Navigation – Plan du site
Empires ibériques

Les « Indiens chinois » vinateros de Colima. Processus d’insertion sociale dans les haciendas de palmes du xviie siècle

The “Chinese Indians” Vinateros of Colima: the Process of Social Integration in the Palms Haciendas in the 17th Century
Los «Indios chinos» vinateros de Colima: proceso de inserción social en las haciendas de palmas del siglo xvii
Paulina Machuca
p. 121-137

Résumés

Comment et à travers quels mécanismes les « Indiens chinois vinateros » ont-ils réussi à s’insérer dans les haciendas de palma de beneficio dans la province de Colima (occident de l’actuel Mexique), au long du xviie siècle ? Dans un premier temps, l’article traite des aspects sociaux de cette population immigré asiatique, comme ses origines géographiques, sa localisation à Colima, son statut juridique, son activité de vinateros. Dans un second temps, il explique les différents mécanismes d’insertion socio-économique de ces individus dans l’économie coloniale des haciendas.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Archivo General de Indias (AGI), Filipinas, 38, N. 12. « Demande de Sebastián de Pineda d’un poste (...)

1En 1619, le capitaine Sebastián de Pineda, justicia mayor (gouverneur) du port de Cavite dans les îles Philippines, écrivit une brève mais importante relation « sur des choses afférentes aux Philippines », dans laquelle il exprimait son point de vue sur les problèmes qui touchaient alors l’archipel. Une grande part de ce rapport est dédiée aux mousses (grumetes) philippins qui s’embarquaient à Manille, et qui à leur arrivée à Acapulco, se dispersaient sur le territoire de la Nouvelle Espagne pour ne pas revenir dans leur pays d’origine. Il donna comme exemple le cas du galion Espíritu Santo, qui en 1618 arriva à Acapulco avec 75 mousses philippins, dont seulement cinq revinrent dans l’archipel. Le capitaine Pineda, grand opposant à l’immigration philippine en Nouvelle Espagne, argumentait que le préjudice causé à la Couronne par cette pratique répétée de désertion mettait en évidence au moins deux types de faits. Le pemier, de caractère moral, lorsqu’il déclarait que la majorité des Philippins qui restaient vivre en Nouvelle Espagne étaient préalablement mariés, mais se remariaient au lieu d’arrivée, commettant le délit de bigamie. S’y ajoutait une dimension économique : car selon lui beaucoup de ces Philippins s’occupaient à produire du vino de coco (alcool à partir du palmier) dans les haciendas de beneficio établies tout au long de la mer du Sud (Pacifique), ce qui favorisait la consommation de ce produit, et non le vin de Castille. En fin de compte, notre capitaine exhortait les autorités vice-royales à éviter à tout prix que les mousses asiatiques restassent en Nouvelle Espagne, et, comme avertissement et punition, que l’on coupât leurs palmiers et que l’on brûlât leurs bouteilles d’alcool1.

2Ces déclarations de Pineda doivent être lues à la lumière de la nouvelle histoire des déplacements transcontinentaux dans l’espace de la Monarchie hispanique et surtout de celle des connexions rurales et de la circulation des savoirs traditionnels entre sociétés indigènes à l’époque moderne et dans le Pacifique, au temps du galion de Manille.

3J’essaierai donc ici de présenter les formes d’insertion des Philippins – connus en Nouvelle Espagne comme « Indiens chinois » – en particulier ceux que leur profession faisait appeler « vinateros » (producteurs de vin de palmier) dans la province de Colima, au cours du xviie siècle. Dans un premier temps, je traiterai des aspects sociaux de cette population, comme leurs origines géographiques, leur localisation à Colima, leur statut juridique et leur activité de vinateros. Puis j’expliquerai les divers mécanismes d’insertion socio-économique de ces individus dans les différentes haciendas de beneficio de palma.

Les « Indiens chinois » sur les bords de la mer du Sud

  • 2 Voir sa thèse de doctorat, Los « Indios chinos » en la Nueva España : la inmigración de la nao de C (...)

4En 2006, Deborah Oropeza terminait une recherche approfondie sur Los « Indios chinos » en la Nueva España, c’est-à-dire sur l’immigration en relation avec la Nao de China (galion de Manille) entre 1565 et 1700, période allant de la découverte du tornaviaje – ou itinéraire de retour de Manille aux côtes mexicaines – au déclin de la population asiatique sur le territoire de la Nouvelle Espagne. Il ne s’agit pas ici de répéter ce qu’écrit Oropeza dans son magnifique travail ; néanmoins, il est nécessaire de mettre en valeur quelques-uns des éléments marquants sur ces Indiens chinois dans la mer du Sud, et plus particulièrement dans la province de Colima, où ils n’ont pas été suffisamment étudiés, et où cependant se trouvent les références les plus complètes sur les vinateros asiatiques. Si l’on suit Deborah Oropeza, entre 1565 et 1700, auraient immigré en Nouvelle Espagne autour de 7 200 Asiatiques, dont 5 000 seraient restés de façon définitive2.

5Ce terme très ambigu d’« Indien chinois » fut créé en Nouvelle Espagne pour distinguer les natifs des Amériques des Asiatiques. Sous cette appellation on incluait pratiquement tous les individus provenant d’Asie, d’où la difficulté de connaître leur lieu d’origine. Néanmoins, il est possible d’affirmer que la grande majorité provenait des Philippines, puis d’autres pays comme la Chine, ensuite Bornéo, l’Indonésie, la Nouvelle Guinée et Ceylan (Sri Lanka).

  • 3 Voir Deborah Oropeza, Los « Indios chinos » en la Nueva España…, op. cit., appendices 4, 5 et 6, p. (...)

6S’agissant de la Chine, nous ne devons pas oublier qu’il existait une étroite relation commerciale avec l’archipel philippin, au point que, vers 1635, vivaient dans le Parián (le quartier chinois) de Manille près de 20 000 Sangleyes (Chinois des Philippines). Aussi n’est-il pas risqué d’envisager qu’un certain nombre d’entre eux s’embarquèrent sur le galion en direction d’Acapulco. Par ailleurs, la présence d’Asiatiques en provenance du Bengale, de la côte de Malabar, de Goa et de la région du Gujarat situés dans l’Estado da Índia portugais s’explique par l’union des deux Couronnes de 1580 à 1640, ainsi que par le dynamisme portugais dans le cadre du commerce d’esclaves asiatiques et africains. Un autre groupe d’Indiens chinois provenait de régions qui avaient des relations politiques et économiques avec les Philippines, ce qui impliquait une certaine mobilité : Ternate ou Terrenate, Java, Macassar et Malacca en Indonésie, Brunei dans l’île de Bornéo, la Papouasie en Nouvelle-Guinée, Ceylan3. Cette migration peut être mise en relation avec l’établissement en 1602 de la Compagnie néerlandaise des Indes Orientales, qui jouissait d’un large domaine en Indonésie et développait une activité commerciale intense dans le Sud-Est asiatique.

  • 4 Archivo Histórico del Municipio de Colima (AHMC), sección B, caja 49, exp. 7, pos. 8, f. 29 v. et 3
  • 5 AHMC, sección B, caja 11, exp. 5.

