Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

Compte rendu du colloque Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au xixe siècle : une lecture genrée

Virginie Chaillou-Atrous et Delphine Diaz
p. 171-178

Texte intégral

  • 1 Le colloque, co-dirigé par Virginie Chaillou-Atrous (université de Nantes, CRHIA) et Delphine Diaz (...)
  • 2 Frederick Cooper et Ann Laura Stoler, Repenser le colonialisme, traduit par Christian Jeanmougin, P (...)
  • 3 Anne Hugon, « Introduction », in Anne Hugon (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale. Afr (...)

1Organisé à l’université de Nantes en décembre 2014, le colloque intitulé « Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au xixe siècle : une lecture genrée1 » cherchait à proposer un nouvel éclairage sur la notion de « circulation ». Il s’agissait de saisir des formes de déplacement plus ou moins pérennes, en allant du simple voyage d’agrément jusqu’au départ définitif pour les colonies, à une époque d’expansion mais aussi de construction des Empires européens. L’étude des circulations européennes, lues ou relues au prisme du « genre » – un concept que l’on peut définir de manière large comme la traduction sociale de la différence des sexes – se heurte néanmoins à plusieurs obstacles. S’oppose en effet à la volonté d’appréhender les circulations européennes dans et entre les Empires une conception traditionnelle de leur fonctionnement : ceux-ci ont pu être perçus comme des ensembles cloisonnés, constitués d’une métropole et de colonies, dans lesquels les déplacements se seraient seulement effectués depuis la première vers les secondes. Outre le fait qu’elle tend à n’envisager qu’une relation à sens unique, cette conception réductrice a longtemps empêché de penser la comparaison possible entre les différents Empires européens, mais aussi de réfléchir aux circulations entre ceux-ci. Le colloque en question visait ainsi à réintroduire au cœur des discussions une vision comparative et une perspective « trans-impériale ». Un second problème résidait aussi dans la nature des sources à partir desquelles a généralement été écrite l’histoire coloniale : pour reprendre les termes d’Ann Laura Stoler et de Frederick Cooper, toute archive coloniale est structurée par un « récit officiel2 » émanant des autorités, récit lui-même marqué par une « persistante cécité à l’égard des femmes3 » (Anne Hugon). Au-delà des biais que présentent les sources coloniales, et qui constituent souvent l’un des principaux matériaux utilisés pour faire l’histoire de ces circulations européennes, se pose aussi la question de la place des femmes dans ces archives, majoritairement produites et écrites par des hommes et pour des hommes. C’est ce qui explique qu’hormis les cas de grandes voyageuses ou pionnières européennes de la colonisation qui ont elles-mêmes laissé des écrits sur leurs expériences et leurs itinéraires, comme la Néerlandaise Alexine Tinné, la Britannique Mary Kingsley ou encore la Genevoise Isabelle Eberhardt, il ait souvent été difficile de connaître les Européennes moins célèbres qui ont participé aux circulations vers les colonies et dans les colonies au xixe siècle.

  • 4 Soulignons que l’historiographie anglo-saxonne a étudié les circulations impériales et trans-impéri (...)
  • 5 Collectif, La Femme dans les sociétés coloniales : table ronde, Groningen-Amsterdam, Aix-en-Provenc (...)
  • 6 Pascale Barthélémy, Luc Capdevila et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), « Colonisations », Clio. Hi (...)
  • 7 Colloque « Femmes et genre en contexte colonial », organisé par Pascale Barthélemy, Anne Hugon et C (...)

