Navigation – Plan du site
Empires ibériques

Les Silva Guedes sur l’île de Mozambique : transmigration et processus d’intégration pendant la transition du xviiie au xixe siècle

The Silva Guedes in Mozambique Island: Transmigration and Integration at the Turn of the 18th Century
El Silva Guedes en la isla de Mozambique: transmigración y integración en el paso del siglo xviii al siglo xix
Maria Bastião
Traduction de Jean-Pierre Léger
p. 91-103

Résumés

Cette étude porte sur le parcours de João da Silva Guedes sur l’Île de Mozambique à la charnière des xviiie et xixe siècles à propos de ses stratégies familiales, patrimoniales et commerciales. D’une part, le contexte politique et socio-économique de la région et la colonisation portugaise sont présentés : le cadre social préexistant et les réformes adoptées par la couronne portugaise pendant la chronologie mentionnée. D’autre part, le cas de Silva Guedes est mis en avant pour mieux comprendre les stratégies générales d’incorporation d’individus externes à la société insulaire.

Haut de page

Notes de l’auteur

Ce travail a compté sur l’aide financière du projet Counting colonial populations. Demography and the use of statistics in the Portuguese Empire, 1776-1875, coordonné par Paulo Teodoro de Matos et financé par la Fundação para a Ciência e Tecnologia (Portugal). Je tiens à remercier Paulo Teodoro de Matos pour son invitation à participer au projet et pour l’aide à la traduction.

Texte intégral

1Dansla deuxième moitié du xviiie siècle, l’île de Mozambique était la capitale politique et économique de la colonie du Mozambique et une ville-port inscrite dans un réseau de trafic d’esclaves qui s’étendait depuis les ports proches de la côte swahilie et les îles voisines de l’océan Indien (îles Mascareignes, Comores et Madagascar) jusqu’aux principaux marchés de l’Amérique portugaise et espagnole (Rio de Janeiro, Salvador, Recife, La Havane et Montevideo) en passant par l’Europe (Lisbonne, Bordeaux, Nantes). En plus des routes maritimes, l’île était aussi le point de convergence de plusieurs routes terrestres par lesquelles elle se fournissait en esclaves d’origine majoritairement makua et yao. Bien que la côte mozambicaine ait déjà participé auparavant au trafic d’esclaves, ce n’est que dans la deuxième moitié du xviiie siècle que celui-ci devint régulier et systématique. Peu après, vers 1830, l’île de Mozambique était déjà un des principaux ports mondiaux d’exportation de main-d’œuvre servile, bien que la côte orientale de l’Afrique n’ait jamais atteint le volume de commerce esclavagiste de la côte occidentale.

  • 2 Alexandre Lobato, « Ilha de Moçambique : notícia histórica », Arquivo. Boletim do Arquivo Histórico (...)
  • 3 Voir par exemple, M. Angius et M. Zamponi, Ilha de Moçambique…, op. cit.

2L’historiographie dédiée à l’île de Mozambique coloniale a déjà montré que la conjoncture de la transition entre le xviiie et le xixe siècle a été marquée par le renforcement de sa condition de capitale politique, administrative, commerciale et économique des territoires portugais de l’Afrique orientale. Un renforcement qui a entraîné la complexification administrative de l’île, notamment avec l’augmentation de compétences du gouvernorat général, l’élévation de « praça » à « vila » dotée d’un Sénat municipal (1763) et la création d’infrastructures adéquates à la nouvelle condition qu’elle vivait alors2. Comme cause et conséquence de son nouveau statut de capitale, et parallèlement à l’intensification du trafic négrier et des opportunités commerciales générées par le nouveau contexte économique, la population de l’île de Mozambique et de la région environnante augmenta, tant la population résidente – en particulier fonctionnaires, militaires et commerçants –, que la population en transit – esclaves et marchands qui y passaient pour leurs affaires. L’historiographie vient donc aussi souligner que la construction de la société insulaire, ayant déjà un substrat de métissage, a été marquée dans cette période de transition par un intense métissage où l’on distinguait des éléments de différentes origines géographiques, sociales, culturelles et religieuses3.

  • 4 « Matters of intimacy » et « matters of state » cf. Ann Laura Stoler, « Making Empire Respectable : (...)
  • 5 À ce propos, la littérature internationale est très vaste. À titre d’exemple, on peut voir in gener (...)
  • 6 Voir, par exemple, Julia Clancy-Smith et Frances Gouda (dir.), Domesticating the Empire : Race, gen (...)
  • 7 Esme Cleall, Laura Ishiguro et Emily J. Manktelow, « Imperial Relations : Histories of family in th (...)

3Dès lors, à la suite des propositions théorico-méthodologiques des études coloniales et post coloniales – notamment des gender studies et des travaux d’Ann Laura Stoler centrés sur la relation entre des questions d’intimité et des questions d’« état » 4 –, un nombre croissant d’auteurs se sont penchés sur les thématiques de la famille et des liaisons entre famille et empire, sur les comportements sexuels et les unions (matrimoniales ou non) entre colonisateurs et colonisés, sur le rôle de la femme, sur la vie privée et la domesticité. Des lignes de recherche soutenues aussi par les propositions de l’histoire sociale sur la sociologie et la dimension anthropologique des émigrations, des questions d’identité et de métissage, de conflit, d’intégration et de pouvoir dans les territoires coloniaux5. Cette recherche a surtout concerné les xixe et xxe siècles et s’est surtout intéressée à la tradition anglo-saxonne et aux espaces d’influence coloniale britannique comme l’Inde6. Les pistes ainsi ouvertes sur la façon dont les relations familiales ont modelé et ont été modelées par les empires, sur la centralité, dans la politique et l’identité coloniale, de la question du contrôle des formes d’union officielle et de reproduction sociale, ainsi que sur les modalités de constitution de la famille en espace vital de décision, de communication et d’opportunités économiques, tout cela constitue de bons supports pour la réflexion sur la colonisation portugaise de l’île de Mozambique pendant la période choisie7.

  • 8 Voir, par exemple, Peter Mark, « Portuguese » Style and Luso-African Identity : Pre-Colonial Senega (...)

4Dans le présent travail, j’étudie l’intégration de João da Silva Guedes du point de vue de ses réseaux de parenté et d’amitié, de ses stratégies sociales (de mariage, d’occupation d’offices administratifs et municipaux) et patrimoniales. L’analyse de ce cas permettra d’éclairer des processus sociaux plus vastes et de connaître ainsi de façon plus approfondie l’architecture sociale de l’île de Mozambique. J’ai voulu comprendre les modalités et les stratégies générales d’intégration d’individus externes à la société insulaire pendant la période de transition entre le xviiie et le xixe siècle. Ce travail se propose de dialoguer avec l’historiographie qui a privilégié la circulation des personnes et les dynamiques socioculturelles générées par le trafic d’esclaves8. Jusqu’à quel point le fait d’être « externe » a-t-il été un facteur d’inclusion/exclusion sur l’île de Mozambique pendant la période analysée ? Quelles ressources ont été mobilisées par les individus fraîchement arrivés dans la région ? Voilà en résumé quelques-unes des questions qui ont orienté ce travail.

L’île de Mozambique pendant la transition du xviiie au xixe siècle

  • 9 Fritz Hoppe, A África Oriental Portuguesa no tempo do Marquês de Pombal 1750-1777, Lisboa, Agência (...)
  • 10 Voir, à titre d’exemple, les travaux suivants : F. Hoppe, A África Oriental Portuguesa…, op. cit. ; (...)

