Navigation – Plan du site
Empires ibériques

Il faut sauver l’auditeur Matías Delgado y Florez. Lettre d’un magistrat de Manille du 30 novembre 1631, à son frère Sancho, à Cáceres

Saving judge Matías Delgado y Florez. A Letter from a Manila Magistrate to his Brother Sancho, in Cáceres. November 30, 1631
Salvar al oidor Matías Delgado y Florez. Carta de un magistrado de Manila a su hermano Sancho, en Cáceres, del 30 de noviembre de 1631
Guillaume Gaudin
p. 73-90

Résumés

La lettre du magistrat de Manille Delgado y Florez à son frère Sancho resté en Espagne est inédite, car nous disposons rarement d’écrits privés d’agents de la Monarchie hispanique. Tout d’abord, la lettre éclaire l’obstacle de la distance dans les communications entre les différentes parties de l’empire espagnol. Ensuite, elle montre les différents cercles de relations sociales de Delgado depuis les proches l’accompagnant aux Philippines, jusqu’aux puissants personnages de la Cour, en passant par la famille restée en Espagne. Enfin, la lettre permet d’approcher du vécu et des sentiments d’un haut magistrat castillan qui s’estime reclus au bout du monde, dans l’archipel asiatique des Philippines.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Dans les territoires de la monarchie hispanique, les Indes occidentales correspondent à l’Amérique (...)

1Le document que nous présentons est une lettre qui a fait un demi-tour du monde depuis Manille, aux Philippines, jusqu’à Cáceres, dans la province espagnole d’Estrémadure. En passant par la « voie de l’Inde », c’est-à-dire l’océan Indien, la mer Rouge, l’Afrique du Nord et la mer Méditerranée, la lettre du magistrat (oidor) Matías Delgado y Florez à son frère Sancho a cheminé plus de deux ans. Dans cette lettre, Matías relate toutes les difficultés qu’il rencontre à vivre aux Philippines : il est malade depuis son arrivée, il a perdu la moitié des gens qui l’accompagnait dont son petit frère Benito, et il est soumis avec tous les agents royaux à une inspection administrative (visita). Surtout, il s’adresse à son frère pour que celui-ci prenne contact avec des amis à Madrid et obtienne sa mutation ou au moins l’autorisation de quitter son poste (dejación) de la part du Conseil des Indes, l’institution royale à Madrid chargée de conseiller le roi sur toutes les affaires concernant les Indes occidentales1.

  • 2 L’Archivo general de Indias, fondé parle Charles III au xviiie siècle, conserve tous les documents (...)
  • 3 Enrique Otte (dir.), Cartas privadas de emigrantes a Indias, 1540-1616, Seville, Consejería de Cult (...)

2Ce type de lettre personnelle d’un officier royal en service est particulièrement rare dans les papiers conservés aux Archives des Indes de Séville2. Certes, Enrique Otte a retrouvé 650 lettres de migrants espagnols datant de 1540 à 1616, mais ce sont des lettres d’un autre type que celle de Matías Delgado : elles étaient jointes aux dossiers sollicitant au monarque la licence pour passer aux Indes occidentales3. Concernant les audiences (audiencias), des cours royales aux fonctions de justice et de gouvernement, la documentation se compose principalement des « cartas de audiencias », les rapports réguliers des oidores sur l’état de leur juridiction, et des lettres individuelles d’auditeurs adressées au roi. Ces lettres officielles n’en sont pas moins d’une grande richesse : au-delà des faits qu’elles évoquent, les inimitiés, les alliances et les tensions de toute sorte s’expriment. De même, dans les lettres individuelles, les officiers se livrent et se plaignent à leur seigneur de tous les maux et vexations subies. Par exemple, entre 1594 (départ de Cadix) et 1604 (fin des fonctions à Manille), Antonio de Morga écrit personnellement seize fois au roi : il s’agit presque systématiquement de demander une promotion afin de quitter l’archipel. Un autre oidor de Manille, Andrés Alcaraz, s’adresse beaucoup moins fréquemment au monarque, mais, quand il le fait, c’est pour exprimer toute la misère de sa situation :

  • 4 Archivo General de Indias (AGI), Filipinas, 20, R. 9, N. 61, Lettre de Andrés de Alcaraz, oidor de (...)

Il a suffi que Dieu me prenne ma femme le 25 du mois dernier après une longue et pénible maladie qui a duré deux ans. Sa mort m’a laissé dans le chagrin, le plus grand que je n’ai jamais eu, puisqu’il ne me reste ni enfant, ni frères de mon côté ni de celui de ma femme qui en avait un qui est mort il y a quatre mois4.

  • 5 AGI, Indiferente, 122, N. 124, Rélación de méritos de Juan Bolívar y Cruz, 5 avril 1670.

3L’oidor Juan Bolívar y Cruz écrit à deux reprises au roi, en 1655 et 1656, pour obtenir une promotion arguant de sa mauvaise santé : il produit même un certificat médical5 !

  • 6 Antonio Castillo Gómez, Entre la pluma y la pared : una historia social de la escritura en los Sigl (...)
  • 7 Sur la question des « relations de mérites » et de la mobilité des agents de la Couronne, voir Domi (...)

4Ainsi, d’après l’historien Antonio Castillo Gómez, la lettre était devenue le « lien qui unit » et « l’instrument de communication sociale le plus efficace des xvie et xviie siècles » pour les êtres séparés par de longues distances. À l’heure de l’expansion mondiale des monarchies ibériques, la lettre comblait l’absence en proposant un style épistolaire nouveau reposant beaucoup sur le « je » et une forme d’oralité6. Si l’on voit poindre ces nouvelles caractéristiques dans la correspondance officielle, le ton et la forme sont, bien entendu, différents dans les lettres personnelles7. Dans la documentation concernant une cinquantaine de hauts magistrats des Philippines au xviie siècle, nous n’avons pas trouvé d’équivalent à la lettre de Matías Delgado à son frère. Elle se trouve dans un dossier pour défendre la demande de dejación de l’auditeur de Manille. Il est probable que Sancho Florez, pour apporter la preuve de la situation de détresse de son frère, ait transmis au Conseil des Indes cette lettre de 1631.

5Au-delà de son caractère inédit, l’intérêt du document est double au regard du rôle de la distance dans les relations sociopolitiques au sein de l’Empire espagnol. D’une part, la lettre éclaire l’obstacle que constitue la distance géographique pour la communication entre les différentes parties de l’empire. D’autre part, elle illustre le rôle de la distance sociale dans le fonctionnement de la monarchie. Maintenir le lien et exister à la Cour constituent les grandes préoccupations des sujets de la Couronne où qu’ils se trouvent : le problème n’est pas que technique ou géographique, il est aussi social.

Manille et les Philippines au xviie siècle

6L’implantation définitive des Castillans aux Philippines se fait avec l’arrivée de la flotte de Miguel López de Legaspi (1564) qui venait avec pour missions de conquérir l’île et d’établir une route commerciale permanente entre l’archipel et la Nouvelle Espagne. La fondation de Manille (1571) en fait une base de lancement pour des expéditions sur les côtes asiatiques, ainsi qu’un centre d’échanges commerciaux entre l’Asie et l’Amérique espagnole. En 1575, Francisco de Sande (1575-1580) est le premier gouverneur des Philippines nommé par Madrid. L’audience royale est fondée une première fois en 1585, supprimée en 1589, puis refondée en 1598.

  • 8 Antonio García-Abásolo, « Filipinas. Una frontera más allá de la frontera », in Marta María Manchad (...)
  • 9 Antonio F. Torres et Antonio Sánchez de Mora (dir.), Pacífico : España y la aventura de la Mar del (...)

7La communauté espagnole aux Philippines est encore particulièrement fragile au xviie siècle, principalement du fait de son isolement : « un monde fermé sur une frontière ouverte, ou une frontière au-delà de la frontière8 ». Tout d’abord, la voie maritime qui relie Manille à Acapulco, les Philippines à la Nouvelle Espagne, est longue et périlleuse : 16 000 kilomètres que l’on parcourt entre trois et cinq mois en affrontant les typhons asiatiques et les tempêtes du nord du Pacifique. Le taux de mortalité à bord du Galion de Manille s’élevait à 20 %9.

  • 10 Jean-Pierre Berthe et Thomas Calvo (dir.), Administración e imperio : el peso de la monarquía hispa (...)
  • 11 Antonio de Morga, Sucesos de las islas Filipinas, México, Fondo de Cultura Económica, 2007, p. 282.
  • 12 Inmaculada Alva Rodríguez, « La centuria desconocida : el siglo xvii », in Leoncio Cabrero (dir.), (...)

8Aux Philippines, les Espagnols se concentrent à Manille et mènent une vie urbaine tournée vers le commerce du Galion ; ceux qui ne sont ni commerçants, ni simples soldats monopolisent les 280 charges de gouvernement, justice, finances et armée que compte la ville au milieu du xviie siècle10. Les Chinois, appelés Sangleyes, se concentrent aussi dans la capitale et se dédient au commerce et à l’artisanat. Les Philippins travaillent pour les Espagnols : agriculture, élevage, petite industrie pour alimenter le marché local. Au début du xviie siècle, Antonio de Morga compte 8 000 habitants espagnols qu’il classe en cinq catégories : les ecclésiastiques, les encomenderos et colons, les soldats et les marins, les marchands, et les fonctionnaires de la Couronne11. Vers 1650, à Manille, vivent 7 000 Espagnols, 15 000 Sangleyes et 20 000 Philippins. La capitale des Philippines est un monde dangereux et précaire pour les Castillans : la ville est construite comme un fort pour abriter une communauté isolée et la protéger du quartier et des attaques des Hollandais et des pirates musulmans ; les maladies pullulent, les tremblements de terre sont fréquents et les soldats recrutés de force en Nouvelle Espagne posent des problèmes de sécurité12.

