Navigation – Plan du site
Empires ibériques

Trajectoires ibériques, échappatoires romaines. Arpenter le cœur européen de la Monarchie catholique au second xvie siècle

Iberian Trajectories, Roman Excuses. Measuring the European Heart of the Catholic Monarchy in the Second Half of the 16th Century
Trayectorias ibéricas, escapatorias romanas. Recorrer el corazón europeo de la Monarquía católica del segundo siglo xvi
Boris Jeanne
p. 25-44

Résumés

Afin d’explorer de l’intérieur l’aspect concret des frontières de la Monarchie catholique qui réunit les couronnes d’Espagne et de Portugal de 1580 à 1640, l’article analyse les trajectoires d’ecclésiastiques en poste dans des territoires américains, et qui sont venus à Madrid puis à Rome pour diverses raisons et selon divers itinéraires, certains poursuivant le voyage en dehors des royaumes des Habsbourg, vers la France, l’Allemagne, les Pays-Bas. L’article entend démontrer le caractère politique des mobilités ecclésiastiques, en donnant un éclairage précis sur les choix qui s’offraient en Europe aux voyageurs qui avaient traversé l’Atlantique, ainsi que le rôle-pivot de Rome.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Rafael Valladares, La conquista de Lisboa. Violencia militar y comunidad política en Portugal, 1578 (...)
  • 2 Ce titre, concédé à Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon par Innocent VIII, a été obtenu à no (...)
  • 3 On utilisait ce terme médiéval pour désigner un groupe de ressortissants étrangers à l’intérieur d’ (...)
  • 4 Archivo General de Simancas (Ags), Estado, Roma.

1Lorsque Philippe II d’Espagne obtient la couronne de Portugal en 1580, il se retrouve à la tête d’un espace politique très vaste et très divers dont le seul dénominateur commun semble être le catholicisme, et c’est pourquoi l’appellation de « Monarchie catholique » est retenue pour désigner cet empire conjoncturel1. La proximité entre la cour de Madrid-Lisbonne et l’Église catholique est d’autant plus forte que Philippe II est également le maître de Naples et de Milan : les États pontificaux sont géographiquement encadrés par les possessions des Habsbourg de Madrid, ce qui fait que Rome fait presque partie des reinos (royaumes) du Roi Catholique2. La nation espagnole y est d’ailleurs la plus représentée3. Ainsi, Rome attire des individus et des groupes venus de tout l’empire, et l’analyse de ces circulations permet d’éclairer les rapports de force et les usages entre les différents territoires de Philippe II, dont l’homme de terrain est l’ambassadeur auprès de la curie pontificale : leur correspondance occupe un linéaire considérable à Simancas4, qui démontre toute l’attention que le Roi Prudent a pour les actions du pape – voire son obsession de savoir ce qui se trame à Rome.

  • 5 En attendant l’aboutissement de plusieurs programmes de recherche internationaux cherchant à affine (...)

2Centré sur le second xvie siècle, ce qui permet d’observer la bascule politique de 1 580 lors de l’union des deux couronnes, cet article présente quelques trajectoires d’individus ibériques passés par Rome en provenance des « nouveaux mondes » : Nouvelle-Espagne, Pérou, Brésil, Philippines, Inde, Chine. En effet, les circulations transatlantiques sont entièrement régies par la Carrera de Indias qui unit tous les ans Séville à La Havane (avant les prolongements vers le Mexique par Vera Cruz et vers le Pérou par Lima), de manière obligatoire. Cela permet à l’administration royale d’exercer un contrôle très abouti sur ces circulations strictement navales, alors que la surveillance des déplacements dans les territoires péninsulaires, européens ou méditerranéens (routes et ports) est évidemment plus difficile. Ainsi, l’analyse d’une trajectoire complète, et l’explication des choix d’itinéraires qui ont été faits pour chaque nouveau déplacement, peuvent illustrer, par la pratique, le niveau des relations entre la Couronne et ses royaumes (reinos), au-delà des discours et des cédules. Nous avons fait le choix d’observer les déplacements des ecclésiastiques ibériques entre l’Amérique (qui à l’époque va jusqu’aux Philippines), Madrid et Rome, car leur profession et leurs motivations imposent certains usages dont bénéficie la documentation – nous le verrons au début de l’analyse. Pourtant, rejoindre Rome pour y rencontrer le pape ou tout autre prélat romain n’a rien d’évident pour les clercs des nouveaux mondes, car depuis les bulles pontificales du second xve siècle, les souverains ibériques se sont fait reconnaître par le Saint-Siège « patrons » de leurs églises d’outre-mer, qu’ils entretiennent et administrent quasiment sans droit de regard de la curie pontificale – c’est ce qu’on appelle en castillan le patronato eclesiástico, et en portugais le padroado5. Comme l’attestent de nombreux documents que nous analyserons, il n’est pas « convenable » de s’adresser directement à Rome sans être d’abord passé devant le conseil des Indes, en ce qui concerne les reinos lointains associés à la Castille. Cela rend d’autant plus intéressantes les trajectoires de ceux qui reviennent des nouveaux mondes, espaces de forte et récente évangélisation, pour apporter des informations de première main au cœur le plus ancien de la Chrétienté. Surtout que ces trajectoires ne s’arrêtent pas toujours à Rome, voire ne sont pas uniquement circonscrites à l’espace de la Monarchie catholique : le magistère universel du Saint-Siège invite également à se rendre dans des endroits de Contre-réforme, aux Pays-Bas, dans le Saint Empire ou en France, et la surveillance du roi d’Espagne n’y est plus aussi évidente. Les choix d’itinéraire y sont peut-être alors encore plus révélateurs des implications politiques de la mobilité à l’époque moderne.

Trajectoires centripètes

  • 6 Philippe Boutry et Bernard Vincent (dir.), Les chemins de Rome. Les visites ad limina à l’époque mo (...)

3Traverser l’océan Atlantique puis prolonger la route vers Rome est un très long voyage, dont on peut commencer par questionner les motivations. Il s’agit principalement dans notre étude d’ecclésiastiques aux motivations religieuses : les laïcs circulent également sur cet axe, mais ils sont bien plus difficiles à suivre. En effet, les ecclésiastiques ne se déplacent pas selon leur bon vouloir : les séculiers sont attachés à leur paroisse, à leur cure d’âmes, et les réguliers sont au moins astreints à passer la nuit dans leur couvent, indépendamment de leurs activités diurnes, en ce qui concerne les trois ordres installés précocement aux Indes occidentales – franciscains, dominicains, augustins – avant l’arrivée des jésuites dans ces territoires (1549 pour le Brésil, 1572 pour la Nouvelle-Espagne). Tout déplacement nécessite donc l’autorisation explicite du supérieur hiérarchique : l’évêque, le provincial. En conséquence, tout déplacement doit être motivé, et le cas le plus retrouvé est celui de la participation aux instances représentatives des ordres, notamment les chapitres généraux, ou la désignation afin d’aller défendre une cause en cour de Madrid et/ou de Rome. Le clergé séculier américain met un siècle à rentrer dans le système des visites ad limina, qui exige de chaque évêque de se rendre périodiquement à Rome afin de rendre compte de l’état de son diocèse, selon un questionnaire qui a fini par devenir type6. Le concile de Trente a rappelé tous les évêques à cette obligation. Cependant, dans le cadre des diocèses américains, ce n’est jamais l’évêque lui-même qui se déplace jusqu’aux seuils des apôtres, sans quoi il manquerait à sa cure d’âmes pendant au minimum deux ans – ce qui est tout à fait contraire à l’esprit pastoral développé par le même concile de Trente. Un représentant, ecclésiastique, est donc désigné pour cette tâche.

  • 7 Guillaume Gaudin, Penser et gouverner le Nouveau Monde au xviie siècle. L’empire de papier de Juan (...)

4Le voyage entre l’Amérique et Rome que nous proposons d’analyser comporte de manière évidente au moins deux parties : le seul itinéraire possible entre les Indes et la Péninsule est celui de la Carrera de Indias, et aboutit donc invariablement à Séville en septembre. Fréquemment, ces représentants se dirigent ensuite vers Madrid, où le conseil des Indes apprécie, voire impose, qu’on lui rende des comptes, étant donné ses difficultés d’information sur lesquelles on a déjà beaucoup écrit, de la visite de Juan de Ovando dans les années 1560 au récent ouvrage de Guillaume Gaudin7. Ensuite, il faut quitter la Péninsule pour gagner Rome : les chemins sont alors plus divers, par voie de terre comme par voie de mer, ou encore en combinant les deux. Une analyse attentive de ces choix d’itinéraire est alors bien souvent révélatrice des intentions du voyageur.

Des reinos ultra-marins à la Péninsule

  • 8 Huguette et Pierre Chaunu, Séville et l’Atlantique (1504-1650), 11 vol., Paris, Armand Colin / Sevp (...)
  • 9 Arcángel Barrado, « San Francisco el Grande », in Verdad y Vida, 1/1943, p. 23-26, cité dans Pedro (...)

5Pour diverses raisons, économiques, politiques, culturelles, la Couronne exerce un contrôle strict des déplacements entre les Indes occidentales et l’Europe, qui s’exprime avant tout par la réduction de ces circulations transatlantiques à une unique flotte, réunie à La Havane à la fin de l’été avec des bateaux en provenance de Vera Cruz et du Callao. Tous les bateaux sont ensuite conduits vers Séville, après un passage par les Açores, la côte de l’Algarve, et Sanlúcar de Barrameda ouvrant sur l’estuaire du Guadalquivir8. N’épiloguons pas sur les possibilités d’échapper à la surveillance royale lors de ces moments : les marchandises descendent parfois un peu avant l’Arenal (quartier du port à Séville), mais peu les hommes, qui débarquent bien à Séville comme prévu. Dans le cas des franciscains, ils doivent même se mettre sous la direction du gardien du couvent de Séville, pendant toute la durée de leur séjour européen, lui seul est habilité à leur valider un nouveau bon de sortie vers une autre destination9. Quand on vient du Brésil ou de Goa, c’est Lisbonne qui fait figure d’étape obligatoire.

