Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Jane Ziegelman, 97 Orchard: An Edible History of Five Immigrant Families in One New York Tenement

New York, Harper Collins, 2010
Adeline Broussan
p. 185-188
Référence(s) :

Jane Ziegelman, 97 Orchard: An Edible History of Five Immigrant Families in One New York Tenement, New York, Harper Collins, 2010

Texte intégral

1Au sud de New York, le 97 Orchard street abrite le siège du Tenement Museum. Fondé en 1988, ce musée de l’immigration célèbre l’héritage des centaines de milliers de migrants qui ont élu domicile à New York, en particulier ceux qui vécurent dans cet immeuble délabré, construit en briques rouges dans le quartier du Lower East Side. L’espace bâti que l’on appelle « tenement » en anglais tient une place centrale dans l’histoire de l’immigration new-yorkaise, et dans ses représentations. Il symbolise la pauvreté et la promiscuité où vivaient les nouveaux arrivants, qui observaient de loin l’American Dream. Pour raconter leur histoire, Jane Ziegelman, qui dirige le programme culinaire du musée, a choisi de travailler sur leurs pratiques alimentaires, à partir d’importants fonds d’archives et de son expérience personnelle. Un travail de recherche publié en 2010, et dont le titre pourrait se traduire en français par 97 Orchard : L’histoire comestible de cinq familles d’immigrants dans un immeuble new-yorkais.

  • 1 Jane Ziegelman, 97 Orchard: An Edible History of Five Immigrant Families in One New York Tenement, (...)
  • 2 Ibid., p 131.

2L’auteure concentre sa recherche sur cinq familles, qui ont toutes habité le même immeuble entre 1863 et 1935 : deux en provenance d’Allemagne, les protestants Glockner et les ashkénazes Grumpetz ; les Moore d’Irlande, les Rogharshevsky de Russie et enfin, les Baldizzi venus d’Italie. Dans 97 Orchard, chaque chapitre – un par famille – obéit au même découpage. L’auteure commence par raconter l’histoire personnelle de la famille, puis elle change d’échelle d’analyse pour proposer une vision transnationale de la migration, en revenant sur le contexte historique, social et culturel du pays d’origine. Un passage ravira particulièrement les lecteurs français, qui décrit « les instructions pour l’engraissement des oies »1 et l’usage du foie gras dans les communautés juives d’Europe de l’Est. Dans la construction du récit, vient ensuite le temps du voyage et de ses difficultés, puis l’arrivée et la découverte souvent brutale du territoire américain, plus particulièrement d’Ellis Island surnommée « l’île des pleurs »2. Dans un troisième temps, chaque chapitre décrit avec minutie l’assimilation culturelle et professionnelle des migrants, en mettant l’accent sur les spécificités de chacun des groupes ethniques, avant une conclusion qui revient sur l’histoire de la famille. Dans chaque chapitre, le lecteur navigue ainsi avec fluidité entre micro et macro-histoire. L’addition d’un chapitre de conclusion aurait permis de croiser les expériences de ces cinq familles qui ont partagé le même immeuble et d’insister sur le lien social intercommunautaire à travers l’alimentation.

  • 3 Ibid., p. XI.

3Dans cette histoire « comestible », en croisant histoire familiale et histoire collective, Jane Ziegelman met l’accent sur l’importance de la nourriture dans l’expérience migratoire. Le sujet pourra paraître frivole de prime abord, mais il permet d’aborder et d’expliquer la diversité culturelle américaine sous un angle encore mal connu : selon quel processus historique, s’est construit, aux États-Unis, un pluralisme culturel, et singulièrement alimentaire, partagé de tous les Étatsuniens ? De nombreux aliments apportés par les migrants sont maintenant identifiés comme typiquement américains aux États-Unis, notamment le bagel, la pizza, le hot-dog ou la bière. Or, comme le prouve cet ouvrage, ils font partie du patrimoine culinaire préservé ou adapté par les différentes vagues de migrants. L’auteure cherche alors à « réécrire l’histoire des immigrants à travers la perspective élémentaire ce qu’ils mangeaient »3. Pour autant, Jane Ziegelman ne relie pas explicitement ces histoires culinaires aux pratiques actuelles, permettant ainsi au lecteur de créer ses propres connections.

