Navigation – Plan du site
Chantiers de recherche

Retour sur la journée d’études « Guerres, Empires et Migrations » (juin 2014)

Laurent Dornel
p. 230-232

Texte intégral

1Le 13 juin 2014, s’est tenue, au Musée de l’Histoire de l’Immigration, une journée d’études intitulée « Guerres, Empires et Migrations ». Soutenue par le Centre d’Histoire Sociale du xxsiècle et organisée par Laurent Dornel, cette journée faisait suite à une première rencontre portée par Philippe Rygiel, en mars 2013, qui avait permis d’aborder la diversité des circulations migratoires en temps de guerre et dans le cadre de l’empire français : internement des Algériens en France au xixsiècle (Sylvie Thénault), mobilités de travail à l’occasion de la Grande Guerre (Laurent Dornel), importance de cette même guerre dans l’histoire de l’émigration algérienne (Emmanuel Blanchard) ou encore conséquences de la guerre d’Indépendance algérienne sur les migrants algériens.

2Pour cette seconde journée, l’hypothèse de départ postulait que les circulations de guerre furent souvent lues, par les acteurs comme par les historiens, sur le mode de l’exception. Or, ces circulations ont vu naître des flux pérennes et elles ont été à l’origine d’innovations institutionnelles durables, qui ont affecté les modes de circulation entre la métropole et les différents éléments de l’empire. Comme l’a souligné Frederick Cooper (Le colonialisme en question. Théorie, connaissance, histoire, Paris, Payot, 2005), un empire ne se réduit pas à un État national projetant son pouvoir au-delà de ses frontières. « Un empire, écrit-il, est une unité politique qui est vaste, expansionniste (ou conservant le souvenir d’un passé expansionniste) et qui reproduit la différenciation et l’inégalité chez les peuples qu’il inclut. L’ampleur de l’institutionnalisation de la différence dans l’espace est un important élément de la constitution d’un empire ». L’historien italien Alessandro Barbero a récemment rappelé (Barbares : Immigrés, réfugiés et déportés dans l’Empire romain, Paris, Tallandier, 2011) que, sous l’Empire romain, les migrations collectives et les déportations à titre punitif étaient une chose courante et connue, avant même l’Empire. Mais il souligne également que déplacements et migrations ne signifiaient pas nécessairement violence et oppression, comme en témoigne l’intégration de certains barbares mais surtout des pérégrins (habitants libres du territoire romain mais non citoyens romains) à l’Empire.

3Le propre d’un empire est donc de gouverner de manière différenciée des peuples différents, de distinguer et hiérarchiser pour articuler ces différences sans les abolir. Dans le cadre impérial ainsi défini, les guerres semblent constituer des moments particulièrement importants, sans pour autant que la violence soit systématique. L’étude des migrations impériales, libres ou plus ou moins forcées, peut donc permettre d’observer de plus près le fonctionnement des empires, de réévaluer la domination et la colonialité impériales, les relations entre le centre et la périphérie mais aussi entre les périphéries elles-mêmes.

4C’est très largement dans ce cadre problématique qu’ont été proposées et discutées, en 2014, des communications inédites. Michel Bruneau a évoqué les migrations forcées des Grecs d’Asie Mineure dans l’Empire ottoman finissant et au cours des premières années du jeune État turc. Ses analyses ont été discutées par Anouche Kunth, familière des logiques impériales et diasporiques. Jean-Pierre Bat a ensuite abordé un aspect des circulations impériales en temps de guerre (la France a été à peu près continument en guerre entre 1939 et 1962), celle des cadres militaires et policiers d’une périphérie de l’empire à l’autre. Emmanuel Blanchard, fin connaisseur des logiques de maintien de l’ordre, a apporté un questionnement éclairant. Puis Jim House a analysé les effets des migrations vers Alger pendant la guerre d’indépendance algérienne, migrations qui s’ajoutent aux déplacements forcés de populations pendant le conflit (discutante : Sylvie Thénault). Enfin, Natacha Lillo (discutante : Marie-Christine Volovitch-Tavares) a évoqué un exemple qui sort du cadre impérial à proprement parler : l’immigration espagnole en France entre 1915 et 1918. Mais en réalité, l’Empire n’est pas si loin puisque la main-d’œuvre espagnole, et plus généralement ibérique, pendant la guerre fut sans cesse comparée avec la main-d’œuvre venue de tout l’empire colonial français.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurent Dornel, « Retour sur la journée d’études « Guerres, Empires et Migrations » (juin 2014) », Diasporas, 23-24 | 2014, 230-232.

Référence électronique

Laurent Dornel, « Retour sur la journée d’études « Guerres, Empires et Migrations » (juin 2014) », Diasporas [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 21 octobre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/324 ; DOI : 10.4000/diasporas.324

Haut de page

Auteur

Laurent Dornel

Maître de conférence, université de Pau – Pays de l’Adour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org