Navigation – Plan du site
Empires ibériques

Circulations entre Chrétienté et Islam. Quelques réflexions à propos des « méritos y servicios » au service de la Monarchie hispanique (xvie-xviie siècles)

Circulations Between Christendom and Islamdom: “Méritos y Servicios” at the Service of the Hispanic Monarchy (16th-17th Centuries)
Circulaciones entre Cristiandad e Islam: «méritos y servicios» al servicio de la Monarquía hispánica (siglos xvi-xvii)
Cecilia Tarruell
p. 45-57

Résumés

Le propos de cet article est d’explorer l’intérêt des pensions militaires comme l’une des sources possibles de l’étude des circulations au sein de la Monarchie hispanique, notamment celles des « gens ordinaires ». Les résultats détaillés proviennent d’une enquête en cours sur les pensionnaires qui avaient vécu au long de leur vie entre Chrétienté et Islam entre la fin du xvie siècle et le début du xviie siècle : des anciens captifs chrétiens, des renégats, des convertis d’origine musulmane ou juive, ainsi que des chrétiens ottomans qui servirent les Habsbourg espagnols au sein de leurs armées.

Haut de page

Notes de la rédaction

Les recherches menant aux présents résultats ont bénéficié d’un soutien financier d’heSam Université. Cet article a été préparé et rédigé aussi dans le cadre des projets de recherches HAR2011-27898-C02-02 (« Permanencias y cambios en la sociedad del Antiguo Régimen, ss. xvi-xix. Una perspectiva desde Madrid ») et HAR2011-27898-C02-00 (« Cambios y resistencias sociales en la edad moderna : un análisis comparativo entre el centro y la periferia mediterránea de la monarquía hispánica »). Ces deux programmes émanent du MINECO — Plan Nacional I + D + i, 2012-2014.

Texte intégral

  • 2 Parmi les dernières publications, voir Pedro Cardim, Tamar Herzog, José Javier Ruiz Ibáñez et Gaeta (...)
  • 3 Jean Paul Zúñiga, « Visible Signs of Belonging : The Spanish Empire and the Rise of Racial Logics i (...)

1Depuis les années 1990 l’étude de la Monarchie hispanique a connu un changement radical. Le dépassement des différentes historiographies nationales a permis de saisir la complexité d’une entité que l’on caractérise désormais comme pluri-juridictionnelle, pluri-continentale et polycentrique, et qui était composée de divers royaumes et territoires qui avaient en commun le même roi, issu de la branche espagnole des Habsbourg, et la même confession, la foi catholique2. L’analyse des mécanismes qui rendaient possible l’articulation de cet agglomérat planétaire et qui permettaient le développement de sentiments d’appartenance communs parmi ces différentes composantes, demeure l’un des enjeux actuels de la recherche dans le domaine hispanique. À cet égard, les études portant sur les phénomènes de circulation de personnes, de biens et d’idées au sein de la Monarchie hispanique, s’avèrent fondamentales. La circulation des serviteurs de la Couronne était l’une des conditions nécessaires à l’existence même de la Monarchie ; elle était, à la fois, un vecteur de la construction impériale et la garantie de sa permanence3.

2Le propos de cet article est d’explorer les pensions militaires comme l’une des sources possibles de l’étude des circulations au sein de la Monarchie hispanique, notamment celles des « gens ordinaires ». L’objectif des pages qui suivent est de présenter quelques réflexions d’ordre méthodologique et historiographique sur ce champ d’étude en plein essor et sur les possibilités – et les limites – de ces sources. Ce faisant, je m’attacherai à trois aspects essentiels : la gestion de la grâce royale, la notion et les langages du service à la Couronne, ainsi que la circulation et les mobilités qu’impliquait le service aux Habsbourg espagnols. Afin de mieux illustrer mes propos, je m’appuierai sur des exemples tirés de ma propre recherche, qui porte sur les parcours de vie construits entre Chrétienté et Islam dans le cadre des rapports conflictuels maintenus entre les puissances chrétiennes et musulmanes dans la Méditerranée de la fin du xvie siècle et du début du xviie siècle.

Circulations au service de la Couronne

  • 4 Sanjay Subrahmanyam, Explorations in Connected History, New Delhi, Oxford University Press, 2005, 2 (...)
  • 5 Antonio Álvarez-Ossorio Alvariño et Bernardo J. García García (dir.), La Monarquía de las Naciones. (...)
  • 6 Miguel de Cervantès, Nouvelles exemplaires, suivies de Persilès, texte présenté, traduit et annoté (...)

3À l’heure où nous vivons en plein processus de globalisation, l’exaltation de la mobilité et des effets d’une communication aisée entre les différentes parties du globe fait partie de notre quotidien. Dans le domaine des recherches historiques, l’étude de toutes sortes de connexions entre des mondes lointains et des acteurs de la « première mondialisation », témoigne de cet intérêt4. De nos jours, plus personne ne remet en question le fait que les sociétés des temps modernes aient été des sociétés mobiles. La réflexion à partir des cas des monarchies ibériques, qui furent réunies pendant la période de l’union des Couronnes (1580-1640), offre au chercheur un champ d’observation fructueux. Le déploiement à l’échelle globale des domaines des souverains espagnol et portugais ouvrit des opportunités jusque-là insoupçonnées à leurs sujets, tout en les contraignant à un développement de leurs carrières qui passait souvent par l’itinérance. Dans une « monarchie des nations » telle qu’était la Monarchie hispanique5, l’idée des bienfaits de cette mobilité fut assez tôt assumée et intériorisée par les sujets. On en trouve le témoignage dans la littérature, par exemple dans l’une des Nouvelles Exemplaires de Cervantès, « La force du sang » (1613). Quand le jeune protagoniste Rodolfo, appartenant à une famille noble de Tolède, décida de partir en Italie, son père, qui s’y était aussi rendu, n’hésita pas à l’encourager en lui conseillant : « […] que n’étaient pas gentilshommes ceux qui l’étaient dans leur seule patrie, et qu’il fallait l’être aussi dans les étrangères6 ».

  • 7 Alicia Esteban Estríngana (dir.), Servir al rey en la Monarquía de los Austrias : Medios, fines y (...)
  • 8 Dans l’impossibilité d’en faire un compte-rendu exhaustif, je renvoie à l’état de la question dress (...)

4L’étude des circulations au sein de la Monarchie hispanique peut considérablement s’enrichir si nous l’associons à une autre notion, celle du « service ». Au cours de ces dernières années, nous avons assisté à un véritable essor de travaux et de réunions scientifiques articulés autour de cette notion7. Elle s’avère un outil analytique souple et d’une grande pertinence, capable de structurer des recherches très variées qui s’intéressent à l’organisation du pouvoir et du politique en adoptant diverses perspectives. De surcroît, le service présente l’avantage d’être une notion fréquemment mobilisée par les contemporains et qui, surtout, permet de porter un double regard non seulement sur les institutions et les idées émanant du pouvoir, mais aussi sur leurs véritables protagonistes, les acteurs du service. En outre, la relation de service envers le souverain constitue l’un des éléments communs qu’avaient tous les sujets des Habsbourg espagnols, et bien au-delà, toutes les personnes placées à leur service – ce qui permet d’intégrer une historiographie très riche et en pleine expansion sur la présence et le rôle joué par les étrangers au sein de la Monarchie hispanique8.

  • 9 António Manuel Hespanha, « La economía de la gracia », in La gracia del derecho. Economía de la cul (...)