  • 13 Tamar Herzog, Rendre la justice à Quito : 1650-1750, Paris, l’Harmattan, 2001.

9La croissance de la population est particulièrement lente – elle décroît même dans la première moitié du xviie siècle –, car les Philippines restent peu attractives et n’invitent pas à s’installer une fois fortune faite. Le passage dans cette région des confins de l’empire peut toutefois constituer un premier poste dans une carrière administrative et judiciaire aux Indes occidentales. L’audience est, avec le gouverneur, la principale institution représentant le pouvoir royal aux Indes occidentales : cour de justice d’appel, elle a aussi un important pouvoir de gouvernement13. L’audience de Manille se compose de quatre auditeurs, d’un procureur (fiscal) et de quelques charges judiciaires inférieures (rapporteurs, avocats, greffiers).

Le parcours de Matías Delgado y Florez

  • 14 Natural : lieu de naissance d’un individu. Vecino : habitant et membre d’une communauté urbaine dis (...)
  • 15 AGI, Filipinas, 1, N. 197.
  • 16 AGI, Escribania, 880a.
  • 17 AGI, Filipinas, 21, R. 2, N. 7, lettre de Matías Delgado au roi du 30 juillet 1628, à Manille.
  • 18 AGI, Filipinas, 1, 197.
  • 19 AGI, Filipinas, 21, R. 2, N. 7.

10Matías Delgado y Florez est né à Cáceres en Estrémadure vers 1580. Son père, Pedro Delgado, et sa mère, Lucía Florez, sont naturales et vecinos de Cáceres et il y a toutes raisons de croire que la famille appartient à l’élite urbaine locale14. Matías, Sancho et Benito sont les trois enfants dont nous connaissons l’existence, les deux premiers obtiennent une licence, le benjamin est destiné à une carrière militaire. Matías a obtenu le diplôme de bachelier en droit canon à l’université de Salamanque, puis aurait étudié quatorze ans à l’université de Sigüenza où il obtient une licence en droit canon. Sa carrière administrative démarre dans les années 1610 lorsqu’il est au service du duc d’Osuna en tant que corregidor du bourg de Olivera15. Sa trajectoire américaine commence en 1619, vraisemblablement avec l’appui de son oncle, Sancho Flores, qui vient d’être nommé conseiller des Indes un an plus tôt. Matías n’obtient pas directement un poste, mais fait ses armes dans le cadre d’une commission qui lui est confiée, pour enquêter contre les officiers de finances de la province du Río de la Plata et du port de Buenos Aires, spécialement les fraudes commises à l’arrivée des négriers et des navires de marchandises16. Ce type de commission pouvait s’avérer particulièrement délicate puisqu’un envoyé du roi devait se confronter à un groupe uni d’officiers expérimentés et bien implantés localement. À Buenos Aires, Matías Delgado mène ainsi l’enquête contre le gouverneur Diego de Góngora et tout un ensemble d’officiers qui participent à la fraude. L’évêque, vraisemblablement impliqué dans le trafic, lui propose 2 000 ducats de rente s’il détourne son regard des fraudes. Matías est arrêté et emprisonné par le gouverneur. Il réussit à revenir à Madrid en passant par le Brésil et le Portugal qui appartiennent alors au domaine du Roi Catholique17. Cette mission périlleuse lui vaut la reconnaissance du roi. Le 27 juillet 1622, dans son avis (consulta) pour la nomination d’un auditeur à Manille, le Conseil des Indes affirme que Matías Delgado a subi « beaucoup de désagréments et d’offenses qui l’ont obligé à venir en rendre compte et il est apparu qu’il a procédé conformément à la justice et à la prudence18 ». En 1628, au moment de demander une promotion, Matías Delgado rappelle « la récompense qu’[il] attend recevoir de Sa Majesté pour tant de travaux et de pérégrinations […] dont [il] a pâti lors de nombreux dangers et navigations qui seraient trop longs à évoquer19 […] ».

  • 20 AGI, Filipinas, 1, N. 197, avis du Conseil des Indes du 27 juillet 1622 pour nommer un auditeur de (...)

11En 1628, Matías effectue en effet de nouveaux voyages. En 1622, il est donc nommé auditeur de l’audience de Manille aux Philippines. L’avis du Conseil des Indes, mentionné plus haut, précise les liens familiaux de l’impétrant avec un membre du Conseil des Indes, Sancho Flores, et prévient toute accusation de népotisme en affirmant que Matías candidatait déjà à la place avant la nomination de son oncle20. Néanmoins, la lettre de Delgado à son frère ne laisse pas de doute sur le rôle de l’oncle dans la nomination de son neveu.

  • 21 Nous conservons par exemple le récit de la traversée d’Antonio de Morga, lettre du 30 mai 1594, in (...)
  • 22 AGI, Contratación, 5386, N. 65.
  • 23 AGI, Filipinas, 20, R. 18, N. 118, lettre de l’Audience de Manille du 12 août 1624.
  • 24 AGI, Filipinas, 40, N. 42, certificat établi le 3 août 1624 de la réception du titre d’oidor de Mat (...)

12Nous avons peu d’informations sur son voyage de Madrid à Manille. Contrairement à beaucoup de ses collègues auditeurs, il n’écrit pas au roi pour raconter ses périlleuses traversées de l’Atlantique, de la Nouvelle Espagne et du Pacifique21. Nous pouvons néanmoins reconstituer le périple qui s’effectue dans un temps relativement bref pour l’époque : Matías Delgado obtient sa licence de la Casa de la Contratación à Séville pour passer aux Indes avec ses accompagnateurs le 27 juin 162322. La flotte de Nouvelle Espagne quitte Cadix le 24 juillet 1623. Suivant le trajet officiel, il se rend de Veracruz à Acapulco d’où il part le 27 mars 1624 dans le fameux Galion de Manille. Il arrive au port de Cavite le 29 juin23 et prend possession de sa charge d’auditeur le 1er juillet 162424.

  • 25 AGI, Filipinas, 20, R. 18, N. 118 : « sin haber procedido enfermedad sino flaqueza ».
  • 26 Ostwald Sales Colín, « La Real Audiencia de Manila contra el Gobernador General de Filipinas : dos (...)

13À peine arrivé, Matías Delgado est plongé dans les intrigues locales et les factions qui se disputent le pouvoir à Manille, le tout sous la menace d’une attaque hollandaise. Les années 1624-1625 correspondent au climax dans l’affrontement entre l’audience et le gouverneur et capitaine général, Alonso Fajardo de Tenza. En 1623, ce dernier avait réussi à mettre au jour les faits de corruption et d’enrichissement de l’influent auditeur Jerónimo de Legazpi qui avait été exilé de Manille et obligé de résider à une certaine distance de la capitale philippine. Mais, le gouverneur décède le 11 juillet 1624 « sans qu’il ne soit tombé malade, mais plutôt par faiblesse » disent les membres de l’audience25. Jerónimo de Legazpi en profite pour revenir à Manille avec l’aide de ses collègues auditeurs et pour imposer son pouvoir dans cette période trouble. Le 1er août 1624, le maître de camp don Jerónimo de Silva est nommé gouverneur général intérimaire des Philippines par une commission (junta) convoquée par l’audience à laquelle participe l’archevêque de Manille26. Le 4 février 1625, entrent dans la baie de Manille six navires de guerre hollandais : le nouveau gouverneur doit faire face à ses responsabilités et décide de mettre sur pied une petite armada à Cavite. C’est l’occasion que choisit Jerónimo de Legazpi pour s’attaquer au gouverneur et c’est Matías Florez qui en est l’instrument, puisqu’il est nommé le 12 février « organisateur et fournisseur général » (despachador y proveedor general) de l’armada. Jerónimo de Silva s’en plaint au roi quelques mois plus tard :

  • 27 AGI, Filipinas, 7, R. 6, N. 84, p. 5, Lettre de Jerónimo de Silva au roi du 4 août 1625 : « El oido (...)

L’auditeur don Matías Florez resta, comme je l’ai indiqué à Votre Majesté, au port de Cavite travaillant à la mise en place de l’armada et usant du pouvoir qu’il tenait de l’audience tant sur mer que sur terre, comme s’il était le chef absolu de tout : il changeait les soldats et les marins de place et envoyait des ordres pour que les officiers royaux lui obéissent de telle sorte qu’on ne fasse pas de cas du Capitaine général [Jerónimo de Silva], comme s’il n’y en avait pas dans ses îles. Bien que je tentasse de remédier à cela, c’était impossible parce qu’ils usaient ensuite de la supériorité qu’ils affirmaient détenir sur le Capitaine général pour être son obligé27.

14Matías Florez, chargé d’organiser la défense de Manille, est propulsé avec Jerónimo de Legazpi au premier rang de l’opération de dénigrement du gouverneur intérimaire :

  • 28 Ibid., p. 9. « Comenzó la Real Audiencia a fulminar causa contra mí por decir no había seguido el e (...)

L’Audience royale a commencé à s’attaquer à moi en disant que je n’avais pas poursuivi l’ennemi jusqu’à ce qu’il se rende […] ; j’ai récusé les accusations des licenciés Legaspi et don Matías Flóres qu’ils alléguaient par inimitié, s’attaquant à mon honneur avec de très laides paroles et déclarant publiquement qu’ils allaient me faire mourir28.

  • 29 O. Sales Colín, « La Real Audiencia… », art. cit., p. 448.

15L’audience fait en effet emprisonner le gouverneur Jerónimo de Silva. Jerónimo de Legazpi le remplace au poste de capitaine général et place son fils « sergent-major et capitaine du tercio » de Manille ainsi que d’autres parents à la tête de compagnies. Matías Delgado peut également mettre son frère, Benito, aux commandes d’un navire de l’armada contre les Hollandais. Ce n’est qu’en juillet 1625, avec l’arrivée du gouverneur titulaire, Fernando de Silva, que les choses rentrent dans l’ordre : en août le nouveau gouverneur annule toutes les décisions et actions prises par Jerónimo de Legazpi depuis son « usurpation » du titre de capitaine général et vient ainsi fortement modérer les velléités absolutistes des membres de l’audience. Ces derniers sortent pourtant indemnes de toute poursuite judiciaire ou disciplinaire29.

