Navigation – Plan du site
Retour au temps long

Les Grecs de l’Extrême-Orient hellénistique constituaient-ils une diaspora ?

Did the Greeks of the Hellenistic East constitute a diaspora?
Laurianne Martinez-Sève
p. 50-65

Résumés

Après les conquêtes d’Alexandre le Grand (336-323 av. J.-C.) et l’imposition d’une domination gréco-macédonienne sur la plus grande partie des territoires qui s’étendaient jusqu’au Pakistan actuel, des populations d’origine grecque vinrent s’installer dans des villes nouvelles fondées par Alexandre et ses successeurs, les rois séleucides. L’objectif de l’article est de montrer en quoi les instruments élaborés dans le cadre des études sur les diasporas peuvent aider à mieux connaître les communautés que ces populations ont formées en Iran et en Asie centrale, régions les plus orientales de l’espace grec et les moins bien documentées, car les sources disponibles sont rares et très dispersées. Un article récemment paru de Stéphane Dufoix, qui précise la notion de diaspora et en définit les possibles significations, fournit les éléments de départ de la réflexion.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 S. Dufoix, La dispersion. Une histoire des usages du mot diaspora, Paris, Amsterdam Éditions, 2011  (...)

1Poser la question apparaît comme un artifice rhétorique car la notion de diaspora couvre un champ extrêmement vaste dans les circulations migratoires, et englobe des phénomènes et situations fort variés1. D’une manière ou d’une autre, il serait possible de démontrer que les Grecs de l’Extrême-Orient hellénistique ont formé une diaspora. Examiner la présence grecque dans ces régions à travers le prisme diasporique peut néanmoins contribuer à sa compréhension.

2Il est bien connu qu’Alexandre le Grand fit la conquête de l’empire achéménide lors d’une expédition qui le mena, entre 334 et 325 av. J.-C., de la Macédoine à la vallée de l’Indus, l’actuel Pakistan, en passant par l’Égypte, la Babylonie, l’Iran et l’Asie centrale. On sait moins qu’il y fonda de très nombreuses colonies et qu’il ouvrit ces espaces au peuplement grec. Après sa mort, survenue à Babylone en juin 323, ses compagnons se disputèrent son héritage pendant près d’une génération et son empire se fractionna en plusieurs royaumes. Les rois séleucides furent ses successeurs dans la plus grande partie du Proche et du Moyen-Orient et, comme lui, fondèrent un grand nombre d’établissements où des Grecs vinrent s’établir et chercher fortune. Je m’intéresserai ici aux régions les plus orientales de leurs possessions, situées en Iran (fig. 1) et en Asie centrale (fig. 2), les plus éloignées de la mer Méditerranée qui constitua le bassin originel du peuplement grec. Elles formaient un monde relativement homogène, par leurs caractéristiques physiques et humaines. Elles étaient pour l’essentiel occupées par des déserts et de puissants massifs montagneux ; les densités humaines y étaient faibles et l’habitat sédentaire se concentrait dans les vallées fluviales et les zones de piémont, tandis que les autres territoires étaient parcourus par des tribus d’éleveurs nomades. Ces populations étaient toutes d’origine iranienne et se caractérisaient par un ensemble de traits culturels communs. Elles étaient de tradition orale et n’ont laissé aucun écrit contemporain de la période qui nous intéresse, soit environ les trois derniers siècles avant notre ère.

Figure 1. carte de la Basse Mésopotamie et du Golfe Persique

Figure 1. carte de la Basse Mésopotamie et du Golfe Persique

(© fond de carte Martin Sauvage, CNRS UMR 3225, carte L. Martinez-Sève)

Figure 2. carte de l’Asie centrale

Figure 2. carte de l’Asie centrale

(© L. Martinez-Sève)

  • 2 L. Martinez-Sève, « Les Grecs d’Extrême-Orient : communautés grecques d’Asie Centrale et d’Iran », (...)
  • 3 G. Rougemont, Inscriptions grecques d’Iran et d’Asie Centrale (=IGIAC), Corpus Inscriptionum Iranic (...)
  • 4 S. Dufoix, La dispersion…, op. cit. ; S. Dufoix, « Des usages antiques de diaspora… », art. cit., n (...)

3Les Grecs venus s’installer dans ces régions sont eux aussi très mal connus. Ils ont peu intéressé leurs contemporains et rares sont les auteurs gréco-latins qui nous en parlent2. Nous comptons surtout sur l’archéologie pour nous donner des informations mais les sites explorés selon des méthodes scientifiques et sur des superficies importantes sont relativement peu nombreux. Fait exception Aï Khanoum (fig. 3), colonie grecque fondée sur les bords de l’actuel Darya-i Pandj, le cours supérieur de l’Amou Darya, à la frontière entre le Tadjikistan et l’Afghanistan actuels, du côté afghan. L’activité archéologique pâtit cependant d’une situation internationale compliquée, qui empêche la poursuite des fouilles en Afghanistan, au Pakistan et en Iran. La documentation épigraphique est elle aussi peu abondante. Le corpus des inscriptions grecques d’Iran et d’Asie centrale, récemment publié3, ne comporte ainsi que 160 notices, chiffre que l’on peut comparer aux milliers d’inscriptions en provenance du bassin méditerranéen. Notre documentation reste donc très limitée. Le recours aux modèles théoriques ne viendra pas en combler les manques, mais la valeur heuristique de la notion de diaspora peut nous aider à comprendre la situation des Grecs installés dans ces terres lointaines et à élargir les perspectives. S. Dufoix a récemment montré la riche polysémie du terme de diaspora, dont il dresse la liste des différentes significations4. Nous les examinerons ici en tentant de déterminer ce qu’elles peuvent nous apporter.

Figure 3. plan d’Aï Khanoum

Figure 3. plan d’Aï Khanoum

(© J.-C. Liger, DAFA / G. Lecuyot, UMR AOROC 8546)

  • 5 S. Dufoix, ibid., p. 30.

4Première signification : « celle de l’exil, considéré moins comme le bannissement individuel ou collectif, que comme l’ensemble des activités politiques visant, de loin, à influencer l’évolution du régime politique en place sur le territoire d’origine » 5.

  • 6 Strabon, Géographie, 6, 3, 2-3.
  • 7 J. Monerie, « Les communautés grecques en Babylonie (viiie-iiie siècles av. J.-C.) », in L. Martine (...)

