Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Iaroslav Lebedensky, Ukraine, une histoire en questions

Paris, L’Harmattan, Présence ukrainienne, 2008, 272 p.
Laurent Mercier
p. 188-190
Référence(s) :

Iaroslav Lebedensky, Ukraine, une histoire en questions, Paris, L’Harmattan, Présence ukrainienne, 2008, 272 p.

Texte intégral

1« Y a-t-il une vraie identité ukrainienne ? » C’est la grande question de cet ouvrage qui utilise la forme interrogative pour dessiner une histoire – identificatrice ? – de l’Ukraine. Cette question appelle, certes, une réponse positive de l’auteur, d’origine ukrainienne, spécialiste « des cultures guerrières des peuples de la steppe et du Caucase », qui enseigne à l’INALCO depuis 1997. Mais cette « histoire en questions » laisse, par sa forme même, toute leur place aux polémiques sur « l’existence d’un peuple ukrainien, sa vocation et sa capacité à mener une vie indépendante, le caractère distinct de la langue et de la culture » (p. 6). S’il affirme, le livre n’assène pas : destiné à des « non spécialistes », il défend « le point de vue ukrainien sur l’Ukraine », partant du fait que ce pays a toujours été abordé selon le « prisme russe, puis soviétique, éventuellement polonais ou autrichien » (« Avant-propos », p. 5). Le découpage est simple : « questions et réponses ont été regroupées au sein de chapitres [9 et un épilogue] essentiellement chronologiques, pour permettre un repérage rapide » avec, en tête, une chronologie détaillée. Cependant l’ouvrage, s’il offre une série de cartes, ne comprend pas de bibliographie, les sources utilisées étant en ukrainien.

2« Inévitablement les périodes récentes sont traitées de façon plus détaillée que les périodes anciennes » (p. 5) : il nous livre pourtant de copieux développements sur les époques antique et médiévale, les « cultures » qui ont peuplé les lieux, les approches périphériques : des Grecs sur les Cimmériens et les Scythes, des Romains et Byzantins sur les Sarmates ; longtemps uniques sources sur des espaces sans expression autochtone « recevable », pays sans cesse traversés et recouverts, strates superposées et entrelacées de peuplements indo-européens, asiatiques, iranophones, turcophones. Les Sarmates ont servi de « mythe des origines » aux élites ukrainiennes et polonaises du xve au xviiie siècle (p. 35), Goths et Varègues ont inspiré les auteurs pangermanistes, « Kulturträger » civilisateurs vus par eux comme supérieurs aux peuples proto-slaves du Haut Moyen âge (p. 37) !

3La période de la « Ruthénie kiévienne », autour de l’an mil, est considérée comme fondatrice de l’Ukraine slave et orthodoxe. Elle soulève des polémiques très actuelles : est-elle à l’origine de la culture russe (du nom « Rus » ou « Rous » – « Ruthène » – et qui aurait, migrant vers la Moscovie, donné « Rossyia ») ? Elle est le creuset des langues slaves orientales (ukrainienne, russe et biélorusse). « Les parlers et la langue littéraire de l’époque kiévienne n’étaient pas plus du vieux « russe » que du vieil « ukrainien » » (p. 51), mais une langue qui aurait suivi des chemins divergents. À partir du xiiie siècle l’Ukraine subit la domination de son voisin polono-lituanien. Sous les coups des Mongols, l’Est du pays s’efface et l’Ukraine occidentale s’arrime à l’Europe Centrale. L’Église catholique « uniate » est issue de cette translation. Au Sud, une population slave orthodoxe influencée par l’Orient émerge au xvie siècle : l’Ukraine orientale et méridionale vit désormais à l’heure cosaque. On parle de « cosaquisme », « cosaqueries » pour désigner l’idéologie, voire le folklore qui ont façonné l’imaginaire ukrainien (cf. les œuvres de Gogol ou Chevtchenko). L’Ukraine oscille entre l’Ouest « polono-lituanien » et l’Est « moscovite ». Supportant mal la tutelle polonaise, les Cosaques se révoltent fréquemment. L’apogée de ces troubles est l’équipée sanglante de Bohdan Khmelnytsky (1648), considérée par les Polonais et les Juifs comme une « agression sauvage », par les Ukrainiens comme une « révolte nationale ». « L’importance historique cruciale du soulèvement de 1648 tient à son ampleur et à sa dimension nationale (au sens de l’époque) et internationale, et surtout à ses conséquences » (p. 108) : l’inféodation des Cosaques à la Moscovie par le traité de Péréïaslav, en 1654 entraîne la russification de l’Est du pays. À partir de 1660, c’est la période « de la Ruine » (p. 117).

