Navigation – Plan du site
Retour au temps long

Migrations et mobilités commerciales entre le Massif central et la péninsule ibérique au xviie siècle

Migrate to work: commercial mobilities between the Massif Central and the Iberian Peninsula in the 17th century
Patrice Poujade
p. 132-146

Résumés

À l’époque moderne, et particulièrement au xviie siècle, des colonies de marchands et chaudronniers, originaires d’Auvergne et Limousin, se sont implantées dans diverses villes de la péninsule Ibérique. Leurs membres jouèrent un rôle central dans l’animation du commerce et furent les intermédiaires de l’introduction de marchandises diverses par leurs allers et retours incessants et par l’utilisation des réseaux qu’ils contribuèrent à animer. Toulouse était pour eux une plaque tournante où ils s’approvisionnaient régulièrement. Cet article replace ces migrations dans l’ensemble de celles qui touchent la péninsule moderne et en donne quelques-unes des caractéristiques.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Voir, en particulier, A. Poitrineau, « La difficulté de vivre dans les montagnes françaises au xvii (...)

1La migration est une activité largement pratiquée dans les régions de montagne et les hauts pays de l’époque moderne que l’on pourrait même apparenter à un mode de vie. Les raisons, structurelles ou conjoncturelles, en sont multiples1 et les pratiques (migrations saisonnières, temporaires, définitives) en sont diverses de même que les spécialités professionnelles ou les âges concernés : qu’y a-t-il de commun, par exemple, entre un orphelin envoyé en ville pour y apprendre un métier et un marchand tenant boutique dans cette même ville ?

  • 2 Pour la bibliographie, voir P. Poujade, Le Voisin et le Migrant. Hommes et circulations dans les Py (...)
  • 3 A. Poitrineau, « Le migrant, l’Espagne et le notaire », Les Français en Espagne à l’époque moderne (...)
  • 4 E. Benedicto Gimeno, « Las redes emigratorias auvernesas y el desarrollo de la metalurgia del cobre (...)

2Le Massif central était un pourvoyeur de migrants, phénomène sur lequel il a déjà été beaucoup écrit2. Nos travaux sur les Pyrénées et la Catalogne modernes nous ont mis sur la piste de deux grands types d’Auvergnats et de Limousins qui migraient pour exercer une spécialité professionnelle liée au commerce : les marchands, souvent installés en Catalogne, et les chaudronniers. C’est sur ce monde de la mobilité que nous nous arrêterons, principalement à partir de ce que la source notariale en dévoile. Abel Poitrineau n’écrivait-il pas qu’« à tous les carrefours qui se présentent, sur le circuit difficultueux que parcourt obligatoirement le migrant, se tient le notaire » et, que donc « ce sont les papiers notariaux qui permettent d’accéder à l’intimité de la vie quotidienne des migrants « espagnols » du Massif central »3. Chronologiquement, c’est essentiellement sur le xviie siècle que nous nous centrerons. En effet, bien que nos dépouillements soient remontés jusqu’au milieu du xvie siècle, les mentions de chaudronniers et marchands du Massif central s’étalent sur la période 1584-1693 (avec une réelle concentration entre les années 1640 et 1660), bien que nous ayons trouvé, indirectement, quelques mentions postérieures. L’absence presque totale du xvie siècle est-elle le reflet de la réalité ou n’est-elle due qu’au silence, voire aux lacunes, des sources ? Un élément de réponse est fourni par Emilio Benedicto Gimeno qui considère, en effet, que les chaudronniers auvergnats ne sont présents de façon significative en péninsule Ibérique qu’à partir du premier tiers du xviie siècle4, même si on connaît des cas plus anciens comme on pourra être amené à le signaler.

3Ces hommes du commerce présentaient-ils un visage particulier parmi l’ensemble des migrants ou se fondaient-ils dans la masse ? Par ailleurs, quel rôle jouaient-ils ? Ces deux interrogations seront les axes autour desquels nous tenterons de présenter les mobilités commerciales entre le Massif central et la péninsule Ibérique modernes. Tout d’abord, il s’agira de montrer comment ces migrants des hautes terres s’inscrivaient, à leur manière, dans une dynamique migratoire avant de se pencher sur leurs pratiques commerciales et de mettre en relief leur importance.

Une dynamique de migrations vers la Catalogne

  • 5 J. Nadal et E. Giralt, La population catalane de 1553 à 1717 : ‪L’immigration française et les autr (...)
  • 6 J. Codina, La immigració francesa al Delta del Llobregat 1400-1700, XXV Assemblea Intercomarcal d’E (...)
  • 7 V. Gual i Vilà, « Gavatxos », gascons, francesos. La immigració occitana a la Catalunya moderna (el (...)
  • 8 J. Peytaví Deixona, Antroponímia, poblament i immigració a la Catalunya moderna. L’exemple dels com (...)
  • 9 Pour le cas aragonais, voir les articles de G. Redondo et C. Langé dans l’ouvrage collectif Les Fra (...)
  • 10 J. A. Salas Auséns, « Franceses en Barbastro en la edad moderna », Anuario del Centro de la Univers (...)
  • 11 E. Benedicto Gimeno, « La emigración francesa en Calamocha (1530-1791) », Xiloca, 2002, n° 29, p. 1 (...)
  • 12 P. Sanz Camañes, « La colonia francesa en Aragón a finales del reinado de Carlos II », in J. M. de (...)
  • 13 Les Français en Espagne à l’époque moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, Éditions du CNRS, 1990.
  • 14 J. A. Salas Auséns, En busca de El Dorado. Inmigración francesa en la España de la edad moderna, Bi (...)
  • 15 M. B. Villar García et P. Pezzi Cristóbal (dir.), Los extranjeros en la España moderna, Malaga, Uni (...)
  • 16 J. -P. Amalric, « Franceses en tierras de España : una presencia mediadora en el Antiguo Régimen », (...)

4La présence de migrants occitans en Catalogne est connue depuis longtemps grâce aux travaux pionniers de Jordi Nadal et Emili Giralt, publiés dans les années 19605, poursuivis et renouvelés depuis les années 1980 par des chercheurs comme Jaume Codina6, Valentí Gual i Vilà7 ou Joan Peytaví, dont l’important travail sur la Catalogne du Nord met très nettement en évidence le poids numérique de cette immigration8. En ce qui concerne l’Aragon, les recherches de Christine Langé9, José Antonio Salas Auséns10, Emilio Benedicto Gimeno11 ou Porfirio Sanz Camañes12 ont éclairé l’importance de ce phénomène. Plus généralement, la présence française dans l’Espagne moderne a fait l’objet d’un colloque toulousain dont les résultats furent édités en 199013 et, bien plus récemment, d’une synthèse publiée par José Antonio Salas14 qui s’impose comme une référence actuelle. On ne saurait, non plus, oublier une publication plus large coordonnée par María Begoña Villar García et Pilar Pezzi Cristóbal15 dans laquelle Jean-Pierre Amalric dresse un panorama général de la question16.

  • 17 A. Poitrineau, Les Espagnols de l’Auvergne et du Limousin du xviie au xixsiècle, Aurillac, Malrou (...)
  • 18 J. Perrel, « L’émigration bas-limousine en Espagne aux xviie et xviiisiècles », Actes du 88e Cong (...)
  • 19 Les travaux de R. Duroux portent surtout sur l’époque contemporaine. Dans l’abondante liste de ses (...)
  • 20 Seules quatre mentions de chaudronniers limousins ont été rencontrées sur une période de plus de de (...)
  • 21 Mémoire sur l’état de la Généralité de Riom en 1697 dressé pour l’instruction du duc de Bourgogne p (...)
  • 22 A. Thomas (« Émigrants auvergnats en Espagne sous Charles VII (1449) », Homenaje a Menéndez Pidal, (...)
  • 23 A. Poitrineau, Remues d’hommes…, op. cit., p. 130-133.
  • 24 J. Nadal et E. Giralt, op. cit., p. 302-308. Autrement dit, 23,25 % des cordonniers venaient d’Auve (...)

