Navigation – Plan du site
Empires ibériques

Empires ibériques : de la péninsule au global

Guillaume Gaudin et Jaime Valenzuela Márquez
p. 13-24

Texte intégral

  • 1 Joseph de Acosta, Histoire naturelle et morale des Indes occidentales, Paris, Payot, 1979, p. 54.

« Aujourd’hui nous voyons beaucoup d’hommes ayant fait la traversée de Lisbonne à Goa, et de Séville à Mexico et Panama, et, du côté de la mer du Sud, jusqu’à la Chine et au détroit de Magellan, et cela aussi aisément que le laboureur se rend de son village à la ville. »
José de Acosta, 15901

  • 2 Patrick Boucheron, « Qui a inventé les Grandes Découvertes ? », L’Histoire, no 355, juillet-août 20 (...)
  • 3 Joseph Pérez, La Légende noire de l’Espagne, Paris, Fayard, 2009.
  • 4 Sur la vision et l’écriture du passé colonial au Mexique, Felipe Castro-Gutiérrez, « Rituales of De (...)
  • 5 On dispose aujourd’hui d’une excellente synthèse en anglais : Francisco Bethencourt, Diogo Ramada C (...)

1L’expression « empires ibériques » désigne les ensembles politiques et humains composites apparus aux xve et xvie siècles avec la dynamique expansionniste des deux monarchies ibériques : le Portugal et la Castille. Cet élan de voyage, de commerce et de conquête à une échelle planétaire jusque-là inédite constitue pour les Européens, encore aujourd’hui, un marqueur de la modernité et de la supposée supériorité occidentale sur le monde. Ce récit des Grandes Découvertes a lui-même une histoire : il apparaît au xixe siècle, sans doute sous la plume d’Alexandre de Humboldt et s’épanouit à partir des années 1880 avec le partage de l’Afrique par les puissances européennes : les explorations des xve et xvie siècles sont présentées comme un mouvement cohérent et continu révolutionnant la connaissance du monde par l’homme occidental2. Qui n’a pas en tête ces lignes de différentes couleurs qui sillonnent la mappemonde avec en légende les noms familiers et les dates apprises par cœur de Bartolomeu Dias, Christophe Colomb, Vasco de Gama, Magellan, etc. ? La suite du récit est moins triomphale, car on a coutume d’arrêter les Grandes Découvertes en 1521-1522, date de la première circumnavigation, mais aussi de la chute de Mexico-Tenochtitlan, jalon décisif dans la conquête du continent américain. À partir des années 1560, la Légende noire s’est chargée (en dehors de l’Espagne) de dresser un portrait apocalyptique de la colonisation espagnole en Amérique : une poignée de soudards massacrant des masses indiennes et les maladies européennes décimant un continent entier3. Après la Conquête et jusqu’aux Indépendances, soit pendant plus de deux siècles, l’histoire des mondes ibériques ne suscite guère d’échos dans l’imaginaire européen4. De même, après les Grandes Découvertes et jusqu’au xxe siècle, le monde lusophone est rarement mis au premier plan de l’histoire universelle5.

  • 6 Sanjay Subrahmanyam, Vasco de Gama : légende et tribulations du Vice-Roi des Indes, France, Alma, 2 (...)
  • 7 Stuart Schwartz, Frank Salomon, « New Peoples and New Kinds of People : Adaptation, Readjustment, a (...)
  • 8 Andrea Martínez Baracs, Un gobierno de indio : Tlaxcala, 1519-1750, México, Fondo de Cultura Económ (...)
  • 9 Stuart B. Schwartz, Implicit understandings. Observing, Reporting, and Reflecting on the Encounters (...)
  • 10 Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde : histoire d’une mondialisation, Paris, Éd. de la Mart (...)
  • 11 Vincent Capdepuy, « Enseignement : histoire connectée / histoire globale », billet publié le 3 juin (...)

2Soyons optimistes, cette représentation « traditionnelle » du passé est en passe de disparaître : d’une part, les usages souvent nationalistes de l’expansion européenne des xve et xvie siècles sont dénoncés, au profit d’un récit plus équilibré qui redonne aux acteurs de l’époque leurs véritables intentions, échecs et réussites6. Ni légende noire, ni légende rose, l’histoire de la Conquête est montrée dans toute son horreur, mais aussi dans sa complexité. Des cités et des peuples (les Indiens n’existent pas avant l’arrivée des conquérants7) s’allièrent aux Espagnols jouant un rôle clé dans la victoire castillane tant à Mexico qu’à Cajamarca : par exemple, les Tlaxcaltèques ne se considéraient pas comme des vaincus, mais comme des vainqueurs au titre de leur alliance avec Cortés8. D’autre part, l’européocentrisme est battu en brèche par une « histoire à parts égales » qui tente de saisir les réactions (souvent l’indifférence à l’arrivée des Européens) de l’Autre et ses interprétations des événements9. Enfin, l’histoire de la première modernité envisage plus la mise en place de nouvelles sociétés « métisses » ou de « middle ground ». Mais aussi celle d’une « première mondialisation » qui, par l’intermédiaire des Ibériques, aurait mis en contact toutes les parties du monde, lesquelles auraient dès lors formé, jusqu’à nos jours, un vaste espace de mobilité10. Cette nouvelle histoire connaît un certain retentissement : alors que le Collège de France ouvre en 2013 ses portes à Sanjay Subrahmanyam, lui offrant une chaire d’« Histoire globale de la première modernité », les programmes scolaires français incluent désormais cette nouvelle dimension11. Confrontés aux replis identitaires et à un récit national, voire régional, toujours trop prégnant, ces approches (qui ne se veulent pas non plus iréniques) livrent sur le temps long le récit complexe et protéiforme, mais connecté, de notre monde actuel en insistant sur les circulations, les échanges, les confrontations, les incompréhensions, les métissages.

Empires ibériques ?

  • 12 Christian Hausser, Horst Pietschmann, « Empire. The concept and its problems in the Historiography (...)
  • 13 Jean Michel Sallmann, Charles Quint, Paris, Payot, 2004, p. 224-239.
  • 14 Cité par Luis Adrián Mora Rodríguez, (2013). « Política, imperio e imperialismo : una aproximación (...)
  • 15 Pedro Ordóñez de Ceballos, Viaje del mundo. Hecho y compuesto por el licenciado Pedro Ordóñez de Ce (...)

