Navigation – Plan du site
Empires ibériques

Entre deux empires. Circulation, stratégies et difficultés d’un Valencien dans le Saint Empire au début du xviie siècle

Between two Empires. Circulation, Strategies and Difficulties of a Valencian in the Holy Empire at the Beginning of the 17th Century
Entre dos imperios. Circulación, estrategias y dificuldades de un Valenciano en el Sacro Imperio al inicio del siglo xvii
Étienne Bourdeu
p. 59-72

Résumés

Noble d’origine valencienne et membre de l’ordre de Malte, Baltasar Marradas (1560-1638) devient au début du xviie siècle un général au service de l’empereur, tout en maintenant des liens étroits avec la monarchie espagnole. Cet exemple de circulation entre deux empires, hispanique et germanique, permet d’analyser la question de la naturalité définie non comme une origine mais comme un service. De même, il met en évidence les stratégies d’un individu tirant parti de deux espaces et de son intégration dans différents réseaux pour se construire une position sociale.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie Natividad Planas et Pierre-Antoine Dessaux pour leurs conseils et suggestions concernan (...)
  • 2 Sans chercher à être exhaustif, il est possible de citer les travaux de Gregorio Salinero, Une vill (...)

1Comprises comme le déplacement de personnes ou l’échange de biens, les circulations contribuent à définir un espace, en le dotant de caractéristiques propres et d’une relative homogénéité1. Dans le cas de la monarchie hispanique de la première modernité, les études sur les circulations se sont plus particulièrement intéressées aux conséquences qu’elles ont eues sur la constitution d’un espace social, économique et politique particulier, l’Empire espagnol2. L’accent est donc mis sur les liens entre la construction d’une forme impériale particulière et l’existence de circulations de natures différentes.

  • 3 John H. Elliott, « Rey y patria en el mundo hispánico », in Víctor Mínguez et Manuel Chust (dir.), (...)

2Pourtant, dans le cas des circulations d’individus, le travail de l’historien est souvent rendu difficile par l’éclatement artificiel imposé aux trajectoires personnelles dans les archives : la répartition de la documentation dans des fonds différents (selon les espaces concernés, les institutions compétentes, la nature des papiers…) tend à rompre la cohérence de ces parcours et oblige à multiplier les sondages et les enquêtes. Il s’agit là d’un paradoxe qui fait de la monarchie espagnole un espace favorisant et sollicitant les déplacements mais dont les institutions ne parviennent pas toujours à en restituer l’importance ni l’ampleur. C’est sans doute la raison pour laquelle John Elliott a pu appeler de ses vœux une prosopographie des serviteurs de la Couronne qui, par leur mobilité, ont permis le maintien d’un empire fragmenté3.

  • 4 Archivo Histórico Nacional (AHN), Ordenes Militares, Orden de San Juan, legajo (leg.) 24 478, preuv (...)

3Le cas de Baltasar Marradas (1560-1638) est exemplaire de ces difficultés. Bien qu’issu d’un noble lignage valencien reconnu (son père a été vice-roi de Majorque durant le règne de Charles Quint) et ayant exercé des fonctions importantes dans le Saint Empire durant les trois premières décennies du xviie siècle (il a été général de cavalerie et membre du conseil impérial de guerre), son parcours et son rôle restent encore relativement mal connus. Cela tient à la fois à l’éclatement des sources le concernant et à son absence de descendance : membre de l’ordre de Saint Jean de Jérusalem4, sa réussite fulgurante dans l’espace impérial n’a pas trouvé à se perpétuer.

4Au-delà du cas particulier que représente la longue carrière de Baltasar Marradas dans le Saint Empire, un tel exemple ne prend tout son sens qu’une fois remis en contexte dans l’espace politique et social de la monarchie espagnole et des liens étroits qu’elle entretient avec le monde germanique. Il s’agit dès lors de mettre au jour les logiques qui sous-tendent ce parcours entre deux empires. Il n’est pas seulement question de dégager les objectifs d’un individu mais de saisir les stratégies et les moyens qu’il déploie dans un contexte impérial et de se demander dans quelle mesure ils s’inscrivent dans un processus de constitution d’un empire hispanique. C’est l’articulation de ces deux perspectives qui doit permettre de restituer la cohérence d’une circulation et d’appréhender les spécificités d’une trajectoire dans un cadre impérial.

Un itinéraire géographique et social aux confins de deux empires

5Dès la fin du xvie siècle, la présence de Baltasar Marradas est mentionnée dans différentes régions du Saint Empire, le plus souvent sur les marges de ce dernier et en relation suivie avec diverses instances de la monarchie espagnole. Cette circulation géographique fait apparaître deux éléments caractéristiques de son parcours : elle s’accompagne d’autres circulations engageant des biens et des informations et elle sous-tend une trajectoire sociale originale dans un espace qui lui est à l’origine étranger. Dans les deux cas sont mis en relief les liens constants et multiformes entretenus avec les institutions de gouvernement hispaniques, alors même que le Valencien est formellement entré au service de l’empereur.

De la guerre contre les Turcs à la Ligue catholique

  • 5 Bernhard Kroener, « Marradas, don Baltasar Graf », in Neue Deutsche Biographie, 16, 1990, p. 249-25 (...)
  • 6 Sur les liens ambigus qu’entretient l’ordre de Malte avec la lutte contre les Turcs, voir Géraud Po (...)

6Les documents concernant Marradas avant 1616, c’est-à-dire avant sa participation à la guerre du Frioul, sont relativement rares. Il semblerait qu’il ait rejoint le Saint Empire au tout début du xviie siècle afin de servir dans la Longue Guerre, menée par l’empereur Rodolphe ii entre 1593 et 1606 contre les Turcs5. Il aurait ainsi répondu à la vocation première de l’ordre militaire auquel il appartenait6.

7Un mémoire rappelant ses états de services et adressé à Francisco de Moncada, marquis d’Aytona, alors ambassadeur espagnol à Vienne, permet d’obtenir quelques détails supplémentaires. Marradas y écrit ainsi que :

  • 7 Archivo Ducal de Medinaceli (ADM), Archivo Histórico (AH), leg. 59, ramo 4, doc. 12, mémoire de Bal (...)

dudit Margrave ou de la part du Généralat de la Ligue que possédait la Maison d’Autriche en la personne de l’Archiduc Maximilien d’Innsbruck, j’ai été, il y a bien des années, nommé Lieutenant Général7.

  • 8 Jan Paul Niederkorn, Die europäischen Mächte und der « Lange Türkenkrieg » Kaiser Rudolfs ii. (1593 (...)

8Dès son arrivée dans le Saint Empire, son activité militaire est étroitement liée au service des Habsbourg. Le « Margrave » désigne Karl de Burgau, un des enfants de l’archiduc Ferdinand du Tyrol, qui a servi sous les ordres d’Alexandre Farnèse dans les Flandres, puis a participé avec succès à la guerre contre les Turcs. Même s’il ne précise pas les dates, Marradas a donc été à son service en Hongrie ; il illustre donc la plus forte implication hispanique dans le conflit sous le règne de Philippe iii et amène à nuancer l’activité uniquement maritime de l’ordre de Malte à l’encontre des Turcs durant cette guerre8.

  • 9 Geoffrey Parker (dir.), La Guerre de Trente ans, Paris, Aubier, 1987, p. 88.