5Abel Poitrineau17 et d’autres chercheurs comme Jean Perrel18ou Rose Duroux19ont déterminé assez précisément la zone du Massif central concernée par les migrations vers la péninsule Ibérique, c’est-à-dire le sud-est du Bas-Limousin et l’ouest de la Haute-Auvergne. Les origines géographiques des migrants liés au commerce qui apparaissent dans nos travaux sont en conformité avec ce que ces chercheurs ont établi. Les villages de départ s’inscrivent dans un quadrilatère drainé par la Dordogne et son affluent la Maronne, dont les angles seraient, approximativement, Tulle (nord-ouest), Mauriac (nord-est), Aurillac (sud-est) et Beaulieu (au sud-ouest, aux portes du Quercy), avec une petite pointe vers Salers, à l’est. Dans le monde strictement commercial des marchands, une prédominance relative des Limousins sur les Auvergnats apparaît (60-65 % contre 35-40 %). En revanche, les chaudronniers et marchands chaudronniers qui empruntent les mêmes voies sont, eux, presqu’exclusivement des Auvergnats. La documentation notariale et fiscale de la zone de Haute-Auvergne concernée renferme de nombreuses références à des chaudronniers alors que cette activité est beaucoup plus rare en Bas-Limousin20. À la fin du xviisiècle, l’intendant Lefèvre d’Ormesson écrivait qu’« il sortoit tous les ans […] des montagnes du costé d’Aurillac et de Sainct Flour quantité de chaudronniers […] »21. La chaudronnerie n’était pas la seule activité des migrants de Haute-Auvergne, mais c’en était une des plus emblématiques qui jouissait déjà d’une certaine « tradition »22. Si la zone fournit des marchands et des chaudronniers, elle est aussi pourvoyeuse de maçons (surtout pour sa partie limousine) et cordonniers vers la Catalogne.Ainsi, Abel Poitrineau23indique que les paroisses de Haute-Auvergne situées entre Aurillac et le Limousin exportaient beaucoup de cordonniers ; ce sont exactement les mêmes paroisses d’où partaient les chaudronniers. Cette autre spécialisation, que pour notre part nous n’avons rencontrée qu’en Limousin, apparaît bien comme celle des Auvergnats et Limousins puisque, en Catalogne en 1637, 7,25 % d’entre eux l’exerçaient, alors qu’elle ne touchait que 1,55 % de ceux provenant des autres régions24.

Tableau 1 – Destination des migrants de Haute-Auvergne et du Bas-Limousin d’après la documentation de la zone de départ

  • 25 Le manque de précisions dans les sources ne permet pas une identification précise des destinations. (...)

Roussillon et Conflent

27 %

Périgord, Agenais, Bordelais, Bazadais, Condomois

25 %

Gascogne

21 %

Péninsule Ibérique25

14,5 %

Languedoc et Provence

6 %

Quercy, Rouergue

6 %

6Si l’on suit les indications données dans l’ensemble des documents recueillis dans les zones de départ, les migrations provenant de Haute-Auvergne et du Bas-Limousin se faisaient très largement vers le sud (tableau 1). Le triangle aquitain, du Bordelais et du Périgord aux Pyrénées, en attirait autour de 45 %, ensuite le Roussillon, le Conflent et le Principat de Catalogne en recevaient autour de 40 %. Des paroisses proches peuvent avoir des comportements différents, en tout cas à l’aune de nos dépouillements. Si les deux paroisses voisines de Sainte-Eulalie et Saint-Martin-Valmeroux ont la plus forte orientation catalane (avec, respectivement, 93 % et 67 % des destinations vers la Catalogne), celle de Saint-Illide (à une quinzaine de kilomètres seulement) est totalement tournée vers le Quercy et le Rouergue (67 %) et la Gascogne (33 %).

Portrait de groupe des migrants venus du royaume de France

7Grâce au recensement des « Français » présents sur le littoral catalan de Salses à Tortosa effectué en 1637, on connaît mieux les migrants présents à ce moment-là dans cette partie de la Catalogne, ce qui permet de replacer les migrations des Auvergnats et des Limousins dans leur contexte et de voir en quoi elles se distinguent des autres. Un premier portrait de ces migrants peut-il se dessiner ?

  • 26 Les documents issus de cette enquête sont conservés dans la section Consell d’Aragó des Archives de (...)
  • 27 J. Nadal et E. Giralt, op. cit‬.
  • 28 C. Langé, op. cit.

8Depuis 1635, Espagne et France sont en guerre ouverte et dès lors les autorités espagnoles veulent connaître la population venant du royaume ennemi. Ainsi, dès 1636, le vice-roi de Catalogne reçoit l’ordre de recenser tous les « Français », travail lourd qui sera achevé vers la fin de l’année 163726. Les enquêteurs locaux (notaires, huissiers) firent un « appel » à déclaration des chefs de famille sous peine de 200 ducats. L’interrogatoire indique prénom et nom, lieu de provenance (en général, indication du village, de la paroisse et de l’évêché), âge, métier, nombre d’années de résidence dans la monarchie hispanique, composition de la famille, inventaire des biens et d’autres informations plus particulières et ponctuelles sur la vie des migrants. C’est à partir de cet exceptionnel document que Jordi Nadal et Emili Giralt publièrent, en 1960, leur travail sur la population catalane entre 1553 et 171727. Les données de cet ensemble documentaire permettent donc de faire un portrait de groupe des migrants venus du royaume de France présents sur la côte catalane en 1637. Dans la mesure du possible, nous les comparerons aux données aragonaises recueillies et traitées par Christine Langé28 qui ont l’avantage de nous donner l’image d’une immigration plus intérieure, peut-être plus proche de ce qu’elle était en Catalogne occidentale. Précisons cependant que la documentation de Christine Langé n’est pas du même type que celle de Nadal et Giralt puisqu’elle s’appuie, elle, sur la documentation inquisitoriale (relaciones de causas) et les contrats de mariages et non sur une source administrative systématique.

  • 29 Traduction des trois citations : « cela fera vingt-huit ans que je réside en Roussillon ; quand on (...)

9Plus de la moitié des migrants ont de 11 à 20 ans à leur arrivée en Catalogne, c’est-à-dire que ce sont des adolescents et de très jeunes hommes. Plus largement, 80 % environ ont entre 11 et 30 ans. Dans le cas roussillonnais, plus de 31 % des migrants sont arrivés avant l’âge de 10 ans (et même 9 % avaient moins de 5 ans à leur arrivée) ; au delà de 30 ans, les arrivées sont plus « anecdotiques » (autour de 8 %). En fait, les recensés de 1637 sont essentiellement de la « deuxième génération », venus avec leurs parents. C’est, parmi de nombreux exemples, les cas de Joan Antoni del Pla, âgé de 29 ans (donc né vers 1608), résidant à Elne, qui déclare que « haurà vint-i-vuit anys estic en Rosselló (vers 1609) que quan m’aportaren, mamava », de Bernat Pans/Pams, arrivé de Carcassonne à Salses qui explique que « me portaren minyó de teta » vers 1587 ou encore de Ramon Badia, né vers 1597, établi à Saint-Laurent de la Salanque depuis 1599 qui précise « me aportaren mos pares, que mamava »29.

Tableau 2 – Âge des migrants à leur arrivée en Catalogne et en Aragon

  • 30 Les fourchettes données pour chaque classe d’âge s’expliquent par des sources différentes (procès e (...)

en Catalogne

en Aragon30

total

originaires d’Auvergne et Limousin

autres provenances

total

originaires du Massif central

autres provenances

0-10 ans

10,9 %

6,57 %

11,25 %

3,5-17 %

0-10 %

3,75-17,36 %

11-20 ans

51,8 %

53,28 %

51,86 %

~59 %

50-70 %

53,75-61,11 %

21-30 ans

28,8 %

35,77 %

28,46 %

~23 %

20-25 %

20,84-26,25 %

31-40 ans

5,7 %

4,38 %

5,86 %

0,5-12 %

0-25 %

0,69-11,25 %

+ de

40 ans

2,4 %

0 %

2,57 %

0-5 %

0 %

0-5 %

Source : tableau élaboré à partir des données contenues dans J. Nadal et E. Giralt, op. cit. et dans C. Langé, op. cit.

10Les âges d’arrivée des migrants du Massif central ne sont pas singulièrement différents de ceux de l’ensemble des recensés en Catalogne mais les quelques petites différences qui apparaissent peuvent être très significatives. En effet, le fait que seulement 6,57 % des Limousins et Auvergnats sont arrivés en Catalogne avant l’âge de 10 ans et près de 36 % entre 21 et 30 ans (contre, respectivement, plus de 11 % et 28,46 % pour ceux venant d’autres régions) n’indique-t-il pas qu’il s’agit d’une émigration de jeunes adultes venant pour travailler, en exerçant déjà une « spécialité » professionnelle et non d’enfants suivant leur famille ?

  • 31 Deux exemples parmi d’autres tirés de V. Gual Vilà, Justícia i terra. La documentació de l’Arxiu de (...)

11Pour ce qui est des métiers, de façon globale, la plupart des migrants travaillait dans l’agriculture (voire l’élevage), ce que confirme l’ensemble des travaux, parfois ponctuels, qui se sont penchés sur les migrations vers la péninsule Ibérique. On peut dire, en réalité, que ces migrants arrivaient sans grande qualification professionnelle et devenaient journaliers ou gardaient les troupeaux. C’est chez les Pyrénéens et pré-Pyrénéens que cette orientation est la plus forte (environ 70 % d’entre eux). Dans les archives judiciaires catalanes, nombreuses sont les références aux bergers gascons présents dans les terres catalanes, souvent acteurs ou victimes du banditisme31.