2Pourtant, une historiographie récemment renouvelée a tendu à écrire l’histoire des Empires européens au xixe siècle en prenant davantage en considération les mobilités d’hommes et de femmes qui les ont parcourus, et en exhumant des sources nouvelles qui permettent de les analyser. Sans viser à l’exhaustivité, et en se bornant aux travaux en langue française sur le sujet4, on citera le colloque intitulé « La femme dans les sociétés coloniales5 », publié en 1985 et porté par le groupe de recherche « Femmes et colonisation » lancé par Yvonne Knibiehler et Régine Goutalier, qui a joué en France un rôle précurseur du point de vue d’une histoire des femmes dans l’Empire, ou encore plusieurs numéros récents des revues française Clio et belge Sextant spécialisées dans l’histoire des femmes et du genre6. Peuvent être également soulignés les multiples apports du colloque international « Femmes et genre en contexte colonial, xixe-xxe siècles7 », organisé en 2012 à Paris par Pascale Barthélemy, Anne Hugon et Christelle Taraud, et durant lequel une demi-journée était consacrée à la question des circulations, essentiellement éclairée, toutefois, à partir d’études de cas portant sur le seul xxe siècle.

  • 8 Frederick Cooper et Ann Laura Stoler, Repenser le colonialisme…, op. cit., p. 95 : « Il se peut tou (...)

3Le colloque intitulé « Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au xixe siècle : une lecture genrée » cherchait ainsi à déplacer le regard en amont, sur le siècle précédent. Il s’agissait d’envisager les Empires européens dans toute leur diversité, en tentant de dépasser la vision statique qui avait pu être proposée pour les décrire8. La rencontre s’est structurée autour de cinq ensembles de communication, dont le premier, intitulé « L’émigration organisée, ou comment répondre à la pénurie de femmes dans l’espace colonial », a voulu traiter d’une telle question à partir de deux premiers exposés centrés sur l’Empire britannique. Françoise Le Jeune, d’une part, s’est intéressée à l’émigration des femmes vers le Canada entre 1840 et 1860 ; Marie Ruiz, d’autre part, a appréhendé ce même problème à partir d’un autre champ privilégié de l’expansion coloniale britannique, l’Australie et la Nouvelle-Zélande, étudiées pour les années 1860-1914. La première communication a montré que le problème de l’émancipation des femmes avait été très tôt associé à la question impériale en Grande-Bretagne. Dès les années 1840, des Britanniques ont pris la plume pour expliquer l’intérêt qu’il y avait pour les femmes de la classe moyenne instruite, de quitter la Grande-Bretagne pour le Canada, promu comme un espace de tous les possibles pour les distressed gentlewomen de la moyenne bourgeoisie. Aux yeux de celles qui refusaient de se marier, en particulier, la perspective d’un travail indépendant et d’un investissement de la vie publique au Canada s’avérait particulièrement séduisante. Chez les femmes mariées, également, comme Anna Brownell Jameson, le départ pour le Canada a été décrit comme une expérience fondatrice dans l’émancipation par rapport au mari : à son retour à Londres, cette dernière a ainsi participé à de nombreux cercles de discussion sur les droits des femmes. La communication de Marie Ruiz a permis de prolonger une telle étude sur les liens entre impérialisme, mobilité et proto-féminisme dans le monde britannique. Partant du constat que dressait le recensement britannique de 1851, qui faisait état d’un net déséquilibre démographique entre hommes et femmes dans les colonies, Marie Ruiz a analysé les efforts fournis par des organisations bourgeoises dirigées par des femmes, visant à encourager et sélectionner des volontaires féminines pour le départ vers l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Elle a étudié plus précisément de ce point de vue la Female Middle Class Emigration Society et la British Women’s Emigration Association à partir des années 1860 : ces deux organisations ont peu à peu imposé leur expertise dans les questions coloniales et ont véhiculé l’idée selon laquelle l’Empire devait être considéré comme la « sphère même des femmes », pour reprendre la formule de la présidente de la British Women’s Emigration Association. En nous déplaçant vers un autre espace, au sein d’un autre empire européen – les îles des Açores au xixe siècle, appartenant à la couronne portugaise –, Susana Serpa Silva a également envisagé l’émigration organisée vers les espaces coloniaux selon une lecture genrée. Au xviiie siècle, plus de 6 000 habitants des Açores, dont 1 284 couples, sont en effet partis pour le Brésil, encouragés dans leur démarche par le roi du Portugal Dom João V. Jusqu’à l’indépendance du Brésil en 1822, l’émigration depuis les Açores a concerné essentiellement des soldats célibataires et des couples mariés ; après cette date, le phénomène est devenu plus spontané et s’est accompagné d’un déclin démographique prononcé dans ces îles, quittées par environ 100 000 habitants au fil du xixe siècle. Parmi elles, de nombreuses femmes : dans le district de Ponte Delgada, par exemple, 45 % des migrants vers le Brésil étaient en réalité des migrantes, et la proportion de femmes a même atteint 48 % parmi les candidats au départ pour les États-Unis. La mobilité des Açoréennes vers l’autre côté de l’Atlantique a parfois été encouragée par les États et les sociétés d’accueil, comme le montre l’exemple de la Brazilian Colonization Company, qui au xixe siècle offrait des billets gratuits pour femmes seules, ce qui n’était pas sans susciter les craintes des autorités brésiliennes quant aux bonnes mœurs de ces migrantes.