3Notre dossier s’inscrit dans cette dynamique et dans ce souci d’ouverture des horizons historiques et historiographiques. En effet, les contributions ici présentées se jouent, pour la plupart, à une échelle pluri-continentale, voire planétaire, dans le cadre précis et historiquement situé des empires ibériques à l’époque moderne. Soyons rigoureux, au sens strict, ces monarchies n’étaient pas des empires, car dans l’Europe médiévale seul le Saint Empire romain germanique, soit la domination sur l’Allemagne et une partie de l’Italie, pouvait prétendre à ce titre12. Ainsi, s’il y eut un empire hispanique, ce fut lorsque Charles Ier de Castille et d’Aragon fut élu empereur en 1519, l’année du débarquement de Cortés sur les côtes mexicaines, sous le nom de Charles Quint : les attentes qu’il suscita, celles d’un roi sauveur capable de gouverner la Chrétienté contre les Infidèles et d’établir une monarchie universelle étaient puissantes13. Le bilan apparaît plus mitigé : incapacité à maîtriser la Réforme ; à son abdication, division de son empire entre son fils, Philippe, qui conserve les domaines hispaniques, et son frère, à qui revient la couronne impériale. Si, après 1555, les domaines hispaniques perdent le titre, l’idée d’empire reste fortement ancrée. Dans sa deuxième lettre en date du 30 octobre 1520, Cortés suggère à Charles Quint de « s’intituler nouvel empereur de ces terres, avec le titre, et non moins de mérite que celui d’Allemagne14 » ; plus tard, lorsque Cortés entreprend la traversée du Pacifique, il déclare que Charles Quint est sur le point de devenir « monarca del mundo » ! Chose accomplie par son arrière-petit-fils, Philippe IV, qui porte comme surnom « Rey planeta ». Il est vrai que depuis l’union des Couronnes portugaise et castillane en 1581, la dynastie des Habsbourg d’Espagne est à la tête de territoires répartis sur quatre continents : un sujet de la monarchie peut alors entreprendre un tour du monde en ne s’arrêtant que dans des ports dépendant de la même Couronne15. Après la conquête, la domination du Roi Catholique sur des territoires épars et des peuples très différents conduit les contemporains à multiplier les comparaisons avec l’Empire romain. Toutefois, le titre officiel et juridique de l’ensemble politique hispanique était celui de « Monarchie catholique », en référence au privilège octroyé par le pape Alexandre VI en 1494 à Isabelle de Castille et Ferdinand d’Aragon de porter le titre de Rois Catholiques.

  • 16 Giuseppe Marcocci, A consciência de um imperio : Portugal e o sue mundo, sec. xv-xvii, Imprensa da (...)

4S’agissant de l’ensemble territorial portugais, le titre d’empire est également impropre, par contre les territoires extra-péninsulaires sont rapidement désignés sous le terme « Ultramar ». Peut-être plus que les Castillans, les Portugais intègrent pleinement, depuis la fin du Moyen-âge, l’outremer dans leur horizon mental, créant ainsi aux xvie et xviie siècles une « conscience d’empire16 ».

  • 17 Pour le Portugal, l’habitude est ancienne, voir par exemple : Vitorino Magalhães Godinho, L’économi (...)

5L’historiographie actuelle, débarrassée du poids des dictatures franquistes et salazaristes qui usèrent dans leur propagande du thème impérial, semble donc désigner les ensembles espagnols et portugais comme des empires17.

  • 18 Catarina Madeira Santos, Jean-Frédéric Schaub, « Histoires impériales et coloniales d’Ancien Régime (...)
  • 19 Michel Bertrand, Natividad Planas (dir.), Les sociétés de frontière : de la Méditerranée à l’Atlant (...)
  • 20 Sur la pertinence de l’étude des empires pour l’histoire, cf. Jane Burbank et Frederick Cooper, Emp (...)

6Au-delà de la commodité d’un terme polysémique, le concept d’empire permet d’intégrer plusieurs caractéristiques fondamentales correspondant aux réalités historiques de la « modernité » ibérique : des structures évolutives de très grandes dimensions, constituées d’entités politiques, juridiques, religieuses et sociales disparates, et de peuples différents, dans lesquelles les circulations et les contacts de diverses natures sont intenses. L’approche impériale offre une alternative à l’histoire nationale des États18 et pose également la question des frontières intérieures comme extérieures19. L’objet empire apparaît ainsi comme un terrain d’étude fertile pour qui s’intéresse à l’impact de la mobilité, des déplacements, des transferts, des contacts, des circulations sur les sociétés20.

Migrations, circulations et diasporas dans les Amériques ibériques

  • 21 Pedro A. Vives, Pepa Vega, Jesús Oyamburu (dir.), Historia general de la emigración española a Iber (...)
  • 22 José Newton Coelho Meneses, « Escalas espaço-temporais e história cultural. Reflexão de um historia (...)

7La « découverte », la conquête et le peuplement de l’Amérique par les Ibériques sont le résultat d’une impulsion globale qui a conduit au déplacement massif d’individus : d’abord, avec la traversée de l’Atlantique21, puis avec la pénétration dans les régions conquises et leur progressive intégration aux monarchies ibériques. Ce mouvement amena ces hommes et ces femmes dans des géographies aussi variées que les Antilles, la vallée centrale de Mexico, les côtes tropicales du Brésil, les sommets andins des Incas ou l’archipel oriental et stratégique des Philippines. Le problème historiographique, à la fois démographique, géographique et politique, réside dans l’articulation entre les personnes, les espaces et les monarchies. Dès lors, le « jeu d’échelles » s’impose à l’historien obligé de naviguer du global au local en passant par le régional, entre le transatlantique et le medium-distance, entre le rural et l’urbain, entre les centres des vice-royautés et les périphéries frontalières22.

  • 23 Kris Lane (dir.), [dossier] « Re-routing the Past : Spatial Practices of Colonial Latin America », (...)
  • 24 Voir note 43 pour la bibliographie portant sur ce sujet.

8Un bon point de départ, pour comprendre les approches actuelles et l’usage du jeu d’échelles dans l’analyse des mobilités spatiales et la construction coloniale ibéro-américaine, se trouve dans la série d’articles réunis autour du concept de « pratiques de l’espace » dans la Colonial Latin American Review en 201223. Les contributions envisagent, d’une part, les manières de cheminer, de chevaucher et de se mouvoir dans des géographies « sauvages », lesquelles sont au fondement des déplacements des premiers temps et, d’autre part, les expériences de circulation coloniale dans les espaces de frontières. Un article concerne l’exploration du territoire par le biais d’intermédiaires locaux, qui agissaient comme informateurs dans la production des savoirs géographiques. Un autre s’intéresse aux représentations de la distance / temps conditionnées par les routes postales dans le contexte de la circulation de l’information. Dans le même ordre d’idées, une contribution pose la question du pouvoir et des possibilités de gouverner des lieux éloignés, d’un point de vue impérial. Enfin, ce dossier comprend une approche inédite de la Traite négrière, cette circulation atlantique étant un élément fondamental pour comprendre les expériences de mobilité, de déracinement et des constructions démographique et culturelle dans les mondes américains24.

  • 25 Cf. par exemple, Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, M (...)
  • 26 Cf. par exemple, Ana María Lorandi, Ni ley, ni rey, ni hombre virtuoso. Guerra y sociedad en el vir (...)

9La perspective suivie par ce dossier permet de mieux comprendre « les pratiques de l’espace » de la diaspora des Européens qui traverse l’Atlantique et se dissémine sur le continent américain : la première phase, à la fois épique et sanglante, du xvie siècle, depuis les côtes jusqu’à l’intérieur du continent, est motivée par la recherche d’or, de terres et d’Indiens à exploiter25. La guerre et la violence sont les symptômes des premiers temps : violence contre les indigènes, mais aussi entre les migrants avides de pouvoir et d’autorité26.

  • 27 Carlos Martínez Shaw, « Geografías de la emigración, la distribución espacial de los emigrantes a l (...)
  • 28 Cf. par exemple, Francisco Andújar Castillo et Domingo Giménez Carrillo (dir.), Riqueza, poder y no (...)

