Navigation – Plan du site
Retour au temps long

Assimilation et intégration dans le refuge huguenot (fin xviie-xviiie siècles) : Nouvelles possibilités, nouvelles méthodologies

Assimilation and integration in the Huguenot Refuge (late 16th-18th centuries): New possibilities, new methodologies
Myriam Yardeni
p. 116-131

Résumés

Dès les années vingt du siècle dernier, une série de modes passagères, des « mini-révolutions », ont changé la conception et l’écriture de l’histoire et les approches méthodologiques. On peut suivre ces développements par la recherche sur l’émigration, l’assimilation et l’intégration. Grâce aux changements survenus dans le domaine de l’histoire culturelle, on peut saisir désormais ce qui distingue l’assimilation, (un phénomène d’accommodation et d’acculturation), de l’intégration (qui est un processus économique social et politique), distinction établie depuis longtemps dans le langage parlé. Ce phénomène s’est déroulé parallèlement ou à un rythme totalement différent.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Arnaldo Momigliano, The Classical Foundations of Modern Historiography, Berkeley, University of Cal (...)

1L’un des grands atouts de notre discipline, l’histoire, est d’intégrer harmonieusement tout ce que les nouvelles modes, même passagères, apportent de valable et d’utilisable. Car depuis sa naissance, l’histoire est pluridisciplinaire et multidisciplinaire, et ceci dans les deux sens. D’une part, elle est la discipline la plus synthétique parmi les sciences humaines. De l’autre, elle prête généreusement à toutes les autres disciplines – y compris les sciences sociales – ce dont elles ont besoin. Les premiers historiens grecs, les pères de l’histoire, étaient déjà pluridisciplinaires1.

L’arrière-plan historiographique

2Il n’y a peut-être aucun champ de recherche qui illustre mieux ce fait que l’histoire des migrations et des émigrations, ou plus exactement le pivot même de ce sujet, l’histoire de l’assimilation et de l’intégration.

  • 2 Emmanuel Le Roy Ladurie, Les Paysans du Languedoc, Paris, EHESS, 1985 ; id., « L’Histoire immobile  (...)
  • 3 Lucien Febvre, Le problème de l’incroyance au xivsiècle : la religion de Rabelais, Paris, Albin M (...)

3Cette éternelle jeunesse, ce progrès de notre histoire consiste aussi dans le fait qu’elle sait quand il faut éliminer ce qui est devenu inutile pour préserver la coexistence harmonieuse des éléments qui la composent. Or cette harmonie est en mutation permanente. Car malgré la longue durée, l’histoire n’est pas immobile. D’ailleurs, l’histoire immobile de la troisième génération de l’École des Annales – on pense notamment à Emmanuel Le Roy Ladurie2 ‒– est l’une des grandes éliminées des études sur les migrations. Comme a été éliminé également l’outillage mental de Lucien Febvre, dont le trépas est passé inaperçu3.

  • 4 Pour une introduction rapide : Joseph Dedieu, Montesquieu, Paris, Hatier, 1966. Voir aussi la Revue (...)
  • 5 Myriam Yardeni, « Richesse et commerce. Peuples commerçants et conception de l’histoire », in Actes (...)
  • 6 C’est aussi l’une des idées de base des Lettres persanes (1721).
  • 7 Louis Althusser, Montesquieu, la politique et l’histoire, Paris, Presses universitaires de France, (...)

4C’est un sociologue avant la lettre, Montesquieu, qui nous fait saisir ce mouvement perpétuel, qui n’est pas selon lui un progrès mais une dégradation, un coup porté à l’harmonie. Dans De l’Esprit des lois, Montesquieu bâtit un système parfait de correspondances. Pour en rappeler quelques-unes : à un petit territoire montagneux correspond un régime où le peuple est souverain et le motif qui l’anime est la vertu ; les monarchies s’étendent sur des territoires moyens, et c’est l’honneur qui les anime ; les despotismes se distinguent par leur étendue énorme, et la peur les caractérise. Les structures sociales, l’économie, le commerce, etc. sont tous ajustés à ces types de régimes4. Quand toutes les données trouvent leur place naturelle dans cette mosaïque, l’harmonie, c’est-à-dire la perfection, est atteinte. Tel fut le cas dans l’Antiquité5. On voit qu’il n’est pas ici question de progrès. Quand l’un des composants change, il entraine avec lui tous les autres. Une monarchie, conquérante, ne peut pas rester un régime modéré et devient despotique6. Karl Marx s’inspire en quelque sorte de ces thèses de Montesquieu, mais pour lui il y a un facteur qui, en changeant, entraine tous les autres, c’est bien évidemment le facteur économique7.

  • 8 Emmanuel Le Roy Ladurie, L’histoire du climat depuis l’an mille, Paris, Flammarion, 1967.
  • 9 Paul André Rosental, « The Novelty of an Old Genre, Louis Henry and the Founding of Historical Demo (...)
  • 10 Jan Plamper, Geschichte und Gefühl. Grundlegen der Emotionsgeschichte, Munich, Siedler, 2012 ; Barb (...)

5Plusieurs historiens des deux derniers siècles ont cherché eux aussi le facteur-clé qui déclencherait et entrainerait tous les autres changements, créant ainsi de grandes et de petites modes, voire des révolutions dans la recherche historique. Ainsi, nous avons déjà survécu à une mode des changements de climats8, à une révolution démographique9 et nous traversons actuellement l’époque des émotions10. Il faut avouer que chacune de ces modes nous mène à une meilleure compréhension du sujet d’étude. Mais par ailleurs, au fur et à mesure des modes, le nombre de facteurs et de causes augmentant, cela peut rendre tout sujet quasiment impossible à traiter. Migrations, émigrations et exils constituent un terrain de rêve pour essayer d’appliquer toutes les nouveautés et toutes les modes et voir comment elles éclairent et renouvellent nos recherches.

  • 11 Robin Cohen, Global Diasporas. An Introduction, London, UCL Press, 1997.

6On essayera de passer en revue quelques-unes de ces « révolutions » récentes, leur incidence sur certaines modes passagères, ainsi que la façon dont elles peuvent changer nos conceptions de l’assimilation et de l’intégration à l’époque moderne. Car on pourrait dire, avec Montesquieu, qu’à chaque période historique correspondent des processus d’assimilation et d’intégration différents. Ces processus ne sont pas les mêmes dans une cité antique, dans une société médiévale ou dans un État moderne après l’invention de l’imprimerie et la révolution des méthodes de communication. L’époque contemporaine, avec l’émergence des grands États nationaux et territoriaux et l’élargissement des moyens de communication (tels le téléphone, la télégraphie et la radio) impose un autre rythme à l’assimilation et à l’intégration, tandis que la globalisation suscite à nouveau d’autres rythmes et éveille de nouvelles questions11.

Les grands tournants de l’historiographie sur l’exil huguenot

  • 12 Jacques Basnage, Annales des Provinces Unies depuis les négociations pour la paix de Munster, avec (...)
  • 13 Elie Benoist, Histoire de l’Édit de Nantes…, 5 vol., Delft, 1693-1695 ; Charles Ancillon, Histoire (...)

7L’émigration huguenote et son histoire sont elles aussi filles de leur temps. Les premières histoires du Refuge autour et après la révocation de l’édit de Nantes sont toutes l’œuvre d’historiens huguenots. L’écriture de l’histoire devient d’ailleurs un domaine où les huguenots excellent12. Les histoires de la fuite et de l’arrivée au Refuge sont presque toutes structurées autour de trois axes : les persécutions, la révocation, œuvre du clergé catholique, et la réception et l’intégration rapide des réfugiés dans leurs nouvelles patries. Les histoires d’Elie Benoist ou de Charles Ancillon13 sont des ouvrages d’une grande valeur pour les historiens des générations futures, à condition bien sûr de séparer le bon grain de l’ivraie et de relativiser la peinture faite de l’immense apport des réfugiés huguenots à leur nouvelle patrie dans le domaine économique et culturel, ainsi que de l’accueil prétendument enthousiaste qui les y attendait.

  • 14 Voltaire, Le Siècle de Louis XIV ; et, bien sûr, l’affaire Calas. Cf. Voltaire et l’affaire Calas, (...)
  • 15 Jean-Pierre Erman et Pierre Christian Frédéric Reclam, Mémoires pour servir à l’histoire des Refugi (...)
  • 16 Publié depuis 1852. Voir aussi le numéro spécial à l’occasion du cent-cinquantenaire de la BSHPF, t (...)