  • 32 Ces résultats se réfèrent à la zone située entre Tulle et Argentat et à la Xaintrie (J. Perrel, « L (...)
  • 33 S.-J. Rovira i Gómez, « Els marxants occitans a Reus (1607-1620) », Actes del IV Congrés d’història (...)
  • 34 Cité par W. Thomas, Los protestantes y la Inquisición en España en tiempo de la Reforma y Contrarre (...)

12Des métiers plus spécialisés dans le bois ou la construction (scieurs de long, maçons) sont le fait d’une part non négligeable de migrants venant du Massif central (Limousins en particulier). Il y a donc une sorte d’identité professionnelle des migrants en fonction de leur origine géographique. Ainsi, les métiers du commerce sont largement le fait des Auvergnats et Limousins puisque 13 % d’entre eux les pratiquaient en Catalogne alors qu’ils ne touchaient que moins de 0,5 % des Pyrénéens, pré-Pyrénéens, Languedociens et Garonnais. Exprimé autrement, 64 % des migrants déclarant exercer le commerce sur la côte catalane en 1637 provenaient de l’un des quatre diocèses composant la Haute-Auvergne et le Bas-Limousin. Les travaux de Jean Perrel ont aussi montré que si les migrants limousins sont d’abord des travailleurs de la terre (laboureurs et journaliers forment près de 37 % de son échantillon), les marchands forment une proportion importante (près de 22 %), suivis des travailleurs de la construction (maçons, charpentiers ou couvreurs : environ 19 %) et du textile (9 %)32 : on peut considérer qu’environ 20 % de ces émigrants bas-limousins pratiquaient une forme de commerce. À Reus (région de Tarragone), la totalité des 98 marchands nés dans le royaume de France et présents dans la ville entre 1607 et 1620 vient des diocèses de Clermont (58,16 %), Saint-Flour (36,73 %) et Tulle (5,10 %)33. Par ailleurs, la chaudronnerie jouait comme un marqueur identitaire assez fort car, comme le rapportait en 1601 une tavernière de Cuenca à un inquisiteur, en parlant d’un chaudronnier, qu’elle appelle pourtant Juan Pérez : « entiende que es francés, por serlo casi todos los que tratan deste oficio [de chaudronnier]34 ».

  • 35 Les résultats aragonais vont dans le même sens.
  • 36 28,4 % des migrants venaient des diocèses de Comminges et de Rieux. Les quatre diocèses des Pyrénée (...)
  • 37 C. Langé, op. cit., p. 62 ; il s’agit des résultats obtenus par les relaciones de causas. La présen (...)

13Comme il apparaît, 99,02 % des migrants présents sur le littoral catalan en 1637 arrivaient des Pays d’Oc35. C’est un élément important sur lequel nous n’insisterons pas ici. Cependant, il faut rappeler que la proximité linguistique entre les parlers occitans des migrants et le catalan (dans une moindre mesure, l’espagnol pour l’Aragon et la Castille) devait faciliter l’intégration. Qu’est-ce qu’un étranger : quelqu’un qui est considéré comme étranger ou quelqu’un qui se sent étranger ? Par exemple, le Commingeois de Landorthe Pierre Terrades, qui, au xvisiècle, était crieur public (nuncio) du batlle (représentant local du seigneur) de Mataró, peut-il être considéré comme un étranger ? Dans les pays occitans, les diocèses pyrénéens et pré-pyrénéens fournissaient le gros des migrants en Catalogne (53,50 %) ; le Comminges était le pourvoyeur le plus important36. Plus généralement, 80 % des migrants venaient de treize diocèses du Sud et Sud-Ouest du royaume de France allant de Cahors et Rodez (au nord) aux Pyrénées (au sud) et de Narbonne (à l’est) à Agen, Eauze, Tarbes (à l’ouest). Ceux qui descendaient d’Auvergne et du Limousin étaient, alors, bien minoritaires : 6,10 %. Leur statut de « marginaux » dans ces migrations est confirmé par la place qu’ils occupent dans les données, certes bien lacunaires, de l’Aragon : autour de 3 %37.

Tableau 3 – Métiers des migrants en Catalogne et en Aragon

Catalogne

Aragon

Total

Pré-Pyrénées et Pyrénées

Vallée de la Garonne

Auvergne et Limousin

Total

Pré-Pyrénées et Pyrénées

Vallée de la Garonne

Auvergne et Limousin

Agriculture

45 %

55,6 %

38,2 %

9,42 %

18,7 %

22 %

29,7 %

7,6 %

Élevage

12,6 %

14,9 %

13,5 %

2,9 %

14,4 %

19,2 %

2 %

3,9 %

Valets

—-

—-

—-

—-

6 %

5,6 %

6,9 %

0 %

Pêche,

3,7 %

3,3 %

4,8 %

3,62 %

—-

—-

—-

—-

marine

Bois,

6,3 %

2,7 %

3,6 %

32,61 %

10,8 %

7,9 %

5 %

30,8 %

construction

Cuir,

1,8 %

1,07 %

2,2 %

7,25 %

4,12 %

5,3 %

5 %

11,5 %

chaussure

Textile

2,4 %

1,4 %

3,2 %

2,9 %

18,7 %

14 %

30,6 %

15,4 %

Métaux

1,5 %

1,4 %

1,8 %

2,17 %

3,7 %

1,5 %

5,9 %

3,9 %

Verre

0,26 %

0 %

0 %

2,9 %

0,4 %

0,2 %

0 %

0 %

Alimentation

1,1 %

1,07 %

1,3 %

0 %

6,9 %

7,9 %

6,9 %

3,9 %

Commerce

1,2 %

0,16 %

0,45 %

13,04 %

5,5 %

8,8 %

0 %

11,05 %

Transports

2,7 %

2,14 %

3,6 %

2,17 %

1,6 %

1,1 %

3 %

0 %

Divers, indifférencié

20,8 %

15,8 %

26,7 %

21,01 %

9,2 %

6,5 %

5 %

11,5 %

Source : tableau élaboré à partir des données contenues dans J. Nadal et E. Giralt, op. cit. et dans C. Langé, op. cit.

Les migrants du Massif Central acteurs du commerce transpyrénéen

14Les gens du Massif central ne se fondaient pas complètement dans le paysage migratoire de l’époque moderne vers la péninsule Ibérique. Au contraire même, ils y occupaient une place à part et offraient un visage particulier par leurs origines géographiques et leurs activités professionnelles plus tournées vers le commerce dont ils s’étaient fait une spécialité. Ces migrations commerciales nécessitaient une organisation particulière mais, aussi, elles jouaient un rôle très important dans le commerce à travers les Pyrénées en animant des réseaux, voire en faisant vivre un espace commercial reliant le Massif central et l’intérieur ibérique.

  • 38 Arch. dép. Corrèze, E 1657, Me Champeils, Saint-Cirgues-la-Loutre, 17/08/1651.
  • 39 S. Rovira i Gómez, art. cit., p. 183-184.
  • 40 La disparité de l’apport en capitaux caractérisait aussi les compagnies de marchands savoyards migr (...)
  • 41 Arch. dép. Corrèze, E 1659, Me Champeils, Saint-Cirgues-la-Loutre, 02/08/1662.
  • 42 Les mêmes types d’associations se rencontrent dans le monde des verriers migrants d’Altare étudié p (...)

15L’association, non formalisée, sur une base familiale (père et fils, frères, beaux-frères, etc.), était, sans doute, le mode le plus général d’organisation des marchands. Dans le cas de sociétés hors du cadre familial, un contrat notarié précisait les conditions d’association. Parfois, c’est au moment de la dissolution que l’on apprend l’existence de telles sociétés. Ainsi, le 17 août 1651, Pierre Magnac et Jean Merlanges, marchands de Saint-Géniez-ô-Merle, rappelaient qu’ils avaient été associés jusqu’au 6 mars précédent pour faire le trafic de marchandises en Catalogne où ils avaient consenti des obligations à différents marchands38. Généralement, la mise en société impliquait un apport de capital de la part des partenaires, d’abord pour se procurer les marchandises à vendre. À Reus (Catalogne), Salvador Rovira a recueilli des données qui indiquent une inégalité d’apports entre les partenaires39. Pour cinq compagnies, les différences de capitaux engagés par les associés vont de quelques livres à plus de 1 600 livres40. Un sort particulier doit être fait à la société formée le 27 avril 1620 entre les frères Mandian, qui apportent l’intégralité des 2 187 livres 13 sols du capital, et Antoni Trutxa qui se contente de mettre sa force de travail dans la société ainsi créée. C’est dans des termes assez voisins que trois marchands de Saint-Cirgues-la-Loutre conclurent une association avec un quatrième par laquelle ce dernier reçut 2 600 livres de marchandises à vendre, dont il devra leur rembourser le capital et dont il conservera un tiers du profit41. Nous aurions alors affaire à des sociétés en commandite dans lesquelles certains des associés apportaient les marchandises – les commanditaires – et les autres étaient chargés de les vendre, afin de pouvoir en obtenir leur part de bénéfice42. Entrer en migration pouvait aussi se faire par le biais de l’apprentissage ou en se mettant au service d’un marchand. Par ce moyen, une personne pouvait prendre part au commerce, s’initier aux risques, découvrir routes et réseaux, avant peut-être de tenter sa chance ou de s’associer à son tour.

