Navigation – Plan du site
Retour au temps long

Du poids des mots

The Weight of Words
Stéphane Dufoix
p. 12-29

Résumés

L’attention aux mots n’est pas une nouveauté dans les sciences sociales. Pourtant, bien souvent, cette prise en compte soit demeure superficielle soit considère que les mots ont une histoire qu’il serait possible de retracer. Dans cet article, nous montrerons qu’il est possible de voir les choses autrement et de proposer à partir de trois exemples (diaspora, mondialisation et communautarisme) une approche différente – la socio-sémantique historique – dans laquelle l’étude historique des usages politiques, sociaux, journalistiques et académiques des mots est associée à l’analyse du rôle que jouent les mots dans la fabrication de la réalité. Loin de n’être que des mots, ils peuvent acquérir, par la répétition de leurs usages ou par l’importance qui leur est accordée à un moment donné, un poids tout à fait significatif qui s’impose au plus grand nombre et transforme ainsi notre manière d’appréhender la réalité.

Haut de page

Dédicace

À la mémoire de Thierry Aprile

Texte intégral

  • 1 Everett Hughes, « Qu’y a-t-il dans un nom ? » (1952), in id., Le regard sociologique. Essais choisi (...)
  • 2 Alfred Métraux, Le vaudou haïtien, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1958, p. 127.

1Il existe un pouvoir, et même une magie des mots. De nombreux textes de philosophes ou de chercheurs en sciences sociales, plus que de linguistes semble-t-il d’ailleurs, insistent sur ce point. Le plus important, et le plus intéressant, n’est cependant pas là. En effet, si magie il y a, quelle est-elle ? Où réside-t-elle ? Comment opère-t-elle ? Et quels sont ses effets ? Comme l’écrivait le sociologue américain Everett Hugues, « il existe en effet une magie des noms. En tant que chercheurs en sciences sociales et en tant que citoyens, il nous appartient de comprendre quand et comment fonctionne cette magie »1. Certains mots sont en effet « chargés d’une grande puissance évocatrice »2 pour reprendre la formule d’Alfred Métraux à propos de « vaudou ». Il semble pourtant impossible de s’en tenir là.

  • 3 Charles Kay Ogden and Ivor Armstrong Richards, The Meaning of Meaning : A Study of the Influence of (...)
  • 4 Ibid., p. 243-244.

2Tout d’abord, constater ces pouvoirs ne signifie pas nécessairement les accepter. Certains en déplorent l’existence, ou plus exactement la persistance. Dans leur ouvrage The Meaning of meaning, dont la première édition date de 1923, Ivor Armstrong Richards et Charles Kay Ogden – ce dernier étant par ailleurs le traducteur anglais du Tractatus Logico-Philosophicus de Wittgenstein – appellent word-magic la croyance dans la consubstantialité du mot et de sa signification3. Comme ils l’écrivent, il s’agit de « la théorie magique selon laquelle le nom fait partie de la chose, la théorie selon laquelle il existe un lien inhérent entre les symboles et les référents. En pratique, cet héritage conduit à rechercher le sens des mots »4.

  • 5 Confucius, Analectes, XIII, 3, traduction de Séraphin Couvreur, cité in Philippe Pelletier, L’Extrê (...)
  • 6 Le lien entre les Analectes et le Cratyle est souvent fait. Voir notamment François Jullien, L’inve (...)
  • 7 Albert Camus, « Sur une philosophie de l’expression » (1944), in id., Œuvres complètes, tome I, Par (...)