8L’historiographie des Lumières, et on pense d’abord à Voltaire14, s’intéresse aux persécutions et au Refuge pour trouver des arguments irréfutables justifiant ses grands slogans sur la tolérance, la liberté de conscience, etc. C’est en partie dans les traces de ces sortes d’histoires que naît en Prusse une histoire sui generis, grande œuvre idéologique et d’érudition, destinée à célébrer le premier centenaire de la révocation, les célèbres Mémoires d’Erman et Reclam15. Quant à l’historiographie du xixsiècle, elle constitue le chaînon qui est à la base de toutes nos recherches modernes : un siècle positiviste, un siècle aussi d’antiquaires et d’érudits, même s’il ne s’agit que d’érudition locale. On pense au Bulletin de la Société de l’histoire du protestantisme français16 et aux historiens gravitant dans son orbite, ainsi qu’aux historiens amateurs locaux, qui passent le relais de nos jours aux Familienforscher ou retraités généalogistes qui nous inondent de détails et de chiffres ; leurs recherches peuvent s’avérer néanmoins extrêmement précieuses pour l’historien de métier. C’est sur ces bases que commencent les problèmes d’ordre méthodologique.

9L’énumération qui va suivre ne respecte pas nécessairement l’ordre chronologique ni même l’importance relative ou absolue de telle ou telle mode, innovation ou « révolution » dans le processus continuel de renouvellement, d’enrichissement et d’intégration dans la conception de l’histoire.

  • 17 Warren C. Scoville, The Persecution of the Huguenots and French Economic Development, 1680-1720, Be (...)
  • 18 Myriam Yardeni, « Naissance et essor d’un mythe : la révocation de l’édit de Nantes et le déclin éc (...)
  • 19 Robin D. Gwynn, Huguenot Heritage. The Contribution of the Huguenots in Britain, Brighton, Sussex A (...)
  • 20 Tessa Murdoch (comp.), The Quiet Conquest. The Huguenots (1685 to 1985), London, Museum of London, (...)

10Commençons ‒– noblesse et Karl Marx obligent –‒ par l’histoire économique. La grande révision de W.C. Scoville17 qui, il faut l’avouer, a déjà de nombreux précurseurs catholiques au xviiie siècle18, pulvérise chiffres en mains deux grandes « vérités » de l’historiographie huguenote mais aussi antiquaire : à savoir que la révocation de l’édit de Nantes et la fuite massive des huguenots ont ruiné l’économie française, et qu’elles ont fait démarrer celle, « arriérée », des pays de Refuge. Une deuxième version de ce processus d’intégration d’une autre histoire économique, désormais renouvelée et alimentée par une histoire des technologies, des mentalités et des sensibilités, advient avec le tricentenaire de la révocation. On doit notamment mentionner les travaux de Robin Gwynn19, ou bien le catalogue de l’exposition réalisée à l’occasion du tricentenaire anglais, The Quiet Conquest, compilé par Tessa Murdoch20.

  • 21 On peut consulter la base de données de Michelle Magdelaine, Site de la Base de données du refuge h (...)
  • 22 Marc Greengrass, « Protestant Exiles and their Assimilation in Early-Modern Europe », Immigrants an (...)
  • 23 Hubert P. H. Nusteling, « The Netherlands and the Huguenot émigrés », in Hans Bots, Guillaume H. M. (...)

11Un autre bouleversement advient avec l’avènement victorieux de l’histoire démographique comme cause première de tout changement historique. Commence alors un renouvellement en profondeur des méthodes de recherches sur l’histoire des migrations et des émigrations, et en particulier du Refuge huguenot. On s’intéresse désormais à la composition des groupes de fugitifs : leur âge, leur genre, leurs métiers, leurs itinéraires directs ou détournés, leurs lieux de passage et de pérégrinations, leur provenance géographique et ainsi de suite, à l’instar de la base de données de Michelle Magdeleine21. Ce renouvellement des méthodes de recherches en histoire démographique, consistant par exemple à confronter le nombre de départs d’un lieu donné avec la dispersion ultérieure, a conduit à une révision drastique du nombre de fugitifs de 250 000-300 000 à 150 000 et peut-être moins, notamment avec les études de Marc Greengrass22 et de Hubert P.H. Nusteling23. Mais la préoccupation obsessionnelle pour le nombre de fugitifs doit entraîner nécessairement une réaction : on peut se demander si les chiffres n’occultent pas les vrais problèmes et les vrais processus d’assimilation et d’intégration, ce qui amène à un recentrage sur l’essentiel et au remplacement du quantitatif par le qualitatif.

Mentalités et histoire culturelle

  • 24 Élisabeth Labrousse, Une foi, une loi, un roi ? La révocation de l’édit de Nantes, Paris-Genève, Pa (...)
  • 25 Roger Chartier, « La nouvelle histoire culturelle existe-t-elle ? », Cahiers du Centre de Recherche (...)
  • 26 D’après Jean Lecuir, quand Mandrou parle de mentalités, « il y lie étroitement, autour de ce terme, (...)

12La grande révolution des mentalités, notamment concernant les minorités24 ou les réfugiés, glisse inévitablement vers une histoire culturelle25. L’école, l’Église et les sermons font partie des composantes de l’histoire des mentalités26. En revanche, les grands débats entre culture populaire et culture d’élite semblent avoir moins d’importance pour ce qui est de l’histoire de l’assimilation et de l’intégration et peuvent se ranger parmi les éliminés. Mais c’est ici justement que l’histoire des mentalités se sépare de l’histoire culturelle, constituant le véritable tournant de l’histoire de l’assimilation et de l’intégration. C’est à cause de cette force du quotidien qu’on peut concevoir que, contrairement à l’intégration, l’assimilation commence instantanément. Car dès l’arrivée dans un nouveau pays d’asile commence pour les réfugiés une nouvelle routine ; un matin qui peut commencer plus tôt que de coutume, la consommation de fruits et de légumes inconnus, d’autres habitudes vestimentaires et ainsi de suite. L’intégration, elle, est un long processus, aussi bien économique que politique. C’est grâce à ce tournant de l’histoire culturelle, différente de l’histoire des mentalités, que l’on peut saisir presque instinctivement que sous les notions d’assimilation et d’intégration se dissimulent deux réalités distinctes.

  • 27 On pense notamment à Carlo Ginsburg, Giovanni Levi, Carlo Poni, Eduardo Greni et à la revue Quadern (...)

13L’histoire des mentalités se nourrit d’une série de mini-modes et « tournants » qui font aussi partie intégrante de l’histoire culturelle ; la liste en est longue, et il est difficile d’apprécier le poids exact de l’un ou l’autre de ces éléments. Il y a d’abord ce que les Allemands appellent Alltagsgeschichte (histoire de la vie quotidienne), et les grands pionniers de cette tendance, les Italiens, microstoria27. Cette intégration du quotidien est peut être l’un des tournants les plus importants dans ce qu’on pourrait appeler l’histoire de l’assimilation. L’assimilation qu’on ne sent pas, l’assimilation impondérable mais continue, qui est peut-être en fin de compte l’assimilation tout court.

  • 28 Susanne Lachenicht, « Migrations. Entre mémoire(s) et “Erinnerungskultur”, xviie-xixe siècles : le (...)
  • 29 Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 7 vol., 1984-1992.
  • 30 David A. Bell, « Realms of Memory : The Construction of the French Past » [Vol. I, Pierre Nora (dir (...)
  • 31 Voir la revue Representations.

14D’autres modes et courants sont communs à l’histoire des mentalités et à l’histoire culturelle ; ce qui les distingue, c’est peut-être le dosage entre l’histoire et les modalités de la préservation de la mémoire28. On pense ici aux Lieux de mémoire de Pierre Nora29, ce « grand monument mégalomane et mitterandesque » pour paraphraser David Bell qui souligne en même temps l’immense apport de l’œuvre aux sciences historiques30. Une œuvre qui malgré sa mégalomanie et ses innombrables lacunes reste monumentale, parce qu’elle intègre parfaitement les modes et les tournants de l’histoire des représentations31 et des identités, primordiales pour les processus d’assimilation et d’intégration.

  • 32 Voir l’important programme de recherche de l’Agence Nationale de la Recherche : « Circulations, ter (...)
  • 33 La seule possibilité ici est de renvoyer aux grands ouvrages de synthèse comme : Jacques Le Goff et (...)
  • 34 Jürgen Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la s (...)
  • 35 Dans les premières décennies du xviiisiècle, les cafés se font nombreux. On compte à Londres au m (...)
  • 36 Pour une introduction désormais classique : Hans Bots, Françoise Wacquet, La République des Lettres(...)
  • 37 Myriam Yardeni, « Refuge et encadrement religieux de 1685 à 1715 », in id., Le Refuge huguenot. Ass (...)
  • 38 Christiane Berkvens-Stevelinck, Hans Bots, Jens Häseler (dir.), Les grands intermédiaires culturels (...)
  • 39 La littérature sur le sujet est très riche, mais pour une première orientation : Jean Sgard (dir.), (...)
  • 40 Geoffey Trease, The Grand Tour, New Haven, Yale University Press, 1991. Pour une approche nouvelle (...)

15Dans la longue liste des révolutions de l’après-guerre du siècle dernier, il manque encore peut-être les deux plus importantes, celle de la communication et de ses réseaux32, et enfin les grands changements survenus dans la perception et la compréhension de l’histoire religieuse33. L’histoire des communications renouvelée englobe l’espace public de Habermas34, les cafés35, la République des Lettres36, mais aussi les rassemblements fortuits après les services religieux37, sans parler des correspondances familiales, commerciales et autres38, et enfin la grande explosion d’informations contenues dans les gazettes, les journaux, les mercures39. On peut encore ajouter à cette liste, et pas toujours en parents pauvres, les voyages, les déplacements dans le cadre des affaires commerciales ou familiales, ou encore les grands tours40.