5Le service au souverain signifiait l’établissement d’une relation d’échange réciproque qui comportait un équilibre entre ce qui était offert par le serviteur et la récompense que l’on attendait du souverain. Dès lors, ceci nous permet de faire le lien avec un autre aspect essentiel : l’application de la grâce royale. L’exercice de la grâce (gracia et merced) faisait partie des attributions principales du roi. Alors que la gracia relevait du don gratuit, lié à la libéralité du souverain, la merced appartenait au domaine de la justice distributive, au devoir de donner et à celui de rétribuer en raison du service méritoire. Dans la pratique, tout au long de l’époque moderne ces deux termes furent souvent associés, formalisant ainsi le rapprochement de la gestion de la libéralité royale des technologies organisatrices de la justice. Le roi était source de rémunération, il décernait l’honneur, le prestige, les privilèges, les rentes et les biens, en obtenant en échange des loyautés et des assujettissements, puisque la faveur devait être rendue et la grâce se traduisait en fidélité et gratitude, en établissant la triple obligation de donner, de recevoir et de restituer9.

  • 10 Voir le travail classique de Sharon Kettering, Patrons, Brokers, and Clients in Seventeenth-Century (...)

6Les travaux portant sur la grâce et le patronage royal ont mené à des réflexions très riches sur la formation de groupes de pouvoir et de clientèles10. Pour ma part, je m’intéresse à une autre déclinaison possible de la gestion de la grâce royale, qui est celle du développement d’une bureaucratie capable de gérer l’application d’une économie « des mercedes » et les requêtes conséquentes des particuliers.

Informations de « méritos y servicios »

  • 11 Ainsi, par exemple, un certain Pedro de Castillejo terminait sa requête de grâce en affirmant : « Y (...)
  • 12 Miguel de Cervantes, « La guarda cuidadosa », Ocho comedias y ocho entremeses nuevos, nunca represe (...)
  • 13 Robert Folger, Picaresque and Bureaucracy : Lazarillo de Tormes, Newark, Delaware, Juan de la Cuest (...)

7Dès lors que le roi seul était capable de reconnaître les mérites des individus se traduisant par l’octroi d’une récompense, il s’avérait nécessaire de développer des instruments qui rendaient possible l’évaluation des services et des mérites. La solution, comme dans tant d’autres cas, passa par l’écrit. Toute personne désireuse de faire valoir ses services auprès du souverain, devait se munir des documents qui les attestaient. Cette pratique, qui puise ses origines à l’époque médiévale, acquit sa maturité au cours des temps modernes. Bien que l’administration ait graduellement imposé une standardisation, les formes adoptées par ces documents probatoires furent multiples : informations par des témoins, attestations de la part de supérieurs, toutes sortes de certificats, etc. Ces dossiers contenaient les preuves des mérites des individus et de leurs familles. Ils constituaient une documentation qui accompagnait les personnes tout au long de leur vie, se construisant progressivement au fur et à mesure que de nouveaux services s’ajoutaient ou que de nouvelles occasions se présentaient de les prouver. La transmission et l’hérédité des services et des mérites d’une génération à l’autre – contribuant ainsi à la perpétuation de leur mémoire dans les familles –, est un trait caractéristique de l’époque moderne. Au point de trouver des requêtes où les personnes affirmaient que le seul héritage qu’ils avaient reçu de leurs aïeux était, justement, leurs services rendus à la Couronne11. L’intermède Le gardien vigilant de Cervantès constitue à ce propos un témoignage moqueur de l’importance démesurée que les contemporains pouvaient accorder à cette documentation et des espoirs de rémunération – généralement déçus – qu’elle suscitait12. De surcroît, si nous nous en tenons à l’interprétation proposée par Robert Folger, la rédaction du Lazarillo de Tormes aurait été aussi suscitée par la volonté de parodier ces pratiques d’écriture nées des exigences bureaucratiques de la Couronne hispanique13.

  • 14 José Toribio Medina, Colección de documentos inéditos para la Historia de Chile : desde el viaje de (...)
  • 15 À part le nombre important de documents du même type recueillis dans les sections correspondant aux (...)
  • 16 Archivo General de Indias (AGI), Patronato, leg. 253, R. 1.
  • 17 Portal de Archivos Españoles, URL : http://pares.mcu.es/

8De nos jours, nombre de ces documents probatoires sont encore conservés aux archives. Cette documentation est généralement connue sous le nom d’informations ou enquêtes de « méritos y servicios », ou bien d’« asuntos de partes ». L’intérêt que ces sources ont suscité auprès des chercheurs demeure assez inégal. Ainsi, les papiers de « méritos y servicios » ont depuis longtemps retenu l’attention des américanistes – et des spécialistes des Philippines – qui se sont servis de cette documentation d’une manière pratique, ou bien l’ont édifiée comme un objet d’étude à part entière14. Le fait qu’aux Archives générales des Indes de Séville il y ait une sous-section de la section de Patronato Real qui porte spécifiquement le nom de « Informaciones de méritos y servicios », a sans doute contribué à attirer l’attention des chercheurs sur cette typologie documentaire15. Par ailleurs, la conservation de la fameuse « Information d’Alger » de Cervantès parmi ces fonds y a également contribué16. Finalement, la numérisation et l’accès depuis le site internet de Pares (le portail des archives espagnoles) à une partie importante des fonds des Archives générales des Indes, sont des éléments supplémentaires à prendre en compte. Ils ont facilité l’accès aux sources aux chercheurs de toute la planète, se traduisant par un nombre toujours croissant de travaux17.

  • 18 Parmi les exemples qu’ont utilisés, entre autres, ces sources pour analyser des phénomènes concerna (...)
  • 19 Helmut G. Koenigsberger, The Government of Sicily under Philip II of Spain, a Study in the Practice (...)
  • 20 Luís Albuquerque et José Pereira da Costa, « Cartas de « Serviços » da India (1500-1550) », Mare Li (...)
  • 21 AGS, Cámara de Castilla, leg. 812, s.f., 30 janvier 1599. Cet homme, originaire de la ville de Móst (...)
  • 22 Sur les malheurs des pétitionnaires de grâce à la Cour, mettant en valeur non seulement le poids de (...)

9Cependant, malgré l’impression erronée que pourrait donner le nombre si important de travaux faits par des américanistes à partir des papiers de « méritos y servicios », la gestion de ce type de requêtes d’individus ne fut en aucun cas exclusive du conseil des Indes. Elle ne le fut pas non plus de la Cámara de Castilla, qui s’était trouvée à l’origine de la gestion de la grâce royale pour la Couronne de Castille. Au contraire, à l’époque où le système de la polysynodie était à son apogée, tous les conseils eurent à traiter les requêtes des particuliers en fonction du contenu et des territoires concernés par celles-ci18. D’autant que pour certains conseils, comme c’était le cas du conseil d’Italie, les affaires de grâce des particuliers occupèrent la plupart de leur temps et de leur énergie19. Par ailleurs, nous pouvons observer le développement de pratiques d’écriture similaires pour la Couronne du Portugal bien avant l’Union des Couronnes20. Ceci n’a rien d’étonnant, car ce phénomène répondait tout simplement à un développement technique croissant de l’administration de la grâce royale qui prétendait lutter contre des comportements comme celui d’Alonso López qui, muni de ses papiers de service et d’un memorial, aborda le roi Philippe III lors d’un déplacement entre el Pardo et Madrid21. Ainsi, toute personne désirant s’adresser au souverain devait attendre que sa requête passe par le labyrinthe des instances administratives compétentes, depuis le territoire où elle se trouvait jusqu’à son traitement par les conseils situés à la Cour. Cela n’empêcha point, pour autant, que la Cour ait toujours été peuplée de personnes qui s’y rendaient dans l’espoir d’accélérer l’aboutissement de leurs requêtes, malgré les efforts répétés de la Couronne dans le but de limiter ces déplacements22.