  • 43 P. Poujade, « Les petites villes de montagne et le monde du commerce en région frontalière à l’époq (...)
  • 44 E. Serra et M. A. Sanllehy, « Comerç transpirinenc a Catalunya segons la documentació de la General (...)
  • 45 F. Brumont, « La géographie du commerce des draps à Toulouse au milieu du xvisiècle », Annales du (...)
  • 46 S. Rovira i Gómez, art. cit., p. 186.
  • 47 Exemples aux Arch. dép. Haute-Garonne, minutes de Me Marcilhac, 1610, 3 E 5474-3 E 5475 et Me Cassa (...)
  • 48 E. Jarque Martínez et J. A. Salas Auséns, « Pequeños comerciantes y buhoneros franceses en el Alto (...)
  • 49 O. Codina, De fer et de laine. Les vallées d’Andorre du xvie au xixsiècle, Perpignan, Presses Uni (...)
  • 50 Voir P. Poujade, Le Voisin et le Migrant, op. cit., p. 191-210.

16Toulouse apparaît comme une sorte de plaque tournante du commerce à travers les Pyrénées où venaient s’approvisionner, à crédit, ces marchands migrants. Ils pouvaient aussi avoir recours aux relais que constituaient les petites villes pyrénéennes43. La documentation notariale qui permet de connaître ce commerce est généralement très discrète sur la qualité des marchandises que venaient y prendre ces marchands mais il est probable que les textiles constituaient une part importante comme différents indices le suggèrent. Par exemple, Bertrand Caldemaison est enregistré en 1663 comme un marchand des plus actifs au passage de Puigcerdà passant et repassant dix fois entre le 15 et le 31 juillet avec différents types de tissus44. On rappellera pour conforter cette hypothèse, qu’au milieu du xvisiècle, c’était des textiles que vendait en direction de la Catalogne et du royaume de Valence le marchand toulousain Arnaud Delavigne45. De la même façon, les marchands installés à Reus sont des maillons de la chaîne de redistribution des tissus qu’ils achetaient dans le royaume de France, en particulier à Toulouse auprès de grossistes comme Antoine Castagner46. Or, celui-ci approvisionnait des marchands ou muletiers auvergnats, installés en Espagne, catalans et aragonais47. Au xviiisiècle encore, les marchands de toiles toulousains Azam et Bruils ont des débiteurs à Barbastro48. De même, les fonds de la compagnie andorrane Areny, étudiés par Olivier Codina49, indiquent très clairement le rôle de Toulouse dans les approvisionnements en toiles de Bretagne, de Laval, de Rouen, de Paris, de Reims, de Cambrai, en mercerie de Flandres, en étoffes de Sicile ou de Milan, en bas de Paris ou « façon d’Angleterre », en fils de coton et de soie, auxquels s’ajoutaient aiguilles, épingles, agrafes, sans oublier les capes béarnaises dont l’importance n’est presque plus à souligner50.

  • 51 Sales est de Saint-Martin-Valmeroux.
  • 52 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 4484, fol. 93, Me Jacquet, 10/10/1680.
  • 53 E. Serra et M. A. Sanllehy, art. cit., p. 503.
  • 54 Leur premier passage date du 14/09/1679 (Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 4483, fol. 754, Me Jacquet)  (...)

17L’appellation générique de « marchandise » (souvent au singulier) devait cacher différents genres de tissus mais aussi d’autres types de produits. Le 10 octobre 1680, un certain Antoine Sales, natif du diocèse de Clermont51, marchand à Cervera, prend possession de quelque 1 255 livres de marchandises chez les frères Gras, à Toulouse52. Le 19 octobre suivant, Antoni Sala53 déclare au « péage » de La Seu d’Urgell 43 produits différents parmi lesquelles toutes sortes de tissus mais aussi 700 plumes d’Irlande pour écrire, cinquante-deux douzaines de milliers d’aiguilles à tête, onze douzaines de miroirs d’Allemagne, trois douzaines d’horloges en laiton, douze douzaines de lunettes. Ce cas a pu se reproduire à de nombreuses reprises car cet Antoine Sales, associé à Cervera avec son compatriote Jean Lizet, était habitué chez les Gras auprès desquels il s’approvisionne au moins entre 1679 et 168554.

  • 55 Arch. dép. Ariège, 135 Edt/CC 6.
  • 56 Arch. dép. Ariège, 5 E 655, Me R. Delauriol, 15/01/1652, fol. 6.
  • 57 O. Codina, op. cit., p. 221-222.
  • 58 Voir, par exemple, E. Serra et M. A Sanllehy, art. cit. ; O Codina, op. cit.

18À Toulouse, ces marchands achetaient aussi du poisson qui alimentait l’Andorre et la Catalogne intérieure. Les tarifs des leudes, comme celui de Tarascon qui mentionne « toutes sortes de poisson sallé, comme mourue, congre, harancs, sardines, saumon, et autres espèces venant par balles ou passant pour l’étranger »55, en décrivent les qualités. Ainsi en décembre 1651, Jean Delerm, marchand résidant à Puigcerdà, revenait-il ainsi de Toulouse, avec du poivre et des clous de girofles, en plus de ruban, crochets et épingles56. Vues d’Andorre, les transactions sur les épices concernaient la cannelle, les noix de muscade, les clous de girofle et le poivre, de loin la plus importante mais aussi la moins chère des épices57. Toulouse devait aussi être le lieu d’approvisionnement pour tous les autres produits ou objets que les diverses sources nous donnent à connaître lors de leur traversée des Pyrénées58 : jeux de cartes, rosaires, missels et bréviaires, objets religieux, coffrets, coiffes, cuir, cuivre, plomb, fil de fer et de laiton, fromage, sucre, tabac, pastel, peignes, bas, articles de mercerie, rubans et fils, aiguilles et épingles, quincaillerie, couteaux, clous, pelles, clochettes, crochets, récipients, soufre, encens, litharge, etc.

  • 59 Arch. dép. du Cantal, 3 E 267-187, Me Philippe Gros, Saint-Martin-Valmeroux, 28/09/1684 ; 3 E 267-1 (...)
  • 60 P. Poujade, « Le commerce des mules entre la France et l’Espagne à l’époque moderne : l’exemple du (...)
  • 61 A. Poitrineau, Remues d’hommes, op. cit., p. 130.
  • 62 Arch. dép. du Cantal, 102 F 22, Me Jean Lascombes, Saint-Illide, 04/08/1625. Jean Buc et ses deux f (...)
  • 63 Arch. dép. Ariège, 5 E 10251, Me Serda, Ax, fol. 2614, 02/06/1650.

19Parmi les chaudronniers, l’achat que fait Pierre Laden à la foire de Saint-Flour en 1684 est un indice du commerce des mulets vers la Catalogne. En effet, ce chaudronnier tenant boutique en Catalogne pyrénéenne a acquis deux mules destinées, dit-il, à être conduites « au royaume d’Espagne »59. Peut-être avait-il l’habitude de revenir en Catalogne, tous les ans en automne, avec de telles bêtes afin de les y écouler s’inscrivant, ainsi, dans un important réseau commercial unissant Massif central et péninsule Ibérique60 ? Abel Poitrineau décèle aussi, chez des chaudronniers, un trafic de mules vers la péninsule Ibérique61. Plus généralement, le commerce de bestiaux est une activité attestée ailleurs chez certains chaudronniers, qu’il s’agisse de bovins ou même de « pourceaux »62. Marchands et chaudronniers étaient des acteurs du commerce transpyrénéen dans les deux sens. Pour régler le mulet qu’il vient d’acheter à un marchand de la ville d’Ax (haut Pays de Foix), l’Auvergnat Hugot Naudí, installé à Puigcerdà, s’engage à livrer au vendeur sept quintaux d’huile d’olive63.