7De façon beaucoup moins répandue que le terme « Indien chinois », il est cependant possible de rencontrer dans la documentation mexicaine de l’époque une terminologie qui fait référence aux « Indiens philippins », « naturels des Philippines » ou « Chinois de Manille ». Ceci nous met face à deux possibilités : ou bien ils étaient vraiment originaires de l’archipel, ou bien Manille avait seulement été le lieu d’embarquement vers la Nouvelle Espagne. En d’autres occasions, on mentionne les provinces philippines d’origine, parmi lesquelles Luzón, dans le Nord, emporte la palme : Betis, Binondo, Cagayan, Camarines, Cavite, Guagua, Ilocos, Macabebe, Manille, Nahua, Nouvelle Ségovie, Pampanga, Parañaque, Silang et Zambales. Dans la région centrale des Bisayas on signale Aklan et Cebú ; pour le sud, Mindanao, on indique Joló et Zamboanga (voir carte 1). Finalement, à partir de quelques noms d’Indiens chinois, il est possible de déduire le lieu d’origine, ainsi Pampango, dans la province de Batangas, au sud de Manille. Bartolomé « Sampa », vinatero à Colima en 1603, en était peut-être originaire, tout comme Juan « Tabi », ce dernier venant de Luzón4. Juan Bautista de Pantao, installé aussi à Colima, peut provenir de Pantau-Rugat, au Mindanao5.

Carte 1 : Provenance des « Indiens chinois »

Carte 1 : Provenance des « Indiens chinois »

8Si la présence d’Indiens chinois à Acapulco et ses environs peut s’expliquer par la dynamique du galion de Manille dans ce port, pour Colima cela est moins clair, ou moins documenté. Leur présence nombreuse tient au fait que les ports proches de la Navidad et de Salagua (aujourd’hui Manzanillo), étaient des escales stratégiques pour le galion lorsqu’il longeait la côte depuis la Californie, soit pour s’approvisionner en produits frais, soit pour permettre au gentilhomme chargé de remettre le courrier officiel destiné au vice-roi de se rendre par voie terrestre jusqu’à Mexico. Dans les deux cas cela favorisait aussi le débarquement, illégal cette fois, d’hommes et de marchandises.

9Grâce à plusieurs dossiers des Archives historiques de la municipalité de Colima, nous connaissons l’importance de ce gentilhomme. Ainsi en 1612, l’échevinage de la ville de Colima informait les autorités vice-royales que :

  • 6 « Al tiempo y quando se esperan las naos que por cuenta de su Majestad vienen de las Yslas Filipina (...)

À l’époque où l’on attend les navires qui viennent des îles Philippines à la Nouvelle Espagne pour le compte de Sa Majesté, il y a des sentinelles en permanence dans le port de Salagua, afin que, les voyant arriver, elles avertissent cette ville et de là, à la cité de Mexico avec les plis que l’on donne ordinairement aux personnes qui depuis ce port vont reconnaître lesdits navires et leur apportent des provisions et autres secours dont elles ont besoin6.

10Ceci est clairement exprimé dans L’Estado Político de Nueva España por los años de 1735, faisant référence au port de Colima,

  • 7 « Donde el Galeón de Filipinas desembarca el gentil hombre de aviso para que dé noticia al virrey, (...)

Où le galion des Philippines débarque le gentilhomme d’aviso pour qu’il informe le vice-roi. Avec plus d’exactitude, je dirai que c’est un marchand chargé de toutes les denrées qu’il peut emporter, sans payer aucun droit à Sa Majesté, qu’il vend tout au long du chemin jusqu’à ce qu’il arrive à Mexico, voyageant avec toute la lenteur que cette activité exige7.

11Quelques Indiens chinois libres opéraient tout aussi facilement que le gentilhomme qui débarquait et vendait ses marchandises dès qu’il mettait le pied à terre. Parce qu’elle était réalisée dans le plus grand secret, cette pratique a laissé peu de traces dans la documentation historique, repérables dans certaines circonstances seulement.

  • 8 José Miguel Romero de Solís, Conquistas e instituciones de gobierno en Colima de la Nueva España (1 (...)
  • 9 Paulina Machuca, « De porcelanas chinas y otros menesteres. Cultura material de influencia asiática (...)
  • 10 Archivo de la Real Audiencia de Nueva Galicia, Ramo civil, caja 9, legajo 9, exp. 124.

12Parmi elles, il y a les maladies des marins qui les obligent à descendre prématurément, comme ce fut le cas de Manuel Pérez qui, en 1580, débarqua à Salagua avec l’espoir de pouvoir se soigner, mais qui mourut dans un village proche de la côte appelé Tecolapa (Colima). Au xviie siècle, il y avait dans cette localité un certain nombre d’haciendas exploitant des palmiers8. Autre cas, celui de Gaspar Pages de Moncada, notaire du navire Nuestra Señora de Atocha, qui dut débarquer à Navidad à la suite d’une maladie qui se déclara pendant le voyage depuis Manille, et qui finalement mourut à Colima9. De même Domingo de la Cruz, esclave chinois originaire de Cebu, qui déclara en 1678 qu’il avait été vendu à un capitaine de navire qui le débarqua dans le port de Salagua, puis le vendit à un habitant de Sayula, des Pueblos de Avalos10.

  • 11 Thomas Calvo, « Japoneses en Guadalajara : « blancos de honor » durante el seiscientos mexicano », (...)

13Il est évident que le débarquement d’hommes avant l’arrivée à Acapulco dut être plus fréquent que ce que laissent filtrer les documents. Ces derniers laissent par ailleurs supposer que les ports de Navidad et Salagua constituèrent pour ces Indiens chinois des accès d’intégration dans le territoire de la Nouvelle Espagne. Quelques-uns passèrent certainement par Acapulco avant de s’installer à Colima, voire par Mexico, comme ce put être le cas de quelques Japonais au xviie siècle11.

  • 12 « Los dichos [Indios chinos] paguen el tributo y los empadronaréis y se cobrará dellos lo que los n (...)
  • 13 Archivo General de la Nación (AGN), Indios, vol. 13, exp. 112.

14S’agissant du statut juridique de cette population asiatique, sa position à la fois extérieure et en contact avec les deux républiques d’Espagnols et d’Indiens lui permit de créer des liens solides avec les deux milieux. Elle favorisa en même temps l’ambiguïté de sa définition juridique, dans une société qui à la fois la cataloguait comme Indiens naturels et la regroupait avec d’autres castas. Une première préoccupation, s’agissant du « problème chinois » et de sa localisation dans l’échelle sociale, surgit à Colima, lorsqu’en mars 1603, son alcalde mayor (gouverneur), Francisco Escudero de Figueroa, déclare qu’à la suite d’instructions du vice-roi, les Indiens chinois doivent payer le tribut et être recensés en conformité avec ce que les naturels de ce royaume doivent payer12. Ce décret était destiné aux Indiens naturels et aux Asiatiques qui travaillaient dans les demeures, les haciendas, les terres de labours et les huertas des Espagnols, et qui par ailleurs se trouvaient en dehors des villages d’origine et qui n’étaient pas recensés. En d’autres termes, la population asiatique devait, comme les Indiens américains, payer tribut, mais en échange elle était exempte du paiement de l’alcabala (taxe sur les transactions commerciales) sur les produits qu’elle vendait. Toutefois, comme certains Asiatiques étaient arrivés comme esclaves, d’autres comme libres, le paiement de l’alcabala causa quelque confusion dans l’administration vice-royale. En 1640, elle devait réaffirmer que les Indiens chinois tributaires et enregistrés avec les Indiens naturels, ne devaient pas payer l’alcabala13. N’oublions pas, par ailleurs, que certains étaient arrivés en Nouvelle Espagne comme esclaves, dans ce cas majoritairement en provenance de l’Inde portugaise ou Estado da Índia. Mais ce thème reste en dehors de cet article.