3Une troisième dimension de la question consiste à postuler que cette magie existe bel et bien mais qu’elle est perturbée par la tendance au désajustement entre les noms et leurs référents. Il devient alors nécessaire de procéder à la rectification des noms (en chinois zhengming) comme on peut le lire dans les Analectes de Confucius (vsiècle avant l’ère chrétienne) : « Si les noms ne sont pas ajustés, le langage n’est pas adéquat. Si le langage n’est pas adéquat, les choses ne peuvent être nommées à bien… »5. Cette rectification est relative à des enjeux semblables à ceux qu’examine Platon au ivsiècle avant l’ère chrétienne quand il pose la question de la « rectitude des mots » (orthotès onomatôn) qui est l’objet – et le sous-titre – du Cratyle de Platon dans lequel ce dernier met en tension le réalisme de Cratyle pour lequel le nom est la chose et le conventionnalisme d’Hermogène pour qui les noms n’ont aucun rapport direct avec la réalité puisqu’ils sont le produit d’un accord entre les locuteurs6. Si Socrate refuse de trancher entre Cratyle et Hermogène, il estime en revanche qu’il est possible que les mots soient mal établis et qu’il est alors fondamental de les rectifier. On retrouve la même idée dans la fameuse phrase, souvent mal citée, d’Albert Camus pour qui « mal nommer un objet, c’est ajouter au malheur de ce monde…. »7. Mal nommer un objet… C’est déjà considérer que l’objet est premier.

4Toutefois, il n’est pas obligatoire de postuler l’existence d’un quelconque réalisme linguistique – qu’il s’agisse de le déplorer ou de vouloir rétablir la correspondance – pour malgré tout accorder de l’importance aux mots tels qu’il se présentent à nous et tels que nous les utilisons. Ensuite, constater leurs pouvoirs ne signifie pas non plus y voir la simple magie du mot à la manière d’un cratylisme forcené qui verrait dans sa graphie même, et dans la combinaison de ses lettres, la vérité de la chose qu’il décrit et dénote, mais bien plutôt dans l’évolution de son utilisation, dans sa lourdeur sémantique ou dans un ensemble de conditions sociales présidant à son efficacité. La confiance en l’étymologie – qui signifie en grec ancien la science du vrai, tó étumon – cède alors le pas à la prise en considération des usages pragmatiques des mots et de la manière dont leur capacité à agir sur la réalité n’est pas enchâssée dans la trame de leurs lettres mais dans la compétence inégalement distribuée à faire croire que les noms se contentent de représenter des choses et qu’ils n’en sont en définitive que l’habillage extérieur.

5Se donner pour objectif l’étude de l’histoire d’un mot suppose de se positionner implicitement du côté du conventionnalisme et du nominalisme. À quoi bon faire l’histoire d’un mot qui ne serait que le reflet d’une essence antérieure et supérieure ? Par ailleurs, si, comme le prétend le réalisme linguistique, le mot se contente de décrire le référent (la chose en question), l’histoire des transformations du référent est plus pertinente que celle du mot. Pourtant, au-delà de l’évidence, l’ambition épistémologique d’une histoire de mot n’est pas aussi simple qu’elle ne le paraît de prime abord, comme je souhaiterais le montrer en m’appuyant sur différentes études de socio-sémantique historique menées au cours des dernières années.

Les mots ont-ils une histoire ? Si oui, laquelle ?

6L’attention aux mots ou aux concepts et à leurs usages est encore loin d’être devenue une pratique académique courante dans les sciences sociales, françaises comme étrangères. Plus exactement, elle se limite fréquemment à quelques lignes ou quelques paragraphes dans une étude plus longue, rappelant l’étymologie, la formation du terme en question ou bien son sens initial avant de passer à l’étude du phénomène en tant que tel. Pourtant, c’est bien en France, et principalement dans le domaine historiographique, que l’étude historique du vocabulaire a pris forme et s’est développée, même si cela n’a guère encore donné naissance à une tradition consciente de ses fondations.

  • 8 Numa Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l’ancienne France, vol. 4 L’alleu (...)
  • 9 Certes, les mots sont, pour Fustel, des faits, mais il évoque constamment la question de leur usage (...)
  • 10 Marc Bloch, « Fustel de Coulanges, historien des origines françaises », L’Alsace française, XIX, 19 (...)
  • 11 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1993 (1ère éd. (...)
  • 12 Ibid., p. 143.