5Le champ abordé ici apparaît particulièrement vaste : il englobe les facteurs déclenchants, des décisions politiques brutales qui ont provoqué la formation de certaines diasporas, mais également le poids que les diasporas ont pu exercer en retour et à plus long terme – et parfois pendant très longtemps – sur la vie politique des états d’origine ou celle de leurs héritiers. Des phénomènes de ce type se sont produits dans l’antiquité. Durant l’époque archaïque (viiie-vie siècles av. J.-C.), plusieurs établissements fondés sur le pourtour méditerranéen le furent à la suite du bannissement d’individus ou de groupes d’individus qui avaient du mal à trouver leur place dans leur communauté d’origine. On racontait ainsi que la ville de Tarente avait été fondée vers 705 av. J.-C. par les enfants illégitimes de Spartiates, nés pendant que leurs pères étaient partis à la guerre, et qui avaient été ensuite expulsés. Ils s’étaient établis en Italie du Sud, conduits par leur chef nommé Phalantos6. Des communautés grecques tout entières furent également déportées par les Perses, sous la domination desquelles elles se trouvaient en Asie mineure. Ces derniers avaient repris aux rois assyriens et néo-babyloniens l’habitude de déporter les populations vaincues ou celles qui s’étaient révoltées contre leur autorité. La Susiane (Iran du Sud-Ouest) et l’Asie centrale furent ainsi des terres d’exil7.

  • 8 G. M. Cohen, The Seleucid Colonies : Studies in Founding, Administration and Organization, Wiesbade (...)
  • 9 L. Martinez-Sève, « Les Grecs d’Extrême-Orient… », art. cit., p. 375-377 pour l’Iran et l’Asie cent (...)

6À l’époque hellénistique, qui nous intéresse plus particulièrement, le facteur déclenchant de l’expatriation des Grecs est surtout à chercher du côté des rois. Le peuplement grec de l’Orient résulte d’une véritable politique de colonisation, dont ils furent les principaux acteurs et dont ils maîtrisèrent l’ensemble du processus8. Ils créèrent un réseau hiérarchisé d’établissements pour contrôler les territoires passés en leur possession avec les populations qui les occupaient, maîtriser les routes qui les parcouraient et les défendre contre d’éventuels adversaires9. Leur objectif était de mettre en exploitation ces territoires pour en obtenir des revenus réguliers, grâce à une fiscalité qui pesait indistinctement sur les populations locales et sur les colons. Ces derniers furent recrutés dans le monde égéen. Nous ne savons pas comment, mais on peut présumer que la procédure n’était pas très différente de celle qui était employée pour l’enrôlement des mercenaires. Ils étaient ensuite conduits dans leurs nouvelles patries, où des terres leur étaient attribuées. Ces colons étaient parfois d’anciens militaires qui, plutôt que rentrer chez eux, avaient préféré s’installer là où les obligations de la vie militaire les avaient menés. Ils étaient souvent issus des classes sociales les plus défavorisées, touchées par la situation de crise qui sévissait en Grèce à la même époque.

  • 10 Ce terme est à prendre dans le sens qui est le sien en histoire ancienne ; il désigne une communaut (...)
  • 11 Ces relations étaient surtout d’ordre culturel et religieux. Pour un exemple, voir A. Robu, La cité (...)
  • 12 G. Rougemont, IGIAC, n° 53, p 131-157 ; G. Rougemont, « Que sait-on d’Antioche de Perside ? », in S (...)
  • 13 G. Rougemont, IGIAC, n° 53, lignes 13-19 : « dans le passé déjà, comme Antiochos Sôter s’employait (...)
  • 14 Une documentation plus abondante nous permettrait de nuancer cette affirmation. Nous sommes ici pri (...)

7Les diasporas grecques orientales étaient donc, au moins partiellement, formées par des individus qui avaient fait le choix de s’expatrier pour trouver de meilleures conditions de vie. Les nouveaux établissements constituaient les points d’appui de la domination royale, où étaient installés les principaux relais de l’administration. Les territoires de l’Orient lointain ont constitué un espace colonial où s’exprimait la puissance royale. Ils formaient également un espace politique particulier, que l’on peut concevoir comme le prolongement de l’espace politique méditerranéen originel. En effet, quelle que soit la période considérée, une fois installés dans un nouveau territoire, les Grecs ont toujours recréé de nouvelles communautés humaines et constitué de nouvelles cités10, leur cadre de vie normal et traditionnel. Ils n’ont jamais considéré qu’ils continuaient à faire partie de leur communauté d’origine, ne cherchaient pas à intervenir chez elle et perdaient leur citoyenneté première. Ils gardaient des relations avec elle, mais ce n’est pas sur le terrain politique que celles-ci s’exprimaient11. En s’installant en Orient, les Grecs importèrent des modes d’organisation traditionnels, très différents de ceux qui y prévalaient jusque-là. Parmi les nouveaux établissements, beaucoup n’étaient que de simples points fortifiés, occupés par des garnisons. Mais il existait aussi de véritables cités, dotées des mêmes institutions que les vieilles cités grecques : la cité d’Antioche de Perside, située au sud-ouest de l’Iran actuel, peut-être à l’emplacement de la ville de Boushir, en constitue le meilleur exemple. Elle est connue par un décret qu’elle vota en 205 av. J.-C. en réponse à une demande précédemment formulée par Magnésie du Méandre, grande cité localisée en Asie mineure, non loin de celle de Milet12. Comme Magnésie avait créé une nouvelle fête religieuse, accompagnée de concours, elle s’adressa à l’ensemble des états du monde grec pour qu’ils les reconnaissent et acceptent d’y participer. Parmi les réponses conservées, figure celle d’Antioche de Perside, visitée par les ambassadeurs de Magnésie. Le document, exceptionnel, met clairement en évidence que cette cité, fondée par les Séleucides et située à l’intérieur de leur domaine, fonctionnait comme toutes les autres cités grecques. Le début du texte nous apprend qu’elle était une création du roi séleucide Antiochos I, qui l’avait aidée à se développer en y envoyant de nouveaux colons13. Pour cela, il s’était adressé à Magnésie du Méandre en lui demandant d’envoyer des hommes. Les fondations royales attendaient aide et protection des rois, qui étaient aussi présents symboliquement au sein de l’espace civique. Un culte royal était célébré à Antioche en l’honneur des membres de la dynastie séleucide, et le prêtre qui en était le titulaire constituait le magistrat éponyme de la cité, c’est-à-dire celui qui donnait son nom à l’année et permettait d’établir son calendrier. Le texte prouve indubitablement que les institutions d’Antioche étaient démocratiques et fonctionnaient sur le modèle athénien. Le formulaire est typique des décrets ; l’on y trouve mentionnées les habituelles magistratures (des prytanes, des trésoriers, un secrétaire du conseil et de l’assemblée) et les procédures en vigueur sont par ailleurs bien connues. Le conseil avait pour rôle d’examiner et d’élaborer les propositions de décrets, qui étaient ensuite votés par l’assemblée des citoyens ; celle-ci se réunissait en sessions ordinaires ou principales ; les textes votés étaient enregistrés dans les archives publiques ; les magistrats étaient élus… Du point de vue de l’organisation politique des cités, les mondes iraniens ne différaient donc pas de l’espace méditerranéen originel. La conquête d’Alexandre a seulement produit la dilation de cet espace14.

  • 15 S. Dufoix, « Des usages antiques de diaspora… », art. cit., p. 30.

8Deuxième signification : « celle du lien entre un centre et une périphérie au sein d’un système dans lequel l’État, le territoire, la cité ou autre fonctionne comme un référent origine puissant structurant tout ou partie de l’activité des entités ou des groupes insérés à l’intérieur de ce système »15.