9De même, la référence à l’archiduc Maximilien d’Innsbruck insiste sur sa fidélité à la maison d’Autriche et à la religion catholique : le généralat désigne le directoire supplémentaire créé en 1613 au sein de la Ligue catholique, reconstituée quatre ans auparavant, et attribué aux Habsbourg, les mettant ainsi sur un pied d’égalité avec le fondateur de cette ligue, le duc Maximilien de Bavière, et l’archevêque de Mayence, détenteur d’un autre directoire9. Dans les deux cas, s’il ne détaille pas son activité durant cette période cruciale pour le Saint Empire qu’est la décennie 1610, Marradas n’hésite pas à se présenter comme un serviteur constant des Habsbourg d’Autriche comme d’Espagne. Néanmoins, il demeure encore un acteur secondaire des relations unissant la monarchie hispanique au Saint Empire.

La guerre du Frioul

10Dans l’étape suivante de son parcours en terre impériale, Baltasar Marradas confirme ce rôle d’articulation entre les deux ensembles territoriaux gouvernés par les Habsbourg et acquiert une dimension nouvelle : durant la guerre du Frioul opposant la république de Venise et l’archiduc Ferdinand de Styrie, appuyé par les Espagnols, entre 1615 et 1617, Marradas apparaît nommément dans les papiers des conseils de la Monarchie catholique, notamment parce qu’il est parvenu à nouer des liens avec deux ambassadeurs hispaniques, Alonso de la Cueva, marquis de Bedmar, à Venise et Íñigo Vélez de Guevara, comte d’Oñate, à Vienne. Sa fonction ne se cantonne donc plus au seul domaine militaire mais touche à des opérations de logistique ou de diplomatie, signe de la confiance que lui accorde le consejo de Estado et des relations passées avec les agents de la monarchie. Ces aspects déterminent au moins en partie ses déplacements et président à la confirmation de son nouveau statut social.

  • 10 Archivo General de Simancas (AGS), Estado (E), leg. 711, doc. 27, résumé de lettres du comte d’Oñat (...)

11Dans un premier temps, la guerre demeure le fondement et le moteur de la réputation de Marradas. En septembre 1617, le consejo de Estado reçoit la nouvelle qu’il est parvenu à briser l’encerclement de la ville de Gradisca, assiégée par les Vénitiens, et à lui apporter des secours10 : à la tête d’un régiment de cavalerie payé par la monarchie hispanique, Marradas incarne la solidarité lignagère au sein de la dynastie des Habsbourg et le soutien de Philippe iii à son cousin Ferdinand, candidat à la succession impériale.

  • 11 AGS, E, leg. 711, doc. 15, résumé de lettres du comte d’Oñate au consejo de Estado, 19 et 20 avril (...)
  • 12 AGS, E, leg. 1930, fol. 10, lettre du marquis de Bedmar au consejo de Estado, 4 janvier 1618.

12Lorsqu’il s’illustre à la tête de son régiment, Marradas exerce d’autres fonctions découlant directement de ce rôle militaire. D’une part, comme colonel d’un régiment, il est l’un des agents responsables du paiement des troupes. Le consejo de Estado étudie d’ailleurs ce problème au mois d’avril 1617 et estime à 50 000 florins la somme mensuelle nécessaire à l’entretien de cette troupe. Baltasar Marradas apparaît alors en relation étroite avec l’ambassade espagnole de Vienne puisque le comte d’Oñate demande qu’ordre soit passé « pour payer au colonel don Baltasar Marradas la somme dont il dispose sur cette ambassade, en plus de la solde pour le Frioul dont il jouit également pour les charges dans lesquelles il sert là-bas11 ». Il touche donc une pension, au montant inconnu, versée par la monarchie espagnole, confirmant que son action s’inscrit dans le cadre de projets hispaniques, quand bien même il est au service immédiat de Ferdinand de Styrie. D’autre part, au commencement de l’année 1618 et à la demande du marquis de Bedmar cette fois-ci, Marradas est chargé de veiller à l’approvisionnement de la ville de Gradisca, notamment en poudre à canon, afin de parer à un nouveau siège vénitien12. Le Valencien exerce à cette occasion une fonction logistique, toujours en relation avec des projets hispaniques.

  • 13 AGS, E, leg. 1930, fol. 185, lettre du marquis de Bedmar au consejo de Estado, 12 avril 1618.

13Enfin, le troisième type de fonction qu’exerce Marradas durant cette guerre s’apparente à celle de diplomate ou de négociateur. À dire vrai, il ne participe pas directement aux négociations qui impliquent des commissaires impériaux et vénitiens mais il agit davantage en intermédiaire des négociateurs de l’empereur et en informateur du marquis de Bedmar. Au printemps 1618, il est par exemple chargé de s’assurer de la restitution d’un lieu appelé « Gemin » au profit des Impériaux. Les Vénitiens prétendent conserver la localité, le temps que les commissaires se réunissent et que Marradas soit pourvu des patentes officielles par les négociateurs impériaux. Il démontre alors son habileté puisque, loin d’être abusé par cette « nouvelle invention » des Vénitiens, il rappelle que la restitution de lieux prévus lors de l’armistice doit précéder le début des négociations13. En faisant preuve de prudence, c’est-à-dire, en l’occurrence, de méfiance à l’égard des Vénitiens, Marradas montre qu’il n’est pas qu’un militaire valeureux mais qu’il possède des vertus dignes d’être employées dans d’autres domaines.

  • 14 AGS, E, leg. 1930, fol. 271, lettre du marquis de Bedmar au consejo de Estado, 2 juin 1618.
  • 15 AGS, E, leg. 1930, fol. 54, lettre du marquis de Bedmar au consejo de Estado, 27 janvier 1618 : « E (...)
  • 16 AGS, E, leg. 711, doc. 96, consulta du consejo de Estado sur des lettres du comte d’Oñate, 22 août (...)

14C’est précisément pour cette raison que sa participation à la guerre du Frioul constitue une étape importante du parcours de Baltasar Marradas dans l’espace impérial : il apporte la preuve que son insertion dans les milieux impériaux et germaniques est déjà faite puisque les informations qu’il transmet à Bedmar ou Oñate proviennent des institutions impériales. Il est ainsi le premier à informer Bedmar de la nomination d’un nouveau commissaire pour l’archiduc Ferdinand, après la mort du précédent14. Dans le même temps, il obtient de Philippe iii les premières récompenses le distinguant comme un serviteur fidèle et capable, l’inscrivant, même modestement, dans les plans de la monarchie15. Ses qualités d’informateur et d’intermédiaire sont d’ailleurs autant appréciées que ses talents militaires puisque, à l’issue des pourparlers mettant un terme à la guerre, Marradas reçoit une recommandation du comte d’Oñate et du consejo de Estado qui le qualifient de « très digne de recevoir une récompense et de sujet dont Votre Majesté pourra se servir avec beaucoup de profit16 ». De ce point de vue, les années 1617-1618 sont décisives dans la trajectoire du Valencien : il y fait la preuve de l’utilité pour la monarchie espagnole de son implantation dans le Saint Empire et il commence à apparaître comme un élément du système hispanique dans l’espace germanique.

Les débuts de la guerre de Trente ans

  • 17 AGS, E, leg. 711, doc. 205-209, consultas du consejo de Estado, 14 juillet 1618 : « Arruynar del to (...)
  • 18 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 6, lettre de Baltasar Marradas au comte d’Ossona, 22 octobre 1625 ; (...)

