Navigation – Plan du site
Varia

Bâtiments de transit pour les émigrants : analyse socio-architecturale

Anne Bosser
p. 173-186

Texte intégral

  • 1 A. M. Carr-Saunders, World Population Past Growth and Present Trends, London, Oxford University Pre (...)

1L’épisode historique dit de « la grande émigration européenne » commence vers le milieu du xixe siècle. À travers tout le continent, elle donne lieu à un exode massif de plus de 50 millions d’Européens qui traversent les océans pour émigrer entre 1846 et 19321. Originaires de l’Europe de l’Est méridionale, de l’Allemagne, de l’Empire austro-hongrois, de la Pologne, de la Russie, et dans une moindre mesure de l’Europe septentrionale, tous fuient leur pays d’origine pour des motifs économiques (famines répétées en Irlande de 1847 à 1852 en raison de la dévastation des cultures de pommes de terre par le mildiou), sociaux (attirance du Nouveau Monde pour une vie meilleure), religieux (antisémitisme et/ou xénophobie dès 1896, entraînant l’apparition des premiers camps de réfugiés et des pogroms en l’Europe de l’Est) et, enfin, nationalistes. Ce flux migratoire inédit fait lien entre les vieilles nations européennes, qui deviennent pays d’émigration, et les nouveaux pays indépendants de l’Amérique (du Nord comme du Sud).

  • 2 Ces émigrants constitueront en 1912 un pourcentage équivalant à 70 % du trafic général migratoire. (...)
  • 3 Marthe Barbance, Histoire de la Compagnie générale transatlantique : un siècle d’exploitation marit (...)

2Le transport se fait toujours par la mer. D’où la volonté des compagnies de navigation internationales naissantes, accréditées et subventionnées par les gouvernements des pays qu’elles représentent : elles décident de rentabiliser leurs traversées maritimes en développant, comme activité commerciale prioritaire, le transit de cette population migratoire. Et compte tenu du nombre exponentiel d’émigrants indigents2 en partance pour le continent américain, elles choisissent de cibler cette population défavorisée. Dans une logique totalement mercantile, elles organisent cette émigration massive en rentabilisant l’entrepont des navires. En 1891, ces voyageurs de l’entrepont deviennent les émigrants de 3e classe, grâce à une réglementation stricte émanant des services sanitaires américains envers les compagnies maritimes, qui les oblige à se mettre en accord avec les règlements américains touchant le confort et l’hygiène3. Cette directive réglementaire fait suite à l’ouverture d’Ellis Island. Il est à noter que seule cette classe d’émigrants est concernée par le passage obligé aux stations de contrôle sanitaire (Grosse-Île à Québec, Castel Garden et Ellis Island à New York). En effet, les passagers de 1re et 2e classe entrent en territoire nord-américain sans aucune formalité sanitaire.

  • 4 Camille Maire, En route pour l’Amérique : l’odyssée des émigrants en France au xixe siècle, Presses (...)
  • 5 Frédéric Patard, Cherbourg, port du Titanic et des transatlantiques, La Presse de la Manche, Hors-S (...)

3Or, si l’on connaît le rôle des compagnies maritimes dans leur activité principale de transport, on connaît moins leur activité hôtelière en Europe et la structuration des espaces d’attente dédiés. Sur les littoraux de l’océan Atlantique, de la mer Baltique, de la mer du Nord et de la mer Adriatique, dans les principaux centres de transit portuaire, elles érigent des constructions spécifiques. Le but de ces structures d’hébergement temporaire est d’accueillir, sélectionner, désinfecter, contrôler, exporter ou rapatrier ces émigrants précaires tout en régulant leur attente obligatoire avant l’obtention d’une autorisation d’embarquer sur les navires transatlantiques. Aux émigrants de 1re et 2e classe, les compagnies maritimes proposent des chambres dans de beaux hôtels garnis. Au Havre, l’Hôtel Suisse (2, quai des Casernes) accueille conjointement les passagers de 1re et 2e classe4. À Cherbourg, les passagers de 1re classe résident à l’Hôtel du Casino, détruit pendant la Seconde Guerre mondiale ; les passagers de 2e classe à l’hôtel Messent (boulevard Maritime) ou à l’hôtel United States (75, rue de Tourville)5.

4Pour mieux comprendre la place de ces bâtiments de transit dans la grande « émigration européenne », nous proposons de mettre en lumière leur évolution architecturale, d’analyser les diverses préoccupations sociales et architecturales qui ont sous-tendu leur édification, mais aussi de réfléchir à leur transformation en lieux de mémoire patrimoniaux.

De la simple auberge au véritable complexe hôtelier

  • 6 Ces auberges sont regroupées près de Great George Square aux numéros 4, 5, 7 et 10 de Hardy Street (...)
  • 7 Philip Taylor, The Distant Magnet: European Migration to the U.S.A, Londres, Eyre and Spottiswoode, (...)
  • 8 Augusta Molinari, « Storia dell’emigrazione italiana : Porti, trasporti compagnie », Partenze, vol. (...)
  • 9 Teodorico Rosati, Assistenza sanitaria degli emigranti e dei marinai, coll. Trattato di medicina so (...)