  • 16 G. Rougemont, IGIAC, n° 53, lignes 20-29 : « veillant à maintenir intact leur dévouement pour l’ens (...)

9Examiner cette question pour les communautés grecques de l’Orient impose de travailler à deux échelles. La première est celle de la diaspora grecque tout entière, l’ensemble des Grecs installés en Iran et en Asie centrale, qui constitueraient la périphérie, par opposition à un centre unique que l’on situerait dans le bassin égéen. Ces Grecs expatriés éprouvaient-ils le besoin de se rattacher à un tel référent origine ? Ce centre pouvait-il être la Grèce (Hellas) ? Les Grecs, comme les modernes, eurent souvent tendance à placer le monde égéen au centre du monde grec, considérant les espaces « coloniaux » comme des espaces périphériques. L’Iran et l’Asie centrale se trouvaient alors à la périphérie de la périphérie. Mais la réalité est plus complexe. La Grèce n’a jamais constitué un État dans l’antiquité. Le monde grec n’a jamais eu d’unité politique ; il est constamment resté fractionné en une multitude de communautés étatiques, indépendantes les unes des autres, même si elles étaient parfois placées sous la domination de puissances plus importantes. Aucune des cités n’a pu prétendre jouer le rôle de centre politique. Ce n’était déjà pas le cas à l’époque classique, malgré les périodes de domination athénienne. Cela le fut encore moins à l’époque hellénistique. Il n’existait pas davantage un territoire clairement identifié sous le nom de Grèce. Le décret d’Antioche de Perside nous en fournit une démonstration éclatante. Au début du texte, les Antiochéens indiquent que les Magnètes ont fait annoncer la création des nouveaux concours dans l’ensemble de la Grèce ou Hellas16. Le terme est ici employé à la place de notre expression « monde grec ». La Grèce des Antiochéens n’était rien d’autre que l’ensemble des territoires où vivaient des Grecs, y compris ceux qui étaient situés très loin de la mer Égée. La Perside en faisait donc partie.

  • 17 G. Rougemont, IGIAC, n° 53, lignes 30-34 : « Ils ont envoyé à notre peuple, en qualité d’ambassadeu (...)
  • 18 O. Curty, Les parentés légendaires entre cités grecques, Genève, Droz, 1995 ; E. Stavrianopoulou, « (...)
  • 19 Le texte parle de dieux communs, lignes 40-42 : « notre peuple, plein de vénération pour les dieux (...)
  • 20 La possibilité que les colons originaires d’une même région se soient rassemblés dans le cadre de s (...)

10La seconde échelle est celle de la communauté qui pouvait, elle aussi, prétendre se rattacher à un centre originel. Le décret d’Antioche nous fournit à nouveau des clés de compréhension. Une partie des colons était, comme on l’a vu, originaires de Magnésie du Méandre. De ce fait, les deux cités entretenaient des liens très étroits, qu’elles concevaient en termes de parenté. Les citoyens de Magnésie étaient reconnus comme les parents et les amis de ceux d’Antioche ; lorsque leurs ambassadeurs avaient parlé à l’assemblée d’Antioche, ils avaient invoqué les liens de parenté et d’amitié qui unissaient les deux cités17. Durant l’époque hellénistique, les cités grecques s’efforcèrent de constituer des réseaux de relations et de solidarité, fondés sur le partage d’origines communes, réelles ou légendaires18. Ces liens de parenté étaient donc recherchés et invoqués. Souvent, les cités concernées étaient des cités méditerranéennes, mais notre exemple montre que celles de l’Orient lointain pouvaient intégrer ces réseaux. Dans le cas d’Antioche et de Magnésie, la parenté était réelle et il n’était pas nécessaire de remonter jusqu’aux temps mythiques pour l’établir. Pour les Antiochéens, se relier à une grande cité d’Asie mineure était important et une preuve irréfutable de leur statut de Grecs. Cela avait pour eux d’autres conséquences, plus concrètes : ils partageaient des cultes communs avec les Magnètes19 et il est même possible qu’Artémis Leukophryéné, la principale divinité de Magnésie, ait été également vénérée à Antioche. Partager des cultes communs impliquait de célébrer les mêmes fêtes religieuses. Cela impliquait aussi de partager le même calendrier, car la succession des mois était définie par celle des fêtes religieuses. L’héritage magnète était donc une composante majeure de l’histoire d’Antioche, de sa vie religieuse et certainement aussi de son identité. On ne dispose pas de la même information pour les autres cités de l’Extrême-Orient grec et il n’est pas possible de déterminer s’il en était de même. On peut le penser quand un contingent de colons relativement important était originaire d’une seule et même cité, considérée comme une métropole. Lorsque les colons provenaient d’un nombre varié de cités, ce n’est qu’à titre individuel qu’ils pouvaient se rattacher à des lieux originels20.

  • 21 S. Dufoix, « Des usages antiques de diaspora… », art. cit., p. 30.

11Troisième signification : « celle d’une communauté symboliquement liée à un territoire d’origine. Dans ce cas, le lien à l’origine se fait la plupart du temps par la langue mais aussi grâce à la conservation de coutumes, de traditions, c’est-à-dire d’une certaine forme de mémoire sociale et culturelle qui peut tout à fait s’éloigner plus ou moins rapidement de la réalité de la société d’origine »21.

  • 22 Ainsi, il nous faudrait déjà préciser la notion même d’hellénisme, entreprise particulièrement comp (...)

12Cette remarque appelle deux questions. La première est de savoir si les communautés grecques d’Iran et d’Asie centrale ont conservé les traditions linguistiques et culturelles grecques ; la seconde si cet hellénisme oriental est resté vivant ou si, à l’inverse, il s’est coupé des réalités méditerranéennes. Ce sont des questions très vastes, que l’on se contentera d’effleurer ici22.

  • 23 L. Martinez-Sève, « Les Grecs en Orient : portraits croisés », in P. Rouillard (dir.), Portraits de (...)
  • 24 G. Rougemont, IGIAC, n° 19-27.
  • 25 G. Rougemont, IGIAC, n° 10, voir aussi n° 3 (le document est une lettre royale d’époque parthe qui (...)
  • 26 P. Bernard, O. Bopearachchi, « Deux bracelets grecs avec inscriptions grecques trouvés dans l’Asie (...)
  • 27 G. Rougemont, IGIAC, n° 32-33.
  • 28 G. Rougemont, IGIAC, n° 151.
  • 29 P. Bernard, « Campagne de fouilles 1975 à Aï Khanoum (Afghanistan) », CRAI, 1976, p. 314-322 ; P. B (...)
  • 30 S. Veuve, Fouilles d’Aï Khanoum vol. 6 : Le gymnase. Mémoires de la Délégation archéologique frança (...)
  • 31 P. Leriche, J. Thoraval, « Fontaine du rempart de l’Oxus à Aï Khanoum », Syria 56, 1979, p. 171-205
  • 32 G. Lecuyot, Fouilles d’Aï Khanoum, vol. 9 : L’Habitat, Mémoires de la Délégation archéologique fran (...)
  • 33 L. M Sverchkov, « The Kurganzol Fortress (on the History of Central Asia in the Hellenistic Era) », (...)