15Les Indiens chinois libres qui s’établirent en Nouvelle Espagne exercèrent diverses activités, principalement commerciales. Sur les côtes, leur travail fut étroitement lié à l’agriculture, surtout en rapport avec des plantes originaires d’Asie comme la noix de coco et le riz. D’autres se consacrèrent aux activités maritimes, comme la réparation des navires, la pêche de perles ou la surveillance des rivages.

  • 14 Deborah Oropeza, Los « Indios chinos » en la Nueva España…, op. cit., p. 87. Nous avons pu amplifie (...)
  • 15 Ibid., p. 93.

16Selon Déborah Oropeza, plus de la moitié des 119 Indiens chinois qu’elle a identifiés nominalement dans la mer du Sud se consacraient à l’économie du cocotier14. Les documents qui rendent compte de l’importance de la population asiatique dans l’utilisation du palmier se trouvent à Colima. Les informations en provenance d’Acapulco et ses environs sont limitées, encore que nous sachions que l’on y produisait du vin de coco, mais sans avoir une idée précise du volume de la production. De plus, l’utilisation de la main-d’œuvre asiatique était distincte entre Acapulco et Colima : dans le premier cas, dominent les esclaves « chinois », dans le second, les Indiens chinois libres15. Ainsi, par exemple, dans l’inventaire de la hacienda Nuestra Señora del Buen Suceso de Coyuca, juridiction d’Acapulco, on fait mention de plusieurs travailleurs (criados) « chinois » qui étaient probablement impliqués dans l’élaboration de tuba et de vin de coco, si l’on se rapporte aux instruments présents dans le document (voir la transcription).

Tableau 1. Fragment de l’inventaire de la hacienda Nuestra Señora del Buen Suceso, 1642 (Acapulco, 1642)

Sebastián Moco, Chinois

Domingo Moco, Chinois

Francisco Bonita, Chinois

Miguel Petición, Chinois

Gonzalo Tullido, Chinois

Antonia, Chinoise, femme de Sebastián Moco

Deux seaux de bois, un neuf et l’autre vieux, ils servent pour la tuba du vin

Vingt-six cruches peruleras

Plus quatre cruches ébréchées

Un cruchon vide de Castille, de la taille ordinaire de ceux de Castille

Dix-neuf tapis (petates) sur lesquels on fait sécher le cacao

40 récipients (tecomates) pour descendre la tuba, entiers et ébréchés

Source : AGN, Tierras, vol. 3624, exp. 2, ff. 5-6

  • 16 Deborah Oropeza, Los « Indios chinos » en la Nueva España, p. 93.

17La hacienda était la propriété de Pedro Carrascosa, alguacil mayor du port d’Acapulco, qui était aussi le garant (fiador) pour l’entrée des esclaves asiatiques dans le port, essentiellement dans la période 1640-166016. Même si dans le document il n’est pas fait mention spécifique de vinateros, il est évident que certains devaient recueillir sur les palmiers la tuba nécessaire à la production de vin de coco, et en relation avec les instruments présents. Mais au-delà de ce cas concret, il existe une lacune dans la documentation de cette zone du Pacifique, quant à la relation entre les Asiatiques et le vin de coco. Le cas de Colima est différent, avec des dossiers plus nombreux.

18En ce sens, il faut reconnaître que les Philippins furent porteurs de savoirs agricoles traditionnels qu’ils transmirent aux sociétés où ils s’établirent. Un cas révélateur fut l’élaboration de vin de coco, une boisson distillée de large consommation aux Philippines, qui fut la carte de visite des Philippins en Nouvelle Espagne ; elle leur permit de s’insérer avec une plus grande facilité sur le marché local de la main-d’œuvre.

Les Indiens chinois vinateros de la province de Colima

  • 17 « El que trafica con el vino, ù le conduce de una parte à otra para su venta. »

19Le terme vinatero est présent dans le Diccionario de autoridades de 1739, comme celui qui commercialise le vin ou le conduit d’un lieu à l’autre pour le vendre17. Si cette définition est très générale, et se réfère exclusivement au commerce, le terme est employé dans les provinces de Colima et Motines, durant le xviie siècle, pour désigner les Philippins qui élaborent le vin de coco, d’où la nécessité de distinguer ce secteur des marchands vendant le vin de Castille. Il s’agit donc des individus qui produisent cette eau-de-vie dans les haciendas de palmas de beneficio recevant un salaire pour cela. Trois éléments définissent nos vinateros : a) l’élaboration d’un produit, le vin de coco ; b) dans le contexte précis des haciendas de palmas de beneficio ; c) dans un cadre contractuel, avec un salaire qui pouvait être très flexible.

20Dans ce qui suit, j’aborderai cinq profils de vinateros que j’ai identifiés dans l’univers de la production de vin de coco de la province de Colima, ce qui est révélateur du niveau complexe de leur intégration à la société dans laquelle ils s’établirent. Le premier stade correspond aux pionniers producteurs de cette eau-de-vie, qui réussirent à établir des contrats mixtes avec quelques Espagnols, étant payés autant en monnaie qu’en bouteilles (botijas) d’alcool. Le deuxième montre les vinateros pris dans des systèmes de dépendance économique, et qui, pour cela, montrent un degré plus net de sujétion et de vulnérabilité. Le troisième met en scène les vinateros en voie d’émancipation économique, car leur position professionnelle leur permet d’agir d’une façon plus équitable dans la production d’eau-de-vie. Un quatrième profil se rapporte aux vinateros mieux intégrés à la réalité socio-économique, ce qui leur permet de jouir de certaines prérogatives qu’accordait le système d’Ancien Régime. Enfin, un cas non moins important, bien qu’unique avec ces caractéristiques en Nouvelle Espagne, celui des alcaldes de Chinois, personnages qui représentaient les Indiens chinois, et spécialement les vinateros, et disposaient d’une autorité judiciaire.

Les premiers vinateros : paiements mixtes comme salaire

  • 18 Elle peut atteindre 50 % d’alcool.
  • 19 « Es sabido que hay en esta villa [de Colima] muchos chinos oficiales, los cuales en concierto que (...)

21Les premières informations sur les vinateros à Colima correspondent aux années 1603-1604, lorsque dans la vallée de Caxitlan (voir carte 1) un groupe de Philippins élabora du vin de coco pour les Espagnols. « Ces derniers commercialisaient la boisson et payaient les vinateros selon ledit partido » : la moitié du salaire en argent, l’autre en alcool. Très vite, cette pratique fut condamnée par l’alcalde mayor de Colima, Francisco Escudero de Figueroa, qui interdit aux propriétaires des haciendas de payer leurs vinateros en eau-de-vie, parce qu’il s’agissait d’une boisson ayant un fort degré d’alcool18. Les Philippins la vendaient aux Indiens et gens d’autres qualités, d’où il résultait de grandes beuveries et autres offenses à Dieu. Escudero de Figueroa ordonna en 1603 la suspension du paiement par le biais du partido19.