5À partir de 1890, une politique d’acquisitions immobilières et de rachats se met en place à travers toute l’Europe, qui passe par la réhabilitation d’auberges ou de pensions destinées aux émigrants de 3e classe en transit. Plusieurs acteurs mettent en œuvre cette stratégie : les municipalités mais également des hôteliers indépendants ou certaines compagnies maritimes internationales, qui annexent des quartiers entiers situés à proximité des zones portuaires d’embarquement outre-Atlantique. On peut ainsi évoquer le cas de la Grande-Bretagne où, à Liverpool, tout un quartier est voué à la réhabilitation d’auberges6 réservées à 2 000 émigrants en provenance d’Europe de l’Est « en attente de leur traversée7 ». Il en est de même en Italie et en Sicile où, dans les quatre grandes villes portuaires de Naples, Gênes, Palerme et Messine, des pensions autorisées sont regroupées par quartiers. On dénombrait en 1904 « 87 pensions à Naples pour une capacité de 2 400 places, 33 à Gênes pour 720 places, 25 à Palerme pour 770 places et 18 à Messine pour 341 places8 ». En Allemagne, et plus précisément dans le port de Brême, sont répertoriées « 50 auberges pour 3 775 émigrants et au besoin, même plus de 5 0009 ».

6Au même moment, certaines compagnies maritimes nationales optent pour la construction de nouvelles infrastructures d’accueil temporaire à vocation sanitaire et sociale. La première initiative revient à la compagnie finlandaise Finska Ängbats Aktiebolaget (FÄA) qui entreprend, au début de l’année 1891, la construction de l’Emigrant Hotell à Hangö, destiné à l’accueil et l’hébergement de migrants majoritairement en provenance de Russie. Un an plus tard, cette compagnie finlandaise renforcera les liaisons maritimes entre le port de Hangö, situé à 60 km à l’est d’Helsinki, et ceux de Göteborg ou de Stockholm afin de rallier régulièrement les ports de Hull, Londres ou Southampton. Depuis ces étapes de transit britanniques, les émigrants finlandais pouvaient rejoindre, par voie ferrée, le port de Liverpool pour embarquer sur un bateau transatlantique en direction du Nouveau Monde.

  • 10 « Då Finska Ångfartygs Aktiebolaget Från allmänheten. Emigrantångarne », Wasa Nyheter, n° 32, 8 fév (...)

7L’Emigrant Hotell de Hangö est une construction simple, de quatre niveaux, équipée au rez-de-chaussée d’une salle d’examens médicaux et d’une grande salle de réunion. Aux étages supérieurs, elle comprend deux grands dortoirs séparés, attribués soit aux hommes célibataires soit aux familles. Sept chambres supplémentaires de taille moyenne sont réservées aux femmes seules, avec ou sans enfants. La capacité de cet établissement avoisine les 300 places d’hébergement. Le dernier étage, sous les combles, est réservé au concierge et à sa femme, en échange de l’obligation de servir chaque matin le petit déjeuner. Quant au sous-sol, il est attribué aux toilettes et aux ablutions10. (Fig. 1)

L’Emigrant Hotell de Hangö en 1907

L’Emigrant Hotell de Hangö en 1907

© Photographie de l’Emigrant Hotell de Hangö. http://www.migrationinstitute.fi

  • 11 Archives Nationales de La Haye, Archives de la Koninklijke Hollandsche Lloyd., Dossier 2.18.20/Inve (...)
  • 12 Archives du musée maritime de Rotterdam, brochure publicitaire de la Koninklijke Hollandsche Lloyd (...)

8Dès le début du xxe siècle, d’autres compagnies maritimes internationales suivent cet exemple constructif : en Italie, l’Austro-Americana Line en 1905 avec l’Ospizio Marino de Servola (banlieue de Trieste) ; en Suède, la Svenka Amerika Linjen en 1920 avec l’hôtel pour migrants de Göteborg ou, en France, le consortium de la Cunard, White Star et Red Star Line en 1920 avec l’hôtel Atlantique de Cherbourg. En un demi-siècle, ces établissements évoluent de simples hôtels pour migrants en véritables complexes hôteliers, pour lesquels les compagnies étrangères ou nationales missionnent des architectes afin d’élaborer des programmes d’envergure. L’exemple le plus probant est celui du Lloyd Hotel à Amsterdam. La compagnie maritime néerlandaise, la Koninklijke Hollandsche Lloyd (KHL) recrute, dès 1919, l’architecte amstellodamois Evert Breman pour la construction d’un complexe hôtelier multifonctionnel regroupant, sur un terrain de 9 500 m², non seulement un hôtel dédié aux émigrants en provenance d’Europe de l’Est (Pologne, Roumanie, Yougoslavie et Hongrie11) mais également un bâtiment de quarantaine, édifié sous le contrôle du service sanitaire de la commune d’Amsterdam. Le Lloyd Hotel, inauguré le 1er juin 1921, prévoit au plus fort de son activité l’hébergement de plus de 2 000 candidats au départ12. Deux ans plus tard, le bâtiment réservé à l’hygiène est mis en service avec la double fonction d’accueil administratif et de lieu d’examens médico-sanitaires pour les nouveaux hôtes en transit. (Fig. 2)

Le Lloyd Hotel de la Koninklijke Hollandsche Lloyd en construction en 1920.

Le Lloyd Hotel de la Koninklijke Hollandsche Lloyd en construction en 1920.

© Archives du Musée Maritime d’Amsterdam, Inventaire 1989.0855/S.816, coll. Koninklijke Nedlloyd Groep, 1920.

9À partir de ce constat architectural, qui met l’accent sur l’évolution des premiers établissements d’accueil et d’hébergement, la description des trajectoires migratoires permet de visualiser la fonction de ces établissements, et leurs organisations spatiales, fonctionnelles, techniques et sanitaires. Par ailleurs, à travers l’usage de ces établissements, elle permet aussi de voir comment le migrant devient un acteur de son propre parcours.

Le parcours du migrant

  • 13 Marthe Barbance, Histoire de la Compagnie générale transatlantique : un siècle d’exploitation marit (...)
  • 14 Mark Wischnitzer, « To dwell in safety: the story of the Jewish migration since 1800 », Jewish Soci (...)