  • 30 Voir par exemple, John Leddy Phelan, The Kingdom of Quito in the Seventeenth Century : Bureaucratic (...)
  • 31 AGI, Filipinas, 20, R. 19, N. 129.

16Quoi qu’il en soit, les évènements de février 1625 montrent comment Matías de Delgado s’est rapidement mis au service de Jerónimo de Legazpi, dont les pratiques autoritaires, vénales et de népotisme sont avérées, mais somme toute ordinaires dans le fonctionnement des audiences américaines30. Preuve supplémentaire des liens entre les deux hommes, le procureur de l’audience de Manille, Marcos de Zapata dénonce au roi dans une lettre du 30 juillet 1625 la vente illicite de licences de jeux d’argent aux Chinois dans leur quartier du Parian31. Avec l’arrivée du nouveau gouverneur, il est alors sans doute de bon ton de dénoncer les pratiques de Delgado et Legazpi…

17Par la suite, la documentation se révèle beaucoup plus silencieuse sur les forfaits de nos auditeurs. Après les frayeurs de février 1625, les tensions se sont apaisées et les pouvoirs entre l’audience et le gouverneur semblent s’être rééquilibrés.

  • 32 AGI, Filipinas, 329, L. 3, f. 98V-99V, « porque se me ha hecho relación que algunas personas estand (...)

18En 1627 et 1628, Matías Delgado s’adresse à deux reprises au monarque pour obtenir une promotion en arguant de ses bons services et de son mauvais état de santé. Il menace déjà de démissionner s’il n’obtient pas une promotion. La lettre du 30 novembre 1631 à son frère Sancho s’inscrit pleinement dans ces démarches. Un nouvel et crucial événement était récemment survenu à Manille qui explique l’empressement de Matías à quitter l’archipel : une inspection extraordinaire (visita general) de l’audience de Manille demandée par le roi dès 1626 « parce qu’il [lui] a été rapporté comment plusieurs personnes sont offensées par [les officiers royaux] et n’osent pas demander justice contre eux32 ». L’inspection est enfin activée avec l’arrivée du visitador Francisco de Rojas y Oñate le 26 juillet 1631. Rapidement, Jerónimo de Legazpi est mise en cause :

  • 33 AGI, Filipinas, 21, R. 6, N. 19, lettre de Francisco de Rojas y Oñate au roi du 14 juillet 1632, Ma (...)

La mauvaise réputation des procédés du licencié Jerónimo de Legaspi Echeveria, auditeur le plus ancien de cette audience royale, m’était parvenue avant même de quitter Mexico. En arrivant sur place, cela s’est révélé plus nettement, de manière qu’en ma présence, il n’a pas tenté de changer ses habitudes et ses mauvaises ruses malgré mes dernières admonestations. Il m’a obligé à l’envoyer vivre en dehors de cette ville à huit lieues de distance parce que plusieurs témoins se sont plaints qu’il les menaçait et les traitait mal.33

  • 34 AGI, Filipinas, 21, R. 7, N. 24, lettre de Jerónimo Legazpi de Echeverría au roi du 12 octobre 1633 (...)

19Dans la lettre du visitador, Matías Delgado n’est pas associé à Legazpi, mais ce dernier dans une lettre au roi du 12 octobre 1633 affirme que Delgado Florez a également été suspendu par Francisco de Rojas y Oñate et qu’il s’est embarqué pour la Nouvelle Espagne avant de défendre leur cause commune à Madrid « ante los ojos de Vuestra Majestad34 ». C’est la dernière mention de Matías Delgado Florez vivant.

  • 35 AGI, Filipinas, 347, L. 1, f. 118.

20En 1634, sa mère et son frère s’activent auprès du Conseil des Indes pour obtenir le droit de Matías de renoncer à son poste et de quitter les Philippines. Ils montent un dossier comprenant les demandes répétées de promotion de Matías ainsi que la lettre que ce dernier adresse à son frère et que nous publions ci-dessous. Leurs démarches auprès du secrétaire du Conseil des Indes aboutissent finalement le 21 juillet 1634 lorsque le Conseil accepte la démission de l’auditeur de Manille. Malheureusement, toutes ces démarches furent vaines, car la nomination de l’auditeur de Manille Antonio Álvarez de Castro le 9 février 1635 nous apprend la mort de Matías Delgado35. Nous ne savons pas dans quelles conditions le décès est survenu : la traversée du Pacifique ou de l’Atlantique a sans doute été fatale au malheureux auditeur Matías Delgado y Florez.

L’univers social d’un auditeur de Manille d’après la lettre de 1631

  • 36 Jean-Pierre Dedieu et Christian Windler, « La familia : ¿Una clave para entender la historia políti (...)

21Le parcours et la lettre de Matías Delgado Florez reflètent un trait majeur des sociétés d’Ancien Régime : l’immense rôle des relations familiales dans les relations de pouvoir et dans le parcours biographique des individus36.

  • 37 « Debajo desta palabra familia, se entiende el señor, y su mujer, y los demás que tiene de su mando (...)
  • 38 Aux Philippines, au xviie siècle, les familles peinent à perdurer au-delà de deux générations. Seul (...)
  • 39 AGI, Filipinas, 20, R. 6, N. 53, lettre de l’audience de Manille du 8 juillet 1600.

22Dans le cas présent, le facteur famille ressort d’autant mieux que la perte d’un oncle haut placé et proche du roi à Madrid plonge l’auditeur philippin dans une profonde détresse. La lettre est alors un répertoire d’individus capables de pallier cette perte et d’obtenir l’autorisation tant espérée de quitter les Philippines. Ces individus, membres de la famille ou proches, sont autant de « relations » de Matías que son frère, Sancho, doit contacter et solliciter. La lettre montre comment la « famille » d’Ancien Régime ne se réduit pas à la famille nucléaire ou à une unité résidentielle. Dans le cadre d’une configuration impériale, comme celle de la monarchie espagnole, la distance constitue un réel obstacle qui n’annule jamais complètement les relations interpersonnelles. Elle a même tendance à les susciter tant l’extension de l’empire offre aux élites la chance de se déplacer et d’occuper des postes dans les diverses régions de la monarchie. Matías Delgado évoque également dans sa lettre un groupe de proches serviteurs ou compagnons venus avec lui d’Espagne ou rencontrés aux Philippines qui font partie de cette famille entendue au sens large : « Juan Florez est sergent et il est avec moi ainsi que Francisco Cervigón. Des autres, il ne reste rien et je n’ai que la compagnie des Noires et des Noirs. » Cette phrase correspond à la définition de la famille au xviie siècle telle que proposée par le Tesoro de la lengua castellana (1611) de Covarrubias : « sous le terme de famille, on entend le seigneur, sa femme et tous ceux qui se trouvent sous son autorité, comme les enfants, les serviteurs et les esclaves37 ». Ce groupe, isolé aux Philippines où le régime démographique est particulièrement désastreux pour les Espagnols38, se délite et témoigne de la déchéance de l’auditeur. Les chances de se marier sont minces aux Philippines, car en plus des interdictions faites aux auditeurs de s’unir à des familles locales, les femmes sont peu nombreuses. Le marché matrimonial repose principalement sur les veufs : en 1600, avec le décès presque simultané de l’auditeur Álvaro Rodríguez Zambrano et de la femme du procureur Jerónimo de Salazar y Salcedo, un mariage est rapidement scellé entre ce dernier et la veuve de l’auditeur, Tomasina Arias de Rivera39 !

L’entourage de Matías Delgado aux Philippines

  • 40 Jean-Pierre Dedieu, « El séquito de los obispos que pasaron a Indias en la primera mitad del siglo (...)
  • 41 AGI, Contratación, 5386, N. 65-66.

23L’entourage de Matías Delgado aux Philippines apparaît au moment de dresser la liste des morts et des vivants : dans les premiers, don Benito, Matheo et Raudona, un quatrième est effacé, dans les seconds, Francisco Jiménez, Juan Florez et Francisco Cervigón. Lors de leur nomination et de leur départ pour leur poste, les agents de la Couronne se déplaçaient rarement seuls : ils partaient avec un groupe de serviteurs et d’affiliés40. Le roi octroyait une licence de passage aux officiers nommés aux Indes occidentales qui prenait la forme d’un passeport incluant les noms et des données personnelles sur les accompagnateurs. Ceux-ci doivent fournir un certificat de célibat et de limpieza, fruit d’une enquête (información) dans leur lieu de naissance ou à Madrid. Le document comprend les señas (principaux traits physiques) et l’ascendance. Cette source permet de reconstituer le groupe d’accompagnateurs, puis de suivre son destin en le confrontant à d’autres sources comme la lettre de 1631. La licence du 27 juin 1623 de Matías Delgado pour passer aux Indes comprend sept accompagnateurs : Benito Delgado Florez (16 ans), Pedro Delgado (16 ans), Juan Núñez Gutiérrez (18 ans), Mateo Florez Camberos (30 ans), Francisco Jiménez (20 ans), Antonio Raudona Ortiz (24 ans) et Juan Raudona Ortiz (ce dernier n’a sans doute pas fait la traversée, son âge n’est pas précisé) 41. Les patronymes des accompagnateurs indiquent la présence possible de membres de la famille : Benito est le petit frère de Matías, Pedro et Mateo sont-ils des cousins ? Pedro Delgado est né à Cáceres, son père est Juan Delgado, Mateo Florez Camberos est le fils d’un Toribio Flóres de Malpartida (cinq kilomètres de Cáceres). On note en effet une homogénéité géographique complète chez les accompagnateurs : ils viennent tous de Cáceres ou de ses très proches environs (Malpartida, Arroyo del Puerco) ; les frères Raudona viennent d’Alcántara à 70 kilomètres de Cáceres.