7C’est sans doute chez Numa Fustel de Coulanges qu’il faut d’abord aller chercher le recours au vocabulaire à des fins de démonstration historique. Le vocabulaire étant souvent tout ce qu’il reste du passé ancien, « ces études de mots ont une grande importance. Un terme mal interprété peut être la source de grandes erreurs. [….] Il y a une grande imprudence à bâtir tout un système sur un mot dont on n’a pas étudié le sens »8. Étudier le sens ne veut pas dire ici trouver la chose, et une seule chose sous le mot, mais être capable, par l’étude des différentes occurrences de la même époque, de connaître en quel sens le mot est utilisé, sa provenance, sa plus ou moins grande nouveauté ou son évolution, etc.9 Cette attention à la nomenclature est poursuivie par Marc Bloch pour qui la linguistique historique doit permettre de scruter le langage des hommes et d’étudier la façon dont les mots, les « traîtres mots » comme il l’écrit dans un article sur Fustel de Coulanges, évoluent10. Apologie pour l’histoire consacre d’ailleurs une section entière à la question de la nomenclature11. Là encore, « un mot vaut beaucoup moins par son étymologie que par l’usage qui en est fait » et il se faut se méfier des « effluves émotives dont tant de ces noms nous arrivent chargés »12.

  • 13 Lucien Febvre, « Frontière : le mot et la notion », Bulletin du Centre international de synthèse, X (...)
  • 14 Lucien Febvre, « Honneur et Patrie », Paris, Pocket, coll. « Agora », 2001 (1ère édition française (...)
  • 15 Lucien Febvre, « Civilisation. Évolution d’un mot et d’un groupe d’idées », art. cit., p. 481.
  • 16 Lucien Febvre, « Honneur et Patrie », op. cit., p. 52.
  • 17 Ibid., p. 34.
  • 18 Ibid., p. 64.
  • 19 Ibid., p. 63.

8Toutefois, et c’est ce qui distingue la linguistique historique de la sémantique historique, l’appui sur le langage voire le souci de ne pas verser dans l’anachronisme, n’implique pas de faire de l’étude d’un mot l’objet même de la recherche. C’est en revanche ce à quoi s’attelle l’historien Lucien Febvre à partir de la fin des années 1920 lorsqu’il rédige plusieurs études, plus ou moins longues, sur des termes comme frontière et civilisation13 avant de consacrer deux des cours qu’il donne au Collège de France (en 1945-1946 et en 1947) à l’examen historique de la formule « Honneur et patrie »14. C’est à Febvre que l’on doit l’idée selon laquelle « faire l’histoire d’un mot, ce n’est jamais perdre sa peine. Bref ou long, monotone ou varié, le voyage est toujours instructif »15. À partir de la lecture d’« Honneur et Patrie », on peut mettre en évidence quelques principes essentiels d’une sémantique historique. En premier lieu, il faut se méfier des mots : « Les mots… Rien qui nous trompe plus ; rien de plus mystérieux que leur action et leur pouvoir »16. Deuxièmement, il importe de ne pas s’attacher outrageusement à la première occurrence : « Pour l’historien, un mot ne date pas toujours, ne date pas nécessairement de sa première apparition dans un texte […] Toute langue compte des mots, en nombre et importants, qui ont mis des décades parfois, sinon des siècles, à se charger de sens »17. Ensuite, il est nécessaire de saisir le ou les mots étudiés en même temps que ceux qui s’y opposent ou avec lesquels il(s) fonctionne(nt), que ce soit celui qui s’y oppose le plus ou celui qui l’accompagne souvent : « C’est une grande illusion, c’est une grande faiblesse que de considérer les mots en eux-mêmes »18. Enfin, et ce n’est pas le moins important, Febvre souligne l’intérêt qu’il y a à se départir de la définition théorique pour se concentrer sur les usages des mots : « Il faut que nous le sachions, pour notre travail, pour notre vie aussi peut-être. La définition théorique ne peut qu’être en dehors d’une étude d’historien. [Une] définition théorique n’est rien. L’histoire du mot, si [elle est] faite avec précaution, est beaucoup »19.

  • 20 Alain Rey, « Révolution ». Histoire d’un mot, Paris, Gallimard, 1989.
  • 21 Jean Starobinski, Action et réaction. Vie et aventure d’un couple, Paris, Seuil, 1999.
  • 22 Ibid., p. 63.