13Tout indique que les colons grecs et leurs descendants s’efforcèrent de maintenir un mode de vie et des comportements grecs traditionnels23. Le corpus des inscriptions de Suse comprend par exemple plusieurs actes d’affranchissement effectués en consacrant l’esclave à une divinité, selon une procédure très répandue dans le monde grec et en reproduisant les clauses attendues24. Quand le nom des esclaves est conservé, il est de consonance grecque. Ce n’est pas une indication d’origine, car le maître pouvait nommer son esclave comme il l’entendait. C’est le signe que ces Susiens maintenaient le caractère grec du milieu dans lequel ils vivaient. Ils restaient aussi attachés à la procédure du vote des honneurs pour remercier des bienfaiteurs de leur implication dans la vie collective de la cité25. Les textes honorifiques sont rédigés avec les mêmes formules, la même rhétorique que dans le monde méditerranéen. Le grec restait la langue maternelle des descendants des premiers colons et était parlé naturellement. Celui qui était employé dans les inscriptions ne se distingue en rien du grec parlé dans le bassin méditerranéen et il connut les mêmes évolutions phonétiques que lui26. Plusieurs textes poétiques, utilisant parfois des formes très élaborées et influencées par la poésie homérique, sont aussi conservés et témoignent de la maîtrise d’une poésie savante et raffinée. Un hymne au soleil, composé en vers glyconiques et phérécratiens par un certain Hérodoros, ainsi qu’un poème évoquant des exploits guerriers, inscrit en hexamètres dactyliques sur une tablette de terre cuite sont, par exemple, connus à Suse27, tandis que la dédicace d’un autel en tétramètres trochaïques, rédigée par un certain Héliodotos pour le salut du roi gréco-bactrien Euthydème et de son fils Démétrios, a récemment été découverte au Tadjikistan28. Ce goût pour l’érudition littéraire se marque également dans l’onomastique : les noms dérivés de la mythologie ou de la poésie homérique étaient relativement fréquents. Le théâtre était pratiqué dans des formes grecques et l’on a découvert, à Aï Khanoum, le théâtre le plus oriental du monde hellénistique, comparable dans ses dimensions au théâtre contemporain d’Épidaure29. Les fouilles de cette ville ont révélé que ces individus vivaient dans un environnement urbain de type grec : outre le théâtre, il y avait un gymnase où s’effectuait l’entraînement militaire des jeunes et où se diffusaient les éléments de l’éducation traditionnelle, la fameuse paidéia. Il était construit sur un plan grec, si l’on excepte le recours à de longs couloirs venus remplacer les habituels portiques30. La ville disposait aussi d’une fontaine31 et ses principaux édifices adoptaient les ordres dorique, ionique et corinthien. Les habitants restaient tout autant attachés que leurs compatriotes du monde méditerranéen à la pratique du bain et des soins corporels. La plupart des maisons d’Aï Khanoum comprenaient un espace dévolu aux bains32. Même les soldats en poste dans la petite citadelle de Kurgansol, qui gardaient la route menant de Bactriane en Sogdiane à une centaine de kilomètres au nord de l’actuelle ville de Termez, avaient une baignoire en céramique à leur disposition33.

  • 34 Pour les figurines de terre cuite, L. Martinez-Sève, Les figurines de Suse. De l’époque néo-élamite (...)
  • 35 L. Robert, « Une bilingue gréco-araméenne d’Asoka, II, Observations sur l’inscription grecque », Jo (...)
  • 36 En dernier lieu, B. Lyonnet, « La céramique de la maison du quartier sud-ouest d’Aï Khanoum », in G (...)

14Ces observations ont fait penser que ces communautés grecques constituaient des groupes relativement fermés. Les colons auraient cultivé et préservé leur exception grecque, synonyme de domination politique et sociale. Par bien des traits, cet hellénisme de l’Extrême-Orient grec prend d’ailleurs des traits archaïsants. Ainsi, les tétramètres trochaïques adoptés dans sa dédicace par Héliodote sont typiques de la tragédie d’époque classique et moins de l’époque hellénistique. De même, la sculpture, le répertoire des figurines de terre cuite privilégiaient des formes stylistiques marquées par le classicisme davantage que par les tendances de l’époque hellénistique34. La prudence s’impose néanmoins. Les Grecs d’Extrême-Orient étaient surtout attachés à une forme raffinée, voire précieuse, de l’hellénisme. Ce n’est pas nécessairement le signe d’une sclérose ou d’une coupure avec les réalités contemporaines du monde méditerranéen. Parallèlement, en effet, on observe que des innovations ou des évolutions techniques qui se produisaient dans le bassin méditerranéen, se produisaient de manière quasi simultanée dans nos régions. On l’a montré pour le style de la gravure des inscriptions, qui évolue en parallèle dans ces deux régions, ainsi que pour l’écriture sur parchemin35. C’est aussi très net dans le domaine de la céramique : des formes ou des techniques nouvelles, comme celles qui furent mises en œuvre dans la fabrication des bols dits mégariens, furent très vite connues et adoptées en Bactriane36. Ces bols mégariens firent leur apparition à Athènes à la fin du iiisiècle et à Aï Khanoum vers le début du iisiècle av. J.-C. Dans ces deux villes, ils furent ensuite marqués par une simplification et un appauvrissement des détails, sans doute vers le milieu du iisiècle av. J.-C. La culture grecque a certes pris dans ces régions des formes un peu particulières, mais elle est restée vivante et s’est transmise de génération en génération tout en évoluant.

  • 37 S. Dufoix, « Des usages antiques de diaspora… », art. cit., p. 30.

15Quatrième signification : « celle d’une forme déterritorialisée, celle du réseau entre les nœuds duquel circulent des hommes, des mesures, des idées, de l’argent ou encore des objets. Ici, la diaspora n’est plus un territoire au sens classique du terme, mais une forme territoriale particulière, souple et réticulaire, qui traverse les frontières existantes et qui s’avère particulièrement adaptée à la pratique du commerce »37.

  • 38 I. Malkin, A Small Greek World : Networks in the Ancient Mediterranean, Oxford, Oxford University P (...)
  • 39 G. Rougemont, IGIAC, n° 97.
  • 40 G. Rougemont, IGIAC, n° 53, lignes 64-68 : « d’envoyer à Magnésie des théores avec pour mission de (...)
  • 41 P. Bernard, « La campagne de fouille de 1970 à Aï Khanoum (Afghanistan) », CRAI, 1971, p. 411 ; P.  (...)