4Après ce premier panel consacré aux pratiques d’émigration organisée ou encouragée, un second ensemble de communications s’est penché sur les circulations forcées depuis l’Europe vers les espaces coloniaux au xixe siècle et en a retenu deux différentes facettes. D’abord, une forme de mobilité contrainte de nature sexuelle, celle de la « traite des blanches », étudiée par Kate Marsh. À partir de 1880, le Home Office britannique est à l’initiative de grandes enquêtes sur les trafics européens vers l’Asie, et s’intéresse tout particulièrement aux départs de femmes prostituées dans le cadre de la traite des blanches (white slavery en anglais), dont l’une des principales plateformes serait, aux yeux des autorités britanniques, le port normand du Havre. Dans The White Slave Market, MacKirdy et Willis s’en prennent ainsi aux maquereaux (pimps) qui s’empareraient des filles en France et les expédieraient vers l’Asie depuis Le Havre. En 1899, le premier congrès international sur la traite des blanches se tient à Londres et vise à l’instauration d’une coopération mutuelle entre les nations, appelées à se prêter assistance dans la surveillance des ports et des stations de train où les réseaux de la traite étaient censés être particulièrement actifs. Un tout autre type de mobilité contrainte d’Européennes vers les espaces coloniaux a été étudié par Carolyn Eichner, dont la communication s’est portée sur l’envoi de femmes communardes vers la Nouvelle-Calédonie. Les 25 femmes arrivées en Nouvelle-Calédonie à bord de la Virginie, déplacées contre leur gré aux marges de l’Empire français, requéraient aux yeux des autorités une couche supplémentaire de domination : après avoir subi un voyage en mer de plus de quatre mois depuis la France, elles ont en effet été menacées d’être envoyées en réclusion au couvent Saint-Joseph de Cluny. Comme pour les populations de condamné-e-s aux travaux forcés, la mixité au bagne constituait en effet pour les autorités coloniales un motif d’indignation : c’est ce dont témoignent l’émoi et l’effroi de l’aumônier de la presqu’île de Ducos, qui s’était fermement opposé à l’idée que ces déportées pussent subir le même sort que les hommes condamnés à l’enfermement dans une enceinte fortifiée. À ses yeux, celle-ci aurait été inéluctablement appelée dans ce cas à se transformer en un lieu de péché féminin particulièrement révoltant. Le bagne colonial était ainsi perçu comme un lieu ségrégué permettant de rétablir une morale corrompue, et s’est ainsi dégagée de l’exposé de Carolyn Eichner l’image d’une colonie utilisée comme espace de régénération politique et sexuelle par la métropole.