10Le parcours du migrant se déroule toujours de la même façon. Celui qui envisage de partir doit d’abord commencer par la traversée de son propre pays, puis des pays européens dits de « transit », avant d’aboutir enfin au port de départ vers le continent américain. Ce parcours apparaît comme une véritable odyssée migratoire, qui dure plusieurs semaines, ponctuée par des étapes intermédiaires et des modes de déplacement terrestres, ferroviaires et/ou maritimes. Afin d’organiser au mieux son périple, le migrant doit faire appel soit à une agence d’émigration installée dans l’une des grandes capitales européennes, soit à un agent d’émigration envoyé dans les coins les plus reculés de chaque pays de transit. Le rôle de celui-ci est de « cueillir13 » cette nouvelle clientèle en proposant à l’émigrant un billet en aller simple qui comprend : le voyage en train, le séjour à l’hôtel du port d’embarquement et le passage en bateau. Ce billet doit garantir la totalité du parcours à travers les territoires européens jusqu’à la destination finale outre-Atlantique. Mais ces prévisions commerciales ne peuvent empêcher ni embûches de parcours, ni pratiques frauduleuses qui peuvent se révéler catastrophiques pour le migrant en transit. Ainsi, lors de la traversée de l’Allemagne, certains agents des villes européennes de l’Est offrent à des émigrants démunis, des billets prépayés sur les lignes transatlantiques allemandes, sans autorisation des autorités germaniques14. Les malheureux sont alors reconduits à la frontière la plus proche et obligés de retourner dans leur village d’origine en ayant perdu toutes leurs économies.

11Quand il arrive à la dernière étape portuaire, après plusieurs jours en train dans des conditions de transport pour le moins spartiates, l’émigrant se retrouve sur le quai de la gare, soulagé mais surtout exténué. Il cherche alors à rejoindre l’hôtel de transit dans lequel il prévoit de résider. Certaines compagnies transatlantiques, comme la Koninklijke Hollandsche Lloyd, organisent son accueil immédiat, dès son arrivée à la gare, avec des traducteurs attitrés pour lui indiquer l’adresse du Lloyd Hotel. Cette marque de considération envers cette population préfigure la manière dont la compagnie maritime néerlandaise réglemente l’hébergement de ces hôtes de passage, et les dispositions sanitaires et hôtelières réalisées pour agrémenter au mieux son séjour temporaire.

  • 15 Archives de la police municipale de la Ville d’Amsterdam, Le Port d’Amsterdam, Inventaire 1048, n°  (...)

12À peine franchi le seuil de l’établissement, chaque migrant est pris en charge par le portier qui l’enregistre, puis le dirige vers le local prévu pour entreposer sa valise, envoyée immédiatement au service de désinfection. Débarrassé de son embarrassant paquetage, il s’oriente vers la salle ou l’espace de déshabillage qui lui correspond, différenciés par sexe (généralement le premier étage est attribué aux hommes et le second aux femmes et aux enfants). Deux sacs portant un numéro sont mis à sa disposition : le premier est destiné au linge de corps ; le second aux effets personnels. Au Lloyd Hotel d’Amsterdam, chaque étage dispose d’un aménagement comparable pour les espaces dédiés au soin corporel. L’émigrant(e) peut profiter soit d’une salle de bains avec baignoire, soit d’une cabine de douche indépendante, disposée en vis-à-vis d’un couloir central débouchant sur « une garde-robe à partir de laquelle il est distribué des vêtements aseptisés (peignoirs) et des bottes en plastiques15 ». À l’hôtel Atlantique de Cherbourg, les émigrantes bénéficient de douches individuelles, dans des cabines fermées et numérotées ; l’espace réservé aux hommes est collectif. Pour chaque émigrant, les douches sont au jet avec savon au pétrole, composition thérapeutique garantissant l’élimination des bactéries et des lentes résiduelles. (Fig. 3)

Salles des douches collectives pour les hommes et cabines individuelles pour les femmes à l’Hôtel Atlantique de Cherbourg.

Salles des douches collectives pour les hommes et cabines individuelles pour les femmes à l’Hôtel Atlantique de Cherbourg.

© Paul Planat, « L’Hôtel Atlantique : un hôtel pour émigrants à Cherbourg », La construction moderne, n°17, Paris, Aulanier, 23 janvier 1927, p. 192

  • 16 Paul Moulin, L’Émigration par Cherbourg, Cherbourg, Chambre de Commerce, 1926, p. 14.
  • 17 Paul Planat, « L’hôtel Atlantique : un hôtel pour émigrants à Cherbourg », La Construction moderne, (...)

13Propre, enfin, l’émigrant peut alors rejoindre un bâtiment sanitaire pour se soumettre aux examens, pratiqués par un personnel spécialisé réparti en deux équipes médicales, l’une pour les hommes, l’autre pour les femmes et les enfants16. Ils sont exécutés par le médecin dépendant de la compagnie maritime, lui-même secondé par une infirmière ou un infirmier, et supervisé par le médecin du navire dans lequel l’émigrant va embarquer. Ils sont effectués en un minimum de temps : plusieurs centaines de passagers peuvent ainsi être examinés dans une seule matinée. Ils imposent à chaque émigrant divers contrôles sanitaires tels que les vaccinations contre le typhus et le choléra, l’épouillage du cuir chevelu, pratiqué, pour les femmes par des coiffeurs attitrés17, et les détections d’éventuelles défectuosités physiques telles que le glaucome, motif de renvoi immédiat de la part de la compagnie néerlandaise.

  • 18 La durée de la quarantaine est imposée par les autorités américaines à partir des lois sur l’immigr (...)