  • 42 AGI, Filipinas, 20, R. 20, N. 136, p. 15.

24Le départ du benjamin aux Philippines reflète le manque de perspective à Cáceres : les deux aînés ont fait des études et détiennent une licence, le petit dernier se tourne tôt vers la carrière militaire en suivant son frère aux Philippines, il peut espérer bénéficier de sa protection et de sa position d’auditeur. Matías Delgado écrit, en 1631, au sujet de son petit frère : « j’attendais de sa personne une renommée croissante et voulais la lui faire gagner ». Comme nous l’avons vu plus haut, dès son arrivée, Matías place son frère à d’importantes responsabilités militaires : en février 1625, il le fait capitaine d’un des navires qui doit défendre Manille des Hollandais, Benito a alors 18 ans… Le 16 mai 1625, ce dernier figure sur la liste des membres de l’expédition victorieuse d’Antonio Carreño Valdés pour prendre aux Hollandais l’île de Formose (Taïwan) 42.

  • 43 AGI, Filipinas, 21, R. 2, N. 7, lettre de Matías Delgado au roi du 30 juillet 1628 : « […] está sir (...)
  • 44 AGI, Filipinas, 45, N. 94.
  • 45 AGI, Filipinas, 7, R. 6, N. 83, « Con achaque de la prisión de don Gerónimo de Silva y su desposesi (...)

25D’après Matías, il y reste deux ans avec le grade de capitaine et en juin 1628, il est encore vivant43 ; une lettre non datée, adressée au Conseil des Indes par leur mère Lucía, indique que Benito est capitaine d’infanterie aux Philippines. La lettre de 1631 annonce la mort de Benito à sa famille de Cáceres tout comme celle de Mateo Florez et Antonio Raudona. Des trois survivants nous savons peu de choses : Francisco Jiménez ; Juan Flores, probablement Juan Núñez Gutiérrez, qui prend le nom de son protecteur, est simple sergent ; Francisco Cervigón n’est pas dans la liste des accompagnateurs de Matías Delgado, mais figure dans la lettre comme un familier. Francisco réapparaît dans les archives à la fin des années 1630 lorsqu’il obtient le titre de notaire public de la ville de Manille dont il est devenu vecino44. Le bilan est donc particulièrement négatif concernant l’implantation de l’auditeur et de ses proches à Manille. À la première occasion, dans le sillage de Jerónimo de Legazpi, il avait pourtant pourvu la plupart de ses hommes à des postes dans l’armée comme le dénonce le nouveau gouverneur Fernando de Silva dans une lettre au roi du 4 août 162545. L’arrivée du visitador en 1631 et ses premières accusations contre de Jerónimo de Legazpi ont de quoi inquiéter Matías Delgado qui y fait allusion dans la lettre à son frère sans rentrer dans les détails.

La famille de sang en Espagne

26À Cáceres, réside la dernière chance de Matías Delgado de quitter les Philippines par le biais de l’action de son frère et de sa mère. Plusieurs documents regroupés dans le même dossier que la lettre que nous publions sont des lettres adressées par Lucía et Sancho Melón au roi, au Conseil des Indes et à son secrétaire pour demander le droit de Matías Delgado d’abandonner son poste. Elles datent toutes du printemps 1634 et sont sans doute la suite donnée au courrier désespéré de Matías envoyé depuis Manille en novembre 1631. L’insistance de la mère et du frère porte ses fruits puisqu’ils obtiennent, malgré bien des réticences du Conseil des Indes, la dejación de Matías Delgado. Lucía avait lourdement fait référence aux responsabilités de son frère défunt au Conseil des Indes, puis au Conseil de Castille.

  • 46 AGI, Contratación, 384, N. 3, R. 1.
  • 47 AGI, Filipinas, 21, R. 3, N. 12, lettre de Matías Delgado Florez au roi du 25 juillet 1629 : « no p (...)
  • 48 José Miguel Mayoralgo Lodo, « El linaje sevillano de Villacís », Anales de la real Academia Matrite (...)

27La lettre de Matías évoque d’autres parents susceptibles de l’aider à Madrid. Tout d’abord, l’oncle et la tante, Sancho Flores et Ana Francisca Guzmán sont cités à deux reprises. Dans la lettre, Matías attribue à son oncle, explicitement, et plusieurs fois, sa nomination à Manille en 1622. À ce moment-là, Sancho Flores est effectivement conseiller des Indes depuis quatre ans. Matías est, dès 1628, informé par son agente de negocios, Gonzalo Romero, de la mort de son oncle qui survient en 1627. Cette disparition surprend tout le monde : chose rare, le conseiller de Castille n’avait pas rédigé de testament46. Matías tire immédiatement toutes les conséquences de la perte d’un soutien si proche de lui par le sang et si proche de la grâce royale par ses fonctions politiques : « le Conseil allait m’oublier ». Avec son frère, il peut parler de la rancœur que son oncle suscite chez lui : « Voilà tout le bien et tous les honneurs que m’a laissés mon oncle : dès que j’ai appris sa mort, j’ai renoncé à cette charge, puisqu’il n’a pu obtenir pour moi ni ne m’a fait bénéficier de ce que le Conseil devait faire en ma faveur. » En 1629, dans une lettre au roi demandant une promotion il invoquait en effet « la mémoire que le Conseil Royal [des Indes] conserve du licenciado Sancho Flores [son] oncle, et comment il n’est pas juste que sa mort achève aux Philippines [ses] justes prétentions47 ». Aussi notons que la tante, Ana Francisca, décède le 22 mai 163148. À Madrid, reste des membres de la famille maternelle, « notre oncle Bartolomé Florez et nos parents de Madrid ». D’autres prénoms, Jerónima, « mi señora Doña Ana » auxquels nous ne pouvons attribuer aucune identité, montre la présence persistante des Florez à Madrid. Les questions patrimoniales et les transferts de fonds (les remesas) préoccupent Matías, même s’il reste très évasif (c’est aussi que son frère est au courant et qu’il n’a pas à entrer dans les détails) :

« je regrette de ne pouvoir envoyer ni cadeau ni argent parce que tout a été perdu et on m’écrit seulement de [Vergara ?] de Mexico, que l’argent est arrivé entre leurs mains. […] Il n’y a pas jusqu’à maintenant [effacé] d’héritiers, et je ne peux pas non plus me marier ».

28Il reste donc à trouver d’autres soutiens à la Cour en dehors du cercle familial : « Et il n’y a pas, sur terre, que la protection de mon oncle et de ma tante, qui ont été si peu profitables et de si grand malheur pour moi. » C’est pourtant le cercle relationnel de Sancho Flores que Matías demande à son frère de contacter. En effet, le prestige et les amitiés de l’oncle sont encore vivants et peuvent servir.

Les amis de l’oncle Sancho sont mes amis : les frères Chumacero

  • 49 Janine Fayard, Les membres du conseil de Castille à l’époque moderne : 1621-1746, Genève, Droz, 197 (...)

29Vieille famille d’Estrémadure originaire de Valencia de Alcántara à la frontière portugaise, les Chumacero font partie de la noblesse installée après la reconquête au xiiie siècle. Le grand-père León Paz Chumacero part aux Indes au service du roi. En 1585, un de ses fils Francisco Chumacero de Sotomayor s’engage dans des études prestigieuses lui donnant toutes les chances de réussir dans la haute administration royale. Francisco Chumacero de Sotomayor fait ses études dans le prestigieux Colegio mayor de San Bartolomé de Salamanque, puis suit une brillante carrière de magistrat qui le conduit au Conseil de Castille dont il est procureur entre 1580 et 1585. Ses fils, Juan et Antonio, suivent sa voie : Juan est président du Conseil de Castille de 1643 à 1648 et Antonio conseiller de 1632 à 1636, un troisième frère Fernando est auditeur de la chancellerie de Valladolid, preuve que l’aristocratie locale de vieille souche ne néglige pas la carrière administrative49.

  • 50 Manuela Carrasco Mateos, María Azucena Pérez Paniagua, Ana María Carabias Torres, et María Antonia (...)
  • 51 Jeanine Fayard, Les membres…, op. cit., p. 554.
  • 52 Ana María Carabias Torres et Claudia Möller Recondo, « Los Estudiantes de Derecho Del Colegio Mayor (...)

30Sancho Flores et Juan Chumacero de Sotomayor y Carrillo se sont nécessairement connus. Ils sont tous deux originaires de la même région : l’Estrémadure. Cáceres et Valencia de Alcántara sont distantes de 80 kilomètres et appartiennent au même diocèse de Coria. Les deux hommes suivent des parcours étonnamment similaires, légèrement décalés compte tenu de leur différence d’âge. Ils sont colegiales mayores de San Bartolomé à Salamanque : Sancho est présent comme étudiant puis comme professeur de 1596 à 1605, Juan de 1605 à 1614. Ils se retrouvent tous les deux auditeurs de la chancellerie de Grenade de 1614 à 1618. Ils sont présents à Madrid dans le milieu de la polysynodie lorsque Juan est nommé au Conseil des Ordres militaires pendant que Sancho est au Conseil des Indes depuis 161850. Les deux collègues sont nommés à la même date, le 7 mai 1626, par Philippe IV au Conseil de Castille, don Sancho conseiller et Juan Chumacero, procureur51. Antonio, le frère cadet de Juan, également cité par Matías Delgado, a fait ses études au Colegio Mayor de Cuenca d’où il sort avec une licence de droit vers 161152, il est auditeur en Galice puis à Valladolid de 1613 à 1632, date de sa nomination au Conseil de Castille aux côtés de son frère, Juan.

31Les frères Chumacero sont définis en termes de relations patron-client : « son y fueron amigos y s [eñor] es míos ». Cette présence de connaissances dans les conseils royaux à Madrid est le biais indispensable pour continuer d’exister malgré les milliers de kilomètres de distance entre Manille et la Cour.