9Cependant, écrire l’histoire du mot présente au moins deux ambiguïtés notables. D’une part, cela laisse à penser que les mots en tant que tels ont une histoire, alors que seuls leurs usages en ont une. Même les études les plus élaborées peuvent laisser cette impression à la lecture : c’est ce qui ressort par exemple de l’ouvrage d’Alain Rey sur l’histoire du mot révolution20 et du travail de Jean Starobinski sur l’histoire du couple linguistique action-réaction21. D’autre part, la concentration sur le seul mot risque de faire perdre de vue le pouvoir social qui peut être associé à l’usage de certains d’entre eux. C’est la raison pour laquelle Marcel Mauss prend ses distances avec les philologues ayant travaillé sur la question de la prière, estimant qu’« ils cherchaient plutôt à déterminer le sens des mots que prononce le fidèle, plutôt qu’à en expliquer l’efficacité »22. Pour Mauss, c’est cette efficacité de certains mots, de certaines séquences de mots, de certaines formules, qu’il s’agit de comprendre, non pas en partant du principe que ces mots précis détiennent en eux-mêmes un pouvoir, mais en expliquant comment ils en ont acquis un socialement par le pouvoir de l’institution ainsi que par l’autorité de ceux qui les prononcent. Pour autant, il ne s’agit pas de postuler que cette magie ou cette puissance évocatrice réside dans le mot lui-même, comme enchâssée en lui. Cette force est socialement ancrée, dans la croyance dans la neutralité du langage mais aussi dans la capacité d’imposition sémantique, c’est-à-dire de participation à la construction du monde des objets, dont disposent certains types de locuteurs – chercheurs, journalistes, intellectuels, hommes politiques.

Principes d’une socio-sémantique historique

  • 23 La serendipity – en français sérendipité – désigne le caractère inattendu ou accidentel d’une décou (...)

10Pour trouver des exemples d’études académiques relatives aux mots et ne semblant pas leur donner une existence autonome, il faut se tourner vers d’autres approches. L’une d’entre elles, rare il est vrai, relève de la sociologie sémantique. En tout cas, c’est ainsi que les sociologues Robert K. Merton et Elinor Barber nomment la perspective avec laquelle ils ont étudié, au cours des années 1950, l’évolution des usages du terme serendipity23. Dans cet ouvrage, ils entreprennent de suivre la manière dont le mot – imprimé pour la première fois en 1833 – fait ensuite son entrée dans plusieurs milieux sociaux et connaît ainsi, à chacune de ces entrées, un changement sémantique. Initialement réduit aux cercles littéraires, il passe dans le monde scientifique au cours des années 1930 avant d’être importé dans celui des sciences sociales par Merton lui-même via ses études de sociologie de la science. Dans l’optique de ce travail, il ne s’agit pas ici de simplement constater l’apparition du terme, mais de tenter de comprendre le processus de diffusion d’un milieu à un autre, l’acceptation du terme par les membres de ce milieu ainsi que la modification sémantique qui en résulte.

  • 24 Quentin Skinner, Les fondements de la pensée politique moderne, Paris, Albin Michel, 2001 (1ère édi (...)
  • 25 Le Dictionnaire est publié chez Ernst Klett-J.G. Kotta, Stuttgart, sept volumes, 1972-1997.
  • 26 En français, voir notamment Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des te (...)
  • 27 À deux reprises, Koselleck a consacré un article aux relations entre ces deux courants historiques. (...)

11Un autre domaine historiographique proche concerne moins l’étude de tel ou tel mot que la mise en place de méthodes visant à explorer le langage d’une époque. Dans les années 1970, ce que l’on appelle l’École de Cambridge, sous l’impulsion des travaux des historiens Quentin Skinner et John Pocock, développe une histoire des idées accordant une importance fondamentale non seulement aux textes mais à leur sens replacé dans le contexte de l’époque24. C’est ainsi une confrontation du texte et du contexte qui permet à Skinner de tenter de comprendre le sens du texte au moment où il est écrit ainsi que l’intention de son auteur, et à Pocock d’identifier plutôt les ressources linguistiques dont le ou les auteurs peuvent disposer à ce moment-là. Dans un cas comme dans l’autre, ils envisagent l’usage des mots et des notions dans la synchronie et non dans la diachronie. Presque en même temps, l’entreprise allemande d’histoire des concepts connue sous le nom de Begriffsgeschichte envisage les choses différemment. Ce courant s’est développé à partir du projet éditorial de rédaction, entre 1972 et 1997, d’un gigantesque dictionnaire historique conceptuel intitulé Geschichtliche Grundbegriffe. Historisches Lexikon zur politisch-sozialer Sprache in Deutschland (Les concepts fondamentaux en histoire : dictionnaire historique de la langue sociopolitique en Allemagne), dont les responsables scientifiques étaient les historiens Otto Brunner, Werner Conze et surtout Reinhart Koselleck25. Ce dernier développe dans ses propres écrits une attention particulière à une époque donnée, qu’il nomme le Sattelzeit (époque charnière) et qui s’étend entre 1750 et 185026. L’histoire des concepts qu’il entreprend se différencie de l’histoire des idées traditionnelle en ce qu’elle historicise l’usage même des mots, devenant ainsi une alliée incontournable de l’histoire sociale27.

