Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

École et minorités dans les pays allemands (xviiie-xxie siècle)

Viviane Rosen-Prest
p. 179-181

Texte intégral

  • 1 Culture allemande dans l’espace européen / Institut des mondes anglophones, germaniques et romans.

1Le 3 juin 2014 s’est tenue à l’université de Paris-Est Créteil (UPEC), à l’initiative de Dirk Weissmann et Viviane Rosen-Prest (CAECE / IMAGER1) une journée internationale intitulée « École et minorités dans les pays allemands (xviiie-xxie siècle) ». L’objet en était l’étude de la place accordée aux minorités culturelles, ethniques ou religieuses dans l’espace scolaire des pays allemands dans le temps long. Elle se situait par sa thématique dans le prolongement du colloque international Héritage, enseignement, transmission tenu à l’UPEC en juin 2013.

2Bi ou multiculturalisme, affirmation ou gommage des différences, parcours d’intégration et de réussite sociale ou au contraire repli identitaire, toutes ces questions passent nécessairement par l’école. La journée d’étude n’entendait certes pas épuiser une problématique extrêmement complexe, car située au carrefour entre l’institutionnel, le culturel, les traditions historiques, le politique, le religieux et le social ; mais elle se proposait de mieux faire connaître les enjeux tels qu’ils se présentent en Allemagne, où les prémisses du débat sont fort différentes de celles prévalant en France. Aussi la journée était-elle conçue en deux volets destinés à s’éclairer mutuellement : le premier constituait une mise en perspective historique de la place et du rôle des minorités culturelles dans les systèmes d’enseignement, le second se focalisant sur les discussions et les politiques postérieures à 1960 dans les deux États allemands, puis après la réunification.

3La question de la place à accorder aux minorités culturelles, ethniques ou religieuses dans l’espace scolaire se pose dès la période de la première modernité. Alors que l’enseignement dépendait encore largement des Églises, quelles étaient les attentes de minorités diasporiques, ethniques ou religieuses par rapport aux écoles ? À titre d’exemple, pour les huguenots de Prusse, pour la communauté juive de Berlin en voie d’émancipation, l’école devait-elle permettre une meilleure intégration dans la société d’accueil, ou au contraire servir à la défense d’une identité à laquelle on n’entendait pas renoncer ? Quels enjeux de pouvoir, d’influences, se dissimulaient derrière les questions scolaires ? Susanne Lachenicht (université de Bayreuth), spécialiste des diasporas religieuses, a montré l’importance du système scolaire fondé par les huguenots réfugiés en Brandebourg-Prusse, leur objectif de sauvegarder la religion réformée et de maintenir le plus longtemps possible l’usage de la langue française jusqu’à l’inévitable, mais tardive assimilation ; Dominique Bourel (CNRS, Paris), auteur d’un ouvrage majeur sur Moses Mendelssohn, a dépeint la première école juive intégrant des matières profanes, fondée à Berlin en 1778 par des disciples du philosophe juif. Ce parcours historique s’est poursuivi avec le contexte original de l’éphémère royaume de Westphalie (1807-1813), traité par Claudie Paye (Munich / Cologne), et l’étude du statut du français, langue de l’occupant napoléonien, dans les écoles, mais aussi dans la perception qu’en avaient les habitants, et en particulier les enfants : dans une approche minutieuse, elle a su traquer cette perception jusque dans le rôle symbolique des objets du quotidien. Dominique Huck (Strasbourg) a clarifié la question extrêmement complexe du statut tant de l’allemand que du dialecte dans les politiques scolaires menées en Alsace au cours de son histoire mouvementée, faisant ressortir les enjeux identitaires, idéologiques, politiques et nationaux liés aux choix successifs des autorités françaises et allemandes et leurs décalages avec le corps social. Dans une communication un peu plus théorique, Dirk Weissmann (CAECE, Paris-Créteil) a proposé, à partir d’un souvenir d’enfance du philosophe Th. W. Adorno, une réflexion sur le statut des mots étrangers dans la langue allemande au début du xxe siècle, qui débouche sur l’enjeu majeur des relations entre langue et nation ; on sent bien, là encore, l’importance pour l’Allemagne des choix faits à l’école pour la construction identitaire.