15Cette position est consolidée par les débuts de la guerre de Trente ans, dès l’été 1618 : marquant le début de ce nouveau conflit, la défénestration de Prague a eu lieu le 23 mai 1618 et le régiment de Marradas est annoncé quittant le Frioul pour la Bohême dès le mois de juillet. Une fois sa présence confirmée en Bohême, il devient un acteur de premier plan de l’engagement hispanique aux côtés de Ferdinand. Cela est possible non seulement grâce à ses mérites reconnus mais aussi parce qu’il dispose d’appuis importants au sein du consejo de Estado : lors du débat, le 14 juillet 1618, sur la nature de l’aide à apporter au roi de Bohême contesté, si le duc de Lerma défend la dissolution des régiments du baron de Créange et de Baltasar Marradas, trop coûteux, Baltasar de Zúñiga et Agustín de Mejía proposent au contraire de verser 100 000 escudos à l’armée du Frioul et de l’envoyer en Bohême, sans quoi cela reviendrait à ruiner « entièrement l’Empereur en lui ôtant totalement tout crédit par un tel désengagement de Votre Majesté17 ». Si le sort de Marradas semble ici se jouer entre la faction du valido de Philippe iii et celle, en plein essor, de l’ancien ambassadeur à Vienne Baltasar de Zúñiga, il peut néanmoins compter sur l’appui d’un protecteur et d’un parent au sein du conseil en la personne de Mejía18. Sa trajectoire apparaît à cette occasion comme en partie coordonnée depuis les organes du gouvernement de la monarchie et répondant, en partie également, à des logiques de pouvoir et de stratégies de clientèle.

  • 19 AHN, E, leg. 1638, sans fol., lettre du comte d’Oñate au consejo de Estado, 9 juillet 1619 : « El c (...)

16Une fois entérinée par le conseil la participation du régiment venu du Frioul à la répression de la révolte bohême, Marradas connaît une amélioration fulgurante de sa position sociale. Dès 1619, les promesses de « se servir avec grand profit » du Valencien, formulées l’année précédente, trouvent une première concrétisation : comme « colonel le plus ancien » dont dispose Philippe iii dans le Saint Empire, il reçoit du comte d’Oñate la mission de conduire d’Alsace jusqu’en Bohême un régiment espagnol venu des Flandres. À cette fin, et toujours sur les conseils d’Oñate, Ferdinand lui délivre une patente de « sergent général des batailles » et il reçoit de l’ambassadeur espagnol 1 000 florins de défraiement pour effectuer ce voyage et 400 florins supplémentaires par mois, en plus de ses appointements de colonel19. De telles récompenses viennent sanctionner les services rendus aux deux lignées de la maison des Habsbourg.

  • 20 Josef Polišenský, War and Society in Europe, 1618-1648, Cambridge, Cambridge University Press, 1978 (...)
  • 21 ADM, AH, leg. 59, ramo 8, instruction pour l’ambassade de Baltasar Marradas, 16 janvier 1625. Une c (...)
  • 22 BNE, ms. 2354, fol. 67, mémoire des pensions payées par l’ambassade en Allemagne, décembre 1623.

17Plus tard, dans la première moitié de la décennie 1620, en reconnaissance de son implication dans la bataille de la Montagne Blanche, le 7 novembre 1620, et dans la répression de la révolte bohême, il reçoit le titre de comte impérial, ainsi que le domaine de Hluboká dans le sud de la Bohême20 ; toujours vers le milieu des années 1620, il a intégré le conseil de guerre impérial et jouit déjà du titre de chambellan de l’empereur21. À partir de 1620, son nom figure également sur les registres de l’ambassade espagnole comme bénéficiaire d’une pension annuelle de 1 500 florins22. Une telle ascension a été d’autant plus rapide que l’archiduc Ferdinand est devenu empereur sous le nom de Ferdinand ii en 1619. Soucieux de s’entourer de personnes fiables, ce dernier a recours à des individus dont il a déjà pu apprécier les services, comme Marradas qui commande des régiments à son service depuis 1617.

  • 23 ADM, AH, leg. 59, ramo 8, doc. cit. : « Inimici et osores Pacis et quietis Romani Imperÿ. »
  • 24 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 1-11.

18L’année 1625 correspond à l’apogée de la carrière de Marradas au service de la monarchie hispanique et du Saint Empire. Il est en effet désigné par l’empereur ambassadeur extraordinaire auprès du duc Maximilien de Bavière : l’objectif de Ferdinand ii est alors de mettre sur pied une alliance de princes catholiques, incluant également Philippe iii, et de lutter contre les « ennemis et ceux qui haïssent la Paix publique du Saint Empire », autrement dit le comte Palatin du Rhin et ses alliés23. Agissant en coordination étroite avec l’ambassadeur espagnol à Vienne, le militaire est une fois de plus employé à une tâche diplomatique dans laquelle il peut tirer parti de sa connaissance des différents acteurs impériaux, acquise notamment à l’époque où il œuvrait au sein de la Ligue catholique. L’exercice de cette charge semble même fonctionner comme le point de départ d’une tentative de Marradas pour renforcer ses liens avec la monarchie hispanique : au retour de Munich, il entretient une correspondance suivie avec le comte d’Ossona : de septembre à décembre 1625, ce dernier ne reçoit pas moins de dix lettres en provenance de Hluboká24. Marradas manifeste alors son étroite insertion dans les réseaux impériaux, non plus comme simple exécutant d’une politique qui le dépasse mais comme un acteur à part entière de la définition de celle-ci.

19Signe de cette nouvelle position institutionnelle, Baltasar Marradas peut désormais agir en broker de la faveur hispanique, en recommandant au comte d’Ossona le capitaine Arnieri et le colonel Avendaño ; le récent comte impérial n’est plus seulement un agent transmettant des informations ou en charge de circulations matérielles, mais il se comporte comme un acteur intégré à un réseau plus vaste et sur lequel il peut à présent agir. De ce point de vue, l’importance d’une circulation isolée s’apprécie aux autres circulations qu’elle entraîne ou suscite, toujours dans le cadre du service royal.

Les difficultés de la présence hispanique dans le Saint Empire

  • 25 Sebastian de Covarrubias Orozco, Tesoro de la lengua castellana o española, art. « Natural », Madri (...)

20La circulation de Baltasar Marradas et sa présence continue dans l’espace impérial posent d’une manière originale la question de son appartenance aux territoires germaniques. Si la formulation de ce problème et les réponses qu’il appelle recouvrent des formes différentes, cela permet néanmoins de mettre en évidence que le défaut de « naturalité », définie comme une origine et un enracinement géographiques d’un individu et de sa parentèle25, de Marradas n’est pas un obstacle rédhibitoire à sa participation aux institutions impériales ni à la poursuite de son intégration sociale dans le Saint Empire.

La coexistence difficile des nations

  • 26 Geoffrey Parker, The Army of Flanders and the Spanish Road, 1567-1659. The Logistics of Spanish Vic (...)

21Parce qu’il engage les sujets de la Monarchie catholique non seulement entre eux mais aussi vis-à-vis des membres du Saint Empire, le problème de la coexistence des nations se pose dans des contextes variés. Dans cette perspective, le premier aspect à prendre en compte est le caractère multinational des armées de la monarchie hispanique et les difficultés qui en découlent. Le recrutement des soldats et des officiers dans les différents territoires composant la monarchie est connu, de même que la tendance générale à pourvoir les régiments d’un encadrement ayant la même origine géographique26. Dans ces grandes lignes, ce constat s’applique aussi aux troupes envoyées en Bohême par Philippe iii et son successeur, les problèmes qui en résultent sont donc de nature similaire car, comme l’a fait remarquer Luis Ribot, des formes de concurrence peuvent apparaître entre officiers de nations différentes, alors qu’ils servent le même souverain.

  • 27 AGS, E, leg. 2327, fol. 155, lettre d’Antonio de Arostegui au comte d’Oñate, 28 avril 1620.
  • 28 AGS, E, leg. 2327, fol. 223, consulta du consejo de Estado, 8 mars 1622.