22Il est intéressant d’observer que l’alcalde n’interdit pas l’élaboration de l’eau-de-vie, mais tente de réglementer sa production et surtout sa distribution. Son décret, néanmoins, ne fut pas respecté ; aussi en 1604, à la suite de la dénonciation faite par le lieutenant Diego Martínez, on entreprit une enquête contre 15 vinateros soupçonnés de vendre leur boisson aux Indiens et aux Noirs. Grâce à cette procédure judiciaire, nous pouvons confirmer que la rémunération du travail de ces hommes continuait à travers le partido. Les uns disposaient de la moitié de l’alcool qu’ils obtenaient, remettant l’autre moitié aux hacendados espagnols. Il est vrai que d’autres travailleurs recevaient un salaire en espèces, et le propriétaire disposait de toute la production. Dans le tableau 2, nous constatons que l’âge moyen est de 27 ans, c’est-à-dire qu’il s’agit d’un secteur mûr : mais depuis combien d’années étaient-ils établis en Nouvelle Espagne ? Sommes-nous en présence d’anciens mousses du galion, ou d’Asiatiques libres à la recherche de débouchés commerciaux ? La documentation ne permet pas de répondre à ces questions. Ce que nous savons, c’est que pratiquement tout l’archipel philippin élaborait le vin de coco, aussi ces vinateros purent aussi bien venir de Luçon, des Visayas, ou de Mindanao.

23La majorité de ces individus ont des noms espagnols, à l’exception de Juan Tabi, Pedro Timban et Bartolomé Sampa, lesquels conservent des identités philippines. Les hacendados sont bien entendu espagnols, quelques-uns occupant des charges municipales à Colima, comme Gaspar Ramírez et Álvaro García de Grijalva. (Tableau 2)

Tableau 2. « Indien chinois » vinateros à Colima, 1604

Vinatero

Hacendado / bénéficiaire du contrat

Edad

Manuel González

Diego de Monroy

30

Juan Tabi

Diego de Monroy

34

Ventura Ortiz

Joaquín Jiménez

33

Francisco Martín

Alonso García Nomparte

26

Juan Gómez

Antonio Carrillo

30

Andrés González

Gaspar Ramírez (alcalde ordinario)

-

Francisco Perdomo

Gaspar Ramírez (alcalde ordinario)

30

Agustín

Magdalena Bote

-

Juan de Chávez

Alonso Lorenzo

20

Pedro García

Diego Morán

-

Juan Marcos

Diego Morán

23

Agustín Muñoz

Álvaro García de Grijalva (alférez mayor) / Catalina Ruiz

27

Pedro Timban

Álvaro García de Grijalva (alférez mayor) / Catalina Ruiz

20

Alonso Lorenzo

Juan Fernández de Ocampo / Francisca de Carbajal

25

Bartolomé Sampa

Juan Gutierre de Monroy

-

Source : AHMC, sección B, caja 49, exp. 7.

  • 20 Eduardo Flores Clair, « Minas y mineros : pago en especie y conflictos, 1790-1880 », Historias, no  (...)

24Il est intéressant de s’attarder sur le système de paiement à partido qui prédomina durant les premières années de production d’eau-de-vie à Colima, d’autant que nous le rencontrons dans d’autres contextes de travail, comme les mines et les pêcheries de perles. Selon Eduardo Flores Clair, dans le cas des exploitations minières, cette modalité consistait dans le fait que le propriétaire accordait principalement aux travailleurs barreteros une partie du minerai qu’ils extrayaient des mines « tant de minerai extrait, tant de partido20 ». Flores Clair insiste sur le fait que le partido avait des fins pratiques ; il était présent avant tout parmi les propriétaires qui débutaient et n’avaient pas une idée précise du métal qui pouvait être extrait et qui, de plus, n’avaient pas le capital suffisant pour financer des ouvriers payés exclusivement en espèces. Ceci expliquerait pourquoi cette même modalité fut appliquée à Colima avec les vinateros au début de la production de vin de coco, lorsqu’on découvrait à peine les quantités qui pouvaient être produites à partir des palmeraies. Le stimulant du salaire en argent, s’ajoutant au reste, pourrait être une façon de fidéliser la main-d’œuvre, alors que peu étaient détenteurs du savoir-faire, et qu’ils étaient répartis, comme nous l’observons sur le tableau, entre une poignée d’Espagnols intéressés par cette activité. Au-delà de ces arguments, force est de reconnaître que le partido continua à persister alors que le xviie siècle était bien avancé. Ainsi, dans la hacienda de Xicotlan, il y avait en 1647 six Chinois (Philippins en fait) travaillant à partir du partido : cette modalité ne disparut donc pas alors que le secteur d’activité s’était consolidé.

  • 21 AHMC, sección B, caja 18, exp. 1, f. 77v.

25Tout au long du xviie siècle, la production de vin de coco augmenta et d’autres formes de contrat apparurent qui engageaient les vinateros Indiens chinois, signe de la forte demande à laquelle fut soumis ce métier. Rapidement, être vinatero fut l’équivalent d’Indien chinois. Un document de 1638 est éclairant : un certain Juanillo, Indien vinatero, originaire du village de Zinacamitlan, juridiction de la province de Motines, « monte comme chinois dans les palmiers » qui appartiennent à doña Catalina de Alarcon, épouse du capitaine Antonio Carrillo de Guzmán21. Être Chinois et monter dans un palmier pour en extraire la sève (tuba) devint un binôme inséparable, et on peut se demander si tous les Asiatiques qui arrivèrent dans la province de Colima savaient a priori le métier de vinatero, ou si ce fut la société elle-même qui les orienta vers cette activité, au regard de leur origine ethnique et géographique. Dans un registre certes très différent, il est bien connu que les Basques à leur arrivée en Nouvelle Espagne s’orientaient souvent vers les mines et la métallurgie, secteurs assez développés chez eux.

Les vinateros enserrés dans des systèmes de dépendance

26Le deuxième profil est celui qui correspond à ceux qui reçurent une avance (enganche), ou une somme d’argent qui correspondait à un premier versement, anticipé. Nous avons le cas du Philippin Juan Bautista de Pantao qui, en 1632, s’engage à transmettre l’équivalent de 82 pesos en bouteilles (botijas) de vin de coco à Pedro Andrade Saavedra, Espagnol de la vallée de Alima (juridiction de Maquilli), somme que ce dernier lui a avancée. Les botijas proviendraient de ce qui revient à Juan Bautista du partido concerté avec le propriétaire : le Philippin travaillerait donc dans la palmeraie de Pedro Andrade (voir annexe 1).

  • 22 « Sebastián Tumbaga, chino, preso en la cárcel pública desta villa de Colima a pedimento de Bartolo (...)

27Il existe d’autres cas plus évidents. Jusqu’ici nous avons soutenu que les Indiens chinois vinateros jouissaient du statut d’hommes libres, bien que dans la réalité leur état d’assujettissement pût se concevoir comme proche de l’esclavage. Dit autrement, leur statut s’apparentait à celui de péonage pour dettes, et cette pratique devait être commune dans les haciendas de palmas de beneficio. Prenons le cas de Sébastian Tumbaga, qui travaillait comme vinatero de Bartolomé Bravo Lagunas dans la juridiction de la ville de Colima. En août 1638, Tumbaga s’enfuit de la hacienda de Bravo, et ce fut le début d’un procès au sujet des 41 pesos et 6 tomines que le Philippin devait à son employeur. Depuis sa prison, Tumbaga rédigea une pétition demandant à être vendu à quelqu’un d’autre, afin que Bravo soit ainsi remboursé de sa créance, car il ne se nourrissait pas en prison, et Tumbaga affirmait être très pauvre, n’ayant que sa force de travail22.