Le sentiment d’éloignement : distance, intermédiaires et déclassement

  • 53 Maria Fernanda G. de Los Arcos, Jean-Pierre Berthe, « Les Îles Philippines, « Troisième Monde », se (...)

32Jean-Pierre Berthe, en publiant la lettre de Francisco de Samaniego, procureur de l’audience de Manille, adressée en 1650 au commis du Conseil des Indes, Juan Díez de la Calle, mettait en lumière les représentations de l’espace et de la distance suscitées par l’éloignement – l’isolement – ressenties par les agents de la Couronne envoyés aux Philippines53. Après sa nomination en 1645, Francisco de Samaniego mit trois ans et demi (et un naufrage) pour rejoindre Manille depuis Madrid. Dans sa lettre au commis du Conseil des Indes, il compare sa vie dans l’archipel à celle des captifs chrétiens du Maghreb et son image d’un monde divisé en trois témoigne d’une représentation inédite. Le premier monde en Espagne, siège de l’autorité royale et environnement de référence du fiscal. Le deuxième était celui de la Nouvelle Espagne, où il avait vécu dans un univers hispanisé et pas si éloigné de la métropole. Le troisième monde, les Philippines, extrême-occident de l’empire, « un véritable grain de sable gravitant dans l’orbite infiniment éloignée du soleil de Castille ».

  • 54 Jose Eugenio Borao Mateo, « The Arrival of the Spanish Galleons to Manila from the Pacific Ocean an (...)

33La lettre de Matías Delgado, vingt ans plus tôt, reflète le même type de sentiment. Les lettres sont le principal moyen de rester en contact et leur gestion suscite toujours des commentaires : le mot « lettre » (carta) revient à huit reprises, « écrire » sept fois, « envoyer » quatre fois, « recevoir » deux fois, « chemin » deux fois, « messager » une fois. La lettre commence ainsi par faire le point avec son destinataire sur l’état du courrier : la liaison entre les Philippines et la péninsule Ibérique est au début des années 1630 désastreuses. En 1631, le navire La Magdalena chavire dans le port de Cavite alors que le Santa Margarita fait demi-tour vers Manille54. Les lettres de Matías Delgado sont perdues, c’est pourquoi il écrit de nouveau en novembre 1631 et, cette fois-ci, il expédie son courrier par la voie de l’Inde « et ce sera une grande chance si le messager arrive dans un voyage si long et si périlleux ». En effet, faire passer le courrier par les comptoirs de l’Inde portugaise constitue la seconde option pour les Espagnols de Manille. Antonio de Morga, auditeur de Manille de 1595 à 1604 explique que :

  • 55 Antonio de Morga, Sucesos…, op. cit., p. 303-304 : « Por la vía de la India, se puede nauegar desde (...)

Par la voie de l’Inde, on peut naviguer des Philippines à l’Espagne […]. Des lettres et des messages officiels passent habituellement par l’Inde pour l’Espagne entre les mains d’Indiens [ou de juifs], via la mer Rouge, l’Arabie, Alexandrie et de là par mer à Venise et enfin ils arrivent en Espagne55.

34Compte tenu des démarches entreprises par la famille Florez en Espagne en 1634, on peut penser que la lettre mit deux ans et demi pour arriver à son destinataire.

  • 56 Javier Barrientos Grandon, « Guía prosopográfica de la judicatura letrada en Indias (1503-1898) » i (...)
  • 57 Jean-Pierre Dedieu, « Amistad, familia, patria… y rey. Las bases de la vida política en la Monarquí (...)

35Recevoir des lettres d’Espagne n’est pas non plus chose aisée pour l’habitant de Manille. Matías se plaint à plusieurs reprises de ne pas avoir de nouvelles de ses parents de Madrid. Le bon acheminement des lettres passe par le recours à des personnes de confiance : Matías Delgado demande ainsi à son frère de les faire transiter par Juan González de Peñafiel et Iñigo Argüello de Carvajal, deux membres de l’audience de Mexico entre 1623 à 1639. Matías Delgado, Juan González et Iñigo Argüello appartiennent au même corps de hauts magistrats de la monarchie, ils ont été nommés dans les années 1620 dans deux audiences indianas étroitement liées, Mexico et Manille. De plus, Juan González et Iñigo Argüello sont originaires d’Estrémadure, le premier de Miajadas, à 65 kilomètres au sud-est de Cáceres et le deuxième de Brozas, à 50 kilomètres au nord-ouest de Cáceres56. La « patrie » est avec la famille et l’amitié, le troisième élément-clé dans le jeu des relations interpersonnelles sous l’Ancien Régime et nous en avons une nouvelle manifestation ici57.

  • 58 AGI, Filipinas, 40, N. 42, « Poder de Matías Delgado para ser representado en la corte por cuatro a (...)

36Un autre personnage, l’agente de negocios Gonzalo de Romero, est présenté comme l’intermédiaire indispensable pour transmettre les lettres. C’est qu’il s’agit d’un professionnel en la matière : il représentait et défendait les prétentions de ses clients devant les Conseils royaux à Madrid. Il les prévenait de la vacance des postes, préparait les dossiers de candidature (notamment en rédigeant les relations de services), il effectuait un véritable travail de lobbying auprès des membres des Conseils pour imposer ses clients au moment des nominations. Souhaitant mettre toutes les chances de son côté, Matías Delgado donne pouvoir à quatre agentes de negocios, en juillet 1625, soit à peine un an après son arrivée, pour obtenir une promotion et quitter les Philippines58. En 1631, Gonzalo Romero est l’interlocuteur privilégié de Matías : c’est par lui qu’il apprend la mort de son oncle et les démarches entreprises par son frère pour obtenir la dejación ; c’est lui qui sait comment faire parvenir les lettres aux Philippines ; c’est encore lui qui « s’occupe de tout cela et son zèle sera très efficace avec quelques cadeaux de cette terre [des Philippines] ».

37Enfin, l’auditeur livre une terrible image des Philippines à son frère. Il n’a pas d’expressions ou d’images assez fortes pour décrire l’archipel : « la terre et le climat hostiles », « cet enfer et cet exil si pénible, où j’ai toujours vécu dans les plus grandes difficultés et désespéré », « la pire terre du monde, peuplée de Noirs et de peu d’Espagnols, mis à l’écart et exilés », « je n’ai que la compagnie des Noires et des Noirs ». À cette mise à l’écart forcée du monde hispanique, « on me retient ici par force comme un esclave – dit-il », Matías Delgado oppose à plusieurs reprises ses problèmes de santé pour justifier son désir de quitter Manille.

38En conclusion, la lettre de Matías Delgado y Florez à son frère livre un aspect assez inédit de la vie d’un agent du pouvoir royal envoyé aux confins de l’empire. Depuis Manille, l’auditeur se plaint de son isolement dû à des raisons techniques : les communications entre l’archipel du sud-est asiatique et la péninsule Ibérique sont particulièrement longues et irrégulières. Malgré un décalage qui se compte en années dans l’actualisation des informations, Matías est naturellement très préoccupé de la représentation de sa cause à Madrid. Son oncle, conseiller du roi, décédé, son isolement sociopolitique est fort. C’est par l’intermédiaire de son frère, resté dans le berceau familial de Cáceres, que Matías tente d’exister à la Cour. Le rôle de son agente de negocios, ces courroies de transmission encore peu étudiées, semble aussi crucial qu’infructueux : les quatre agentes de negocios n’arrivent pas à obtenir la mutation de l’auditeur de Manille. Il reste des protecteurs dont la bienveillance n’est pas prouvée : les frères Chumacero du Conseil de Castille répondirent-ils aux appels venus de l’archipel philippin ? Enfin, il est tout un aspect de l’entourage et des relations sociales de Matías Delgado qui ne ressort pas dans la lettre : les liens tissés à Manille, notamment avec le sulfureux Jerónimo de Legazpi, sont peu avouables en période de visita. Ils expliquent peut-être aussi les silences du Conseil des Indes aux demandes de promotion de Matías Delgado.

39Finalement, le cas de Matías Delgado illustre la situation relativement rare dans la monarchie espagnole du renoncement au pouvoir et de l’abandon de poste. Cette rupture est possible à partir du moment où le sujet estime que le roi ne reconnaît pas ses mérites. La grâce royale n’est donc pas infaillible et le sujet dispose alors d’une sorte de droit de retrait… qu’il doit obtenir du roi. C’est dire la puissance du pouvoir royal qui, malgré l’extrême distance, continue de convaincre et de conduire à l’obéissance.

Haut de page

Annexe

Document

Lettre de Matías Delgado y Florez, magistrat de l’Audience royale des Philippines, à son frère Sancho, à Cáceres. Manille, le 30 novembre 1631.

Avertissements sur la transcription du texte.

Majuscules, ponctuation et accentuation ont été modernisées, afin de faciliter la lecture. Une partie du document est coupée à droite ce qui explique que beaucoup de mots soient effacés ; lorsque cela a été possible, nous les avons rétablis entre crochets. Nous avons également ajouté entre crochets des mots pour apporter une meilleure justesse grammaticale et faciliter la lecture. À trois reprises, le texte est souligné soit par l’auteur, soit par le destinataire, soit par le secrétaire qui a traité au Conseil des Indes le dossier, nous avons reproduit ce soulignement. Enfin, tant la transcription que la traduction doivent énormément au travail de relecture et de correction de Françoise Cazal, qu’elle en soit remerciée.

 

Carta de Matías Delgado y Florez a su hermano, Sancho Florez Melón. Manila, 30 de noviembre de 1631.