5Si les mobilités contraintes envisagées par Kate Marsh et Carolyn Eichner concernaient des prostituées et réprouvées européennes, le troisième panel visait à éclairer des figures résolument distinctes. Il s’agissait en effet d’appréhender les circulations des notabilités féminines qui, par leur déplacement vers les colonies, avaient au contraire cherché à conforter un ordre impérial qu’elles contribuaient elles-mêmes à construire. Nathalie Rezzi a ainsi proposé un portrait collectif des femmes de gouverneurs dans les colonies françaises entre 1880 et 1914. Bien que les dossiers administratifs des gouverneurs soient souvent restés vides de toute mention sur leurs épouses, les témoignages locaux et la presse coloniale ont permis à l’historienne d’éclairer ces figures féminines qui n’ont pas laissé d’écrits personnels. Ces dernières ont été presque aussi nombreuses que les gouverneurs eux-mêmes, puisque 78 % d’entre eux étaient mariés entre les deux dates étudiées. Parmi les épouses de gouverneurs, alors majoritairement issues de la bourgeoisie, rares étaient celles qui étaient elles-mêmes nées aux colonies. Lorsque ces femmes, déjà mariées avant le départ aux colonies, prenaient le parti d’accompagner leurs époux jusqu’à leur nouvelle résidence administrative, elles devaient dès lors se soumettre à plusieurs solennités au cours desquelles leur rôle était particulièrement remarqué par les coloniaux : l’arrivée dans la résidence gouvernementale, la cérémonie d’accueil du gouverneur, durant laquelle leur épouse façonnait leur rôle de first lady, ou encore la traditionnelle fête du 14 juillet, où les tenues et les discours de la femme du gouverneur pouvaient se charger de tonalités patriotiques ou politiques. Pascale Cornuel, quant à elle, s’est attachée à présenter un tout autre type de notabilité féminine dans l’espace colonial. À partir d’une étude de cas portant sur Anne-Marie Javouhey (1779-1851), à l’origine de la création de la congrégation des sœurs de Saint-Joseph de Cluny en 1807, elle a montré comment celle qui se décrivait comme une « épouse du Christ » avait créé à partir de 1828 une fondation hors normes au bord d’une rivière de Guyane, la Mana, en créant puis en transformant de fond en comble un village d’un demi-millier d’Africains victimes du trafic négrier clandestin. L’exposé a également évoqué comment la mère Javouhey avait tenté d’instaurer un nouvel ordre genré à Mana, où elle favorisait systématiquement les filles par rapport aux garçons dans les efforts de scolarisation des autochtones, veillait à ce que les mères pussent accoucher à l’hôpital et protégeait les épouses mananaises de toute violence maritale.

  • 9 Arlette Gautier, « Femmes et colonialisme », dans Marc Ferro (dir.), Le Livre noir du colonialisme. (...)

6La deuxième journée du colloque a débuté par un panel qui s’est focalisé non plus sur l’étude de figures féminines en situation coloniale, mais sur la répartition genrée des tâches assignées aux Européennes et Européens dans les colonies. Il s’agissait ainsi de faire écho à l’affirmation d’Arlette Gautier, selon laquelle « la construction même des genres, c’est-à-dire à la fois ce qui était attendu en fonction du sexe et les rapports entre les sexes [a été] bouleversée par les différentes colonisations9 ». Quatre fonctions assignées aux Européens en situation coloniale – évangélisation, soin, peuplement et défense militaire – ont été identifiées et abordées au fil de quatre communications. Virginie Chaillou-Atrous, en évoquant le départ des femmes françaises à destination de la colonie de La Réunion au xixe siècle, s’est intéressée à une catégorie de migrantes que l’histoire semble avoir oubliée, celles qui avaient délibérément pris le parti de quitter la métropole pour s’installer dans la colonie. Contrairement à l’approche suivie par Nathalie Rezzi, Virginie Chaillou-Atrous a exclu de son étude les femmes de gouverneurs ou de hauts dignitaires ayant accompagné leur mari dans leurs fonctions, pour cibler son analyse sur des femmes qui avaient participé volontairement – et parfois en solitaire – aux circulations coloniales. À travers l’évocation de l’itinéraire emprunté par plusieurs femmes jusqu’alors restées dans l’ombre, Virginie Chaillou-Atrous a analysé les raisons de leur départ, tout en relativisant la notion de choix pour expliquer leur déplacement vers la colonie. Dans cette étude, s’est distingué un premier groupe, rassemblant des femmes expatriées dans le but de trouver à Bourbon un moyen de subsistance : il s’agit des rares « engagées » françaises recrutées dans les ports de Nantes ou de Bordeaux, qui avaient signé un contrat d’engagement les plaçant au service de leur engagiste, notamment pour le difficile travail de la culture de la canne à sucre. Une fois arrivées dans la colonie, ces Françaises, telle madame Blaize Lapeyre, qui avait quitté Bordeaux en 1850 pour devenir engagée durant cinq ans à La Réunion, se voyaient soumises au régime juridique de l’engagement, en théorie réservé aux travailleurs étrangers. Virginie Chaillou-Atrous a également comparé à ces quelques « engagées » françaises les domestiques françaises parties chercher du travail sur l’île, en dehors même du cadre de l’engagement, mais aussi les institutrices, de plus en plus nombreuses à occuper des postes de directrices d’école ou de pensionnat à La Réunion. Enfin, elle a mis en avant le caractère pionnier des sages-femmes qui avaient demandé leur départ dès les années 1820, à une époque où personne n’exerçait encore une telle profession sur l’île. Parmi les volontaires pour le départ vers la colonie, toutes ne répondaient pas forcément à l’objectif de peuplement ou à une quelconque mission coloniale : ces femmes étaient également animées par des ambitions qui leur étaient propres et bien souvent, par une volonté affirmée de s’affranchir de toute forme de tutelle, qu’elle fût maritale ou familiale.