5La deuxième moitié du xviiie siècle a représenté pour l’île de Mozambique une période de transformation et de dynamisme notable, notamment à partir du passage à l’administration directe par Lisbonne en 1752. La capitale des territoires portugais de l’Afrique orientale d’alors a vu son rôle augmenter à la suite d’une série de mesures visant à affirmer la position de ces territoires dans l’ensemble de l’empire portugais. D’abord, le passage à l’administration directe par Lisbonne intervient donc par décret royal du 19 avril 1752. Cette mesure, qui visait à combattre la « présente décadence du Gouvernement de Mozambique », était fondée sur la supposition qu’il « serait plus approprié de la séparer de celle de Goa pour son rétablissement9 » ; elle est vue de façon consensuelle par l’historiographie comme un tournant dans l’histoire de l’Afrique orientale portugaise10.

  • 11 F. Hoppe, A África Oriental Portuguesa…, op. cit., p. 122-124, 139-142, 213 ; A. Lobato, Evolução A (...)
  • 12 Onglet du gouverneur général João Pereira da Silva Barba, s. d. (1763), Arquivo Histórico Ultramari (...)
  • 13 Calisto Pereira de Sá étant mort avant son arrivée à Mozambique, les Instructions ont été mises à e (...)

6Une fois décrétée l’autonomie administrative, politique et militaire face à l’Estado da Índia (État portugais de l’Inde) en 1752, l’autonomie économique n’a, elle, été décidée qu’en 1755, car le monopole du commerce entre la côte orientale de l’Afrique et le sous-continent indien a continué d’être exercé par le « Conselho da Fazenda » siégeant à Goa. Le décret du 10 juin 1755 est venu changer la situation de dépendance économique en ouvrant le commerce des ports mozambicains à tous les sujets de l’Estado da Índia et à toutes les marchandises sauf les perles de verre, mais la loi n’a été mise en place que le 29 juillet 1757 à cause de l’opposition interne du gouverneur général lui-même11. En 1761, la liberté de commerce a été étendue à tous les autres sujets de l’empire portugais, mais là encore sa mise en application n’est intervenue que deux ans plus tard, en 176312. Ce n’est qu’une seule des nombreuses mesures touchant le commerce de l’Afrique orientale portugaise prévues dans l’ensemble des Instructions générales du 7 mai 1761 données au gouverneur général en question, Calisto Rangel Pereira de Sá13, et des décrets complémentaires de 1763. Considérées comme un moment clé dans la réforme administrative de Mozambique faisant suite à l’autonomie face à l’Estado da Índia, les Instructions de 1761-1763 mettaient en place un ensemble de lois visant à la « refondation » et à la « recivilisation » de la colonie.

  • 14 « Lettre royale pour le gouverneur général Calisto Rangel Pereira de Sá », le 28 mai 1761. Cf. F. H (...)
  • 15 F. Hoppe, A África Oriental Portuguesa…, op. cit., p. 230 ; José Capela, O tráfico de escravos nos (...)

7Du point de vue économique et commercial, les Instructions de 1761-1763 décidaient encore de concentrer tout le mouvement commercial sur l’île de Mozambique, vers laquelle devaient se diriger toutes les embarcations venant d’Europe, d’Amérique ou d’Asie afin qu’elle devienne le « comptoir de tout le commerce et navigation de ces ports » et qu’elle soit dotée de tous pouvoirs pour « fournir tous les moyens et toutes les influences pour l’établissement et pour l’augmentation de toutes les autres colonies de cet important territoire14 ». La centralisation des activités économiques et commerciales et la remise du monopole de la traite côtière aux sujets portugais résidant sur l’île de Mozambique avaient pour objectif de créer un groupe d’armateurs et de commerçants influents au niveau financier, et de mettre ainsi fin à la dépendance de Mozambique vis à vis de l’Estado da Índia et des marchands hindous et musulmans qui dominaient la traite extérieure15. Cet objectif a pourtant été atteint non pas à cause des intentions de Lisbonne mais en raison de la systématisation du trafic négrier.

  • 16 J. Capela, O tráfico de escravos…, op. cit., p. 27-48.
  • 17 Patamares, marchands ambulants ou mussambazes (vasambadzi), ainsi étaient nommés les agents africai (...)
  • 18 Sur le trafic d’esclaves dans les territoires portugais de la côte orientale africaine, voir en par (...)

8Bien que la vente et l’achat d’esclaves dans la région de l’île de Mozambique se soient épanouis durant les siècles précédant le xvie siècle – pratiqués par les Swahilis et, à partir de cette date, également par les Portugais –, un volume commercial régulier et systématique n’a été atteint qu’à partir de 1770, à cause de l’augmentation des relations avec les colonies françaises de l’océan Indien et plus tard avec l’Amérique portugaise16. Depuis les îles Mascareignes où ils étaient établis – l’île Bourbon (actuelle île de la Réunion, 1642) et l’île de France (actuelle île Maurice, 1714) –, mais aussi comme intermédiaires de Madagascar, les Français apportaient des biens alimentaires (principalement du riz) qu’ils échangeaient contre des esclaves. Les premiers Français à la recherche d’esclaves ont accosté sur la côte mozambicaine en 1720. Grosso modo, entre 1720 et 1770, les demandes françaises ont été marquées par la dichotomie entre le besoin de main-d’œuvre pour le développement aux îles Mascareignes d’une économie de plantation basée sur la culture du café, du sucre et du coton et la résistance des autorités portugaises à ce trafic. L’achat d’esclaves était alors sporadique et réalisé avec la complicité de certains gouverneurs généraux qui, contre les ordres de Lisbonne, facilitaient l’entrée des navires français sur l’île, ou par la contrebande avec des chefferies makuas, swahilis et patamares17 dans les petits ports et les baies du littoral proche18.

  • 19 Les directives datent du 19 avril 1785 mais n’ont été mises en application qu’à partir de 1787. Le (...)
  • 20 J. Capela, O tráfico de escravos…, op. cit., p. 31-54.

9De 1771 à 1784, la pratique s’est diffusée, les Français ont affirmé leur présence dans la région et l’ont élargie au nord, aux îles Quirimbes. À partir de 1785, de nouvelles directives du secrétaire d’état à la Marine et aux Affaires d’Outre-Mer, Martinho de Melo e Castro, ont rendu légale la vente d’esclaves en échange de denrées, limitée cependant au port de l’île de Mozambique19. Cette mesure a permis l’expansion du trafic français, qui a connu son apogée à la période suivante, entre 1785 et 1794. Selon José Capela, un premier pic a été atteint en 1789 avec une exportation d’esclaves supérieure à une dizaine de milliers. À partir de 1794, l’activité négrière française dans l’Est africain a subi des perturbations ponctuelles à cause de l’élargissement des guerres napoléoniennes à l’océan Indien. Le trafic avec l’Amérique portugaise gagnait alors en importance20.

  • 21 Manolo Florentino, Alexandre Vieira Ribeiro et Daniel Domingues da Silva, « Aspectos comparativos d (...)

10Bien que les premières prises d’esclaves dans les ports mozambicains à destination du Brésil remontent à 1645, la demande brésilienne resta sporadique et irrégulière jusqu’aux dernières décennies du xviiie siècle. C’est à partir des années 1770 que les marchands « brésiliens » commercèrent abondamment avec l’île de Mozambique. Lisbonne cherchait à promouvoir les liaisons commerciales entre le Mozambique et le Brésil afin d’augmenter les recettes douanières de la colonie africaine et de doter en main-d’œuvre la colonie américaine21.