Archivo General de Indias, Filipinas, 40, N.42

//f.1 r.//

Mi H [e] r [ma] no,

Por averse perdido este año dos naos que yvan a Nueva Esp [añ] a a donde se perdió arto y las cartas que imbiávamos de Philip [in] as, buelvo a escrivir por la India, y será gran ventura si llegare el mensajero en viaje tan peligroso y largo, y si fuere y pudiere recibir V [uestra] m [erced] esta carta, sabrá por ella cómo murió don B [enit] o su her [man] o, bien empleado aunque tan moço, porque acabó en la guerra dejándome a mí tan [solo] y triste qual se puede pensar, ansí por averle criado y [tenerle] amor como esperar en él mucho aum [en] to y procurársele [también], pero Dios fue servido que en medio desto saliese en una ocassión de enemigos, y acabase su vida allí, dexando [a todos] lastimados, y yo, ya que no voy a la guerra, me la haç [en] las enfermedades y achaques que me van acabando poco a poco y consumiendo la vida, como a los demás que asta aora an muerto, que es Matheo y Raudona y [borrado], y aunque previne esto los prim [er] os años, escriviendo cart [as] de la mala tierra y temple en que estávamos, [ha] aprovechado poco pues en ocho años no [ha] avido remedio sa [carme] deste infierno y destierro tan penoso donde siempre e bivido con trabaxos y desesperado, Dios se lo perdone a quien me imbió y causó tanto daño, y a quatro años que no tengo carta de nadie ni supiera tanpoco si eran bivos sino recibiera una carta de//f. 1 v.// G [onzal] o Rom [er] o, en que dice llegó a su poder un mem [ori] al y carta de V [uestra] m [erced], en que le pide haga dexación deste offi [ci] o en caso que no se me haga más m [e] r [ce] d, y acuérdome que a quatro años que escriví sobre esto y embié poder, que fue q [uan] do supe avía muerto mi tío y que me avía de olvidar el Consejo como lo a hecho, tomando ocasión de una visita que se despachó seis años a y no llegó asta el mes de agosto pasado y por lo menos durará otros seis años en se acabar y bolver allá, y si emos de aguardar a eso, no ay que hacer caso de mí, porque bivo de milagro ni sé que raçón hay p [ar] a que, dexando yo la plaça, aya de estar por fuerça aquí y ser esclavo, pues q [uand] o más mal me quieran hacer solo me la pueden quitar por deméritos y, sin tenerlos sino con aver merecido y servido mucho, renuncio, por no morir, el premio y lo que tengo, y sé de cierto que si se representa esto al Cons [ej] o, me dará lic [enci] a por lo menos p [ar] a que me pueda bolver a Méx [i] co asta que se aya visto mi visita y cargos, porque aguardar aquí a eso será acabar y morir, que ocho años e bivido con enfermedades y continuo padecer y trabaxo, y ansí no estimo lo que aquí ay, ni ser rico ni dexarlo de ser, pues no tengo p [ar] a quien, ni Dios me a de faltar aunque deje este off [ici] o, que no es fuerza sea oidor contra mi voluntad en la peor tierra del mundo, poblada de negros y pocos españoles acotados y desterrados, y este fue el bien y la honrra que me dió mi tío//f. 2 r.// que desde supe avía muerto la renuncié, pues él no me sacó ni cumplió lo que me dixo avía de hacer el Cons [ej] o, que esas promesas me animaron para venir aunque bien contra mi voluntad y la ra [zón], que rehusava tanto daño mío. También escrivo a G [onzal] o Rom [er] o y él me dice tiene cuydado de [eso] y valdrá mucho su dilig [enci] a con algún regalo de esa tierra, que ya que no aprovecharon tan [to] a mi s [eñor] a d [oña] Ana, quisá servirá algo con los [borrado : ¿demás ?] y ellos me sacarán mediante Dios en quien espero, [borrado] las cosas de por allá no sé qué tales estarán, porque no e tenido cartas tanto tiempo ni sé si es bivo n [uest] ro tío B [artolo] mé Florez ni n [uest] ros parientes en M [adri] d, porque su m [adr] e nunca me a escrito desde que faltó su ma [rido], Jerónima me da cuidado porque estará ya [mayor] y siento no poder imbiar algún regalo y [dinero] porque todo se a perdido y solo me escriven de [¿Verg [ar] a ?] de Méx [i] co que an llegado por sus manos dineros, pero si salgo de aquí y buelvo allá, [se] remediará bien todo, y no ay asta aora [borrado : ¿ningunos ?] herederos ni yo me puedo casar, y ansí [borrado : ¿saquen ?] del pozo y allarán oro y dineros y sino en el p [ozo] se quedará ya donde no aproveche jamás [a nadie] si tienen necess [ida] d, pues no la an procurado [borrado : ¿con ?] más calor, que con eso se remediara y salieran della todos, pero si no se a podido más por [borrado : ¿porfiar ?] en esto de hacer dexación y vaya V [uestra] m [erced] al [borrado : ¿Consejo ?] y a ablar [a] aquellos s [eñores], que rem [edi] o a de tener//f. 2 v.// esto, y apretar por medio del s [eñ] or d [on] Ju [an] Chum [acer] o que me conoce y de su h [erma] no d [on] Ant [oni] o, que son y fueron amigos y s [eñor] es míos, y no se acabó el mundo ni el favor en el tío ni en la tía que de tan poco provecho fueron o de tanto daño p [ar] a mí, y escrívame V [uestra] m [erced] por todos los avisos y caminos que se pudieren p [ar] a que llegue alg [un] a carta a mis manos encaminándolas al fiscal d [on] Juan de la59 Peñafiel o al oydor d [on] Iñigo de Carv [aj] al, que ellos las imbiarán, o por G [onzal] o Rom [er] o, que sabe donde las a de remitir, F [rancisc] co Xim [ene] z está bivo aunque a pasado mucha enferm [eda] d y Ju [an] Florez es alf [ére] z y está conmigo y Fr [ancisc] co Cervigón, otros no an quedado ni tengo comp [añí] a que de negras y negros esclavos sin que aquí no se puede pasar, y no valen ni cuestan poco, que allá no fuera muy gran caudal ; el que tengo y la salud van a un paso, quiero decir a menos, porq [ue] la tierra no está de provecho con desgr [aci] as y pérdidas de naos y aora con la visita nos costará lo que Dios sabe, ansí que ya no ay que esperar sino salir con poco o con mucho, si se puede con la vida, la q [u] al dé N [uest] ro S [eñ] or a V [uestra] m [erced] como puede y yo deseo. En Man [il] a y n [oviembr] e 30 de 631.

El l [icenciado] don Mathias Delg [a] do y Florez

[rúbrica]

 

[Traduction]

Mon frère,

Cette année, deux navires qui allaient à la Nouvelle Espagne ont fait naufrage, il y a eu beaucoup de pertes, y compris les lettres que nous avions envoyées des Philippines. C’est pourquoi je vous réécris par la voie de l’Inde et ce sera une grande chance si le messager arrive, dans un voyage si long et si périlleux. Si c’était le cas, si vous recevez cette lettre, vous apprendrez comment don Benito, votre frère, est mort à la guerre de façon très honorable bien que si jeune, me laissant si triste et seul aussi bien pour l’avoir élevé et avoir eu tant d’affection pour lui que parce que j’attendais de sa personne une renommée croissante et voulais la lui faire gagner. Mais ce fut la volonté de Dieu qu’il parte affronter le danger de l’ennemi et termine sa vie là-bas, laissant tout le monde en peine. Quant à moi, qui ne vais pas à la guerre, ce sont les maladies et les maux qui me la font, en ayant raison de moi peu à peu et en consumant ma vie, comme cela s’est passé pour les autres personnes qui sont mortes à la date où j’écris, à savoir Matheo et Raudona et [effacé], et bien que j’aie anticipé tout cela, les premières années, en écrivant au sujet de la terre hostile et du climat où nous étions, cela n’a pas servi à grand-chose. En effet, en huit ans, je n’ai pas réussi à m’arracher à cet enfer et à cet exil si pénible, où j’ai toujours vécu dans les plus grandes difficultés et désespéré. Que Dieu pardonne a celui qui m’a envoyé là et qui m’a causé tant de mal. Il y a quatre ans que je n’ai eu de lettre de personne et je n’aurais pas su qui était vivant, ni qui était mort si je n’avais pas reçu une lettre de Gonzalo Romero où il dit avoir entre ses mains un mémoire et lettre de Vôtre Grâce dans laquelle vous lui demandez que je renonce à cet office au cas où on ne me donnerait pas une autre charge et je me souviens qu’il y a quatre ans, j’ai écrit à ce sujet et ai envoyé un pouvoir – quand j’ai su la mort de mon oncle et que le Conseil allait m’oublier comme cela a été le cas –, profitant de la venue d’une inspection ordonnée il y a six ans, mais qui n’a commencé qu’au mois d’août dernier, et qui mettra au moins encore six ans à aboutir et à retourner là-bas [en Espagne]. Or, s’il faut attendre tout ce temps, il ne faut plus compter sur moi, parce que c’est miracle si je suis encore en vie et je ne vois pas pourquoi, alors que je laisse ma place, on me retient ici par force comme un esclave, car, au pire, on peut juste m’ôter ma charge pour faute administrative, or c’est sans avoir démérité, mais au contraire en ayant été exemplaire et en ayant rempli ma charge parfaitement que je renonce, pour ne pas mourir à ma récompense et à ce que j’ai. Je tiens pour absolument certain que si l’on présente ça au Conseil, celui-ci me donnera licence, pour le moins, de pouvoir retourner à Mexico jusqu’à ce que l’on ait pris connaissance de mon inspection et de mes services. Attendre ici le résultat, ce serait ma fin et ma mort, car cela fait huit ans que je vis continuellement en proie aux maladies, aux souffrances et aux difficultés et, de ce fait, je n’accorde de valeur à rien de ce qu’il y a ici, ni au fait d’être riche ou de ne plus l’être, puisque je n’ai personne et que Dieu pourvoira à mon sort, même si je laisse cet office, car on ne peut m’imposer d’être auditeur contre ma volonté dans la pire terre au monde, peuplée de Noirs et de quelques rares Espagnols mis à l’écart et exilés. Voilà tout le bien et tous les honneurs que m’a laissés mon oncle : dès que j’ai appris sa mort, j’ai renoncé à cette charge, puisqu’il n’a pu obtenir pour moi ni ne m’a fait bénéficier de ce que le Conseil devait faire en ma faveur. Or ce sont ces promesses qui m’avaient encouragé à venir ici, même si c’était totalement contre ma volonté et contre ma raison qui se refusait à ce que je subisse tant d’épreuves. J’ai également écrit à Gonzalo Romero qui me dit qu’il s’occupe de tout cela, et son zèle sera très efficace avec quelques cadeaux de cette terre, et puisque ma très respectée doña Ana n’en a pas tellement profité, cela aura peut-être quelque utilité avec les [autres] et ils me tireront d’affaire si Dieu, en qui je mets toutes mon espérance [effacé].