  • 23 Guillaume Gaudin, Penser et gouverner le Nouveau monde au xviie siècle. L’empire de papier de Juan (...)

10Dans cet « empire des papiers23 », nul ne mettra en doute que les enjeux de la distance furent plus accusés pour les serviteurs qui se trouvaient dans les territoires d’outremer. Néanmoins, il convient d’insister sur le fait que la production des informations de « méritos y servicios » ne fut pas exclusive de ces domaines – ce qui invalide les interprétations qui ont vu dans cette pratique une spécificité des territoires d’outremer. Par ailleurs, les recherches portant sur ces sources ont surtout insisté sur le fait qu’elles étaient un instrument d’ascension sociale, ou de reconnaissance d’une prééminence sociale antérieure à l’arrivée des Espagnols, en ce qui concerne les populations indigènes. Cet aspect a conduit à privilégier l’étude des comportements de différentes élites au service des Habsbourg espagnols. Or, en réalité, ce moyen de communication avec le roi fut utilisé par toutes les couches de la société : depuis les élites jusqu’aux moins favorisés, comprenant des hommes et des femmes, des sujets et des étrangers, des personnes lettrées et illettrées, qui pouvaient être des militaires, des letrados, des ecclésiastiques, etc.

  • 24 Bartolomé Yun Casalilla (dir.), Las redes del Imperio. Élites sociales en la articulación de la Mon (...)

11De ce fait, les papiers de « méritos y servicios » s’avèrent être un moyen très utile pour essayer de comprendre les phénomènes de circulation de toutes sortes de serviteurs de la Monarchie. Est-il possible, dès lors, de transposer ce que nous connaissons déjà au sujet des réseaux transnationaux des élites24 au comportement des « gens ordinaires » au service de la Couronne ?

Entre Chrétienté et Islam : parcours au sein des armées

  • 25 José Javier Ruiz Ibáñez et Gaetano Sabatini, « Monarchy as Conquest : Violence, Social Opportunity, (...)

12Afin de tenter de répondre à cette interrogation, j’ai mené une enquête à partir du système des pensions militaires gérées par les conseils d’État, de Guerre et d’Italie pour la période comprise entre 1574 et 1609. J’ai utilisé les armées comme un champ d’observation réunissant des populations diverses au service des Habsbourg espagnols, populations qui étaient, en outre, soumises à une forte mobilité. La Monarchie hispanique était une grande puissance militaire dont le rôle à l’échelle globale reposait sur la détention de l’hégémonie de la violence25. Dans ces conditions, la Monarchie avait un besoin continu d’hommes pour alimenter ses forces armées, rassemblant des personnes qui cherchaient à faire une carrière militaire, mais aussi d’autres pour qui le service des armes n’était qu’un emploi transitoire. Cet état des choses est très bien résumé dans un passage d’une dépêche de 1585 du sieur de Longlée, ambassadeur officieux d’Henri III à la Cour espagnole :

  • 26 Albert Mousset (dir.), Dépêches diplomatiques de M. de Longlée, résident de France en Espagne (1582 (...)

Sire, il ne me souvient point, depuis que je suis en Hespagne, avoir veu passer six mois sans y entendre et voir tousjours quelque levée de gens de pied, soit pour Flandres ou pour remplir leurs garnisons de Naples et celles de Milan et les places qu’ils ont à la coste de Barbarie, ou pour leurs frontières, ou pour mectre sur leurs galleres ou sur leurs vaisseaulx de guerre pour la seureté de leurs costes et des flottes qui viennent des Indes, ou pour envoler aux mesmes Indes, ou pour les affaires de Portugal ; de sorte que je ne prendz point pour chose nouvelle de voir lever des compagnies de gens de pied en Hespagne et de ne sçavoir pas bien au vray à quel effect elles sont destinées.26

  • 27 Je renvoie au développement plus minutieux sur ces questions que j’ai fait dans C. Tarruell, « Memo (...)

13Comme je l’ai déjà signalé, je me suis seulement intéressée aux bénéficiaires dont les carrières s’étaient déroulées entre Chrétienté et Islam. Et encore une fois, le fait de me centrer sur les pensionnaires s’appuie sur des raisons très pragmatiques. À partir du moment où un individu avait reçu une pension de la Couronne, soit sous la forme d’un entretenimiento – qui était un salaire spécifique –, soit sous la forme d’une ventaja – qui était un complément au salaire de base –, c’est qu’il avait dû s’adresser aux instances administratives compétentes afin de prouver ses services et mérites. Ces requêtes, ainsi que toute la procédure administrative que celles-ci déclenchaient, offrent au chercheur des instruments très utiles pour rendre visibles des phénomènes et des personnes qui, autrement, le seraient difficilement. Procédant de la sorte, j’ai cherché à tirer profit, dans un premier temps, du contenu autobiographique que ces pratiques bureaucratiques imposaient aux sujets27. Dans un deuxième temps, consciente des particularités que ce genre d’écriture impliquait, j’ai voulu m’attacher aux discours et aux idéaux de service mobilisés par ces personnes, qui interagissaient avec ceux promus par la Couronne. Finalement, la reconstruction minutieuse du système de pensions militaires m’a permis de suivre la trace des carrières de ces individus et de leurs familles au fil des années, ainsi que de leurs déplacements dans les différents domaines de la Monarchie hispanique.

  • 28 Cf. Raffaele Puddu, Il soldato gentiluomo. Autoritratto d’una società guerriera : la Spagna del Cin (...)

14Ce faisant, j’ai pu reconstruire les parcours de vie de plus de 3 000 personnes qui avaient vécu entre les deux rives de la Méditerranée pour la période comprise entre 1574 et 1609. Parmi les bénéficiaires des pensions militaires il y avait quelques personnages notables, mais la plupart étaient des êtres complètement anonymes, qui se trouvaient dans une situation de précarité évidente. Théoriquement, le système de pensions avait été développé afin de rétribuer les services méritoires des militaires28. Cependant, parallèlement à cette vocation primitive, les pensions servirent aussi à fournir un moyen modeste de survie pour des personnes envers qui la Couronne ressentait l’obligation de les aider à se maintenir. Dans certains cas, il était même spécifié qu’ils n’exercent aucune activité militaire, ou bien qu’ils servent en « ce que bonnement ils pussent en faire », concernant notamment des soldats infirmes ; l’octroi de pensions aux femmes était une autre possibilité dans ce sens. Bien évidemment, cet emploi n’occupait qu’une place marginale dans l’ensemble du système des gratifications militaires, malgré le fait qu’il se trouve surreprésenté dans mon enquête. Cela tient aux profils des personnes qui sont au cœur de ma démarche.

  • 29 Les deux études classiques sont Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époq (...)
  • 30 José Javier Ruiz Ibáñez, « Inventar una monarquía doblemente católica. Los partidarios de Felipe II (...)
  • 31 Alors que les études sur la captivité chrétienne constituent un domaine de recherche spécialement p (...)
  • 32 Ceci s’inscrit dans le courant qui depuis ces dernières années s’intéresse à la présence des musulm (...)