  • 10 D’autres dépôts ont également été visités afin de construire et documenter ce corpus, on en trouver (...)
  • 11 La plupart des cas analysés concernent des ecclésiastiques nés en péninsule Ibérique, qui reviennen (...)
  • 12 Tous les détails institutionnels du fonctionnement de l’ordre des frères mineurs sont présentés dan (...)
  • 13 Nous les avons suivis dans les documentations mexicaine (éditée par Joaquin García Icazbalceta), ma (...)
  • 14 Ce texte, dont les manuscrits n’ont été édités qu’au xixe siècle, a cependant nourri les pages de l (...)

6L’analyse d’un corpus d’une centaine de personnages entre les années 1560 et 1590, évidemment loin d’être exhaustif mais bien documenté par des recherches aux archives secrètes du Vatican (ASV) et aux archives des Indes (AGI) 10, permet cependant de proposer une liste des motivations à quitter les nouveaux mondes pour (re) venir11 dans le Vieux Monde et aller à Rome : nous en avons extrait les exemples les plus significatifs pour appuyer notre exploration des frontières internes puis externes de la Monarchie catholique, considérées du point de vue des mobilités ecclésiastiques. La situation la plus observée est celle des missionnaires mandatés par leur province ecclésiastique (ils sont alors élus par les définiteurs de la province, eux-mêmes élus lors du chapitre provincial12) pour aller la représenter au chapitre général de l’ordre, comme c’est le cas pour les franciscains Miguel Navarro et Gerónimo de Mendieta en 157113. Le provincial et son secrétaire s’embarquent à Veracruz en 1570 avec un but clairement défini : demander au conseil des Indes l’envoi en Nouvelle-Espagne de nouveaux frères péninsulaires afin d’éviter un recrutement local jugé préjudiciable à une bonne évangélisation (à cause des préjugés que ces hommes de la première vague de missionnaires ont contre les Créoles), et profiter du chapitre général de l’Ordre qui se tient à Rome en 1571 pour produire la même démarche auprès du pape Pie V et du ministre général de la famille ultramontaine de l’observance franciscaine nouvellement élu. Après quelques avatars sur lesquels nous reviendrons, Navarro et Mendieta reprennent le bateau en 1573 avec 80 coreligionnaires : leur objectif a donc été atteint, et même au-delà, puisque le Français Christophe de Cheffontaines, ministre général élu à Rome avec l’appui peu discret de Pie V (ce qui provoque la colère de Philippe II, habitué à placer un pion espagnol ou italien à la tête de l’Ordre), commande à Mendieta la rédaction d’une histoire de la construction de la province du Saint-Évangile, dont les manuscrits sont appelés à devenir la Historia Eclesiástica Indiana14. En effet, afin d’appuyer sa demande d’envoi de religieux péninsulaires, Navarro avait pris soin d’emporter avec lui des documents rédigés par Bernardino de Sahagún sur la culture indigène des Mexicas, toujours fortement implantée dans les habitudes locales malgré les efforts des missionnaires, ainsi que le récit des premières tentatives de conversion de la noblesse de Mexico par les douze premiers missionnaires. C’est pourquoi Breve compendio (version embryonnaire de la Historia general de las cosas de Nueva España) et Coloquios (édités très tardivement par Miguel León-Portilla) sont conservés dans les armoires du château Saint-Ange aux archives du Vatican. Le détour romain est perçu par les contemporains comme une alternative à l’étape madrilène.

  • 15 Pedro Borges Morán, ofm, « Un reformador de Indias y de la Orden franciscana bajo Felipe II : Alons (...)
  • 16 Robert H. Barlow & George T. Smisor, Nombre de Dios, Durango. Two Documents in Náhuatl concerning i (...)
  • 17 Sur cette congrégation de 1568, lire Pedro Borges Morán, Ofm, « Nuevos datos sobre la comisión pont (...)
  • 18 La bonne opinion de Pie V à l’égard du plaidoyer de Maldonado est attestée par la correspondance du (...)

7Ainsi, certains ayant fait le voyage uniquement pour dénoncer auprès des autorités madrilènes la gravité d’une situation locale, se trouvaient donc assez naturellement amenés à voyager vers Rome au moment où ils comprenaient que personne ne les écouterait au conseil des Indes, à l’exemple d’Alonso Maldonado de Buendía en 1562. Ce franciscain de très bonne famille, dont le parcours européen a été analysé par une série d’articles de Pedro Borges Morán15, avait été choqué par le sort réservé aux Chichimèques lors de la guerre de 1561, et il entend le faire savoir en Péninsule. Cette campagne de dénonciation de l’attitude violente des autorités coloniales espagnoles (vice-roi, audiences) à l’égard des populations nomades des terres septentrionales reculées de Nouvelle-Espagne, que les franciscains essayaient de convertir par des expériences originales de multiculturalisme16, l’amène plusieurs fois en audition auprès du conseil des Indes, mais aussi auprès de la déjà très respectée Thérèse d’Avila, sans que Philippe II ni son Conseil ne se décident à désavouer les décisions du vice-roi de Nouvelle-Espagne : Maldonado rédige donc une Defensa de los pequeñuelos evangélicos à l’attention du nonce apostolique à Madrid. Dans le contexte de l’époque qui est celui du patronato eclesiástico mis en place pour les souverains ibériques depuis le milieu du xve siècle, il s’agit là clairement d’une violation de la convenance diplomatique, et Maldonado est assigné à résidence dans un couvent de Salamanque en 1568. Cependant, par l’intermédiaire du nonce, le mémoire est bien parvenu jusqu’à Rome, où la congrégation cardinalice pour l’Amérique vient à peine de se séparer17 : tout comme Pie V18, le cardinal Crivelli trouve donc le plus grand intérêt à ce texte, et invite officiellement Alonso Maldonado de Buendía au chapitre général de l’ordre, dont il est le cardinal-protecteur, à Rome en 1571.

  • 19 Pierre Ragon, Les Indiens de la Découverte. Évangélisation, mariage et sexualité, Paris, L’Harmatta (...)
  • 20 Serge Gruzinski, L’aigle et le dragon. Démesure européenne et mondialisation au xvie siècle, Paris, (...)
  • 21 Juan Carlos Estenssoro Fuchs, Del paganismo a la santidad. La incorporación de los indios del Perú (...)
  • 22 José de Acosta, si, Obras del P. José de Acosta, Madrid, Atlas, 1954, en particulier l’introduction (...)

8On peut également traverser l’Atlantique dans le sens Retour quand un conflit entre religieux ne parvient pas à être tranché localement : on s’adresse alors aux autorités de tutelle comme le conseil des Indes, et dans le cas des ecclésiastiques, Rome s’avère également une voie de recours – ce qui démontre à nouveau la porosité fréquente de la barrière du patronato eclesiástico. L’exemple le plus étudié est celui des dominicains de Nouvelle-Espagne en appelant à l’arbitrage de Paul III devant l’abondance des baptêmes donnés par les franciscains aux Indiens, et aboutissant à la condamnation de ces baptêmes de masse franciscains par l’une des bulles de 153719. Il n’y avait alors eu, à notre connaissance, aucun déplacement de dominicains ni de franciscains vers Rome ou Madrid. Nous pensons donc plutôt, pour étoffer notre analyse, à un projet d’invasion de la Chine via Macao monté par les grands commerçants des Philippines, et proposé à leurs homologues de Mexico20 : le jésuite Alonso Sánchez, ancien recteur du collège de Mexico passé depuis par Manille, Canton et Macao, vient défendre ce projet à Mexico – puisqu’il permettrait également l’évangélisation de l’Empire du Milieu – mais se heurte à une forte réprobation de la part de ses coreligionnaires de Nouvelle-Espagne. Quand ces derniers comprennent que Sánchez entend partir pour Madrid afin de présenter le projet à Philippe II en audience royale, ils demandent donc à José de Acosta, récemment arrivé du Pérou auréolé de la réussite du troisième concile provincial de Lima21, d’accompagner Sánchez afin de ne pas le laisser convaincre le roi. Les deux jésuites défilent à tour de rôle devant le Roi Prudent, fort peu concerné par cette entreprise aux confins extrêmes de son empire, mettant en connexion le territoire qui porte son nom – les Philippines –, avec Macao – un poste avancé portugais devant la Chine dont il assume la tutelle depuis peu – en vertu de l’union des deux couronnes. Au cours de ces audiences, Philippe II décèle un exceptionnel potentiel diplomatique et intellectuel chez Acosta, qu’il décide d’envoyer à Rome pour une mission des plus délicates : remettre en cause l’autorité du général Acquaviva et le vœu d’obédience pontificale de la Compagnie de Jésus, afin de regrouper les jésuites des provinces relevant de la Monarchie catholique sous l’autorité directe du Roi Catholique22. Les rôles s’inversent alors : envoyé à Rome, Acosta se trouve désormais surveillé et marqué par Sánchez dans la Ville où Acosta intrigue pour réunir une congrégation extraordinaire.

  • 23 Jean-Pierre Berthe, « Les rapports des visites ad limina des évêques de Nouvelle-Espagne aux xvie e (...)
  • 24 C’est là la base d’un débat sur l’emploi du terme « colonie » quant aux reinos de l’empire ibérique (...)