16Utiliser la thématique du réseau pour comprendre les processus d’expatriation des Grecs et les phénomènes liés à leur mobilité est très à la mode chez les antiquisants depuis les travaux de I. Malkin et ceux de P. Horden et N. Purcell consacrés à la Méditerranée38. Cette mer était parcourue par de multiples routes maritimes, parfaitement connues et maîtrisées, qui assuraient la mise en communication des populations riveraines et favorisaient l’établissement de multiples relations. Nos régions s’y prêtaient moins. Les distances se faisaient vite très longues tant les contraintes physiques rendaient les communications difficiles. Elles se sont pourtant maintenues. On ne comprendrait pas autrement que des innovations ou des évolutions aient pu s’y diffuser aussi rapidement. Certains individus n’hésitaient pas non plus à entreprendre de longs voyages à travers le Proche-Orient. Une célèbre inscription d’Aï Khanoum fait état de l’initiative d’un certain Cléarque, qui était allé à Delphes où il avait copié une série de maximes définissant l’idéal de l’homme grec, et les avait fait exposer dans la ville (fig. 4)39. Quelle qu’ait été son identité, discutée, il est assuré qu’il s’était rendu à Delphes et à Aï Khanoum. Ces déplacements se faisaient aussi dans le cadre de la participation aux concours panhelléniques. En reconnaissant les fêtes et les concours de Magnésie du Méandre, Antioche de Perside s’engageait à envoyer une délégation pour la représenter et prit des dispositions en ce sens40. Elle fut imitée par d’autres cités de Babylonie et des rives du Golfe Persique qui sont mentionnées à la fin de l’inscription, dont Suse et la grande capitale de Séleucie du Tigre. Magnésie envoyait de son côté des ambassadeurs pour annoncer les concours dans ces cités lointaines, ce qui provoquait aussi des voyages. Participer aux concours permettait aux cités les plus lointaines de rester en contact avec la koinè hellénistique et de réaffirmer leur appartenance à cette vaste communauté culturelle. Des relations commerciales existaient aussi puisque quelques amphores rhodiennes ont été trouvées à Suse et à Aï Khanoum41, où étaient transportés du vin et surtout de l’huile d’olive qui ne pouvait pas être produite sur place.

Figure 4. Base des maximes de Delphes avec la dédicace de Cléarque Al Khanoum

Figure 4. Base des maximes de Delphes avec la dédicace de Cléarque Al Khanoum

© photographie Paul Bernard.

  • 42 L. Martinez-Sève, Les figurines de Suse…, op. cit. ; L. Martinez-Sève, « Les figurines de Masjid-i (...)

17Il est plus difficile de préciser si les différentes communautés d’Iran et d’Asie centrale étaient en contact les unes avec les autres, au moins à une échelle régionale. À partir de l’étude des figurines de terre cuite, on a pu mettre en évidence que des artisans originaires de Suse se déplaçaient dans les villes voisines, où ils travaillaient et vendaient leur production42, relations au demeurant normales dans le cadre d’une activité de commerce et d’artisanat. Il est probable que les fondations grecques de l’Extrême-Orient grec entretenaient des liens de ce type lorsqu’elles étaient situées à peu de distance les unes des autres. Mais il n’est pas impossible qu’elles aient aussi entretenu des relations plus étroites, fondées sur le partage d’une mémoire et de traditions culturelles communes. On explique l’importante capacité du théâtre d’Aï Khanoum, dont les 5 000 places dépassaient de beaucoup le nombre des habitants de la ville, par le fait qu’il pouvait accueillir des spectateurs venus de toute la région, et donc des autres fondations grecques.

  • 43 G. Rougemont, IGIAC, n° 84.

18Les circulations existaient probablement, mais elles sont peu documentées et devaient être de faible importance, surtout quand elles se faisaient sur de longues distances. Pour la majorité des individus, le monde méditerranéen était un monde idéal et mentalement reconstruit, celui de leurs ancêtres et celui des poètes. Ils vivaient dans un monde différent, au contact des autres populations, dont ils n’étaient pas coupés. De leur côté, les élites locales adop-tèrent sans difficulté des modes d’expression et des usages caractéristiques de l’hellénisme. Sophytos, un Indien originaire de la ville d’Alexandrie d’Arachosie, l’ancienne Kandahar fondée par Alexandre le Grand, rédigea ainsi son épitaphe vers le ier siècle avant notre ère dans un grec raffiné et parfaitement maîtrisé43. L’adhésion à la culture grecque donnait les clés des cercles de pouvoir. Elle permettait aussi de partager un ensemble de valeurs et de pratiques communes et facilitait la communication entre gens d’origines diverses.

  • 44 S. Dufoix, « Des usages antiques de diaspora… », art. cit., p. 30.

19Cette réflexion permet de dégager quelques éléments. À bien des égards, l’Extrême-Orient grec peut se concevoir, non pas comme une périphérie du monde grec, mais comme une partie intégrante de ce monde grec qui, parce qu’il ne présentait aucune unité politique, pouvait s’étendre aussi loin que les Grecs se trouvaient. Il n’avait de réalité que culturelle. Les Grecs d’Aï Khanoum, ceux de Suse étaient des Grecs à part entière, même si l’hellénisme a pris des aspects particuliers du fait de l’intensité des contacts avec les populations locales. Nulle part l’hellénisme n’était unique et, dans tout l’espace peuplé de Grecs, il prit des formes spécifiques du fait des particularités régionales, y compris dans le monde égéen. Si le monde grec était partout, il faut en conclure que les Grecs établis dans les mondes iraniens ne formaient pas une diaspora à eux seuls. La cinquième et dernière des significations du mot diaspora dégagée par S. Dufoix nous invite à pousser le raisonnement44 :

  • 45 P. Gilroy, L’Atlantique noir. Modernité et double conscience, Paris, Amsterdam Éditions, 2010 [1993 (...)

« celle d’une forme culturelle non territoriale, souvent aussi désignée par l’adjectif « postmoderne », dans laquelle la définition de l’identité des communautés n’est pas indexée sur l’existence d’une essence, d’un territoire ou d’une naturalité, mais bien sur l’interrogation même, incessante et conflictuelle, de ce qui fait la particularité culturelle de la communauté en question. L’exemple type est celui de la diaspora noire telle qu’elle apparaît dans les écrits des sociologues britanniques Stuart Hall et Paul Gilroy45. Elle ne se définit ni par l’origine africaine, ni par la couleur de la peau, mais bel et bien par l’élaboration constante de ce que signifie être noir ».

20Les Grecs n’eurent pas le même destin que les Noirs, qui subirent l’esclavage, et ils ne partagèrent pas le souvenir d’un traumatisme historique et fondateur de leur identité. Mais comme eux, ils ne se définissaient ni par un territoire ni par des critères ethniques, mais par le partage d’un ensemble de valeurs et de pratiques, qu’ils reconnaissaient eux-mêmes comme fondatrices d’une identité commune, susceptibles d’évoluer au fil du temps et au gré des contacts qu’ils eurent avec les autres peuples.

Haut de page

Annexe

Décret d’Antioche de Perside, trouvé à Magnésie du Méandre, 205 av. J.-C. (traduction G. Rougemont, Inscriptions grecques d’Iran et d’Asie Centrale, Corpus Inscriptionum Iranicarum, II. Inscriptions of the Seleucid and Parthian Periods and of Eastern Iran and Central Asia, 1. Inscriptions in Non-Iranian Languages, Londres, 2012, n° 53).