22Ainsi, dans la Bohême des années 1620, des querelles opposant officiers italiens et espagnols surviennent régulièrement : au printemps 1620, le consejo de Estado prend par exemple connaissance du refus de Carlo Spinelli, maestre de campo napolitain, de servir sous les ordres de Baltasar Marradas27. Deux ans plus tard, c’est au tour de Marradas de manifester son mécontentement lorsqu’il est associé à un haut officier italien, Tommaso Carraciolo : pour témoigner de la gravité de l’offense à laquelle il est exposé, il prétend abandonner la charge militaire que l’empereur lui a confiée28. Si, dans le premier exemple, les raisons réelles du mécontentement de Spinelli ne sont pas évoquées, les deux cas tendent toutefois à montrer que les questions de préséance et plus encore d’accès à la faveur du souverain s’expriment sous couvert de querelles sur la « naturalité » des officiers. À ce titre, Baltasar Marradas n’est pas le seul à pouvoir monopoliser cette faveur et il doit affronter la concurrence d’autres militaires, provenant également de la monarchie hispanique et mis au service de l’empereur.

  • 29 AGS, E, leg. 2327, fol. 156, consulta du consejo de Estado, 30 avril 1620 : « Quien hay poca satisf (...)
  • 30 AGS, E, leg. 2327, fol. 147, consulta du consejo de Estado, 9 mars 1621.

23Mais ces querelles internes aux troupes hispaniques ne recouvrent pas la totalité des problèmes soulevés par la coexistence de multiples nations au sein des armées au service de l’empereur. D’autres rivalités, pas moins tenaces, opposent les membres du Saint Empire aux officiers en provenance des territoires gouvernés par les Habsbourg d’Espagne. Ainsi, presque au même moment où Spinelli se plaint d’avoir à servir sous les ordres de Marradas, le consejo de Estado discute de l’opportunité de demander à Ferdinand ii de relever du commandement des troupes impériales le comte de Bucquoy « dont on est peu satisfait et dont on connaît le peu d’inclination pour la nation espagnole29 ». La solution est alors de proposer la nomination du duc de Parme Ranuccio Farnèse mais, un an plus tard, le problème n’ayant pas été résolu, les membres du conseil espagnol considèrent l’hypothèse de donner à Bucquoy des lieutenants, afin de l’encadrer et de lui permettre d’être obéi par les troupes espagnoles. Les noms avancés sont Baltasar Marradas, Tommaso Carraciolo et Gian Girolamo Doria30. À cette occasion, on retrouve les deux origines les plus représentées au sein des troupes envoyées par Philippe iii, italienne et espagnole, de même que l’idée de donner aux soldats un officier issu de la même nation.

  • 31 AGS, E, leg. 2327, fol. 124, consulta du consejo de Estado, 17 octobre 1621 : « Les quieren allí po (...)
  • 32 Matthias Schnettger, « Principe Sovrano » oder « Civitas Imperialis » ? Die Republik Genua und das (...)

24Toutefois, si la distinction en fonction de la « naturalité » du commandement militaire et son adéquation avec les troupes, paraissent évidentes pour les sujets du Roi Catholique, il n’en va pas de même pour les Impériaux qui peuvent avoir une perception différente du problème de la nationalité : quand Gian Girolamo Doria est intégré au conseil de guerre impérial par Ferdinand ii, le comte d’Oñate redoute les effets négatifs de cette nomination et estime que les ministres de l’empereur seraient fondés à penser que « l’on veut leur imposer des maîtres et […] que les Espagnols veulent le commander31 ». D’origine génoise, Doria pourrait pourtant presque se voir reconnaître une appartenance légale au Saint Empire puisque la république de Gênes est, du moins selon la théorie juridique, un territoire impérial32. Dans ce cas précis, c’est toutefois le service qui définit l’appartenance nationale et, dans un tel schéma, la « nation » espagnole s’étend à tous les hommes au service de Philippe iv. Un tel exemple tend à montrer que les problèmes de nationalité et de naturalité ne sont pas envisagés de la même façon, selon le point de vue et l’implication des acteurs qui y sont confrontés. Pour Baltasar Marradas comme pour les autres officiers des armées hispaniques, l’enjeu est de parvenir à prouver son appartenance à la Monarchie catholique tout en s’insérant dans les institutions et les réseaux impériaux.

Hispaniser l’armée impériale ou germaniser un officier espagnol ?

25Afin de surmonter les difficultés liées à la coexistence de ces multiples nations et d’éviter toute paralysie dans le commandement militaire, diverses solutions sont envisagées par les acteurs engagés dans ces situations. Du point de vue du consejo de Estado, comme cela a été précédemment évoqué, la possibilité de flanquer Bucquoy de seconds italiens ou espagnols est discutée. Mais une telle disposition ne peut résoudre le problème de manière globale : son principal intérêt est immédiat et vise à permettre le bon fonctionnement des armées, sans parvenir à mettre un terme aux rivalités nées de la coexistence entre nations.

  • 33 AHN, E, leg. 1638, sans fol., doc. cit.
  • 34 AGS, E, leg. 2327, fol. 147, doc. cit. ; ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 12, lettre de Baltasar Marr (...)

26Du point de vue des institutions impériales, la naturalisation d’officiers hispaniques peut être un remède apporté aux conflits entre « Espagnols » et Impériaux. À cet égard, Baltasar Marradas constitue une bonne illustration de ces tentatives et une telle approche fournit sans doute la clé d’interprétation nécessaire pour comprendre son parcours. Ainsi, en 1619, l’octroi par Ferdinand, alors seulement archiduc et roi de Bohême, d’une patente de « sergent général des batailles » à Marradas peut être vu comme la première étape de l’intégration du Valencien au corps impérial33. De même, les concessions du titre de comte impérial et du domaine de Hluboká, en Bohême, au début des années 1620 poursuivent ce processus. À partir de ce moment, Marradas peut être considéré comme un membre du Saint Empire à part entière. Il n’a d’ailleurs de cesse de se réclamer du service de l’empereur et de mettre en avant les grades acquis dans les armées impériales, ce qui lui permet de lever des troupes allemandes et « trasmontanas », c’est-à-dire essentiellement polonaises et hongroises34.

  • 35 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 11, lettre de Baltasar Marradas à Agustín Mejía, sans date.

27En cherchant par ailleurs à se faire reconnaître le titre de « maestre de campo général » de tous les renforts espagnols envoyés dans le Saint Empire, Baltasar Marradas tente également de maintenir des liens de service forts avec la monarchie hispanique35. De la sorte, Marradas parvient à se construire une position originale dans le Saint Empire comme dans la Monarchie catholique, grâce à l’entretien des relations avec son souverain naturel et à sa progressive intégration dans les institutions impériales. Il se réclame ouvertement du service de deux monarques différents. En ce sens et au moins à la fin de la période ici envisagée, il n’est pas un étranger dans l’Empire.

Créature ou acteur ? Les stratégies d’un individu entre deux empires

  • 36 Renaud Morieux, « Diplomacy from Below and Belonging : Fishermen and Cross-Channel Relations in the (...)

28Par bien des aspects, la situation de Baltasar Marradas recèle un paradoxe : dans un perpétuel entre-deux géographique aussi bien que social, le Valencien ne se trouve pourtant pas dans une position de handicap vis-à-vis de Madrid ou de Vienne. En parvenant à jouer sur l’appartenance à deux espaces distincts, il réussit à en tirer avantage et à se bâtir ainsi une trajectoire et une carrière originales. Il y parvient grâce à différents moyens qu’il convient d’aborder à présent et qui s’inscrivent tous dans le cadre des institutions espagnoles ou impériales, sans lesquelles l’activité déployée serait vaine36.

L’insertion dans les réseaux hispaniques

  • 37 À titre d’exemple, ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 1, lettre de Baltasar Marradas au comte d’Ossona, (...)