9Les voyageurs sur l’axe Mexico-Madrid-Rome ne sont pas obligatoirement en situation de tension comme dans les quelques cas que nous venons d’évoquer. Il peut également s’agir d’aller simplement présenter un rapport de l’état de la province, d’abord auprès du conseil des Indes, puis de la Curie, selon la convenance établie par l’usage du patronato eclesiástico. Ceux qui partent, ainsi officiellement investis, peuvent alors recevoir incidemment diverses missions connexes. Ainsi, on a vu un porteur de rapport de visite d’un certain diocèse se retrouver avec le rapport d’un autre diocèse car les émissaires choisis par l’évêque étaient morts avant d’arriver à Rome. En 1592, le jésuite Pedro Morales, ancien recteur du collège de Mexico (où il avait organisé la grande fête de réception de reliques en 1578) puis recteur du collège de Puebla, est désigné par le troisième concile provincial pour se rendre à la congrégation extraordinaire provoquée par l’arrivée d’Acosta à Rome face à Acquaviva : l’évêque d’Oaxaca, Bartolomé de Ledesma, en profite pour lui remettre un rapport de visite ad limina que le jésuite aura à présenter à la Curie23. Parallèlement, l’évêque de Puebla Diego Romano mandate deux autres religieux pour le représenter aux seuils des apôtres, Diego Beteta et Francisco Lopez Montoya, avec un rapport de visite que nous avons retrouvé dans les archives du Vatican, mais dans une version présentée à Clément VII et à la Congrégation du Concile par… Pedro Morales, le procurateur de l’évêque d’Oaxaca. En effet, entre-temps Beteta a péri en mer et López Montoya est décédé à Rome. Afin de rassurer le pape et les prélats qui assistent à l’audience pontificale, Morales se sent obligé de préciser qu’il habite à Puebla depuis dix ans, et qu’il y assume la charge de recteur du collège jésuite. En manque de procurateur, il semble assez logique que l’évêque se soit tourné vers lui, puisque déjà présent à Rome, pour rendre compte du diocèse d’Oaxaca. Cette anecdote n’en est pas une : elle permet de placer la toute première visite ad limina concernant un diocèse du Nouveau Monde en 1592, et ainsi les églises des nouveaux mondes entrent dans le fonctionnement habituel, non-exotique, des diocèses catholiques. Il s’agit donc d’un indice fondamental de compréhension des reinos d’outre-mer, qui ne se vivent pas comme des territoires différents des reinos européens24.

  • 25 José de Acosta, si, « Diario de la Embajada a Roma », in Obras…, op. cit.

10Cela dit, ce genre de procurature occasionnant un voyage vers la péninsule Ibérique puis Rome peut clairement, mais toujours implicitement, être dicté par l’ambition, puissant moteur de départ. On retrouve alors l’exemple du jésuite Acosta, qui après sa réussite au troisième concile de Lima n’est à Mexico que pour préparer son arrivée à l’Escurial : s’il accepte de chaperonner Sánchez, c’est parce qu’il sait que cela lui permettra d’accéder plus facilement à Philippe II. Et s’il poursuit sa route vers Rome, c’est parce que le Roi Prudent lui a confié une mission bien particulière à l’égard des statuts de la Compagnie. Acosta perçoit pourtant très bien les enjeux de cette mission et les torts qu’elle peut causer à la Compagnie, et comme pour se préparer à se dédouaner des actes qu’il va commettre et provoquer, il tient journal de son ambassade à Rome25.

  • 26 Sur la conjuration du marquis del Valle, Gregorio Salinero, La trahison de Cortés. Désobéissances, (...)
  • 27 Georges Baudot, Utopie et Histoire au Mexique. Les premiers chroniqueurs de la civilisation mexicai (...)
  • 28 Isaac Vázquez Janeiro, ofm, « Fray Diego Valadés, nueva aproximación a su biografía », in Aia, 48/1 (...)
  • 29 Juan Focher, Ofm, Itinerarium catholicum, Séville, Apud Alfonsum Scribanum, 1574. Traduction en cas (...)

11Une même ambition anime le franciscain Diego Valadés quand il constate, à l’issue de la répression de la conjuration du marquis del Valle à Mexico entre 1565 et 1568, que ses possibilités d’évolution de carrière sont bloquées en Nouvelle-Espagne26. Né en 1533, protégé de Pierre de Gand, graveur, latiniste, missionnaire dans divers endroits de la province et donc devenu trilingue nahuatl-otomí-tarasque, ayant même participé aux expériences franciscaines de sédentarisation des Chichimèques (une autre voie que celle dénoncée par Maldonado de Buendía dans toutes les cours où on veut bien l’écouter dans les années 1560), il est aussi fils de conquistador de Mexico très lié aux Cortés, fils illégitime d’une Indienne de son encomienda, et donc métis. Pourtant, malgré ces impressionnantes formations et expériences, et en dépit de la puissance de son réseau, Diego Valadés n’a encore obtenu aucune prélature en 1571. Il prend alors le bateau pour Séville, officiellement avec la mission d’y éditer les textes missiologiques de Juan Focher. Mexico dispose bien d’une imprimerie depuis 1535, mais évidemment éditer à Séville donnerait un impact beaucoup plus fort à ces textes. L’Itinerarium Catholicum ne sort des presses sévillanes qu’en 1574 : entre-temps, Valadés s’est précipité vers Paris (fig. 1), malgré le climat pesant des affrontements entre catholiques et huguenots, afin d’y rencontrer Christophe de Cheffontaines, le ministre général de l’Ordre élu à Rome pendant que Valadés traversait l’océan. Cette entrevue pour le moins improvisée et dangereuse (Valadés traverse la France des guerres de Religion à l’hiver 1571-1572), montre toute l’ambition de ce franciscain né en Nouvelle-Espagne, et lui apporte au moins deux choses : il est mandaté par Cheffontaines pour aller renouveler sa confiance à Mendieta, terré dans son couvent d’origine de Vitoria en attendant que le conseil des Indes fasse aboutir sa demande de renforts franciscains pour la province du Saint-Évangile27 ; il a eu un premier contact direct avec le prélat, qui saura se souvenir de lui en temps voulu. Valadés, brièvement sorti des circuits impériaux pour se rendre au cœur du territoire de l’ennemi français, revient donc vers la Péninsule avec une première étape au couvent de Vitoria où il retrouve Mendieta. Celui-ci lui rédige une lettre d’introduction auprès du conseil des Indes dont nous disposons, et qui montre au passage que Mendieta avait ses contacts au sein du Conseil28. En revanche, nous ne savons toujours pas ce que Valadés a tenté auprès dudit Conseil ; sans doute rien n’a pu aboutir, puisque l’on retrouve Valadés à Séville en 1573, d’où il voit repartir Navarro et Mendieta vers la Nouvelle-Espagne, avec 80 jeunes recrues. En 1574 sortent des presses sévillanes d’Alonso Scribano les textes de Focher réunis par Valadés sous le nom d’Itinerarium catholicum, ce qui fait de lui l’éditeur du premier texte missiologique écrit dans le Nouveau Monde et publié dans l’Ancien29. Valadés est alors prêt pour le chapitre intermédiaire de l’Ordre qui se tient à Rome en 1575, année jubilaire, où il retrouve Cheffontaines.

  • 30 Archivo Romano Societatis Iesu (Arsi). Mon. Mex., vol. 1, ff. 247-276.
  • 31 Asv. Segr. Stato ; Spagna, vol. 25, ff. 248-249.
  • 32 Ce projet a déjà donné lieu à plusieurs articles de Pedro Borges Morán, ofm, León Lopetegui, si, et (...)
  • 33 De nombreux passage de sa correspondance avec le nonce insistent sur la nécessité de conserver ce p (...)
  • 34 ASV. Segr. Stato ; Spagna, vol. 25, ff. 248-249.

12Signalons une dernière espèce de motivation à traverser l’océan Atlantique : arrivé en Nouvelle-Espagne en 1574, le jésuite sicilien Vincenzo Lenoci a le mal du pays, et le fait savoir dès 1 580. Professeur de rhétorique au collège de Mexico et mathématicien, il écrit au général vouloir entrer dans une chartreuse afin de justifier son retour en Europe. Il adresse également sa demande auprès du pouvoir temporel, mais au lieu de l’envoyer au vice-roi de Sicile, il préfère écrire au régent de Sicile à Rome30. Amené sur la route de Madrid pour y rendre des comptes après sa traversée – ce qui semble conforme à l’usage du patronato eclesiástico et des circulations impériales que nous avons décrites précédemment –, son nom se retrouve au cœur de la correspondance entre le cardinal secrétaire d’État Tolomeo Gallio et le nonce à Madrid Filippo Sega31. À cette époque, et à la suite de la congrégation cardinalice de 1568, la secrétairerie d’État vaticane cherche à mettre sur pied un projet de nonciature permanente à Mexico, ce qui cette fois est tout à fait contraire à l’esprit du patronato eclesiástico32. Craignant donc la réaction du souverain33, Gallio ordonne explicitement à Sega d’intercepter Lenoci avant son départ d’Espagne sur une galère génoise en direction de la Sicile, afin de lui demander comment cette nonciature serait accueillie à Mexico34. Les trois ecclésiastiques sont Italiens, échangent en italien, et cet épisode de la « nonciature indienne » rappelle l’importance de la donnée italienne dans les circulations impériales de la première modernité.

  • 35 Genoveffa Palumbo, Giubileo giubilei. Pellegrini e pellegrine, riti, santi, immagini per una storia (...)