10La diaspora hispanique se caractérise aussi par l’importance des liens conservés avec la région d’origine. Cette sorte d’« empathie géographique » qui, très tôt, conditionne les formes de sociabilité dans les lieux d’arrivée, génère des stratégies de reproduction sociale et de réseaux de parenté, ainsi que la création d’un tissu politique local27. Ce patriotisme local (paisanaje en castillan) constitue également un élément clé dans la deuxième phase de l’expansion ibérique qui suit l’expérience chaotique de la conquête. Il fait partie de la structure proprement coloniale de l’Amérique car il influence la nomination et la circulation d’une bonne partie des agents impériaux qui agissent comme des autorités coloniales. Par ailleurs, la vie locale des nouvelles élites américaines repose sur l’entraide et la proximité géographique et familiale28.

  • 29 Óscar Mazín Gómez, Gestores de la Real Justicia : procuradores y agentes de las catedrales hispanas (...)

11S’agissant des agents du pouvoir impérial, ils participent donc pleinement aux processus de circulation, puisque les gouverneurs, les magistrats et les vice-rois – pour ne citer que les membres les plus importants de la hiérarchie – peuvent réaliser une part importante de leur carrière aux Indes ou dans d’autres territoires de l’empire. D’un poste à l’autre, leurs déplacements ont donné une dimension politique à la mobilité spatiale : en permettant d’accumuler des connaissances sur les différents territoires, les représentants de la Couronne peuvent gouverner en s’appuyant sur leurs diverses expériences29.

  • 30 Fray Reginaldo de Lizárraga, Descripción del Perú, Tucumán, Río de la Plata y Chile, Madrid, Histor (...)
  • 31 Fray Diego de Ocaña, Viaje por el Nuevo Mundo : de Guadalupe a Potosí, 1599-1605, Madrid / Frankfur (...)
  • 32 Giuseppe Marcocci, Wietse de Boer, Aliocha Maldavsky, Ilaria Pavan, Space and Conversion in Global (...)

12On peut tirer le même bilan pour les ecclésiastiques qui, avec le Patronage royal sur l’Église, agissent souvent comme agent du pouvoir royal : l’évêque Reginaldo de Lizárraga (1615) construit ainsi sa carrière en occupant des charges au Pérou, puis au Tucumán, à la frontière indienne du sud du Chili et même au Paraguay. Il en tire une description précise de ces régions30. Le clergé régulier est peut-être encore plus soumis aux phénomènes de circulations avec sa mission évangélisatrice. Les voyages, pleins d’aventures, de fray Diego de Ocaña (1608) entre l’Espagne et Potosí, passant par le Mexique et le Chili, ou du carmélite Antonio Vázquez de Espinosa (1630), ne sont que deux exemples parmi des milliers d’autres religieux dont on conserve le témoignage dans les rapports et les lettres qu’ils envoyaient31. Les jésuites excellent particulièrement dans l’exercice de la mobilité comme moyen de connecter les territoires et les sociétés, ouvrant sur une véritable globalisation de l’évangélisation tridentine32.

  • 33 Gregorio Salinero, « Mobilité et identités dans les études de la relation Espagne-Amérique (xvie-xv (...)
  • 34 Verena Stolcke, « A New World Engendered. The Making of the Iberian Transatlantic Empires, xvi to x (...)

13Quoi qu’il en soit, les formes de mobilités et de circulations ibériques doivent toujours être comprises dans les dynamiques de négociations et de transformations identitaires qu’expérimentèrent les acteurs dans le contexte d’un continent extrêmement vaste et varié et d’une vie partagée avec l’« autre » amérindien et africain33. Il faut également ajouter la dimension de genre, qui joue un rôle indispensable pour comprendre la construction de ce nouveau continent d’outremer34.

  • 35 Jean-Paul Zúñiga, Espagnols d’outre-mer. Émigration, métissage et reproduction sociale à Santiago d (...)
  • 36 Juan Villamarín y Judith Villamarín, « El trabajo indígena, su papel en la organización social y po (...)

14Un « Nouveau Monde » duquel émerge une élite coloniale, une sorte d’aristocratie d’outremer. Une nouvelle élite qui tente de reproduire les formes de la noblesse hispanique, en recourant à des marques extérieures d’identité, en s’arrogeant des signes de distinction comme la « pureté de sang », et parallèlement, en s’efforçant d’occulter ses origines modestes et de neutraliser les « dangers » du métissage35. L’entreprise qu’elle mène outremer repose sur une prétention seigneuriale, se traduisant par l’exploitation des terres et du travail de la population afro-indigène. Elle alimente, à son tour, les grands mouvements de circulation et de déracinement qui affectent le monde indigène américain depuis la fin de la conquête36.

  • 37 Manfredi Merluzzi, Politica e governo nel Nuovo Mondo. Francisco de Toledo viceré del Perù (1569-15 (...)
  • 38 Guillermo Wilde, Religión y poder en las misiones de guaraníes, Buenos Aires, Editorial SB, 2009 ; (...)
  • 39 Jaime Valenzuela Márquez, « Misionando en los extremos de América : para un estudio comparado de la (...)

15Le modèle des « réductions » (en Nouvelle Espagne on parle de « congrégations ») joue un rôle central dans la politique impériale. Implantées par le vice-roi Toledo dans le monde andin dans le dernier tiers du xvie siècle, elles provoquent le déplacement et la réinstallation de communautés indigènes dans des villages spécifiques, pour contrôler efficacement la levée du tribut, leur loyauté politique et leur conversion religieuse37. Un processus comparable s’opère avec la politique imposée par l’État et les ordres religieux – principalement la Compagnie de Jésus – destinée au transfert et à la concentration de populations dans des missions sédentaires. L’exemple le plus abouti est celui des réductions jésuites du Paraguay qui visent à regrouper, convertir au christianisme et « civiliser » les populations guarani de la région38. Les projets et les expériences jésuites, que l’on peut considérer comme connectés à l’échelle du continent américain depuis le Québec jusqu’à l’Araucanie chilienne, s’inscrivent dans un effort à la fois centralisateur et globalisant de la Compagnie39.

  • 40 Peter Bakewell, Mineros de la montaña roja. El trabajo de los indios en Potosí, 1545-1650, Madrid, (...)

16Par ailleurs, dans la même logique d’exploitation de la main-d’œuvre et de contrôle politique, il convient d’inclure les migrations temporaires de travailleurs fournis par les communautés andines pour l’exploitation des mines (la principale était alors Potosí) suivant un système de roulement annuel appelé « mitas40 ».

  • 41 Pour un ouvrage classique sur l’encomienda, voir Silvio Zavala, La encomienda indiana, México, Porr (...)
  • 42 Christophe Giudicelli (dir.), Fronteras movedizas. Clasificaciones coloniales y dinámicas sociopolí (...)

17S’agissant des mobilités de travail, l’encomienda – la forme la plus généralisée d’exploitation de la main-d’œuvre indigène sur le continent – et d’autres formes de travail forcé ont renforcé le mouvement de la diaspora indigène, en favorisant le déracinement, la circulation à des échelles régionales et la concentration démographique (souvent avec des populations de diverses origines) dans des lieux nouveaux qui dépendent du « seigneur » encomendero41. Si les Lois nouvelles de 1542 tentent de freiner la catastrophe démographique causée par la déprédation des conquistadores et des nouveaux colons – et qui, unie au choc microbien, avait déjà décimé la population antillaise – la déportation de populations amérindiennes se maintient pour répondre au besoin de main-d’œuvre et aux conflits sur les frontières du continent42.