  • 10 Victorine Monniot, Le Journal de Marguerite, Paris, Éditions Périsse frères, 1858.

7Si Virginie Chaillou-Atrous a insisté sur la rareté des sources qui éclairent l’histoire des Européennes à Bourbon, un tel constat a été relayé par Hubert Gerbeau dans sa communication intitulée « L’arrivée des femmes à La Réunion au xixe siècle : idéologie, bricolage, élevage ? ». Il s’est appuyé sur le témoignage inédit d’une jeune fille française partie à Bourbon accompagnée de sa mère et de ses jeunes sœurs : en juillet 1835, Victorine Monniot, alors âgée de onze ans, embarque à Brest à bord de l’Isère pour l’île Bourbon, où elle vivra une dizaine d’années. Elle livre dans un journal publié quelques années plus tard sous le titre Le Journal de Marguerite10 son regard sur la société créole bourbonnaise. Son récit illustre le fait que, dès l’enfance, le préjugé de couleur était enraciné parmi les Européens et Européennes à l’île Bourbon. Ce préjugé tenace et le manque de « femmes blanches » privaient parfois les colons d’un mariage et d’une descendance, la possibilité d’épouser une mulâtresse étant devenue inenvisageable dans la bonne société créole du xixe siècle. Parallèlement, Hubert Gerbeau explique que la réputation d’Éden ou d’Eldorado dont jouissait l’île au xixe siècle a attiré à La Réunion des Européennes, et plus précisément des Françaises, venues en famille y tenter fortune. La Bretonne Aline Mabit s’installe ainsi avec mari et enfants dans le cirque de Salazie au milieu des années 1860 et entretient une riche correspondance avec sa famille demeurée à Nantes entre 1867 et 1873. Pour exploiter leurs plantations de vanille et de café et entretenir leur domaine, les Mabit s’appuient sur des travailleurs engagés, au nombre desquels figure une Bretonne, Élisa, mi-servante, mi-gouvernante. Mais les affaires réunionnaises des Mabit ne sont guère florissantes, ce qui explique le retour rapide de la famille en métropole et montre bien que la notion de « circulation » doit ici être préférée à celle de « migration » pour étudier de telles mobilités.