  • 22 J. Capela, O tráfico de escravos…, op. cit., p. 140.
  • 23 Ernestina Carreira, « Navegação comercial entre o Brasil e a Ásia Portuguesa durante a estadia da c (...)
  • 24 J. Capela, O tráfico de escravos…, op. cit., p. 48-54.
  • 25 M. Florentino, A. V. Ribeiro et D. Domingues da Silva, « Aspectos comparativos do tráfico… », op. c (...)
  • 26 Ibid., p. 93-96.

11Dans la pratique, cependant, une série de circonstances freinait pourtant ce commerce22. Comparé à la côte occidentale, le voyage jusqu’à la côte orientale était plus dangereux. Comme il était aussi plus long, les taux de mortalité étaient plus élevés. En raison de la proximité géographique et de relations commerciales déjà solides, les marchands installés sur l’île-capitale privilégiaient le contact avec les Français23. Les effets politico-militaires de la guerre européenne dans l’océan Indien furent contournés par l’usage de navires battant pavillon neutre ou en faisant passer le commerce des esclaves du Mozambique par les Comores ou les Seychelles24. Mais probablement à cause d’une conjoncture commerciale plus instable et du renforcement des réseaux reliant les côtes orientales africaine et américaine, le trafic transatlantique commença à gagner en importance. Une quinzaine d’expéditions partirent de Rio de Janeiro vers l’île de Mozambique entre 1795 et 1811. Et dans le sens inverse, entre 1798 et 1810, au moins dix-sept embarcations mozambicaines furent envoyées vers l’Amérique portugaise et espagnole25. Mais la demande brésilienne n’est devenue significative qu’après l’installation de la Cour à Rio de Janeiro (4 février 1811). La période à partir de 1811, est qualifiée par Manolo Florentino de période de consolidation de la côte orientale africaine comme la « grande source d’approvisionnement du Brésil », avec des exportations afro-orientales qui connaissent un rythme d’expansion très supérieur à celui des exportations depuis les ports de la côte atlantique26.

  • 27 J. Capela, O tráfico de escravos…, op. cit., p. 141.
  • 28 J. Capela, « Moçambique… », op. cit., p. 118.

12Le développement du trafic d’esclaves a donc été la voie par laquelle s’est faite l’intégration de l’économie du Mozambique dans une économie plus globale, et la circonstance qui a permis la formation d’un petit groupe de marchands résidents sur l’île de Mozambique avec une capacité financière leur permettant de participer au commerce à longue distance. Selon José Capela, ce dernier objectif était depuis longtemps poursuivi par Lisbonne. On attendait qu’il y ait « un groupe établi sur l’île de Mozambique, maître de ses propres navires, qui puisse retirer à la capitainerie la dépendance qu’elle maintenait avec les places indiennes et qui investisse localement27 ». Ainsi, au début du xixe siècle, le groupe d’armateurs « mozambicains » est déjà en plein fonctionnement et entretient un commerce tant dans l’océan Indien qu’avec les Amériques à côtés des armateurs français, brésiliens, portugais et espagnols de La Havane et de Montevideo28.

La colonisation portugaise de l’île de Mozambique

  • 29 Eugénia Rodrigues, « Colonial Society, Women and African Culture in Mozambique », in Clara Sarmento (...)

13En plus des marchands et des hommes d’affaires, la colonisation portugaise de l’île de Mozambique s’est faite surtout par la voie d’officiers royaux, de religieux et de militaires appelés pour son administration et sa défense en tant que capitale de la colonie. Nombre de ces individus arrivaient sur la côte orientale de l’Afrique après avoir servi la Couronne portugaise dans d’autres parties de l’État portugais de l’Inde. De l’Estado da Índia provenaient aussi des individus d’origine asiatique ou luso-indienne attirés par le vigoureux climat commercial ; ils constituèrent également une partie importante de l’immigration masculine. Une partie de ces individus finit par s’établir dans la région, s’intégrant à la société insulaire et se consacrant systématiquement au commerce, notamment au trafic d’esclaves29.

  • 30 A. P. Wagner, População no Império Português…, op. cit., p. 222-223, 227.
  • 31 E. Rodrigues, « Colonial Society… », op. cit., p. 255.

14Le caractère principalement mercantile de l’île expliquait la colonisation majoritairement masculine, en renouvellement permanent et constituée d’individus aux origines très diverses30. Au contraire, depuis le début de la colonisation portugaise, le nombre de femmes envoyées dans la région a toujours été très réduit. La reproduction biologique de la communauté portugaise se faisait donc surtout par des liaisons entre des hommes d’origine ou d’ascendance européenne et des femmes africaines ou des descendantes de mariages lointains de natifs de métropole et d’Indiens avec des Africaines31.

15Bien que l’hétérogénéité soit une caractéristique de la population insulaire depuis la période swahilie, les transformations économiques et sociales vécues dans la deuxième moitié du xviiie et dans les premières décennies du xixe siècle ont accentué cette caractéristique, puisqu’elles ont été accompagnées par une croissance démographique significative – basée surtout sur les populations d’esclaves en transit – et par un phénomène migratoire important d’autres parties de l’océan Indien et de l’empire portugais – reposant en grande partie sur les marchands engagés dans le commerce d’esclaves et sur les officiers royaux, les religieux et les militaires.

  • 32 M. Angius et M. Zamponi, Ilha de Moçambique…, op. cit.
  • 33 Malyn Newitt, « Mozambique Island : The Rise and Decline of an East African Coastal City, 1500-1700 (...)

16Les récentes études d’Ana Paula Wagner sur la population de l’Afrique orientale portugaise dans la deuxième moitié du xviiie siècle ont permis quelques progrès dans la connaissance de la population chrétienne de l’île de Mozambique. Pour résumer, la région aurait compté environ 392 habitants en 1777, 549 en 1785 et 539 en 1796. Ces chiffres sont cependant lacunaires car ils ne font référence qu’aux individus qui étaient alors considérés comme sujets de la Couronne portugaise, les populations musulmanes, hindoues et africaines (notamment les populations africaines chrétiennes) qui y habitaient n’étant pas comptabilisées32. Et en plus de la population permanente, l’île accueillait une importante population flottante qui résidait dans la région pour ses affaires ou en escale vers l’Inde33.

  • 34 E. Rodrigues, « « Em nome do rei »… », op. cit., p. 341-343.
  • 35 Sebastião José de Carvalho e Melo, premier marquis de Pombal, est par convention presque toujours a (...)
  • 36 Ângela Barreto Xavier, « Dissolver a Diferença — Conversão e Mestiçagem no Império Português », in (...)
  • 37 D’autres mesures législatives de même nature ont été prises aux siècles précédents. On peut mention (...)