15La Méditerranée des temps modernes fut le théâtre des rapports conflictuels entre la Chrétienté et l’Islam et, bien plus encore, de l’expansion concurrentielle des deux puissances hégémoniques de cet espace : l’Empire ottoman et la Monarchie hispanique29. La situation de guerre permanente dans ses eaux, soit sous la forme d’affrontements entre de grandes armées, soit sous la forme plus durable de la guerre de course, favorisa le brassage et les circulations humaines entre les deux rives de la Méditerranée – bien que cette mobilité se soit produite, pour un certain nombre de cas, sous les contraintes de la captivité. Ces phénomènes, qui ne furent en aucun cas spécifiques à la Monarchie hispanique, furent cependant encouragés par sa propre activité militaire et par le besoin de communication entre ses territoires dispersés. De même, le discours soutenu par les souverains, qui se voulaient les protecteurs universels de la Chrétienté, ne fut pas sans conséquences quant à l’arrivée de gens divers qui, utilisant des arguments religieux, demandaient l’aide – et l’assistance économique – de la Couronne30. Cela étant, mon enquête a mis en lumière une hétérogénéité de trajectoires humaines qui répondaient à deux phénomènes complémentaires et interdépendants : d’une part, le retour en Chrétienté d’anciens captifs et de renégats31, et de l’autre, l’accueil au sein de la Monarchie hispanique de sujets ottomans, marocains et persans, tant de confession musulmane que de confession chrétienne ou juive, qui s’installaient volontairement dans les domaines de la Monarchie hispanique et qui se convertissaient alors au catholicisme – en ce qui concerne les musulmans et les juifs, puisque la conversion ne fut pas requise pour les populations chrétiennes non catholiques32.

16La première chose qu’il convient de souligner est que la recherche d’une forme quelconque d’originalité dans la documentation concernant les particuliers est un exercice dépourvu de sens. Le succès d’une requête résidait, justement, dans la capacité d’adapter les expériences individuelles aux discours et aux modèles promus par la Couronne. L’adéquation de parcours forcément divers à des catégories et des taxinomies bien définies et reconnaissables aux yeux des administrations chargées de la gestion et de l’acheminement des pétitions jusqu’au souverain, était l’une des conditions nécessaires à la bonne marche du système. Malheureusement, les requêtes qui n’aboutirent pas à la concession d’une gratification ne sont que très rarement conservées dans les archives. Ceci pose le problème d’une histoire écrite seulement à partir des cas de succès. Néanmoins, pour certains cas, il est possible de consulter toute la série de requêtes d’un même individu qui conduisirent à l’obtention d’une pension, depuis les premières tentatives infructueuses jusqu’à celle couronnée de succès. Ces exemples mettent en évidence une adaptation graduelle et une simplification de leur contenu, se conformant ainsi à une écriture stéréotypée, plus facilement intelligible pour l’administration – bien que cela ait été fait au prix des nuances et de la « véracité » des faits relevés.

  • 33 Voir, par exemple, M. C. Jurado, « « Descendientes de los primeros »… », art. cit., p. 392-398. Sur (...)
  • 34 Pour un exemple, C. Tarruell, « Memorias de cautivos… », art. cit., p. 90-91. J’ai aussi traité l’i (...)
  • 35 Laissant pour des travaux ultérieurs le développement des résultats obtenus à partir de ma propre e (...)
  • 36 Michel Fontenay, « Esclaves et/ou captifs : préciser les concepts », in Wolfgang Kaiser (dir.), Le (...)

17Dans cette écriture, qui était le produit de l’intervention d’une multitude de médiateurs, nous en savons encore très peu sur les intermédiaires qui y prenaient part33. Le travail de l’historien a besoin des failles occasionnelles du système afin de rendre visibles ceux qui ne transparaissent que très rarement dans la documentation telle qu’elle est conservée de nos jours34. En revanche, un exercice plus aisé consiste à comparer et à analyser les différentes étapes de la procédure administrative que chaque requête individuelle comportait. Ainsi, nous pouvons observer le grand effort de sélection, de systématisation et de classification effectué par les différents officiers au sein des conseils et dont le résultat ultime se trouvait dans la cédule royale conduisant à l’octroi de la pension, qui contenait un bref résumé des services et des mérites du bénéficiaire – justifiant précisément cette expression de la grâce royale35. Être conscient de ces faits, permet de porter un regard plus critique sur les matériaux mobilisés dans la recherche. Prenons comme exemple d’une question récurrente parmi les études sur la captivité chrétienne, les distinctions entre les termes de « captif » et d’« esclave », tant du point de vue de l’analyse historique que de l’emploi fait par les contemporains36. Dans la mesure où nous avons la possibilité d’accéder aux témoignages directs des acteurs qui avaient vécu personnellement l’esclavage ou la captivité, nous réalisons qu’ils établissaient généralement une différenciation claire entre un terme et l’autre. À l’inverse, quand la documentation est le produit de la médiation d’autres individus, nous observons une tendance à l’emploi indistinct des mots ; probablement plus par mégarde que par ignorance des différences entre ces deux réalités. De la même façon, nous pourrions soulever maints autres aspects comme la visibilité réduite des renégats – qui dans les étapes suivantes de la procédure administrative devenaient de simples captifs –, ou encore une simplification quant aux lieux de détention ou de provenance – de sorte qu’une détention dans différents endroits de la Méditerranée orientale, devenait tout simplement une captivité à Constantinople.

  • 37 Cf. Pablo Fernández Albaladejo, « Católicos antes que ciudadanos : gestación de una política españo (...)

18De ce fait, les grandes lignes des parcours des pensionnaires qui avaient vécu entre Chrétienté et Islam sont presque invariablement les mêmes : celle d’une vie exemplaire pendant leur détention, souffrant les peines imposées par les infidèles, en ce qui concerne les anciens captifs, et l’abandon des richesses, honneurs et biens afin de vivre sous la véritable foi, en ce qui concerne les convertis et les exilés. Dès leur intégration dans le système hispanique, les actions des deux groupes avaient en commun qu’elles étaient menées au service « de Dieu et de sa Majesté », phrase qui résume à merveille l’imbrication indissoluble de ces deux sphères, caractéristique de la Monarchie hispanique37.

  • 38 Les travaux de José Javier Ruiz Ibáñez portant sur l’appui militaire espagnol du côté de la Ligue c (...)
  • 39 Archivo Histórico Nacional (AHN), Estado, livre 330, fol. 15r. Madrid, 12 décembre 1608.
  • 40 Un procédé qui a été étudié par Juan Francisco Pardo Molero pour le royaume de Valence durant le rè (...)

19Néanmoins, le fait que les particuliers étaient amenés à accommoder leurs discours aux attentes de la Couronne ne signifie pas pour autant qu’ils n’aient eu aucune marge de manœuvre et qu’ils aient agi d’une manière passive. Au contraire, les idéaux et les modèles de service et de mérite qui étaient promus par la Couronne furent continuellement soumis à une révision en fonction d’un processus d’interaction constante avec les personnes et les corps qui faisaient partie de la Monarchie ou qui rentraient en contact de manière temporaire avec elle38. Ainsi, le succès d’une pétition résidait, certes, dans la capacité de se conformer aux modèles de service qui régnaient alors – et aux éventuels appuis et recommandations que ces personnes pouvaient avoir auprès des institutions. Mais cela devait se combiner avec des éléments jugés extraordinaires qui, justement en raison de leur caractère exceptionnel, faisaient qu’ils méritaient une rémunération. Dans ces circonstances, il est intéressant d’analyser quels étaient les services sélectionnés et comment ils étaient présentés auprès des autorités, dans un processus permettant d’intégrer le local et le global. Un certain Matteo Saporita, par exemple, fut récompensé avec un entretenimiento de huit écus mensuels sur les galères de Sicile pour avoir empêché que trois brigantins « turcs » n’aient pris le contrôle de l’artillerie de quatre barques qu’ils étaient en train de pourchasser39. Ce petit épisode de la quotidienneté de la défense côtière méditerranéenne, représentait cependant un acte héroïque pour la défense globale de la Monarchie face à ses ennemis ; le fait que les assaillants aient été identifiés comme des Ottomans, indique probablement une mise en valeur d’un ennemi incarné par quelques petits vaisseaux de corsaires barbaresques voisins40. De même, il est intéressant d’observer ce qui était considéré comme service ou mérite. Ainsi, le fait de la conversion au catholicisme constituait en soi un mérite suffisant pour l’obtention de pensions de la part de la Couronne. Par ailleurs, un cas de figure très fréquent chez les anciens captifs, notamment ceux qui avaient vécu longtemps en captivité, était celui de considérer leurs années de détention comme une période sans interruption du service aux souverains : l’aide portée à d’autres captifs, les petites actions de sabotage contre leurs geôliers, ou l’envoi d’informations par le biais des agents ou des espions qui opéraient en Barbarie et au Levant, constituaient autant d’occasions de service réalisées en dehors des frontières de la Monarchie.