14Le but de ces examens sanitaires est non seulement préventif (pour empêcher la maladie ou les épidémies de se propager pendant la traversée) mais également réglementaire, avec la stricte obligation d’une « quarantaine » de douze jours selon le règlement sanitaire américain en vigueur18. Cette disposition concerne plus particulièrement l’Amérique du Nord et la validation de ces examens est certifiée conjointement par les compagnies maritimes internationales et les services de l’immigration américaine. Le manquement à ces obligations entraîne le renvoi immédiat de l’émigrant dans son pays d’origine, aux frais de la compagnie maritime concernée. Au contraire, l’Amérique du Sud, plutôt soucieuse d’attirer un grand nombre d’émigrants européens, ne cherche pas à faire respecter à tout prix ce règlement sanitaire et les consignes hygiénistes au départ de l’Europe ne sont pas systématiquement appliquées.

  • 19 Le grès cérame est une céramique dure et compacte, colorée dans la masse et non poreuse.
  • 20 Il s’agit d’agrégat de sable et de petits cailloux réunis par un liant hydraulique, le ciment.

15Dans la totalité du bâtiment sanitaire, une attention toute particulière est apportée à l’alimentation régulière en eau chaude et à l’installation de soupiraux au plafond, pour assurer un renouvellement de l’air à bon escient, à toute heure du jour et de la nuit. La mise en œuvre de matériaux hygiénistes simples tels que du carrelage en grès cérame19 sur les murs, ou du badigeon de chlorure de chaux ainsi que du béton de ciment20 sur les sols, permet un entretien facile. Des solutions techniques sanitaires innovantes sont préconisées, comme l’installation de conduits d’évacuation des eaux usées et l’ordonnancement de tout un réseau de douches à jet. Ces installations techniques sont justifiées par l’arrivée massive de nouveaux émigrants. Entre 150 et 200 arrivées par jour ont été repertoriées au Lloyd Hotel d’Amsterdam, et jusqu’à 5 000 émigrants par jour à l’hôtel Atlantique entre 1926 et 1927. Inutile de dire qu’après chaque examen, le peignoir, les serviettes et les sacs prêtés à l’émigrant sont immédiatement désinfectés.

  • 21 Chaque dortoir peut accueillir 120 personnes environ.

16Après ces formalités sanitaires, l’émigrant peut entrer dans un second bâtiment dit « zone désinfectée », afin de rejoindre le lit qui lui est affecté dans un dortoir, à l’étage qui lui est attribué. Ces dortoirs sont spacieux avec, pour certains, vue sur la mer. Ils sont meublés de couchettes en fer, groupées par quatre et superposées deux à deux. Ce mobilier, muni de sommiers à lames d’acier, est recouvert de matelas en varech. Cette disposition facilite un enlèvement rapide de la partie souillée avant l’arrivée de la personne suivante. Cet équipement préfigure le confort sommaire que l’émigrant trouvera dans les cabines de bateaux pendant la longue traversée transatlantique, qui dure une quinzaine de jours environ. Cet espace de sommeil en impose par l’importance de sa superficie21, son caractère lumineux grâce à l’ordonnancement de grandes baies vitrées, et son ambiance chaleureuse due à un revêtement de type parquet en chêne sur l’ensemble de la surface. Des lavabos sont également annexés à chaque dortoir, ainsi que des lingeries. Tous ces espaces concrétisent les innovations techniques sanitaires du début du xxe siècle, au service du respect de l’hygiène individuelle. On peut imaginer l’étonnement de cette population à l’arrivée dans l’un de ces hôtels, luxueux au regard des conditions d’hygiène et d’hébergement qu’elle connaissait dans son pays d’origine. Un chauffage central et une constante distribution d’eau chaude à tous les étages sont assurés par l’installation d’une citerne et d’un système d’élévation par compression. Il est même possible de trouver – exclusivement au Lloyd Hotel d’Amsterdam – un petit hôpital divisé en deux départements distincts pour les femmes et les hommes, destiné aux accouchements ou aux premiers soins d’urgence.

17D’une manière générale, l’émigrant peut à loisir se reposer ou accéder aux différentes salles attribuées à la vie communautaire, la plus régulièrement fréquentée étant celle de la restauration. C’est une grande pièce, d’une capacité variant entre 300 et 800 personnes, attribuée suivant les différents hôtels de transit aux émigrants de confession catholique. L’agencement de cet espace est fonctionnel, structuré par une implantation périphérique de larges portes-fenêtres, permettant de bénéficier de la lumière naturelle et d’une aération permanente. Le service de restauration est assuré par une quinzaine de personnes dont plusieurs cuisiniers et des serveurs reconnaissables à leur un uniforme, avec gants blancs et/ou une casquette portant le nom de l’hôtel en lettres d’or. Des rangées de tables recouvertes de nappes ordonnancent le restaurant et, sur chacune, un service en porcelaine blanche et de la vaisselle en verre transparent sont rigoureusement disposés. Grâce à la mitoyenneté de la cuisine et de la salle de réfectoire, le personnel peut assurer une exécution rapide du service des repas correspondant à des horaires réglementés. Au Lloyd Hotel d’Amsterdam, ils s’organisent de la manière suivante :

Petit déjeuner : 7 h 30 / Déjeuner : 11 h 30 / Pause : 15 h / Dîner : 18 h.

  • 22 Archives du musée maritime de Rotterdam. Brochure publicitaire de la Koninklijke Hollandsche Lloyd (...)

18Au cours de ces restaurations quotidiennes, la composition des menus est variée, à base d’ingrédients simples et consistants, agrémentée d’une boisson alcoolisée au déjeuner et au dîner. La brochure publicitaire éditée en 1925 par la Koninklijke Hollandsche Lloyd nous donne des détails plus précis22. Le petit déjeuner comprend du pain, du beurre, du fromage, du café, du lait et du sucre ; le déjeuner est composé d’une soupe de nouilles, d’une pièce de bœuf, de pommes de terre et de haricots verts. La pause intermédiaire propose la distribution de trois variétés des pains. Enfin le dîner offre des saucisses, de la choucroute, des pommes de terre et de la compote de prunes.

