Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers en France au cours du premier xixe siècle

Paris, Armand Colin, 2014, 317 p.
Laure Teulières
p. 191-192
Référence(s) :

Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers en France au cours du premier xixe siècle, Paris, Armand Colin, 2014, 317 p.

Texte intégral

1Dans l’Europe du premier xixe siècle, où les revendications libérales et le mouvement des nationalités s’affrontent à l’ordre conservateur du congrès de Vienne, l’exil politique devient une réalité marquante et la France un des principaux pays d’asile. Alors qu’une historiographie éparse a plutôt considéré isolément telle ou telle population, le premier mérite de l’étude de Delphine Diaz est de tenter un panorama global du phénomène. Multiples et variés sont pourtant ces flux d’exilés, quant à leur provenance et aux engagements qui ont motivé leur situation : Afrancesados ou « Joséphins » de la transition post-napoléonienne, libéraux de toute la péninsule Ibérique, patriotes italiens, allemands voire grecs durant leur combat pour l’indépendance, Polonais de la « Grande émigration » après 1831, mais aussi légitimistes espagnols de la première guerre carliste (1833-1940), suivis en fin de période par tous ceux fuyant les répressions du Printemps des peuples. L’historienne explicite combien leur quantification numérique s’avère difficile, entre chiffres officiels réducteurs et évaluations douteuses, mais parvient néanmoins à des estimations relativement précises en croisant finement les sources mobilisables.

2Un des principaux objectifs est de comprendre la politique d’accueil conduite par les autorités françaises ; dans ses tendances d’ensemble, comme dans les inflexions opérées par les régimes antagonistes qui se succèdent entre 1814 et 1851. « De la vision misérabiliste de « l’exilé » à une conception administrative du « réfugié » », l’auteur rejoint les problématiques suivies depuis Gérard Noiriel, quand à la construction de l’étranger par les politiques publiques, et la fabrique (l’ébauche) d’une catégorie socio-juridique particulière. La saisie de cette évolution passe en ouverture par l’analyse terminologique, à travers les dictionnaires dont les définitions successives attestent de l’inflexion des représentations sur la période. Cela passe surtout par l’étude des politiques conduites, leur élaboration progressive, tâtonnante, marquée par la première loi relative aux « étrangers réfugiés » d’avril 1832.

3L’asile français comprend alors conjointement un souci de secours et une volonté de contrôle d’une population « flottante » et à ce titre redoutée. Le traitement opéré par les autorités impose donc un régime particulier de contraintes à ces étrangers-là. L’attribution de subsides aux plus démunis va de pair avec leur assignation à résidence dans des « dépôts » ‒ sous la houlette des ministères de la Guerre et de l’Intérieur ‒ permettant initialement de les héberger et toujours de les surveiller. L’expulsion, surtout, s’impose peu à peu comme moyen de régulation et outil de pression sur les exilés. De la Restauration à la fin de la Seconde République, l’évolution décrite est loin d’être linéaire. Si la Monarchie de Juillet apparaît bien comme un temps fort, ce n’est pas le moment inédit qu’on a parfois évoqué. Quant au gouvernement républicain, comme en d’autres domaines, l’idéalisme premier laisse vite place à une orientation beaucoup plus restrictive.

4Outre les représentations et la construction du réfugié par la société d’accueil, Delphine Diaz livre surtout une histoire sociale et politique du milieu des exilés. De ce point de vue, Un asile pour tous les peuples apparaît comme le pendant du Siècle des proscrits de Sylvie Aprile. Le partage d’une condition d’exil pour motif politique suffit-il à faire sort commun ? L’analyse montre au contraire les profondes différences, voire les clivages qui traversent la population présente en France : selon la nationalité, bien sûr, mais aussi l’orientation idéologique, l’obédience confessionnelle, les caractéristiques sociologiques ou générationnelles, les modalités d’insertion et de mobilité… Si la plupart des exilés s’inscrivent dans le cadre urbain, développant des stratégie d’adaptation et/ou de reconversion professionnelle ‒ en investissant surtout les spécialités des « arts et métiers » ‒, les années 1846-1848 semblent marquer une première montée de xénophobie contre les étrangers au travail, bien avant donc la crise identifiée des débuts de la Troisième République.

5L’ouvrage révèle tout son attrait dans l’analyse des mobilisations politiques en exil, charpentée par l’approche typologique proposée par Stéphane Dufoix. La documentation mobilisée permet de restituer une histoire incarnée par des figures individuelles et des parcours collectifs, dont l’exposé passe par le récit de ces bribes de vie surgies des archives. S’y révèlent l’insertion des exilés dans les espaces de sociabilité de l’époque (salons parisiens, mais aussi cafés ou cabinets de lecture, jusque dans des localités de second rang), ainsi que leur acculturation « aux répertoires d’action de la gauche française », trouvant à exprimer leurs causes en profitant de l’audience offerte par les salles de spectacles, les cortèges funéraires ou les banquets, ces derniers surtout permettant alors de contourner les restrictions à l’expression publique des opinions. Réciproquement, l’étude englobe les mobilisations qui ont animé la société française elle-même, à travers notamment les comités de défense philhellène, polonophile et autres, dont certains passent du soutien aux insurgés (là-bas) à l’aide aux exilés (ici). Dans ce cadre, l’auteur restitue bien cette histoire à l’échelle de la France entière, faisant largement référence à la situation en province, dans des villes moyennes ‒ les mesures d’assignation à résidence et la localisation des dépôts ayant en effet dispersé les réfugiés et diffusé leur présence sur le territoire. C’est alors l’histoire des influences et des transferts idéologiques, politiques et plus largement culturels, parfois inattendus, qui ont pu s’effectuer ainsi, au travers des interactions et dynamiques croisées entre Français et étrangers.

6Les études de cas plus approfondies de quelques associations (Jeune Italie, Société démocratique polonaise, Ligue des justes allemande) rappellent que l’exil a contribué à l’émergence d’embryons de représentations nationales, anticipant la réussite du projet unitaire au pays d’origine. En suivant la perspective des acteurs eux-mêmes, en termes d’engagements, de stratégies et de déplacements induits, la France est saisie sous cet angle en tant qu’étape dans les circulations militantes de ces milieux ‒ en Europe (englobant surtout les trois autres pôles asilaires, Angleterre, Suisse et Belgique), mais aussi en Afrique du Nord, voire pour une minorité outre-Atlantique. Les pérégrinations complexes des individus dessinent alors un nomadisme singulier ‒ cette « carrière cosmopolite » évoquée d’une formule soupçonneuse par un préfet de police de l’époque ‒ et c’est toute la dimension transnationale du phénomène qu’appréhende Un asile pour tous les peuples.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Teulières, « Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers en France au cours du premier xixe siècle », Diasporas, 25 | 2015, 191-192.

Référence électronique

Laure Teulières, « Delphine Diaz, Un asile pour tous les peuples ? Exilés et réfugiés étrangers en France au cours du premier xixe siècle », Diasporas [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://diasporas.revues.org/393

Haut de page

Auteur

Laure Teulières

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org