* * *

  • 41 Nous savons qu’il jouit au moins pendant un an de cette plaza muerta au château de Jaca dont il ava (...)

20Le parcours de Jerónimo Sanz de Berrozpe, probablement originaire de Navarre ou d’Aragon, est un exemple de carrière au service de la Monarchie hispanique. En 1594, âgé de plus de soixante-dix ans, il avait servi Charles Quint et Philippe II comme soldat et officier pendant plus de cinquante-cinq ans de sa vie. Conséquence de sa participation à différents théâtres d’opérations, il portait dix-sept blessures sur son corps, il avait perdu un œil et il avait été capturé deux fois par les Ottomans, cumulant plus de quatorze années de captivité au total. En 1571, à l’occasion de la bataille de Lépante, il recouvrit la liberté. Don Juan d’Autriche décida cependant de tirer profit des connaissances qu’il avait acquises au long de ces années de captivité, notamment en termes de langues, de sorte qu’il retourna immédiatement vers les terres ottomanes, cette fois-ci agissant comme agent secret. Il servit ensuite en Italie, où il demeura jusqu’en 1593, quand suite aux blessures reçues pendant une bataille et à son âge avancé, il devint incapable de servir plus longtemps comme soldat. Le gouverneur de Milan lui accorda alors une licence pour se rendre à la Cour. Son souhait était de demeurer dans la péninsule Ibérique pour ce que lui restait de vie. Pour ce faire, il fit une demande afin de jouir d’une plaza muerta au château de Jaca, car il avait perdu tous ses biens pendant ses années au service de la Monarchie et c’était son seul moyen possible de maintien. Tandis qu’il attendait à la Cour, comme tant d’autres vétérans de guerre, que sa requête fût traitée en conseil, il décida de partir avant de connaître la résolution royale. Andrés de Prada, secrétaire du conseil de Guerre, nota à son propos « qu’il était parti en raison de sa mauvaise santé et de peur de mourir hors de chez lui », sur quoi il opinait : « que ce serait une œuvre très digne de la clémence de Votre Majesté de lui faire grâce de ce qu’il prétend pour qu’il puisse vivre apaisé les quelques jours de vie qui lui restent41 ».

  • 42 AGI, Filipinas, leg. 1, doc. 6 ; leg. 5, doc. 8 et, leg. 339, livre 2, fol. 46r-48r ; AGI, Indifere (...)

21De son côté, Alejandro Mauro Chefalo était un Grec originaire de Patras qui, comme tant d’autres étrangers, entra au service des Habsbourg espagnols, dans son cas fuyant vraisemblablement une islamisation forcée de la part des Ottomans. Vers la fin de la décennie de 1540 il commença à servir en Sicile. Quelques années plus tard, il le fit dans la Carrera de Indias, sur les vaisseaux qui reliaient l’Amérique et l’Espagne. En 1565 il participa à l’expédition de l’adelantado Pedro Menéndez de Avilés contre les français installés en Floride. Durant les années suivantes il mena des actions militaires à Cuba et en Nouvelle Espagne. Pourtant, ce fut aux Philippines, dans la pacification des îles, qu’il rendit ses plus glorieux services. De retour en Europe, il obtint en 1594 le privilège d’avoir son propre blason, constitué par une épée et un navire. Il s’établit en Sicile, là où il avait débuté sa carrière au service de la Monarchie. Il mena des travaux de renseignements contre les Ottomans et fit des voyages fréquents à l’île de Zante, sous domination vénitienne, où se trouvait installée sa famille. La consolidation de son ascension sociale se confirma en janvier 1603, quand il obtint le titre de « don » en Sicile. Âgé de plus de 68 ans, il laissa graduellement le relais à son fils aîné, qui hériterait d’une partie de la pension de son père et continuerait le service aux Habsbourg entre Zante et Sicile42.

22Ces exemples, sélectionnés parmi tant d’autres, témoignent de la grande mobilité de nombreux serviteurs de la Monarchie hispanique. Ce sont ces personnes, pour la plupart complètement anonymes, qui construisirent au quotidien la Monarchie hispanique, en projetant leurs aspirations ainsi que leur manière de comprendre ce qu’elle représentait, que ce fût depuis Jaca, Milan, Cuba, les Philippines ou en demeurant captif dans l’Empire ottoman. Afin d’essayer de restituer ces parcours, l’analyse à partir du système des pensions militaires s’avère un instrument d’une grande utilité.

Haut de page

Notes

2 Parmi les dernières publications, voir Pedro Cardim, Tamar Herzog, José Javier Ruiz Ibáñez et Gaetano Sabatini (dir.), Polycentric Monarchies. How did Early Modern Spain and Portugal Achieve and Maintain a Global Hegemony ?, Eastbourne, Sussex Academic Press, 2012.

3 Jean Paul Zúñiga, « Visible Signs of Belonging : The Spanish Empire and the Rise of Racial Logics in the Early Modern Period », in P. Cardim, T. Herzog, J. J. Ruiz Ibáñez et G. Sabatini (dir.), Polycentric Monarchies…, op. cit., p. 125-126 ; Domingo Centenero de Arce, « ¿Una Monarquía de lazos débiles ? Circulación y experiencia como formas de construcción de la Monarquía Católica », in Juan Francisco Pardo Molero et Manuel Lomas Cortés (dir.), Oficiales reales. Los ministros de la Monarquía Católica (siglos xvi-xvii), Valence, Universitat de València, 2012, p. 137-161 ; Manuel Rivero Rodríguez, La edad de oro de los virreyes : el virreinato en la Monarquía Hispánica durante los siglos xvi y xvii, Madrid, Akal, 2011, p. 207-209.

4 Sanjay Subrahmanyam, Explorations in Connected History, New Delhi, Oxford University Press, 2005, 2 vol. ; « Holding the World in Balance : The Connected Histories of the Iberian Overseas Empires, 1500-1640 », The American Historical Review, 112, 2007, no 5, p. 1359-1385 ; Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde : histoire d’une mondialisation, Paris, La Martinière, 2004 ; L’aigle et le dragon : démesure européenne et mondialisation au xvie siècle, Paris, Fayard, 2011.

5 Antonio Álvarez-Ossorio Alvariño et Bernardo J. García García (dir.), La Monarquía de las Naciones. Patria, nación y naturaleza en la Monarquía de España, Madrid, Fundación Carlos de Amberes, 2004.

6 Miguel de Cervantès, Nouvelles exemplaires, suivies de Persilès, texte présenté, traduit et annoté par Claude Allaigre, Jean Canavaggio et Jean-Marc Pelorson, Paris, Gallimard, 2001, p. 243.

7 Alicia Esteban Estríngana (dir.), Servir al rey en la Monarquía de los Austrias : Medios, fines y logros del servicio al soberano en los siglos xvi y xvii, Madrid, Sílex, 2012 ; Juan Francisco Pardo Molero et Manuel Lomas Cortés (dir.), Oficiales reales : los ministros de la Monarquía Católica (siglos xvi- xvii), Valence, Universitat de València, 2012.