16Il reste enfin la composante la plus importante, la religion. Car nous oublions parfois que cette grande migration qu’est le Refuge est avant tout religieuse, conséquence de persécutions religieuses auxquelles s’associent déjà les grands idéaux des Lumières comme la tolérance et la liberté. L’intensité et la prépondérance de la foi dans toutes les décisions à prendre, la religion vécue ou la renonciation à cette foi, ou son adaptation volontaire ou imposée à une religion proche mais différente comme l’anglicanisme ou le luthéranisme, ont une importance primordiale dans le processus d’assimilation et d’intégration.

  • 41 Sur Pierre Bourdieu, voir infra note 49.

17La sociologie, malgré ses paradigmes, nous aide à sortir de ce labyrinthe grâce à ses rapports avec l’histoire culturelle, avec laquelle elle se confond souvent41.

18De nouvelles possibilités naissent avec l’histoire culturelle qui, elle aussi, est moins jeune qu’elle ne le paraît. Elle approfondit, affine, voire métamorphose les différents champs de recherche qui naissent dans les années cinquante, soixante et soixante-dix du siècle dernier. Elle continue aussi de s’enrichir en intégrant des mini-modes passagères. Et surtout, après une longue période d’incubation, elle ouvre de nouveaux horizons en ce qui concerne l’assimilation et l’intégration. Comme toujours dans notre discipline, on assiste aussi à un processus d’élimination de ce qui cache l’essentiel, car l’absorption de toutes les nouvelles approches donnerait une image déformée par des milliers de détails, voire la rendrait incompréhensible. L’élimination doit s’effectuer en vue d’aboutir à un nouvel équilibre permettant une harmonie aussi parfaite que possible entre les éléments, afin qu’ils soient tous indispensables à la présentation du sujet.

  • 42 On pourra probablement trouver des témoignages et illustrations précieux dans les milliers de gravu (...)
  • 43 Voir aussi la revue Food and History qui paraît depuis 2003 et publie des articles en français, ang (...)

19On l’a vu, le grand tournant de l’histoire culturelle reprend plusieurs clés acquises de l’histoire des mentalités, mais elle les replace dans une nouvelle échelle d’importance, accordant beaucoup plus de poids à la micro-histoire : habitudes vestimentaires42, changements des goûts alimentaires43, organisation de la journée, coiffures, salutations, sensibilité à l’égard d’un climat trop chaud ou trop froid, port de la barbe ou de la moustache, l’énumération est presque infinie. Les changements graduels ou secondaires, qu’on ne peut bien évidemment pas toujours documenter, sont des symptômes d’assimilation, mais pas nécessairement d’intégration. Et c’est peut être l’apport le plus important, voire décisif de l’histoire culturelle pour notre sujet, car il établit une très claire distinction entre assimilation et intégration.

  • 44 Joshua A. Fishman, Advances in the Sociology of Languages, The Hague, Mouton, 1971-1972, 2 vol.
  • 45 Manuela Böhm, Sprachenwechsel. Akkulturation und Mehrsprachigkeit der Brandenburger Hugenotten vom (...)
  • 46 Les pasteurs qui enregistrent les naissances, mariages et décès peuvent écrire le nom d’une même pe (...)

20Un autre apport intégré par l’histoire culturelle, indispensable à la compréhension des processus d’assimilation, est ce qu’on pourrait nommer socio-linguistique historique44, qui est un élément de la longue durée. On doit renvoyer ici aux recherches de Manuela Böhm45. Si on ne peut documenter cette assimilation et son rythme chez le petit peuple illettré qui ne laisse pas de traces écrites, elle saute aux yeux par exemple dans les délibérations des églises et des consistoires, et dans ce qu’on appelle les Kirchenbücher46, c’est-à-dire l’enregistrement des baptêmes, mariages et sépultures. L’auteur parvient même à trouver des traces indirectes d’oralité.

  • 47 À commencer par les recherches de Roland Mousnier sur la stratification et la mobilité sociale et p (...)
  • 48 Myriam Yardeni, Le Refuge protestant, Paris, Presses universitaires de France, 1985. Susanne Lachen (...)
  • 49 Pour ce qui est de l’homo academicus, de la formation du capital symbolique et des sujets apparenté (...)

21Les grands acquis de la sociologie et de l’histoire sociale47 démontrent, eux, que l’intégration doit être soigneusement distinguée de l’assimilation, car si elle constitue un processus économique, voire politique, qui peut aller de pair avec celui d’assimilation, elle peut aussi se dérouler à un rythme tout à fait différent48. L’un des apports les plus importants à cette nouvelle vision de l’histoire de l’intégration comme processus distingué de celui de l’assimilation est fourni par Pierre Bourdieu avec son homo academicus, mettant en évidence le pouvoir économique et politique compris dans l’érudition et le savoir49. Y compris pour l’époque dont nous traitons ici, puisqu’il se trouve déjà dans La République des Lettres, les gazettes, les journaux, ainsi qu’à travers les autres lieux de transmission du savoir comme les écoles, les universités et les académies.

  • 50 Ulrich Niggemann, « Die Hugenotten in Brandenburg-Bayreuth. Immigrationspolitik als kommunikativer (...)
  • 51 À la suite du fameux article polémique de Lawrence Stone, « The Revival of Narrative. Reflections o (...)

22Une autre piste de révision pour l’histoire de l’intégration est ouverte par l’établissement d’une influence réciproque entre communication et politique, avec ce qu’on pourrait appeler l’école allemande de Susanne Lachenicht et Ulrich Niggemann50 qui proposent une approche originale de l’Aufnahmepolitik (politique d’accueil) des différents souverains allemands. Il ne s’agit plus pour eux d’une politique à sens unique, c’est-à-dire d’un souverain octroyant les privilèges et fixant par là les limites, les modalités et le rythme de l’intégration, tandis que les émigrants joueraient le rôle passif de ceux qu’on dirige d’en haut. Cette nouvelle approche met en évidence une voie à double sens, où les distributeurs de privilèges et ceux à qui on les accorde « communiquent » entre eux et discutent des différentes composantes des édits accordés. Il s’agit là d’une communication spécifique, avec ses signes et son langage. C’est en quelque sorte aussi un retour rajeuni à l’ancienne histoire politique et diplomatique revigorée, voire métamorphosée51.

  • 52 Bertrand Van Ruymbeke, Randy J. Sparks, Memory and Identity, op. cit.
  • 53 Jon Butler, The Huguenots in America : A Refugee People in New World Society, Cambridge (Mass.), Ha (...)
  • 54 Bertrand Van Ruymbeke, From New Babylon to Eden: The Huguenots and Their Migration to Colonial Sout (...)

23Un autre retour concerne l’ethnologie, revenue ouvrir de nouvelles pistes à l’étude de l’assimilation dans la longue durée. Ce retour ne pouvait se faire que dans un univers pluriethnique et plus spécialement dans le monde atlantique52. Les historiens de l’émigration dans les colonies américaines comme Jon Butler53 furent déjà attentifs à l’importance de l’élément ethnique dans les processus d’assimilation, mais c’est Bertrand van Ruymbeke qui mène le plus loin l’analyse de ce phénomène avec ses études sur la créolisation des émigrés huguenots en Caroline du Sud54.

24Tous ces changements, révolutions et modes passagères permettent d’envisager de nouvelles méthodologies et de nouvelles approches du problème de l’assimilation et de l’intégration à l’époque pré-contemporaine. Une époque où les facteurs de globalisation ne font pas encore leur apparition, mais que précède déjà l’émergence des grands États territoriaux et nationaux.

Essai de vérification et d’application

  • 55 Voir aussi la conclusion.

25Tout d’abord, on peut formuler l’hypothèse de travail, qui est peut-être déjà une théorie, selon laquelle l’assimilation et l’intégration, bien que parfois parallèles, sont deux processus différents et clairement séparés l’un de l’autre. L’assimilation est un processus qu’on peut cerner à l’aide de l’histoire culturelle et grâce aux méthodes qu’elle a créées, tandis que l’intégration est un processus à prédominance économique et politique55. On verra par la suite comment tester et appliquer cette thèse aux différents refuges et pays d’émigration, d’exil ou d’immigration des protestants français.

  • 56 Willem Frijhoff, « Uncertain Brotherhood… », in Bertrand Van Ruymbeke, Randy J. Sparks, Memory and (...)
  • 57 Robin D. Gwynn, The Huguenots of London, op. cit.
  • 58 Voir Raymond Pierre Hylton, Ireland’s Huguenots and their Refuge 1662-1745: An Unlikely Haven, Brig (...)