  • 23 Cette cérémonie était organisée pour 200 émigrants de confession juive : « Cérémonie du Grand Pardo (...)
  • 24 Guide des émigrants, livret en version allemande « Emigranten wanderbuch », Comité d’aide et de sec (...)

19Les émigrants de confession juive sont installés dans une salle de réfectoire particulière. De dimensions plus restreintes, elle comprend de simples rangées de tables et de bancs, organisées à proximité d’une cuisine spécifiquement équipée pour la préparation de repas kascher. Certaines célébrations religieuses, comme la grande fête annuelle de Kippour en 1923, sont organisées sous la conduite du Rabbin Barros23. Ce religieux israélite, attaché au service de l’hôtel Atlantique, est quotidiennement présent dans l’établissement, de 11 h du matin à minuit et demi. Il peut également recevoir occasionnellement les émigrants de confession juive dans sa propre maison, dès les premières heures de la journée24. En contrepartie, les émigrants de confession catholique peuvent se rendre en ville, soit à l’église catholique Notre-Dame du Roule (175, avenue Carnot), soit à l’église évangélique (place Divette).

20Trois autres espaces communautaires réglementent l’attente des émigrants : le service de commercialisation, le service bancaire et la bibliothèque. Le premier, géré par les agents des compagnies maritimes, désigne l’espace dans lequel le migrant peut obtenir des informations sur la future traversée et les conditions d’arrivée sur le continent américain. Il est souvent attenant au service bancaire. Ce dernier offre aux émigrants la garantie d’obtenir les cinquante dollars exigés par le service de l’immigration américaine, pour entrer aux États-Unis. Les autorités s’assurent ainsi de la solvabilité de ces futurs immigrants dès leur débarquement, avant leur premier emploi. La première initiative d’agencement d’espace bancaire est prise en 1905 à l’Emigrant Hotell de Hangö. C’est un simple espace, ouvert aux émigrants à différentes heures, suivant leur disponibilité. Vingt ans plus tard, le service bancaire du Lloyd Hotel diverge par une singularité organisationnelle. Il s’agit d’une pièce importante strictement réservée au personnel bancaire, équipée du traditionnel mobilier des banques et à laquelle le migrant n’a pas accès. Il ne peut retirer de l’argent que par un petit espace faisant office de guichet. (Fig. 4)

Salle du service bancaire du siège administratif du Lloyd Hotel en 1922.

Salle du service bancaire du siège administratif du Lloyd Hotel en 1922.

© Archives Nationales de la Haye, Archives de la Koninklijke Hollandsche Lloyd, Dossier 2-20-45 / Financiële jaarverslagen en balansstaten, goedgekeurd door de Raad van commissarissen.1908-1936.

  • 25 Archives Gaumont-Pathé, Film de la Société Gaumont, Les émigrants, Document de la Société anonyme d (...)

21L’occupation du troisième espace, qui comprend la bibliothèque et la salle d’écriture, apparaît bien aléatoire, dans la mesure où la majorité des émigrants est analphabète. Toutefois, le Lloyd Hotel d’Amsterdam organise dans la cour centrale des distributions gratuites de journaux dans les cinq langues représentées (allemand, hongrois, tchèque, polonais et yiddish). Dans un film qui retrace le parcours des émigrants à Cherbourg dans les années 1926-193025, on peut également repérer la présence d’un kiosque à journaux étrangers dans la cour de l’hôtel Atlantique. Est-ce qu’il s’agissait de journaux du jour, venant des quatre coins de l’Europe et que les émigrants de passage pouvaient acheter, ou d’exemplaires plus ou moins défraîchis, laissés là par les émigrants précédents, et que leurs successeurs pouvaient feuilleter librement ? Il est certain que la curiosité, mêlée à la nostalgie du pays abandonné, favorisait les conversations entre les différents émigrants de même nationalité.

22Dans ce temps passé à l’hôtel qui est un temps d’attente, une sortie vers le centre-ville n’est pas impossible. L’émigrant n’est nullement enfermé dans ces hôtels de transit, tout particulièrement dans les dernières années de construction. Mais la régularité des horaires de repas, la présence dissuasive d’un portier et le manque de temps ne facilitent pas les sorties, d’autant que l’émigrant ne peut se soustraire aux contraintes sanitaires quotidiennes. Il a ainsi l’obligation de se rendre à l’infirmerie, afin de faire tamponner sa carte médicale personnelle, formalité qui doit être scrupuleusement remplie jusqu’au jour du départ. Cette carte est considérée comme un passeport sanitaire, document dont la possession est impérative pour l’accès au bateau transatlantique. À la fin de son séjour, l’émigrant en partance pour l’Amérique du Nord doit à nouveau se présenter devant le médecin, représentant officiel du Département de Santé des États-Unis, qui lui remet son passeport d’embarquement ainsi que la validation de sa carte médicale. Enfin le grand jour arrive. Il est admis à se rendre à la gare maritime où il remplit les dernières formalités de police et de douane précédant son embarquement définitif.

Quelques précisions socio-architecturales

23Ces observations sur le parcours de l’émigrant pendant son séjour dans un hôtel de transit suscitent plusieurs questions. La première est de savoir à quelle logique obéit la construction de ces hôtels pour émigrants. Une logique économique, financière, urbanistique, architecturale, sanitaire et humanitaire ou un peu de ces six éléments ?

