Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Vladislav Rjéoutski et Alexandre Tchoudinov (éds.). Le Précepteur francophone en Europe, xviie-xixe siècles

Paris, L’Harmattan, 2013, 455 p.
Viviane Rosen-Prest
p. 237-239
Référence(s) :

Vladislav Rjéoutski et Alexandre Tchoudinov (éds.). Le Précepteur francophone en Europe, xviie-xixe siècles, Paris, L’Harmattan, 2013, 455 p.

Texte intégral

  • 1 Les expressions entre guillemets dans ce paragraphe sont reprises de l’introduction des éditeurs (p (...)

1Cet imposant ouvrage a pour ambition de combler une lacune. En effet, si plusieurs études sérieuses existent sur les précepteurs, ces « mercenaires de l’éducation »1, dont le rôle fut si important pour la formation des élites européennes, en revanche, aucune étude ne s’est spécifiquement intéressée au précepteur francophone. Or celui-ci était un « article d’exportation » très recherché dans l’Europe des Lumières.

2Dans leur introduction, les éditeurs posent le problème des sources. En effet, en Russie après la Révolution bolchevique, il n’était pas de bon ton de parler de l’éducation privée : un ouvrage de référence consacré à l’éducation en Russie au xviie et au début du xixsiècle, publié en 1973, ne lui consacre qu’une demi-page (p. 11). Globalement, en particulier en Allemagne, les sources sont essentiellement de type mémoriel, ce qui en rend l’usage critique difficile, et les données prosopographiques, plus prometteuses, sont difficiles à rassembler, les précepteurs n’étant bien souvent rattachés à aucune institution. Aussi aurait-on aimé trouver en fin de volume une synthèse des principales sources utilisées pour avoir une vue d’ensemble que ne permettent pas les notes de bas de page.

  • 2 Il est dommage que les éditeurs aient laissé passer une erreur de taille dans cet article par aille (...)

3L’ouvrage est structuré en trois parties de longueur analogue. La première partie, intitulée « Les précepteurs francophones en Europe centrale et occidentale », propose un parcours à travers la Bohême (Ivo Cerman), la Pologne (Malgorzata Kamecka), les Îles Britanniques (Susanne Lachenicht) et l’Italie (Nadia Minerva), le dernier article passant en revue, à travers l’Europe, « la contribution des précepteurs à l’avancement de la didactique des langues » (Jean Antoine Caravolas)2. Si c’est essentiellement le xviiisiècle qui focalise l’attention, plusieurs articles démarrent l’enquête au xviie (N. Minerva, J. A. Caravolas) et même au xvisiècle (S. Lachenicht).

  • 3 Anne Mézin et Vladislav Rjéoutski (éds.), Les Français en Russie au siècle des Lumières, 2 tomes in (...)

4La seconde partie traite explicitement des précepteurs en Russie et couvre le xviiie et le xixsiècles. L’approche est ici thématique : après une présentation générale (Vladislav Rjéoutski), dans laquelle l’auteur reprend des données du remarquable dictionnaire Les Français en Russie au siècle des Lumières3, Wladimir Berelowitch s’intéresse aux exigences en matière d’éducation d’une grande famille, les Golitsyne, à la fin du xviiisiècle ; Olga Solodiankina traite de la place des éducateurs français parmi les autres éducateurs en Russie au xixsiècle ; Svetlana Frolova étudie le fonctionnement des écoles privées et des « pensionnats éducatifs » ; Alla Zlatopolskaiä consacre son étude à la réception de Rousseau en Russie. L’ensemble, si on en fait la synthèse, procure une vue assez complète de l’enseignement francophone en Russie. Deux contributions s’intéressent à des questions plus spécifiques : Elena Polevchtchikova dépeint la présence française à Odessa au début du xixsiècle sous l’égide du duc de Richelieu, émigré de la Révolution française et gouverneur de la ville durant une vingtaine d’années, fondateur du lycée qui porta son nom ; Alla Polossina, enfin, étudie l’image des précepteurs dans l’œuvre de Tolstoï.

5La troisième partie de l’ouvrage présente quelques grandes figures de précepteurs et de pédagogues : Du Han de Jandun, précepteur du futur Frédéric le Grand (Manuela Böhm), La Harpe, précepteur du futur Alexandre Ier (Marie-Pierre Rey), Charles Masson, éducateur des « lionceaux » de la famille Saltykov (Natalia Vochtchinskaïa), le Rousseauiste Gilbert Romme (Alexandre Tchoudinov), Nicolas Gabriel Le Clerc, « héraut des réformes pédagogiques de Catherine II » (Vladimir Somov), Fornerod, « le républicain » opposé à la propagande tsariste (André Bandelier et Vladislav Rjéoutski), David (Marat) de Boudry, frère cadet de Marat, natif de Neuchâtel, pédagogue apprécié, qui finit sa carrière dans le lycée dont sera issu Pouchkine (Charlotte Goëtz) ; enfin Jean-Baptiste Maudru, grammairien dont la carrière se partage entre la France et la Russie (Nadejda Kriajeva).