26Les deux pays qui reçoivent le plus grand nombre de réfugiés sont l’Angleterre et les Pays-Bas des Provinces-Unies. Sans entrer dans une querelle de chiffres, on peut estimer ce nombre à 60 000 ou 70 000 dans chaque cas, bien que pour la République des Pays-Bas, selon les recherches de Nusteling, ce nombre chute à 35 000. D’après Frijhoff, les réfugiés aux Pays-Bas se concentrent presque tous dans les sept grandes villes de la République, principalement en Hollande56. Pour les Îles Britanniques, les chiffres chutent beaucoup moins, mais là aussi la plus grande agglomération se trouve dans la métropole de Londres, avec au moins 20 000 ou 22 000 personnes57, tandis que les autres réfugiés se concentrent sur les côtes sud du pays. Les 10 000 réfugiés en Irlande posent des problèmes d’ordre différent ; ici les huguenots devaient jouer un rôle important dans la vie économique et religieuse pour contribuer à « l’anglicanisation » de l’Irlande. De là leur place particulière, encore à l’époque des derniers Stuarts58.

  • 59 Guillaume H. M. Posthumus Meyjes, « Les rapports entre les Églises wallones des Pays-Bas et la Fran (...)
  • 60 Andrew Pettegree, Foreign Protestant Communities in Sixteenth — Century London, Oxford, OUP, 1986.
  • 61 Robin D. Gwynn, « Conformity, non conformity », art. cit.
  • 62 Voici deux monographies sur des villes anglaises pour les xvie et xviisiècles : Andrew Spicer, Th (...)

27Ce qui caractérise les deux pays, Îles Britanniques et République hollandaise, est qu’il existe déjà sur place des Églises françaises, ainsi que des structures d’accueil et des institutions liées à ces Églises. Et pourtant ces deux structures apparemment très semblables donnent des résultats diamétralement opposés quant au rythme de l’assimilation et de l’intégration. Aux Pays-Bas, les Églises françaises des années 1670 forment une partie intégrante des Églises wallonnes59, professent rigoureusement la même doctrine, possèdent les mêmes institutions et la même liturgie60. Ce qui les sépare, c’est uniquement la langue, bien que les pasteurs des Églises françaises participent aux synodes hollandais ; en revanche, l’enseignement dans les écoles dépendant des Églises françaises se fait en français. En Angleterre, la première église française dérive de l’Église des étrangers des Austin Friars à Londres, fondée en 1550 par Edouard VI61. Les églises françaises qui naissent par la suite à Londres ou ailleurs sont dans leur écrasante majorité conformistes, c’est à dire anglicanes62. À Londres, elles se trouvent surtout dans le quartier-ville de Westminster, tandis que les églises non conformistes, c’est-à-dire presbytériennes, se trouvent dans la partie est de la ville ; il suffit de rappeler la plus connue, celle de la Threadneeddle Street. La langue utilisée dans les deux cas est le français.

  • 63 Andrew Spicer, The French Speaking Reformed Community, op. cit. ; John Miller, ibid.
  • 64 Plus intellectuelle, car la Hollande, grâce à sa politique de tolérance, devient au cours du xvii(...)
  • 65 Christiane Berkvens-Stevelinck, Le Magasin de l’Univers : The Dutch Republic as the Centre of the E (...)

28L’émigration calviniste française en Angleterre au xvisiècle et dans la première moitié du xviisiècle est socialement infiniment plus variée que celle de la même époque aux Pays-Bas. Elle comprend beaucoup plus d’artisans63, tandis qu’il s’agit d’une émigration plus intellectuelle en Hollande, même si on trouve aussi des artisans64. Le fait que la Hollande devienne un centre d’édition et de librairie européennes, ainsi que le statut de la langue et de la civilisation françaises rendent possible non seulement la survivance, mais même l’épanouissement d’un réseau français qui ne s’assimile pas pendant plusieurs générations65.

  • 66 Robin D. Gwynn, Huguenot Heritage, op. cit.

29À cette époque déjà dans les Îles Britanniques et surtout à Londres, l’assimilation et l’intégration se déroulent presque parallèlement, car l’assimilation procède de la volonté des émigrés d’être intégrés rapidement, dès que l’intégration devient possible ; en attestent quelques grands succès économiques et sociaux, tels celui de Sir Peter Delme, Lord Mayor de Londres et gouverneur de la Banque d’Angleterre, descendant des premières générations de Français nés en Angleterre et qui ont très tôt anglicisé leur nom. Un processus qu’on constate aussi dans les autres villes parmi les marchands et les artisans des industries de luxe et même du textile. On voit par là que l’assimilation et l’intégration, bien que constituant deux processus différents, sont entrelacées et même parallèles dans les Îles Britanniques66. Une tendance qui se poursuit à l’époque des persécutions liées à la révocation et au-delà.

  • 67 Susanne Lachenicht précise les différences entre les deux notions. Les denizations sont des droits (...)

30Rien de semblable aux Pays-Bas, non seulement avant la révocation, mais également deux ou trois générations plus tard. L’une des causes principales de cette différence se trouve probablement dans le facteur religieux. Dans les deux pays, la « sécularisation » intérieure et privée progresse vite chez ces croyants qui ont tout quitté pour garder leur foi et sauver leur âme. En Angleterre, le conformisme imposé ou même librement choisi par intérêt contribue beaucoup à cette assimilation culturelle, qui va de pair avec l’intégration. Les descendants des émigrés et des réfugiés se fondent dans la culture et la civilisation anglaises, et pas seulement celle des journaux et des cafés. C’est un descendant de réfugiés huguenots, John Garrick, qui fait redécouvrir Shakespeare au xviiisiècle. L’intégration politique en Angleterre va aussi bon train, grâce aux denizations et aux naturalisations par le roi et le parlement67.

  • 68 Willem Frijhoff, « Uncertain Brotherhood… », in Bertrand Van Ruymbeke, Randy J. Sparks, Memory and (...)
  • 69 M. Backer et al., Hugenoten in Groningen. Franse vluchtelingen tussen 1680 en 1720, Groningen, Wolt (...)
  • 70 Hubert P. H., Nusteling, Welwaart en Werkgelegendheid in Amsterdam, 1540-1860, Amsterdam, De Bataaf (...)

31La République hollandaise est le pays qui reçoit le plus grand nombre de réfugiés pasteurs et intellectuels. Un refuge et une émigration qui constituent à la fois un succès et un échec : un succès quant à l’intégration, un échec quant à l’assimilation qui sera finalement imposée d’en haut. Mais l’émigration des artisans et des paysans s’y avère en fin de compte également un échec68. Dans les années 1680, Amsterdam est frappé par une sévère crise économique suivie d’une chute de la population. Pour y parer, les régents décident d’attirer dans la ville les persécutés huguenots de France en leur accordant des exemptions de taxes ainsi que le libre accès à plusieurs corporations. La charité chrétienne et la pitié règnent. Des collectes s’organisent rapidement et partout. D’autres villes hollandaises comme Groningen69 suivent l’exemple amstellodamois et accordent elles aussi des privilèges et autres « appâts » aux réfugiés. Cependant, très vite apparaissent la désillusion et le désenchantement réciproques. Une nouvelle crise économique frappe Amsterdam, les collectes ne suffisent plus, elles doivent être complétées par des loteries. En 1690, Amsterdam révoque les privilèges, et la plupart des artisans, incapables de gagner leur vie dans les industries saturées, quittent les Pays-Bas à la recherche d’autres moyens de survie. Ceux qui restent gravitent dans l’orbite des églises françaises et de leurs consistoires, leurs enfants apprennent les matières de base dans les écoles françaises et ne s’intègrent pas. Ce n’est qu’au milieu du xviiisiècle que la municipalité d’Amsterdam impose d’en haut l’obligation d’enseigner dans les écoles des églises françaises les matières de base en néerlandais, imposant de ce fait aussi l’assimilation des intellectuels, pasteurs et érudits et même celle des éducateurs. C’est là un échec flagrant de l’assimilation, alors que l’intégration a été fulgurante70.

  • 71 Graham C. Gibbs, « The Role of the Dutch Republic as the Intellectual Entrepôt of Europe in the Sev (...)
  • 72 Willem Frijhoff, « Université et marché de l’emploi dans la République des Provinces-Unies », in Do (...)
  • 73 Id., « Uncertain Brotherhood… », in Bertrand Van Ruymbeke, Randy J. Sparks, Memory and Identity, op (...)
  • 74 Michael Green, The Huguenot Jean Rou (1638-1711): Scholar, Educator, Civil Servant, Rijksuniversite (...)
  • 75 Gerald Cerny, Theology, Politics and Letters at the Crossroads of European Civilization. Jacques Ba (...)