13Il existe sans doute encore beaucoup d’autres motivations à venir dans la Ville pour un ecclésiastique, par exemple participer au jubilé35. Mais nous avons privilégié celles qui apparaissent explicitement dans nos sources : elles concernent une députation officiellement enregistrée, un conflit local qui a laissé des traces dans les archives, ou bien une demande particulière faisant l’objet d’un traitement administratif – qui pouvait d’ailleurs être une simple correspondance. Dans tous les cas retenus, il y avait après l’arrivée à Séville, systématique, et un passage par Madrid, éventuel, un autre déplacement aboutissant à Rome. Cette transition plus ou moins directe de la péninsule Ibérique à la Ville éternelle, après la traversée de l’océan, est riche d’enseignements politiques selon la forme qu’elle prend et l’itinéraire qu’elle choisit, sous la surveillance étroite des hommes du Roi Catholique.

De la péninsule à Rome

  • 36 Jean Delumeau, Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du xvie siècle, Paris, De B (...)

14Rappelons d’ailleurs que le chemin de Rome est avant tout une voie de pèlerinage : on pourrait donc trouver étonnant que l’accès en soit règlementé à l’intérieur d’un espace contigu de chrétienté d’obédience romaine. D’autre part, comme l’avait établi Jean Delumeau36, l’axe Madrid-Rome est historiquement le premier courrier régulier européen : l’itinéraire semble donc balisé, pratiqué, maîtrisé. Mais plusieurs raisons conjoncturelles invitent la Couronne à y surveiller les voyageurs, ce qui peut inciter les inquiets à trouver des alternatives à la route principalement usitée. C’est pourquoi l’observation de ces circulations nous paraît si pertinente dans la perspective de la compréhension du fonctionnement concret de la Monarchie catholique.

15En effet, entre la péninsule Ibérique et la péninsule Italienne, il y a au moins la France, voire la Confédération helvétique sur certains itinéraires. Au second xvie siècle, ce ne sont plus des espaces de chrétienté exclusivement romaine. Ce sont même des ennemis de l’Espagne. Le sud du royaume de France, et en particulier les Pyrénées à l’image du Béarn, a vu s’enraciner de nombreuses communautés huguenotes pour qui un moine espagnol peut tout avoir de l’espion ; les cantons suisses ont presque tous fait leur réforme dans la haine de Rome, des papistes et des abus de leur clergé. Ainsi, la voie classique entre la péninsule Ibérique et Rome, qui traverse d’abord les Pyrénées puis les Alpes afin de rattraper la via Francigena et d’arriver à Rome par le nord, peut apparaître dangereuse pour les circulations ecclésiastiques ibériques.

16D’autre part, Philippe II étant le patron de ses Églises ultra-marines, il apprécie peu que des informations de première main concernant ces espaces et ces croyants remontent directement vers leur tutelle supposée, Rome, dont la mise à l’écart a été obtenue au prix de considérables efforts diplomatiques (négociations des bulles du xve siècle), financiers (constructions des édifices religieux inexistants dans les nouveaux mondes), et politiques (forte attention portée au choix des nominations pour les bénéfices supérieurs avant leur présentation au consistoire). On se souvient du très fort mécontentement de Charles Quint à l’annonce des bulles de Paul III en 1537 ; pour Philippe II, le pape est un étranger qui n’a pas à se mêler des affaires de ses royaumes. Cela est d’autant plus vrai quand l’informateur déborde du cadre ecclésiastique : Alonso Maldonado de Buendía, assigné à résidence, parvient à gagner Rome à l’invitation du cardinal Crivelli, or on sait à quel point il souhaite dénoncer la manière dont on a fait la guerre aux Chichimèques en Nouvelle-Espagne. La portée de sa critique s’est étendue à toute l’organisation des missions outre-mer, et même des provinces péninsulaires. L’ambassadeur d’Espagne à Rome, Juan de Zúñiga, est aussitôt chargé par le roi d’intercepter le franciscain avant sa présentation auprès de la Curie.

17Il s’agit donc parfois de brouiller les pistes, surtout si l’on est déjà surveillé en Péninsule, et cela montre déjà simplement que la Monarchie catholique est bien un territoire, maîtrisé et contrôlé malgré son immensité, au moins dans sa portion européenne : la Couronne est présente dans les reinos. Nous avons décrit plus la route classique entre Madrid et Rome, qui est terrestre et qui passe par le sud de la France afin d’aboutir à la via Francigena (fig. 1). La route maritime est également empruntée, puisque par les possessions aragonaises et les alliances avec la république de Gênes, le bassin occidental de la Méditerranée est un lac ibérique – à quelques Barbaresques près : on embarque à Séville ou Barcelone pour Ostie ou Gênes. Cette voie est privilégiée par les Italiens comme Vincenzo Lenoci cherchant à retourner dans sa natale Sicile.

  • 37 Ags, Patronato eclesiástico, leg. 2 s.f. et leg. 3 s.f.
  • 38 Georges Baudot, Utopie et Histoire au Mexique, op. cit., p. 484.

18Quelles en sont les variantes ? Pour gagner Rome, Alonso Maldonado de Buendía choisit de s’embarquer à Lisbonne : la discrétion de son départ selon un itinéraire qui lui évite de passer par Madrid lui a vraisemblablement permis de gagner le temps nécessaire pour échapper à l’attente locale de Zúñiga, prévenu trop tard de l’arrivée à Rome du franciscain. Maldonado a donc le temps de se rendre dans le palais du cardinal Crivelli, où il ne peut plus être inquiété par la soldatesque espagnole, fortement présente à Rome. D’autres ont moins de chance : quand Philippe II apprend, sur dénonciation, que Christophe de Cheffontaines et son procurateur Diego Valadés ont négocié directement auprès de Grégoire XIII de nouvelles installations franciscaines en Nouvelle-Espagne et au Pérou, ce qui est une violation manifeste du patronato eclesiástico (non-respect de la « convenance », écrit l’ambassadeur à son roi37), le Roi Catholique exige le départ de la Curie du procurateur, et Valadés raconte à mots couverts dans la Rhetorica Christiana avoir dû partir très brusquement vers Pérouse, où le livre a fini par paraître, malgré l’interdiction de 1577 de publier tous travaux ayant trait au passé précolonial des Indiens38. Ses mots sont alors violents à l’encontre de l’Espagne : c’est sans doute à partir de ce moment que Valadés ne se sent plus aussi fidèle à son roi Philippe II qu’au pape Grégoire XIII, et qu’il se trouve complètement happé par la spirale romaine selon un mécanisme lourd de conséquences pour le reste de sa carrière. Tous les Ibériques ne sont pas aveuglément fidèles à leur souverain…

Trajectoires centrifuges

  • 39 Il figure même dans le Dictionnaire biographique des Italiens !
  • 40 Alfonso Chacón, op, Bibliotheca libros et scriptores ferme cunctos ab initio mundi ad annum mdlxxxi (...)
  • 41 Boris Jeanne, « Les États pontificaux face à Philippe II, marge ou centre alternatif de la Monarchi (...)
  • 42 Pedro Cardim, Tamar Herzog, José Javier Ruíz Ibáñez et Gaetano Sabatini (dir.), Polycentric Monarch (...)

19Remarquons d’ailleurs à quel point certains de ces personnages se détachent, une fois à Rome, de l’orbite ibérique, aveuglés par les phares de la Ville, par le luxe et le prestige des palais cardinalices où, à l’issue du concile de Trente, se réunissent des congrégations destinées à réformer tous les outils du catholicisme universel. Tous ne tournent pas le dos à la Couronne, à l’instar du dominicain andalou Alfonso Chacón, plus connu à Rome sous le nom de Ciacconinus39, avec lequel il a assuré la publication d’une bibliothèque universelle idéale. Chacón demeure un fidèle informateur des divers conseils de Philippe II40. Mais pour les déçus de la Couronne, Rome devient une évidence où chacun se sent au centre du monde. Papes et cardinaux se nourrissent avec appétit des expériences que chacun ramène des quatre parties du monde, car le Saint-Siège croit avoir à œuvrer partout. Étant donné la superficie des empires portugais et espagnol, a fortiori pendant l’union des deux couronnes, la très forte présence ibérique à Rome explorée par Thomas Dandelet n’en a que plus de justifications : c’est ce qui nous avait fait proposer Rome comme « centre alternatif » 41 d’une monarchie de toute façon « polycentrique » 42.

20Cependant, la plupart des individus de notre corpus ne sont pas définitivement restés à Rome, et si la plupart sont retournés à leur couvent puisque la règle veut qu’ils y demeurent, tous ne sont pas revenus à leur point de départ, et dans tous les cas l’analyse de leur trajectoire post-romaine présente autant d’intérêt dans l’appréhension du fonctionnement de la Monarchie catholique et des rapports de force entre les territoires ibériques. Cela est d’autant plus manifeste que certains sortent du cadre strictement frontalier des reinos.

Après Rome

21Cette piste de recherche et de réflexion trouve sa source dans notre enquête sur la partie finale de la trajectoire de Diego Valadés. En 1577, le franciscain est poussé vers la sortie alors qu’il lui restait deux années de procurature auprès de la Curie : il se réfugie à Pérouse où il trouve un éditeur compétent pour les ambitions de sa Rhetorica Christiana et de ses 27 gravures, Pietro Petruzzi (fig. 2).

  • 43 Références précises et sources à propos de cette enquête dans la troisième partie de la thèse : Mex (...)
  • 44 BnF Richelieu ; Estampes et photographies ; magasin AA-1 (VALADES, Diego).
  • 45 Ces obituaires sont à consulter sur place et nous savons gré à Giovanni Pizzorusso d’avoir facilité (...)