  • 26 Jules Duval, Les États comparés de l’Europe, Histoire de l’émigration européenne, asiatique et afri (...)
  • 27 Enquête parlementaire sur la marine marchande, Le Havre, [s.e], 1870.
  • 28 Idem, p. 5.

24On peut envisager, en premier lieu, une logique économique et financière : construire des édifices spécifiquement réservés à cette population permettait de remplir d’émigrants les entreponts et les cabines des navires transatlantiques. Dans les grands ports européens d’émigration comme Amsterdam, Anvers, Brême, Cherbourg, Hambourg, Liverpool, ou Southampton, et dans une moindre mesure Göteborg, Hangö ou Le Havre, les compagnies maritimes transatlantiques organisent l’émigration massive dans une logique entièrement mercantile. Les traversées se font tantôt sur des navires américains qui arrivent pour décharger des marchandises en Europe, tantôt sur des navires européens qui vont charger en Amérique. « Dans les deux cas, ce genre de transport, en supportant la moitié du fret, réduit en proportion la dépense à faire pour les importations de marchandises26. » Ces compagnies obéissent au principe selon lequel « l’émigrant est pour le navire un excellent fret qui s’embarque lui-même, s’arrime lui-même, se débarque lui-même et paye cher27 ». Cette logique économique a bénéficié de l’explosion migratoire, particulièrement importante entre 1850 et 1921. Elle a présidé à la construction de bâtiments spécifiques dédiés aux émigrants de 3e classe. La promulgation des diverses lois états-uniennes sur les quotas (1921 et 1924) réduit drastiquement cette émigration européenne vers l’Amérique du Nord. Dès lors, le nombre des immigrants, pour chaque nationalité, ne doit plus dépasser un taux imposé et chaque pays a droit à un contingent annuel de 2 % du chiffre de ses nationaux fixés aux États-Unis (basé sur le recensement de 1910). Ainsi, alors que 800 000 étrangers (toutes classes confondues) arrivent aux États-Unis en 1921, seulement 357 000 (dont 353 000 Européens) pourront le faire par la suite chaque année28. Conjointement en Europe, la construction de ces structures d’hébergement temporaire se trouve alors endiguée.

  • 29 Salomon Huebner, Proceedings of the committee on the merchant marine and fisheries in the investiga (...)

25Pendant les années de forte émigration, cette logique économique a permis aux compagnies maritimes de faire des profits gigantesques en comparaison avec le nombre des autres passagers de transit (de première et de deuxième classe, et de tourisme). En 1912, on dénombre un total de 1 063 000 émigrants de 3e classe, en provenance de l’ouest de l’Europe vers les États-Unis et le Canada, pour un total général de 1 462 000 passagers, toutes classes confondues29.

  • 30 Le dernier bâtiment date de 1924. Il a été construit à Boulogne-sur-Mer par la compagnie néerlandai (...)

26Ces bâtiments relèvent également d’une logique urbanistique. Situés aux abords des voies maritimes, ils favorisaient un accès direct aux bateaux transatlantiques. Par ailleurs, construits en dehors des centres-villes, ils permettaient d’éviter tout risque de contagion ou d’épidémie dans la population locale. Pendant les dernières années de la période de construction de ce type de bâtiment30, les émigrants peuvent librement circuler dans les rues de la ville la plus proche, se mêler à la population autochtone, voire envisager de menus achats. Le mythe de l’étranger « infecté » est occulté, dans la mesure où celui-ci peut faire marcher le commerce local. La description de Paul Moulin, rédigée en 1926 dans son cahier intitulé L’Émigration par Cherbourg, note bien l’animation locale produite par la présence de ces émigrants :

  • 31 Paul Moulin, L’Émigration par Cherbourg, Cherbourg, Chambre de commerce, 1926, p. 22.

De jeunes colporteurs, avisés de mettre à profit les sources de commerce que procure ce défilé d’étrangers, se sont établis autour de l’hôtel Atlantique, de la gare maritime et du quartier des Ruettes et vendent des fruits, des vêtements, etc. Les émigrants se pressent autour de leurs étalages mobiles et y font maintes emplettes. De nouvelles maisons de commerce, petites baraques en planches, se sont bâties. Rien de plus curieux, ni de plus pittoresque que ces nouveaux quartiers qui se sont créés en un clin d’œil. Voici un marchand de nouveautés, un bar, une banque, un cordonnier, un photographe. Les devantures sont zébrées de toutes langues. Tout s’emplit d’une clientèle bariolée, se haranguant dans les dialectes les plus divers31.

27Du point de vue d’une logique architecturale, une certaine rationalisation constructive se doit de garantir le respect des directives fonctionnelles et sanitaires. Ces recommandations se concrétisent dans la mise en œuvre de schémas organisationnels très précis. Deux fonctions, totalement dissociées – celle d’une station sanitaire et celle d’un espace d’hébergement – sont ici intrinsèquement liées et interdépendantes. De cette manière, les hôtels pour migrants se rapprochent des nouveaux programmes constructifs élaborés pour les établissements de soins de type sanatoriums ou dispensaires. Ils obéissent à des exigences architecturales communes : la symétrie rationnelle des espaces intérieurs ; l’importante volumétrie des salles communes pour favoriser l’éclairage et la ventilation, et pour éviter la propagation des miasmes par l’air ; la canalisation de la circulation humaine par un couloir central. Mais ils se distinguent des établissements de soins par certaines caractéristiques sanitaires : l’utilisation de matériaux hygiénistes innovants, la désinfection, le chauffage, l’alimentation en eau potable, l’évacuation des eaux et des matières usées, ou la préconisation du tout-à-l’égout. Ces avantages sanitaires techniques prennent en compte les préconisations conjointement formulées, au début du xxe siècle, par les médecins réformateurs, les architectes salubristes et les ingénieurs sanitaires. Des préceptes novateurs, dictés par le corps médical et diffusés par des théoriciens hygiénistes, se concrétisent dans des innovations techniques sanitaires au service du respect de l’hygiène collective et individuelle. C’est une manière de respecter un esprit pragmatique dans une architecture particulière, mise au service de la charité d’inspiration chrétienne, pour une population défavorisée. Pour autant, ces établissements de transit à vocation sanitaire et sociale apparaissent au milieu du xxe siècle comme des hôtels luxueux, non pas au sens où on l’entend aujourd’hui, mais dans la mesure où ils répondaient à la fois aux besoins simples d’un public ciblé, mais également à l’image honorable que cherchait à entretenir la compagnie maritime. En effet, il était important que ses hôtes en transit gardent un souvenir mémorable de la dernière étape de leur parcours migratoire en Europe et des prestations hôtelières octroyées. Intention louable, mais non dénuée d’intérêts commerciaux puisqu’une publicité concrète et volontariste en direction de ces émigrants de passage, ne pouvait que favoriser l’arrivée de futurs pensionnaires.