32Les pasteurs qui n’obtiennent pas de poste dans une église ainsi que les autres érudits trouvent vite des emplois dans la librairie, les grandes maisons d’édition ou dans le journalisme d’actualité comme les gazettes ou les journaux d’érudition, en tant que rédacteurs, typographes ou correcteurs. Sur 220 librairies ou maisons d’édition à Amsterdam, plus de 80 appartiennent à des réfugiés huguenots. Une intégration parfaite si on peut dire71. Cependant, ces érudits vivent dans un univers culturel français et clos, tourné vers Paris et profondément dédaigneux à l’égard de leurs hôtes hollandais aux goûts culinaires et vestimentaires jugés grossiers ; ils n’apprennent pas le hollandais, même à la deuxième et troisième génération de réfugiés. Le nombre d’érudits huguenots trouvant du travail dans les universités, ainsi que le nombre de Français parmi les étudiants sont relativement bas72. Même les éducateurs et précepteurs qui trouvent du travail dans les maisons de la bourgeoisie hollandaise éprouvent des difficultés, car ce n’est pas du français des salons et de la cour que les fils ou filles de ces familles ont besoin ; d’autre part, les réfugiés venus du sud de la France ne parlent pas le français parisien et ne répondent pas aux exigences de la noblesse hollandaise et de la bourgeoisie marchande73. Bien sûr, il y a aussi des exceptions comme Jean Rou74 ou Jacques Basnage75, mais Pierre Bayle n’a jamais parlé ni même appris le néerlandais. Par conséquent on pourrait dire, en exagérant un peu, qu’aux Pays-Bas, l’assimilation et l’intégration ne coïncident que rarement.

  • 76 C’est la thèse de Charles Ancillon, Histoire de l’Établissement des François, op. cit. ; aussi bien (...)
  • 77 Katharina Middell, « Hugenotten in Kursachsen : Einwanderung und Integration », in Guido Braun, Sus (...)

33Pour ce qui est de l’intégration des réfugiés, l’Empire allemand est l’endroit où elle est la plus rapide, voire parfois immédiate, car ils ne viennent pas en tant que réfugiés, mais en tant qu’émigrés, qui changent de souverain en transférant leur fidélité et en devenant des sujets loyaux du Grand Électeur, ou de son cousin le margrave de Brandebourg-Bayreuth, ou bien en Hesse- Cassel, en Hesse-Darmstadt ou dans les villes hanséatiques76. Même en Saxe, où on ne leur accorde pas de privilèges, ils sont Schutzverwandte, c’est-à-dire protégés comme par des liens familiaux77. Ils jouissent d’une situation judiciaire qui leur garantit à court terme une intégration rapide, abstraction faite des difficultés incontournables. Mais c’est justement cette intégration rapide qui va retarder l’assimilation, particulièrement en Prusse.

  • 78 François David, « Les colonies des réfugiés protestants français en Brandebourg-Prusse, 1685-1809, (...)
  • 79 Klaus Steiner, « Das Schulwesen », in Gottfried Bregulla (dir.), Hugenotten in Berlin, Nicolai, 198 (...)
  • 80 Christian Bartholmess, Histoire philosophique de l’Académie de Prusse depuis Leibniz jusqu’à Schell (...)
  • 81 Viviane Rosen-Prest, « La fin de la Colonie française de Prusse (1809-1812) : Enjeux nationaux et i (...)

34La Prusse reçoit plus de la moitié des émigrés dans les pays allemands78. C’est l’endroit où les privilèges culturels sont les plus étendus grâce au statut accordé à la langue française, qui comprend l’enseignement en français dans les écoles des églises françaises, au Collège français de Berlin ou bien au séminaire de théologie assurant la formation des pasteurs79. Berlin devient même un centre culturel français grâce à son Académie des Sciences et malgré les moqueries de Voltaire80. Quand Fréderic-Guillaume III abolit en 1809 les privilèges de la Colonie française de Prusse, il y a encore 7 600 descendants de réfugiés à Berlin. En fait, cet édit ne fait qu’institutionnaliser une situation de fait : le petit peuple est déjà assimilé depuis plus de deux générations par les mariages mixtes et le passage aux Églises allemandes (réformée ou luthérienne) des descendants de réfugiés81.

  • 82 Dominique Quadroni, « Le passage de réfugiés huguenots et vaudois à Neuchâtel au xviisiècle », Re (...)
  • 83 Marie Jeanne Ducommun et Dominique Quadroni, Le Refuge protestant dans le Pays de Vaud, fin xviie-d (...)
  • 84 Pierre Bertrand, Genève et la révocation de l’édit de Nantes, Genève, Imprimerie Soullier, 1935.
  • 85 Bruno Barbatti, « Le rôle de Zurich dans le Refuge huguenot », in La Suisse et le refuge : accueil (...)
  • 86 Anna-Suzanna Frick, « Saint-Gall et les réfugiés huguenots », ibid., p. 75-85.

35L’assimilation et l’intégration suivent d’autres chemins en Suisse. L’ancienne confédération helvétique est le grand pays de passage des fugitifs. Plus de 140 000 réfugiés transitent par le petit pays, qui les aide, mais ne peut pas les garder82. La plupart des fugitifs qui restent en Suisse s’installent clandestinement dans le territoire francophone du pays de Vaud, dépendant de Berne. Car même quand ils sont sommés de partir, plusieurs d’entre eux restent avec la complicité bienveillante de certaines villes comme Vevey, Locles, Yverdon, Morgues ou Meudon83. Le fait même que cela ait été possible témoigne d’une assimilation rapide, suivie d’une intégration analogue. C’est à Genève que l’assimilation et l’intégration furent les plus aisées, avec l’accueil de plusieurs catégories d’artisans84. Dans les territoires germanophones comme Zurich ou Saint Gall, en revanche, les antagonismes entre réfugiés fugitifs de passage et autochtones furent immédiats.85 Les femmes réfugiées élégantes se promenant sur les remparts de Zurich avec leurs hautes coiffures et le maniérisme français éveillent des critiques acerbes. Les pasteurs huguenots invités à prêcher agacent les locaux par leurs gesticulations, même si on les respecte pour leur théologie impeccable86. Ces quelques témoignages indiquent que l’assimilation en Suisse, même dans les territoires francophones comme le pays de Vaud et même Genève, fut aussi difficile que l’intégration.

Conclusion

36Cette mosaïque prise un peu au hasard dans quelques-uns des pays de refuge démontre la difficulté de bâtir un modèle unique pour caractériser le rythme et les modalités de l’assimilation et de l’intégration. Il n’en demeure pas moins que les évolutions récentes dans la conception et l’écriture de l’histoire ont permis de différencier les processus d’assimilation des processus d’intégration.

  • 87 Voir note supra.
  • 88 Susanne Lachenicht, Hugenotten in Europa…, op. cit., p. 57.
  • 89 Christian Velder, op. cit., p. 80-83.

37S’il est relativement facile de circonscrire le poids d’une intervention d’en haut comme l’Aufnahmepolitik87 des souverains allemands ou les naturalisations anglaises88 dans ses effets sur l’intégration, on oublie trop souvent que l’assimilation est avant tout un acte individuel. Depuis l’aube de l’histoire, l’homme doit opérer des choix. Pour ce faire, il établit une hiérarchie de préférences, parfois émotionnelles, voire irrationnelles. Ainsi, le pasteur Simon Pelloutier, théologien et auteur d’une histoire des Celtes, quoique né à Leipzig et parlant un français assez fautif, lutte contre l’introduction de l’allemand comme langue d’enseignement dans les écoles françaises des églises89.

38Il n’y a peut-être qu’un seul guide dans ce labyrinthe – c’est de tâcher de mesurer ce qui est parfois impondérable, à savoir les causes les plus fréquentes de telle ou telle prise de position. Ce qui est certain, c’est que toutes les voies, directes ou détournées, mènent à l’assimilation. Une assimilation révisée, embellie par une mémoire historique profondément métamorphosée, mythifiée, et parfois intensément vécue.

  • 90 Tout le monde sait que le soleil ne se lève pas et ne se couche pas, et pourtant le langage courant (...)

39Ce parcours a permis d’établir, peut-être définitivement, la distinction faite depuis longtemps par le langage courant entre assimilation et intégration. Pour une fois, le langage n’est pas en retard sur les changements, les nouvelles réalités et les acquisitions de la science90. Bien plus, il les a précédés. Et pourtant, le langage scientifique continue de nos jours à utiliser sans distinction les notions d’assimilation et d’intégration pour décrire un phénomène supposé commun ou parallèle, voire interchangeable.

40Les nouveaux apports de l’histoire culturelle, sociale, économique et politique ont démontré qu’il faudra désormais soigneusement distinguer entre l’assimilation, processus psychologique et culturel, et l’intégration, processus à prédominance économique et politique. Ce qui permettra, on peut l’espérer grâce aux critiques et aux polémiques, d’ouvrir de nouveaux champs de recherche.

Haut de page

Notes

1 Arnaldo Momigliano, The Classical Foundations of Modern Historiography, Berkeley, University of California Press, 1990.

2 Emmanuel Le Roy Ladurie, Les Paysans du Languedoc, Paris, EHESS, 1985 ; id., « L’Histoire immobile », Annales E.S.C., 29, 1974, p. 673-692, Leçon inaugurale au Collège de France (30 nov. 1973).

3 Lucien Febvre, Le problème de l’incroyance au xivsiècle : la religion de Rabelais, Paris, Albin Michel, 1968 [1962].

4 Pour une introduction rapide : Joseph Dedieu, Montesquieu, Paris, Hatier, 1966. Voir aussi la Revue Montesquieu qui parait depuis 1997.