22On le sait ensuite à Florence en 1 580 pour la révision d’un ouvrage de Duns Scot, puis à Rome en 1581 où il rejoint la congrégation antimagdebourgeoise du cardinal Sirletto43. Le cardinal-bibliothécaire, déjà croisé au Vatican entre 1575 et 1577, l’appointe pour la rédaction d’une réponse aux protestants de Magdebourg érigeant une vaste histoire ecclésiastique année par année depuis Jésus : Valadés répond en 17 Assertions catholiques, qui sont autant d’erreurs fondamentales des protestants à ses yeux. Le livre ne verra jamais le jour, bien qu’on en trouve le manuscrit abouti à la Bibliothèque apostolique vaticane, mais il permet à Valadés de mettre le pied dans la controverse antiprotestante, dans une optique de Contre-réforme qui correspond bien davantage aux attentes espagnoles, puisqu’elle n’évoque pas la situation des reinos d’outre-mer mais au contraire porte un sévère jugement sur d’autres espaces qui se sont détournés de la foi et de la discipline romaines. Cette orientation de carrière, qui n’a donc plus rien à voir avec l’Amérique (une seule allusion au Mexique dans les Catholicae Assertiones) mais qui capitalise sur son expérience de missionnaire spécialiste de la rhétorique de conversion, semble confirmée par la découverte, au cabinet des estampes de la Bibliothèque nationale de France, de deux gravures signées Diego Valadés, mais qui n’ont visiblement leur place dans aucun des ouvrages connus du franciscain44. Ces deux planches sont pour la première une figuration de l’Église chrétienne comme un bâtiment sur une île au bord d’une mer où se noient les réformateurs les plus notoires de l’époque, et pour la seconde un jardin des âmes d’où pousse une croix du Christ à l’abri des passions. Que font ces documents à Paris ? Qui plus est, dans un portfolio légendé en couverture : « par un moine franciscain des Pays-Bas » ? N’ayant trouvé trace de la mort de Valadés dans aucun des obituaires des couvents franciscains de Rome, ni d’un éventuel retour en Nouvelle-Espagne dans les registres d’embarquement de la Carrera des Indias45, il nous avait déjà fallu envisager la possibilité que Valadés ait terminé sa vie ailleurs qu’à Rome ou Mexico : la découverte de ces deux gravures parisiennes, signées, nous ramenait donc sur la piste parisienne, que Valadés avait déjà empruntée. Il était déjà passé par Paris en 1572 et aurait pu à nouveau y retrouver Cheffontaines aux Cordeliers. L’autre itinéraire septentrional possible aurait été que Valadés, graveur expérimenté ayant fait ses armes de polémiste contre-réformateur dans la congrégation antimagde bourgeoise de Rome, aurait pu chercher un nouveau rebond de carrière en allant présenter son travail au plus grand éditeur de la Contre-réforme, l’Anversois Christophe Plantin.

  • 46 Les lettres de Mendieta au conseil des Indes sont très bien éditées au Mexique par Joaquin García I (...)

23En l’absence de réponse pour le moment, tournons-nous plutôt vers les autres protagonistes de ce dossier : que peuvent nous apprendre leurs circulations dans l’empire et à ses frontières après leur passage par Rome ? Le personnage pourtant très intéressant d’Alonso Maldonado de Buendía est paradoxalement celui qui nous apporte le moins de grain à moudre. Dans la liste des franciscains de Nouvelle-Espagne présents en péninsule Ibérique pour l’année 1570, réclamée par le conseil des Indes et rédigée par Gerónimo de Mendieta pendant son séjour forcé à Vitoria, Maldonado n’est pas signalé à Séville comme la plupart de ses coreligionnaires, mais en Galice à Saint-Jacques-de-Compostelle, car il appartenait initialement à la province de Santiago. Il y est retourné après son séjour à Rome, muni de lettres de recommandation auprès de Philippe II rédigées par Pie V – une forme de retraite donc, sans aucune signification politique. Ce fut également le cas du jésuite Lenoci, rentré en Sicile mais jamais allé jusque dans une chartreuse, ce qui démontre bien (a posteriori) qu’il s’agissait là d’un prétexte pour retourner à l’ombre des citronniers. Concernant Miguel Navarro et Gerónimo de Mendieta, Valadés les a vus embarquer vers la Nouvelle-Espagne avec 80 frères cantabres en 1573 : le retour à Mexico les amène à régler un important conflit déjà exprimé avant leur départ, mais dont ils ont perdu la main pendant leur absence. En effet, la province franciscaine du Saint-Évangile, dont l’étendue correspond à la majeure partie de l’altiplano mexicain, était traversée par une double ligne de front. D’abord, le front missionnaire : une bonne partie des frères considéraient que les efforts d’évangélisation dans les doctrinas avaient porté leurs fruits, et que l’on pouvait donc passer à une gestion moins exigeante de la cura animarum des Indiens ; une bonne partie des autres frères pensait, au contraire, qu’il fallait continuer de maintenir une attention maximale aux convertis récents, afin d’éviter qu’ils ne retombent dans la gentilité, voire le paganisme, ou pire qu’ils se mettent à prendre exemple sur les Espagnols en terme de péchés. Ensuite, le front scientifique : la Couronne suspend toutes les études sur le passé précortésien des sociétés indiennes par une cédule de 1577, espérant faire oublier les mauvaises coutumes du passé (ainsi que toute possibilité de réclamation territoriale sur la base du droit naturel) ; Bernardino de Sahagún et quelques autres religieux réguliers pensaient au contraire qu’il fallait étudier au maximum ces sociétés, afin de débusquer toute résurgence de conduite païenne dans la nouvelle société indienne et chrétienne des doctrinas. Navarro et Mendieta faisaient partie de la portion missionnaire et scientifique des franciscains de Nouvelle-Espagne, c’est d’ailleurs pourquoi ils ont failli ne pas être autorisés à repartir dès leur arrivée en 1570 : le conseil des Indes en avait assez qu’on lui explique sempiternellement qu’il faisait mal son travail46. Cependant, Mendieta revient à Mexico avec une commande du ministre général (écrire l’histoire de la province), ce qui est une reconnaissance de son travail et de son utilité, mais aussi une façon d’enregistrer l’énorme travail des missionnaires, et donc d’apporter son soutien à la fois au parti missionnaire et au parti scientifique (qui se recoupent pour une bonne part) : ce travail l’occupera jusqu’à sa mort en 1596, jusqu’à ce qu’il passe la main et ses manuscrits à Juan de Torquemada, jusqu’à ce que l’échelle de la Monarchie catholique absorbe celle de la province ecclésiastique du Saint-Évangile.

  • 47 L’histoire se rejoue aux xviie et xviiie siècles avec les différentes expulsions et dissolutions de (...)

24Maldonado (Galice), Lenoci (Sicile), Navarro et Mendieta (Nouvelle-Espagne) ont continué leur trajectoire à l’intérieur de l’empire vers des destinations prévisibles, qui ne mettent pas à l’épreuve les frontières extérieures de la construction impériale des Habsbourg. Le destin de José de Acosta apporte une autre forme de réponse à la manière dont est gérée l’immensité de l’empire de Philippe II. En effet, l’homme du concile de Lima III était rentré du Nouveau Monde avec un grand appétit de pouvoir, que Philippe II avait su repérer et stimuler en le recevant fréquemment, avant de l’envoyer à Rome face au général Acquaviva. Mais la congrégation extraordinaire qu’il avait réussi à faire convoquer au début des années 1590 (bien que le généralat soit irrévocable) ne tourne ni en sa faveur, ni en celles des projets du Roi Catholique : malgré l’énorme travail de sensibilisation mené par Acosta auprès de ses coreligionnaires, et notamment dans sa manière de présenter les idées des mémorialistes hispaniques aux jésuites non-hispanophones, il semble qu’Acosta retrouva toute la discipline de parti de membres de la Compagnie de Jésus dès que celle-ci entra en congrégation. Dans le secret capitulaire, José de Acosta ne pouvait pas faire semblant d’ignorer l’intérêt de la Compagnie – en premier lieu, l’importance du vœu d’obédience pontificale qui la soustrait aux appétits des souverains les plus puissants47. Parallèlement, son moral est considérablement sapé par l’intense campagne de dénigrement menée contre lui par Alonso Sánchez qui le décrit partout comme un nouveau-chrétien. Ce terme, sulfureux dans tout l’empire de Philippe II, ne l’est presque nulle part ailleurs en Europe, et voilà qui pourrait être considéré comme un marqueur de l’impérialité ibérique. Et Acosta, considéré comme un traître par les jésuites et comme un lâche par les Espagnols, en vient même à rédiger un Memorial de descargo o apología a Clemente VIII pour expliquer sa conduite. De retour en Péninsule, il est reçu par le roi le 27 juin 1594, regrettant de ne pas avoir rempli sa mission. Philippe II ne semble pas lui en tenir rigueur, et Acosta rentre dans le rang après avoir vu avec quelle unanimité sont confirmés les pouvoirs du général et les statuts d’intégrité pontificale de la Compagnie. Obséquieux, il renouvelle sa fidélité au général dans une lettre du 13 juillet 1594, et Acquaviva choisit de lui laisser la responsabilité de la maison professe de Valladolid – un placard. Il est difficile d’oublier une trahison comme celle d’Acosta, et en 1597 il faut bien toute une commission de pères jésuites insoupçonnables pour convaincre Acquaviva de consentir à nommer Acosta recteur du collège de Salamanque, où il finit sa vie en 1600. L’homme qui rêvait (peut-être) de prendre la tête des provinces jésuites ibériques, auteur de deux ouvrages aussi importants que la Historia natural y moral de las Indias et le De procuranda Indorum salute, et qui avait eu un temps un accès privilégié à l’oreille de Philippe II, termine donc sa carrière passée par Lima et Mexico à peu d’encablures de son lieu de naissance, Medina del Campo, à un niveau de prélature qu’il avait déjà occupé auparavant : l’analyse de trajectoire peut donc conclure à une forme d’échec. Nous y apprenons pourtant que le cursus honorum jésuite de la période de la Monarchie catholique ne place pas Valladolid ni Salamanque dans le haut des accessits de carrière pour qui est déjà passé par Lima, Mexico et Rome : ce qui est le cœur royal et universitaire de la Vieille Castille n’est pas au centre de la Monarchie catholique.