  • 64 Arch. dép. Ariège, 5 E 640, Me Ferrand, fol. 164, 29/11/1661. La laine, dont on ne sait la provenan (...)
  • 65 Arch. dép. Ariège, 5 E 597, Me Rolland, fol. 111, 14/07/1667 ; 5 E 664, Me Delauriol, fol. 61, 16/0 (...)
  • 66 Arch. dép. Ariège, 5 E 703 fol. 90 v°, Me Rolland, à Tarascon, 30/08/1680.
  • 67 Ponferrada est à moins de 30 kilomètres à l’est de la Galice.
  • 68 Documents des Arch. dép. du Cantal, 3 E 66 n° 6 bis, publiés par J. Vezole, « Émigrants cantaliens (...)

20Les marchands migrants étaient aussi des intermédiaires dans le commerce de la laine, peut-être aussi des chevaux, vers le royaume de France. On est assez mal renseigné sur ces trafics mais c’est bien de la laine, entrant par l’Andorre, qu’attend un marchand de Siguer (haut pays de Foix) du Limousin Pierre Magnac, résidant à la Seu d’Urgell, pour le remboursement d’un prêt64. Pour sa part, Jean Cas, marchand auvergnat installé à Sant Julià (Andorre) laisse en gage, au moins à trois reprises, avec possibilité de le vendre, un cheval à un marchand de Tarascon qui lui a délivré de la marchandise65. Le chaudronnier Antoine Berghaud, établi dans les Pyrénées catalanes, à Ars, en vendit un pour 40 livres à un hôte de Tarascon en 168066. Dans ces deux exemples, on peut se demander s’il s’agissait de se débarrasser d’un cheval qui avait été utilisé dans l’activité commerciale de celui qui s’en défait ou d’un animal faisant l’objet d’un trafic particulier ? Dans un autre domaine, Jean Cambon, de la paroisse de Mandailles (à une trentaine de kilomètres au nord-est d’Aurillac) reçoit, le 19 mars 1596, du marchand aurillacois Jean Verdier, 140 faux et 100 pierres à aiguiser pour aller les vendre « à moitié profit ou perte » en Espagne, et Jean Brou, partant pour Ponferrada67, se voit confier par le même marchand, le 10 mars 1597, 152 faux à écouler68. On a là l’attestation, à la fin du xvisiècle, d’un courant commercial de faux et pierres à aiguiser de la Haute-Auvergne vers le nord-ouest ibérique.

Espace de circulation et réseaux commerciaux

  • 69 Les frères Gras commencèrent leur activité commerciale et financière en 1650 en association avec Es (...)
  • 70 Diocèse de Turin, dans le Piémont actuel.
  • 71 Elle cite, dans les années 1680, Christophe Juiller, résidant puis bourgeois de Pau, originaire de (...)
  • 72 L. Fontaine, Histoire du colportage en Europe, xve-xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993, p. 146. (...)
  • 73 Quelques exemples : Arch. dép. Ariège, 5 E 651, fol. 252 v°, Tarascon, Me Delauriol, 11/07/1648 ; 5 (...)
  • 74 Arch. dép. Aude, 3 E 7735, fol. 228, Me Siau, Quillan, 08/07/1671.
  • 75 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 3 E 41/2, fol. 87, Saint-Paul, 17/06/1674 ; 3 E 41/9, p. 42, Saint- (...)

21Les marchands d’Auvergne et du Limousin animaient les réseaux commerciaux qui, du Massif central, passaient par Toulouse et se dirigeaient vers la Catalogne et l’Aragon en passant par les Pyrénées. Dans la capitale languedocienne, parmi d’autres négociants, les frères Jean et Antoine Gras, actifs entre 1650 et 169069 étaient spécialisés dans la fourniture de produits destinés au commerce transpyrénéen. Les marchands migrants qui se ravitaillaient chez les Gras étaient pratiquement tous originaires de la zone d’émigration marchande que nous avons circonscrite plus haut. On y rencontre aussi un Dauphinois, Guillaume Miquel, qui en 1679 négocie à Lérida et dont la présence cache, sans doute, d’autres marchands et colporteurs issus de cette province. Ce n’est pas ici le lieu d’y insister mais il existait bien une « diaspora » marchande dauphinoise vers les Pyrénées et la péninsule Ibérique, provenant essentiellement de la partie alpine du Dauphiné, c’est-à-dire des écartons du Briançonnais et du diocèse d’Embrun. Laurence Fontaine la signale lorsqu’elle évoque les habitants de la Val Varaita70 qui, dit-elle, « commercent sur la route d’Espagne : certains sont installés à Bayonne ou à Pau71, et d’autres en Catalogne. Les frères Vassal, de Chianale, participent sans doute de la double relation villageoise et migrante […] »72. On en rencontre en haut Pays de Foix73, à Quillan74, à Saint-Paul-de-Fenouillet75 qui viennent de Briançon, du diocèse d’Embrun, de la Val Varaita…

  • 76 Sur les Lavernhe, voir P. Poujade, Le Voisin et le Migrant, op. cit., p. 285-298.

22Les Auvergnats sont les plus nombreux ; deux paroisses se détachent nettement : Saint-Martin-Valmeroux (avec 5 % des mentions de notre corpus) et surtout, de façon écrasante, Saint-Santin-Cantalès qui fournit près de 42 % des clients du corpus. Ce taux élevé est atteint en raison de la présence des membres d’une même famille, les Lavernhe, originaires de cette paroisse, dont les apparitions sont fréquentes tout au long de la période. La présence « massive » des Lavernhe chez les frères Gras, à Toulouse, les désigne comme un chaînon fondamental du commerce transpyrénéen par le Pays de Foix et par l’Andorre, en particulier grâce à leur association avec la compagnie andorrane Areny. Les migrations ont totalement caractérisé cette famille qui, autant que l’on puisse la suivre sur trois ou quatre générations entre le milieu du xviisiècle et 1715, a poursuivi ses migrations, pas à pas, se déplaçant peut-être au gré des opportunités, tout en conservant ses possessions foncières en Auvergne où les hommes ont continué à prendre épouses. D’ailleurs, dans cette société, les épouses étaient investies d’un rôle important car elles assuraient la gestion du patrimoine au cours des longues périodes d’absence de leur mari76.

  • 77 Voir la carte 59, « Les communications routières au xviiisiècle » dans P. Vilar, La Catalogne dan (...)
  • 78 Cervera accueillait un peu plus de 2 600 habitants en 1553 ; en 1718, elle avait 2 112 habitants. J (...)

23Les lieux d’implantation des marchands qui s’approvisionnaient à Toulouse chez les frères Gras, situés dans la Catalogne occidentale, forment un axe nord-sud entre le bassin de Tremp, au nord, et le Camp de Tarragone, au sud, en passant par Lérida et des localités comme Cervera, Guissona ou Tàrrega, situées au croisement des routes venant des Pyrénées et celle arrivant de Barcelone. Cervera et Tàrrega sont des nœuds routiers sur l’axe reliant Barcelone et Lérida, au contact des chemins muletiers descendant de la montagne (Tremp, La Seu d’Urgell, Cardona) et des routes charretières aboutissant à Tarragone77. Cervera, neuvième localité catalane par sa population jusqu’au début du xviiisiècle exerçait dans la deuxième moitié du xviisiècle une claire fonction de marché78 et jouait le rôle de trait d’union entre le réseau barcelonais, celui de la Catalogne occidentale et celui de la région de Tarragone. C’est sans doute pour cette raison que plusieurs des marchands rencontrés à Toulouse y tenaient boutique.

  • 79 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 4483, fol. 358 v°, Me Jacquet, Toulouse, 12/08/1675. Les Gras se plai (...)
  • 80 Registres particuliers des marchands Brugières et Ruand : Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12006 et 3  (...)
  • 81 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12006, fol. 240, 17/02/1627. Fizes y est présenté comme un marchand d (...)
  • 82 Sur les Fizes, P. Poujade, « Acteurs et circuits commerciaux à travers la correspondance de Père Fi (...)
  • 83 O. Codina, op. cit., p. 219-220.

24Si elle apparaît assez massive, l’implantation catalane de ces marchands migrants n’était probablement pas exclusive. Ainsi, indirectement, découvre-t-on à l’occasion d’un litige que les frères Gras sont aussi en relation avec l’Aragon79. Plus tôt dans le xviisiècle, les Limousins Michel Brugières et Jean Ruand tenant boutique à Toulouse, dans les années 1610 et 1630, paraissent avoir une clientèle plus tournée vers l’Aragon80. Toutefois, en 1627, c’est depuis Lérida où il s’était alors établi que le marchand quercynois Pierre Fizes venait s’approvisionner chez les Brugières. Dans la deuxième moitié du xviisiècle, les Brugières81 seront parmi les correspondants privilégiés des Fizes, désormais fixés à Barcelone82 de même que de la compagnie andorrane Areny dont le rôle commercial en direction de la Catalogne et en Catalogne même, en relation avec les marchands auvergnats, était important83.