Tableau 3

Deudas de los chinos de la hacienda de Zinacamitlán (1638-1639)
[fragmento]

Juan Bautista

39 pesos y 6 reales

Francisco

19 pesos y 3 reales

Agustín Pérez

44 pesos y 7 tomines

Alonso

10 pesos y 4 tomines (huido)

García

71 pesos

Diego Pérez

87 pesos y 4 reales

Baltasar Francisco

18 pesos y 2 tomines

Source : AHMC, sección B, caja 18, exp. 1

28Tableau 3 : dans ce contrat se mêlent donc plusieurs modalités : la vente anticipée d’une production, l’avance sur salaire, le partido, et aussi un droit d’exclusivité, au moins partiel, du patron sur la vente de la production, fruit du travail de son travailleur, ainsi que certaines contraintes – comme ne pas s’absenter avant la fin du contrat. D’une certaine façon, le péonage pour dettes apparaît aussi en filigrane dans ce texte.

29Deux faits attirent l’attention dans le cas de Sebastián. D’une part, l’entête du procès mentionne qu’il s’agit d’un Chinois qui s’est enfui de chez son maître, encore que jamais il ne soit qualifié d’esclave. En second lieu, l’insistance du Philippin pour être vendu à qui paiera pour lui : c’est là une pratique assez habituelle dans le contexte du péonage, sans doute, mais aussi un indice révélateur des possibilités de négociation (vente) d’un bon professionnel vinatero. Finalement, il s’agissait de l’activité économique la plus rentable dans la Colima du xviie siècle. Il est probable que Luis González, habitant de Colima, impliqué dans la production de vin de coco, paya à Bartolomé Bravo la dette de Sébastian Tumbaga, car en janvier 1640 González accusa Tumbaga d’avoir passé contrat avec lui pour cent et quelques pesos, en raison de l’exploitation de quelques palmiers. Pour autant, le Philippin ne se rendit pas dans son hacienda et ne lui remboursa pas davantage la somme.

  • 23 AHMC, sección B, caja 18, exp. 1, f. 74 f.

30Comme autant d’exemples de l’endettement de Philippins dans les haciendas, nous disposons d’un mémoire des dettes des Chinois de la hacienda qui appartint à doña Catalina de Alarcón, que prit en charge, à sa mort en 1638, son époux don Antonio Carrillo de Guzmán (voir le tableau 3). Le 10 décembre 1638, à la suite de diverses opérations, Diego Pérez devait à son patron une somme conséquente de plus de 87 pesos. Carrillo avait soldé une dette de l’Indien chinois envers le capitaine Pedro Gómez de Olvera, de 22 pesos 4 tomines. Probablement Carrillo l’avait-il débauché de son emploi antérieur pour qu’il travaille chez lui pour produire du vin, ou ce qu’il voudrait. De plus, Pérez devait à Carrillo une mule, ce qui augmenta substantiellement le montant de sa dette23. Une telle obligation économique était difficile à liquider pour un Indien chinois, sachant que le salaire moyen des vinateros oscillait autour de 4 pesos mensuels.

  • 24 AHMC, sección B, caja 18, exp. 1, f. 74 v.
  • 25 José Ignacio Urquiola Permisán, Trabajadores de campo y ciudad. Las cartas de servicio como forma d (...)

31Baltasar Francisco, qui travaillait dans la même hacienda, devait 14 pesos à Antonio Carrillo de Guzmán à la même date, mais à partir de circonstances différentes. Son salaire était de 4 pesos par mois, mais on lui avait avancé 18 pesos, et on lui décomptait 4 pesos par mois24. Comme élément de comparaison, un Indien chinois, Anton Pérez, travaillant en 1609 dans une manufacture (obraje) de Querétaro gagnait 3 pesos, plus le gîte et le couvert. Sur ce point, les vinateros avaient des clauses similaires25.

32Il est plus que probable que ces Philippins vinateros arrivèrent à Colima sans le moindre capital et, qui plus est, avec des capacités de négociation limitées. C’est-à-dire que sans apport initial et hors de tout réseau de clientèle, ils durent demeurer sous la tutelle des hacendados espagnols lesquels, face à la demande croissante de vin de coco dans la région (et en particulier dans les mines du Nord), se montrèrent inflexibles en matière de désertion des vinateros.

Les vinateros en voie d’émancipation économique

  • 26 « [Andrés Rosales] me he convenido y concertado con el alférez Jorge Carrillo de Guzmán y le doy la (...)

33Dans ce troisième profil, nous observons un autre type de relations, d’une certaine façon plus équitables que les précédentes. Ici, nous évoquerons le cas du Philippin Andrés Rosales qui, en septembre 1618, passa contrat avec l’alférez et alcalde de la Santa Hermandad de Colima, don Jorge Carrillo de Guzmán, concernant la production de vin de coco. Rosales louait 28 cocotiers situés dans la vallée de Caxitlán, afin que Carrillo produise l’alcool avec un ou deux travailleurs. Au bout de deux ans, Rosales obtiendrait un tiers des bénéfices. Le contrat stipulait de plus que Rosales n’engagerait que la matière première, en aucune façon son travail ou la moindre dépense. Ainsi Andres se dégageait de toute relation de travail avec l’alférez. Dans une certaine logique, quasi inversée ici, l’Asiatique était le capitaliste et le noble espagnol devenait le technicien26.

34Au bout de quelques mois, les problèmes ne tardèrent pas à se manifester. Rosales protesta devant l’alcalde mayor que Carrillo lui avait promis la moitié de la production : sur 70 botijas peruleras obtenues jusque-là, on lui en avait remis seulement 15, et selon lui il lui en manquait 20, plus un récipient, deux botijas peruleras vides et un cadenas qui lui avait coûté 4 pesos. Il est évident que Rosales avait loué ses palmiers, mais aussi mis à disposition une cabane ou entrepôt afin d’y garder les instruments de travail, et il était commun de trouver ces cadenas dans de petites constructions des haciendas de palmiers. Pour sa défense, Carrillo présenta le contrat signé peu avant. Il reconnut qu’en décembre 1618, ils avaient fait les comptes : jusqu’alors, avaient été produites 56 botijas peruleras de vin de coco, dont 15 remises à Rosales, et il reconnut ne devoir que trois botijas et demie. Les deux parties se mirent d’accord sur ce point. Le Philippin avait-il voulu tirer parti de la situation, dans un moment de grande progression de l’activité ?

35Pourquoi Rosales eut-il la possibilité de nouer des relations aussi équitables et de révéler une plus grande capacité de négociation que ses congénères cités antérieurement ? Son cas, mettant en évidence une authentique association avec un hacendado espagnol, est-il unique ? Il faudrait disposer de cas similaires pour aller plus loin dans les conclusions. Un point d’importance : au moment de son contrat avec Carrillo, Rosales était l’alcalde des Chinois, donc avec une marge de négociation plus grande que les autres Philippins.

Les vinateros intégrés à leur société

  • 27 AGI, Contratación, 520, N. 2, R. 14, f. 32 et ss.

36Le quatrième profil se distingue des précédents parce que les vinateros philippins occupent ici une position plus confortable, ce qui leur permet de jouir d’une certaine aisance, perceptible à travers la propriété d’haciendas, l’obtention de licences pour monter à cheval et pouvoir marquer leur troupeau. Nicolas Mananquel apparaît en 1618, comme partenaire d’un commerçant philippin originaire de Pampanga et résident à Zapotlán, Domingo de Villalobos. Ce dernier avait établi un réseau de clientèle dans tout l’ouest de la Nouvelle Espagne, faisant commerce de produits de luxe en provenance de Chine, mais aussi d’autres produits de la terre. C’est ainsi que Mananquel lui avait remis pour 10 pesos de sel pour qu’il le vende. Parmi les débiteurs de Domingo, on trouve quatre autres Chinois : Luis, Pedro Timban, Juan Triana et Francisco Matias27.