  • 43 Carlos Sempat-Assadourian, « El tráfico de esclavos en Córdoba : de Angola a Potosí, siglos xvi-xvi (...)

18La population africaine constitue un acteur toujours très présent et paradigmatique dans les processus de diaspora en lien avec le travail – non seulement en Amérique, dans l’espace atlantique, mais ailleurs. Phénomène diasporique majeur, l’esclavage et la migration forcée des populations africaines vers et dans le continent américain marquent profondément les mobilités de travail, les processus démographiques et les contours biologiques, sociaux et culturels du continent. Le jeu d’échelles a encore fourni ici une approche méthodologique capable d’apporter d’essentielles avancées historiographiques dans la connaissance du phénomène. D’importants travaux ont révélé les dynamiques qui s’articulaient entre les trafics transatlantiques et régionaux, entre le monde « bozal » (esclave né en Afrique) et le « créole », entre l’héritage diasporique africain et les transformations américaines liées au métissage43.

  • 44 Sur la mobilité indigène comme stratégie pour éviter le travail forcé hispanique, voir Thierry Saig (...)
  • 45 Carlos Sempat-Assadourian, El sistema de la economía colonial : mercado interno, regiones y espacio (...)
  • 46 Cf. la « Presentación » de María Regina Celestino de Almeida et Sara Ortelli au dossier : « Atraves (...)
  • 47 Raffaele Moro, « Mobilità e « passeurs culturels ». Il caso dell’America coloniale spagnola », in B (...)
  • 48 Salvador Bernabéu, Christophe Giudicelli et Gilles Havard (dir.), La indianización. Cautivos, reneg (...)

19Aussi le travail obligatoire, le déracinement géographique et la déstructuration des réseaux communautaires alimentent-ils rapidement le vagabondage et les interactions entre individus provenant de différents espaces ethniques, tant amérindiens que métis africains, mais aussi des Espagnols marginalisés44. Le commerce régional de biens manufacturés et de produits agricoles, ainsi que le transport des minerais vers les ports, alimentent la circulation permanente de caravaniers, petits commerces ambulants (trajinantes), aventuriers et renégats de toutes sortes45. Ces individus passent les montagnes, les fleuves et les plaines favorisant les connexions, les relations, les échanges et les migrations46. Certains sont des passeurs qui vivent et circulent entre plusieurs mondes47, d’autres déambulent en quête d’une occasion d’embauche, de rapine ou d’aventure ; ils offrent leur service pendant les récoltes ou s’installent provisoirement aux marges des villes ; parfois, passant les frontières ethniques, ils favorisent les flux culturels et territoriaux entre « hispanisation » et « indianisation » 48. Il s’agit de phénomènes généralisés et de longue durée, qui appartiennent aux mouvements démographiques et aux circulations diasporiques sur tout le continent, et dont le contrôle a été l’un des objectifs de la « reconquista » américaine entreprise par l’administration bourbonienne au xviiie siècle.

La construction des espaces impériaux ibériques

  • 49 Red Columnaria. Red temática de investigación sobre las fronteras de las monarquías ibéricas. URL : (...)
  • 50 Jean-Pierre Dedieu, Après le roi : essai sur l’effondrement de la monarchie espagnole, Madrid, Casa (...)

20Le dossier publié ici propose plusieurs contributions complémentaires sur les empires ibériques à l’époque moderne, depuis une perspective européenne comme extra-européenne. En ce sens, il s’agit de favoriser le dialogue entre hispanistes et américanistes, spécialistes des empires portugais et espagnol. Les contributions s’inscrivent dans les perspectives offertes par l’histoire sociale, politique et culturelle. Par ailleurs, ce numéro thématique sert de point de départ à une nouvelle réflexion dans le cadre de l’axe thématique (nodo) « Représentations et réseaux dans la construction d’un espace impérial » appartenant au réseau de recherche international sur les monarchies ibériques Red columnaria49. Aussi s’agit-il d’analyser les configurations politiques, sociales et culturelles qui ont permis de maintenir sur pied ces vastes ensembles pendant plus de trois siècles. L’empire a-t-il réellement existé comme ensemble politique et humain, ou comme simple agrégation de territoires disparates, sans cohérence ni continuité ? La question de la construction de l’empire et de ce qui le cimente est au cœur des préoccupations des historiens des mondes ibériques : de puissantes conventions (monarchie, religion) maintiennent un tout soumis à des contraintes persistantes (la distance « ennemi public numéro 1 » selon Braudel) mal vécues par les contemporains50. Dans ce cadre, les différentes contributions du dossier démontrent que les circulations articulent, pas toujours de manière cohérente, les différents espaces des empires.

21Boris Jeanne suit les itinéraires géographiques et les trajectoires sociopolitiques de plusieurs ecclésiastiques amenés à se déplacer dans les vastes territoires de l’empire de Philippe II. Avec le Patronage royal, Séville et Madrid sont des passages obligés pour ces individus qui viennent d’outre-Atlantique pour défendre les intérêts de leur ordre religieux ou de leur communauté devant le roi et son conseil. Les ambitions politiques sont un puissant moteur de mobilité qui génère des conflits entre la monarchie et la papauté, mais également des trajectoires plus complexes qui conduisent à Rome. C’est, en effet, une minutieuse enquête que livre Boris Jeanne : il démontre, au travers d’une série de trajectoires, que l’Atlantique ne constitue pas une discontinuité dans les mailles du tissu impérial. Néanmoins, l’espace n’est pas homogène : les acteurs et leur façon d’interpréter leur fidélité au roi et au pape empruntent des itinéraires souvent complexes, jamais rectilignes.

22Cecilia Tarruell s’intéresse également à des circulations d’individus générées par la forme impériale de la monarchie hispanique : le retour des captifs chrétiens et l’entrée des musulmans convertis de la Méditerranée. Sa contribution repose sur l’analyse d’un type de sources : les relations de mérites et les demandes de pensions octroyées en récompense des services rendus à la Couronne. Ces documents témoignent de l’insertion dans le corps sociopolitique de la monarchie et apportent la preuve de la puissance du monarque – pourtant absent de la plupart des territoires – qui par l’économie de la grâce – la distribution de pensions et de privilèges – maintient un lien de fidélité avec ses sujets par-delà les territoires et les appartenances.

23Pour sa part, Étienne Bourdeu, en suivant une trajectoire individuelle, met en lumière l’enchevêtrement des espaces impériaux et les façons qu’ont les acteurs de s’y mouvoir. Le parcours du militaire Baltasar Marradas (1560-1638) au service simultanément de la Monarchie catholique et du Saint Empire montre d’une part, « la plasticité des appartenances multiples » permises au sujet des empires et, d’autre part, la capacité de ceux-ci à s’adapter et évoluer dans des univers culturels et sociaux relativement différents. La réussite de Marradas est autant due à ses mérites militaires qu’à sa capacité à développer, articuler et maintenir des liens avec les élites des deux empires. à l’époque moderne, liens de parenté, de fidélité, service militaire et renseignement permettent d’évoluer entre deux empires, sans que la « naturalité » ne constitue un obstacle majeur.