5 Myriam Yardeni, « Richesse et commerce. Peuples commerçants et conception de l’histoire », in Actes du colloque international pour commémorer le 250e anniversaire de la parution de « l’Esprit des Lois », Bordeaux, 1999, p. 419-259 ; repris dans : id., Enquêtes sur l’identité de la nation France de la Renaissance aux Lumières, Seyssel, Champ Vallon, 2004, p. 361-368.

6 C’est aussi l’une des idées de base des Lettres persanes (1721).

7 Louis Althusser, Montesquieu, la politique et l’histoire, Paris, Presses universitaires de France, 1969.

8 Emmanuel Le Roy Ladurie, L’histoire du climat depuis l’an mille, Paris, Flammarion, 1967.

9 Paul André Rosental, « The Novelty of an Old Genre, Louis Henry and the Founding of Historical Demography », in Population, v. 58 (2003). Et les grands de l’école démographique de Cambridge, avec les écrits de Peter Laslett en tête.

10 Jan Plamper, Geschichte und Gefühl. Grundlegen der Emotionsgeschichte, Munich, Siedler, 2012 ; Barbara Rosenwein, « Problems and Methods in the History of Emotions », Passions in Context, Journal of the History and Philosophy of Emotions, A.H.R. Conversation : The Historical Study of Emotions, American Historical Review, 117 (2012), p. 1487-1531 ; sans oublier Robert Mandrou, L’Introduction à la France moderne, Paris, Albin Michel, 1961, dont le chap. III de la première partie est consacré aux émotions et aux passions. Et bien sûr, Lucien Febvre et les premières Annales qui soulignent le rôle prépondérant des passions et des émotions dans l’histoire.

11 Robin Cohen, Global Diasporas. An Introduction, London, UCL Press, 1997.

12 Jacques Basnage, Annales des Provinces Unies depuis les négociations pour la paix de Munster, avec la description historique de leur gouvernement, 2 vol., La Haye, 1919-1726 ; id., L’Histoire et la Religion des Juifs depuis Jésus Christ jusqu’à présent, 6 vol., Rotterdam, 1717 ; Paul Rapin de Thoyras, Histoire d’Angleterre, 10 vol., La Haye, 1724-1728.

13 Elie Benoist, Histoire de l’Édit de Nantes…, 5 vol., Delft, 1693-1695 ; Charles Ancillon, Histoire de l’Établissement des François refugiez dans les États de Son Altesse Électorale de Brandebourg, Berlin, 1690.

14 Voltaire, Le Siècle de Louis XIV ; et, bien sûr, l’affaire Calas. Cf. Voltaire et l’affaire Calas, préface de Jacques Van der Heuvel, Paris, Gallimard Folio, 1975 ; Graham Gargett, Voltaire and Protestantism, Oxford, Voltaire Foundation, 1980.

15 Jean-Pierre Erman et Pierre Christian Frédéric Reclam, Mémoires pour servir à l’histoire des Refugiés François dans les États du Roi, Berlin, Jasperd-Barbiez, 1782-1799, 9 vol. ; sur le sujet : Viviane Rosen-Prest, L’Historiographie des Huguenots en Prusse au temps des Lumières, Paris, Honoré Champion, 2002.

16 Publié depuis 1852. Voir aussi le numéro spécial à l’occasion du cent-cinquantenaire de la BSHPF, t. 148, 2002.

17 Warren C. Scoville, The Persecution of the Huguenots and French Economic Development, 1680-1720, Berkeley-Los Angeles, 1960.

18 Myriam Yardeni, « Naissance et essor d’un mythe : la révocation de l’édit de Nantes et le déclin économique de la France », in BSHPF, t. 142, 1993, p. 76-94 ; repris dans : id., Repenser l’histoire. Aspects de l’Historiographie huguenote des guerres de religion à la Révolution française, Paris, Honoré Champion, 2000, p. 191-206.

19 Robin D. Gwynn, Huguenot Heritage. The Contribution of the Huguenots in Britain, Brighton, Sussex Academic Press, 2001 ; id., The Huguenots of London, Brighton, Alpha Press 1998 ; id., « Conformity, non conformity and Huguenot settlement in England in the Later Seventeenth Century », in Anne Dunan Page (dir.), The Religious Culture of the Huguenots, 1660-1750, Aldershot, Ashgate, 2006, p. 23-41, etc.

20 Tessa Murdoch (comp.), The Quiet Conquest. The Huguenots (1685 to 1985), London, Museum of London, 1985.

21 On peut consulter la base de données de Michelle Magdelaine, Site de la Base de données du refuge huguenot, Laboratoire de recherches historiques Rhône-Alpes (LARHRA). www.refuge-huguenot.fr

22 Marc Greengrass, « Protestant Exiles and their Assimilation in Early-Modern Europe », Immigrants and Minorities, 4/3, 1985, p. 68-81.

23 Hubert P. H. Nusteling, « The Netherlands and the Huguenot émigrés », in Hans Bots, Guillaume H. M. Posthumus Meyjes (dir.), La révocation de l’édit de Nantes et les Provinces Unies, Amsterdam-Maarssen, APA-Holland University Press, 1986, p. 17-34 ; id., « Uncertain Brotherhood. The Huguenots in the Dutch Republic », in Bertrand Van Ruymbeke, Randy J. Sparks (dir.), Memory and Identity. The Huguenots in France and the Atlantic Diaspora, Columbia, University of South Caroline Press, 2003, p. 128-171 ; Suivant Willem Frijhoff, les réfugiés huguenots se concentrent dans les sept grandes villes des Provinces Unies (p. 136) ; Hans Bots, « Le Refuge huguenot dans les Provinces-Unies : orientation bibliographique », in Ouzi Elyada et Jacques Le Brun (dir.), Conflits politiques, controverses religieuses. Essais d’histoire européenne aux xvie-xviiie siècles, Paris, É́ditions de l’EHESS, 2002, p. 101-117.

24 Élisabeth Labrousse, Une foi, une loi, un roi ? La révocation de l’édit de Nantes, Paris-Genève, Payot-Labor et Fides, 1985, p. 54 ; Émile G. Léonard, Le protestant français, Paris, Presses universitaires de France, 1955 (2e éd) ; Janine Garrisson, L’homme protestant, Paris, Hachette, 1980 ; Myriam Yardeni, « Comment se comporter. Les dilemmes d’une minorité persécutée », in Chrystel Bernat-Hubert Bost, Énoncer/dénoncer l’autre. Discours et représentions du différend confessionnel à l’époque moderne, Turnhout, Brepols, 2012, p. 373-388.

25 Roger Chartier, « La nouvelle histoire culturelle existe-t-elle ? », Cahiers du Centre de Recherches Historiques, 2003 (31), p. 13-24 ; Peter Burke, What is Cultural history ?, Cambridge, Polity Press, 2004 ; Philippe Poirrier, Les enjeux de l’histoire culturelle, Paris, Seuil, 2004 ; Pascal Ory, L’histoire culturelle, Paris, Presses universitaires de France, 2004.

26 D’après Jean Lecuir, quand Mandrou parle de mentalités, « il y lie étroitement, autour de ce terme, traditions, réseaux d’habitudes reçues et autres tenues, rapports sociaux, visions du monde et sentiments, consciences de groupe et la prise de conscience », in Robert Mandrou, Introduction à la France moderne 1500-1640. Essai de Psychologie collective, Paris, Albin Michel, 1998. Cette édition, qui reprend la deuxième édition révisée de Mandrou de 1974 (la première étant de 1961) contient plusieurs dossiers importants dont Jean Lecuir et Robert Mandrou, « Genèse de Introduction à la France moderne », p. 421-468 et Philippe Joutard, « L’Introduction à la France moderne et l’Histoire des mentalités », p. 469-505.

27 On pense notamment à Carlo Ginsburg, Giovanni Levi, Carlo Poni, Eduardo Greni et à la revue Quaderni Storici.

28 Susanne Lachenicht, « Migrations. Entre mémoire(s) et “Erinnerungskultur”, xviie-xixe siècles : le cas des huguenots », Francia, 37, 2010, p. 425-434.

29 Pierre Nora (dir.), Les lieux de mémoire, Paris, Gallimard, 7 vol., 1984-1992.

30 David A. Bell, « Realms of Memory : The Construction of the French Past » [Vol. I, Pierre Nora (dir.), Columbia University Press], The New Republic, 9 janvier 1997, 7 p.

31 Voir la revue Representations.

32 Voir l’important programme de recherche de l’Agence Nationale de la Recherche : « Circulations, territoires et réseaux en Europe de l’Âge classique aux Lumières » (CITERE), coordonné par Pierre-Yves Beaurepaire de l’Université de Nice, qui regroupe plusieurs laboratoires de recherches et institutions. Voir : Cahiers de la Méditerranée en ligne http://cdlm.revues.org/4403.