28Enfin, il est possible de parler d’une logique sanitaire. L’administration de ces bâtiments où les migrants étaient logés, nourris, soignés et contrôlés, pendant une à trois semaines avant leur traversée transatlantique, révèle en effet bien des traits communs, en dépit des différences dans la durée du séjour (dépendante du pays de transit), la destination finale et la réglementation en vigueur. Compte tenu des sévères formalités de contrôle et de désinfection imposées par le service de santé américain, une étroite collaboration entre les médecins américains et les directeurs des compagnies maritimes (qui assumaient le coût et la responsabilité du contrôle) était considérée à ce titre, par le Bureau d’immigration américain, comme la solution modèle. Pour autant, cette logique sanitaire ne pouvait se confondre avec une logique humanitaire, car la loi du commerce primait sur l’intention humaniste. Néanmoins, une certaine forme d’hospitalité prévalait. Les émigrants, après avoir subi les examens sanitaires, pouvaient en effet se reposer quelques semaines dans des espaces collectifs conviviaux, prendre un copieux repas quotidien et bénéficier de tous les différents services hôteliers mis à leur disposition.

  • 32 Mark Wyman, Round-Trip to America: The Immigrants Return to Europe, 1880-1930, Ithaca, Cornell Univ (...)

29Mais l’aventure migratoire ne se terminait pas en Europe. L’émigrant devait ensuite affronter le voyage transatlantique, avec l’espoir secret de pouvoir s’installer dans le Nouveau Monde. Mais certains de ces émigrants ont fait le chemin inverse32, pour de courtes périodes mais régulières (fêtes de fin d’année ou familiales, saison d’été pour les prix moins chers en Europe qu’aux Amériques) ou pour des événements précis. Ainsi, en 1912, juste après le déclenchement de la première guerre balkanique contre les Turcs, de nombreux Grecs émigrés aux États-Unis reprennent le bateau pour aller s’enrôler dans l’armée de leur pays. Les chiffres établis par la chambre de commerce de Cherbourg donnent les proportions suivantes : de 1927 à 1938, années pour lesquelles on a des chiffres complets, on dénombre 159 126 émigrants de retour en Europe, soit 27,6 % du total estimé à 575 106 passagers, toutes classes confondues (touristes compris).

30De retour en Europe, les émigrants européens d’hier, devenus immigrants américains, ne retournaient pas dans ces hôtels de transit. Ils refusaient ainsi de revenir sur un épisode marqué par la souffrance et l’anxiété, et associé à une période difficile de leur vie, quand l’avenir, encore incertain, restait à construire.

Haut de page

Notes

1 A. M. Carr-Saunders, World Population Past Growth and Present Trends, London, Oxford University Press, 1936, p. 49.

2 Ces émigrants constitueront en 1912 un pourcentage équivalant à 70 % du trafic général migratoire. Salomon Huebner, Proceedings of the Committee on the Merchant Marine and Fisheries in the Investigation of Shipping Combinations, Washington, Government Printing Office, 1914, p. 23.

3 Marthe Barbance, Histoire de la Compagnie générale transatlantique : un siècle d’exploitation maritime, Paris, Arts et métiers graphiques, 1955, p. 159.

4 Camille Maire, En route pour l’Amérique : l’odyssée des émigrants en France au xixe siècle, Presses universitaires de Nancy, 1993, p. 61.

5 Frédéric Patard, Cherbourg, port du Titanic et des transatlantiques, La Presse de la Manche, Hors-Série, Cherbourg, 2011, p. 201.

6 Ces auberges sont regroupées près de Great George Square aux numéros 4, 5, 7 et 10 de Hardy Street et aux numéros 112 et 134 de Nelson Street. John Belchem, Liverpool 800: Culture, Character & History, Liverpool University Press, 2006, p. 305.

7 Philip Taylor, The Distant Magnet: European Migration to the U.S.A, Londres, Eyre and Spottiswoode, 1972, p. 117.

8 Augusta Molinari, « Storia dell’emigrazione italiana : Porti, trasporti compagnie », Partenze, vol. 1, Rome, Donzelli, 2001, p. 51.

9 Teodorico Rosati, Assistenza sanitaria degli emigranti e dei marinai, coll. Trattato di medicina sociale, Milano, Villardi, 1910, p. 48.

10 « Då Finska Ångfartygs Aktiebolaget Från allmänheten. Emigrantångarne », Wasa Nyheter, n° 32, 8 février 1896, p. 7.

11 Archives Nationales de La Haye, Archives de la Koninklijke Hollandsche Lloyd., Dossier 2.18.20/Inventaire 113.120, Bouwtekeningen Lloyd Hotel, Amsterdam, 1920.