Les affaires de là-bas, je ne sais pas trop où elles en sont, parce que je n’ai pas reçu de lettre pendant très longtemps et je ne sais pas si notre oncle Bartolomé Florez et nos parents de Madrid sont en vie. En effet, leur mère ne m’a jamais écrit depuis la mort de son [mari]. Je me tracasse pour Jerónima, car elle doit maintenant être grande et je regrette de ne pouvoir envoyer un cadeau ou de l’argent, parce que tout s’est perdu et on m’écrit seulement de [Vergara ?] de Mexico que de l’argent est arrivé par leur intermédiaire, mais si je sors d’ici et reviens là-bas, tout rentrera dans l’ordre et il n’y a jusqu’à maintenant [effacé] aucun héritier, et je ne peux pas me marier. Ainsi, [retirez ce qu’il y a] dans le puits et vous y trouverez de l’or et des pièces, – et sinon cela restera dans le puits où cela ne servira jamais à personne – si vous êtes dans le besoin, parce que vous n’avez pas essayé [avec] plus d’ardeur, car avec cela vous remédierez à cette situation de besoin et en sortirez tous. Mais s’il n’a pas été possible d’insister plus sur le renoncement à ce poste, que Vôtre Grâce aille au Conseil et fasse une demande à ces Messieurs, car ce problème a une solution, et que votre Grâce appuie sa demande par les bons offices de Monsieur don Juan Chumacero qui me connaît et de son frère don Antonio qui sont et furent mes amis et protecteurs. Et il n’y a pas, sur terre, que la protection de mon oncle et de ma tante, qui ont été si peu profitables et de si grand malheur pour moi. Que Vôtre Grâce m’écrive par tous les navires-courriers et les chemins possibles pour qu’une lettre arrive entre mes mains par l’intermédiaire du procureur don Juan de Peñafiel ou l’auditeur Iñigo de Carvajal qui me l’enverra ou par Gonzalo Romero qui sait où il faut les déposer.

Francisco Ximénez est vivant bien qu’il soit passé par une grave maladie et Juan Florez est sergent et il est avec moi ainsi que Francisco Cervigón. Des autres, il ne reste rien et je n’ai que la compagnie des Noires et des Noirs, esclaves sans lesquels on ne peut vivre ici et ils ne valent et ne coûtent pas peu, même si là-bas [en Espagne] ce ne serait pas une très grosse somme. Mon bien et ma santé vont doucement, je veux dire diminuent parce que la terre est de peu de profit avec les fortunes de mer et les pertes de navires et maintenant, avec l’inspection Dieu seul sait combien cela va nous coûter. Il n’y a pas d’autre espoir que de partir, avec pas grand-chose ou avec beaucoup, si possible avec la vie, laquelle Dieu Notre Seigneur donne à Vôtre Grâce comme Il en a le pouvoir et telle que je vous la souhaite. À Manille le 30 novembre 1631.

Le licencié Mathias Delgado y Florez [Paraphe]

Haut de page

Notes

1 Dans les territoires de la monarchie hispanique, les Indes occidentales correspondent à l’Amérique espagnole et aux Philippines. Les Philippines dépendent de la vice-royauté de la Nouvelle Espagne dont la capitale est Mexico.

2 L’Archivo general de Indias, fondé parle Charles III au xviiie siècle, conserve tous les documents relatifs aux Indes occidentales, autrement dit à l’Amérique espagnole et aux Philippines coloniales. Le fonds comprend 43 000 liasses de documents principalement issus du Conseil des Indes.

3 Enrique Otte (dir.), Cartas privadas de emigrantes a Indias, 1540-1616, Seville, Consejería de Cultura, Junta de Andalucía, Escuela de Estudios Hispano Americanos de Sevilla, 1988. Pour un autre corpus de 179 lettres des documents de l’Inquisition des Archives de Mexico : Rocío Sánchez Rubio et Isabel Testón Núñez, El hilo que une : las relaciones epistolares en el Viejo y el Nuevo Mundo, (siglos xvi-xviii), Cáceres, Universidad de Extremadura, 1999.

4 Archivo General de Indias (AGI), Filipinas, 20, R. 9, N. 61, Lettre de Andrés de Alcaraz, oidor de l’Audiencie de Manila, au roi. Manille, 10 juillet 1614. « […] basta haberme llevado Dios a mi mujer a veinte cinco del passado [mes] de una larga y penosa enfermedad que le duró dos años con cuya muerte he quedado con la mayor pena desconsuelo que jamás he tenido por no me quedar hijo ni hermanos de mi parte ni la suya que tenía habrá cuatro meses murió […]. »

5 AGI, Indiferente, 122, N. 124, Rélación de méritos de Juan Bolívar y Cruz, 5 avril 1670.

6 Antonio Castillo Gómez, Entre la pluma y la pared : una historia social de la escritura en los Siglos de Oro, Madrid, Akal Ediciones, 2006, p. 19-21.

7 Sur la question des « relations de mérites » et de la mobilité des agents de la Couronne, voir Domingo Centenero de Arce, « ¿Una monarquía de lazos débiles ? circulación y experiencia como formas de construcción de la monarquía católica », in Juan Francisco Pardo Molero, Manuel Lomas Cortés (dir.), Oficiales reales : los ministros de la Monarquía Católica, siglos xvi-xvii, València, Departament d’Història Moderna, Universitat de València, 2012, p. 137-161.

8 Antonio García-Abásolo, « Filipinas. Una frontera más allá de la frontera », in Marta María Manchado López et Miguel Luque Talaván (dir.), Fronteras del mundo hispánico : Filipinas en el contexto de las regiones liminares novohispanas, Córdoba, Universidad de Córdoba, 2011, p. 71-88 : « Tal vez se puede hacer una interpretación de las Filipinas españolas entre los siglos xvi y xviii como un mundo cerrado en una frontera abierta, o como una frontera más allá de la frontera. »

9 Antonio F. Torres et Antonio Sánchez de Mora (dir.), Pacífico : España y la aventura de la Mar del Sur, Madrid, Ministerio de Educación, 2013, p. 257.

10 Jean-Pierre Berthe et Thomas Calvo (dir.), Administración e imperio : el peso de la monarquía hispana en sus Indias (1631-1648), Zamora, Michoacán, El Colegio de Michoacán, 2011, p. 70.

11 Antonio de Morga, Sucesos de las islas Filipinas, México, Fondo de Cultura Económica, 2007, p. 282.

12 Inmaculada Alva Rodríguez, « La centuria desconocida : el siglo xvii », in Leoncio Cabrero (dir.), Historia general de Filipinas, Madrid, Ed. de cultura hispánica-Agencia española de cooperación internacional, 2000, p. 209-268.

13 Tamar Herzog, Rendre la justice à Quito : 1650-1750, Paris, l’Harmattan, 2001.

14 Natural : lieu de naissance d’un individu. Vecino : habitant et membre d’une communauté urbaine disposant de droits et de devoirs fiscaux, politiques et sociaux.

15 AGI, Filipinas, 1, N. 197.

16 AGI, Escribania, 880a.

17 AGI, Filipinas, 21, R. 2, N. 7, lettre de Matías Delgado au roi du 30 juillet 1628, à Manille.

18 AGI, Filipinas, 1, 197.

19 AGI, Filipinas, 21, R. 2, N. 7.

20 AGI, Filipinas, 1, N. 197, avis du Conseil des Indes du 27 juillet 1622 pour nommer un auditeur de l’audience de Manille : « […] es sobrino del licenciado Sancho Flores deste consejo y pretensor en el antes que su tío entrase a servir su plaza ».

21 Nous conservons par exemple le récit de la traversée d’Antonio de Morga, lettre du 30 mai 1594, in Antonio de Morga, Sucesos de las Islas Filipinas, édition et introduction par W. E. Retana, Madrid, V. Suarez, 1909, p. 36. Voir aussi la lettre de Cristóbal Téllez de Almazán au roi du 14 juillet 1598, AGI, Filipinas, 18B, R. 8, N. 100.

22 AGI, Contratación, 5386, N. 65.

23 AGI, Filipinas, 20, R. 18, N. 118, lettre de l’Audience de Manille du 12 août 1624.

24 AGI, Filipinas, 40, N. 42, certificat établi le 3 août 1624 de la réception du titre d’oidor de Matías Delgado le 1er juillet 1624.

25 AGI, Filipinas, 20, R. 18, N. 118 : « sin haber procedido enfermedad sino flaqueza ».

26 Ostwald Sales Colín, « La Real Audiencia de Manila contra el Gobernador General de Filipinas : dos intereses irreconciliables durante la primera mitad del diecisetesco. », Alegatos, 2005, no 61, p. 419-50.