  • 28 AHMC, sección B, caja 23, exp. 1.

37À partir de cette date, un long silence tombe sur Nicolas Mananquel. Il réapparaît en 1642, lorsque l’alcalde mayor Cristóbal de Lugo y Montalvo organise, comme chaque année, l’élection de l’alcalde des Chinois de Colima, thème sur lequel nous reviendrons. Mananquel fut un candidat malheureux. L’année suivante, il se présente devant le nouvel alcalde mayor, Martín Esteban de Velasco, comme Chinois de nation, habitant (vecino) de cette ville, et il sollicite l’enregistrement de son fer pour marquer ses chevaux et ses mules, sans que nous sachions leur nombre28. Qui est ce personnage remuant ? Les sources sont avares d’information. Arriva-t-il à Colima avec un capital attractif qui lui permit d’investir ? Nous savons qu’il finit par devenir propriétaire d’une hacienda de palmiers et qu’il aura des travailleurs à son service. Son cas est la preuve qu’il y avait des possibilités d’ascension sociale pour certains Indiens chinois vinateros, plus ou moins assimilés, comme ici. Il en fut de même pour les femmes.

  • 29 Paulina Machuca, « Medrar entre palmares. Francisca Martha, una « india china » en el Colima del si (...)
  • 30 Nous pouvons émettre l’hypothèse qu’elle se maria à 20 ans environ, comme ses congénères, ses paren (...)
  • 31 AHMC, sección B, caja 30, exp. 23.

38Le destin de Francisca Martha, Indienne chinoise créole, est paradigmatique29. Elle serait née à Colima, fille légitime du Chinois Juan Martín et de l’Indienne María Cornejo, tous deux habitants du village de Nahualapa, juridiction de la ville de Colima. Tout au long de la documentation, Francisca est qualifiée de Chinoise, en référence à l’origine du père. Nous ignorons à quel âge elle se marie, pour la première fois30, avec le Chinois Sebastián de la Cruz : ce fut en 1642, et il mourut en 165131.

39Au moment du mariage, ses parents apportèrent en dot trois paires de bœufs de labour, six mules dressées, sans leur bât, deux chevaux, une hacienda de palmiers nommée San Juan, avec une maison et 60 palmiers, 15 botijas de vin de coco, deux fours avec leurs récipients pour distiller l’eau-de-vie. De son côté, Sebastián de la Cruz introduisit dans le ménage cinq mules non dressées et six juments dressées. Ce n’était pas mal pour un jeune couple de Chinois. Durant leur union, ils achetèrent à un Indien de Tecuciapa, juridiction de Colima, un lopin de terre avec huit palmiers, où ils semèrent d’autres cocotiers, qu’ils louèrent à Matheo de Ocariz pour deux ans à partir de 1651.

40Il faut mettre en avant le capital que ses parents avaient accumulé au long de leur vie, afin de lui offrir une dot non négligeable, même pour les milieux espagnols de l’époque. Est remarquable également la capacité de Francisca, non seulement à conserver, mais encore à augmenter ses biens, à investir en semant d’autres arbres, à accroître la productivité, et à louer à des Espagnols intéressés par cette économie du vin de coco. Depuis leur hacienda de Nahualapa, Sebastián et elle commercialisèrent certainement leur production : ils disposaient des instruments nécessaires ; il n’est pas risqué de penser que Sebastián conjuguait les métiers de muletier et vinatero.

41Après la mort de Sebastián, Francisca Martha se maria pour la seconde fois avec le métis Miguel de Solís, avec qui elle vécut dans la hacienda de palmiers héritée de ses parents. Selon l’inventaire de biens rédigé à sa mort en 1664, nous pouvons constater qu’elle poursuivit la même activité : à ce moment elle possédait huit palmiers – rappelons que ses parents ne lui en avaient laissé que 60 comme dot –, un four, divers récipients, des cruches et des botijas. Mais surtout, elle pouvait s’appuyer sur un vinatero appelé Juan Alonso. Le fait que l’on relève trois mules de bât suggère qu’elle commercialisait elle-même son eau-de-vie.

42Les vies de Nicolas Mananquel et Francisca Martha démontrent que, même pour des Indiens chinois, il était possible de créer un réseau de relations à divers niveaux. À grands traits, l’on peut affirmer que nous sommes ici en présence de cas d’insertion réussis dans la société de Colima du xviie siècle, relativement ouverte, où l’on pouvait, sans trop de préjugés, s’établir et prospérer entre palmeraies et vin de coco.

Les alcaldes des Chinois

  • 32 « El alcalde de chinos en la provincia de Colima durante el siglo xvii : un sistema de representaci (...)

43Le cinquième et dernier profil de vinateros philippins se rapporte à la figure de l’alcalde des Chinois. Dans un travail précédent32, je m’interrogeais sur les circonstances qui firent surgir cette institution à Colima, et non dans d’autres villes de Nouvelle Espagne, qui comptaient pourtant aussi une forte présence de Philippins. Cela pouvait s’expliquer par l’existence d’une corporation dynamique – ou groupement – de vinateros à Colima, ce qui conduisit les autorités vice-royales à leur donner une certaine reconnaissance, à faciliter le recouvrement du tribut et à entreprendre d’autres démarches. Quatre ans après, l’hypothèse s’est consolidée, et je reviendrai seulement sur les éléments essentiels.

44Cette figure existe à Colima durant la première moitié du xviie siècle, au-delà il n’y a plus d’information. Cette période n’est pas fortuite, elle coïncide avec l’apogée de la production de vin de coco, et donc avec la nécessité de réguler le travail des vinateros. Nous disposons du registre de cinq alcaldes, pour 1619, 1632, 1636, 1642 et 1651. Bien que l’information soit rare, nous nous arrêterons sur l’année 1642, qui – s’agissant de l’élection de l’alcalde des Chinois, mulâtres et Indiens laboríos – offre la documentation la plus complète. À ce moment, le système semble avoir évolué et englobe d’autres groupes au-delà des Asiatiques. Bien que pourvu d’une autorité judiciaire, l’alcalde se consacrait essentiellement à la perception des tributs.

  • 33 Jane G. Landers and Barry M. Robinson, Slaves, subjects and subversives, Albuquerque, University of (...)
  • 34 Constantino Bayle, Los cabildos en la América española, Madrid, Sapientia, 1952, p. 174.
  • 35 Charles Gibson, Los aztecas bajo el dominio español, México, Siglo xxi, 1996, p. 401.

45Dans l’annexe 2, nous avons repris l’élection de 1642. Elle se tint le premier janvier en présence de l’alcalde mayor de Colima. C’était, en peu de mots, une élection ordinaire, comme celle de la municipalité espagnole. Rappelons qu’en Nouvelle Espagne, même les communautés de Noirs autrefois marrons (esclaves enfuis) avaient leurs propres représentants, qui défendaient leurs intérêts face aux autorités espagnoles33. Au niveau hispano-américain, il exista des alcaldes de métiers pour des corporations. À Mexico, comme à Quito, il y eut des alcaldes de tailleurs, ou encore de savetiers (Quito). Constantino Bayle souligne que ces alcaldes de métiers se considéraient comme représentants de la corporation à laquelle ils appartenaient34, mais l’alcalde des Chinois était probablement plus proche de l’expérience des gouvernements indigènes, comme celui de la ville de Mexico durant les xvie et xviie siècles, où Charles Gibson observa que les Mixtèques, les Zapotèques, les Tarasques, les Chichimèques et la nation meztitlán qui y séjournaient avaient leur propre alguacil pour la collecte du tribut35.