8Une tout autre expérience de circulation a été décrite par Isabelle Denis concernant les religieuses de Saint-Joseph de Cluny, venues s’installer à partir de 1846 à Mayotte, l’île la plus méridionale de l’archipel des Comores, alors à 95 % musulmane. Ces religieuses, envoyées par la congrégation créée par la mère Javouhey dès les premières années de la colonisation de l’archipel, répondaient avant tout à une mission de soin et d’instruction. Contrairement aux congrégations masculines, les religieuses de Saint-Joseph de Cluny se sont durablement établies dans l’île, où elles avaient en charge plusieurs dizaines d’enfants à instruire et de blessés à soigner, et ce jusqu’à la laïcisation de l’école et de l’hôpital au début du xxe siècle. La correspondance nourrie et régulière entre les religieuses de Mayotte et la mère supérieure a permis à Isabelle Denis d’analyser les mutations de leurs relations avec l’administration coloniale et les difficultés rencontrées sur place par ces religieuses atypiques, qui n’avaient pas pour objectif d’évangéliser la population musulmane mahoraise. Plus largement, le point de vue des religieuses constitue aussi un regard précieux sur la société coloniale et sur l’histoire de la colonisation à Mayotte.

9Pour clôturer la matinée, Clément Thibaud a abordé le cas particulier des « Femmes en situation de guerre coloniale, de l’indépendance de Saint-Domingue à l’émancipation de la Colombie bolivarienne (1800-1830) », en s’intéressant à la fonction guerrière des femmes en situation coloniale. Cette histoire correspond à une véritable lacune historiographique puisqu’il n’existe pas à ce jour d’étude d’ensemble sur le rôle des femmes dans les combats pour la création de républiques indépendantes en Amérique latine. Les invasions, les déplacements des lignes de front et l’effroi suscités par ces conflits sans quartier, où disparaissait la distinction entre civils et militaires, ont produit quantité de déplacements forcés : hommes, femmes et enfants ont dû fuir l’avancée des troupes ennemies pour sauver leurs vies. La prise de Saint-Domingue par Toussaint-Louverture en 1800, ou encore la déroute de Bolivar en 1813, ont ainsi suscité de puissants exodes dans la Caraïbe, stimulés par la peur du « grand massacre des Blancs ». Loin de se cantonner à un rôle purement auxiliaire, les femmes ont activement contribué à un certain nombre d’activités militaires. Dans les guérillas, leur rôle a garanti la survie des forces combattantes : espionnage, soin des blessés, ravitaillement, maintien du secret… Clément Thibaud s’est enfin interrogé sur la politisation des femmes dans les guerres d’indépendance, en montrant qu’elles ont été de véritables actrices de la transformation républicaine de la Colombie bolivarienne.

  • 11 Sur ce thème et cette notion des « confins », voir le récent ouvrage collectif dirigé par Nicolas B (...)

10Le dernier panel a cherché à intégrer à la réflexion générale sur les circulations européennes une forme de mobilité dans l’espace colonial quelque peu différente de celles jusqu’alors étudiées. L’expérience du voyage, abordée par les trois dernières communications, a été entendue comme un déplacement susceptible de remettre en question la répartition traditionnelle des rôles masculins et féminins non seulement dans les colonies, mais aussi dans les confins du continent européen11. Valérie Boulain a d’abord proposé une analyse du « voyage patriotique » à travers son étude comparative des périples de l’Italienne Carla Serena et de la Française Louise Bourbonnaud. À partir de sources tirées des récits de voyages, mais en se nourrissant aussi de fonds de sociétés de géographie, cette communication a examiné les objectifs, les conditions logistiques et les retombées médiatiques et/ou politiques des voyages entrepris au tournant du xixe siècle par ces deux Européennes. En 1874, Carla Serena, d’origine belge, veuve d’un patriote italien en exil, quitte Londres pour le Moyen Orient puis le Caucase. Polyglotte, elle dit partir à la découverte de l’altérité et s’éloigne volontairement des axes de communication. Cependant, elle se décrit dans le même temps comme une ambassadrice européenne, comme une éclaireuse appartenant au monde « civilisé ». Ses récits témoignent de son appartenance à une élite européenne en déplacement sur les nouveaux terrains et confins des conquêtes coloniales. Selon elle, l’exploratrice européenne aurait un rôle spécifique à jouer : celui de décrire de manière sensible les mœurs des peuples rencontrés. Un tel discours tend ainsi à enraciner l’idée d’une nécessaire spécialisation sexuée du voyage scientifique. Quant à Louise Bourbonnaud, dont les itinéraires et les postures sont comparés à ceux de Carla Serena, c’est aussi après la mort de son époux, un riche négociant parisien, en 1875, qu’elle se lance dans un tour du monde qui durera jusqu’à la fin de sa vie, en 1919. Contrairement à Carla Serena, toutefois, Louise Bourbonnaud ne s’éloigne pas des centres fréquentés et urbains. Celle qui se vit comme une représentante de la France à l’étranger conserve et défend tout au long de son périple l’idée intangible d’une supériorité de la « civilisation » française dans le monde.