33 La seule possibilité ici est de renvoyer aux grands ouvrages de synthèse comme : Jacques Le Goff et René Rémond (dir.), Histoire de la France religieuse, Paris, Seuil, 1988-1992, 9 vol. ; Jean-Marie Mayeur, Charles et Luce Piétri, André Vauchez et Marc Venard (dir.), Histoire du christianisme des origines à nos jours, Paris, Desclée, 1990-2001, 12 vol.

34 Jürgen Habermas, L’espace public : archéologie de la publicité comme dimension constitutive de la société bourgeoise, Paris, Payot, 1988 [1978].

35 Dans les premières décennies du xviiisiècle, les cafés se font nombreux. On compte à Londres au moins 200 cafés : Bryant Lillywhite, London Coffee Houses, London, George Allen and Unwin, 1963. Pour ce qui est des intellectuels huguenots, ils privilégient le Rainbow et le Grecian ; Simon Harvey, Elisabeth Grist, « The Rainbow Coffee House and the Exchange of Ideas in Early Eighteenth century England », in Anne Dunan-Page, The Religious Culture of the Huguenots (1660-1750), Aldershot, Ashgate, 2006, p. 163-172.

36 Pour une introduction désormais classique : Hans Bots, Françoise Wacquet, La République des Lettres, Paris, Belin, 1997.

37 Myriam Yardeni, « Refuge et encadrement religieux de 1685 à 1715 », in id., Le Refuge huguenot. Assimilation et Culture, Paris, Champion, 2002, p. 68.

38 Christiane Berkvens-Stevelinck, Hans Bots, Jens Häseler (dir.), Les grands intermédiaires culturels de la République des lettres : études des réseaux de correspondance du xvie au xviiisiècle, Paris, Champion, 2005.

39 La littérature sur le sujet est très riche, mais pour une première orientation : Jean Sgard (dir.), Dictionnaire des journaux, 2 vol., Paris, Universitas, 1991.

40 Geoffey Trease, The Grand Tour, New Haven, Yale University Press, 1991. Pour une approche nouvelle et intéressante mettant l’accent sur le rôle particulier joué par l’historien Rapin-Thoyras dans l’organisation d’un tel tour, voir Michael Green, « Reporting the Grand Tour : the correspondence of Henry Bentick, Viscount Woodstock, and Paul Rapin-Thoyras with the Earl of Portland, 1701-1703 », Paedagogica Historica : International Journal of the History of Education, 2014, p. 1-14 : http://dx.doi.org/10.1080/00309230.2014.899375.

41 Sur Pierre Bourdieu, voir infra note 49.

42 On pourra probablement trouver des témoignages et illustrations précieux dans les milliers de gravures de Daniel Chodowiecki (1726-1801), lui-même d’origine huguenote par sa mère et très proche des milieux huguenots berlinois. Voir : Viviane Rosen-Prest, « Daniel Chodowiecki als Illustrator der Mémoires des Réfugiés von Erman und Reclam », in Ursula Fuhrich Grubert, Jochen Desel (dir.), Daniel Chodowiecki (1726-1801). Ein hugenottischer Künstler und Menschenfreund in Berlin, Bad Karlshafen, Verlag der Deutschen Hugenotten-Gesellschaft, 2001.

43 Voir aussi la revue Food and History qui paraît depuis 2003 et publie des articles en français, anglais, allemand, italien et espagnol.

44 Joshua A. Fishman, Advances in the Sociology of Languages, The Hague, Mouton, 1971-1972, 2 vol.

45 Manuela Böhm, Sprachenwechsel. Akkulturation und Mehrsprachigkeit der Brandenburger Hugenotten vom 17. bis 19. Jahrhundert, Berlin, de Gruyter, 2010.

46 Les pasteurs qui enregistrent les naissances, mariages et décès peuvent écrire le nom d’une même personne de plusieurs manières. Voir : Myriam Yardeni, « Naissances illégitimes dans la communauté française de Berlin au xviiisiècle », in id., Le Refuge huguenot. Assimilation et Culture, op. cit., p. 132 où le même soldat catholique romain figure sous trois noms différents : Pierre Maccenit, Pierre Matzin et Pierre Maccini.

47 À commencer par les recherches de Roland Mousnier sur la stratification et la mobilité sociale et passant par quelques études modèles de Robert Descimon. Roland Mousnier, Les hiérarchies sociales de 1450 à nos jours, Paris, Presses universitaires de France, 1969 ; Robert Descimon, Elie Haddad, Épreuves de noblesse, Paris, Les Belles Lettres, 2010.

48 Myriam Yardeni, Le Refuge protestant, Paris, Presses universitaires de France, 1985. Susanne Lachenicht trouve qu’on peut parler d’un même rythme d’assimilation : Susanne Lachenicht, « Intégration ou coexistence ? Les Huguenots dans les Îles britanniques et le Brandebourg », Diasporas. Histoire et sociétés, n° 18, 2011, « Les Huguenots », p. 108-122.

49 Pour ce qui est de l’homo academicus, de la formation du capital symbolique et des sujets apparentés, voir surtout : Bridget Fowler, Pierre Bourdieu and Cultural Theory : Critical Investigations, London, Sage Publications, 1997.

50 Ulrich Niggemann, « Die Hugenotten in Brandenburg-Bayreuth. Immigrationspolitik als kommunikativer Prozeß », in Guido Braun, Susanne Lachenicht (dir.), Les États allemands et les Huguenots. Politique d’immigration et processus d’intégration, Munich, R. Oldenbourg Verlag, 2007, p. 107-124 ; Ulrich Niggemann, « Konflikte um Immigration als « antietatistische » Proteste ? Eine Revision der Auseinandersetzungen bei der Hugenotteneinwanderung », in Historische Zeitschrift 286 (2008), p. 37-61 ; Susanne Lachenicht, « Die Freiheitskonzession des Landgrafen von Hessen-Kassel, das Edikt von Potsdam und die Ansiedlung von Hugenotten, in Brandenburg-Preußen und Hessen-Kassel », in Guido Braun, Susanne Lachenicht (dir.), Les États allemands et les Huguenots…, op. cit., p. 71-83.

51 À la suite du fameux article polémique de Lawrence Stone, « The Revival of Narrative. Reflections on a New Old “History” », Past and Present, n° 85, nov. 1979, p. 3-24.

52 Bertrand Van Ruymbeke, Randy J. Sparks, Memory and Identity, op. cit.

53 Jon Butler, The Huguenots in America : A Refugee People in New World Society, Cambridge (Mass.), Harvard University Press, 1983.

54 Bertrand Van Ruymbeke, From New Babylon to Eden: The Huguenots and Their Migration to Colonial South Carolina, Columbia, University of South Carolina Press, 2006.

55 Voir aussi la conclusion.

56 Willem Frijhoff, « Uncertain Brotherhood… », in Bertrand Van Ruymbeke, Randy J. Sparks, Memory and Identity, op. cit.

57 Robin D. Gwynn, The Huguenots of London, op. cit.

58 Voir Raymond Pierre Hylton, Ireland’s Huguenots and their Refuge 1662-1745: An Unlikely Haven, Brighton, Sussex Academic Press, 2004, qui reprend et résume tous ses travaux antérieurs.

59 Guillaume H. M. Posthumus Meyjes, « Les rapports entre les Églises wallones des Pays-Bas et la France avant la révocation », in La révocation de l’édit de Nantes et les Provinces Unies, op. cit., p. 1-15.

60 Andrew Pettegree, Foreign Protestant Communities in Sixteenth — Century London, Oxford, OUP, 1986.

61 Robin D. Gwynn, « Conformity, non conformity », art. cit.

62 Voici deux monographies sur des villes anglaises pour les xvie et xviisiècles : Andrew Spicer, The French Speaking Reformed Community and their Church in Southampton, 1567-1620, London, Huguenot Society New Series n° 3, 1997 ; John Miller, « The Fortune of the Strangers in Norwich and Canterbury, 1565-1700 », in Bertrand Van Ruymbeke, Randy J. Sparks, Memory and Identity, op. cit., p. 110-127.

63 Andrew Spicer, The French Speaking Reformed Community, op. cit. ; John Miller, ibid.

64 Plus intellectuelle, car la Hollande, grâce à sa politique de tolérance, devient au cours du xviisiècle un lieu de retraite privilégié pour les érudits et intellectuels de tout bord et de toutes les nations d’Europe. Pour la France : Gustave Cohen, Écrivains français en Hollande dans la première moitié du xviisiècle, Paris, Gustave Champion, 1920. Pour les protestants, c’est l’université de Leyde qui devient le paradis rêvé : Lunsingh Scheurleer, Guillaume H. M. Posthumus Meyjes (dir.), Leiden University in the Seventeenth Century : An Exchange of Learning, Leiden, Brill, 1975. Voir cependant Benjamin J. Kaplan, « Dutch religious tolerance : celebration and revision », in Ronni Po-Chia Hsia, Henk van Nierop (dir.), Calvinism and Religious Toleration in the Dutch Golden Age, Cambridge, CUP, 2002, p. 8-26.