4Le second volet de la journée d’étude s’intéressait plus spécifiquement aux minorités dans l’Allemagne contemporaine. On se proposait de mieux faire connaître les enjeux dans ce pays où les prémisses du débat sont fort différentes de celles prévalant en France, en particulier parce que la « laïcité à la française » n’y a pas cours, que l’enseignement religieux fait partie intégrante du cursus scolaire et que les notions d’intégration et d’assimilation y sont abordées de façon différente. Hélène Yèche a présenté la question fort peu traitée de la minorité sorabe, qui, en Lusace, aux confins de la Pologne et de la République tchèque, a su se battre pour préserver sa culture et sa langue à travers le temps, en particulier grâce à l’enseignement, tout en étant apparemment parfaitement intégrée dans la culture allemande. Ce fut l’occasion d’une réflexion sur les relations entre intégration et assimilation, sur l’instrumentalisation du « traitement modèle » de cette minorité par le gouvernement de RDA, et sur les effets pervers que peut avoir une politique apparemment favorable aux minorités culturelles sur la conservation de leur langue et de leur identité, ainsi que sur les immenses possibilités actuelles, liées à Internet, de renaissance et d’échanges avec d’autres minorités (Basques, Bretons…).

  • 2 Program for International Student Assessment / Programme international pour le suivi des acquis des (...)

5En République fédérale d’Allemagne, la question de l’intégration scolaire des minorités ethniques ou religieuses a été longtemps négligée, les Gastarbeiter (travailleurs immigrés) étant censés être là à titre provisoire, jusqu’à une prise de conscience relativement récente, déclenchée entre autres par les déclarations de la coalition SPD-Verts dès son arrivée au pouvoir en 1998 affirmant que la RFA était « un pays d’immigration », ainsi que par la publication du premier rapport PISA2 en 2000 qui révélait que le système scolaire allemand pénalisait particulièrement les jeunes issus de l’immigration. Brigitte Lestrade (Cergy-Pontoise) a fait le point sur les effets sur l’école de cette prise de conscience, et sur les parcours scolaires des enfants issus de l’immigration, tandis que Sylvie Toscer-Angot (CAECE / CNRS) s’est attachée à la question brûlante de la place de l’Islam dans l’enseignement religieux scolaire public, celui-ci étant une matière obligatoire inscrite dans la Loi fondamentale, mais l’introduction de cours de religion musulmane s’étant longtemps heurtée à des obstacles institutionnels (manque d’interlocuteur reconnu par l’ensemble des musulmans d’Allemagne) et culturels (difficulté à penser le pluralisme religieux hors christianisme) jusqu’à la décision prise en 2008 par la Conférence allemande sur l’Islam.

6Les temps de discussion à l’issue des différentes communications ont donné lieu à de riches échanges, faisant apparaître des problématiques anciennes fort proches de nos interrogations contemporaines et confirmant une fois de plus tout l’intérêt qu’il y a à replacer les débats actuels dans une perspective de longue durée.

Haut de page

Notes

1 Culture allemande dans l’espace européen / Institut des mondes anglophones, germaniques et romans.

2 Program for International Student Assessment / Programme international pour le suivi des acquis des élèves (programme triennal d’évaluation des élèves de l’OCDE).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Viviane Rosen-Prest, « École et minorités dans les pays allemands (xviiie-xxie siècle) », Diasporas, 25 | 2015, 179-181.

Référence électronique

Viviane Rosen-Prest, « École et minorités dans les pays allemands (xviiie-xxie siècle) », Diasporas [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/385 ; DOI : 10.4000/diasporas.385

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org