27 AGI, Filipinas, 7, R. 6, N. 84, p. 5, Lettre de Jerónimo de Silva au roi du 4 août 1625 : « El oidor Don Matías Florez quedó como tengo significado a VMd en el puerto de Cavite acudiendo al apresto de la armada y usando de la mano poderosa que llevó de la Audiencia en mar y en tierra como si fuera dueño absoluto de todo, mudando plazas de soldados y marineros y enviando órdenes para que los oficiales reales tomasen la razón de ellas de modo que no se hazen caso del Capitán General [Jerónimo de Silva], como si en estas islas no le hubiera y aunque yo procuré acudir al remedio no era posible porque luego usaban de la superioridad que decían tener sobre el Capitán General por ser como dicho tengo su hechura. »

28 Ibid., p. 9. « Comenzó la Real Audiencia a fulminar causa contra mí por decir no había seguido el enemigo hasta rendirle […] y aunque recusé a los licenciados Legaspi y Don Matías Florez alegando las causas que ellos mismos daban de enemistad, tratando de mi honra con muy feas palabras, y dijeron públicamente que me habían de hacer morir […] »

29 O. Sales Colín, « La Real Audiencia… », art. cit., p. 448.

30 Voir par exemple, John Leddy Phelan, The Kingdom of Quito in the Seventeenth Century : Bureaucratic Politics in the Spanish Empire, Madison, University of Wisconsin Press, 1967 ; Thomas Calvo, « Círculos de poder en la Guadalajara del siglo xvi », in Thomas Calvo (dir.) La Nueva Galicia en los siglos xvi y xvii, México-Guadalajara, CEMCA-El Colegio de Jalisco, 1989, p. 135-158.

31 AGI, Filipinas, 20, R. 19, N. 129.

32 AGI, Filipinas, 329, L. 3, f. 98V-99V, « porque se me ha hecho relación que algunas personas estando agraviadas dellos [los oficios reales] no se atreven a pedir justicia contra los susdichos ».

33 AGI, Filipinas, 21, R. 6, N. 19, lettre de Francisco de Rojas y Oñate au roi du 14 juillet 1632, Manille : « El mal olor del proceder del licenciado Gerónimo Legaspi Hecheveria oidor mas antiguo desta real audiencia aun antes de salir de México ya había llegado a mi y después de venido se a descubierto más sensiblemente, de manera que aora estando yo presente no a tratado de enmendarse en sus costumbres y malas mañas sin embargo que para ello tuvo amonestaciones mías, últimamente me obligo a que le mandase salir desta ciudad y ocho leguas alrededor porque se me quejaban algunos testigos que les amenazaba y trataba mal. »

34 AGI, Filipinas, 21, R. 7, N. 24, lettre de Jerónimo Legazpi de Echeverría au roi du 12 octobre 1633, Manille.

35 AGI, Filipinas, 347, L. 1, f. 118.

36 Jean-Pierre Dedieu et Christian Windler, « La familia : ¿Una clave para entender la historia política ? El ejemplo de la España moderna », Studia Historica — Historia moderna, 1998, no XVIII, p. 201-33 ; Michel Bertrand, « Configurations sociales et jeux politiques aux confins de l’empire espagnol », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2007, no 62-4, p. 855 – 84.

37 « Debajo desta palabra familia, se entiende el señor, y su mujer, y los demás que tiene de su mando, como hijos, criados, esclavos. »

38 Aux Philippines, au xviie siècle, les familles peinent à perdurer au-delà de deux générations. Seulement deux familles réussissent à se maintenir : les Ezquerra et les Sarmiento. Alva Rodríguez, « La centuria desconocida… », art. cit., p. 209-268.

39 AGI, Filipinas, 20, R. 6, N. 53, lettre de l’audience de Manille du 8 juillet 1600.

40 Jean-Pierre Dedieu, « El séquito de los obispos que pasaron a Indias en la primera mitad del siglo xviii », in Elite y Monarquía En América, La Iglesia Hispanoamericana de la Colonia a La República, Mexico, Instituto de Investigaciones sobre la Universidad y la Educación, Universidad Nacional Autónoma de México, Instituto de Historia, Pontificia Universidad Católica de Chile, Plaza y Valdés Eds., 2008, p. 203-230.

41 AGI, Contratación, 5386, N. 65-66.

42 AGI, Filipinas, 20, R. 20, N. 136, p. 15.

43 AGI, Filipinas, 21, R. 2, N. 7, lettre de Matías Delgado au roi du 30 juillet 1628 : « […] está sirviendo en esta tierra don Benito Florez mi hermano que fue uno de los Capitanes que fueron con su compañía a la conquista y fortificación de isla Hermosa a donde asistió dos años ».

44 AGI, Filipinas, 45, N. 94.

45 AGI, Filipinas, 7, R. 6, N. 83, « Con achaque de la prisión de don Gerónimo de Silva y su desposesión, el licenciado Legaspi sin atender a la segunda nominación de las suyas ejerció oficio de Capitán general trayendo bastón, haciéndole abatiesen las banderas y llamasen señoría a él y su mujer y luego proveyó en su hijo mayor la plaza de sargento mayor deste campo y en el menor una compañía, otra en un pariente del oidor don Matías Florez y casi las demás estaban proveídas en hermanos del dicho Matías, el fiscal y demás oidores excepto don Alvaro que a cosa suya no quiso se diese nada. »

46 AGI, Contratación, 384, N. 3, R. 1.

47 AGI, Filipinas, 21, R. 3, N. 12, lettre de Matías Delgado Florez au roi du 25 juillet 1629 : « no puedo dejar de representar […] la memoria que en ese real Consejo se tendrá del licenciado Sancho Florez, mi tío, por cuya muerte, no es justo se acaben, en Filipinas mis buenos deseos ».

48 José Miguel Mayoralgo Lodo, « El linaje sevillano de Villacís », Anales de la real Academia Matritense de Heráldica y Genealogía, vol. IV, Madrid, Real Academia Matritense de Heráldica y Genealogía, 2001, p. 103.

49 Janine Fayard, Les membres du conseil de Castille à l’époque moderne : 1621-1746, Genève, Droz, 1979, p. 259.

50 Manuela Carrasco Mateos, María Azucena Pérez Paniagua, Ana María Carabias Torres, et María Antonia Benito Rodríguez, « Catálogo de colegiales del Colegio Mayor de San Bartolomé en el siglo xvii », Studia Historica. Historia Moderna, 1990, no 8, p. 183-265 ; Francisco Ruiz de Vergara y Alava et José Rojas y Contreras, Historia Del Colegio Viejo de S. Bartholomë… de Salamanca, vol. 1. Madrid, 1766, p. 428.

51 Jeanine Fayard, Les membres…, op. cit., p. 554.

52 Ana María Carabias Torres et Claudia Möller Recondo, « Los Estudiantes de Derecho Del Colegio Mayor de Cuenca (1500-1845) ». Salamanca : Revista de Estudios, 2001, no 47, p. 84.

53 Maria Fernanda G. de Los Arcos, Jean-Pierre Berthe, « Les Îles Philippines, « Troisième Monde », selon D. Francisco Samaniego (1650) », Archipel, 1992, no 44-1, p. 141-52.

54 Jose Eugenio Borao Mateo, « The Arrival of the Spanish Galleons to Manila from the Pacific Ocean and their Departure along the Kuroshio Stream (16th and 17th Centuries) », Journal of Geographical Research, NTNU, 2007, no 47, p. 17-38.

55 Antonio de Morga, Sucesos…, op. cit., p. 303-304 : « Por la vía de la India, se puede nauegar desde las Filipinas a España […]. Desde la India, suelen pasar cartas y despachos a España, por el mar Bermejo, por manos de ludios, que los pasan por la Arabia á Alexandria, y de alli por mar a Venecia, y de alli van á España. »

56 Javier Barrientos Grandon, « Guía prosopográfica de la judicatura letrada en Indias (1503-1898) » in José Andrés Gallego (dir.), Nuevas aportaciones a la Historia Jurídica de Iberoamérica (CDROM), Fundación Histórica Tavera DIGIBIS Publicaciones Digitales, 2000.

57 Jean-Pierre Dedieu, « Amistad, familia, patria… y rey. Las bases de la vida política en la Monarquía españolas de los siglos xvii y xviii », Mélanges de la Casa de Velázquez, 2005, no XXXV, p. 27-50.

58 AGI, Filipinas, 40, N. 42, « Poder de Matías Delgado para ser representado en la corte por cuatro agentes de negocios en el Consejo de Indias, Juan de Salazar, Gonzalo Romero, Gaspar de Esquinas y Lorenzo López de Zurrate para in solidum representar sus pretensiones suplicando al rey se le haga merced de mejorarle en una des las plazas de oidores de la audiencia de México o otra. Manila, 19 de julio de 1625. »

59 Barré dans le texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Gaudin, « Il faut sauver l’auditeur Matías Delgado y Florez. Lettre d’un magistrat de Manille du 30 novembre 1631, à son frère Sancho, à Cáceres », Diasporas, 25 | 2015, 73-90.

Référence électronique

Guillaume Gaudin, « Il faut sauver l’auditeur Matías Delgado y Florez. Lettre d’un magistrat de Manille du 30 novembre 1631, à son frère Sancho, à Cáceres », Diasporas [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://diasporas.revues.org/367 ; DOI : 10.4000/diasporas.367

Haut de page

Auteur

Guillaume Gaudin

Guillaume Gaudin est maître de conférences à l’université Toulouse – Jean Jaurès, membre du laboratoire Framespa (UMR 5136) et spécialiste de l’Espagne et de son empire. Il est l’auteur de Penser et gouverner le Nouveau Monde au xviie siècle. L’empire de papier de Juan Díez de la Calle, commis du Conseil des Indes (L’Harmattan, 2013) et a aussi participé à deux ouvrages collectifs intitulés La péninsule Ibérique et le monde, 1470-1640 (Presses universitaires de Rennes, 2013 ; Atlande, 2014). Il travaille actuellement sur les trajectoires impériales des magistrats espagnols nommés aux Philippines.

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org