24C’est un autre parcours biographique que nous invite à suivre Guillaume Gaudin, non plus en Europe centrale, mais à l’extrême occident de l’Empire espagnol : aux Philippines. C’est ici que Matías Delgado, originaire de Cáceres en Estrémadure, est envoyé pour exercer la charge de magistrat à l’audience de Manille. Une lettre adressée à son frère en 1631 témoigne du sentiment d’éloignement de la Cour madrilène et les stratégies qui visent à y remédier : à des milliers de kilomètres, des mois, voire parfois des années de voyage, les recours sont les mêmes que pour Marradas, avec la correspondance et l’activation de réseaux de parents et d’amis.

25La vie de João da Silva Guedes, étudiée par Maria Bastião, vient illustrer l’histoire sociale et politique de l’Empire portugais de la seconde moitié du xviiie siècle et la manière dont l’intégration de Péninsulaires y est favorisée. Le passage du xviiie au xixe siècle voit le renforcement de la ville comme centre colonial portugais en Afrique orientale : économiquement la ville s’enrichit en devenant un foyer d’esclavagisme, politiquement, elle devient indépendante de l’Estado da Índia et de Goa, socialement ces années correspondent à un moment de métissage intensif. Les Silva Guedes sont représentatifs de cette politique pour l’île de Mozambique. Né à Porto en 1750, João da Silva Guedes est secrétaire général de la douane dans les années 1770. On le retrouve rapidement producteur agricole, puis marchand d’esclaves et armateur. Son parcours social est également exemplaire : l’alliance matrimoniale avec une fille de l’élite locale est pour lui gage d’intégration, alors que pour les familles insulaires elle représente une « désafricanisation » par rapprochement avec un « Européen » à l’épiderme plus clair.

26L’adaptabilité est également au cœur de l’expérience migratoire des Indiens des Andes qui accompagnent les conquistadores du Chili, comme le montre Jaime Valenzuela Márquez. Des indigènes d’abord contraints d’appuyer la conquête espagnole, sont ensuite récompensés par des terrains à bâtir dans la ville de Santiago. Là, ils deviennent artisans, accumulent quelques biens et propriétés, et produisent des liens sociaux. Au contraire, d’autres Indiens, les Mapuches du Sud, continuent de résister à la conquête et sont soumis à l’esclavage jusqu’à une date tardive et malgré le principe interdisant l’esclavage des Indiens acquis en 1542. Jaime Valenzuela Márquez nous apprend ainsi que la définition des identités évolue pour favoriser l’obéissance des Indiens alliés et pour réprimer toute rébellion à l’ordre colonial.

27Tout comme les « cuzcos » étudiés par J. Valenzuela Márquez, Paulina Machuca montre l’expérience des Philippins qui migrent pour travailler dans les haciendas de palmiers du Mexique. Elle réussit à démontrer, de façon très méthodique, les connexions entre l’Asie du Sud-Est et l’Amérique via la route du Pacifique avec la diffusion de la production du vin de coco. Par l’étude de cas individuels et de leurs divers destins, P. Machuca réussit à rendre compte des relations réciproques et de l’intégration de l’Autre dans un contexte colonial multiethnique.

28Le dossier s’achève avec l’entretien accordé par l’historien Carlos Martínez Shaw, spécialiste des processus de migration, de commerce et de globalisation qui forgèrent les empires ibériques à l’époque moderne. Carlos Martínez Shaw revient sur l’essentiel de son itinéraire intellectuel en expliquant les grands questionnements méthodologiques et épistémologiques qui ont alimenté l’historiographie des cinquante dernières années, depuis les circulations transatlantiques et transpacifiques, jusqu’à la longue durée des processus politiques et économiques. Il donne ainsi à voir, en conclusion de ce dossier, un horizon ouvert à la recherche sur les empires ibériques.

Haut de page

Notes

1 Joseph de Acosta, Histoire naturelle et morale des Indes occidentales, Paris, Payot, 1979, p. 54.

2 Patrick Boucheron, « Qui a inventé les Grandes Découvertes ? », L’Histoire, no 355, juillet-août 2010, p. 8-13.

3 Joseph Pérez, La Légende noire de l’Espagne, Paris, Fayard, 2009.

4 Sur la vision et l’écriture du passé colonial au Mexique, Felipe Castro-Gutiérrez, « Rituales of Defiance : Past Resistance, Present Ambiguities », John Gledhill, Patience Schell (dir.), New Approaches to Resistance in Brazil and Mexico, Duke, Duke University Press, 2012, p. 44-62.

5 On dispose aujourd’hui d’une excellente synthèse en anglais : Francisco Bethencourt, Diogo Ramada Curto (dir.), Portuguese oceanic expansion, 1400-1800, Cambridge, Cambridge University Press, 2007. Pour une somme, voir Francisco Bethencourt et K. N. Chaudhuri, História da expansão portuguesa, Lisboa, Circulo de leitores, 1998-2000, 5 vol.

6 Sanjay Subrahmanyam, Vasco de Gama : légende et tribulations du Vice-Roi des Indes, France, Alma, 2012.

7 Stuart Schwartz, Frank Salomon, « New Peoples and New Kinds of People : Adaptation, Readjustment, and Ethnogenesis in South American Indigenous Societies (Colonial Era) », in Frank Salomon, Stuart B. Schwartz (dir.), The Cambridge History of the Native Peoples of the Americas, Cambridge / New York, Cambridge University Press, vol. III, part. 2, 1999, p. 443-501.

8 Andrea Martínez Baracs, Un gobierno de indio : Tlaxcala, 1519-1750, México, Fondo de Cultura Económica Colegio de Historia de Tlaxcala Centro de Investigaciones y Estudios Superiores en Antropología Social, 2009.

9 Stuart B. Schwartz, Implicit understandings. Observing, Reporting, and Reflecting on the Encounters Between Europeans and Other Peoples in the Early Modern Era, Cambridge, Cambridge University Press, 1994 ; Richard White, Le Middle ground : Indiens, empires et républiques dans la région des Grands Lacs, 1650-1815, Toulouse, Anacharsis, 2009 ; Romain Bertrand, L’histoire à parts égales : récits d’une rencontre Orient-Occident (xvie-xviie siècle), Paris, Seuil, 2010 ; Serge Gruzinski, L’Aigle et le Dragon. Démesure européenne et mondialisation au xvie siècle, Paris, Fayard, 2012.

10 Serge Gruzinski, Les quatre parties du monde : histoire d’une mondialisation, Paris, Éd. de la Martinière, 2004 ; Sanjay Subrahmanyam « Par-delà l’incommensurabilité : pour une histoire connectée des empires aux temps modernes », Revue d’histoire moderne et contemporaine, no 54-4bis, 5/2007, p. 34-53.

11 Vincent Capdepuy, « Enseignement : histoire connectée / histoire globale », billet publié le 3 juin 2014 sur le blog Aggiornamento, URL : http://aggiornamento.hypotheses.org/2139. Ajoutons que la question d’histoire moderne au concours de l’agrégation (mais pas du CAPES…) pour 2013-2016 s’intitule « La péninsule Ibérique et le Monde (1470-1640) » et le thème des Rendez-vous de l’histoire de Blois 2015 portera sur les empires.

