Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Noël Barbe et Marina Chauliac (dirs.). L’immigration aux frontières du patrimoine

Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France », cahier n° 28, 2014, 144 p.
Laure Teulières
p. 243-244
Référence(s) :

Noël Barbe et Marina Chauliac (dirs.). L’immigration aux frontières du patrimoine, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, coll. « Ethnologie de la France », cahier n° 28, 2014, 144 p.

Texte intégral

1Cet ouvrage collectif réunit les réflexions de chercheurs engagés dans l’appel à projet « Mémoires de l’immigration, vers un processus de patrimonialisation » lancé en 2007 par la Mission pour l’ethnologie de la direction des Patrimoines du ministère de la Culture et de la Communication. Outre les résultats de recherches de terrain entreprises dans ce cadre, ce sont également les intentions même de la commande publique, le contexte et les tensions dans lesquels elle s’inscrivait qui sont fort utilement explicités dès l’introduction par les coordonnateurs de l’ouvrage. Si le repérage d’éléments patrimoniaux était bien une des attentes indiquées, les différentes contributions contournent plutôt la demande pour s’interroger plus au fond, dans une approche socio-anthropologique, sur les conditions d’émergence, de cristallisation et/ou d’effacement ou d’occultation de ces mémoires, préalable à toute forme de patrimonialisation, et sur les processus complexes qui y contribuent.

2Conduisant l’étude en région Centre, Hélène Bertheleu, Véronique Dassié et Julie Garnier analysent comment des dispositifs sensés recueillir ou promouvoir la mémoire, généralement adossés aux programmes de rénovation urbaine, contribuent bien souvent à effacer la dimension migratoire. Pourtant, des exemples de mobilisations mémorielles portées par des associations révèlent des formes d’ancrage des migrants et les dynamiques qui peuvent s’engager auprès des institutions pour faire patrimoine.

3C’est la question de la militance que convoquent Michèle Baussant, Evelyne Ribert et Nancy Venel. Des enquêtes de terrain auprès d’associations variées (concernant les migrations espagnole, algérienne, égyptienne) confirment l’importance de cette dimension dans les parcours des entrepreneurs de mémoire et qu’un substrat militant favorise l’éclosion puis la construction d’une mémoire collective. Cela n’empêche pas des formes d’évitement du politique, afin d’échapper aux polémiques ou aux clivages, à fin de convivialité ou de crédibilité, et dans un souci d’exprimer une mémoire favorisant l’adhésion.

4Véronique Moulinié et Sylvie Sagnes sondent l’évolution de la mémoire de l’exil espagnol. En ce début de xxisiècle, la figure du combattant s’efface au profit de celle de victime tragique de la Retirada. Les rhétoriques mémorielles formulées dans les romans comme les démarches commémoratives associatives, animées désormais surtout par des descendants, tendent à dévaloriser la dimension politique. Les cérémonies privilégient le rassemblement unanimiste sous la bannière républicaine, jusqu’à occulter les engagements partisans pourtant déterminants en 1939.

5Vecteur essentiel de transmission d’une expérience d’émigration, d’une mémoire familiale et intergénérationnelle, c’est la chanson populaire qui intéresse Ahmed Boubeker dans le cas de l’immigration kabyle en Lorraine. D’un « non lieu de mémoire », par la déperdition des enregistrements et l’effacement des sites emblématiques (cabarets, quartiers), des acteurs de la nouvelle génération ont su faire le support d’une reconquête culturelle. La diffusion, l’actualisation, la réappropriation et finalement la réinvention du répertoire musical s’apparente ainsi à une lutte pour la reconnaissance.

6Enfin, le dernier chapitre revient sur l’expérience d’Armand Gatti à Montbéliard. Invité en 1975 par le Centre d’action culturelle local à élaborer une œuvre sur le monde ouvrier, il en tire un ensemble de films réalisés avec des travailleurs immigrés de l’industrie automobile (Peugeot) réuni sous le titre Le lion, sa cage et ses ailes. Croisant le parcours biographique – de sa naissance dans une famille d’Italiens, à la Résistance dans les maquis du Limousin, puis aux engagements ultérieurs – aux circonstances de la production et aux partis-pris formels adoptés, Noël Barbe souligne combien Armand Gatti « renverse le dispositif de saisie de l’immigration en donnant place aux individualités » et ouvre la possibilité d’invention d’un « langage pour se dire et exister ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Teulières, « Noël Barbe et Marina Chauliac (dirs.). L’immigration aux frontières du patrimoine », Diasporas, 23-24 | 2014, 243-244.

Référence électronique

Laure Teulières, « Noël Barbe et Marina Chauliac (dirs.). L’immigration aux frontières du patrimoine », Diasporas [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/340

Haut de page

Auteur

Laure Teulières

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org