6On l’aura compris, la majeure partie de l’ouvrage est consacrée aux précepteurs en Russie (douze contributions sur vingt), et il faut saluer ce travail novateur sur un domaine inexploré ; on peut regretter toutefois que cela ne soit pas explicité d’emblée, l’énoncé du titre, le précepteur francophone en Europe, ne l’indiquant d’aucune manière. L’ouvrage aurait peut-être gagné en cohérence à se concentrer totalement sur ce pays.

7Il faut bien l’avouer, en dépit de l’équilibre de longueur entre les trois parties, on ne peut se défendre de l’impression d’un certain saupoudrage. Les contributions sont nombreuses, parfois un peu courtes, et certaines d’entre elles manquent d’une problématique nettement définie. Ces problématiques sont pourtant bien là en filigrane, et l’ouvrage est parcouru de thèmes récurrents : foisonnement du menu peuple des éducateurs, dans lequel on trouvait le meilleur et le pire, parfois « des cuisiniers, des coiffeurs ou même des bagnards en cavale » (V. Rjéoutski, p. 125) ; contradictions et difficultés de la condition de précepteur, à la fois domestique et investi d’une haute mission éducative ; rôle des réseaux de correspondance, en particulier de celui de Samuel Formey, secrétaire de l’Académie de Berlin, pour la recherche d’éducateurs par des familles nobles ou au contraire pour le placement de candidats ; concurrence entre les précepteurs germanophones, considérés comme plus érudits, et francophones ; diversité de ces précepteurs francophones, huguenots ou catholiques, venus de France, de Berlin ou de Suisse ; rôle croissant des femmes comme éducatrices ou maîtresses de pensions ; réception de Rousseau en Russie, tantôt porté aux nues, tantôt faisant effet de repoussoir ; désir de l’élite russe de s’européaniser, fascination pour l’idéologie des Lumières, mais aussi montée de sentiments nationaux paraissant inconciliables avec l’éducation par des étrangers ; enfin souci de plus en plus prégnant des gouvernements russes de contrôler le système éducatif. Quelques remarques conclusives rassemblant tous ces fils auraient été bien venues.

8L’ouvrage s’achève par une présentation des auteurs, ainsi que par un index des noms et des concepts, fort utile justement pour tenter de retrouver les thèmes transversaux – à saluer car trop souvent absent des publications scientifiques collectives. Au total, on est en présence d’un ouvrage riche et novateur, présentant de multiples aperçus intéressants et offrant de nombreuses pistes de recherche à poursuivre.

Haut de page

Notes

1 Les expressions entre guillemets dans ce paragraphe sont reprises de l’introduction des éditeurs (p. 7).

2 Il est dommage que les éditeurs aient laissé passer une erreur de taille dans cet article par ailleurs fort intéressant (p. 95) : le Grand Électeur de Brandebourg (1620-1688) s’appelle Frédéric Guillaume et non Guillaume Frédéric, et surtout, il est, bien entendu, calviniste et non luthérien, comme toute la maison électorale de Brandebourg depuis le début du xviisiècle : dans l’édit de Potsdam qui invite les persécutés réformés français, il s’adresse à ses frères en religion, espérant ainsi augmenter le nombre de ses coreligionnaires, très minoritaires dans ses États largement luthériens. On ne saurait donc en aucun cas voir là de sa part un « effort de rapprochement » entre les religions.

3 Anne Mézin et Vladislav Rjéoutski (éds.), Les Français en Russie au siècle des Lumières, 2 tomes in folio, Ferney Voltaire, Centre international d’étude du xviiisiècle, 2011. Recension dans Diasporas, Histoire et Sociétés, n° spécial Les huguenots, 18/2011, p. 185-187.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Viviane Rosen-Prest, « Vladislav Rjéoutski et Alexandre Tchoudinov (éds.). Le Précepteur francophone en Europe, xviie-xixe siècles », Diasporas, 23-24 | 2014, 237-239.

Référence électronique

Viviane Rosen-Prest, « Vladislav Rjéoutski et Alexandre Tchoudinov (éds.). Le Précepteur francophone en Europe, xviie-xixe siècles », Diasporas [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://diasporas.revues.org/333

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org