8 Dans l’impossibilité d’en faire un compte-rendu exhaustif, je renvoie à l’état de la question dressé par Óscar Recio Morales, « Los extranjeros y la historiografía modernista », Cuadernos de Historia Moderna. Anejos, x, 2011, p. 33-51.

9 António Manuel Hespanha, « La economía de la gracia », in La gracia del derecho. Economía de la cultura en la Edad Moderna, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1993, p. 151-176 ; « Paradigmes de légitimation, aires de gouvernement, traitement administratif et agents de l’administration », in Robert Descimon, Jean-Frédéric Schaub et Bernard Vincent (dir.), Les figures de l’administrateur. Institutions, réseaux, pouvoirs en Espagne, en France et au Portugal, xvie-xixe siècle, Paris, EHESS, 1997, p. 19-29 ; Salustiano de Dios, Gracia, merced y patronazgo real. La Cámara de Castilla entre 1474-1530, Madrid, Centro de Estudios Constitucionales, 1993 ; Beatriz Cárceles de Gea, « La Justicia Distributiva en el siglo xvii (Aproximación político-constitucional) », Chronica nova, 1984-1985, no 14, p. 93-122 ; Arndt Brendecke, Imperio e información : funciones del saber en el dominio colonial español, Francfort, Vervuert, 2012, p. 77-82 ; Victoria Sandoval Parra, Manera de galardón. Merced pecuniaria y extranjería en el siglo xvii, Madrid, Fondo de Cultura Económica, 2014, p. 21-149. Cf. Bartolomé Clavero, La grâce du don : anthropologie catholique de l’économie moderne, Paris, Albin Michel, 1996 [traduction française par Jean-Frédéric Schaub de Antidora : antropología católica de la economía moderna, Milan, Giuffré, 1991].

10 Voir le travail classique de Sharon Kettering, Patrons, Brokers, and Clients in Seventeenth-Century France, Oxford, Oxford University Press, 1986. Sur le domaine hispanique, José Martínez Millán, « Las investigaciones sobre patronazgo y clientelismos en la administración de la Monarquía Hispana durante la Edad Moderna », Studia historica. Historia moderna, 1996, no 15, p. 83-106 ; et Antonio Feros, « Clientelismo y poder monárquico en la España de los siglos xvi y xvii », Relaciones, xix, 1998, no 73, p. 17-49.

11 Ainsi, par exemple, un certain Pedro de Castillejo terminait sa requête de grâce en affirmant : « Y haviendo quedado el suplicante con tres hermanas donzellas, no les dejaron sus padres y deudos más de sus honrrados servicios. Supplica a V. Mag. attento a lo dicho y a que su designio es acabar en el real servicio de V. Mag., se le haga merced de un honrrado entretenimiento o ventaja çerca de la persona del governador del estado de Milán con que pueda poner en execuçión su buen desseo, como lo an hecho sus antepasados y para poder socorrer las dichas sus hermanas, que en ello la resçivirá muy particular. » Archivo General de Simancas (AGS), Estado, legajo (leg.) 1698, sans foliation (s.f.). 9 juillet 1606. De son côté, Simone Platamone y Veintimiglia affirmait que la dot principale qu’il avait reçue de sa femme était justement les services de son beau-père : AGS, Secretarías Provinciales, leg. 987, s.f. San Lorenzo, 8 août 1598. Cf. avec des cas portugais similaires signalés dans Fernanda Olival, « La economía de la merced en la cultura política del Portugal moderno », in Francisco José Aranda Pérez et José Damiâo Rodrigues (dir.), De Re Publica Hispaniae. Una vindicación de la cultura política en los reinos ibéricos en la primera modernidad, Madrid, Sílex, 2008, p. 398-400.

12 Miguel de Cervantes, « La guarda cuidadosa », Ocho comedias y ocho entremeses nuevos, nunca representados, Madrid, veuve de Alonso Martín, 1615 [éd. de Florencio Sevilla Arroyo, Biblioteca Virtual Miguel de Cervantes, Alicante, 2001]. URL : http://www.cervantesvirtual.com/obra-visor/la-guarda-cuidadosa--0/html/ [consulté le 27 octobre 2014].

13 Robert Folger, Picaresque and Bureaucracy : Lazarillo de Tormes, Newark, Delaware, Juan de la Cuesta, 2009.

14 José Toribio Medina, Colección de documentos inéditos para la Historia de Chile : desde el viaje de Magallanes hasta la Batalla de Maipo, 1518-1818, 1re série, Santiago, Imprenta Elzeviriana, 1888-1902, 30 vol. et 2e série, Santiago, Fondo Histórico y Bibliográfico José Toribio Medina, 1956-1982, 7 vol. ; Francisco A. de Icaza, Conquistadores y pobladores de la Nueva España. Diccionario autobiográfico sacado de los textos originales, Madrid, El Adelantado de Segovia, 1923, 2 vol. ; James Lockhart, The Men of Cajamarca : A Social and Biographical Study of the First Conquerors of Peru, Austin, University of Texas Press, 1972 ; Mark A. Burkholder, « « Relaciones de méritos y servicios » : a Source for Spanish-American Group Biography in the Eighteenth Century », Manuscripta, 21, 1977, no 2, p. 97-103 ; Mudo J. MacLeod, « Self-Promotion : the « Relaciones de méritos y servicios » and their Historical and Political Interpretation », CLAHR : Colonial Latin American Historical Review, 7, 1998, no 1, p. 25-42 ; John F. Chuchiak IV, « Toward a Regional Definition of Idolatry : Reexamining Idolatry Trials in the « Relaciones De Méritos » and Their Role in Defining the Concept of « Idolatría » in Colonial Yucatán, 1570-1780 », Journal of Early Modern History, 6, 2002, no 2, p. 140-167 ; Bernard Grunberg, « El universo de los conquistadores. Resultado de una investigación prosopográfica », Signos Históricos, 12, 2004, p. 94-118 ; Rosa María Gregori Roig, « Representación pública del individuo. Relaciones de méritos y servicios en el Archivo General de Indias (siglos xvii-xviii) », in Antonio Castillo Gómez et Verónica Sierra Blas (dir.), El legado de Mnemosyne : las escrituras del yo a través del tiempo, Gijón, Trea, 2007, p. 355-379 ; Luis Miguel Córdoba Ochoa, « Movilidad geográfica, capital cosmopolita y relaciones de méritos. Las élites del imperio entre Castilla, América y el Pacífico », in Bartolomé Yun Casalilla (dir.), Las redes del Imperio. Élites sociales en la articulación de la Monarquía Hispánica, 1492-1714, Madrid, Marcial Pons, 2009, p. 359-378 ; Robert Folger, Writing as Poaching. Interpellation and Self-Fashioning in Colonial « relaciones de méritos y servicios », Leyde, Brill, 2011 ; D. Centenero de Arce, « ¿Una Monarquía de lazos débiles ?… », art. cit. ; M. Carolina Jurado, « “Descendientes de los primeros ». Las probanzas de méritos y servicios y la genealogía cacical. Audiencia de Charcas, 1574-1719”, Revista de Indias, 74, 2014, no 261, p. 387-422 ; Roxana Nakashima et Guillermina Oliveto, « Las informaciones de méritos y servicios y el imperio global de Felipe II a través de la trayectoria de Francisco Arias de Herrera », Revista Electrónica de Fuentes y Archivos (en cours, prévu en 2015).

15 À part le nombre important de documents du même type recueillis dans les sections correspondant aux Audiencias respectives, sous la rubrique d’« Informaciones de oficio y parte ».

