Navigation – Plan du site
Bibliothèque

Stéphane Mourlane et Céline Régnard. Empreintes italiennes. Marseille et sa région

Lyon, Lieux Dits Éditions, 2013, 132 p.
Laure Teulières
p. 236-237
Référence(s) :

Stéphane Mourlane et Céline Régnard. Empreintes italiennes. Marseille et sa région, Lyon, Lieux Dits Éditions, 2013, 132 p.

Texte intégral

1Ces Empreintes italiennes sont celles laissées à Marseille et dans les Bouches du Rhône par la grande immigration transalpine, devenue massive et sans égale du milieu du xixsiècle au milieu du xxsiècle. C’est donc la période sur laquelle porte l’ouvrage, jusqu’au sortir de la Seconde Guerre mondiale. La suite est traitée sous forme d’un épilogue : malgré la reprise d’un flux migratoire jusque dans les années 1950, le temps de la grande émigration est passé et ses descendants tendent à se fondre dans l’identité locale. Éditée dans le contexte de « Marseille-Provence 2013 capitale européenne de la culture » et des multiples déclinaisons événementielles et patrimoniales à laquelle la manifestation a donné lieu, la publication témoigne du souci de rendre compte de l’apport des immigrés italiens, ce que rappelle en préface la directrice des archives départementales des Bouches du Rhône, Jacqueline Ursch. Le retour aux sources archivistiques est donc caractéristique de l’entreprise. Celles issues des collections des archives départementales prioritairement – faisant l’objet d’une présentation détaillée en annexe, tant des fonds publics que privés, la collecte ayant bénéficié d’une mobilisation active du personnel de l’établissement – mais aussi de façon complémentaire des archives et de la bibliothèque municipales, de la chambre de commerce et d’industrie de Marseille, d’associations locales ou de détenteurs particuliers. La présence des documents bruts constitue incontestablement un des attraits du livre, servie par la qualité des reproductions et la beauté du rendu des illustrations qui sont une marque de fabrique des éditions Lieux Dits. Photographies, affiches, cartes postales, supports publicitaires imagés… voisinent avec les fac-similés de rapports, notes et courriers manuscrits les plus divers ainsi que de coupures de presse. Les matériaux d’archives, pris ainsi comme empreintes documentaires, offrent au lecteur une plongée visuelle dans ce qui fait concrètement trace de ce passé.

2En terme de contribution scientifique, les auteurs s’appuient évidemment sur leurs travaux antérieurs et l’ample historiographie existante – listant en fin d’ouvrage la bibliographie sur les Italiens dans le Sud-Est de la France en général et dans le département des Bouches du Rhône en particulier –, dont le monumental Migrance. Histoire des migrations à Marseille (1990) coordonnée par Émile Temime, figure tutélaire de la recherche sur le sujet. Stéphane Mourlane et Céline Régnard entendent cependant proposer une lecture renouvelée en adoptant une approche du fait migratoire nourrie par les travaux les plus récents en sciences sociales. D’où la prise en compte des systèmes migratoires, évolutifs dans le temps, entre la région provençale et les multiples zones de départ en Italie, ainsi que l’attention portée aux circulations non-linéaires, discontinues, réversibles, aux mobilités professionnelles comme aux sociabilités des migrants qui conditionnent fortement installation, passage ou retour. Organisé autour de grands chapitres thématiques (Itinéraires, Métiers, Entre soi, Convivance, Militants), l’ouvrage présente une succession de rubriques traitées chacune en deux à quatre pages, ce qui offre au lecteur la possibilité de butiner les informations au gré de ses curiosités personnelles. Seul regret, peut-être, l’absence de cartes pour localiser les divers quartiers et sites dont il est question, au moins les plus emblématiques. D’autant que les textes, clairs et denses, témoignent du souci de s’adresser à des non-spécialistes aussi bien qu’au public averti ; les données propres à la situation marseillaise étant constamment saisies et éclairées à l’aune de processus caractéristiques de l’histoire des migrations. Au total, on dispose avec ce bel ouvrage d’une synthèse accessible et soigneusement composée sur l’histoire des Italiens à Marseille.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laure Teulières, « Stéphane Mourlane et Céline Régnard. Empreintes italiennes. Marseille et sa région », Diasporas, 23-24 | 2014, 236-237.

Référence électronique

Laure Teulières, « Stéphane Mourlane et Céline Régnard. Empreintes italiennes. Marseille et sa région », Diasporas [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/330

Haut de page

Auteur

Laure Teulières

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org