17Pendant la transition du xviiie au xixe siècle, la société insulaire était donc caractérisée par un intense mélange où l’on pouvait distinguer des éléments de diverses origines géographiques, culturelles et religieuses, notamment des Européens, des Africains (de populations makuas) et des familles de descendants arabes, indiens et européens déjà métissées localement. Afin de fixer une population engagée au service et à la défense de la colonie, les Instructions de 1761-1763 déjà mentionnées instituaient l’égalité législative entre les natifs de métropole et les chrétiens d’Estado da Índia. Elles prévoyaient aussi qu’aux seconds soit assurée la jouissance des honneurs et des privilèges accordés jusqu’à présent aux premiers, par exemple, en légiférant contre les traitements discriminatoires associés aux termes de « nègre » ou de « métis » 34. Le choix préférentiel de « naturels » était aussi encouragé pour l’occupation d’offices royaux au détriment des natifs de la métropole. Dans le cas du Mozambique, « naturels » faisait référence non seulement aux individus effectivement originaires d’Estado da Índia, mais aussi aux individus nés dans la région. Sous le signe de Sebastião José de Carvalho e Melo (1699-1782), marquis de Pombal35 et secrétaire d’État de D. João V (règne 1707-1750) et D. José Ier (règne 1750-1777), on légiférait ainsi afin de dissoudre les différences entre colonisateur et colonisé en vue d’une homogénéisation sociale36 et de la durabilité de la présence portugaise37.

Les Silva Guedes sur l’île de Mozambique

  • 38 « Demande de João da Silva Guedes pour continuer à détenir l’office de secrétaire général de la dou (...)
  • 39 « Liste des baptêmes, mariages et décès de la cathédrale de Mozambique entre janvier 1783 et août 1 (...)
  • 40 J. Capela, O tráfico de escravos…, op. cit., p. 78 et 147.

18Né à Porto (Portugal) vers 1750, la présence documentée de João da Silva Guedes au Mozambique remonte à 1778 ou 1779, date à laquelle il aurait débuté ses fonctions comme secrétaire général de la douane38. Avant 1784, on le sait marié avec doña Rosaura Monteiro de Sousa et en 1787, il est déjà l’un des plus gros producteurs agricoles établis sur l’île de Mozambique, s’occupant de ses terres et aidant à la gestion des fermes de sa belle-mère et de sa belle-sœur39. À partir de 1789 au moins, on le retrouve engagé dans le trafic négrier. À partir de 1791, il commence à armer des navires ; en 1794, il est le premier armateur résidant sur l’île de Mozambique à expédier une embarcation négrière vers l’Amérique portugaise40.

  • 41 João da Silva Guedes a fait la demande de l’usage viager de l’office de secrétaire général de la do (...)
  • 42 « Lettre du Sénat municipal à la reine », le 26 novembre 1794, AHU, Cons. Ultr., Moç., cx. 69, doc. (...)
  • 43 « Lettre des frères de la Misericórdia de Mozambique au gouverneur des Îles de Cabo Delgado », le 6 (...)
  • 44 « Lettre de João da Silva Guedes au poste de capitaine général de la Companhia de ordenanças de Moz (...)
  • 45 « Lettre du gouverneur général Francisco G. C. Meneses da Costa à la reine », le 8 août 1799, AHU, (...)

19Secrétaire général de la douane, donc en contact direct avec les armateurs et les négriers, João da Silva Guedes a lui-même commencé à acheter et à vendre des esclaves sans pour autant abandonner son poste41, dont l’exercice lui apportait d’ailleurs de nombreux bénéfices. Il a fait partie du Sénat municipal au moins en 1794 et en 180142, il a été également membre du bureau de vote de la Misericórdia (1793)43, capitaine général de la « Companhia de Ordenanças » de Mozambique (1793) 44 ; puis il est devenu propriétaire et producteur agricole avec plusieurs plantations et palmeraies de la Couronne portugaise45. La transformation du capital mercantile en propriété foncière était une stratégie qui obéissait fondamentalement à des désirs de reconnaissance sociale et sécuritaire. Il s’agissait d’un type d’investissement moins incertain et à rendement fixe, qui permettait plus facilement un niveau de vie en accord avec les gains commerciaux accumulés. Au-delà de l’île de Mozambique, Silva Guedes a cherché à acquérir des terres dans d’autres régions de la colonie comme Quelimane, région convoitée car située au carrefour des routes négrières de la vallée du Zambèze et port de sortie des esclaves rapportés de l’intérieur des terres.

  • 46 « Rapport des habitants portugais en place à Mozambique et dans ses districts (1757) », in Luiz Fer (...)

20Étant certainement arrivé comme volontaire sur l’île de Mozambique dans les années 1770, João da Silva Guedes était, vingt ans après, un des principaux résidents de l’île. Il avait épousé Rosaura Monteiro de Sousa, très probablement la fille de Francisco Monteiro de Sousa, lui-même présenté quelques années auparavant comme l’un des principaux résidents de la colonie de Mozambique. Francisco Monteiro de Sousa était natif de la province du Nord, « fils bâtard d’un Portugais et d’une brahmane de Goa », avait servi sur l’île comme militaire et adjudant du gouverneur général, et s’était marié avec une « veuve fille de blanc et de métisse » 46.

  • 47 Francisco José de Lacerda e Almeida, « Bref mémoire des observations et des nouvelles qu’il a acqui (...)

21L’alliance, par le mariage avec Rosaura, à l’une des familles de l’élite de l’île semble avoir joué un rôle central dans l’intégration de João da Silva Guedes dans la société insulaire. Comme dans d’autres sociétés d’Ancien Régime, le choix du conjoint était avant tout guidé par des raisons pragmatiques. Du point de vue d’un nouvel arrivant, le mariage, en plus d’être inhérent aux codes moraux, permettait l’une des principales formes d’accès à la terre par la dot de la femme épousée. Du point de vue féminin, seule l’offre d’une belle dot rendait possible la concrétisation d’un « bon » mariage, ce qui était le cas lors d’un mariage avec un étranger, si possible de bonne extraction sociale. Une stratégie qui, dans les sociétés coloniales, visait aussi à une certaine « désafricanisation » par le rapprochement avec un modèle et un ton de peau plus européen, qui bénéficiait surtout aux générations suivantes, vu qu’un épiderme plus clair continuait de faciliter l’accès aux ressources de la colonie, notamment à la terre et aux offices royaux. D’ailleurs, selon Francisco José de Lacerda e Almeida, les « dames du pays », et sûrement aussi leurs parents, avaient coutume de « ne pas vouloir contracter d’alliances avec les fils de la terre qu’elles appelaient lolos ». Du reste, on disait que l’on se mariait plus facilement si l’on était « fils de quelque étranger pauvre que les lolos bien établis », ce que Lacerda e Almeida attribuait au fait que les dénommés lolos, « comme l’a montré l’expérience, détruisaient leurs maisons et celles de leurs femmes au contraire de ce qui se passait avec les étrangers47 ». Une opinion probablement construite sur le fait que l’étranger bénéficiait d’une légitimité sociale et d’un capital relationnel difficiles à atteindre pour les hommes nés en Afrique.

  • 48 Ibid., p. 503.

22En tant qu’élément externe et au début étranger à la langue makua, João da Silva Guedes réussit son intégration grâce à son alliance avec Rosaura Monteiro de Sousa, et ce aussi du point de vue des affaires de vente et d’achat d’esclaves. Le makua étant la lingua franca du commerce avec l’intérieur, tout porte à croire que dans le cas où les hommes ne maîtrisaient pas le makua, c’étaient les femmes africaines qui étaient les responsables des négociations avec les Africains se rendant sur la terre ferme pour vendre des esclaves48.

  • 49 « Lettre du gouverneur général Francisco G. C. Meneses de Sá au secrétaire d’État D. Rodrigo de Sou (...)

