Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Christian Sorrel (dir.). André Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant

Chrétiens et sociétés, documents et mémoires n° 19, 2013
Colette Zytnicki
p. 241-243
Référence(s) :

Christian Sorrel (dir.). André Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant, Chrétiens et sociétés, documents et mémoires n° 19, 2013

Texte intégral

1Pour qui s’est quelquefois intéressé à l’histoire de la Seconde Guerre mondiale et plus précisément à la question de la persécution et du sauvetage des Juifs en France, la figure de l’abbé Glasberg n’est pas inconnue. On l’a vu à l’œuvre dans les premières années de Vichy à Lyon et dans le Sud-Ouest par la suite où on le retrouvait parmi les maquis de la région. Ombre parmi les ombres, on en devinait l’activité intense sans en savoir plus sur ce personnage dont on pressentait toutefois la richesse.

2Une journée d’étude organisée par le Laboratoire de recherche historique Rhône-Alpes permet de jeter un peu plus de lumière sur Alexandre Glasberg. Neuf communications présentées par Christian Sorrel et une conclusion rédigée par Etienne Fouilloux retracent l’itinéraire de cet homme singulier. La tâche est d’autant plus rude que Glasberg n’a laissé aucun écrit autobiographique et recouvert les épisodes de sa vie d’un épais silence. Et la période de la Résistance dans laquelle il s’est engagé, ainsi que d’autres moments de son existence où la discrétion était de rigueur, ont peu suscité de traces.

3On sait qu’il est né en 1902 à Jitomir, en Ukraine, dans un milieu juif aisé et peu pratiquant. Il y vécut jusqu’en 1920, date à laquelle sa famille s’installa à Vienne puis en Pologne. Alexandre Glasberg travailla quelque temps en Serbie, à Berlin et enfin à Paris au début des années 1930. Avec ses frères et sœurs, comme lui dispersés à travers le vieux continent et divisés politiquement, entre ceux qui fuirent l’URSS et ceux qui en furent au contraire des citoyens fidèles, le futur abbé se trouva au cœur de la tourmente qui bouleversait l’Europe de l’Est depuis 1914.

4C’est au cours de ce cheminement chaotique qu’Alexandre Glasberg se convertit au christianisme et devint curé. S’étant peu expliqué sur son choix, ses biographes en sont réduits à des conjectures pour en rendre compte. Et lorsque la Seconde Guerre mondiale éclata, le nouvel abbé se mit au service des exclus. Il vint en aide aux personnes détenues dans les camps français, juifs pour la plupart, étrangers à coup sûr. Homme de réseaux et d’influence, il créa des structures, comme la Direction des centres d’accueil, chercha des financements, sollicita des patronages puissants. En 1942, il dut se réfugier dans le Tarn-et-Garonne où sous le couvert d’un simple curé de campagne, il continua ses activités de résistance. Il trouva ses appuis auprès des hommes d’Église, un évêque comme monseigneur Théas à Montauban, le réseau construit autour de la revue des Cahiers du témoignage chrétien, l’Amitié chrétienne, fondée sous le patronage du cardinal Gerlier à Lyon et du pasteur Boegner. Il travailla également avec la CIMADE (comité inter-mouvements auprès des évacués) et les organisations juives telles les Éclaireurs israélites ou l’Organisation de secours aux enfants (OSE). Enfin, tout homme de paix qu’il était, il prit le maquis en 1944 et siégea au comité départemental de libération du Tarn-et-Garonne jusqu’en décembre de la même année.

5Dès l’arrêt des combats et des persécutions, il créa un centre d’orientation sociale des étrangers (COSE), destiné à accueillir et à insérer les réfugiés, juifs mais pas uniquement, étrangers en détresse de toutes sortes. Glasberg prit également part à l’aventure de l’Exodus, ce bateau qui achemina des exilés juifs en Palestine après bien des déboires. Sioniste convaincu, il fut sur le terrain lors de la guerre de 1948, de même qu’il participa à l’évacuation des Juifs d’Irak la même année. Fut-il un agent du Mossad ? La question est posée, mais elle ne peut être résolue pour l’instant. En France, le COSE devenu COS s’ouvrit progressivement à d’autres immigrés comme les Maghrébins. Il n’est donc pas étonnant de voir l’abbé s’engager contre la guerre en Algérie. Enfin, on le retrouve en tant que membre fondateur de France Terre d’Asile en 1971.