  • 48 Asv. Segr. Stato ; Nunz. Diverse, vol. 264, ff. 1-22, retrouvé quasi à l’identique dans Archivo del (...)

25Alonso Sánchez quant à lui est certainement resté à Rome, puisqu’on le retrouve parmi les nombreux signataires d’un document, complexe dans sa composition millefeuillesque mais assez simple dans son objectif48 : que faire des mariages conclus chez les indigènes polygames des reinos d’outre-mer avant leur conversion au catholicisme ? Sánchez y signe Procurator Indorum : il est en fait l’informateur privilégié d’Acquaviva pour tout ce qui concerne les Philippines, étendue extrême de la Nouvelle-Espagne avec qui elle est régulièrement reliée par le galion de Manille. Le Collège romain demeure donc bien le centre névralgique et prestigieux de la Compagnie de Jésus, au contraire de ce que le devenir d’Acosta nous a appris de Valladolid et Salamanque, et Rome nous apparaît à nouveau comme un centre alternatif de la Monarchie catholique.

  • 49 Serge Gruzinski, Histoire de Mexico, Paris, Fayard, 1996, chapitre I : « Venise du nouveau monde… »

26Avant de présenter les deux rapports de visite devant le pape, Pedro de Morales était sans doute déjà connu de la Curie, puisque c’est lui qui avait organisé la réception des reliques à Mexico quand il était le recteur du collège San Ildefonso en 1578, confiant l’écriture de la pièce de théâtre édifiante jouée pour l’occasion à Vincenzo Lenoci. Contrairement à Acosta visant plus haut et Sánchez choisissant Rome, Morales retourne en Nouvelle-Espagne : selon l’historien jésuite de la province, Francisco Javier Alegre, il a pris le temps de sélectionner soigneusement 37 candidats à la mission qui viennent étoffer les établissements locaux – à l’image de ce qu’avaient fait Miguel Navarro et Gerónimo de Mendieta vingt ans auparavant, après trois ans de bras-de-fer avec le conseil des Indes. Le retour en Nouvelle-Espagne n’est donc certainement pas à interpréter comme une reculade, surtout à une époque où Mexico est une des villes parmi les plus riches de l’empire49. Les plus fidèles serviteurs de la Couronne ou de la Tiare ne rechignent pas à parcourir l’empire de Philippe II dans toutes ses possibilités, et pas seulement avec l’ambition de revenir briller au centre : il y a quelque chose à saisir dans ces trajectoires, certaines d’ailleurs encore seulement supposées.

L’expérience américaine portée au cœur du Vieux Monde

27En effet, à l’intérieur de la Monarchie catholique, les hommes circulent avec leurs idées, leurs aspirations, leurs certitudes, à leur profit ou à celui du groupe qu’ils représentent, voire ad Dei maiorem gloriam dans le cas de certains ecclésiastiques. En cette fin de première modernité, beaucoup d’expériences ont été menées dans les nouveaux mondes, et certaines sont considérées comme de formidables réussites – et on peut effectivement mesurer celle de l’entreprise de conversion, qui a su prendre des formes très diverses selon les contextes locaux, plus ou moins appuyée sur les mots ou l’image, voire la musique. Une certaine expérience américaine, encore à définir mais inséparable d’un fort sentiment de réussite, rapportée à Rome par des prélats dont nous venons d’étudier quelques trajectoires, pouvait alors être propulsée au-delà des Alpes, dans des territoires où l’Église de Rome rencontre des difficultés et où on espérait que des méthodes efficaces en Amérique le seraient également.

  • 50 Sur un espace de confins comme Popayán, on peut commencer par la Visita de la gobernación de Popayá (...)

28Explorons d’abord les confins internes. L’augustin Juan González de Mendoza, né en Espagne en 1545, embarque dès 1562 pour le Mexique, où il prend l’habit en 1564 et où il suit un cursus universitaire en arts, puis en théologie. En 1573, le provincial des augustins des Philippines fait escale à Mexico sur la route de Madrid, vers où il repart accompagné de González de Mendoza sur l’ordre du vice-roi Enríquez de Almanza, afin d’appuyer son projet d’extension vers la Chine. Repéré à Séville en 1574, puis Salamanque, Soria, Grenade, l’augustin finit par revenir en cour de Madrid en 1580, où il fait valoir son expérience de missionnaire en Nouvelle-Espagne, ce qui n’est pas sans rappeler les tentatives de Valadés et d’Acosta. Philippe II le nomme ambassadeur pour la Chine, et González de Mendoza repart vers Mexico en 1581, car c’est la route de la Chine à l’époque pour les Espagnols. Pourtant, il ne peut continuer vers la Chine, ni même vers les Philippines, et revient au contraire vers l’Europe où il doit aller jusqu’à Lisbonne, où s’est temporairement installée la cour, rendre compte de son échec à Philippe II. L’ambassade est remise sine die. González de Mendoza gagne alors Rome lui aussi, où il obtient la charge de pénitencier apostolique et où il rédige sa grande œuvre, la Historia del gran reyno de China, augmentée de récits de voyage vers les Philippines, publiée à Rome mais en castillan en 1585 – alors quil nest jamais allé plus loin vers lOuest que la Nouvelle-Espagne. Venant d’un fidèle de la Couronne, cette publication romaine ne lui attire aucun problème avec l’Espagne. Il a pris la précaution de la dédier à Fernando de Vega y Fonseca, président du conseil des Indes. Ainsi, sa carrière se prolonge par des bénéfices importants au sein même de la Monarchie catholique : l’évêché de Lipari (dans les îles Éoliennes), puis celui du Chiapas (il retourne donc en Nouvelle-Espagne), enfin celui de Popayán (dans le nord de la vice-royauté du Pérou), où il décède. Les manuscrits de la Bibliothèque nationale d’Espagne enregistrent de nombreuses traces de sa collaboration avec la Couronne au moment de sa résidence à Lipari. On le consultait fréquemment sur des sujets touchant aux diocèses du Nouveau Monde, à l’instar de l’archevêque de Mexico, Pedro Moya de Contreras, membre de la Junta de Noche après avoir quitté son archidiocèse pour ne plus jamais y retourner – mais sans passage romain : Moya de Contreras ne quitte plus Madrid, sinon pour l’Escurial ; González de Mendoza parcourt les vice-royautés, et propose une autre cartographie interne de la Monarchie catholique, sur laquelle il reste beaucoup à défricher50.

  • 51 Il existe en fait deux possibilités : par voie de terre à travers la péninsule Ibérique via le pass (...)
  • 52 Comme l’a bien montré Linda Báez Rubí, beaucoup des gravures de Valadés dans la Rhetorica Christian (...)

29S’il y avait donc bien des carrières à mener à l’intérieur de la vaste Monarchie catholique, qu’est-ce qui pouvait amener un ecclésiastique à en franchir la frontière pour aller exercer chez l’ennemi français ou hérétique ? Nous revenons donc à l’exemple de Diego Valadés, qui déjà était notre passeur dans Rome, et que nous imaginons maintenant sur les chemins de l’Europe septentrionale, à l’appui des gravures inédites parisiennes, mais aussi d’autres éléments comme la traduction en allemand d’une partie de la Rhetorica Christiana dans une publication bavaroise de 1588. Valadés connaissait quelques routes de France pour les avoir déjà parcourues à l’hiver 1572, quand il se précipite à Paris depuis Séville afin de rencontrer le nouveau ministre général des franciscains au Grand Couvent des Cordeliers. S’il y a doute sur son itinéraire aller51, il est en revanche assez certain qu’il était redescendu vers l’Espagne par voie de terre, puisqu’on le sait à Vitoria au pays Basque le 25 mars 1572. Il pourrait également connaître les routes menant aux Pays-Bas, si comme nous le croyons il a été mis en présence, à Rome ou à Madrid, de l’humaniste sévillan Benito Arias Montano, occupé pendant trois ans (1569-1572) à l’édition de la bible polyglotte dite d’Alcalá dans les ateliers de Christophe Plantin à Anvers, avant d’aller travailler in situ au programme iconographique des ornementations du palais de l’Escurial52. Étudions donc une piste parisienne puis une piste anversoise.

  • 53 Diego Valadés, ofm, Bengt Löfstedts et Scott Talkovic (dir.), Catholicae Assertiones, Lund, Lund Un (...)