(Décret émanant) des Antiochéens de Perside.

Hérakleitos fils de Zôès étant prêtre de Séleukos Nikator, d’Antiochos Sôtèr, d’Antiochos Théos, de Séleukos Kallinikos, du roi Séleukos, du roi Antiochos et de son fils le roi Antiochos ; décrets du premier semestre rendus en assemblée principale, déposés par Asklèpiadès fils d’Hékataios – lui-même fils de Dèmètrios –, secrétaire du Conseil et de l’Assemblée, le troisième jour de la dernière décade du mois de Panthéos.

Il a plu à l’Assemblée, sur proposition des prytanes. Attendu que les citoyens de Magnésie du Méandre, qui sont parents et amis de notre peuple et qui ont rendu aux Grecs beaucoup de services éclatants et de nature à procurer la gloire (?), dans le passé déjà, comme Antiochos Sôter s’employait avec zèle à renforcer notre cité, laquelle tient de lui son nom, et qu’il avait envoyé demander des colons aux citoyens de Magnésie, – ces derniers, ayant pris par décret des mesures excellentes et qui méritent la gloire, et ayant procédé à des prières et à des sacrifices, ont envoyé des hommes en nombre important et de haute valeur, mettant ainsi tout leur zèle à contribuer au renforcement du peuple des Antiochéens ; (Attendu qu’à présent), veillant à préserver intact leur dévouement pour l’ensemble des Grecs et désireux de rendre manifeste le fait qu’ils partagent avec tous ceux qui leur sont proches libations, sacrifices et autres marques d’honneur que l’on adresse à la divinité, (les citoyens de Magnésie), à la suite d’un oracle qui leur a été rendu, ont fait proclamer dans tout le monde grec qu’ils organisent, en l’honneur de la déesse fondatrice de leur cité, des sacrifices, une panégyrie, une trêve sacrée et un concours stéphanite pentétérique, musical, gymnique et hippique, témoignant ainsi à leur bienfaitrice la reconnaissance qu’elle mérite ; (Attendu) qu’ils ont envoyé à notre peuple, en qualité d’ambassadeurs, Dèmophôn fils de Lykidès, Philiskos fils de Philios et Phérès fils de Phérès, lesquels, s’étant présentés au Conseil et à l’Assemblée, ont remis un décret des Magnètes et, après avoir rappelé nos liens de parenté et d’amitié, ont longuement exposé l’apparition de la déesse et les services rendus par les Magnètes à de nombreuses cités grecques et nous ont priés d’agréer le concours stéphanite qu’ils organisent en l’honneur d’Artémis Leukophryènè conformément à l’oracle du dieu ; (Attendu) que notre peuple, plein de vénération pour les dieux communs aux Magnètes et à lui-même, et désireux de fortifier notre attachement à ceux de notre parenté, beaucoup d’autres cités ayant déjà pris par décret les mêmes décisions…, estime qu’il doit ne laisser échapper aucune occasion de… dans le domaine privé pour chacun et dans la sphère publique pour tous… manifestera le zèle constant qui est le sien pour l’intérêt des Magnètes ; À la bonne fortune, plaise au Conseil et au Peuple, de décerner l’éloge aux Magnètes pour leur piété envers la divinité, pour leur attachement et leur dévouement au roi Antiochos ainsi qu’au peuple des Antiochéens, et aussi parce que, faisant un bon usage de leurs prospérités privées et de l’heureuse conjoncture où se trouve leur cité, ils conservent intact leur régime politique ancestral. Que les prêtres adressent des prières à tous les dieux et à toutes les déesses afin que les Magnètes conservent à jamais – à la bonne fortune – leur régime politique ; d’agréer le sacrifice, la panégyrie, la trêve et, comme concours stéphanite et isopythique, le concours à la fois musical, gymnique et hippique que les Magnètes organisent en l’honneur d’Artémis Leukophryènè…

… d’envoyer à Magnésie des théores avec pour mission de sacrifier à Artémis Leukophryènè pour le salut du roi et de nos deux cités ; que soit versée à ces théores, sur les fonds publics, une indemnité de déplacement du montant que le peuple fixera par décret, le jugeant suffisant et convenable pour notre cité ; de désigner les théores (tel jour) du mois Hèrakleios, en même temps qu’on pourvoit les autres magistratures civiques ; et que les théores désignés soient envoyés à partir du foyer commun de notre peuple ; que les théores venus chez nous de Magnésie se voient verser par les trésoriers, sur les fonds publics, des présents d’hospitalité du même montant que ceux qu’on verse aux théories de l’Artémis d’Éphèse (?) ; que ces (?) théores participent au sacrifice… en l’honneur d’Artémis Leukophryènè… Que nos concitoyens vainqueurs au concours des Leukophryèna reçoivent de notre cité des honneurs et des privilèges identiques à ceux que nos lois réservent aux vainqueurs des concours pythiques…

… les honneurs au vainqueur… et les ambassadeurs… le responsable désigné de l’administration publique a fixé (?)…… les prytanes en fonction…… les mesures décrétées par le Peuple…… qui viennent ici de la part des Magnètes…… afin que l’amitié entre nos cités demeure à tout jamais ; que notre peuple désigne aussi un théorodoque, qui accueillera les théores venus chez nous de Magnésie…

Ont également rendu des décrets dans le même sens :
Séleucie du Tigre [———————————— ]
Apamée du Séleias [———————————— ]
Séleucie de la Mer Érythrée Antioche de [———-]
Séleucie de l’Eulaios Al [exandrie ? de ———-]
Séleucie de l’[Hédyphon ?] [ ————————————— ]

Haut de page

Notes

1 S. Dufoix, La dispersion. Une histoire des usages du mot diaspora, Paris, Amsterdam Éditions, 2011 ; S. Dufoix, « Des usages antiques de diaspora aux enjeux conceptuels contemporains », in L. Martinez-Sève (dir.), Les diasporas grecques du viiie à la fin du iiisiècle av. J.-C., Actes du colloque de la Sophau organisé à l’Université de Lille 3 les 11 et 12 mai 2012, Pallas 89, Toulouse, 2012, p. 17-33.

2 L. Martinez-Sève, « Les Grecs d’Extrême-Orient : communautés grecques d’Asie Centrale et d’Iran », ibid., p. 367-391.

3 G. Rougemont, Inscriptions grecques d’Iran et d’Asie Centrale (=IGIAC), Corpus Inscriptionum Iranicarum, II. Inscriptions of the Seleucid and Parthian Periods and of Eastern Iran and Central Asia, 1. Inscriptions in Non-Iranian Languages, Londres, School of Oriental and African Studies, 2012.

4 S. Dufoix, La dispersion…, op. cit. ; S. Dufoix, « Des usages antiques de diaspora… », art. cit., notamment p. 30.

5 S. Dufoix, ibid., p. 30.

6 Strabon, Géographie, 6, 3, 2-3.

7 J. Monerie, « Les communautés grecques en Babylonie (viiie-iiie siècles av. J.-C.) », in L. Martinez-Sève (éd.), Les diasporas grecques du viiie à la fin du iiisiècle av. J.-C.…, op. cit., p. 351-358 ; L. Martinez-Sève, « Les Grecs d’Extrême-Orient… », art. cit., p. 370-371.