  • 28 Pour une confrontation entre les approches de l’École de Cambridge et celle de la Begriffsgeschicht (...)

12Conçues de manière totalement séparée, les deux entreprises que constituent l’École de Cambridge et la Begriffsgeschichte se ressemblent en partie, notamment par l’importance que leurs représentants accordent à la nécessité d’étudier les catégories mentales et linguistiques de l’époque considérée pour ne pas verser dans l’anachronisme. C’est par l’historicisation des termes utilisés, mais aussi de leur sens d’alors, que peut s’envisager une compréhension précise des idées de l’époque sans y imputer le sens que nos catégories contemporaines leur donneraient spontanément28. Pour autant, cela ne signifie pas que ces deux approches sont identiques. Elles se distinguent en particulier par leur but. Là où l’École de Cambridge cherche à rendre compte de la singularité des usages au regard des intentions des auteurs ou des structures linguistiques de l’époque, la Begriffsgeschichte envisage leur profondeur historique.

  • 29 L’accomplissement le plus significatif de l’ADH est le Dictionnaire des usages socio-politiques (17 (...)
  • 30 Jacques Guilhaumou, Discours et événement. L’histoire langagière des concepts, Besançon, Presses un (...)
  • 31 Outre les travaux de Jacques Guilhaumou, notamment son Sieyès et l’ordre de la langue. L’invention (...)
  • 32 Les travaux d’Alice Krieg-Planque et de Marie-France Piguet sont indiscutablement moins étroitement (...)

13Une dernière approche significative est une approche française, celle de l’analyse de discours du côté de l’histoire (ADH). Héritière de la tradition de lexicologie historique de l’ENS-Saint Cloud, elle se concentre essentiellement sur la période historique de la Révolution française29. Pour son principal représentant, l’historien et linguiste Jacques Guilhaumou, ces travaux relèveraient avant tout de l’histoire linguistique30. Ce tropisme a pour conséquence que, en dépit de la qualité de nombre des travaux issus de l’ADH31, ils restent souvent étroitement dépendants du corpus, privilégiant ainsi, à de rares exceptions près32, l’étude exhaustive du mot, de l’expression ou de la formule choisie à l’intérieur d’un texte ou d’un ensemble de textes au détriment soit de son extension, soit des circulations d’un texte à l’autre, soit des évolutions de long terme.

  • 33 Sur la socio-sémantique historique, je me permets de renvoyer à Stéphane Dufoix, La Dispersion. Une (...)

14La perspective que je défends ici emprunte certains éléments à chacune de ces approches mais s’en dissocie également par d’autres aspects. Faute d’un autre terme, je lui ai donné le nom de socio-sémantique historique33 pour mettre l’accent sur les trois dimensions qui me paraissent les plus importantes. Tout d’abord, l’historicité est ici conçue non comme une simple contextualisation, mais comme l’analyse d’une évolution sur le temps long, évolution du sens et des types d’usage des termes considérés. Ensuite, cette évolution ne s’inscrit pas dans une simple « histoire de mot » où des logiques internes présideraient à son évolution, mais bien à l’intérieur de conditions de possibilité – sociales, politiques, intellectuelles – de ces usages. Enfin, ce type d’analyse tente de ne pas se limiter à cette approche généalogique et de saisir également les effets sociaux produits par ces différents usages, et en particulier la manière dont certains termes ou certaines expressions en viennent à participer activement à la construction de la réalité, en produisant des groupes ou des catégories, en orientant les termes du débat par son usage polémique ou bien encore en devenant un mot-cliché dont l’apparente neutralité ou transparence cache l’efficacité. Même la Begriffsgeschichte et la sémantique sociologique, pourtant l’une et l’autre attentives à la façon dont le langage influe sur la vie sociale, ne prennent pas vraiment en compte cette dimension.