46Au-delà des similitudes que l’on voudra bien trouver, le cas des alcaldes des Chinois de la province de Colima est une charge atypique en Nouvelle Espagne. C’est une preuve du succès que connurent certains Philippins impliqués dans la production de vin de coco, elle-même un des moteurs de la production d’argent.

Conclusion

47Dans cet article, nous avons présenté, de façon générale, la conjoncture de l’immigration philippine en Nouvelle Espagne à partir de la route transpacifique du galion de Manille. À partir de là, nous avons évoqué les cas particuliers des immigrants en liaison avec les haciendas de palmiers de la province de Colima au xviie siècle, ce qui a mis en évidence de multiples formes d’insertion de cette population à travers la production de vin de coco. C’est à peine une poignée de destins, mais avec de fortes convergences. Un point central est la liaison étroite et naturelle de ces immigrés avec leur produit natif, le palmier et ses dérivés.

48Cette expansion de l’économie de la palmeraie prend sa force dans la première moitié du xviie siècle. C’est pour cela que tous les cas ici analysés correspondent à cette période. Ensuite, l’essor de cette boisson se brisa, sa connaissance se diffusa, l’arrivée de migrants diminua sans doute de manière notable et tout se ferma. C’est dire que les possibilités d’insertion se réduisirent pour la fin du xviie et au long du xviiie siècle. Auparavant ces biographies révèlent une grande fluidité des circonstances. De destin en destin, nous assistons à une véritable casuistique sur le plan du travail : chaque relation de travail non seulement est différente, mais elle accumule plusieurs modalités, comme le salaire a partido, la vente anticipée, le contrat de compagnie, des formes plus ou moins explicites de péonage pour dettes. Certaines circonstances pourraient même nous surprendre, comme la signature d’un contrat à égalité avec l’alférez don Jorge Carrillo de Guzmán. Dans un univers qui se trouve à la croisée de quatre continents, avec un manque significatif de population, les conduites ne pouvaient pas être simplement guidées par de simples préjugés ou des attitudes forgées ailleurs. À cette époque à Colima, et ailleurs, ce fut, avec toutes ses limites, un instant fugace mais réel d’acceptation des autres, des étrangers.

Haut de page

Annexe

Annexe 1

Obligación de Juan Bautista de Pantao para servir como vinatero a Pedro Andrade (1632)

En la huerta de Achiotlán del valle de Alima, jurisdicción de Maquilí, a siete días del mes de febrero de mil seiscientos y treinta y dos años, ante mí el escribano público y testigos, pareció Juan Bautista de Pantao, natural de las islas Filipinas, criado que es de Pedro Andrade Saavedra, vecino desta villa a quien doy fe que conozco y otorgo que debe y se obliga de dar e pagar al dicho Pedro de Andrade ochenta y dos pesos de oro común por razón de otros tantos que el susodicho le prestó en reales de que se da por entregado a su voluntad sobre que renuncio la excepción de la pecunia, leyes de la entrega y su prueba como en ella se contiene los cuales le [he] de ir pagando en botijas de vino de las que me pertenecieren de mi parte en el partido que el susodicho me da en sus palmas al precio corriente al tiempo del entrego llana y realmente y me obligo a no hacer ausencia de casa del susodicho ni de sus palmas hasta haberle acabado de pagar la dicha cantidad sin poder vender el vino de mi parte a otra persona y si hiciere ausencia el susodicho pueda enviar una persona a la parte donde este otorgante estuviere con dos pesos de oro de minas de salario en cada un día de los que se ocupare en ida, estada y vuelta a la cobranza y a traer a este otorgante, los cuales salarios pagará como el principal a cuya promesa obliga su persona y bienes habidos y por haber y con ellos se somete a las justicias de su Majestad de cualesquier partes que sean a cuyo fuero se somete y renuncia el suyo, ley si convenerit de jurisditiones omnium juidicum, para que le compelan a la paga como por sentencia pasada en cosa juzgada renuncia de derecho y así lo otorgó y firmó, siendo testigos Diego Arias y Diego Álvarez de Espinosa y Francisco Martín, Juan Bautista Pantao, ante mí, Clemente Hidalgo de Agüero, escribano público.

Source : AHMC, sección B, caja 11, exp. 5

Annexe 2

Votación para alcalde de los chinos, mulatos e indios laboríos (1642)

El alcalde y los demás oficiales del año pasado de mil seiscientos y cuarenta y un años, hemos conformado en los votos y votamos por alcalde de los chinos y mulatos e indios laboríos deste año en que entramos de mil y seiscientos y cuarenta y dos :

A Gaspar Hernández

IIIIIIIIIII

A Agustín Pérez

IIII

A Nicolás Mananquel

IIII

Gaspar Hernández viene a tener más votos por gusto de todos para que use este año el dicho oficio de alcalde y a Juan Alonso por regidor y alguacil.

En la villa de Colima, primer día del mes de enero de mil seiscientos y cuarenta y dos años, ante el general don Cristóbal de Lugo y Montalvo, alcalde mayor desta provincia y teniente de capitán general en ella por su Majestad, los chinos desta provincia exhibieron este papel, en que dicen tienen escrita su elección de Gaspar Hernández para este presente año y pidieron se les confirme y entregue la vara de la real justicia para el uso de dicho oficio, y visto por el dicho capitán general alcalde mayor, dijo que aprobaba y aprobó la dicha elección fecha en Gaspar Hernández, del cual se recibió juramento y juró a Dios y la Cruz en forma de derecho, bajo del cual prometió de usar el dicho oficio como debe y es obligado.

Source : AHMC, sección B, caja 21, exp. 2.

Haut de page

Notes

1 Archivo General de Indias (AGI), Filipinas, 38, N. 12. « Demande de Sebastián de Pineda d’un poste dans l’armada qui va aux Philippines », 26 mai 1619.

2 Voir sa thèse de doctorat, Los « Indios chinos » en la Nueva España : la inmigración de la nao de China, 1565-1700, El Colegio de México, 2007, spécialement le chapitre sur les Indiens chinois sur la côte de la mer du Sud, p. 80-104.

3 Voir Deborah Oropeza, Los « Indios chinos » en la Nueva España…, op. cit., appendices 4, 5 et 6, p. 254-295.

4 Archivo Histórico del Municipio de Colima (AHMC), sección B, caja 49, exp. 7, pos. 8, f. 29 v. et 3.

5 AHMC, sección B, caja 11, exp. 5.

6 « Al tiempo y quando se esperan las naos que por cuenta de su Majestad vienen de las Yslas Filipinas a esta Nueva España, en el dicho puerto de Salagua hay hordinarias y continuas centinelas para que, en descubriendolas, avisen a esta villa para que de ella se de aviso a la siudad de México con los pliegos que de hordinario se suelen dar a la jente que del dicho puerto va a reconocer las dichas naos y llevalles bastimentos y socorro de lo que an menester. » Sevilla, Provança, p. 26.

7 « Donde el Galeón de Filipinas desembarca el gentil hombre de aviso para que dé noticia al virrey, y con más propiedad diré que un mercader cargado de todos los géneros que puede sin pagar derecho alguno a S.M., los cuales venden en el camino hasta llegar a México por hacer su viaje con la lentitud que en este fin convienne. » Documentos varios relativos a Nueva España, Real Academia de la Historia de Madrid, Colección Muñoz, Signatura 09-04853, A-118, Tome 73, f. 340.