23Nous connaissons quatre des enfants issus de l’union entre João da Silva Guedes et Rosaura Monteiro de Sousa : Vicente Guedes da Silva e Sousa, Amaro Guedes da Silva, David Guedes da Silva e Sousa et Maria Rita de Sousa Guedes. Tous les fils ont suivi leurs études en dehors de la colonie. Les deux plus âgés, Vicente et Amaro, ont été envoyés à Lisbonne. David, le plus jeune, à Rio de Janeiro. Le petit-fils, João da Silva e Sousa, a étudié à Goa. Au moins deux d’entre eux, Vicente et Amaro, sont revenus sur l’île. Après huit ans à Lisbonne, Vicente est revenu à Mozambique en 1800 « avec la meilleure instruction pour lire, écrire et compter en suivant les principes nécessaires de l’orthographe, de la grammaire portugaise et de l’arithmétique mais aussi capable de lire, parler et écrire en français et en anglais ? » Très rapidement, en 1801, il est nommé secrétaire du gouverneur général49.

  • 50 Frei Bartolomeu dos Martires nommait reinós « tous les Portugais, fils du Portugal et du Brésil et (...)
  • 51 A. Stoler, Carnal Knowledge…, op. cit.

24Envoyer ses enfants pour être éduqués en dehors de la colonie était aussi une pratique relativement courante parmi les colons provenant du Portugal ou d’Amérique portugaise, et des familles qui en descendaient, ce qui était dû aussi au fait qu’il n’existait pas, à Mozambique, d’écoles ou d’autres établissements d’éducation. Selon Frei Bartolomeu dos Mártires, la majorité des « natifs du pays50 » faisaient leurs études à Goa, sur l’île de France, au Portugal ou en Amérique portugaise. Peu d’entre eux pourtant revenaient. Pour d’autres espaces impériaux et pour des périodes postérieures, certaines études ont montré que les choix matrimoniaux et l’accession à l’éducation étaient, parmi bien d’autres, deux des vecteurs de la « mission civilisatrice » des États coloniaux51. Sur l’île de Mozambique au passage du xviiie au xixe siècle – sans vouloir minimiser la préoccupation pour l’éducation de la famille et le désir d’ascension sociale des Silva Guedes –, l’envoi des fils aînés pour étudier à l’étranger semble s’expliquer plus par des raisons pragmatiques que par un projet de « civilisation » de la part du pouvoir colonial.

  • 52 Eugénia Rodrigues, « O quotidiano e a construção do imaginário colonial acerca da Ilha de Moçambiqu (...)
  • 53 En bref, les prazos da Coroa étaient des terres de la Couronne portugaise qu’elle octroyait sur une (...)
  • 54 « Demande de Maria Rita de Sousa Guedes d’une lettre de confirmation du prazo Chemba », avant le 24 (...)
  • 55 Tout au long du xviie siècle, la vallée du Zambèze était connue sous le nom de Rios de Sofala ou Ri (...)
  • 56 Eugénia Rodrigues, Portugueses e Africanos nos Rios de Sena. Os Prazos da Coroa nos Séculos xvii e (...)

25Quant à l’éducation féminine, on sait qu’elle était donnée dans un contexte domestique et était généralement à la charge des femmes esclaves. Seules quelques familles aisées envoyaient leurs filles dans des couvents à l’étranger, notamment à Goa52. On ne sait pas dans quel environnement a eu lieu l’éducation de Maria Rita, la fille du couple Silva Guedes. Mais ses parents lui ont montré la même sollicitude qu’à ses frères en la mariant avec João Malheiro de Menezes, noble de la Maison royale (fidalgo da Casa Real), natif de Braga (Portugal), arrivé sur l’île pour exercer des fonctions militaires. Elle reçut en dot, en 1800, le prazo53 Chemba (Quelimane) explicitement « pour se marier avec lui » 54. Étant à la base du pouvoir et du prestige d’un ensemble restreint de familles des Rios de Sena55, les prazos da Coroa des Rios de Sena ont fait l’objet de dissensions entre les marchands de l’île qui, en grande partie, avaient consolidé leur pouvoir social et économique par le trafic d’esclaves. Depuis la fin du xviiie siècle, on l’a vu, ce groupe de marchands – parmi lesquels se trouvait João da Silva Guedes – cherchait à investir dans la possession de biens fonciers, autant pour le prestige qui en découlait que pour les revenus qu’ils procuraient. Un processus en conséquence duquel de nombreux colons des Rios de Sena furent expropriés de leurs terres en faveur des hommes d’affaires de l’île de Mozambique56.

26Quant à João da Silva Guedes, il resta lié au trafic d’esclaves jusqu’en 1813. Cette année-là, il demanda l’office de secrétaire général de la douane pour son fils aîné, Vicente. Comme arguments pour cette demande, il présenta le fait d’avoir servi la Couronne portugaise avec honneur pendant de nombreuses années, d’être l’un des principaux notables et marchands de l’île, et principalement d’« avoir aidé à l’établissement de familles dont la colonie avait tant besoin en mariant leurs filles avec de belles dots ». Il prit sa retraite, mais son activité fut poursuivie par le fils aîné, qui continua parallèlement à occuper l’office de secrétaire général de la douane jusqu’en 1819.

Conclusion

27Dans la deuxième moitié du xviiie siècle, l’île de Mozambique était toujours un port de destination pour les officiers royaux, les militaires et les religieux qui y étaient détachés pour assurer leurs fonctions au service de la Couronne portugaise. à cause de l’expansion du trafic d’esclaves, elle accueillait aussi un nombre croissant de marchands et de commerçants d’origines géographiques et culturelles très diverses. Au moins une partie de ces individus s’y fixait, s’intégrait à la société insulaire et y laissait une descendance. Dans ce travail, nous avons suivi le parcours d’un de ces individus. João da Silva Guedes, né à Porto, venu au Mozambique, comme tout semble l’indiquer, de façon volontaire et très probablement afin de réunir des biens matériels et de conquérir un prestige social auquel il aurait difficilement eu accès au Portugal.

28À son arrivée dans l’Est africain, sa condition de blanc et d’Européen lui facilita l’accès à l’un des offices les plus recherchés dans la structure administrative portugaise et l’alliance avec l’une des principales familles de l’île. Son mariage avec Rosaura Monteiro de Sousa lui permit d’accéder rapidement à la terre, lui garantissant la stabilité sociale et favorisant son intégration aux réseaux sociaux et commerciaux de l’île de Mozambique. C’était là une alliance typique entre les familles les plus influentes de la société insulaire ; comme dans d’autres sociétés coloniales de la période moderne, l’union entre une femme native (et normalement métisse) et un homme européen présentait tous les avantages pour toutes les parties engagées.

29Les femmes (et leurs familles) accédaient au prestige social de leur mari qui, en retour, accédait aux biens matériels de leur épouse. De leur côté – et malgré les efforts légaux pour promouvoir l’égalité politico-juridique, notamment à partir des Instructions de 1761-1763 –, la perpétuation d’un modèle de mariage entre des hommes nés en métropole – ou dans l’empire – et des femmes autochtones assurait la continuité démographique de la communauté dite portugaise et renforçait les liens de dépendance avec la métropole tout en permettant de raffermir les fondations du pouvoir colonial portugais.