6Tel est, à gros traits, l’itinéraire à la fois simple et compliqué de l’abbé Glasberg. Simple, car depuis les années 1930, l’homme est entièrement tourné vers une seule action : venir en aide aux plus démunis, victimes des situations de guerre ou migrants en péril. Entre le secours apporté aux Juifs en France en 1942 et les boat-people des années 1970, court un même fil, celui d’une solidarité sans faille. Compliqué, car l’homme est complexe. Juif converti, il n’a jamais fait mystère de ses origines qui l’ont incité à soutenir activement la création de l’état d’Israël. Cette judéité jamais reniée est également visible – et cela aurait pu être souligné par les auteurs du recueil – dans sa vision de la solidarité. Il refuse en effet d’y voir une charité compassionnelle, mais selon la conception juive de la Tsédaqah, il la définit comme une mission de justice, réparatrice des inégalités sociales. Homme d’Église, il n’a pas non plus renié son engagement d’homme de gauche. Il a aimé Israël et l’idéal socialiste des kibboutzim, un idéal qu’il tenta d’appliquer dans les centres sociaux qu’il a lui-même créés en France. Et il l’a critiqué quand l’État hébreu s’est écarté de cette voie et qu’il a infligé le sort que l’on sait aux Palestiniens.

7On le voit, l’ouvrage permet de donner une cohérence à une figure importante et mal connue du dernier siècle. Il est vrai que l’homme n’a guère cherché les devants de la scène de son vivant. Et son parcours a souvent suscité le trouble et le questionnement. À preuve, les difficultés sans nombre qu’il a rencontrées au début des années 1950 pour obtenir la nationalité française. L’administration se méfiait de ce curé juif inclassable et vaguement dangereux en ces temps de guerre froide. À preuve aussi le temps qu’il fallut pour le reconnaitre en tant que Juste parmi les Nations. Lui-même, se considérant comme juif, pensait qu’il ne pouvait prétendre à cette distinction qui s’applique aux goyim. Et les réticences étaient fortes, tant du côté de l’Église que d’Israël. La discussion perdura jusqu’en 2004 où Yad Vashem lui décerna la médaille des Justes d’une manière fort solennelle qui illustrait l’intensité renouvelée du dialogue judéo-chrétien.

8Ouvrage utile, appuyé sur des enquêtes sérieuses qui cerne à peu près toutes les facettes publiques du personnage. Mais ouvrage qui laisse aussi le lecteur sur sa faim. Centré uniquement sur l’abbé Glasberg, il y manque une épaisseur historique qui permettrait de mieux le comprendre. On prendra deux exemples qui sont autant de pistes pour une recherche à venir. Le contexte dans lequel Glasberg passa ses premières années demande à être approfondi si on veut saisir la complexité du futur l’abbé. L’Ukraine du début du siècle fut, on le sait, le théâtre de pogroms, perpétrés avant, pendant et après la Première Guerre. Une enquête plus fine sur les traces laissées par cette période dans la mémoire de Glasberg serait à entreprendre. Cela supposerait une quête documentaire poussée et certainement aussi une comparaison avec des trajectoires de vie contemporaines. Par ailleurs, si le dossier s’interroge sur la « catholicité » de l’abbé, reste à cerner d’un peu plus près sa judéité qu’il semble combiner sans peine avec la foi qu’il a embrassée. Là encore, une étude comparative avec d’autres convertis s’imposerait. Car dans les années 1930, sans être massif, le mouvement de conversion n’est pas aussi rare qu’on le pense. Et d’autres points se doivent d’être éclaircis, comme l’engagement de Glasberg pendant la Guerre d’Algérie, sans parler de son rôle assez mystérieux en Irak et en Palestine dans l’immédiat après-guerre.

9Reconnaissons donc à ce livre l’intérêt de faire émerger cette haute figure contemporaine et de susciter l’envie de le prolonger par des enquêtes plus approfondies. Ce serait répondre à la fois à une ambition historique, Alexandre Glasberg s’étant trouvé mêlé à la rumeur du monde toute son existence durant, et à une nécessité politique tant il importe de connaître ceux qui ont contribué à rendre cet ici-bas un peu plus vivable.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Colette Zytnicki, « Christian Sorrel (dir.). André Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant », Diasporas, 23-24 | 2014, 241-243.

Référence électronique

Colette Zytnicki, « Christian Sorrel (dir.). André Glasberg 1902-1981. Prêtre, résistant, militant », Diasporas [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://diasporas.revues.org/337

Haut de page

Auteur

Colette Zytnicki

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org