8 José Miguel Romero de Solís, Conquistas e instituciones de gobierno en Colima de la Nueva España (1523-1600), Colima et Zamora, Archivo Histórico del Municipio de Colima, Universidad de Colima, El Colegio de Michoacán, 2007, p. 148.

9 Paulina Machuca, « De porcelanas chinas y otros menesteres. Cultura material de influencia asiática en Colima, siglos xvi-xvii », Relaciones, estudios de historia y sociedad, no 131, verano 2012, vol. 33, p. 77-134.

10 Archivo de la Real Audiencia de Nueva Galicia, Ramo civil, caja 9, legajo 9, exp. 124.

11 Thomas Calvo, « Japoneses en Guadalajara : « blancos de honor » durante el seiscientos mexicano », Revista de Indias, vol. 43, no 172, 1983, p. 531-547 ; Melba Falck Reyes et Héctor Palacios, El japonés que conquistó Guadalajara. La historia de Juan de Páez en la Guadalajara del siglo xvii, Guadalajara, Universidad de Guadalajara, 2009.

12 « Los dichos [Indios chinos] paguen el tributo y los empadronaréis y se cobrará dellos lo que los naturales deste reino suelen pagar. » Archivo Histórico del Municipio de Colima (dorénavant AHMC), sección B, caja 50, exp. 9, pos. 5, f. 22v.

13 Archivo General de la Nación (AGN), Indios, vol. 13, exp. 112.

14 Deborah Oropeza, Los « Indios chinos » en la Nueva España…, op. cit., p. 87. Nous avons pu amplifier le registre et nous avons localisé nominalmente au total 166 « Indios chinos », dans la mer du Sud.

15 Ibid., p. 93.

16 Deborah Oropeza, Los « Indios chinos » en la Nueva España, p. 93.

17 « El que trafica con el vino, ù le conduce de una parte à otra para su venta. »

18 Elle peut atteindre 50 % d’alcool.

19 « Es sabido que hay en esta villa [de Colima] muchos chinos oficiales, los cuales en concierto que hacen con los españoles para trabajar cada uno en su oficio, usan que se les pague la mitad del jornal en dinero y la otra mitad en vino, y que con esta ocasión le venden a los naturales y negros y mulatos, desde aquí adelante les compeleréis Señor a que se orienten todo a dinero y no les consentiréis que lo vendan de aquí adelante, ejecutando la ordenanza que sobre esto hay. »

20 Eduardo Flores Clair, « Minas y mineros : pago en especie y conflictos, 1790-1880 », Historias, no 13, abril-junio de 1986, p. 51-57.

21 AHMC, sección B, caja 18, exp. 1, f. 77v.

22 « Sebastián Tumbaga, chino, preso en la cárcel pública desta villa de Colima a pedimento de Bartolomé Bravo, vecino desta villa, ante vuesa merced [parezco] y digo que atento el dicho Bartolomé Bravo no quiere que vuelva a su hacienda a trabajar y pagarle la cantidad que le debo ni menos venderme a otra parte donde le paguen por mí sino a más de que yo perezca aquí de hambre, por tanto = A vuesa merced pido y suplico mande a dicho Bartolomé Bravo me venda donde le paguen por mí o me dé de comer mientras me tuviese preso pues soy tan probe que no tengo de qué sustentarme mas de mi trabajo y paso muy grande necesidad… », AHMC, sección B, caja 15, exp. 15.

23 AHMC, sección B, caja 18, exp. 1, f. 74 f.

24 AHMC, sección B, caja 18, exp. 1, f. 74 v.

25 José Ignacio Urquiola Permisán, Trabajadores de campo y ciudad. Las cartas de servicio como forma de contratación en Querétaro (1588-1609), Querétaro, Gobierno del Estado de Querétaro, Archivo Histórico de Querétaro, 2001, p. 372-373. Les contrats de ce type apparaissent au temps du vice-roi Almanza (1568-1580). Ibid., p. 29.

26 « [Andrés Rosales] me he convenido y concertado con el alférez Jorge Carrillo de Guzmán y le doy las dichas palmas en compañía por tiempo de dos años desde la dicha fecha para que ponga uno o dos oficiales de hacer vino para que dello me dé la tercia parte sin yo poner en ello mi trabajo personal ni gasto ninguno que para sacar el dicho vino sea menester. Y el dicho Jorge Carrillo de Guzmán ha de pagar a los dichos oficiales su salario y sustentar […] para sacar la tuba y peroles para cocer el dicho vino y por el dicho gasto ha de llevar para sí las dichas dos partidas del vino que sacare, y el dicho Jorge Carrillo de Guzmán acepta este dicho trato y contrato y se obliga de guardar y cumplir lo contenido en este papel y lo firmó y el dicho Andrés Rosales. Fecho a cinco de septiembre de mil y seiscientos y dieciocho años, siendo testigos Juan Pérez de Espinosa, Pedro Sarmiento y Juan Martín, chino. » AHMC, sección B, caja 8, exp. 27.

27 AGI, Contratación, 520, N. 2, R. 14, f. 32 et ss.

28 AHMC, sección B, caja 23, exp. 1.

29 Paulina Machuca, « Medrar entre palmares. Francisca Martha, una « india china » en el Colima del siglo xvii », dans Thomas Calvo et Armando Hernández (dir.), Medrar para sobrevivir. Individuos presos en la fragua de la sociedad, San Luis Potosí, El Colegio de San Luis, Universidad Autónoma de Zacatecas, [sous presse].

30 Nous pouvons émettre l’hypothèse qu’elle se maria à 20 ans environ, comme ses congénères, ses parents étant encore vivants. Elle serait née vers 1622.

31 AHMC, sección B, caja 30, exp. 23.

32 « El alcalde de chinos en la provincia de Colima durante el siglo xvii : un sistema de representación en torno a un oficio », Letras Históricas, no 1, automne-hiver 2009, p. 95-115.

33 Jane G. Landers and Barry M. Robinson, Slaves, subjects and subversives, Albuquerque, University of New Mexico Press, 2006.

34 Constantino Bayle, Los cabildos en la América española, Madrid, Sapientia, 1952, p. 174.

35 Charles Gibson, Los aztecas bajo el dominio español, México, Siglo xxi, 1996, p. 401.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Carte 1 : Provenance des « Indiens chinois »
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/374/img-1.png
Fichier image/png, 327k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Paulina Machuca, « Les « Indiens chinois » vinateros de Colima. Processus d’insertion sociale dans les haciendas de palmes du xviie siècle », Diasporas, 25 | 2015, 121-137.

Référence électronique

Paulina Machuca, « Les « Indiens chinois » vinateros de Colima. Processus d’insertion sociale dans les haciendas de palmes du xviie siècle », Diasporas [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://diasporas.revues.org/374 ; DOI : 10.4000/diasporas.374

Haut de page

Auteur

Paulina Machuca

Paulina Machuca est une historienne mexicaine appartenant au Colegio de Michoacán (Zamora, Mexique). Son principal thème de recherche porte sur les échanges culturels entre le Mexique et les Philippines à l’époque coloniale. Elle a récemment publié (avec Thomas Calvo) l’article « El Santo Niño de Cebú entre costa y costa : de Filipinas a la Nueva España, 1565-1789 » (Lusitania Sacra, 2012). Elle a réalisé le documentaire Hacer tuba en México y Filipinas : cuatro siglos de experiencia compartida (El Colegio de Michoacán, 2013). Elle a effectué diverses recherches ethnohistoriques à Luzon et aux Visayas, aux Philippines.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org