8 G. M. Cohen, The Seleucid Colonies : Studies in Founding, Administration and Organization, Wiesbaden, Steiner, 1978 ; G. M. Cohen, The Hellenistic Settlements in Europe, the Islands and Asia Minor, Berkeley-Londres, University of California Press, 1995 ; G. M. Cohen, The Hellenistic settlements in Syria, the Red Sea Basin and North Africa, Berkeley, University of California Press, 2006 ; G. M. Cohen, The Hellenistic settlements in the East from Armenia and Mesopotamia to Bactria and India, Berkeley, University of California Press, 2013 ; L. Capdetrey, « Fondations, diasporas et territoires dans l’Asie hellénistique au iiisiècle », in L. Martinez-Sève (dir.), Les diasporas grecques du viiie à la fin du iiisiècle av. J.-C.…, op. cit., p. 319-344.

9 L. Martinez-Sève, « Les Grecs d’Extrême-Orient… », art. cit., p. 375-377 pour l’Iran et l’Asie centrale.

10 Ce terme est à prendre dans le sens qui est le sien en histoire ancienne ; il désigne une communauté humaine organisée d’un point de vue institutionnel et juridique, formant en théorie un État autonome, qui avait ses propres cultes et ses propres traditions.

11 Ces relations étaient surtout d’ordre culturel et religieux. Pour un exemple, voir A. Robu, La cité de Mégare et les établissements mégariens de Sicile, de Propontide et du Pont-Euxin, Berne, Université de Neuchâtel, 2014.

12 G. Rougemont, IGIAC, n° 53, p 131-157 ; G. Rougemont, « Que sait-on d’Antioche de Perside ? », in Studi ellenistici, sous presse.

13 G. Rougemont, IGIAC, n° 53, lignes 13-19 : « dans le passé déjà, comme Antiochos Sôter s’employait avec zèle à renforcer notre cité, laquelle tient de lui son nom, et qu’il avait envoyé demander des colons aux citoyens de Magnésie, – ces derniers, ayant pris par décret des mesures excellentes et qui méritent la gloire, et ayant procédé à des prières et à des sacrifices, ont envoyé des hommes en nombre important et de haute valeur, mettant ainsi tout leur zèle à contribuer au renforcement du peuple des Antiochéens » (trad. G. Rougemont).

14 Une documentation plus abondante nous permettrait de nuancer cette affirmation. Nous sommes ici prisonniers des quelques inscriptions conservées, qui reproduisent fidèlement un formulaire et un vocabulaire caractéristiques de celui de la cité grecque, mais qui masquent une réalité probablement bien plus complexe.

15 S. Dufoix, « Des usages antiques de diaspora… », art. cit., p. 30.

16 G. Rougemont, IGIAC, n° 53, lignes 20-29 : « veillant à maintenir intact leur dévouement pour l’ensemble des Grecs et désireux de rendre manifeste le fait qu’ils partagent avec tous ceux qui leur sont proches libations, sacrifices et autres marques d’honneur adressées à la divinité, (les citoyens de Magnésie), à la suite d’un oracle qui leur a été rendu, ont fait proclamer dans tout le monde grec (Hellas, la Grèce) qu’ils organisent, en l’honneur de la déesse fondatrice de leur cité, des sacrifices, une panégyrie, une trêve sacrée et un concours stéphanite pentétérique, musical, gymnique et hippique, témoignant ainsi à leur bienfaitrice la reconnaissance qu’elle mérite » (trad. G. Rougemont).

17 G. Rougemont, IGIAC, n° 53, lignes 30-34 : « Ils ont envoyé à notre peuple, en qualité d’ambassadeurs, Dèmophôn fils de Lykidès, Philiskos fils de Philios et Phérès fils de Phérès, lesquels, s’étant présentés au Conseil et à l’Assemblée, ont remis un décret des Magnètes et, après avoir rappelé nos liens de parenté et d’amitié… » (trad. G. Rougemont).

18 O. Curty, Les parentés légendaires entre cités grecques, Genève, Droz, 1995 ; E. Stavrianopoulou, « Hellenistic World(s) and the elusive concept of « Greekness », in E. Stavrianopoulou (dir.), Shifting Social Imaginaries in the Hellenistic Period, Leiden-Boston, Brill, 2013, p. 177-205.

19 Le texte parle de dieux communs, lignes 40-42 : « notre peuple, plein de vénération pour les dieux communs aux Magnètes et à lui-même et désireux de fortifier notre attachement aux gens de notre parenté… » (trad. G. Rougemont).

20 La possibilité que les colons originaires d’une même région se soient rassemblés dans le cadre de structures associatives privées est envisageable, mais rien dans la documentation disponible ne permet de le montrer.

21 S. Dufoix, « Des usages antiques de diaspora… », art. cit., p. 30.

22 Ainsi, il nous faudrait déjà préciser la notion même d’hellénisme, entreprise particulièrement complexe. Le terme renvoie à un ensemble de pratiques socioculturelles qui permettaient à des individus de se reconnaître comme parents et membres d’une même communauté, indépendamment de leur identité ethnique et politique. Mais les critères de définition ont varié au cours du temps et il est probable qu’ils n’étaient pas les mêmes pour tous ceux qui se revendiquaient comme des Grecs. En outre, dans les régions qui nous concernent, la situation documentaire est telle qu’il est très difficile d’appréhender les contenus concrets que cette notion pouvait recouvrir pour tous ceux qui se concevaient ainsi. Sur ces questions, cf. notamment J.-M. Luce, Identités ethniques dans le monde grec antique, Pallas 73, Toulouse, PUM, 2007 ; E. Stavrianopoulou (ed.), Shifting Social Imaginaries in the Hellenistic Period, op. cit. ; G. Rougemont, « Grecs et non Grecs dans les inscriptions grecques d’Iran et d’Asie centrale », Studia Iranica 43 (2014), p. 7-39 ; L. Martinez-Sève, « Contacts et échanges culturels à Aï Khanoum : transfert et refus du transfert », in M. Espagne et alii (dir.), Les transferts culturels en Asie centrale, Actes du colloque organisé à Samarcande, 12-14 septembre 2014, sous presse.

23 L. Martinez-Sève, « Les Grecs en Orient : portraits croisés », in P. Rouillard (dir.), Portraits de migrants, Portraits de colons, I, Paris, De Boccard, 2009, p. 129-140 ; L. Martinez-Sève, « Les Grecs d’Extrême-Orient… », art. cit., p. 380-382 ; G. Rougemont, « Les inscriptions grecques d’Iran et d’Asie centrale. Bilinguismes, interférences culturelles, colonisation », Journal des Savants, janvier-juin 2012, p. 3-27 ; G. Rougemont, « Grecs et non Grecs dans les inscriptions grecques d’Iran et d’Asie centrale », Studia Iranica, 43, 2014, p. 7-39 ; L. Martinez-Sève, « Contacts et échanges culturels à Aï Khanoum », art. cit.