30Une fois marié, João da Silva Guedes entreprend un parcours de mobilité sociale ascendant. Il exerce parallèlement différentes activités centrales dans l’économie de la colonie – négrier, producteur agricole, armateur – et, dix ans après son arrivée en Afrique orientale, il obtient le bénéfice d’un ensemble d’offices de grande importance dans la vie sociale et politique de l’île – officier de la municipalité, frère de la Misericórdia, capitaine général de la « Companhia de Ordenanças » de Mozambique. En possession d’un capital suffisant et, on peut le supposer, d’un réseau interpersonnel élargi en grande partie par les contacts créés par le trafic négrier, il investit dans l’éducation et dans le soutien financier de ses enfants. Ceux-ci continueront apparemment le parcours ascendant de leur père, au moins si l’on en croit les exemples connus du fils Vicente Guedes da Silva e Sousa, nommé secrétaire du gouverneur général immédiatement après son arrivée à Mozambique, et de la fille Maria Rita de Sousa Guedes, qui épouse un noble de la Maison royale (fidalgo da Casa Real) natif de métropole, et est promue propriétaire du prazo Chemba.

  • 57 José Capela, Dicionário de Negreiros em Moçambique 1750-1897, Edições electrónicas Centro de Estudo (...)

31Ainsi, on peut avancer, à partir de l’observation du parcours de João da Silva Guedes et de sa famille, que pour l’île de Mozambique pendant la période de transition entre le xviiie et le xixe siècle, la famille « n’était pas qu’une simple affaire « personnelle » ou « privée », mais était aussi un espace clé où les significations d’origine ethnique, de pouvoir, de culture et d’empire s’articulaient et se défiaient mutuellement57 ». Il convient cependant de souligner que l’exemple des Silva Guedes ne peut pas être compris comme représentatif de toute la société insulaire. Ils ne constituent qu’un exemple, mais qui peut aider à comprendre des dynamiques et des processus de hiérarchisation sociale de plus grande ampleur.

Haut de page

Notes

2 Alexandre Lobato, « Ilha de Moçambique : notícia histórica », Arquivo. Boletim do Arquivo Histórico de Moçambique — Ilha de Moçambique nos 170 anos da fundação da primeira cidade de Moçambique (Maputo), 1988, no 4, p. 66-78 ; Gerhard Liesegang, « Sobre o crescimento da ocupação da Ilha de Moçambique e o desenvolvimento da estrutura a observar no fim do tempo colonial », in Matteo Angius et Mario Zamponi (dir.), Ilha de Moçambique : convergência de povos e culturas, San Marino, AIEP Editore, 1999, p. 44-53 ; Luís Frederico Dias Antunes, O bazar e a fortaleza em Moçambique. A comunidade baneane do Guzerate e a transformação do comércio afro-asiático (1686-1810), Dissertação de Doutoramento em História dos Descobrimentos e da Expansão Portuguesa, Faculdade de Ciências Sociais e Humanas / Universidade Nova de Lisboa (policopiada), 2001 ; Eugénia Rodrigues, « A espacialização das hierarquias sociais e políticas na Ilha de Moçambique : balanços historiográficos e perspectivas de estudo », in Anuário do Centro de Estudos de História do Atlântico, 2010, no 2, p. 1030-1052.

3 Voir par exemple, M. Angius et M. Zamponi, Ilha de Moçambique…, op. cit.

4 « Matters of intimacy » et « matters of state » cf. Ann Laura Stoler, « Making Empire Respectable : The politics of race and sexual morality in 20th-century colonial cultures », American Ethnologist, 16, 1989 (November), no 4, p. 634-660. Ann Laura Stoler, « Sexual Affronts and Racial Frontiers. European Identities and the Cultural Politics of Exclusion in Colonial Southeast Asia », in Frederick Cooper et Ann Laura Stoler (dir.), Tensions of Empire, Colonial Cultures in a Bourgeois World, Berkeley / Los Angeles / London, University of California Press, 1997 ; Ann Laura Stoler, Carnal Knowledge and Imperial Power : Race and the intimate in colonial rule, Berkeley / London, University of California Press, 2002.

5 À ce propos, la littérature internationale est très vaste. À titre d’exemple, on peut voir in genere les travaux de Serge Gruzinski et, plus récemment, ceux de Saliha Belmessous, Assimilation and empire : uniformity in French and British colonies, 1541-1954, Oxford, Oxford University Press, 2013.

6 Voir, par exemple, Julia Clancy-Smith et Frances Gouda (dir.), Domesticating the Empire : Race, gender, and family life in French and Dutch colonialism, Charlottesville, University Press of Virginia, 1998 ; Antoinette Burton (dir.), Gender, Sexuality and Colonial Modernities, London, Routledge, 1999 ; Elizabeth Buettner, Empire families : Britons and late imperial India, Oxford / New York, Oxford University Press, 2004 ; Tony Ballantyne et Antoinette Burton (dir.), Moving Subjects : Gender, mobility, and intimacy in an age of global empire, Urbana, University of Illinois Press, 2009 ; Mary Procida, Married to Empire : Gender, politics and imperialism in India, 1883 – 1947, Manchester, Manchester University Press, 2002.

7 Esme Cleall, Laura Ishiguro et Emily J. Manktelow, « Imperial Relations : Histories of family in the British Empire », Journal of Colonialism and Colonial History, 14, 2013 (Spring), no 1 ; Ann Laura Stoler, Carnal Knowledge and Imperial Power : Race and the intimate in colonial rule, Berkeley / London, University of California Press, 2002 ; Adam McKeown, « « Global Migration », 1846-1940 », Journal of World History, 15, 2004, no 2, p. 55-189.

8 Voir, par exemple, Peter Mark, « Portuguese » Style and Luso-African Identity : Pre-Colonial Senegambia, Sixteenth-Nineteenth Centuries, Bloomington, Indiana University Press, 2002 ; Philip Curtin, Economic Change in Precolonial Africa : Senegambia in the Era of the Slave Trade, Madison, University of Wisconsin Press, 1975, p. 95-100 ; José da Silva Horta, « Evidence for a Luso-African Identity in « Portuguese » Accounts on « Guinea of Cape Verde » (sixteenth-seventeenth centuries) », History in Africa, 27, 2000, p. 99-130 ; Paul Lovejoy et David Richardson, « Trust, Pawnship, and Atlantic History : The Institutional Foundations of the Old Calabar Slave Trade », The American Historical Review, 104, 1999, no 2 ; David Northrup, « West Africans and the Atlantic, 1550-1800 », in Philip Morgan et Sean Hawkins (dir.), Black Experience and the Empire, Oxford, Oxford University Press, 2004, p. 51-52 ; Roquinaldo Ferreira, Cross-Cultural Exchange in the Atlantic World : Angola and Brazil during the Era of the Slave Trade, New York, Cambridge University Press, 2012.

9 Fritz Hoppe, A África Oriental Portuguesa no tempo do Marquês de Pombal 1750-1777, Lisboa, Agência Geral do Ultramar, 1970, p. 63 ; Alexandre Lobato, Evolução Administrativa e Económica de Moçambique (1752-1763), Lisboa, Publicações Alfa, 1989, p. 225-229.

10 Voir, à titre d’exemple, les travaux suivants : F. Hoppe, A África Oriental Portuguesa…, op. cit. ; A. Lobato, Evolução Administrativa…, op. cit. ; Ana Paula Wagner, População no Império Português : recenseamentos na África Oriental Portuguesa, na segunda metade do século xviii, Dissertação de Doutoramento em História, Universidade Federal do Paraná (policopiada), 2009 ; José Capela, « Moçambique no século xix », in Valentim Alexandre (dir.), O Império Africano, séculos xix e xx, Lisboa, Edições Colibri e Instituto de História Contemporânea / Universidade Nova de Lisboa, 2008, p. 117-134.