4La « Petite Russie » n’est plus qu’une province de l’Empire que les Tsars « éclairés » du xviiie siècle n’ont de cesse de russifier. Au xixe siècle les aspirations nationales sont réprimées : censure et prison guettent les écrivains non russophiles. Ainsi Gogol réserve-t-il les expressions ukrainiennes à la « couleur locale », alors que Taras Chevthcenko, l’auteur ukrainien le plus populaire, est arrêté en 1841. Selon la Circulaire Valouïev de 1863 : « Il n’y a pas eu, il n’y a pas et il ne peut y avoir de langue ukrainienne » (p. 148). À l’Ouest, les partages de la Pologne marginalisent la Galicie-Volhynie et la Transcarpathie qui échoient aux Habsbourg. Mais « Le régime autrichien demeure incomparablement plus libéral » (p. 156).

5La complexe période révolutionnaire, de 1917 à 1922, est traitée avec suffisamment de clarté pour qu’on en perçoive les enjeux : entre les Centraux et la Russie, puis la Pologne, les Blancs et les Rouges, l’Ukraine est à la fois un acteur cherchant l’indépendance, et champ clos des autres protagonistes. En 1917-1918 les Centraux étouffent la première « Rada » (Conseil national), trop à gauche. L’auteur ne cache pas ses préférences pour leur homme lige : Pavlo Skoropadsky, « Hetman de toute l’Ukraine d’avril à novembre 1918 », taxé de « réactionnaire », il laisse néanmoins « une œuvre considérable » (p. 171). Il relativise l’antisémitisme de Petlioura, laisse la responsabilité des pogroms à ses troupes, quant à l’anarchiste Makhno, il considère sa tentative comme une « équipée stérile ».

6« […] submergée » à l’Ouest par les Polonais, avec à l’Est, une population « mal préparée » sans « grand dirigeant » (p. 180) ni allié, l’Ukraine est à nouveau divisée. Les Bolcheviks s’emparent de l’Est, laissant le reste du pays aux dominations polonaise, roumaine et tchécoslovaque. C’est dans cette Ruthénie subcarpathique « sous mandat » de Prague que s’est manifestée le plus librement une vie culturelle autonome. À l’Est, la RSS d’Ukraine, membre fondateur de l’URSS, subit sous Staline la grande famine de 1932. « Il est évident que le gouvernement communiste n’a pas tenté d’exterminer tout le peuple ukrainien […] c’est la paysannerie indépendante, réfractaire à la collectivisation […] qui était visée » (p. 190). De 1941 à 1944, l’Ukraine est entièrement sous domination allemande, hongroise et roumaine. Erich Koch, « brute fanatique », veut transformer le peuple en un « prolétariat ignorant au service des Allemands » (p. 198). Ni les responsabilités ni l’antisémitisme des nationalistes ne sont éludés, mais l’auteur minimise l’impact des véritables « pronazis » (p. 201, à propos de la division SS Galizien) : « Les Ukrainiens qui s’engagèrent aux côtés des Allemands le firent pour des raisons très diverses […] de la contrainte à l’idéologie en passant par l’intérêt matériel. Et quand il s’agissait d’idéologie ce n’était pas celle du national-socialisme ». Ce n’est pas la partie la plus convaincante de l’ouvrage.

7Après 1944, l’Ukraine « réunifiée » subit très durement la répression stalinienne (nouvelle famine en 1946, déportations, traque des nationalistes). La brève libéralisation de Khrouchtchev cache mal une russification accentuée sous Brejnev et le Premier Secrétaire Petro Chelest (1963-1972) : entre folklorisme « national » et soviétisation « universaliste », ce sont les intellectuels qui en pâtissent (le cinéaste Parajdanov, non cité, Léonid Plioutchtch et d’autres dissidents ont souffert de l’accusation de « nationalisme »). À partir de 1986 ‒ Tchernobyl, « drame national » (p. 209) ‒ l’aspiration à l’indépendance est massive. L’épilogue sur la période post soviétique ne masque pas les difficultés : « système démocratique sans racines historiques profondes » (p. 215), « difficultés de la désoviétisation psychologique complète » (p. 216) comme le montrent les enjeux de la Révolution orange, parcourant toute une société par-delà la simpliste opposition Est-Ouest. Il conclut sur l’« identité lentement mûrie » (p. 221) de cette nation. Cette identité nous paraît faite aussi de tiraillements et d’incertitudes. Le mérite de cet ouvrage est de révéler les méandres d’une histoire compliquée par l’absence de cadre étatique, l’influence puissante de cultures très éloignées, la mobilité des frontières (sens du mot « ukraine »). On peut regretter sinon un parti-pris russophobe, du moins la volonté de se démarquer d’une histoire « russe », les autres points de vue étant davantage ménagés. C’est une entrée en matière qui ouvre de vastes horizons, à compléter par d’autres lectures. L’actualité risque de nous en fournir.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Mercier, « Iaroslav Lebedensky, Ukraine, une histoire en questions », Diasporas, 25 | 2015, 188-190.

Référence électronique

Laurent Mercier, « Iaroslav Lebedensky, Ukraine, une histoire en questions », Diasporas [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/390

Haut de page

Auteur

Laurent Mercier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org