24 G. Rougemont, IGIAC, n° 19-27.

25 G. Rougemont, IGIAC, n° 10, voir aussi n° 3 (le document est une lettre royale d’époque parthe qui mentionne des décrets honorifiques votés en l’honneur d’un personnage nommé Hestiaios ; le document est tardif et révèle que la pratique du vote des honneurs s’est perpétuée à Suse longtemps après la fin de la domination séleucide).

26 P. Bernard, O. Bopearachchi, « Deux bracelets grecs avec inscriptions grecques trouvés dans l’Asie centrale hellénisée », Journal des Savants, 2002, p. 248-251.

27 G. Rougemont, IGIAC, n° 32-33.

28 G. Rougemont, IGIAC, n° 151.

29 P. Bernard, « Campagne de fouilles 1975 à Aï Khanoum (Afghanistan) », CRAI, 1976, p. 314-322 ; P. Bernard, « Campagne de fouilles 1976-1977 à Aï Khanoum (Afghanistan) », CRAI, 1978, p. 449-441.

30 S. Veuve, Fouilles d’Aï Khanoum vol. 6 : Le gymnase. Mémoires de la Délégation archéologique française en Afghanistan, vol. 30, Paris, De Boccard, 1987.

31 P. Leriche, J. Thoraval, « Fontaine du rempart de l’Oxus à Aï Khanoum », Syria 56, 1979, p. 171-205.

32 G. Lecuyot, Fouilles d’Aï Khanoum, vol. 9 : L’Habitat, Mémoires de la Délégation archéologique française en Afghanistan, vol. 34, Paris, De Boccard, 2013, p. 6, 30-34, 40-41, 47-48, 59, 76-77, 85-87, 108, 125-128, 194-196.

33 L. M Sverchkov, « The Kurganzol Fortress (on the History of Central Asia in the Hellenistic Era) », Ancient Civilizations from Scythia to Siberia, 14, 2008, p. 123-191 (p. 137).

34 Pour les figurines de terre cuite, L. Martinez-Sève, Les figurines de Suse. De l’époque néo-élamite à l’époque sassanide. Musée du Louvre, département des Antiquités orientales, Paris, Éditions de la Réunion des Musées Nationaux, 2002.

35 L. Robert, « Une bilingue gréco-araméenne d’Asoka, II, Observations sur l’inscription grecque », Journal Asiatique, 1958, p. 8-12 ; L. Robert, « Une nouvelle inscription grecque d’Asoka », CRAI, 1964, p. 135-136 (G. Rougemont, IGIAC, n° 82-83) ; W. Clarysse, D. J. Thompson, « Two Greek Texts on Skin from Hellenistic Bactria », Zeitschrift für Papyrologie und Epigraphik 159, 2007, p. 273-274 (G. Rougemont, IGIAC, n° 93). Cf. aussi G. Rougemont, IGIAC, p. 206-207 pour les inscriptions d’Aï Khanoum.

36 En dernier lieu, B. Lyonnet, « La céramique de la maison du quartier sud-ouest d’Aï Khanoum », in G. Lecuyot, Fouilles d’Aï Khanoum, vol. 9 : L’Habitat…, op. cit., p. 179-191, avec la bibliographie plus ancienne.

37 S. Dufoix, « Des usages antiques de diaspora… », art. cit., p. 30.

38 I. Malkin, A Small Greek World : Networks in the Ancient Mediterranean, Oxford, Oxford University Press, 2011 ; P. Horden, N. Purcell, The corrupting Sea : A Study of Mediterranean History, Oxford, Willey, 2000.

39 G. Rougemont, IGIAC, n° 97.

40 G. Rougemont, IGIAC, n° 53, lignes 64-68 : « d’envoyer à Magnésie des théores avec pour mission de sacrifier à Artémis Leukophryènè pour le salut du roi et de nos deux cités ; que soit versée à ces théores, sur les fonds publics, une indemnité de déplacement du montant que le peuple fixera par décret, le jugeant suffisant et convenable pour notre cité », (trad. G. Rougemont).

41 P. Bernard, « La campagne de fouille de 1970 à Aï Khanoum (Afghanistan) », CRAI, 1971, p. 411 ; P. Monsieur, R. Boucharlat, E. Haerinck, « Amphores grecques timbrées découvertes à Suse (SO Iran) », Iranica Antiqua, 46, 2011, p. 161-192.

42 L. Martinez-Sève, Les figurines de Suse…, op. cit. ; L. Martinez-Sève, « Les figurines de Masjid-i Soleiman et les relations entre Suse et l’Élymaïde », Parthica 6, 2004, p. 179-201.

43 G. Rougemont, IGIAC, n° 84.

44 S. Dufoix, « Des usages antiques de diaspora… », art. cit., p. 30.

45 P. Gilroy, L’Atlantique noir. Modernité et double conscience, Paris, Amsterdam Éditions, 2010 [1993 pour l’édition en anglais, trad Charlotte Nordmann] ; S. Hall, « Identité culturelle et diaspora (1989) », in S. Hall, Identités et cultures. Politiques des Cultural Studies, Paris, Amsterdam Éditions, 2008, p. 227-241.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Figure 1. carte de la Basse Mésopotamie et du Golfe Persique
Crédits (© fond de carte Martin Sauvage, CNRS UMR 3225, carte L. Martinez-Sève)
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/300/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 404k
Titre Figure 2. carte de l’Asie centrale
Crédits (© L. Martinez-Sève)
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/300/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 336k
Titre Figure 3. plan d’Aï Khanoum
Crédits (© J.-C. Liger, DAFA / G. Lecuyot, UMR AOROC 8546)
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/300/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 420k
Titre Figure 4. Base des maximes de Delphes avec la dédicace de Cléarque Al Khanoum
Crédits © photographie Paul Bernard.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/300/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 288k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laurianne Martinez-Sève, « Les Grecs de l’Extrême-Orient hellénistique constituaient-ils une diaspora ? », Diasporas, 23-24 | 2014, 50-65.

Référence électronique

Laurianne Martinez-Sève, « Les Grecs de l’Extrême-Orient hellénistique constituaient-ils une diaspora ? », Diasporas [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://diasporas.revues.org/300 ; DOI : 10.4000/diasporas.300

Haut de page

Auteur

Laurianne Martinez-Sève

Laurianne Martinez-Sève est professeure d’histoire grecque à l’Université Lille 3, membre de l’UMR 8164 Halma-Ipel. Spécialiste de l’époque hellénistique et du royaume séleucide, elle s’intéresse plus particulièrement aux espaces iraniens (Iran du Sud-Ouest et Asie centrale). Elle est membre de la Mission Archéologique Franco-Ouzbèke de Sogdiane et participe à la publication des fouilles d’Aï Khanoum (Afghanistan). Elle a récemment fait paraître L’Atlas du monde hellénistique. Pouvoir et territoires après Alexandre le Grand (Paris, Autrement, 2014).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org