11 F. Hoppe, A África Oriental Portuguesa…, op. cit., p. 122-124, 139-142, 213 ; A. Lobato, Evolução Administrativa…, op. cit., p. 229 ; Eugénia Rodrigues, « « Em nome do rei ». O levantamento dos Rios de Sena de 1763 », Anais de História de Além-Mar, IV, 2003, p. 337-338.

12 Onglet du gouverneur général João Pereira da Silva Barba, s. d. (1763), Arquivo Histórico Ultramarino (dorénavant, AHU), Conselho Ultramarino (dorénavant, Cons. Ultr.), Moçambique (dorénavant, Moç.), caixa (dorénavant, cx.) 23, documento (dorénavant, doc.) 17.

13 Calisto Pereira de Sá étant mort avant son arrivée à Mozambique, les Instructions ont été mises à exécution par João Pereira da Silva Barba pendant son mandat comme gouverneur et capitaine général (1763-1765). Cf. F. Hoppe, A África Oriental Portuguesa…, op. cit., p. 230.

14 « Lettre royale pour le gouverneur général Calisto Rangel Pereira de Sá », le 28 mai 1761. Cf. F. Hoppe, A África Oriental Portuguesa…, op. cit., p. 345-347.

15 F. Hoppe, A África Oriental Portuguesa…, op. cit., p. 230 ; José Capela, O tráfico de escravos nos portos de Moçambique : 1733-1904, Porto, Edições Afrontamento, 2002, p. 138-141.

16 J. Capela, O tráfico de escravos…, op. cit., p. 27-48.

17 Patamares, marchands ambulants ou mussambazes (vasambadzi), ainsi étaient nommés les agents africains qui se rendaient à l’intérieur des terres pour commercer avec les populations africaines, en tant que représentants des marchands indiens comme des marchands portugais.

18 Sur le trafic d’esclaves dans les territoires portugais de la côte orientale africaine, voir en particulier, Edward Alpers, « The French Slave Trade in East Africa (1721-1810) », Cahiers d’Études Africaines, 10, 1970, no 37, p. 80-124 ; J. Capela, O tráfico de escravos…, op. cit.

19 Les directives datent du 19 avril 1785 mais n’ont été mises en application qu’à partir de 1787. Le secrétaire d’État Martinho de Melo e Castro a invité le gouverneur général de Mozambique Antonio de Melo e Castro (1786-1793), à faire croire que c’était une de ses décisions, afin que le commerce avec les Français continue sans que ne soit violée la loi générale qui interdisait l’entrée aux navires étrangers dans les ports portugais d’outremer, cf. E. Alpers, « The French Slave Trade… », op. cit., p. 111-112 ; J. Capela, O tráfico de escravos…, op. cit., p. 46.

20 J. Capela, O tráfico de escravos…, op. cit., p. 31-54.

21 Manolo Florentino, Alexandre Vieira Ribeiro et Daniel Domingues da Silva, « Aspectos comparativos do tráfico de africanos para o Brasil (séculos xviii e xix) », Afro-Ásia, 2004, no 31.

22 J. Capela, O tráfico de escravos…, op. cit., p. 140.

23 Ernestina Carreira, « Navegação comercial entre o Brasil e a Ásia Portuguesa durante a estadia da corte no Brasil 1808-1821 », Actas do Congresso Internacional Espaço Atlântico de Antigo Regime : poderes e sociedades, Lisboa, Instituto de Investigação Científica Tropical, 2005.

24 J. Capela, O tráfico de escravos…, op. cit., p. 48-54.

25 M. Florentino, A. V. Ribeiro et D. Domingues da Silva, « Aspectos comparativos do tráfico… », op. cit. ; E. Carreira, « Navegação comercial… », op. cit.

26 Ibid., p. 93-96.

27 J. Capela, O tráfico de escravos…, op. cit., p. 141.

28 J. Capela, « Moçambique… », op. cit., p. 118.

29 Eugénia Rodrigues, « Colonial Society, Women and African Culture in Mozambique », in Clara Sarmento (dir.), From Here to Diversity : Globalization and Intercultural Dialogues, Newcastle-Upon-Tyne : Cambrige Scholars Publishing, 2010, p. 253-254.

30 A. P. Wagner, População no Império Português…, op. cit., p. 222-223, 227.

31 E. Rodrigues, « Colonial Society… », op. cit., p. 255.

32 M. Angius et M. Zamponi, Ilha de Moçambique…, op. cit.

33 Malyn Newitt, « Mozambique Island : The Rise and Decline of an East African Coastal City, 1500-1700 », Portuguese Studies, 2004, no 20, p. 27.

34 E. Rodrigues, « « Em nome do rei »… », op. cit., p. 341-343.

35 Sebastião José de Carvalho e Melo, premier marquis de Pombal, est par convention presque toujours appelé Pombal, même s’il reçut le marquisat très tard dans sa carrière, en 1769. Pombal a été nommé secrétaire d’État du gouvernement en 1745, encore sous le règne de D. João V. En 1750, déjà sous le règne de D. José Ier (règne 1750-1777), il est nommé secrétaire des Affaires étrangères et de la Guerre. En 1756, il occupe le poste de secrétaire du Royaume et y reste jusqu’en 1779. Sur Pombal voir : José Sebastião da Silva Dias, Pombalismo e Teoria Política, Separata de Cultura : História e Filosofia, Lisboa, Centro de História da Cultura da Universidade Nova de Lisboa, I, 1982, p. 45-114 ; Kenneth Maxwell, Pombal, Paradox of the Enlightenment, Cambridge, Cambridge University Press, 1995 ; la biographie de D. José Ier écrit par Nuno Gonçalo Monteiro contient inévitablement une vaste réflexion de la figure et des politiques mises en place par Pombal.

36 Ângela Barreto Xavier, « Dissolver a Diferença — Conversão e Mestiçagem no Império Português », in Manuel Villaverde, Karin Wall, Sofia Aboim et Filipe Carreira da Silva (dir.), Itinerários : A Investigação nos 25 Anos do ICS, Lisboa, Imprensa de Ciências Sociais, 2008, p. 709-727.

37 D’autres mesures législatives de même nature ont été prises aux siècles précédents. On peut mentionner la politique de mariages mixtes et de valorisation des métis promue par Afonso de Albuquerque dès le xvie siècle.

38 « Demande de João da Silva Guedes pour continuer à détenir l’office de secrétaire général de la douane », le 4 janvier 1802, AHU, Cons. Ultr., Moç., cx. 92, doc. 5 et « Auto de devassa a que mandou proceder o dezembargador ouvidor geral Antonio Jozé de Morais Durão pelo contheudo na ordem e interrogatorios juntos », le 16 mars 1783, AHU, Cons. Ultr., Moç., cx. 41, doc. 32, fl. 24v.

39 « Liste des baptêmes, mariages et décès de la cathédrale de Mozambique entre janvier 1783 et août 1784 », le 11 août 1784, AHU, Cons. Ultr., Moç., cx. 47, doc. 51 et « Rapport des habitants qui font de la farine de manioc », le 3 septembre 1787, AHU, Cons. Ultr., Moç., cx. 55, doc. 15.