  • 84 D’après les minutes de Me Antoine Serres, notaire de Toulouse. Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 7141 e (...)
  • 85 Voir les travaux déjà cités d’E. Benedicto Gimeno sur le sud de l’Aragon.
  • 86 W. Thomas, op. cit., p. 240, d’après les archives diocésaines de Cuenca.
  • 87 Archivo Provincial de Cuenca, JUD 57-13 (1616). Il s’agit d’un procès lié au règlement de la succes (...)

25À Toulouse, les chaudronniers migrants se servaient en cuivre de différents types, en pots de fer ou en poêles, en particulier chez les frères Augé qui y jouaient le rôle de grossistes spécialisés84. Sur la route de la migration, ils se fournissaient aussi auprès de marchands d’Aurillac, de Villefranche-de-Rouergue, d’Albi, multipliant les chaînes de l’endettement. Chaudronniers et marchands chaudronniers, on l’a évoqué, exerçaient aussi leur industrie en Aragon85, et dans d’autres parties de la péninsule comme la Rioja ou la région de Cuenca pour lesquelles Werner Thomas nous donne plusieurs exemples à partir des procès de l’Inquisition. Les chaudronniers avaient une vie itinérante et la fréquence de leur retour chez eux était fonction des lieux où ils s’établissaient : plus ils étaient loin de leur village d’origine, moins ils y revenaient. Ainsi, ceux qui travaillaient autour de Logroño (Rioja) pouvaient, généralement, faire un séjour de plusieurs mois tous les ans chez eux. Pour d’autres, les retours n’étaient pas fréquents. Lorsqu’il fut arrêté en 1562, le chaudronnier Gil Antón, âgé de 55 ans, était parti d’Aurillac depuis 10 ans sans jamais y revenir. Son activité l’avait conduit à offrir ses services aux habitants d’Atienza, Sigüenza, Soria et Cuenca, sans avoir de domicile fixe, tout en se créant un réseau professionnel dans une grande partie de la Castille, en particulier auprès de forgerons et d’autres chaudronniers étrangers eux aussi86. De la même façon, quand il mourut en 1616, célibataire âgé d’environ 30 ans, Cesari Boria87, né dans la paroisse de Saint-Saury (diocèse de Saint-Flour), laissait une trentaine de débiteurs (souvent chaudronniers) dans une douzaine de localités situées dans un rayon de plus de 100 kilomètres autour de Cuenca, dessinant un espace commercial de quelque 7 000 km2. Les chaudronniers jouaient un rôle dans la consommation des campagnes à travers le petit crédit88.

26Des colonies de marchands et de chaudronniers venus d’Auvergne et Limousin se sont implantées dans diverses villes de Catalogne, parfois d’Aragon et de Castille, pour y tenir boutique et y exercer leur activité sans pour autant rompre leurs liens avec leur paroisse d’origine et continuant ainsi leurs allées et venues parfois sur plusieurs générations. Minoritaires, liés au monde du commerce, ces migrants présentaient une identité particulière dans le monde des migrations vers la péninsule Ibérique faites, d’abord, de Pyrénéens et pré-Pyrénéens qui n’avaient guère de spécialités professionnelles, si ce n’était le travail de la terre. Bien des fois organisés en compagnies familiales, entourés de toutes sortes de commis, domestiques, employés, colporteurs, apprentis, généralement recrutés au pays, ils jouaient un rôle central dans l’animation du commerce transfrontalier mais aussi dans une partie de la péninsule Ibérique grâce à leurs allers et retours incessants et par l’utilisation des réseaux qu’ils avaient contribué à mettre en place et qu’ils faisaient vivre. Il est d’ailleurs assez intéressant d’indiquer, pour terminer, que la localisation des boutiques de ces migrants en Catalogne au xviisiècle préfigure le réseau routier catalan du xviiisiècle comme s’ils avaient participé à le créer… Sans aller aussi loin, on peut considérer qu’ils ont aidé à le matérialiser.

Haut de page

Notes

1 Voir, en particulier, A. Poitrineau, « La difficulté de vivre dans les montagnes françaises au xviiisiècle », introduction de Remues d’hommes. Essai sur les migrations montagnardes en France aux xviie et xviiisiècles, Paris, Aubier, 1983, p. 5-24.

2 Pour la bibliographie, voir P. Poujade, Le Voisin et le Migrant. Hommes et circulations dans les Pyrénées modernes (xvie-xixe siècle), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, 2011, en particulier p. 237-301 et p. 327-347.

3 A. Poitrineau, « Le migrant, l’Espagne et le notaire », Les Français en Espagne à l’époque moderne (xvie-xviiie siècles), Toulouse, CNRS, 1990, p. 152-153.

4 E. Benedicto Gimeno, « Las redes emigratorias auvernesas y el desarrollo de la metalurgia del cobre en el sur de Aragón », Circulation des marchandises et réseaux commerciaux dans les Pyrénées (xiiie-xixe s.), Toulouse, CNRS-Université de Toulouse-Le Mirail, 2005, p. 244-274.

5 J. Nadal et E. Giralt, La population catalane de 1553 à 1717 : ‪L’immigration française et les autres facteurs de son développement, Paris, SEVPEN, 1960 (nous le citerons à partir de l’édition catalane, Immigració i redreç demogràfic. Els francesos a la Catalunya dels segles xvi i xvii, Vic, Eumo, 2000) ; La immigració francesa a Mataró durant el segle xvii, Mataró, Caixa d’Estalvis, 1966.

6 J. Codina, La immigració francesa al Delta del Llobregat 1400-1700, XXV Assemblea Intercomarcal d’Estudiosos, Centre d’Estudis del Baix Llobregat i Amics del Prat, 1982.

7 V. Gual i Vilà, « Gavatxos », gascons, francesos. La immigració occitana a la Catalunya moderna (el cas de la conca de Barberà), Barcelone, Dalmau, 1991 ; F. X. Gual i Remírez, V. Gual i Vilà, C. Millàs i Castellví, « La immigració francesa a Catalunya : el cas del Baix Llobregat (segles xvi i xvii) », Actes del IV Congrés d’història moderna de Catalunya, Pedralbes, 1998, t. 1, p. 133-148 ; V. Gual i Vilà, « La immigració occitana a la Catalunya moderna », Les fronteres catalanes i el Tractat dels Pirineus, Cabrera de Mar, Galerada, 2009, p. 125-139.

8 J. Peytaví Deixona, Antroponímia, poblament i immigració a la Catalunya moderna. L’exemple dels comtats de Rosselló i Cerdanya (segles xvi-xviii), Barcelone, IEC, 2010 ; Catalans i occitans a la Catalunya moderna (Comtats de Rosselló i Cerdanya, s. xvi-xvii), Barcelone, Òmnium cultural/Antiga Fundació Salvador Vives i Casajuana, 2005, 2 vol.

9 Pour le cas aragonais, voir les articles de G. Redondo et C. Langé dans l’ouvrage collectif Les Français en Espagne à l’époque moderne (xvie-xviie siècles), Toulouse, CNRS, 1990 (p. 7-44) ; C. Langé, La inmigración francesa en Aragon (siglos xvi-xvii), Saragosse, Institución Fernando el Católico, 1993.

10 J. A. Salas Auséns, « Franceses en Barbastro en la edad moderna », Anuario del Centro de la Universidad Nacional de Educación a Distancia, Barbastro, 2002, p. 123-159.

11 E. Benedicto Gimeno, « La emigración francesa en Calamocha (1530-1791) », Xiloca, 2002, n° 29, p. 13-60 ; « Las redes emigratorias auvernesas… », art. cit.

12 P. Sanz Camañes, « La colonia francesa en Aragón a finales del reinado de Carlos II », in J. M. de Bernardo Ares (dir.), La sucesión de la monarquía hispánica, 1665-1725, vol. 1 : Lucha política en las Cortes y fragilidad económica-fiscale en los Reinos, Cordoue, Universidad de Córdoba, 2006, p. 277-304.

13 Les Français en Espagne à l’époque moderne (xvie-xviiie siècle), Paris, Éditions du CNRS, 1990.

14 J. A. Salas Auséns, En busca de El Dorado. Inmigración francesa en la España de la edad moderna, Bilbao, Universidad del País Vasco/Euskal Herriko Unibertsitatea, 2009. On trouvera dans cet ouvrage une bibliographie comprenant de nombreux travaux aux p. 341-357.

15 M. B. Villar García et P. Pezzi Cristóbal (dir.), Los extranjeros en la España moderna, Malaga, Universidad de Málaga, 2 vol., 2003.