  • 4 Donna Gabaccia, We Are what We Eat : Ethnic Food and the Making of Americans, Cambridge, Harvard Un (...)
  • 5 Hasia Diner, Hungering for America : Italian, Irish, and Jewish Foodways in the Age of Migration, C (...)
  • 6 Marie-Claude Blanc-Chaléard, Pascal Ory, Dictionnaire des Français qui ont fait la France, Paris, B (...)

4L’historiographie des migrations s’est récemment penchée sur l’étude des pratiques culturelles, dans la mouvance de l’histoire de la culture immatérielle. La recherche anglo-saxonne offre les ouvrages pionniers de Donna Gabaccia, We are what we eat4 et de Hasia Diner, Hungering for America5. Néanmoins, la recherche française n’est pas en reste comme l’atteste le Dictionnaire des Français qui ont fait la France6 qui dédie plusieurs rubriques aux pratiques alimentaires. Cependant, sociologues et ethnologues français introduisent plus facilement que les historiens ces thématiques dans l’étude du fait migratoire. Or, si l’on se place du côté du genre, cette approche ouvre des perspectives fécondes et permet notamment d’inclure plus facilement les femmes dans le récit historique, en mobilisant d’autres types d’archives.

5Les sources constituent de fait la première difficulté pour écrire cette histoire, à travers le prisme de la nourriture. Pour lever cet obstacle, Jane Ziegelman a utilisé les archives publiques classiques de ce champ de recherche : recensements, registres migratoires, notamment ceux d’Ellis Island qui recensent les noms et la provenance des immigrants, registres d’état civil, rapports d’inspection sanitaire. L’auteure a également mobilisé des archives privées extrêmement riches : correspondance, budgets domestiques, menus de restaurant et de cantines scolaires, livres de recettes, archives d’association culturelles ou religieuses et de centres sociaux. La presse constitue également une source de choix. Très vite, en effet, les journalistes new-yorkais ont montré de l’intérêt, qui ira croissant, pour l’exotisme des quartiers d’immigrants, souvent pour en raconter l’insalubrité et l’incivilité qui, selon eux, y régnaient. Les articles de journaux offrent donc un instantané d’Orchard Street, qui reflète assez bien les inquiétudes de l’Amérique bien-pensante de l’époque vis-à-vis des différentes vagues migratoires.

  • 7 Jane Ziegelman, 97 Orchard…, op. cit., p. XII.
  • 8 Ibid., p. XXII.
  • 9 Ibid., p. 163.
  • 10 Ibid., p. 130.

6Dans 97 Orchard, l’auteure met également en lumière le rôle des migrants dans la construction d’une identité américaine plurielle et métissée. Elle considère la nourriture comme un indicateur de progrès social et d’assimilation. Ainsi, l’évolution de la consommation de viande et de produits d’import imite celle du pouvoir d’achat des migrants. Elle mentionne aussi les « loyautés envers les traditions culinaires »7, qui apparaissent en constante tension avec les nouvelles habitudes alimentaires américaines. L’accès aux denrées du pays d’origine se révèle une préoccupation majeure, notamment pour les familles Grumpertz et Rogarshevsky en quête de nourriture casher. Dans le contexte migratoire, certains aliments de base deviennent des « fiertés ethniques ou nationales »8 pour les personnes déracinées : pâtes italiennes, whiskey irlandais ou Sauerkraut allemande. Mais l’auteure démontre aussi, inversement, que l’alimentation figure au centre du processus d’assimilation. Elle met notamment en lumière les efforts faits par les gouvernements pour américaniser ces populations, justement par le biais de l’assimilation alimentaire : cours de cuisine, « cours d’économie domestique »9 ou encore repas de Thanksgiving au sein même d’Ellis Island en plus des repas gratuits offerts quotidiennement10, pour les nouveaux arrivants ou ceux qui sont en attente de régularisation. À mi-chemin entre rétention de l’identité ethnique et acculturation, les pratiques alimentaires apparaissent donc comme un élément important – mais encore en devenir – d’une histoire des migrations en lien avec les transferts culturels.

  • 11 Ibid., p. 55.
  • 12 Ibid., p. 222.
  • 13 Ibid., p. 82.