40 J. Capela, O tráfico de escravos…, op. cit., p. 78 et 147.

41 João da Silva Guedes a fait la demande de l’usage viager de l’office de secrétaire général de la douane, qui lui a été confirmé en 1799, voir « Lettre de confirmation du poste de secrétaire général de la douane en faveur de João da Silva Guedes », AHU, Cons. Ultr. Moç., le 1er mars 1799, cx. 82, doc. 22.

42 « Lettre du Sénat municipal à la reine », le 26 novembre 1794, AHU, Cons. Ultr., Moç., cx. 69, doc. 46 et « Lettre du sénat municipal au prince régent », le 22 septembre 1801, AHU, Cons. Ultr., Moç., cx. 89, doc. 9.

43 « Lettre des frères de la Misericórdia de Mozambique au gouverneur des Îles de Cabo Delgado », le 6 juillet 1793, AHU, Cons. Ultr., Moç., cx. 74, doc. 96.

44 « Lettre de João da Silva Guedes au poste de capitaine général de la Companhia de ordenanças de Mozambique », le 5 novembre 1793, AHU, Governo de Moçambique (dorénavant, Gov. Moç.), códice (dorénavant, cód.) 1353, fólios (dorénavant, fls.) 139v-141.

45 « Lettre du gouverneur général Francisco G. C. Meneses da Costa à la reine », le 8 août 1799, AHU, Cons. Ultr., Moç., cx. 83, doc. 40.

46 « Rapport des habitants portugais en place à Mozambique et dans ses districts (1757) », in Luiz Fernando de Carvalho Dias (dir.), Fontes para a História, Geografia e Comércio de Moçambique (Séc. xviii). Anais de Investigação do Ultramar : estudos de história da geografia da expansão portuguesa, vol. 9, tome 1, Lisboa, Junta de Investigações do Ultramar, 1954, p. 159.

47 Francisco José de Lacerda e Almeida, « Bref mémoire des observations et des nouvelles qu’il a acquis à Mozambique en l’année 1797 », in Magnus R. M. Pereira e André A. Ribas (dir.), Francisco José de Lacerda e Almeida : Um astrônomo paulista no sertão africano, Curitiba, Editora UFPR, 2012, p. 503.

48 Ibid., p. 503.

49 « Lettre du gouverneur général Francisco G. C. Meneses de Sá au secrétaire d’État D. Rodrigo de Sousa Coutinho », le 22 août 1801, AHU, Cons. Ultr., Moç., cx. 88, doc. 63 ; « Lettre de nomination de Vicente Guedes da Silva e Sousa au poste de secrétaire du gouverneur général de Mozambique », 15 mai 1801, AHU, Cons. Ultr., Moç., cx. 88, doc. 63 ; José Capela, « Mozambique-Brazil : Cultural and Political Influences by the Slave Trade », in José Curto et Renée Souloudre-La France (dir.), Africa and the Americas : interconnections during the slave trade, Trenton & Asmara, Africa World Press, 2005, p. 243-265.

50 Frei Bartolomeu dos Martires nommait reinós « tous les Portugais, fils du Portugal et du Brésil et leur familles », cf. « Memoria Chorografica da Provincia ou Capitania de Mossambique na Costa d’Africa Oriental conforme o estado em que se encontrava no anno de 1822 », in Virgínia Rau, « Aspectos étnicos-culturais da Ilha de Moçambique em 1822 », STVDIA (Centro de Estudos Históricos Ultramarinos), 1963, no 11, p. 143.

51 A. Stoler, Carnal Knowledge…, op. cit.

52 Eugénia Rodrigues, « O quotidiano e a construção do imaginário colonial acerca da Ilha de Moçambique (de meados de Setecentos a inícios de Oitocentos) », in Philip Havik, Clara Saraiva et José Alberto Tavim (dir.), Caminhos cruzados em História e Antropologia : ensaios de homenagem a Jill Dias, Lisboa, Instituto de Ciências Sociais, 2010, p. 66.

53 En bref, les prazos da Coroa étaient des terres de la Couronne portugaise qu’elle octroyait sur une base temporaire aux vassaux portugais sous forme d’emphytéose. À ce propos voir : Alexandre Lobato, Evolução Administrativa e Económica de Moçambique 1752-1763. Fundamentos da criação do governo-geral em 1752, Estudos Moçambicanos, vol. I, Lisboa, Agência Geral do Ultramar, 1957 ; Alexandre Lobato, Colonização senhorial da Zambézia e outros estudos, Lisboa, JIU, 1967 ; Allen Isaacman, Mozambique : the africanization of a european institution. The Zambezi Prazos 1750-1902, Madison, The University of Wisconsin Press, 1972 ; Malyn Newitt, Portuguese settlement on the Zambesi, London, Longman, 1973 ; José Capela, Donas, Senhores e Escravos, Porto, Afrontamento, 1995 ; et Eugénia Rodrigues, Portugueses e africanos nos rios de Sena : os prazos da coroa em Moçambique nos séculos xvii e xviii, Lisboa, Imprensa Nacional-Casa da Moeda, 2013.

54 « Demande de Maria Rita de Sousa Guedes d’une lettre de confirmation du prazo Chemba », avant le 24 janvier 1803, AHU, Cons. Ultr., Moç., cx. 97, doc. 42 ; « Lettre de concession pour trois vies du prazo Chemba à Maria Rita de Sousa Guedes », le 16 mai 1800, AHU, Cons. Ultr., Moç., cx. 92, doc. 103.

55 Tout au long du xviie siècle, la vallée du Zambèze était connue sous le nom de Rios de Sofala ou Rios de Cuama. Au xviiie siècle, elle est désignée par Rios de Sena. Cela incluait alors les capitaineries générales de Quelimane, Sofala, Sena et de Tete où se trouvaient la plupart des terres de la Couronne.

56 Eugénia Rodrigues, Portugueses e Africanos nos Rios de Sena. Os Prazos da Coroa nos Séculos xvii e xviii, Tese de doutoramento em História, Faculdade de Ciências Sociais e Humanas / Universidade Nova de Lisboa (policopiada), 2002, p. 511 et suivantes.

57 José Capela, Dicionário de Negreiros em Moçambique 1750-1897, Edições electrónicas Centro de Estudos Africanos da Universidade do Porto, 2007, p. 31-32.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Maria Bastião, « Les Silva Guedes sur l’île de Mozambique : transmigration et processus d’intégration pendant la transition du xviiie au xixe siècle », Diasporas, 25 | 2015, 91-103.

Référence électronique

Maria Bastião, « Les Silva Guedes sur l’île de Mozambique : transmigration et processus d’intégration pendant la transition du xviiie au xixe siècle », Diasporas [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://diasporas.revues.org/368 ; DOI : 10.4000/diasporas.368

Haut de page

Auteur

Maria Bastião

Maria Bastião est titulaire d’un master en histoire moderne et des découvertes de l’Universidade Nova de Lisbonne et a obtenu un diplôme d’études avancées du PIUDHist. Elle est actuellement doctorante à l’université de Leiden et au Marie Curie Early Stage Researcher Fellow du projet ITN « For SEA discovery ». Elle est chercheuse correspondante au Centro de História d’Áquem e d’Álem-Mar (FCSH / Nova et UAc, Portugal). En 2015, elle publie « Women and access to land on the Island of Mozambique (mid-18th century) », African Economic History et Entre a Ilha e a Terra. Processos de construção do continente fronteiro à Ilha de Moçambique (c. 1763/1800) (Niterói, RJ : Editora da UFF).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org