15La socio-sémantique historique repose sur trois principes épistémologiques principaux. Le premier est le principe d’impartialité, à savoir le refus de prendre position sur le sens « réel » du mot en question pour se donner les moyens de saisir l’horizon le plus large possible des usages sans postuler que certains d’entre eux seraient légitimes tandis que d’autres seraient aberrants ou incorrects. Le deuxième principe est celui d’une historicité longue, idéalement sur toute la période d’usage du mot considéré. Cela permet tout à la fois de se défier des évidences et de considérer par exemple que la naissance d’un terme est à chercher du côté de sa popularisation ou de son entrée dans un dictionnaire, mais aussi de saisir les conditions de possibilité de sa popularisation, de comprendre pourquoi il « prend » au moment où il « prend ». De la sorte, il devient possible d’aller au-delà d’une simple analyse interne des usages ou d’une référence trop générale au contexte, afin d’identifier en amont les conditions sociales, intellectuelles, politiques, discursives, d’un changement de sens ou d’une installation pérenne dans un lexique et, en aval, les effets politiques, sociaux, intellectuels et discursifs de cette imposition.

  • 34 Ernst Cassirer, « Le langage et la construction du monde des objets (1933) », in id., Essais sur le (...)
  • 35 Ludwig Wittgenstein, Le Cahier bleu et le cahier brun, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1965 (1ère (...)
  • 36 Ludwig Wittgenstein, Recherches philosophiques, Paris, Gallimard, 2004 (1ère édition britannique 19 (...)

16Le troisième principe est sans doute le plus fondamental. Il concerne la prise en compte des modalités par lesquelles le langage – et surtout l’usage du langage – contribue à produire la réalité sociale. On en trouve notamment la trace dans les écrits d’Ernst Cassirer dans les années 193034. La mise en pratique de cette importance sociologique du langage impose un point de départ capital : le refus du substantialisme des termes et, corrélativement, l’obligation de chercher leurs sens dans leurs usages ainsi que dans les effets qu’ils produisent. Ce refus de l’essence et cette valorisation de l’usage s’appuient notamment sur une partie des travaux du philosophe Ludwig Wittgenstein, en particulier le Cahier bleu (1933-1935) et les Recherches philosophiques (publiées en 1953). Pour Wittgenstein, l’interrogation sur le sens d’un mot achoppe généralement sur l’existence d’un référent réel, ce qu’il considère comme l’une des sources principales de l’erreur philosophique, la recherche d’« une substance qui réponde à un substantif »35. Loin du cratylisme linguistique défendant l’idée d’une correspondance entre la forme du nom et les propriétés de la chose qu’il décrit, Wittgenstein postule au contraire l’existence de conventions par lesquelles un sens est donné au mot. Il s’ensuit que « la signification d’un mot est son emploi dans le langage »36.

  • 37 John L. Austin, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil, coll. « Points-Essais », 1970 (1ère édition (...)
  • 38 Ibid., p. 64-65.

17Cet accent mis sur l’usage ne dissocie pas le sens et le référent. Il postule un lien complexe entre les deux en coupant la possibilité d’une relation simple et unilatérale allant de la chose au mot. Il invite même à penser son renversement, du mot à la chose, du dire au faire. C’est chez le philosophe britannique John Austin que l’on trouve une description de cette possibilité du langage, qu’il nomme la performativité. Dans les conférences qu’il prononce à l’université d’Harvard en 1955, Austin différencie deux types d’actes de discours : les énoncés constatifs (les affirmations) et les énoncés performatifs (ceux qui font quelque chose en le disant)37. Les performatifs ne sont pas vrais ou faux ; ils sont seulement heureux ou malheureux selon les circonstances – et notamment selon le caractère approprié ou non de la personne qui parle et confère ainsi à la parole prononcée le pouvoir38.