29Tout au long de son parcours et de ses correspondances, Baltasar Marradas noue et maintient des liens avec des personnes dont il peut se réclamer le « serviteur37 ». De multiples liens personnels plus ou moins forts l’unissent donc à différents agents, tant hispaniques qu’impériaux.

  • 38 AGS, E, leg. 711, doc. 15, doc. cit. ; AGS, E, leg. 711, doc. 168, consulta du consejo de Estado, 1 (...)
  • 39 AGS, E, leg. 2327, fol. 165, mémoire des pensions versées par l’ambassade espagnole dans le Saint E (...)

30Une première catégorie de liens met Baltasar Marradas en relation avec des membres des conseils impériaux et les ambassadeurs hispaniques des régions où il se trouve. C’est ainsi que pendant la guerre du Frioul, le marquis de Bedmar, ambassadeur de Philippe iii à Venise, est un correspondant régulier de Marradas ; de même, à partir de 1618, ce dernier échange régulièrement des courriers avec le comte d’Oñate puis celui d’Ossona, successivement en poste à Vienne. Ces correspondances régulières s’expliquent en partie parce que le financement du régiment commandé par le Valencien dépend des versements effectués par les ambassades. Oñate réclame ainsi à plusieurs reprises au consejo de Estado l’argent pour payer les troupes présentes dans le Frioul et engagées auprès de l’archiduc Ferdinand38. À partir de 1620 au moins, le fait que Marradas reçoive de l’ambassade espagnole dans le Saint Empire une pension annuelle de 1 500 florins renforce la nécessité de maintenir les liens avec les représentants diplomatiques du Roi Catholique39. Baltasar Marradas se signale donc comme un client du Roi Catholique, par l’intermédiaire de ses ambassadeurs, et les lettres et services rendus sont la contrepartie des pensions et versements d’argent dont il est, d’une façon ou d’une autre, le bénéficiaire.

  • 40 AGS, E, leg. 1930, fol. 54, doc. cit.
  • 41 Pour les recommandations, AHN, E, leg. 1638, sin fol., lettre du comte d’Oñate au consejo de Estado (...)

31Les relations avec des Espagnols dans le Saint Empire peuvent avoir une autre utilité pour Marradas, sur un terme plus long. En effet, dans la mesure où elles lui permettent de maintenir des liens stables avec la Monarchie catholique, elles sont un moyen pour lui d’avoir un accès, même indirect, au consejo de Estado et d’obtenir de ce dernier des faveurs supplémentaires. Les recommandations pour des récompenses étant présentées au consejo par les ambassadeurs, il est nécessaire de maintenir des liens étroits avec eux. C’est par exemple le marquis de Bedmar qui annonce à Marradas « la grande faveur que [Sa] Majesté a cru bon de lui faire » après qu’il s’est distingué au siège de Gradisca40. De même, en août et septembre 1618, Oñate recommande Marradas au conseil et cette recommandation explique vraisemblablement l’honneur fait à ce dernier de prendre le commandement des troupes espagnoles envoyées de Flandre en Bohême un an plus tard41. De ce point de vue, une correspondance suivie avec les ambassadeurs espagnols permet à Baltasar Marradas de maintenir des liens indirects mais réguliers avec les institutions du gouvernement de la monarchie.

  • 42 Roland Mousnier, « Les concepts d’« ordres », d’« états », de « fidélité » et de « monarchie absolu (...)
  • 43 AGS, E, leg. 711, doc. 205-209, doc. cit. ; ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 6, doc. cit. et doc. 11, (...)

32À cette insertion de Marradas dans des liens clientélaires hispaniques, il faut aussi compter des relations plus étroites et plus pérennes qui impliquent des notions plus fortes que le seul échange de services42. Ces liens, de parenté et de fidélité, rendent également compte de la capacité d’un individu éloigné des centres de décision espagnols à jouir de la confiance de ces institutions de gouvernement. C’est notamment grâce à la présence de son « parent » Agustín Mejía au consejo de Estado que Marradas parvient à obtenir charges et récompenses de la part des souverains espagnols, comme cela a été vu plus haut43. Par ailleurs, dans les débats qui opposent Zúñiga et Mejía, d’un côté, au duc de Lerma de l’autre au sujet du devenir de l’armée du Frioul durant l’été 1618, Baltasar Marradas participe, même de manière indirecte, aux luttes de factions au sein du consejo de Estado. Ainsi, même à distance, il parvient à s’insérer dans les rapports de force qui sont à l’œuvre dans la cour espagnole au moyen des liens de clientèle et de fidélité.

L’insertion dans les réseaux impériaux

  • 44 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 5, lettre de Baltasar Marradas au comte d’Ossona, 14 octobre 1625.
  • 45 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 8, lettre de Baltasar Marradas au comte d’Ossona, 5 novembre 1625 : (...)
  • 46 BNE, ms. 2354, fol. 67, doc. cit.

33Baltasar Marradas entretient également des liens de nature clientélaire avec des membres du conseil impérial. Une lettre adressée à Ossona en 1625 informe qu’il a envoyé des cadeaux à Maximilian von Trauttmansdorff et qu’il a écrit à ce dernier, ainsi qu’à Johann Ulrich von Eggenberg, deux proches conseillers de l’empereur Ferdinand ii. Dans ce même courrier, Marradas s’interroge également sur l’opportunité de procéder de la même façon avec Karl von Harrach, membre du conseil privé, et le baron Meggau, chambellan de l’empereur44. Si la lettre de Marradas ne permet pas d’établir les raisons de ces cadeaux, il est en revanche évident que ce type de pratiques pour solliciter une charge ou remercier d’en avoir obtenu une n’est pas étranger à la démarche de Marradas. La preuve en est qu’un mois plus tard, en novembre 1625, il informe Ossona qu’Eggenberg lui demande d’assister à une diète et que Trauttmansdorff lui « dit des choses merveilleuses et qu’il désire me voir à la cour45 ». Il ne s’agit donc pas de relations à sens unique : les échanges de cadeaux et de services se font dans les deux sens. Il est plus intéressant encore de constater que la participation de Marradas à des échanges impliquant les conseillers impériaux Eggenberg, Trauttmansdorff, Harrach et Meggau recoupe l’appartenance aux réseaux de clientèle espagnols : ce dernier figure depuis au moins 1623 sur les listes des pensionnaires de l’ambassade46 et les trois premiers reçoivent des gratifications ponctuelles de la monarchie hispanique pour être d’ardents défenseurs du maintien d’une alliance étroite entre l’empereur et le Roi Catholique. À cette occasion, Baltasar Marradas paraît inséré dans les luttes de faction de la cour impériale et, sans surprise, est intégré à la faction espagnole.

L’information au fondement des circulations réticulaires

34Lorsque Baltasar Marradas informe Ossona des cadeaux qu’il a envoyés à des conseillers impériaux, il ne s’agit pas de sa part d’une simple coquetterie. S’il parvient à maintenir des liens vivants avec des individus dont il est physiquement éloigné, c’est parce qu’il parvient à suppléer cette absence. Dans cette perspective, la circulation d’informations joue un rôle capital et s’inscrit dans une économie du service rendu, au même titre que la distribution de charges ou de récompenses.

  • 47 Arndt Brendecke, Imperium und Empirie, op. cit., p. 79-85.
  • 48 AGS, E, leg. 1930, fol. 337, doc. cit. : « En toda diligencia con cartas del Emperador y del Rey de (...)
  • 49 AGS, E, leg. 711, doc. 92, lettre du comte d’Oñate au consejo de Estado, 24 et 30 septembre 1618 et (...)
  • 50 AGS, E, leg. 711, doc. 93, consulta du consejo de Estado, 16 novembre 1618 et doc. 87, consulta du (...)