16 Archivo General de Indias (AGI), Patronato, leg. 253, R. 1.

17 Portal de Archivos Españoles, URL : http://pares.mcu.es/

18 Parmi les exemples qu’ont utilisés, entre autres, ces sources pour analyser des phénomènes concernant l’Europe ou l’Afrique du Nord, nous pouvons souligner les travaux appartenant à la nouvelle histoire militaire ; parmi les publications le plus récentes, voir Davide Maffi, En defensa del Imperio : los ejércitos de Felipe IV y la guerra por la hegemonía europa (1635-1659), Madrid, Actas, 2014 et Eduardo de Mesa, The Irish in the Spanish Armies in the Seventeenth Century, Suffolk, Boydell & Brewer, 2014. Un autre exemple possible, pour un sujet différent, est Robert Descimon et José Javier Ruiz Ibáñez, Les ligueurs de l’exil : le refuge catholique français après 1594, Seyssel, Champ Vallon, 2005. Depuis plusieurs décennies, les chercheurs travaillant sur les contacts entre les populations grecques et albanaises et la Monarchie ont abondamment utilisé ces sources ; voir, par exemple, Ioannis K. Hassiotis, « Fuentes de la historia griega moderna en archivos y bibliotecas españolas », Hispania, 111 (1969), p. 133-164, notamment p. 154-156 ; Tendiendo puentes en el Mediterráneo. Estudios sobre las relaciones hispano-griegas (ss. xv-xix), Grenade, Centro de Estudios Bizantinos, Neogriegos y Chipriotas, 2008 ; José Manuel Floristán Imízcoz, « Linajes imperiales bizantinos en la corte de España (c. 1571-1621) : Comnenos, Láscaris, Cantacuzenos y Paleólogos », Erytheia, 33 (2012), p. 117-163. Très récemment, s’attachant aux requêtes gérées par le conseil d’État, voir V. Sandoval Parra, Manera de galardón…, op. cit. La thèse inédite de Domingo Centenero de Arce sur les vétérans de guerre offre une vision globale de la Monarchie en combinant des informations de « méritos y servicios » qui proviennent tant des Archives générales des Indes que des Archives générales de Simancas et des Archives historiques nationales de Madrid : ¿Una Monarquía de lazos débiles ? Veteranos, Militares y Administradores 1580-1621, European University Institute, 2009.

19 Helmut G. Koenigsberger, The Government of Sicily under Philip II of Spain, a Study in the Practice of Empire, Londres, Staples, 1951, p. 63 ; Manuel Rivero Rodríguez, Felipe II y el gobierno de Italia, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 1998, p. 74.

20 Luís Albuquerque et José Pereira da Costa, « Cartas de « Serviços » da India (1500-1550) », Mare Liberum, 1, 1990, p. 309-396 ; F. Olival, « La economía de la merced… », art. cit., p. 389-408. Pour une réflexion générale sur ce genre de documentation, en incluant toutes sortes de requêtes, pétitions ou doléances, et au-delà du monde ibérique, voir le numéro monographique « Petitions in Social History », Lex Heerma van Voss (dir.), International Review of Social History, 46, 2001, supplément 9, notamment les articles d’Andreas Würgler, « Voices From Among the « Silent Masses » : Humble Petitions and Social Conflicts in Early Modern Central Europe », p. 11-34, et de Cecilia Nubola, « Supplications between Politics and Justice : The Northern and Central Italian States in the Early Modern Age », p. 35-56. De même, les travaux d’Irene Fosi, à partir du cas de la curie papale, sont à souligner ; voir, par exemple, le très riche commentaire critique de ces sources fait dans Irene Fosi, « Sovranità, patronage, e giustizia : suppliche e lettere alla corte romana nel primo Seicento », in Gianvittorio Signorotto et Maria Antonietta Visceglia (dir.), La corte di Roma tra Cinque e Seicento : « teatro » della politica europea, Roma, Bulzoni, 1998, p. 207-241.

21 AGS, Cámara de Castilla, leg. 812, s.f., 30 janvier 1599. Cet homme, originaire de la ville de Móstoles, près de Madrid, avait servi comme soldat pendant plus de trente-trois ans « en toda Ytalia y Françia y África y Flandes y España, por mar y por tierra, de a pie y de a cavallo ». Il fut capturé lors du désastre de Djerba en 1560, se rachetant six ans plus tard à La Goulette de Tunis moyennant 220 ducats de rançon.

22 Sur les malheurs des pétitionnaires de grâce à la Cour, mettant en valeur non seulement le poids des pratiques écrites, mais aussi des négociations orales, voir la lettre extrêmement drôle d’Eugenio de Salazar : « Carta escrita al muy ilustre don Juan Hurtado de Mendoza, señor de la villa de Fresno de Torote, en que se trata de los Cata-riberas », in Eugenio de Ochoa (dir.), Epistolario español, Madrid, M. Rivadeneyra, 1870, vol. II, p. 297-303. Cf. Cecilia Tarruell, « Peticionarios de mercedes provenientes de tierras del Islam en la Corte de Madrid (finales siglo xvi — inicios siglo xvii) », in Ricardo Franch Benavent, Fernarndo Andrés Robres et Rafael Benítez Sánchez-Blanco (dir.), Cambios y resistencias sociales en la Edad Moderna. Un análisis comparativo entre el centro y la periferia mediterránea de la Monarquía Hispánica, Madrid, Sílex, 2014, p. 263-271.

23 Guillaume Gaudin, Penser et gouverner le Nouveau monde au xviie siècle. L’empire de papier de Juan Díez de La Calle, commis du Conseil des Indes, Paris, L’Harmattan, 2013.

24 Bartolomé Yun Casalilla (dir.), Las redes del Imperio. Élites sociales en la articulación de la Monarquía Hispánica, 1492-1714, Madrid, Marcial Pons, 2009.

25 José Javier Ruiz Ibáñez et Gaetano Sabatini, « Monarchy as Conquest : Violence, Social Opportunity, and Political Stability in the Establishment of the Hispanic Monarchy », The Journal of Modern History, 81, 2009, no 3, p. 501-536.

26 Albert Mousset (dir.), Dépêches diplomatiques de M. de Longlée, résident de France en Espagne (1582-1590), Paris, Plon-Nourrit, 1912, p. 165 : Dépêche à Henri III. Barbastro, 20 août 1585 [BNF, Ms. Fr. 16109, chiffrée fol. 277-282, déchiffrement officiel fol. 283-286].

27 Je renvoie au développement plus minutieux sur ces questions que j’ai fait dans C. Tarruell, « Memorias de cautivos, 1574-1609 », in Óscar Jané, Eulàlia Miralles et Ignasi Fernández (dir.), Memòria Personal. Una altra manera de llegir la història, Barcelone, Bellaterra, 2013, p. 83-97.

28 Cf. Raffaele Puddu, Il soldato gentiluomo. Autoritratto d’una società guerriera : la Spagna del Cinquecento, Bologne, Il Mulino, 1982, p. 145-171 ; Antonio Jiménez Estrella, « Mérito, calidad y experiencia : criterios volubles en la provisión de cargos militares bajo los Austrias », in J. F. Pardo Molero et M. Lomas Cortés (dir.), Oficiales reales : los ministros de la Monarquía…, op. cit., p. 241-264.

29 Les deux études classiques sont Fernand Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, Paris, Armand Colin, 1966, 2 vol., et Andrew C. Hess, The Forgotten Frontier : A History of the 16th Century Ibero-African Frontier, Chicago, University of Chicago Press, 1978. Depuis, pour un commentaire critique des différentes approches historiographiques, voir Jocelyne Dakhlia et Wolfgang Kaiser, « Introduction. Une Méditerranée entre deux mondes, ou des mondes continus », in Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. II, Passages et contacts en Méditerranée, Paris, Albin Michel, 2013, p. 7-31.