11En suivant une approche similaire, reposant à la fois sur l’examen d’une biographie et sur les représentations littéraires et iconographiques du voyage colonial, Michèle Sellès-Lefranc consacre une dernière étude de cas à une exploratrice plus célèbre, la Genevoise Isabelle Eberhardt. La voyageuse est suivie dans ses pérégrinations au Maghreb grâce à la lecture de ses récits de voyage, mais aussi à la lumière des multiples autoportraits photographiques qu’elle a laissés d’elle. Le départ de la Genevoise pour l’Algérie s’explique d’abord par un contexte familial qu’il convient de rappeler : Isabelle traverse en effet la Méditerranée accompagnée de sa mère et de son frère, engagé dans la Légion étrangère française sur un coup de tête. Après la mort de sa mère, la voyageuse, qui n’hésite pas à se travestir en homme, à boire et à fréquenter les bordels, parcourt d’abord la Tunisie. Mariée avec Sliman, un indigène naturalisé, elle devient par ce biais citoyenne française et écrit plusieurs nouvelles sur l’Oranais entre 1902 et 1904. Elle y défend l’idée que les indigènes rencontrés au fil de ses pérégrinations se sont plus facilement confiés à elle en raison de son sexe. Là encore, c’est la répartition classique des rôles féminins et masculins qui est interrogée et bousculée à travers l’expérience du voyage aux colonies.

  • 12 Rebecca Rogers, A Frenchwoman’s Imperial Story: Madame Luce in 19th Century Algeria, Stanford, Stan (...)

12En guise d’épilogue à ces deux journées consacrées à une lecture genrée des circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux, une conférence finale a été donnée par Rebecca Rogers, auteure du livre récemment primé A Frenchwoman’s Imperial Story: Madame Luce in 19th Century Algeria12. Grâce à la présentation de cet ouvrage, Rebecca Rogers a mis en lumière le parcours atypique d’une institutrice française, Eugénie Berleau, qui avait pris le parti en 1832 de quitter mari et enfant et de s’installer seule en Algérie. Une fois dans la colonie, Eugénie Berleau, appelée plus communément « Madame Luce » après son troisième mariage, s’est investie dans la fondation d’écoles destinées à accueillir des filles musulmanes : d’abord un premier établissement créé en 1845 cherchant à les alphabétiser ; puis, après le recul des autorités coloniales, devenues plus frileuses en matière d’instruction des indigènes, un atelier, fondé en 1861 et visant à leur apprendre l’art de la broderie. Avec cet éclairage à la fois biographique et familial sur « Madame Luce », mais aussi sur sa fille et sa petite-fille, Henriette Beraben, Rebecca Rogers place au centre de sa démarche la notion de circulation. Circulation géographique, d’abord, puisque Madame Luce n’a cessé de se mouvoir depuis la métropole vers la colonie et inversement, tout au long de son existence : pour régler la succession de son premier époux, pour prendre les eaux, ou encore pour terminer ses vieux jours en métropole. Circulation de savoirs et de savoir-faire, également, puisque Madame Luce a fait figure de passeuse entre deux mondes que l’on pourrait croire a priori cloisonnés : celui des Européens et celui des indigènes, qui étaient dans l’Algérie du xixe siècle loin d’être imperméables.