30En choisissant Anvers, il n’y aurait alors pas eu lieu pour Valadés de sortir des frontières de la Monarchie catholique. Ce qui nous décide à partir sur cette piste est d’abord la participation de Diego Valadés à la congrégation antimagdebourgeoise romaine du cardinal-bibliothécaire Guglielmo Sirleto, concrétisée en 1581 par les Catholicae Assertiones53. De missiologue formé en Nouvelle-Espagne, Valadés est devenu spécialiste de rhétorique sacrée, celle qui est promue par l’archevêque de Milan Carlo Borromeo – également cardinal-protecteur des franciscains quand il n’est pas retenu dans son diocèse afin d’appliquer ostentatoirement les décisions du concile de Trente. L’époque n’est pas la meilleure pour y venir, la province d’Anvers oscille entre la légalité de son maintien dans le giron espagnol (cercle de Bourgogne transmis par Charles Quint à son fils), et la possibilité de rejoindre les provinces fédérées du Nord, protestantes, et protégées par Guillaume d’Orange. Après diverses vicissitudes dont une attaque par les 4 000 hommes du duc François d’Anjou en 1583, Anvers est reprise par Alexandre Farnèse au nom de Philippe II en 1585, et c’est dans cette conjoncture difficile que l’on doit essayer d’imaginer Diego Valadés se rendre en Flandre par ce qui est devenu le « chemin des Espagnols », cette route d’approvisionnement des tercios en hommes et en solde qui remonte depuis les possessions italiennes de l’empire Habsbourg. Mais le prélat connaît bien les situations de trouble (Mexico 1565, Paris 1572), et serait peut-être à nouveau prêt à prendre le risque d’être un ecclésiastique espagnol au milieu des guerres de Religion afin de pouvoir rencontrer à Anvers, voire pour travailler avec lui, le plus grand éditeur occidental de cette époque : Christophe Plantin. Une dizaine d’année après le voyage retour d’Arias Montano, on serait alors amené à constater que cette voie, variante du chemin des Espagnols passant par Rome, n’était pas qu’une affaire d’argent et de soldats : des liens culturels profonds unissaient les Pays-Bas du Sud et l’Espagne depuis l’arrivée en Péninsule du Gantois Charles de Habsbourg. Le long séjour de l’Anversois Pierre-Paul Rubens à la cour de Philippe IV en est une autre illustration.

  • 54 Marianne Grivel, « L’amateur d’estampes en France aux xvie et xviie siècles », in Frédéric Barbier, (...)

31Rubens a également peint à Paris, d’ailleurs. Et Paris n’est pas coupée de l’Espagne puisque Philippe II abreuve d’espèces la Ligue catholique qu’il veut tourner contre Henri III, trop politique à son goût, mais surtout contre son héritier présomptif depuis la mort de François d’Alençon en 1584, le chef du parti huguenot Henri de Bourbon. Enfin, Paris est une ville où se manifeste précocement un intérêt très important pour l’image, avec sur les quais de Seine bon nombre de revendeurs de planches originales détachées de leur volume de texte initial – c’est comme cela que l’on peut comprendre la présence d’un portfolio de gravure de Valadés au cabinet des estampes54. Mais si Valadés avait effectivement choisi de revenir à Paris, après Madrid, Séville, Rome, Florence et à nouveau Rome, cela aurait été sans aucun doute pour y retrouver Christophe de Cheffontaines, le prélat qui lui avait enfin permis une brusque accélération de carrière en 1575, quand il avait fait de ce Créole son procurateur général auprès de la curie romaine. C’était aussi par lui que la disgrâce était arrivée en 1577, quand Cheffontaines et Valadés avaient été dénoncés pour leurs tractations ne respectant pas la convenance du patronage ecclésiastique, jetant Valadés sur la route de Pérouse alors que Cheffontaines terminait son mandat avec un autre procurateur (breton). Pour le missionnaire, rhéteur et graveur né dans les environs de Tlaxcala, gagner Paris n’aurait fait que confirmer son désintérêt pour la péninsule Ibérique : il avait déjà franchi une forme de Rubicon en s’associant au ministre général français, et il aurait pu continuer dans cette voie hors du cadre de la Monarchie catholique, à l’une des heures les plus instables du royaume de France.

32L’analyse des déplacements de missionnaires venus du Nouveau Monde vers Madrid et Rome, pour rendre compte de leur action ou réclamer un arbitrage à propos d’un problème local, montre par la pratique circulatoire le fonctionnement territorial de l’empire de Philippe II : tous ceux qui reviennent des Indes occidentales passent par Séville, et bien souvent aussi par Madrid ; certains poursuivent vers Rome en espérant y trouver d’autres satisfactions, car si les États pontificaux ne font pas partie juridiquement de la Monarchie catholique, ils en sont bien un autre centre. Le pape demeure une puissante instance de justification, d’homologation du monde pour reprendre une expression d’Adriano Prosperi, et cela quoi qu’essaye d’imposer le roi en rappelant systématiquement ses prérogatives fondées sur le patronato eclesiástico. Les nombreuses variantes des trajets entre péninsules Ibérique et Italienne sont un indice du fait que les déplacements sont surveillés dans la mesure du possible, et donc que la Couronne maîtrise en partie son territoire, mais aussi que de nombreux acteurs de ces circulations souhaitent se mouvoir discrètement, et n’hésitent pas à poursuivre leurs voies vers les limites de la Monarchie catholique, du côté de la France, des Pays-Bas et de l’Empire. L’expérience américaine y est alors autant un outil qu’une justification, et on attend de ce qui a fonctionné dans le Nouveau Monde qu’il puisse également être efficace dans les préoccupations européennes de l’époque, comme si le souffle des missions extérieures allait aider à reconvertir les vieilles terres chrétiennes.

Haut de page

Notes

1 Rafael Valladares, La conquista de Lisboa. Violencia militar y comunidad política en Portugal, 1578-1583, Madrid, Marcial Pons Historia, 2008 ; Pedro Cardim, Tamar Herzog, José Javier Ruíz Ibáñez et Gaetano Sabatini (dir.), Polycentric Monarchies. How did Early Modern Spain and Portugal achieve and maintain a global hegemony ?, Sussex Academy Press-Red Columnaria, 2012.

2 Ce titre, concédé à Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon par Innocent VIII, a été obtenu à nouveau par Charles Quint auprès de Léon X, puis conservé par tous les souverains d’Espagne jusqu’à la Constitution espagnole de 1978.

3 On utilisait ce terme médiéval pour désigner un groupe de ressortissants étrangers à l’intérieur d’une ville. Voir Thomas J. Dandelet, Spanish Rome, New Haven, Yale University Press, 2001.

4 Archivo General de Simancas (Ags), Estado, Roma.

5 En attendant l’aboutissement de plusieurs programmes de recherche internationaux cherchant à affiner la réalité de ce patronage et des barrières qu’il dressait, la référence en français demeure : Christian Hermann, L’Église d’Espagne sous le patronage royal (1476-1834). Essai d’ecclésiologie politique, Madrid, Casa de Velázquez, 1988.

6 Philippe Boutry et Bernard Vincent (dir.), Les chemins de Rome. Les visites ad limina à l’époque moderne dans l’Europe méridionale et le monde hispano-américain, Rome, École française de Rome, 2002.

7 Guillaume Gaudin, Penser et gouverner le Nouveau Monde au xviie siècle. L’empire de papier de Juan Díez de la Calle, commis du Conseil des Indes, Paris, L’Harmattan, 2013.

8 Huguette et Pierre Chaunu, Séville et l’Atlantique (1504-1650), 11 vol., Paris, Armand Colin / Sevpen, 1955-1959.

9 Arcángel Barrado, « San Francisco el Grande », in Verdad y Vida, 1/1943, p. 23-26, cité dans Pedro Borges Morán, « En torno a los Comisarios Generales de Indias entre las Ordenes misioneras de América », in Archivo Ibero-Americano (AIA), 23/1963, p. 159.

10 D’autres dépôts ont également été visités afin de construire et documenter ce corpus, on en trouvera la description intégrale dans la version dactylographiée de notre thèse : Boris Jeanne, Mexico-Madrid-Rome. Sur les pas de Diego Valadés, une étude des milieux romains tournés vers le Nouveau Monde à l’époque de la Contre-réforme (1568-1594), thèse d’histoire moderne de l’EHESS soutenue en juin 2011, 2 vol.

11 La plupart des cas analysés concernent des ecclésiastiques nés en péninsule Ibérique, qui reviennent donc vers leur terre natale. Mais certains sont nés outre-Atlantique : on les appelle alors des Créoles, ils découvrent l’Europe pour la première fois.

12 Tous les détails institutionnels du fonctionnement de l’ordre des frères mineurs sont présentés dans : Lázaro Iriarte, ofm cap, Historia franciscana, Valence, Ediciones Asís, 1979 ; traduction française : Histoire du franciscanisme, Paris, Les Éditions du Cerf / Les Éditions Franciscaines, 2004.

13 Nous les avons suivis dans les documentations mexicaine (éditée par Joaquin García Icazbalceta), madrilène (Archivo General de Indias – Agi) et romaine (Archivo Segreto Vaticano – ASV – Segretaria di Stato).

14 Ce texte, dont les manuscrits n’ont été édités qu’au xixe siècle, a cependant nourri les pages de la Monarquía Indiana du franciscain Juan de Torquemada publiée à Séville en 1615 avec un certain succès dû à la qualité de la documentation fournie par feu Mendieta, alliée au caractère politiquement correct de la rédaction générale, tout à la louange d’une Monarchie catholique ayant les Indes occidentales pour cœur et poumon.

15 Pedro Borges Morán, ofm, « Un reformador de Indias y de la Orden franciscana bajo Felipe II : Alonso Maldonado de Buendía », in AIA 20 (79), juil.-sept. 1960, p. 281-337 ; 21 (80), oct.-déc. 1960, p. 487-535 ; 22 (81), janv.-mars 1961, p. 53-97.

16 Robert H. Barlow & George T. Smisor, Nombre de Dios, Durango. Two Documents in Náhuatl concerning its foundation, Sacramento (Californie), The House of Tlaloc, 1943.

17 Sur cette congrégation de 1568, lire Pedro Borges Morán, Ofm, « Nuevos datos sobre la comisión pontificia para Indias de 1568 », in Missionalia Hispánica, 16/1959, p. 213-243.

18 La bonne opinion de Pie V à l’égard du plaidoyer de Maldonado est attestée par la correspondance du secrétaire d’État, Michele Bonelli, au nonce à Madrid, Giovanni Battista Castagna : Asv. Segr. Stato ; Spagna, vol. 6-1, f. 56v.