35La raison de l’importance des informations tient au fait qu’elles constituent la base sur laquelle les institutions du gouvernement prennent leurs décisions47. Le départ du régiment sous les ordres de Marradas est emblématique de la circulation des informations comme du processus de prise de décision au sein du consejo de Estado. Le 4 juillet 1618, un mois et demi après la défénestration de Prague, Bedmar informe le conseil que Marradas l’a averti qu’il devait se rendre en Bohême « en toute diligence selon des courriers de l’Empereur et du roi de Bohême » Ferdinand48. Cet avis coïncide avec le débat au sein du conseil sur l’usage et le financement de cette armée du Frioul et avec l’antagonisme déjà évoqué entre la faction lermiste et celle de Baltasar de Zúñiga. L’absence de décision immédiate oblige Oñate à saisir de nouveau le consejo de Estado, en exposant de manière précise la situation dans laquelle se trouvent à la fois l’empereur et les troupes espagnoles49. Ce n’est qu’à ce moment, et sur la base des informations transmises par Oñate, que le consejo de Estado décide de l’envoi d’argent aux troupes de Marradas50. Le processus peut certes paraître long puisqu’il s’est passé cinq mois entre la première annonce du départ de Marradas pour la Bohême et la prise de décision (ce qui n’inclut d’ailleurs pas son application effective) mais il témoigne de ce que les informations transmises par Marradas ou le concernant servent, dans ce cas précis, à élaborer de manière concrète les orientations de la politique de la monarchie hispanique.

  • 51 AGS, E, leg. 1930, fol. 18, lettre du marquis de Bedmar au consejo de Estado, 10 janvier 1618 : « E (...)

36Dans un cadre différent, la circulation d’informations joue un rôle également important dans la mesure où elle permet de maintenir des liens au sein d’un réseau. C’est la raison pour laquelle Marradas envoie très régulièrement des lettres à Bedmar (22 en six mois), quand bien même « dans les affaires du Frioul, aucune nouveauté considérable ne s’est présentée51 ». Une fréquence tout aussi élevée peut également être observée dans le cadre de la correspondance entre Ossona et Marradas : en deux mois, ce dernier adresse à l’ambassadeur espagnol pas moins de dix courriers. Si le contenu de cet échange est plus concret que dans le cas des lettres écrites depuis le Frioul, puisque des charges sont sollicitées, Marradas a néanmoins toujours à cœur de prouver qu’il peut être utile à la monarchie hispanique. Cette utilité passe précisément par sa capacité à obtenir des informations complétant celles dont Ossona dispose. Il indique ainsi être en relation avec Eggenberg et Trauttmansdorff ou Collalto et partage les avis dont il a connaissance pour appuyer ses demandes en vue de l’obtention d’une charge de maestre de campo general. En l’absence de circulations de personnes ou de biens, ces informations et les courriers qui permettent leur diffusion sont donc des éléments essentiels du maintien des liens unissant les différentes parties d’un réseau. Pour Baltasar Marradas, il s’agit d’un moyen supplémentaire pour continuer à influencer le consejo de Estado et à renforcer sa position, aussi bien à Madrid qu’à Vienne.

Le réseau : un outil pour pallier l’absence à la cour ?

  • 52 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 12, doc. cit. ; ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 3, 6 et 7, lettres de (...)

37La particularité la plus saillante du parcours de Marradas reste toutefois d’avoir réussi à se construire une position à la fois sociale et de pouvoir en jouant sur la complémentarité et la subsidiarité des cours espagnole et autrichienne. Il rappelle par exemple qu’il ne veut pas quitter le service de l’empereur, tout en sollicitant d’Ossona et du Roi Catholique des charges militaires ou diplomatiques prestigieuses52.

  • 53 Josef Polišenský, War and Society in Europe, 1618-1648, op. cit., p. 81 et 126.
  • 54 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 4, lettre de Baltasar Marradas au comte d’Ossona, 8 octobre 1625 : « (...)
  • 55 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 5, doc. cit.

38Loin d’être contradictoire ou empreinte de duplicité, une telle situation s’explique aisément. Dans un contexte de concurrence pour l’accès aux récompenses royales ou impériales, disposer de deux appuis pour obtenir une faveur est une ressource supplémentaire pour réussir. Après avoir été confronté à la rivalité des généraux italiens Spinelli ou Caraccioli, Baltasar Marradas doit ensuite composer avec des militaires germaniques dont le moindre n’est pas Albrecht von Wallenstein. Les quelques historiens à s’être intéressés à Marradas ont effectivement relevé cet antagonisme53. De fait, à l’automne 1625, au moment où Wallenstein combat les troupes de Mansfeld avec le titre de généralissime des troupes impériales, Marradas se plaint de ce qu’il n’y « avait peu ou pas de nécessité de faire la grande armée de Wallenstein54 ». Au-delà d’éventuelles querelles de personnes, il faut voir dans cette inquiétude l’expression de la volonté de Marradas de monopoliser les charges militaires impériales : alors qu’il est engagé dans une correspondance avec Ossona pour obtenir le titre de maestre de campo general des troupes hispaniques dans le Saint Empire, l’existence même d’une grande armée impériale dans laquelle pourraient être incorporés les régiments espagnols est une menace pour le prestige de la charge que Marradas compte obtenir. S’il se tourne à ce moment vers l’ambassadeur espagnol à Vienne, c’est à la fois que Ferdinand ii lui a ordonné de rester en Bohême pour continuer à lever des troupes55 et que le diplomate, présent à la cour impériale et en contact fréquent avec le consejo de Estado, peut faire valoir les vues, et donc les intérêts, du militaire valencien.

  • 56 Hillard von Thiessen, « Patronageressourcen in den Außenbeziehungen : Spanien und der Kirchenstaat (...)

39Parmi les grands officiers militaires de l’empereur, Marradas appartient donc à la faction espagnole et il espère retirer un bénéfice de cet avantage comparatif. Il s’agit ici d’un cas emblématique de la capacité d’individus à évoluer dans un contexte de luttes d’influence et à tirer un profit personnel de réseaux auxquels ils appartiennent sans les avoir structurés ou dirigés. Mais il n’est pas question pour autant de concurrence entre les intérêts personnels de Marradas et ceux du Roi Catholique qu’il entend servir, comme cela a pu être relevé dans les réseaux espagnols à Rome à la même époque56. En réalité, la raison de la durée de la présence de Marradas dans le Saint Empire et le profit, en termes sociaux, qu’il en retire trouvent leur origine dans sa capacité à insérer une stratégie personnelle dans les projets plus vastes de la Monarchie catholique et à s’appuyer sur des institutions et des relations interconnectées. En ce sens, Baltasar Marradas parvient à être un acteur mû par des motivations propres et un agent intégré dans une politique se déployant à une tout autre échelle.

40En définitive, le parcours et la carrière de Baltasar Marradas peuvent être analysés selon deux points de vue. Il est d’une part possible de retenir le caractère exceptionnel de cette circulation qui ne constitue pas un déracinement pour le Valencien, dans la mesure où il parvient à tirer le meilleur parti de deux cadres politiques et sociaux différents et à déployer une stratégie personnelle qui lui permet d’assurer son ascension sociale et d’acquérir un statut social au moins équivalent à celui de son pays d’origine.

41D’autre part, du point de vue des structures impériales qui servent de cadre à cette circulation, elle est une illustration concrète de la politique d’alliance dynastique des Habsbourg, notamment du soutien apporté par la branche espagnole à ses cousins impériaux qui témoigne à cette occasion de la dimension impériale de sa monarchie et de sa projection au-delà de ses frontières. Le parcours de Marradas est notamment permis grâce à une étroite coordination avec les institutions et les agents de la monarchie, ce qui aboutit à amplifier l’effet d’une circulation isolée et à en susciter de nouvelles. Ce sont autant d’éléments permettant de définir et de préciser l’espace impérial hispanique.