  • 39 Pierre Bourdieu, « L’identité et la représentation » (1980), repris in id., Langage et pouvoir symb (...)
  • 40 John L. Austin, Quand dire, c’est faire, op. cit., p. 153-164.

18La thèse d’Austin a souvent été reprise par des sociologues, en particulier par Pierre Bourdieu. Pourtant, ce dernier tend à définir la performativité comme étant la capacité de certains discours à faire exister ce dont ils parlent. Il écrit ainsi que « le discours régionaliste est un discours performatif, visant à imposer comme légitime une nouvelle définition des frontières et à faire connaître et reconnaître la région ainsi délimitée contre la définition dominante et méconnue comme telle, donc reconnue et légitime, qui l’ignore »39. Si le processus ainsi mis en évidence est une réalité sociologique, il me semble toutefois que c’est l’usage de l’adjectif performatif qui est ici erroné. En effet, chez Austin, performatif renvoie au fait de réaliser (perform) ce que l’acte dit et cette réalisation s’accomplit non à travers des noms (comme région) mais à travers des verbes (comme déclarer). La douzième conférence d’Austin distingue cinq classes d’énonciations et chacune d’entre elles ne comporte que des verbes40. Il est tout à fait clair que, pour lui, cette capacité d’agir (perform) est associée à des verbes et non à des substantifs.

19Comment présenter alors les propriétés sociales d’un discours qui crée l’objet dont il parle tout en se donnant l’apparence de la simple constatation ? Comment nommer la faculté qu’acquièrent socialement – en particulier par la force d’institution accordée au langage utilisé par les détenteurs d’une parole autorisée, mais aussi par la force que peut acquérir le mot lui-même au cours de sa diffusion dans des milieux sociaux trouvant dans ce mot un moyen de décrire une expérience vécue, une forme de division du monde ou une identité jusque-là innomée ou mal nommée – certains discours qui prescrivent en prétendant décrire ? Plutôt que d’utiliser performativité, je préfère désormais évoquer la formativité d’un terme pour laisser à performativité la description des cas dans lesquels c’est le verbe prononcé qui agit. La formativité inclut bel et bien une action, par laquelle l’usage du terme crée ou contribue à créer un groupe ou une entité, mais cette action se prolonge souvent dans le temps par la constitution de porte-parole, par l’objectivation linguistique, politique ou juridique, par la reconnaissance médiatique ou académique, ainsi que par la progressive évidence que prend l’existence de l’entité ainsi produite.

  • 41 Voir Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Essais », 1992 ( (...)
  • 42 Luc Boltanski, De la critique, Paris, Gallimard, 2009, p. 121-126. Il est à noter que Luc Boltanski (...)

20Ainsi considéré, le langage détient un pouvoir certain, une capacité non à décrire le monde tel qu’il serait mais à contribuer à le produire41. Le double processus associant la formativité et la négation concomitante de sa magie sociale assure tout à la fois le pouvoir de ceux qui tiennent les mots et en décident du sens, et la stabilité du monde. Comme l’écrit Luc Boltanski, c’est autour de la sécurité sémantique que se joue la force des institutions, ce qui n’interdit nullement la remise en cause de cette sécurité par la défense d’autres définitions alternatives d’un même terme42. La violence symbolique associée à l’imposition du sens et de la valence du mot réside moins dans l’énonciation explicite de sa définition que dans sa transparence, dans son implicite évidence. Le sens s’impose sans l’aide d’une définition stricte, au profit d’une grande attention aux valeurs, positives ou négatives, qui lui sont associées. Si la réponse à la question « Qu’est-ce que ? » est fondamentale, c’est le plus souvent le cas pour les détracteurs de la vision officielle, pour ceux qui souhaitent offrir du même mot ou de la même notion une vision ou une définition alternative.

Les leçons de trois études

  • 43 Stéphane Dufoix, La Dispersion. Une histoire des usages du mot diaspora, op. cit.
  • 44 Stéphane Dufoix, « Les naissances académiques du global », in Stéphane Dufoix et Alain Caillé (dir. (...)
  • 45 Stéphane Dufoix, « Naissances du communautarisme », texte inédit rédigé dans le cadre d’une bourse (...)