16 J. -P. Amalric, « Franceses en tierras de España : una presencia mediadora en el Antiguo Régimen », M. B. Villar García et P. Pezzi Cristóbal (dir.), op. cit., p. 23-37.

17 A. Poitrineau, Les Espagnols de l’Auvergne et du Limousin du xviie au xixsiècle, Aurillac, Malroux-Mazel, 1985.

18 J. Perrel, « L’émigration bas-limousine en Espagne aux xviie et xviiisiècles », Actes du 88e Congrès national des Sociétés savantes (Clermont-Ferrand, 1963), Paris, Imprimerie nationale, 1964, p. 709-729 ; « Les Limousins en Espagne aux xvie, xviie et xviiisiècles : les émigrants », Bulletin de la Société des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, 1964, p. 31-40.

19 Les travaux de R. Duroux portent surtout sur l’époque contemporaine. Dans l’abondante liste de ses publications, retenons Les Auvergnats de Castille. Renaissance et mort d’une migration au xixsiècle, Clermont-Ferrand, Publications de la Faculté de Lettres et Sciences Humaines, 1992.

20 Seules quatre mentions de chaudronniers limousins ont été rencontrées sur une période de plus de deux siècles. La première date de 1564 lorsqu’un chaudronnier de la paroisse de Goulles fait son testament « ayant délibéré de s’en aller hors du p[rése]nt pays craignant y morir » (Arch. dép. Corrèze, E 15332, Me Dumas, Goulles, 20/03/1564). Les autres sont du xviiisiècle : 1720 (Arch. dép. Corrèze, E 6981, Me P. Chanet, Argentat, 27/08/1720), 1740 (Arch. dép. Corrèze, E 1681, Me Demeilhac, 20/03/1740), fin du siècle où quelques-uns sont présents à Saint-Cirgues-la-Loutre (Arch. dép. Corrèze, C 127, 1786).

21 Mémoire sur l’état de la Généralité de Riom en 1697 dressé pour l’instruction du duc de Bourgogne par l’intendant Lefèvre d’Ormesson, texte établi et annoté par A. Poitrineau, Clermont-Ferrand, Institut d’Études du Massif central, 1967, p. 175-176.

22 A. Thomas (« Émigrants auvergnats en Espagne sous Charles VII (1449) », Homenaje a Menéndez Pidal, t. 3, Madrid, 1925, p. 89-92) évoque sept chaudronniers auvergnats ayant travaillé en Aragon et Catalogne avant le milieu du xve siècle.

23 A. Poitrineau, Remues d’hommes…, op. cit., p. 130-133.

24 J. Nadal et E. Giralt, op. cit., p. 302-308. Autrement dit, 23,25 % des cordonniers venaient d’Auvergne et du Limousin (régions qui ne fournissaient que 6 % des Français recensés sur la côte catalane).

25 Le manque de précisions dans les sources ne permet pas une identification précise des destinations. En effet, il est parfois question de « Catalogne », mais le plus souvent les documents se contentent de « royaume d’Espagne » ou « d’Espagne » sans autre indication, ce qui nous a conduit à ne présenter qu’une seule rubrique « péninsule Ibérique ».

26 Les documents issus de cette enquête sont conservés dans la section Consell d’Aragó des Archives de la Couronne d’Aragon à Barcelone.

27 J. Nadal et E. Giralt, op. cit‬.

28 C. Langé, op. cit.

29 Traduction des trois citations : « cela fera vingt-huit ans que je réside en Roussillon ; quand on m’y apporta, je tétais » ; « on m’amena nourrisson » ; « mes parents m’apportèrent alors que je tétais ».

30 Les fourchettes données pour chaque classe d’âge s’expliquent par des sources différentes (procès et contrats de mariage).

31 Deux exemples parmi d’autres tirés de V. Gual Vilà, Justícia i terra. La documentació de l’Arxiu de Poblet (armari II), Valls, Cossetània, 2003, p. 333 et p. 142 : le 30 septembre 1571, au Pas de Llardecans (à environ 35 kilomètres au sud de Lérida), le Gascon Roget attaqua des hommes et leur vola 7 écus et deux capes de berger ; en 1629, un autre berger gascon se fit dérober les chèvres qu’il gardait.

32 Ces résultats se réfèrent à la zone située entre Tulle et Argentat et à la Xaintrie (J. Perrel, « L’émigration bas-limousine… », art. cit. ; et « Les Limousins en Espagne… », art. cit.). Pour le plateau de la Roche-de-Vic, les résultats sont sensiblement différents : laboureurs et journaliers : autour de 50 % des migrants ; marchands : autour de 20 % ; maçons : 5-7 % (J. Perrel, « Une région d’émigration vers l’Espagne aux xviie-xviiie siècles : le plateau de Roche-de-Vic (Corrèze) », Le Bas-Limousin. Histoire et économie, Tulle, Société des Lettres, Sciences et Arts de la Corrèze, 1966, p. 191).

33 S.-J. Rovira i Gómez, « Els marxants occitans a Reus (1607-1620) », Actes del IV Congrés d’història moderna de Catalunya, Pedralbes, 1998, p. 181-182.

34 Cité par W. Thomas, Los protestantes y la Inquisición en España en tiempo de la Reforma y Contrarreforma, Louvain, Leuven University Press, 2001, p. 239, d’après les archives diocésaines de Cuenca (11/08/1601). Traduction : « elle entend qu’il est français car presque tous ceux qui exercent cet office [de chaudronnier] le sont ».

35 Les résultats aragonais vont dans le même sens.

36 28,4 % des migrants venaient des diocèses de Comminges et de Rieux. Les quatre diocèses des Pyrénées centrales, de Tarbes au Couserans, fournissaient 36,56 % du total.

37 C. Langé, op. cit., p. 62 ; il s’agit des résultats obtenus par les relaciones de causas. La présence des Pyrénéens et pré-Pyrénéens est véritablement écrasante en Aragon avec 77 % du total.

38 Arch. dép. Corrèze, E 1657, Me Champeils, Saint-Cirgues-la-Loutre, 17/08/1651.

39 S. Rovira i Gómez, art. cit., p. 183-184.

40 La disparité de l’apport en capitaux caractérisait aussi les compagnies de marchands savoyards migrants vers les pays germaniques (Suisse, Alsace, etc.) étudiés par Ch. et G. Maistre (L’émigration marchande savoyarde aux xviie et xviiisiècles. L’exemple de Nancy-sur-Cluses, Annecy, Académie Salésienne, 1986, p. 37-39).

41 Arch. dép. Corrèze, E 1659, Me Champeils, Saint-Cirgues-la-Loutre, 02/08/1662.

42 Les mêmes types d’associations se rencontrent dans le monde des verriers migrants d’Altare étudié par C. Maitte (Les chemins du verre. Les migrations des verriers d’Altare et de Venise (xvie-xixe siècles), Rennes, PUR, 2009, p. 117-121).

43 P. Poujade, « Les petites villes de montagne et le monde du commerce en région frontalière à l’époque moderne : haut Pays de Foix et Catalogne », Petites villes en montagne de l’Antiquité au xxe siècle. Europe occidentale et centrale (dir. : J.-L. Fray, P. Cornu, P. Fournier), Clermont-Ferrand, Presses Universitaires Blaise Pascal, 2013, p. 163-179.

44 E. Serra et M. A. Sanllehy, « Comerç transpirinenc a Catalunya segons la documentació de la Generalitat de Catalunya (s. xvi-xvii) », Circulation des marchandises, op. cit., p. 473-522.

45 F. Brumont, « La géographie du commerce des draps à Toulouse au milieu du xvisiècle », Annales du Midi, n° 236, octobre-décembre 2001, p. 505-507.

46 S. Rovira i Gómez, art. cit., p. 186.

47 Exemples aux Arch. dép. Haute-Garonne, minutes de Me Marcilhac, 1610, 3 E 5474-3 E 5475 et Me Cassaignade, 1611, 3 E 2274.

48 E. Jarque Martínez et J. A. Salas Auséns, « Pequeños comerciantes y buhoneros franceses en el Alto Aragón a fines del siglo xviii », Circulation des marchandises, op. cit., p. 238.

49 O. Codina, De fer et de laine. Les vallées d’Andorre du xvie au xixsiècle, Perpignan, Presses Universitaires de Perpignan, 2005, p. 222-223 et p. 284-285.

50 Voir P. Poujade, Le Voisin et le Migrant, op. cit., p. 191-210.

51 Sales est de Saint-Martin-Valmeroux.

52 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 4484, fol. 93, Me Jacquet, 10/10/1680.