  • 57 José Javier Ruiz Ibáñez, « Les acteurs de l’hégémonie hispanique, du monde à la péninsule Ibérique  (...)
  • 58 Sur l’importance de la notion de service dans la monarchie hispanique, voir Alicia Esteban Estrínga (...)

42Dans les deux cas, c’est la preuve que l’étude de l’empire hispanique par le versant de l’histoire sociale permet de rendre compte de sa construction et de son fonctionnement57. Par exemple, si les circulations qui impliquent Marradas posent un problème lié à la coexistence d’acteurs d’origines diverses, cette difficulté est surmontée par une redéfinition de l’appartenance non en termes de naturalité mais de service58. Cette plasticité permet des appartenances multiples qui sont au fondement de la durée du modèle impérial et hispanique.

  • 59 Jane Burbank et Frederick Cooper, Empires. De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011.

43Cette association entre une souplesse favorisant des identités et des circulations multiples avec une capacité d’organisation, fondée sur la distribution de récompenses et le maintien de relations suivies, est l’une des conditions de l’existence des empires et est à inscrire dans les « répertoires de gouvernement » impériaux59.

Haut de page

Notes

1 Je remercie Natividad Planas et Pierre-Antoine Dessaux pour leurs conseils et suggestions concernant notamment les notions d’agency et d’étranger.

2 Sans chercher à être exhaustif, il est possible de citer les travaux de Gregorio Salinero, Une ville entre deux mondes. Trujillo d’Espagne et les Indes au xvie siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2006 ; Rocío Sánchez Rubio et Isabel Testón Núñez, El hilo que une. Las relaciones epistolares en el Viejo y Nuevo Mundo (siglos xvi-xviii), Cáceres, Universidad de Extremadura, 1999 ; Serge Gruzinski, Les Quatre Parties du monde. Histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004 ; Arndt Brendecke, Imperium und Empirie. Funktionen des Wissens in der spanischen Kolonialherrschaft, Cologne, Böhlau, 2009 ; José Javier Ruiz Ibáñez et Gabriela Vallejo Cervantes, « Vivir “sin dexar parte donde las cruzes españolas no hayan sido conocidas”. Don Diego de Villalobos y Benavides en la administración imperial de la monarquía hispánica », Historia mexicana, 61-3, 2012, p. 1109-1170.

3 John H. Elliott, « Rey y patria en el mundo hispánico », in Víctor Mínguez et Manuel Chust (dir.), El Imperio sublevado : monarquía y naciones en España e Hispanoamérica, Madrid, CSIC, 2004, p. 17-35.

4 Archivo Histórico Nacional (AHN), Ordenes Militares, Orden de San Juan, legajo (leg.) 24 478, preuves de Baltasar Marradas, 1585.

5 Bernhard Kroener, « Marradas, don Baltasar Graf », in Neue Deutsche Biographie, 16, 1990, p. 249-251 ; Manuel Güell Junkert, « Marrades y de Vic, Baltasar de », in Diccionario Biográfico Español, xxxii, Real Academia de la Historia, 2009, p. 704.

6 Sur les liens ambigus qu’entretient l’ordre de Malte avec la lutte contre les Turcs, voir Géraud Poumarède, Pour en finir avec la croisade. Mythes et réalités de la lutte contre les Turcs aux xvie et xviie siècles, Paris, PUF, 2004, p. 435-458.

7 Archivo Ducal de Medinaceli (ADM), Archivo Histórico (AH), leg. 59, ramo 4, doc. 12, mémoire de Baltasar Marradas au marquis d’Aytona, 28 septembre 1629 : « De dicho Marques o de la parte de Jeneralato de la Liga que tuvo la Cassa de Austria en cabeça del Archiduque Maximiliano de Ispruco fui yo muchos años a nombrado Tiniente Jeneral. »

8 Jan Paul Niederkorn, Die europäischen Mächte und der « Lange Türkenkrieg » Kaiser Rudolfs ii. (1593-1606), Vienne, Verlag der Österreichischen Akademie der Wissenschaften, 1993. Pour la participation espagnole, p. 189-253 et pour celle de l’ordre de Malte, p. 466-469.

9 Geoffrey Parker (dir.), La Guerre de Trente ans, Paris, Aubier, 1987, p. 88.

10 Archivo General de Simancas (AGS), Estado (E), leg. 711, doc. 27, résumé de lettres du comte d’Oñate au consejo de Estado, 9 septembre 1617 ; AGS, E, leg. 711, doc. 252, résumé de lettres du comte d’Oñate au consejo de Estado, 24 octobre 1617.

11 AGS, E, leg. 711, doc. 15, résumé de lettres du comte d’Oñate au consejo de Estado, 19 et 20 avril 1617 : « Para pagar al coronel don Baltasar Marradas el entretenimiento que tiene en aquella embaxada, no obstante que también goza sueldo en el Friuli por los cargos en que allí sirve. »

12 AGS, E, leg. 1930, fol. 10, lettre du marquis de Bedmar au consejo de Estado, 4 janvier 1618.

13 AGS, E, leg. 1930, fol. 185, lettre du marquis de Bedmar au consejo de Estado, 12 avril 1618.

14 AGS, E, leg. 1930, fol. 271, lettre du marquis de Bedmar au consejo de Estado, 2 juin 1618.

15 AGS, E, leg. 1930, fol. 54, lettre du marquis de Bedmar au consejo de Estado, 27 janvier 1618 : « Esta noche aviso a Don Balthasar Marradas del favor grande que Vuestra Magesdad se sirve de hazerle en una de las de 29, honrando con tanta benignidad el mucho valor y mérito de aquel cavallero que es muy digno de qualquiera gran merced y de que Vuestra Magesdad le mande emplear en cosas importantes de su Real servicio de que se deve esperar que dará la buena quenta que de las que tiene ahora a su cargo. »

16 AGS, E, leg. 711, doc. 96, consulta du consejo de Estado sur des lettres du comte d’Oñate, 22 août — 4 septembre 1618 : « Muy digno de que se le haga merced y sujeto de quien con mucho fructo se podría servir Vuestra Majesdad. »

17 AGS, E, leg. 711, doc. 205-209, consultas du consejo de Estado, 14 juillet 1618 : « Arruynar del todo al Emperador quitándole totalmente el crédito con tal desamparo de Vuestra Majesdad. » Sur le débat au sein du consejo de Estado à propos de l’intervention espagnole en Bohême et ses implications dans l’équilibre des factions à la cour, voir Rubén González Cuerva, Baltasar de Zúñiga. Una encrucijada de la Monarquía Hispana (1561-1622), Madrid, Polifemo, 2012, p. 387-398.

18 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 6, lettre de Baltasar Marradas au comte d’Ossona, 22 octobre 1625 ; Marradas qualifie Mejía de « muy fiel y deudo moi ». ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 11, lettre de Baltasar Marradas à Agustín Mejía, sans date.

19 AHN, E, leg. 1638, sans fol., lettre du comte d’Oñate au consejo de Estado, 9 juillet 1619 : « El coronel mas antiguo que Vuestra Majesdad tiene en Alemania. »

20 Josef Polišenský, War and Society in Europe, 1618-1648, Cambridge, Cambridge University Press, 1978, p. 81.

21 ADM, AH, leg. 59, ramo 8, instruction pour l’ambassade de Baltasar Marradas, 16 janvier 1625. Une copie du même texte se trouve également à la Biblioteca Nacional de España (BNE), ms. 2356, fol. 16-25.