7Mais ces pratiques, souligne J. Ziegelman, ne sont pas seulement affaire de culture. Elles s’ancrent également dans une histoire économique et sociale. Les immigrants, écrit-elle, « ont joué un rôle essentiel pour nourrir l’Amérique11 ». Elle montre notamment leur importance dans le développement économique de l’East Side, et son ouverture à une clientèle plus large. Les marchands ambulants (peddlers), les restaurateurs, les traiteurs, les « petites mains » qui préparaient les sucreries italiennes à domicile : toutes et tous ont participé à l’essor de l’économie culinaire, au-delà des consommations liées aux traditions communautaires. À New York, les aliments en provenance d’Europe et d’ailleurs ont, en effet, rapidement conquis les palais américains au point d’attirer les bourgeois dans le Lower East Side, décrit comme une « ruche active »12, bravant poules et cochons en liberté pour mettre une touche d’exotisme dans leurs assiettes. Les marchés et les cantines ouvrières étaient aussi de hauts lieux de socialisation intra et interethniques. Avant l’arrivée des premières glacières, les mères de famille s’approvisionnaient régulièrement auprès des vendeurs ambulants. Les ouvriers célibataires fréquentaient assidûment les cantines bon marché, peu regardants sur la composante ethnique des établissements. Au cœur de ce microcosme international en constante ébullition, la cuisine était reine : vantée, prisée mais surtout partagée. Jane Ziegelman compare ainsi l’alimentation à un « langage […] jamais figé mais en perpétuel progrès »13.

  • 14 Ibid., p. 9.

897 Orchard apparaît comme un livre hybride. Il est d’abord un ouvrage d’histoire de l’immigration érudit qui s’appuie sur un appareil de notes rigoureux. Mais l’expérience professionnelle de l’auteure au Tenement Museum lui permet aussi de faire vivre les membres des cinq familles, de leur donner chair, laissant aller son imagination afin d’humaniser son sujet de recherche en décrivant, par exemple, monsieur Glockner « penché sur son livre de comptes, triturant le bout de sa moustache fournie, perdu dans les colonnes de chiffres »14. Enfin, l’ouvrage sait aussi se faire plus ludique, à travers des recettes alimentaires inédites, livrées au fil des chapitres, comme celles du Challah, des cranberry Strudels ou encore des spaghetti con aglio e olio. Cette diversité d’approche pourrait déstabiliser les lecteurs en quête d’une histoire traditionnelle. Pour autant, cet ouvrage révèle la richesse des archives disponibles sur les pratiques alimentaires, et enrichit l’histoire de l’immigration new-yorkaise et américaine. En intégrant la cuisine comme un objet culturel, social et économique universel, Jane Ziegelman réussit ainsi un défi, que l’on aimerait également voir plus souvent relevé dans l’historiographie française des migrations.

Haut de page

Notes

1 Jane Ziegelman, 97 Orchard: An Edible History of Five Immigrant Families in One New York Tenement, New York, Harper Collins, 2010, p. 12.

2 Ibid., p 131.

3 Ibid., p. XI.

4 Donna Gabaccia, We Are what We Eat : Ethnic Food and the Making of Americans, Cambridge, Harvard University Press, 1998.

5 Hasia Diner, Hungering for America : Italian, Irish, and Jewish Foodways in the Age of Migration, Cambridge, Harvard University Press, 2003.

6 Marie-Claude Blanc-Chaléard, Pascal Ory, Dictionnaire des Français qui ont fait la France, Paris, Bouquins, 2013.

7 Jane Ziegelman, 97 Orchard…, op. cit., p. XII.

8 Ibid., p. XXII.

9 Ibid., p. 163.

10 Ibid., p. 130.

11 Ibid., p. 55.

12 Ibid., p. 222.

13 Ibid., p. 82.

14 Ibid., p. 9.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Adeline Broussan, « Jane Ziegelman, 97 Orchard: An Edible History of Five Immigrant Families in One New York Tenement », Diasporas, 25 | 2015, 185-188.

Référence électronique

Adeline Broussan, « Jane Ziegelman, 97 Orchard: An Edible History of Five Immigrant Families in One New York Tenement », Diasporas [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://diasporas.revues.org/387

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org