12 Christian Hausser, Horst Pietschmann, « Empire. The concept and its problems in the Historiography on the Iberian Empires in the Early Modern Age », Culture & History Digital Journal, vol. 3, no 1, 2014, URL : http://dx.doi.org/10.3989/chdj.2014.002

13 Jean Michel Sallmann, Charles Quint, Paris, Payot, 2004, p. 224-239.

14 Cité par Luis Adrián Mora Rodríguez, (2013). « Política, imperio e imperialismo : una aproximación crítica desde las cartas de relación de Hernán Cortés », Tabula Rasa, no 18, 2013, p. 137-153. Consulté le 20 février 2015, URL : http://www.scielo.org.co/scielo.php?script=sci_arttext&pid=S1794-24892013000100006&lng=en&tlng=es

15 Pedro Ordóñez de Ceballos, Viaje del mundo. Hecho y compuesto por el licenciado Pedro Ordóñez de Ceballos, natural de la insigne ciudad de Jaén, Madrid, 1614.

16 Giuseppe Marcocci, A consciência de um imperio : Portugal e o sue mundo, sec. xv-xvii, Imprensa da Universidade de Coimbra, Coimbra, 2012.

17 Pour le Portugal, l’habitude est ancienne, voir par exemple : Vitorino Magalhães Godinho, L’économie de l’empire portugais aux xve et xvie siècles, Paris, France, SEVPEN, 1969 ou Charles Ralph Boxer, The portuguese seaborne empire : 1415-1825, London, Hutchinson and Co, 1969. Pour l’Espagne, l’ouvrage de Salvador de Madariaga est un des premiers à recourir à la notion d’« empire » : Salvador de Madariaga, The rise of the Spanish American empire, London, Hollis & Carter, 1947 ; puis ce sont les historiens anglo-saxons qui imposent le terme avec John H. Parry, The Spanish seaborne empire, Berkeley, 1966. John H. Elliott développe depuis plusieurs décennies une histoire atlantique des empires et a une influence considérable sur plusieurs générations d’historiens : John H. Elliott, Empires of the Atlantic world : Britain and Spain in America, 1492-1830, New Haven, 2006. La définition de la nature politique de l’empire espagnol occupe particulièrement les historiens qui, à la suite de J. H. Elliott, ont dans l’ensemble tous adoptés l’idée de « monarchie composite », J. H. Elliott, « A Europe of Composite Monarchies », Past & Present, 1992, vol. 137, no 1, p. 48-71. En réponse à cette dernière interprétation impliquant un schéma centre-périphérie trop prégnant, un groupe d’historiens a récemment proposé de parler de « monarchie polycentrique », cf. Pedro Cardim, Tamar Herzog, José Ruiz Ibáñez, Gaetano Sabatini (dir.), Polycentric monarchies : how did early modern Spain and Portugal achieve and maintain a global hegemony ?, Brighton, Sussex Academic Press, 2012.

18 Catarina Madeira Santos, Jean-Frédéric Schaub, « Histoires impériales et coloniales d’Ancien Régime », in E. Désveaux & Michel de Fornel, Faire des sciences sociales. Généraliser, Paris, EHESS, 2012, p. 293-318.

19 Michel Bertrand, Natividad Planas (dir.), Les sociétés de frontière : de la Méditerranée à l’Atlantique, xvie-xviiie siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2011 ; José Javier Ruiz Ibáñez (dir.), Las vecindades de las Monarquias Ibéricas, Madrid, FCE, 2013.

20 Sur la pertinence de l’étude des empires pour l’histoire, cf. Jane Burbank et Frederick Cooper, Empires : de la Chine ancienne à nos jours, Paris, Payot, 2011. Pour le cas hispanique, Jean-Paul Zuñiga, « L’histoire impériale à l’heure de l’« histoire globale ». Une perspective atlantique », Revue d’Histoire Moderne et Contemporaine, tome 54, no 4 bis, 2007, p. 54-68.

21 Pedro A. Vives, Pepa Vega, Jesús Oyamburu (dir.), Historia general de la emigración española a Iberoamérica, Madrid, Historia 16, 1992, 2 vol.

22 José Newton Coelho Meneses, « Escalas espaço-temporais e história cultural. Reflexão de um historiador sobre o espaço como categoria de análise », in Eduardo França Paiva, Marcia Amantino, Isnara Pereira Ivo (dir.), Escravidão, mestiçagens, ambientes, paisagens e espaços, São Paulo, Annablume, 2011, p. 55-79 ; Antonio Eiras Roel, Ofelia Rey Castelao, Migraciones internas y médium-distance en la península ibérica, 1500-1900, Santiago de Compostela, Xunta de Galicia / Commission Internationale de Démographie Historique, 1994, 2 vol. ; Christine Daniels, Michael V. Kennedy (dir.), Negotiated Empires. Centers and peripheries in the Americas, 1500-1820, New York / London, Routledge, 2002.

23 Kris Lane (dir.), [dossier] « Re-routing the Past : Spatial Practices of Colonial Latin America », in Colonial Latin American Review, tome 21, no 1, avril 2012 (Articles : Jordana Dym, « Taking a Walk on the Wild Side : Experiencing the Spaces of colonial Latin America » ; David T. Garret, « ‘En lo remoto de estos reynos’: Distance, Jurisdiction, and Royal Government in late Habsburg Cusco » ; Sylvia Sellers-García, « The Mail in Time : Postal Routes and Conceptions of Distance in Colonial Guatemala » ; Heather Flynn Roller, « River Guides, Geographical Informants, and Colonial Field Agents in the Portuguese Amazon » ; Junia Ferreira Furtado, « From Brazil’s Central Highlands to Africa’s Ports : Trans-Atlantic and Continental Trade Connections in Goods and Slaves »).

24 Voir note 43 pour la bibliographie portant sur ce sujet.

25 Cf. par exemple, Bernal Díaz del Castillo, Historia verdadera de la conquista de la Nueva España, Madrid, Real Academia Española, éd. Guillermo Serés, 2011 ; José Antonio del Busto Duthurburu, Marchas y navegaciones en la conquista del Perú, Lima, Pontificia Universidad Católica del Perú, Instituto Riva-Agüero, 2006.

26 Cf. par exemple, Ana María Lorandi, Ni ley, ni rey, ni hombre virtuoso. Guerra y sociedad en el virreinato del Perú. Siglos xvi y xvii, Buenos Aires, Gedisa /Universidad de Buenos Aires, 2002.

27 Carlos Martínez Shaw, « Geografías de la emigración, la distribución espacial de los emigrantes a la América española (1492-1824) », in Óscar Mazín (dir.), México en el mundo hispánico, Zamora, El Colegio de Michoacán, 2000, p. 151-186.

28 Cf. par exemple, Francisco Andújar Castillo et Domingo Giménez Carrillo (dir.), Riqueza, poder y nobleza : los Marín de Poveda, una historia familiar del siglo xvii vista desde España y Chile, Almería, Universidad de Almería, 2011 ; Michel Bertrand, « Administrer les finances aux Indes : entre service royal et intérêts familiaux, xviie-xviiie siècles », in Anne Dubet, Les finances royales dans la monarchie espagnole (xvie-xixe siècles), Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2008, p. 213-225.

29 Óscar Mazín Gómez, Gestores de la Real Justicia : procuradores y agentes de las catedrales hispanas nuevas en la Corte de Madrid, Mexico, El Colegio de México, Centro de Estudios Históricos, 2007 ; Bartolomé Yun Casalilla (dir.), Las redes del imperio : élites sociales en la articulación de la Monarquía Hispánica, 1492-1714, Madrid, Marcial Pons, 2009 ; Arndt Brendecke, Imperio e información : funciones del saber en el dominio colonial español, Madrid, Iberoamericana, 2012 ; Guillaume Gaudin, Penser et gouverner le Nouveau Monde au xviie siècle. L’empire de papier de Juan Diez de la Calle, commis du Conseil des Indes, Paris, L’Harmattan, 2013.