22 BNE, ms. 2354, fol. 67, mémoire des pensions payées par l’ambassade en Allemagne, décembre 1623.

23 ADM, AH, leg. 59, ramo 8, doc. cit. : « Inimici et osores Pacis et quietis Romani Imperÿ. »

24 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 1-11.

25 Sebastian de Covarrubias Orozco, Tesoro de la lengua castellana o española, art. « Natural », Madrid, 1611.

26 Geoffrey Parker, The Army of Flanders and the Spanish Road, 1567-1659. The Logistics of Spanish Victory and Defeat in the Low Countries’War, Cambridge, Cambridge University Press, 1972 ; Luis Ribot, « Las naciones en el ejército de los Austrias », in Antonio Álvarez-Ossorio Alvariño et Bernardo García García (dir.), La Monarquía de las naciones. Patria, nación y naturaleza en la Monarquía de España, Madrid, Fundación Carlos de Amberes, 2004, p. 653-677.

27 AGS, E, leg. 2327, fol. 155, lettre d’Antonio de Arostegui au comte d’Oñate, 28 avril 1620.

28 AGS, E, leg. 2327, fol. 223, consulta du consejo de Estado, 8 mars 1622.

29 AGS, E, leg. 2327, fol. 156, consulta du consejo de Estado, 30 avril 1620 : « Quien hay poca satisfación y se save es mal affecto a la naçión española. »

30 AGS, E, leg. 2327, fol. 147, consulta du consejo de Estado, 9 mars 1621.

31 AGS, E, leg. 2327, fol. 124, consulta du consejo de Estado, 17 octobre 1621 : « Les quieren allí poner ayos y […] que Españoles lo quieren mandar. »

32 Matthias Schnettger, « Principe Sovrano » oder « Civitas Imperialis » ? Die Republik Genua und das alte Reich in der frühen Neuzeit (1556-1797), Mayence, Philipp von Zabern, 2006.

33 AHN, E, leg. 1638, sans fol., doc. cit.

34 AGS, E, leg. 2327, fol. 147, doc. cit. ; ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 12, lettre de Baltasar Marradas au marquis d’Aytona, 28 septembre 1629.

35 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 11, lettre de Baltasar Marradas à Agustín Mejía, sans date.

36 Renaud Morieux, « Diplomacy from Below and Belonging : Fishermen and Cross-Channel Relations in the Eighteenth Century », Past and Present, 202, 2009, p. 83-125.

37 À titre d’exemple, ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 1, lettre de Baltasar Marradas au comte d’Ossona, 18 septembre 1625 : « Criado de Vuestra Excelencia ».

38 AGS, E, leg. 711, doc. 15, doc. cit. ; AGS, E, leg. 711, doc. 168, consulta du consejo de Estado, 16 juin 1618.

39 AGS, E, leg. 2327, fol. 165, mémoire des pensions versées par l’ambassade espagnole dans le Saint Empire, sans date ; BNE, ms. 2354, fol. 67, doc. cit.

40 AGS, E, leg. 1930, fol. 54, doc. cit.

41 Pour les recommandations, AHN, E, leg. 1638, sin fol., lettre du comte d’Oñate au consejo de Estado, 22 août 1618 et AGS, E, leg. 711, doc. 96, doc. cit. Pour sa nomination à la tête des troupes espagnoles, AHN, E, leg. 1638, lettre du comte d’Oñate au consejo de Estado, 9 juillet 1619.

42 Roland Mousnier, « Les concepts d’« ordres », d’« états », de « fidélité » et de « monarchie absolue » en France de la fin du xve siècle à la fin du xviiie siècle », Revue historique, 247-2, 1972, p. 289-312.

43 AGS, E, leg. 711, doc. 205-209, doc. cit. ; ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 6, doc. cit. et doc. 11, doc. cit.

44 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 5, lettre de Baltasar Marradas au comte d’Ossona, 14 octobre 1625.

45 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 8, lettre de Baltasar Marradas au comte d’Ossona, 5 novembre 1625 : « Dice mirabilia et desea verme en la corte ».

46 BNE, ms. 2354, fol. 67, doc. cit.

47 Arndt Brendecke, Imperium und Empirie, op. cit., p. 79-85.

48 AGS, E, leg. 1930, fol. 337, doc. cit. : « En toda diligencia con cartas del Emperador y del Rey de Bohemia. »

49 AGS, E, leg. 711, doc. 92, lettre du comte d’Oñate au consejo de Estado, 24 et 30 septembre 1618 et doc. 83, lettre du comte d’Oñate au consejo de Estado, 21 octobre 1618.

50 AGS, E, leg. 711, doc. 93, consulta du consejo de Estado, 16 novembre 1618 et doc. 87, consulta du consejo de Estado, 27 novembre 1618.

51 AGS, E, leg. 1930, fol. 18, lettre du marquis de Bedmar au consejo de Estado, 10 janvier 1618 : « En las cosas del Friuli no se offrecía novedad de consideración. »

52 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 12, doc. cit. ; ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 3, 6 et 7, lettres de Baltasar Marradas au comte d’Ossona, 30 septembre — 2 novembre 1625.

53 Josef Polišenský, War and Society in Europe, 1618-1648, op. cit., p. 81 et 126.

54 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 4, lettre de Baltasar Marradas au comte d’Ossona, 8 octobre 1625 : « La poca o ninguna necesidad avía de hacerse el gran exercito de Bolestain. »

55 ADM, AH, leg. 59, ramo 4, doc. 5, doc. cit.

56 Hillard von Thiessen, « Patronageressourcen in den Außenbeziehungen : Spanien und der Kirchenstaat im Pontifikat Pauls v. (1605-1621) », in Hillard von Thiessen et Christian Windler (dir.), Nähe in der Ferne. Personale Verflechtung in den Auβenbeziehungen der Frühen Neuzeit, Berlin, Duncker und Humblot, 2005, p. 15-39.

57 José Javier Ruiz Ibáñez, « Les acteurs de l’hégémonie hispanique, du monde à la péninsule Ibérique », Annales. Histoire, Sciences Sociales, 2014, 4, p. 927-954.

58 Sur l’importance de la notion de service dans la monarchie hispanique, voir Alicia Esteban Estríngana (dir.), Servir al rey en la Monarquía de los Austrias. Medios, fines y logros del servicio al soberano en los siglos xvi y xvii, Madrid, Sílex, 2012.

59 Jane Burbank et Frederick Cooper, Empires. De la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Étienne Bourdeu, « Entre deux empires. Circulation, stratégies et difficultés d’un Valencien dans le Saint Empire au début du xviie siècle », Diasporas, 25 | 2015, 59-72.

Référence électronique

Étienne Bourdeu, « Entre deux empires. Circulation, stratégies et difficultés d’un Valencien dans le Saint Empire au début du xviie siècle », Diasporas [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://diasporas.revues.org/365 ; DOI : 10.4000/diasporas.365

Haut de page

Auteur

Étienne Bourdeu

Étienne Bourdeu est agrégé d’histoire, ancien membre de l’École des hautes études hispaniques et ibériques (Casa de Velázquez) et docteur en histoire moderne de l’École des hautes études en sciences sociales où il a soutenu en 2011 une thèse consacrée aux relations entre la monarchie espagnole et le Saint Empire aux xvie et xviie siècles à partir de l’exemple des archevêques de Mayence. Il a dirigé La Péninsule ibérique et le monde, 1470-1650 (Atlande, 2014). Il est actuellement ATER à l’université François Rabelais – Tours et chercheur associé au Centre d’études supérieures de la Renaissance – UMR 7323 de Tours.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org