ces problèmes étaient cachés derrière le slogan « tous frères ». Les gestes de réconciliation – musées, plaques, cérémonies commémoratives – apparaissent sujets à caution et suscitent des interprétations variées en fonction des acteurs. Pour les uns, ils ferment les débats, pour les autres, ils les ouvrent simplement. Dans ce contexte, les stratégies d’instrumentalisation fonctionnent encore, mettant en avant un décrochage entre le temps du politique globalement apaisé et celui du travail de mémoire.

  • 1 Les décrets Beneš, au nombre de 140, publiés par le gouvernement en exil à partir de 1940 alors que (...)

13Enfin, les déplacements de populations liés aux guerres ne peuvent être dissociés de l’histoire longue de la construction de l’Europe. D’un côté, ils jouent un rôle dans l’émergence d’une mémoire collective car il est désormais possible pour les anciens déplacés de revenir sur leur lieu de départ. Ces phénomènes participent à la mise en place de véritables lieux de mémoires européens. C’est le cas des Allemands en République tchèque ou en Pologne. D’un autre côté, la question de l’adhésion à l’Union européenne, autrement dit la question de l’appartenance à l’Europe – et non plus uniquement aux nations individuelles – remet en cause des politiques et des législations anciennes liées aux déplacements historiques telles que les décrets Beneš pour la République tchèque1. Enfin, les déplacements de populations liés aux guerres extra-européennes posent la question de l’identité de l’Europe ainsi que d’une véritable politique commune par et pour l’extérieur.

Haut de page

Notes

1 Les décrets Beneš, au nombre de 140, publiés par le gouvernement en exil à partir de 1940 alors que la Tchécoslovaquie est occupée par les nazis, sont ratifiés au cours de l’année 1945. Une partie d’entre eux traitent du sort des Allemands et Magyars, (décret du 21 juin 1945 sur la confiscation des biens et la nationalisation des entreprises ; décret du 2 août 1945 sur la privation de la citoyenneté tchécoslovaque). Même si les opposants au régime nazi ne sont théoriquement pas concernés, l’idée de responsabilité collective domine ces décrets – 2,6 millions de déplacés estimés – et continue de marquer les relations de la République tchèque avec ses voisins.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mathieu Jestin, « Compte rendu du colloque Guerre et déplacements de populations. Regards croisés sur l’Europe aux xixe et xxe siècles », Diasporas, 26 | 2015, 189-194.

Référence électronique

Mathieu Jestin, « Compte rendu du colloque Guerre et déplacements de populations. Regards croisés sur l’Europe aux xixe et xxe siècles », Diasporas [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 24 juin 2017. URL : http://diasporas.revues.org/422 ; DOI : 10.4000/diasporas.422

Haut de page

Auteur

Mathieu Jestin

LabEx EHNE

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org