65 Christiane Berkvens-Stevelinck, Le Magasin de l’Univers : The Dutch Republic as the Centre of the European Booktrade, Leiden, Brill, 1992 ; id., Prosper Marchand. La vie et l’œuvre (1668-1756), Leiden, Brill, 1987 ; Willem Frijhoff, « Uncertain Brotherhood… », in Bertrand Van Ruymbeke, Randy J. Sparks, Memory and Identity, op. cit., p. 128-171 ; Hans Bots, « Le refuge dans les Provinces-Unies », in Eckart Birnstiel, Chrystel Bernat (dir.), La Diaspora des Huguenots : Les réfugiés protestants de France et leur dispersion dans le monde, Paris, Champion, 2001, p. 63-74.

66 Robin D. Gwynn, Huguenot Heritage, op. cit.

67 Susanne Lachenicht précise les différences entre les deux notions. Les denizations sont des droits et des privilèges accordés surtout au xvisiècle par les rois et même par les maires, tandis que les naturalisations sont des « actes » (loi du parlement). Voir Susanne Lachenicht, Hugenotten in Europa und Nordamerika. Migration und Integration in der Frühen Neuzeit, Frankfurt am Main, Campus Verlag, 2010, p. 56-57.

68 Willem Frijhoff, « Uncertain Brotherhood… », in Bertrand Van Ruymbeke, Randy J. Sparks, Memory and Identity, op. cit.

69 M. Backer et al., Hugenoten in Groningen. Franse vluchtelingen tussen 1680 en 1720, Groningen, Wolters Noordhoff-Bouma’s Boekhuis, 1985.

70 Hubert P. H., Nusteling, Welwaart en Werkgelegendheid in Amsterdam, 1540-1860, Amsterdam, De Bataafsche Leeuw, 1985.

71 Graham C. Gibbs, « The Role of the Dutch Republic as the Intellectual Entrepôt of Europe in the Seventeenth and Eighteenth Centuries », in Bijdragen en mededelingen betreffende de geschiedenis der Nederlanden, 86/3, 1971, p. 323-349.

72 Willem Frijhoff, « Université et marché de l’emploi dans la République des Provinces-Unies », in Dominique Julia, Jacques Revel, Roger Chartier (dir.), Les universités européennes du xvie au xviiisiècle. Histoire sociale des populations étudiantes, Paris, Éditions de l’EHESS, 1986, vol. 1, p. 222-224.

73 Id., « Uncertain Brotherhood… », in Bertrand Van Ruymbeke, Randy J. Sparks, Memory and Identity, op. cit.

74 Michael Green, The Huguenot Jean Rou (1638-1711): Scholar, Educator, Civil Servant, Rijksuniversiteit Groningen, Ph.D. thesis, 2013.

75 Gerald Cerny, Theology, Politics and Letters at the Crossroads of European Civilization. Jacques Basnage and the Baylean Huguenot Refugees in the Dutch Republic, Dordrecht-Boston-Lancaster, Martinus Nijhoff Publishers, 1987.

76 C’est la thèse de Charles Ancillon, Histoire de l’Établissement des François, op. cit. ; aussi bien que celle de Jean-Pierre Erman et Pierre Christian Frédéric Reclam, Mémoires pour servir à l’histoire des Refugiés François…, op. cit.

77 Katharina Middell, « Hugenotten in Kursachsen : Einwanderung und Integration », in Guido Braun, Susanne Lachenicht (dir.), Les États allemands et les Huguenots…, op. cit., p. 51-70.

78 François David, « Les colonies des réfugiés protestants français en Brandebourg-Prusse, 1685-1809, Institutions, géographie et évolution de leur peuplement », BSHPF, t. 140, 1994, p. 111-142 ; id., « Refuge huguenot et assimilation : le cas de la Colonie française de Berlin », in Eckart Birnstiel, Chrystel Bernat (dir.), La Diaspora des Huguenots…, op. cit., p. 75-97 ; id., « Les Colonies françaises en Brandenburg-Preußen, 1685-1809. Étude statistique de leur population », in Manuela Böhm, Jens Häseler, RobertViolet (dir.), Hugenotten zwischen Migration und Integration. Neue Forschungen zum Refuge in Berlin und Brandenburg, Berlin, Metrolpol, 2005, p. 69-93.

79 Klaus Steiner, « Das Schulwesen », in Gottfried Bregulla (dir.), Hugenotten in Berlin, Nicolai, 1988, p. 206-226 ; Franziska Heusch, « Das elementare Schulwesen der Berliner Hugenotten im 18. Jahrhundert unter dem Gesichtspunkt der Akkulturation », in Guido Braun, Susanne Lachenicht (dir.), Les États allemands et les Huguenots…, op. cit., p. 193-208 ; Christian Velder, 300 Jahre Französisches Gymnasium Berlin, Berlin, Nicolai, 1989.

80 Christian Bartholmess, Histoire philosophique de l’Académie de Prusse depuis Leibniz jusqu’à Schelling, particulièrement sous Frédéric le Grand, 2 vol., Paris, Marc Ducloux, 1851 ; Conrad Grau, « “Savants réfugiés”, “Französischreformierte Gelehrte”. Über den Beitrag der Hugenotten zur Wissenschaftsentwicklung in Brandenburg-Preußen am Ende des 17. und im 18. Jahrhundert », in Ingrid Mittenzwei (dir.), Hugenotten in Brandenburg-Preußen, Berlin, Akademie der Wissenschaften, 1987, p. 230-278 ; id., « Die Berliner Akademie der Wissenschaften und die Hugenotten », op. cit., p. 327-362.

81 Viviane Rosen-Prest, « La fin de la Colonie française de Prusse (1809-1812) : Enjeux nationaux et identitaires », Diasporas. Histoire et sociétés, dossier « Huguenots », n° 18, 2012, p. 123-142 ; id., « La colonie française de Brandebourg-Prusse (1685-1809) : développement séparé, intégration et identité », in Institut des mondes anglophone, germanique et roman (IMAGER), Université Paris-Est, 294, p. 97-112.

82 Dominique Quadroni, « Le passage de réfugiés huguenots et vaudois à Neuchâtel au xviisiècle », Revue suisse d’histoire, 36.3, 1986, numéro spécial « Les réfugiés huguenots et la Suisse », p. 313-336 ; Rémy Scheurer, « Passage, accueil et intégration des réfugiés huguenots en Suisse » in Michelle Magdelaine, R. Van Thadden (dir.), Le refuge huguenot, Paris, A. Colin, 1985, p. 45-62 ; id., « Recherches actuelles sur le Refuge huguenot en Suisse », in Hans Bots, Guillaume H. M. Posthumus Meyjes (dir.), La révocation de l’édit de Nantes…, op. cit., p. 217-224.

83 Marie Jeanne Ducommun et Dominique Quadroni, Le Refuge protestant dans le Pays de Vaud, fin xviie-début xviiisiècle. Aspects d’une migration, Genève, Droz, 1991, p. 181-196 et 241-251.

84 Pierre Bertrand, Genève et la révocation de l’édit de Nantes, Genève, Imprimerie Soullier, 1935.

85 Bruno Barbatti, « Le rôle de Zurich dans le Refuge huguenot », in La Suisse et le refuge : accueil et passage, CNRS-Université de Provence, table ronde de Marseille les 20-23 mars 1985, Paris, CNRS, 1985, p. 49-61.

86 Anna-Suzanna Frick, « Saint-Gall et les réfugiés huguenots », ibid., p. 75-85.

87 Voir note supra.

88 Susanne Lachenicht, Hugenotten in Europa…, op. cit., p. 57.

89 Christian Velder, op. cit., p. 80-83.

90 Tout le monde sait que le soleil ne se lève pas et ne se couche pas, et pourtant le langage courant continue à s’exprimer ainsi.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Myriam Yardeni, « Assimilation et intégration dans le refuge huguenot (fin xviie-xviiie siècles) : Nouvelles possibilités, nouvelles méthodologies », Diasporas, 23-24 | 2014, 116-131.

Référence électronique

Myriam Yardeni, « Assimilation et intégration dans le refuge huguenot (fin xviie-xviiie siècles) : Nouvelles possibilités, nouvelles méthodologies », Diasporas [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 20 août 2017. URL : http://diasporas.revues.org/309 ; DOI : 10.4000/diasporas.309

Haut de page

Auteur

Myriam Yardeni

Myriam Yardeni est professeure émérite d’histoire moderne à l’Université de Haïfa. Elle a été chercheur invitée au St. Hilda’s College (Oxford, 1985) et à l’Institut Néerlandais des études avancées (Netherlands Institute for Advanced Study, 1994). Ses postes d’enseignement comprennent une période comme professeure invitée à l’Université de Bordeaux 3 et à l’École Pratique des Hautes Études de Paris. Publications récentes : Enquêtes sur l’identité de la « nation France » de la Renaissance aux Lumières (Seyssel, Champ Vallon, 2005) ; Huguenots et Juifs (Paris, Champion, 2008). Elle est lauréate du Prix Israël (1999) et du Prix EMET (2007) en histoire.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org