53 E. Serra et M. A. Sanllehy, art. cit., p. 503.

54 Leur premier passage date du 14/09/1679 (Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 4483, fol. 754, Me Jacquet) ; ils prennent pour 1 450 livres de marchandises.

55 Arch. dép. Ariège, 135 Edt/CC 6.

56 Arch. dép. Ariège, 5 E 655, Me R. Delauriol, 15/01/1652, fol. 6.

57 O. Codina, op. cit., p. 221-222.

58 Voir, par exemple, E. Serra et M. A Sanllehy, art. cit. ; O Codina, op. cit.

59 Arch. dép. du Cantal, 3 E 267-187, Me Philippe Gros, Saint-Martin-Valmeroux, 28/09/1684 ; 3 E 267-188, 19/07/1685.

60 P. Poujade, « Le commerce des mules entre la France et l’Espagne à l’époque moderne : l’exemple du Val d’Aran et des Pyrénées centrales », Annales du Midi, n° 227, juillet-septembre 1999, p. 311-324 ; « La montagne dans un réseau commercial. Les Pyrénées et le commerce des mules à l’époque moderne », Histoire des Alpes-Storia delle Alpi-Geschichte der Alpen, 12, 2007, p. 233-245.

61 A. Poitrineau, Remues d’hommes, op. cit., p. 130.

62 Arch. dép. du Cantal, 102 F 22, Me Jean Lascombes, Saint-Illide, 04/08/1625. Jean Buc et ses deux frères vendaient des bovins en Guyenne (« vente de bétail bovin que feu Buc avait conduit de la province d’Auvergne dans la province d’Agenoys pour le vendre et débiter »). Pour les bovins, il s’agit de ce « bétail sur pied, qui partait traditionnellement vers les provinces de l’ouest » qu’évoque J.-E. Iung dans « Commerce et marchands en Haute-Auvergne (xvie-xviiie siècles) », Enluminures, n° 6, 1999, p. 37. Courant évoqué aussi par F. Spindler, « Rôle des foires et marchés sur l’orientation de l’élevage », Ethnozootechnie, 1985, n° 35, « Les foires et marchés », p. 31 ; J. Thomas, Le temps des foires. Foires et marchés dans le Midi toulousain de la fin de l’Ancien Régime à 1914, Toulouse, Presses Universitaires du Mirail, 1993, p. 128 ; J.-M. Moriceau, L’élevage sous l’Ancien Régime (xvie-xviiie siècles), Paris, SEDES, 1999, p. 63-65.

63 Arch. dép. Ariège, 5 E 10251, Me Serda, Ax, fol. 2614, 02/06/1650.

64 Arch. dép. Ariège, 5 E 640, Me Ferrand, fol. 164, 29/11/1661. La laine, dont on ne sait la provenance, sera récupérée par le créancier à Sant Julià, en Andorre.

65 Arch. dép. Ariège, 5 E 597, Me Rolland, fol. 111, 14/07/1667 ; 5 E 664, Me Delauriol, fol. 61, 16/07/1668 ; fol. 120, 21/02/1669.

66 Arch. dép. Ariège, 5 E 703 fol. 90 v°, Me Rolland, à Tarascon, 30/08/1680.

67 Ponferrada est à moins de 30 kilomètres à l’est de la Galice.

68 Documents des Arch. dép. du Cantal, 3 E 66 n° 6 bis, publiés par J. Vezole, « Émigrants cantaliens décédés en Espagne », Revue de la Haute-Auvergne, avril-juin 2004, p. 194-195. Jean Cambon est mort à Ponferrada durant sa campagne de migration.

69 Les frères Gras commencèrent leur activité commerciale et financière en 1650 en association avec Esprit Crouzet, puis avec le fils de ce dernier, Martin Crouzet, jusqu’au 5 février 1667. À partir de ce moment-là, ils poursuivirent seuls jusqu’à la dissolution de leur société le 30 janvier 1690, préférant conserver « la noblesse de leur état » (Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 7304, Me S. Soum, fol. 171, dissolution de la société des frères Gras, 30/01/1690). Ils ont aussi été Capitouls et prieurs de la Bourse des marchands de Toulouse.

70 Diocèse de Turin, dans le Piémont actuel.

71 Elle cite, dans les années 1680, Christophe Juiller, résidant puis bourgeois de Pau, originaire de Villar-d’Arêne qui fait venir des apprentis de sa vallée à Pau.

72 L. Fontaine, Histoire du colportage en Europe, xve-xixe siècle, Paris, Albin Michel, 1993, p. 146. Un courant migratoire semble attesté de Chianale vers l’Espagne au xviiisiècle (cf. note 56, p. 303).

73 Quelques exemples : Arch. dép. Ariège, 5 E 651, fol. 252 v°, Tarascon, Me Delauriol, 11/07/1648 ; 5 E 668, fol.132 v°, Tarascon, Me Delauriol, 09/10/1676 ; 135 Edt/GG3 (archives communales de Tarascon). Ce marchand a un cousin germain, lui aussi marchand, à Foix.

74 Arch. dép. Aude, 3 E 7735, fol. 228, Me Siau, Quillan, 08/07/1671.

75 Arch. dép. Pyrénées-Orientales, 3 E 41/2, fol. 87, Saint-Paul, 17/06/1674 ; 3 E 41/9, p. 42, Saint-Paul, 03/06/1679.

76 Sur les Lavernhe, voir P. Poujade, Le Voisin et le Migrant, op. cit., p. 285-298.

77 Voir la carte 59, « Les communications routières au xviiisiècle » dans P. Vilar, La Catalogne dans l’Espagne moderne. Recherches sur les fondements économiques des structures nationales, Paris, SEVPEN, 1962, t. 3.

78 Cervera accueillait un peu plus de 2 600 habitants en 1553 ; en 1718, elle avait 2 112 habitants. J. Dantí i Riu, « Barcelona i la xarxa urbana catalana als segles xvi-xvii », Ciutats, viles i pobles a la xarxa urbana de la Catalunya moderna, Barcelone, Dalmau, 2005, p. 25-30.

79 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 4483, fol. 358 v°, Me Jacquet, Toulouse, 12/08/1675. Les Gras se plaignent que la guerre de Hollande les empêche de se faire payer les 4 000 livres de marchandises qu’ils vendirent à Bernard Abadie Lherm, marchand de Saragosse.

80 Registres particuliers des marchands Brugières et Ruand : Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12006 et 3 E 12007.

81 Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 12006, fol. 240, 17/02/1627. Fizes y est présenté comme un marchand de Puylaroque, négociant à Lérida.

82 Sur les Fizes, P. Poujade, « Acteurs et circuits commerciaux à travers la correspondance de Père Fizes (Barcelone, deuxième moitié du xviisiècle). Éclairages, pistes et perspectives », Liame, n° 25, 2012 URL : http://liame.revues.org/268.

83 O. Codina, op. cit., p. 219-220.

84 D’après les minutes de Me Antoine Serres, notaire de Toulouse. Arch. dép. Haute-Garonne, 3 E 7141 et 3 E 7142, 1641 et 1642.

85 Voir les travaux déjà cités d’E. Benedicto Gimeno sur le sud de l’Aragon.

86 W. Thomas, op. cit., p. 240, d’après les archives diocésaines de Cuenca.

87 Archivo Provincial de Cuenca, JUD 57-13 (1616). Il s’agit d’un procès lié au règlement de la succession de C. Boria. Dans son testament établi à Cuenca le 6 juillet 1615, C. Boria dit ne pas avoir de nouvelles de son père depuis plus de deux ans, peut-être depuis le jour de son départ.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Patrice Poujade, « Migrations et mobilités commerciales entre le Massif central et la péninsule ibérique au xviie siècle », Diasporas, 23-24 | 2014, 132-146.

Référence électronique

Patrice Poujade, « Migrations et mobilités commerciales entre le Massif central et la péninsule ibérique au xviie siècle », Diasporas [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://diasporas.revues.org/311 ; DOI : 10.4000/diasporas.311

Haut de page

Auteur

Patrice Poujade

Patrice Poujade est professeur d’histoire moderne et chercheur au Centre de Recherches Historiques sur les Société Méditerranéennes (CRHiSM) de l’Université de Perpignan Via Domitia. Ses recherches portent sur la construction des frontières, les sociétés et les économies en région de montagne. Actuellement, il travaille plus particulièrement sur les réseaux commerciaux, la circulation des marchandises et les migrations dans le sud du royaume de France et dans la péninsule Ibérique. Il a publié récemment Le Voisin et le Migrant. Hommes et circulations dans les Pyrénées modernes (xvie-xixe siècle) aux Presses Universitaires de Rennes (Rennes, 2011) et participe au programme de recherche sur les réseaux urbains et transpyrénéens modernes mené à l’Université de Barcelone.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org