30 Fray Reginaldo de Lizárraga, Descripción del Perú, Tucumán, Río de la Plata y Chile, Madrid, Historia 16, 1987.

31 Fray Diego de Ocaña, Viaje por el Nuevo Mundo : de Guadalupe a Potosí, 1599-1605, Madrid / Frankfurt / México / Monterrey, Iberoamericana / Vervuert / Bonilla Artigas / Instituto Tecnológico y de Estudios Superiores de Monterrey, éd. Blanca López et Abraham Madroñal, 2010 ; Antonio Vázquez de Espinosa, Compendio y descripción de las Indias Occidentales, Washington, Smithsonian Institution, éd. Charles Upson Clark, 1948 [1629].

32 Giuseppe Marcocci, Wietse de Boer, Aliocha Maldavsky, Ilaria Pavan, Space and Conversion in Global Perspective, Leiden / Boston, Brill, 2015 ; Aliocha Maldavsky, « Conectando territorios y sociedades. La movilidad de los misioneros jesuitas en el mundo ibérico (siglos xvi-xviii) », Histórica, vol. 38, no 2, 2014, p. 71-109 ; Charlotte de Castelnau-L’Estoile, Marie-Lucie Copete, Aliocha Maldavsky, Ines G. Zupanov (dir.), Missions d’évangélisation et circulation des savoirs. xvie-xviiie siècle, Madrid, Casa de Velázquez, 2011 ; Michela Catto, Guido Mongini, Silvia Mostaccio (dir.), Evangelizzazione e globalizzazione. Le missioni gesuitiche nell’età moderna tra storia e storiografia, Società Editrice Dante Alighieri [Biblioteca di Nuova Rivista Storica, vol. 42], 2010 ; Pierre Antoine Fabre et Bernard Vincent (dir.), Missions religieuses modernes. « Notre lieu est le monde », Roma, École française de Rome, 2007 ; Paolo Broggio, Evangelizzare il mondo. Le missioni della Compagnia di Gesù tra Europa e America (secoli xvi-xvii), Roma, Carocci Editore, 2004.

33 Gregorio Salinero, « Mobilité et identités dans les études de la relation Espagne-Amérique (xvie-xviiie siècle) », in Gregorio Salinero (dir.), Mezclado y sospechoso. Movilidad e identidades, España y América (siglos xvi-xviii), Madrid, Casa de Velázquez, 2005, p. 3-21.

34 Verena Stolcke, « A New World Engendered. The Making of the Iberian Transatlantic Empires, xvi to xix centuries », in Teresa A. Meade et Merry E. Wiesner-Hanks (dir.), A Companion to Gender History, Oxford, Blackwell, 2003, p. 371-389.

35 Jean-Paul Zúñiga, Espagnols d’outre-mer. Émigration, métissage et reproduction sociale à Santiago du Chili, au xviie siècle, Paris, Éditions de l’École des Hautes Études en Sciences Sociales, 2002 ; Solange Alberro, Del gachupín al criollo o de cómo los españoles de México dejaron de serlo, Mexico, El Colegio de México, Centro de Estudios Históricos, 2006 ; Nikolaus Böttcher, Bernd Hausberger et Max Hering Torres (dir.), El peso de la sangre. Limpios, mestizos y nobles en el mundo hispánico, Mexico, El Colegio de México, 2011.

36 Juan Villamarín y Judith Villamarín, « El trabajo indígena, su papel en la organización social y política prehispánica y colonial », in Marcello Carmagnani, Alicia Hernández et Ruggiero Romano (dir.), Para una historia de América III. Los Nudos (2), México, Fondo de Cultura Económica, 1999, p. 13-72.

37 Manfredi Merluzzi, Politica e governo nel Nuovo Mondo. Francisco de Toledo viceré del Perù (1569-1581), Roma, Carocci Editore, 2003 ; Jeremy Ravi Mumford, Vertical Empire. The General Resettlement of Indians in the Colonial Andes, Durham / London, Duke University Press, 2012 ; Alan Durston, « El proceso reduccional en el sur andino : confrontación y síntesis de sistemas espaciales », Revista de historia indígena, no 4, 1999-2000, p. 75-101.

38 Guillermo Wilde, Religión y poder en las misiones de guaraníes, Buenos Aires, Editorial SB, 2009 ; Bernd Hausberger, « La conquista jesuita del noroeste novohispano », Memoria americana. Cuadernos de etnohistoria, no 12, 2004, p. 131-168.

39 Jaime Valenzuela Márquez, « Misionando en los extremos de América : para un estudio comparado de las « fronteras jesuitas » entre los hurones del Québec y los mapuches de la Araucanía (siglo xvii) », in Claudio Rolle (dir.), El Orbe Católico. Transformaciones, continuidades, tensiones y formas de convivencia entre centro y periferia (siglos xiv-xix), Santiago du Chili-Rome, Instituto de Historia PUC / Viella Editrice / RIL Editores [sous presse].

40 Peter Bakewell, Mineros de la montaña roja. El trabajo de los indios en Potosí, 1545-1650, Madrid, Alianza, 1989 ; Jeffrey A. Cole, The Potosí Mita, 1573-1700 : Compulsory Indian Labor in the Andes, Stanford, Stanford University Press, 1985 ; Noble David Cook, « Patrones de migración indígena en el virreinato del Perú : mitayos, mingas y forasteros », Histórica, vol. XIII, no 2, 1989, p. 125-152 ; Paula Zagalsky, « La mita de Potosí : una imposición colonial invariable en un contexto de múltiples transformaciones (siglos xvi-xvii ; Charcas, Virreinato del Perú) », Chungara, vol. 46, no 3, 2014, p. 375-395.

41 Pour un ouvrage classique sur l’encomienda, voir Silvio Zavala, La encomienda indiana, México, Porrúa, 1992 (3e éd. revue). Plusieurs travaux sur l’encomienda et les encomenderos sont recensés dans Oscar Mazín, Una ventana al mundo hispánico. Ensayo bibliográfico, México, El Colegio de México, 2006, p. 121-122 et 127-129.

42 Christophe Giudicelli (dir.), Fronteras movedizas. Clasificaciones coloniales y dinámicas sociopolíticas en las fronteras de las Américas, Mexico, CEMCA / El Colegio de Michoacán, 2011 ; Jaime Valenzuela Márquez (dir.), América en diásporas. Esclavitudes y migraciones forzadas (siglos xvi-xix), Santiago de Chile, Pontificia Universidad Católica de Chile / RIL Editores, 2015.

