Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Xosé M. Núñez Seixas. Icônes littéraires et stéréotypes sociaux. L’image des immigrants galiciens en Argentine (1800-1960)

Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2013, 186 p.
Laurent Dornel
p. 239-241
Référence(s) :

Xosé M. Núñez Seixas. Icônes littéraires et stéréotypes sociaux. L’image des immigrants galiciens en Argentine (1800-1960), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2013, 186 p.

Texte intégral

1À quelques exceptions près, les travaux de Xosé M. Núñez Seixas, spécialiste renommé des mouvements nationalistes européens mais plus encore de l’émigration galicienne, n’étaient pas disponibles en français. Ce petit ouvrage fort érudit comble une lacune qui permettra aux lecteurs de découvrir une approche culturelle de l’histoire des migrations.

2Il s’agit très largement d’une reprise d’un ouvrage paru en galicien en 2002 : O inmigrante imaxinario : estereotipos, representacións e identitades dos Galegos na Arxentina, 1880-1940, Universidade de Santiago de Compostela. Néanmoins, l’auteur s’est penché sur d’autres sources, notamment littéraires et hémérographiques. Son ambition est d’aborder l’émigration d’une « communauté » par le biais des représentations et des stéréotypes, autrement dit en proposant une approche non pas statistique mais globalement culturelle et sociale du processus migratoire.

3L’ouvrage compte quatre chapitres. Les deux premiers – les plus étoffés – évoquent l’image des immigrants galiciens dans la société argentine puis dans la littérature. Les Gallegos souffraient en effet d’une image fort négative qui s’était, en outre, généralisée à tous les immigrants de la péninsule Ibérique installés dans les pays du Rio de la Plata : les Galiciens étaient réputés miséreux, sales et immoraux. Il semble que ces stéréotypes aient été fort anciens puisqu’on en trouve la trace dans le théâtre espagnol du Siècle d’Or. Par ailleurs, l’archétype littéraire reposait sur une forme de réalité sociale (l’auteur évoque « la relative vraisemblance sociale » du stéréotype), les Galiciens étant souvent domestiques, porteur d’eau, garçons d’écurie. Or, à la fin du xviiisiècle, les Galiciens constituaient le groupe régional le plus important parmi les Espagnols arrivés à la Plata. Dès lors, les stéréotypes anti-galiciens, qui avaient traversé l’Atlantique, s’appliquèrent aussi aux autres populations espagnoles considérées, l’Espagne étant longtemps perçue par les élites argentines comme un pays arriéré. À l’occasion de la reprise des flux migratoires entre 1900 et 1940 – on comptait alors environ 150 000 Galiciens dans la seule ville de Buenos Aires – les stéréotypes furent réactivés. Leur pseudo-paresse devint, aux yeux d’une partie de l’opinion publique, le facteur clé de leur participation au mouvement ouvrier : ils soutenaient la grève non par adhésion aux idéaux révolutionnaires, mais pour ne pas travailler. Pour l’élite sociale argentine, ils étaient donc bien moins dangereux que les anarchistes ou que d’autres « indésirables » comme les juifs d’Europe de l’Est, les Syriens, les Libanais ou les mendiants et les malades.

4« L’intensification du flux migratoire galicien vers Buenos Aires, écrit l’auteur, s’accompagne d’une amplification de la présence de l’immigrant italien dans la littérature argentine, plus particulièrement dans les genres littéraires de grande diffusion populaire (le théâtre populaire) et de consommation massive au début du xxsiècle ». Les stéréotypes burlesques ou méprisants au sujet des Gallegos se multiplient ainsi dans la société d’accueil, la radio et le cinéma contribuant à les diffuser plus largement encore. Néanmoins, ces stéréotypes étaient la plupart du temps dilués dans la capacité intégratrice de l’Argentine et mettaient en scène, notamment dans leur dénouement, le creuset des races dans lequel devait s’affirmer la nouvelle identité argentine. Au cours des décennies, les stéréotypes ont perdu leur « vraisemblance sociale » mais persistent, comme le montrent par exemple la figure de Manolito dans Mafalda (célébrissime bande-dessinée argentine) ou les chistes de gallegos (blagues galiciennes) encore très prisées au milieu des années 1990.

5La plupart des groupes « ethniques » furent visés par des stéréotypes. L’originalité du préjugé anti-galicien tient à ce que ces derniers furent le seul groupe qui se soit senti offensé et méprisé collectivement des deux côtés de l’Atlantique. Ce point est l’occasion pour Núñez Seixas de croiser l’histoire des migrations et celle des nationalismes. En effet, face à la puissance des stéréotypes, les élites galiciennes ont élaboré « un discours de défense ethnoculturelle » (« syndrome de l’outrage ») qui a nourri l’affirmation d’une identité galicienne.

6En règle générale, les stéréotypes s’articulent aves des pratiques sociales discriminatoires. En fait, souligne l’auteur, leur poids ne semble pas avoir été si lourd puisque « cela n’avait pas d’impact sur le plan de la mobilité sociale et du marché du travail ». Surtout, nombre de groupes ethniques furent beaucoup moins bien considérés : turcos, cabecitas negras (« petites têtes noires », désignation péjorative des Argentins de l’intérieur rural). Reste que les stéréotypes sont durables, qu’ils nourrissent une forme de sous-estimation permanente symbolique des Galiciens quand, au contraire, les origines basques ou ligures demeurent prestigieuses.

7Les derniers développements de l’ouvrage concernent les réactions contre le stéréotype : l’auteur étudie la façon dont l’élite galicienne développa une série de stratégies discursives à la faveur du rapprochement culturel hispano-argentin, à partir de 1910. Cette stratégie passa en particulier par l’exaltation de la valeur individuelle des Galiciens, l’associationnisme et l’élaboration d’un contre-modèle du « bon » immigrant galicien. Mais elle consista surtout à « hispaniser » l’Argentin (puisque les Galiciens incarnaient l’Hispanité) et à faire de la Galice le centre de l’avant-garde de l’hispano-américanisme. L’une des conséquences de cette stratégie fut d’aviver la rivalité avec les Italiens. Reste que le contre-discours rencontra un certain nombre d’obstacles…

8Si l’on est frappé par l’érudition du propos, le principal intérêt de ce petit livre réside à nos yeux dans une introduction et une conclusion denses et lumineuses qui auraient peut-être mérité d’être davantage développées. Les premières pages cherchent à définir au mieux le stéréotype, ses fonctions, l’auteur soulignant que si les stéréotypes relèvent souvent de l’imaginaire, ils contiennent néanmoins une « vraisemblance sociale » mais surtout qu’ils structurent également le social. Pour reprendre les termes de Roger Chartier (« Le monde comme représentation », Annales. ESC, n°6, 1989), Núñez Seixas propose en quelque sorte – appliquée au champ de l’histoire des migrations – une histoire culturelle du social. Il y a là une douzaine de pages remarquables. Les conclusions insistent en particulier sur la pluralité et l’emboîtement des identités en migration ainsi que sur l’importance des transferts culturels (qui incluent les représentations) liés aux migrations, confirmant ainsi le lien essentiel entre migration et nation.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dornel, « Xosé M. Núñez Seixas. Icônes littéraires et stéréotypes sociaux. L’image des immigrants galiciens en Argentine (1800-1960) », Diasporas, 23-24 | 2014, 239-241.

Référence électronique

Laurent Dornel, « Xosé M. Núñez Seixas. Icônes littéraires et stéréotypes sociaux. L’image des immigrants galiciens en Argentine (1800-1960) », Diasporas [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 29 avril 2017. URL : http://diasporas.revues.org/335

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org