30 José Javier Ruiz Ibáñez, « Inventar una monarquía doblemente católica. Los partidarios de Felipe II en Europa y su visión de la hegemonía española », Estudis. Revista de historia moderna, 34, 2008, p. 87-109.

31 Alors que les études sur la captivité chrétienne constituent un domaine de recherche spécialement prolifique et avec une longue tradition, l’utilisation du système des pensions militaires permet d’aborder un aspect presque inédit, celui de l’analyse des parcours des captifs une fois libérés, en approfondissant sur ce qu’ils devenaient par la suite et l’impact qu’a pu avoir sur eux leur séjour en terres d’Islam.

32 Ceci s’inscrit dans le courant qui depuis ces dernières années s’intéresse à la présence des musulmans dans l’Europe des temps modernes, révélant des situations insoupçonnées auparavant. Parmi les exemples, voir Beatriz Alonso Acero, Sultanes de Berbería en tierras de la cristiandad. Exilio musulmán, conversión y asimilación en la Monarquía Hispánica (siglos xvi y xvii), Barcelone, Bellaterra, 2006 ; Jocelyne Dakhlia et Bernard Vincent (dir.), Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. I, Une intégration invisible, Paris, Albin Michel, 2011 ; J. Dakhlia et W. Kaiser (dir.), Les musulmans dans l’histoire de l’Europe. II…, op. cit. ; Lucette Valensi, Ces étrangers familiers : musulmans en Europe, xvie-xviiie siècles, Paris, Payot, 2012.

33 Voir, par exemple, M. C. Jurado, « « Descendientes de los primeros »… », art. cit., p. 392-398. Sur d’autres agents de la médiation, voir Óscar Mazín Gómez, Gestores de la real justicia : procuradores y agentes de las catedrales hispanas nuevas en la corte de Madrid, Mexico, El Colegio de México, 2007 ; ou encore, sur le rôle et la recommandation de certaines personnes éminentes à la Cour, I. Fosi, « Sovranità, patronage, e giustizia… », art. cit., p. 230-241 et « Rituali della parola. Supplicare, raccomandare e raccomandarsi a Roma nel Seicento », in Cecilia Nubola et Andreas Würgler (dir.), Forme della comunicazione politica in Europa nei secoli xv-xviii. Suppliche, gravamina, lettere, Bologne / Berlin, Il Mulino — Duncker & Humbolt, 2004, p. 329-349.

34 Pour un exemple, C. Tarruell, « Memorias de cautivos… », art. cit., p. 90-91. J’ai aussi traité l’intervention d’autres sortes de médiateurs dans « Peticionarios de mercedes… », art. cit.

35 Laissant pour des travaux ultérieurs le développement des résultats obtenus à partir de ma propre enquête sur les affaires des particuliers, je renvoie à l’analyse sur ce genre de questions contenue dans A. Brendecke, Imperio e información…, op. cit., p. 460-472. Cf. G. Gaudin, Penser et gouverner le Nouveau monde…, op. cit.

36 Michel Fontenay, « Esclaves et/ou captifs : préciser les concepts », in Wolfgang Kaiser (dir.), Le commerce des captifs. Les intermédiaires dans l’échange et le rachat des prisonniers en Méditerranée, xve-xviie siècles, Rome, EFR, 2008, p. 15-24.

37 Cf. Pablo Fernández Albaladejo, « Católicos antes que ciudadanos : gestación de una política española en los comienzos de la Edad Moderna », in José Ignacio Fortea Pérez (dir.), Imágenes de la diversidad : el mundo urbano en la Corona de Castilla (s. xvi-xviii), Santander, Universidad de Cantabria, 1997, p. 103-127.

38 Les travaux de José Javier Ruiz Ibáñez portant sur l’appui militaire espagnol du côté de la Ligue catholique française à la fin du xvie siècle, l’ont montré clairement : tous les acteurs concernés, depuis la grande noblesse jusqu’aux différents corps urbains, soutenaient cette intervention du Roi Catholique ; et pourtant, chacun d’entre eux mobilisait une conception différente – et souvent contradictoire – de ce que représentait la Monarchie à leurs yeux, projetant ainsi leurs propres aspirations. J. J. Ruiz Ibáñez, Laberintos de hegemonía. La presencia militar de la Monarquía Hispánica en Francia a finales del siglo xvi, Valladolid, Universidad de Valladolid, 2012. Cf. « Introducción : Las Monarquías ibéricas y sus vecindades », in Las vecindades de las Monarquías Ibéricas, Madrid, Fondo de Cultura Económica, 2013, p. 9-42.

39 Archivo Histórico Nacional (AHN), Estado, livre 330, fol. 15r. Madrid, 12 décembre 1608.

40 Un procédé qui a été étudié par Juan Francisco Pardo Molero pour le royaume de Valence durant le règne de Charles Quint : La defensa del Imperio. Carlos V, Valencia y el Mediterráneo, Madrid, Sociedad Estatal para la Conmemoración de los Centenarios de Felipe II y Carlos V, 2001, p. 36-50 et 278-279. Cf. J. J. Ruiz Ibáñez, « La presentación de las amenazas exteriores como sustento de la Monarquía hispana », in Xosé M. Núñez Seixas et Francisco Sevillano Calero (dir.), Los enemigos de España. Imagen del otro, conflictos bélicos y disputas nacionales (siglos xvi-xx), Madrid, Centro de Estudios Políticos y Constitucionales, 2010, p. 31-52.

41 Nous savons qu’il jouit au moins pendant un an de cette plaza muerta au château de Jaca dont il avait fait demande. AGS, Guerra Antigua, leg. 411, doc. 205 ; leg. 448, doc. 101 et, livre 72, fol. 152r (1594-1595).

42 AGI, Filipinas, leg. 1, doc. 6 ; leg. 5, doc. 8 et, leg. 339, livre 2, fol. 46r-48r ; AGI, Indiferente General, leg. 527, livre 1, fol. 269v-270r ; AGS, Estado, leg. 1692, s.f. ; leg. 1955, s.f. et, leg. 1966, s.f. ; AGS, Secretarías Provinciales, livre 750, fol. 605r-606v (1594- 1604). Il est intéressant de noter que quand en 1679 José de Veytia Linage élabora une compilation des avis du conseil et des décrets royaux les plus significatifs ou curieux qui se trouvaient parmi les papiers de la Nouvelle Espagne du conseil des Indes, il considéra pertinent de renseigner l’octroi d’un blason à Mauro Chefalo, « Grec », en janvier 1594. AHN, Códices, livre 752, registre 19. I. K. Hassiotis, Tendiendo puentes en el Mediterráneo…, op. cit., p. 276-278. Cf. Fabrizio d’Avenia, « Il mercato degli onori : i titoli di don nella Sicilia spagnola », Mediterranea. Ricerche storiche, 7 (2006), p. 283, note 72.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cecilia Tarruell, « Circulations entre Chrétienté et Islam. Quelques réflexions à propos des « méritos y servicios » au service de la Monarchie hispanique (xvie-xviie siècles) », Diasporas, 25 | 2015, 45-57.

Référence électronique

Cecilia Tarruell, « Circulations entre Chrétienté et Islam. Quelques réflexions à propos des « méritos y servicios » au service de la Monarchie hispanique (xvie-xviie siècles) », Diasporas [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 21 août 2017. URL : http://diasporas.revues.org/363 ; DOI : 10.4000/diasporas.363

Haut de page

Auteur

Cecilia Tarruell

Cecilia Tarruell est doctorante en co-tutelle internationale à l’EHESS et à l’Universidad Autónoma de Madrid. Ses recherches portent sur l’assimilation dans la société hispanique des individus ayant longtemps vécu en terres d’Islam entre la fin du xvie et le début du xviie siècle. Elle est l’auteur de plusieurs articles et chapitres de livres.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org