12 Archives du musée maritime de Rotterdam, brochure publicitaire de la Koninklijke Hollandsche Lloyd en allemand, 1925.

13 Marthe Barbance, Histoire de la Compagnie générale transatlantique : un siècle d’exploitation maritime, Paris, Arts et métiers graphiques, 1955, p. 159.

14 Mark Wischnitzer, « To dwell in safety: the story of the Jewish migration since 1800 », Jewish Social Studies, vol. 12, n° 3, Bloomington, Indiana University Press, 1950, p. 281.

15 Archives de la police municipale de la Ville d’Amsterdam, Le Port d’Amsterdam, Inventaire 1048, n° 5225, Film 35 mm sur « Le port d’Amsterdam », Congrès d’hygiène de Vienne, n° 5225, 1925.

16 Paul Moulin, L’Émigration par Cherbourg, Cherbourg, Chambre de Commerce, 1926, p. 14.

17 Paul Planat, « L’hôtel Atlantique : un hôtel pour émigrants à Cherbourg », La Construction moderne, n° 17, Paris, Aulanier, 23 janvier 1927, p. 190.

18 La durée de la quarantaine est imposée par les autorités américaines à partir des lois sur l’immigration de 1907 qui durcissent les conditions d’admission aux États-Unis des passagers de 3e classe.

19 Le grès cérame est une céramique dure et compacte, colorée dans la masse et non poreuse.

20 Il s’agit d’agrégat de sable et de petits cailloux réunis par un liant hydraulique, le ciment.

21 Chaque dortoir peut accueillir 120 personnes environ.

22 Archives du musée maritime de Rotterdam. Brochure publicitaire de la Koninklijke Hollandsche Lloyd en allemand, 1925.

23 Cette cérémonie était organisée pour 200 émigrants de confession juive : « Cérémonie du Grand Pardon à l’hôtel Atlantique », Cherbourg Éclair, 21 septembre 1923.

24 Guide des émigrants, livret en version allemande « Emigranten wanderbuch », Comité d’aide et de secours aux émigrants, Cherbourg, Imprimerie ouvrière, 1924, p. 7.

25 Archives Gaumont-Pathé, Film de la Société Gaumont, Les émigrants, Document de la Société anonyme de l’Hôtel Atlantique 1926-1930.

26 Jules Duval, Les États comparés de l’Europe, Histoire de l’émigration européenne, asiatique et africaine au xixe siècle, ses causes, ses caractères, ses effets [Texte imprimé], Paris, Guillaumin et Cie, 1862, p. 112.

27 Enquête parlementaire sur la marine marchande, Le Havre, [s.e], 1870.

28 Idem, p. 5.

29 Salomon Huebner, Proceedings of the committee on the merchant marine and fisheries in the investigation of shipping combinations, Washington, Government Printing Office, 1914, p. 22.

30 Le dernier bâtiment date de 1924. Il a été construit à Boulogne-sur-Mer par la compagnie néerlandaise la Holland Amerika Lijn.

31 Paul Moulin, L’Émigration par Cherbourg, Cherbourg, Chambre de commerce, 1926, p. 22.

32 Mark Wyman, Round-Trip to America: The Immigrants Return to Europe, 1880-1930, Ithaca, Cornell University Press, 1993, 267 p.

Haut de page

Table des illustrations

Titre L’Emigrant Hotell de Hangö en 1907
Crédits © Photographie de l’Emigrant Hotell de Hangö. http://www.migrationinstitute.fi
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/419/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 412k
Titre Le Lloyd Hotel de la Koninklijke Hollandsche Lloyd en construction en 1920.
Crédits © Archives du Musée Maritime d’Amsterdam, Inventaire 1989.0855/S.816, coll. Koninklijke Nedlloyd Groep, 1920.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/419/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 972k
Titre Salles des douches collectives pour les hommes et cabines individuelles pour les femmes à l’Hôtel Atlantique de Cherbourg.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/419/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 276k
Crédits © Paul Planat, « L’Hôtel Atlantique : un hôtel pour émigrants à Cherbourg », La construction moderne, n°17, Paris, Aulanier, 23 janvier 1927, p. 192
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/419/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 236k
Titre Salle du service bancaire du siège administratif du Lloyd Hotel en 1922.
Crédits © Archives Nationales de la Haye, Archives de la Koninklijke Hollandsche Lloyd, Dossier 2-20-45 / Financiële jaarverslagen en balansstaten, goedgekeurd door de Raad van commissarissen.1908-1936.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/419/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 364k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Anne Bosser, « Bâtiments de transit pour les émigrants : analyse socio-architecturale », Diasporas, 26 | 2015, 173-186.

Référence électronique

Anne Bosser, « Bâtiments de transit pour les émigrants : analyse socio-architecturale », Diasporas [En ligne], 26 | 2015, mis en ligne le 15 avril 2016, consulté le 26 avril 2017. URL : http://diasporas.revues.org/419 ; DOI : 10.4000/diasporas.419

Haut de page

Auteur

Anne Bosser

Anne Bosser est docteur en histoire moderne et contemporaine, architecte d’intérieur et enseignante. Diplômée de l’école Camondo, elle a travaillé comme architecte à Paris, Amsterdam et Montréal. Depuis 2002, elle enseigne également l’architecture intérieure dans plusieurs écoles parisiennes. En 2007, elle a entrepris un parcours universitaire qui l’a conduite à l’obtention d’un doctorat en histoire moderne et contemporaine en 2013, sous la direction de John Barzman, à l’université du Havre. Elle a participé en 2014 à l’ANR Terriat, autour des territoires de l’attente.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org