19 Pierre Ragon, Les Indiens de la Découverte. Évangélisation, mariage et sexualité, Paris, L’Harmattan, 1992 ; Charlotte de Castelnau-L’Estoile, « La liberté du sacrement. Droit canonique et mariage des esclaves dans le Brésil colonial », in Annales. Histoire, Sciences Sociales, 6/2010, p. 1349-1383.

20 Serge Gruzinski, L’aigle et le dragon. Démesure européenne et mondialisation au xvie siècle, Paris, Fayard, 2012, p. 381 sqq.

21 Juan Carlos Estenssoro Fuchs, Del paganismo a la santidad. La incorporación de los indios del Perú al catolicismo, 1532-1750, Lima, Instituto Francés de Estudios Andinos-Pontificia Universidad Católica del Perú, 1998.

22 José de Acosta, si, Obras del P. José de Acosta, Madrid, Atlas, 1954, en particulier l’introduction de Francisco Mateos, si.

23 Jean-Pierre Berthe, « Les rapports des visites ad limina des évêques de Nouvelle-Espagne aux xvie et xviie siècles », in Philippe Boutry et Bernard Vincent (dir.), Les chemins de Rome, op. cit., p. 197-211.

24 C’est là la base d’un débat sur l’emploi du terme « colonie » quant aux reinos de l’empire ibérique : cf. Annick Lempérière, « La « cuestión colonial » », Nuevo Mundo Mundos Nuevos [en ligne]. Débats mis en ligne le 8 février 2005, consultés le 27 février 2015. URL : http://nuevomundo.revues.org/437 ; DOI : 10.4 000/nuevomundo.437

25 José de Acosta, si, « Diario de la Embajada a Roma », in Obras…, op. cit.

26 Sur la conjuration du marquis del Valle, Gregorio Salinero, La trahison de Cortés. Désobéissances, procès politiques et gouvernement des Indes de Castille, seconde moitié du xvie siècle, Paris, Presses universitaires de France, 2013 ; sur Diego Valadés et sa décision de quitter la Nouvelle-Espagne, Boris Jeanne, Mexico-Madrid-Rome, op. cit., vol. 1, p. 195-205, et du même auteur, « México-Madrid-Roma, un eje desconocido del siglo xvi. Para un estudio de las relaciones directas entre Roma y Nueva España en la época de la Contrarreforma (1568-1594) », in Vestigios de un mismo mundo, 6-2014, p. 19-39.

27 Georges Baudot, Utopie et Histoire au Mexique. Les premiers chroniqueurs de la civilisation mexicaine (1520-1569), Toulouse, Privat, 1977.

28 Isaac Vázquez Janeiro, ofm, « Fray Diego Valadés, nueva aproximación a su biografía », in Aia, 48/1988, p. 843-871, doc. 1.

29 Juan Focher, Ofm, Itinerarium catholicum, Séville, Apud Alfonsum Scribanum, 1574. Traduction en castillan : Itinerario del misionero en América, Madrid, Libreria General Victoriano Suarez, 1960.

30 Archivo Romano Societatis Iesu (Arsi). Mon. Mex., vol. 1, ff. 247-276.

31 Asv. Segr. Stato ; Spagna, vol. 25, ff. 248-249.

32 Ce projet a déjà donné lieu à plusieurs articles de Pedro Borges Morán, ofm, León Lopetegui, si, et Benedetta Albani, dont nous essayons de donner la synthèse dans : Boris Jeanne, Mexico-Madrid-Rome…, op. cit., p. 595-608. Dans les pages suivantes, nous proposons de considérer l’échec final de ce long projet comme le point de départ des premiers rapports de visites ad limina pour les diocèses américains.

33 De nombreux passage de sa correspondance avec le nonce insistent sur la nécessité de conserver ce projet secret aux oreilles de Philippe II : ASV. Segr. Stato ; Spagna, vol. 20, ff. 338-344.

34 ASV. Segr. Stato ; Spagna, vol. 25, ff. 248-249.

35 Genoveffa Palumbo, Giubileo giubilei. Pellegrini e pellegrine, riti, santi, immagini per una storia dei sacri itinerari, Roma, Rai-Eri, 1999. Et les articles « Année sainte » du Dictionnaire historique de la Papauté, Philippe Levillain (dir.).

36 Jean Delumeau, Vie économique et sociale de Rome dans la seconde moitié du xvie siècle, Paris, De Boccard, 1957, t. 1, p. 37

37 Ags, Patronato eclesiástico, leg. 2 s.f. et leg. 3 s.f.

38 Georges Baudot, Utopie et Histoire au Mexique, op. cit., p. 484.

39 Il figure même dans le Dictionnaire biographique des Italiens !

40 Alfonso Chacón, op, Bibliotheca libros et scriptores ferme cunctos ab initio mundi ad annum mdlxxxiii ordine alphabetico complectens, Amsterdam, J. C. Arksteeum et H. Merkum, 1744 [édition princeps Rome 1584].

41 Boris Jeanne, « Les États pontificaux face à Philippe II, marge ou centre alternatif de la Monarchie catholique ? Retour sur les fondements juridiques, politiques et pragmatiques d’un empire conjoncturel », Astérion [en ligne], 10/2012, mis en ligne le 28 septembre 2012, consulté le 06 janvier 2014. URL : http://asterion.revues.org/2284

42 Pedro Cardim, Tamar Herzog, José Javier Ruíz Ibáñez et Gaetano Sabatini (dir.), Polycentric Monarchies, op. cit.

43 Références précises et sources à propos de cette enquête dans la troisième partie de la thèse : Mexico-Madrid-Rome, op. cit.

44 BnF Richelieu ; Estampes et photographies ; magasin AA-1 (VALADES, Diego).

45 Ces obituaires sont à consulter sur place et nous savons gré à Giovanni Pizzorusso d’avoir facilité notre entrée dans divers couvents franciscains de Rome, y compris à l’APA-Storico avant son ouverture officielle ; les registres d’embarquement sont consultables à l’Archivo de Indias de Séville.

46 Les lettres de Mendieta au conseil des Indes sont très bien éditées au Mexique par Joaquin García Icazbalceta et montrent sa dénonciation précoce de la précarité de la situation religieuse locale : c’est un véritable poids contre la politique de transfert des privilèges des clercs réguliers à un clergé séculier plus canonique.

47 L’histoire se rejoue aux xviie et xviiie siècles avec les différentes expulsions et dissolutions de la Compagnie, notamment par Louis XIV.

48 Asv. Segr. Stato ; Nunz. Diverse, vol. 264, ff. 1-22, retrouvé quasi à l’identique dans Archivo della Propaganda Fide (Apf), Miscellanee Varie, vol. 6, ff. 224-253.

49 Serge Gruzinski, Histoire de Mexico, Paris, Fayard, 1996, chapitre I : « Venise du nouveau monde… ».

50 Sur un espace de confins comme Popayán, on peut commencer par la Visita de la gobernación de Popayán du licenciado Tomás López Medel, introduite et transcrite par Berta Ares Queija pour le Csic en 1989.

51 Il existe en fait deux possibilités : par voie de terre à travers la péninsule Ibérique via le passage occidental des Pyrénées, puis la traversée de la France du sud en passant par Bordeaux ; par voie de mer en s’embarquant vers Nantes, puis en remontant la Loire tant que le fleuve le permet en cette saison, avant de finir sur la route de Paris.

52 Comme l’a bien montré Linda Báez Rubí, beaucoup des gravures de Valadés dans la Rhetorica Christiana sont inspirées des travaux d’Arias Montano : Linda Báez Rubí, Mnemosine novohispánica. Retórica e imágenes en el siglo xvi, Mexico, Universidad Autónoma de México-Instituto de Investigación Estéticas, 2005.

53 Diego Valadés, ofm, Bengt Löfstedts et Scott Talkovic (dir.), Catholicae Assertiones, Lund, Lund University Press, 1999. Il s’agit de la première publication de ce texte, demeuré manuscrit dans la bibliothèque Ottobuoni de la bibliotheca Vaticana.

54 Marianne Grivel, « L’amateur d’estampes en France aux xvie et xviie siècles », in Frédéric Barbier, Annie Parent-Charon, François Dupuigrenet Desroussilles (dir.), Le livre et l’historien : études offertes en l’honneur du Professeur Henri-Jean Martin, Genève, Droz, 1997, p. 216.

Haut de page

Table des illustrations

URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/361/img-1.png
Fichier image/png, 295k
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/361/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,8M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Boris Jeanne, « Trajectoires ibériques, échappatoires romaines. Arpenter le cœur européen de la Monarchie catholique au second xvie siècle », Diasporas, 25 | 2015, 25-44.

Référence électronique

Boris Jeanne, « Trajectoires ibériques, échappatoires romaines. Arpenter le cœur européen de la Monarchie catholique au second xvie siècle », Diasporas [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/361 ; DOI : 10.4000/diasporas.361

Haut de page

Auteur

Boris Jeanne

Boris Jeanne, ancien élève de l’École normale supérieure de Fontenay / Saint-Cloud, est agrégé d’histoire et docteur de l’École des hautes études en sciences sociales, où il a soutenu une thèse d’histoire moderne sous la direction de Serge Gruzinski, intitulée : Mexico-Madrid-Rome. Sur les pas de Diego Valadés, une étude des milieux romains connectés aux nouveaux mondes à l’époque de la Contre-réforme (1568-1594). Chercheur associé au laboratoire Mondes américains (UMR 8168), ses recherches portent à présent sur le rôle des franciscains dans la construction territoriale américaine, et sur la prise en compte des races et des métissages par la papauté à l’époque moderne.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org