43 Carlos Sempat-Assadourian, « El tráfico de esclavos en Córdoba : de Angola a Potosí, siglos xvi-xvii », Cuadernos de historia, Córdoba, Universidad Nacional de Córdoba, Instituto de Estudios Americanistas, no 36, 1966 ; Berta Ares Queija et Alessandro Stella (dir.), Negros, mulatos, zambaigos : Derroteros africanos en los mundos ibéricos, Sevilla, CSIC, Escuela de Estudios Hispano-Americanos, 2000 ; María Elisa Velázquez, « Experiencias de esclavitud femenina : africanas, afrodescendientes e indígenas en el México virreinal », dans María Elisa Velázquez (dir.), Debates históricos contemporáneos : africanos y afrodescendientes en México y Centroamérica, México, INAH / UNAM / CEMCA / Institut de Recherche pour le Développement, 2011, p. 243-266 ; Carmen Bernand, Negros esclavos y libres en las ciudades hispanoamericanas, Madrid, Fundación Histórica Tavera, 2001 ; Sherwin K. Bryant, Rachel Sarah O’Toole et Ben Vinson III (dir.), Africans to Spanish America. Expanding the Diaspora, Urbana / Chicago / Springfield, University of Illinois Press, 2012 ; Douglas B. Chambers, « Ethnicity in the Diaspora : The Slave-Trade and the Creation of African « ‘Nations »’ in the Americas », Slavery and Abolition, vol. 22, no 3, 2001, p. 25-39 ; Christine Chivallon, « La notion de diaspora appliquée au monde noir des Amériques : l’historicité d’un concept », Africultures [en ligne], Paris, no 72, p. 20-35 ; Lolita Gutiérrez Brockington, « The African Diaspora in the Eastern Andes. Adaptation, Agency, and Fugitive Action, 1573-1677 », The Americas, vol. 57, no 2, october 2000, p. 207-224 ; Herbert S. Klein y Ben Vinson III, La esclavitud africana en América Latina y el Caribe, Lima, IEP, 2008 [1re éd., 1986] ; Jane Landers, « Movilidad de la diáspora y comunicación entre poblaciones de origen africano en el Circuncaribe », in María Elisa Velázquez (dir.), Debates históricos…, op. cit., p. 59-83 ; Paul E. Lovejoy et David Vincent Trotman (dir.), Trans-Atlantic Dimensions of Ethnicity in the African Diaspora, London, Continuum, 2003 ; Rachel Sarah O’Toole, « From the Rivers of Guinea to the Valleys of Peru : Becoming a Bran Diaspora within Spanish Slavery », Social Text, no 92, printemps 2007, p. 19-36 ; John Thornton, Africa and Africans in the Making of the Atlantic World, 1400-1800, Cambridge, Cambridge University Press, 1998 (2e éd.). Voir aussi le livre classique d’Enriqueta Vila-Vilar, Hispanoamérica y el comercio de esclavos, qui porte spécialement sur la circulation des esclaves africains durant le demi-siècle où les Portugais contrôlent la Traite grâce aux contrats (asientos) passés avec la Couronne (1595-1640) (Sevilla, Universidad de Sevilla, 2015). Pour une approche renouvelée, voir Antonio de Almeida Mendes, « Les réseaux de la traite ibérique dans l’Atlantique nord. Aux origines de la traite atlantique (1440-1640) », Annales. Histoire, Sciences sociales, no 4, septembre 2008, p. 739-768. Une remarquable recherche sur l’expérience de la diaspora et d’adaptation stratégique des Africains en contexte de déracinement et d’esclavage se trouve dans l’article de Natalie Zemon Davis, « Jueces, amos, adivinadores : La experiencia de justicia criminal de los esclavos en Surinam colonial », in Verónica Undurraga, Rafael Gaune (dir.), Formas de control y disciplinamiento. Chile, América y Europa, siglos xvi-xix, Santiago de Chile, Uqbar, 2014, p. 59-120.

44 Sur la mobilité indigène comme stratégie pour éviter le travail forcé hispanique, voir Thierry Saignes, « Indian Migration and Social Change in Seventeenth-Century Charcas », in Brooke Larson et Olivia Harris (dir.), Ethnicity, Markets, and Migration in the Andes : At the Crossroads of History and Anthropology, Durham, Duke University Press, 1995. Cf. Mario Góngora, « Vagabundaje y sociedad fronteriza en Chile (siglos xvii a xix) », Cuadernos del Centro de Estudios Socio-Económicos, Santiago de Chile, no 2, 1966 ; Alejandra Araya, Ociosos, vagabundos y malentretenidos en Chile colonial, Santiago de Chile, DIBAM / Lom, 1999.

45 Carlos Sempat-Assadourian, El sistema de la economía colonial : mercado interno, regiones y espacio económico, Lima, IEP, 1982 [1968] ; Cecilia Sanhueza, « Tráfico caravanero y arriería colonial en el siglo xvii », Estudios atacameños, no 10, 1984, p. 169-182 ; Ximena Medinacelli, Sariri. Los llameros y la construcción de la sociedad colonial, La Paz, IFEA / Plural / IEB / ASDI, 2010 ; Luis Miguel Glave, « Tambos y caminos andinos en la formación del mercado interno colonial », Anuario de estudios americanos, vol. 45, 1988 ; Fernando Iwasaki, « Ambulantes y comercio colonial. Iniciativas mercantiles en el Virreinato Peruano », Jahrbuch für Geschichte von staat, wirtschaft und gesellschaft Lateinamerikas, no 24, 1987, p. 179-211 ; Laura Escobari de Querejazu, Producción y comercio en el espacio sur andino en el siglo xvii (Cuzco-Potosí, 1650-1700), La Paz, Imprenta Industrias Offset Color, 1985.

46 Cf. la « Presentación » de María Regina Celestino de Almeida et Sara Ortelli au dossier : « Atravesando fronteras. Circulación de población en los márgenes iberoamericanos. Siglos xvi-xix », Nuevo Mundo-Mundos Nuevos [en ligne], no 11, mis en ligne le 31 janvier 2011, URL : http://nuevomundo.revues.org/60702#ftn3.

47 Raffaele Moro, « Mobilità e « passeurs culturels ». Il caso dell’America coloniale spagnola », in Berta Ares et Serge Gruzinski (dir.), Entre dos mundos. Fronteras culturales y agentes mediadores, Sevilla, Escuela de Estudios Hispano-Americanos, 1997, p. 149-174 ; Salvatore Palidda, « Passeurs, mediatori e intermediari », La ricerca folklorica, no 44 (« Antropologia dei processi migratori »), 2001, p. 77-84.

48 Salvador Bernabéu, Christophe Giudicelli et Gilles Havard (dir.), La indianización. Cautivos, renegados, « hombres libres » y misioneros en los confines americanos, s. xvi-xix, Madrid, Doce Calles, 2013 ; Carmen Bernand, « Los híbridos en Hispanoamérica. Un enfoque antropológico de un proceso histórico », in Guillaume Boccara et Silvia Galindo (dir.), Lógica mestiza en América, Temuco, Universidad de la Frontera, Instituto de Estudios Indígenas, 2000, p. 61-84.

49 Red Columnaria. Red temática de investigación sobre las fronteras de las monarquías ibéricas. URL : http://www.um.es/redcolumnaria/.

50 Jean-Pierre Dedieu, Après le roi : essai sur l’effondrement de la monarchie espagnole, Madrid, Casa de Velázquez, 2010.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Guillaume Gaudin et Jaime Valenzuela Márquez, « Empires ibériques : de la péninsule au global », Diasporas, 25 | 2015, 13-24.

Référence électronique

Guillaume Gaudin et Jaime Valenzuela Márquez, « Empires ibériques : de la péninsule au global », Diasporas [En ligne], 25 | 2015, mis en ligne le 01 septembre 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://diasporas.revues.org/358 ; DOI : 10.4000/diasporas.358

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org