13Ainsi, à travers les portraits individuels ou collectifs proposés par les différentes communications, qui ont mis en lumière des figures de femmes en déplacement mais ont aussi analysé la répartition genrée des fonctions féminines et masculines dans les sociétés coloniales, ce colloque a cherché à replacer au cœur de l’histoire des Empires européens le concept de mobilité, décliné dans toutes ses modalités, tout en le relisant grâce au paradigme du genre.

Haut de page

Notes

1 Le colloque, co-dirigé par Virginie Chaillou-Atrous (université de Nantes, CRHIA) et Delphine Diaz (université de Reims Champagne-Ardenne, CERHiC), a bénéficié du soutien du laboratoire d’excellence « Écrire une histoire nouvelle de l’Europe » (LabEx EHNE), de l’université de Nantes, du CRHIA ainsi que du CERHiC de l’université de Reims Champagne-Ardenne.

2 Frederick Cooper et Ann Laura Stoler, Repenser le colonialisme, traduit par Christian Jeanmougin, Paris, Payot, 2013, p. 51.

3 Anne Hugon, « Introduction », in Anne Hugon (dir.), Histoire des femmes en situation coloniale. Afrique et Asie, xxe siècle, Paris, Karthala, 2004, p. 8.

4 Soulignons que l’historiographie anglo-saxonne a étudié les circulations impériales et trans-impériales en plaçant au centre de son approche la question du genre bien plus précocement que l’historiographie francophone. Voir notamment Nupur Chaudhuri et Margaret Strobel (dir.), Western Women and Imperialism: Complicity and Resistance, Bloomington, Indiana University Press, 1992, ou encore Clare Midgley (dir.), Gender and Imperialism, Manchester, Manchester University Press, 1998.

5 Collectif, La Femme dans les sociétés coloniales : table ronde, Groningen-Amsterdam, Aix-en-Provence, IHPOM, 1984.

6 Pascale Barthélémy, Luc Capdevila et Michelle Zancarini-Fournel (dir.), « Colonisations », Clio. Histoire, femmes et sociétés, 2011, no 33.

7 Colloque « Femmes et genre en contexte colonial », organisé par Pascale Barthélemy, Anne Hugon et Christelle Taraud, Paris, 19-21 janvier 2012. Voir le site Internet consacré à la valorisation de cette rencontre, URL : http://genrecol.hypotheses.org/

8 Frederick Cooper et Ann Laura Stoler, Repenser le colonialisme…, op. cit., p. 95 : « Il se peut toutefois que […] notre historiographie coloniale ait grandement sous-estimé la dynamique de l’histoire coloniale, notamment les flux intra-impériaux et les flux trans-impériaux des idées et des personnes, des colonisateurs et des colonisés. »

9 Arlette Gautier, « Femmes et colonialisme », dans Marc Ferro (dir.), Le Livre noir du colonialisme. xvie-xxie siècle : de l’extermination à la repentance, Paris, Hachette, 2003, p. 570.

10 Victorine Monniot, Le Journal de Marguerite, Paris, Éditions Périsse frères, 1858.

11 Sur ce thème et cette notion des « confins », voir le récent ouvrage collectif dirigé par Nicolas Bourguinat (dir.), Voyageuses dans l’Europe des confins, xviiie-xxe siècles, Strasbourg, Presses universitaires de Strasbourg, 2014.

12 Rebecca Rogers, A Frenchwoman’s Imperial Story: Madame Luce in 19th Century Algeria, Stanford, Stanford University Press, 2013.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Virginie Chaillou-Atrous et Delphine Diaz, « Compte rendu du colloque Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au xixe siècle : une lecture genrée », Diasporas, 25 | 2015, 171-178.

Référence électronique

Virginie Chaillou-Atrous et Delphine Diaz, « Compte rendu du colloque Les circulations européennes à l’âge des Empires coloniaux au xixe siècle : une lecture genrée », Diasporas [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://diasporas.revues.org/382 ; DOI : 10.4000/diasporas.382

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org