21Les études réalisées sur l’évolution des usages de trois termes qui, à des degrés divers, touchent à la question de l’immigration et de l’altérité – diaspora43, globalisation44 et communautarisme45– permettent de mieux saisir quels peuvent être les enjeux empiriques – et non plus seulement épistémologiques – d’une socio-sémantique historique. Dans ces trois cas se posent des problèmes différents et des enjeux singuliers. Diaspora présente ainsi la particularité d’être un mot grec très ancien, forgé il y a 2 300 ans dans le cadre de la traduction en grec du texte sacré des Hébreux – traduction connue sous le nom de Bible des Septante – et devenu depuis une trentaine d’années un concept très présent dans les sciences sociales contemporaines au point qu’il est souvent considéré comme l’un des termes qui permet le mieux de prendre en compte les caractéristiques de l’ère de la globalisation. Mot dont les sens étaient largement religieux jusqu’au début du xxsiècle, diaspora a depuis acquis une valeur sociale, culturelle et politique indéniable.

22Bien que de création plus récente puisqu’il ne fait son apparition en français qu’au milieu du xixsiècle, communautarisme est également un terme dont le sens et la valence changent. Jusqu’à la fin des années 1980, il ne désigne la plupart du temps que des régimes politiques où cohabitent de manière officielle des groupes ethniques ou religieux. Il est depuis devenu un terme courant du vocabulaire politique français puisqu’il évoque depuis le début des années 1990 tout discours, action ou revendication dont les fondements relèveraient de l’appartenance à un groupe (sexué, sexuel, religieux, régional, ethnique, racial, linguistique…) et entreraient ainsi en contradiction avec les idéaux universalistes du cadre républicain français. Communautarisme se caractérise par sa capacité à toujours désigner les idées ou les actions à qui l’on refuse l’accès à l’espace républicain puisqu’elles en sont exactement l’envers. Il s’ensuit que rares sont ceux qui revendiquent pour eux-mêmes cette catégorisation, au point que depuis une dizaine d’années – et de plus en plus fréquemment – on note l’émergence d’un usage renversé de communautarisme par ceux-là mêmes qu’il vise généralement à stigmatiser : l’universalisme républicain ne serait lui aussi qu’un communautarisme majoritaire (blanc, masculin, hétérosexuel, catholique).

23Enfin, globalisation ou mondialisation sont des termes qui, là aussi, comme diaspora et communautarisme, sont apparemment transparents et parlent tout seuls. Dans le sens commun politique et médiatique, ils désignent la plupart du temps soit un processus facilement identifiable, généralement associé à la libéralisation économique, soit une époque de l’histoire du monde – en l’occurrence l’époque actuelle – caractérisée par l’intensification des échanges et des relations par-delà les frontières.

24Il est impossible dans le seul cadre de cet article de développer en détail tous les éléments entrant en compte dans l’étude sociologique, historique et sémantique des trois termes que nous avons évoqués. Cependant, ils permettent de circonscrire un espace de questions qui peuvent venir guider le chercheur quel que soit le mot considéré. La plupart du temps, ces questions se présentent comme autant de précautions.

  • 46 Lucien Febvre, « Honneur et Patrie », op. cit., p. 34.
  • 47 Ibid., p. 35.

25Le premier ordre de précautions concerne le projet même d’une étude de ce genre. L’ambition d’écrire l’histoire complexe des usages d’un terme dans une perspective qui ne soit pas uniquement synchronique se heurte à plusieurs problèmes dont la prise en compte permet de préciser les tensions épistémologiques inhérentes à ce type de projet, tensions qu’il s’agit moins de résoudre que de transformer en enjeux mêmes de la recherche. Le principal problème est celui de la chasse aux premières occurrences. A posteriori, il s’agit d’une dimension tout à fait paradoxale. Il semble en effet logique de postuler qu’il faut commencer par le début ; pour autant, cela signifie-t-il qu’on a vraiment découvert quelque chose dès lors qu’on a trouvé le « point de départ » ? Comme l’écrit Lucien Febvre, « pour l’historien, un mot ne date pas toujours, ne date pas nécessairement de sa première apparition dans un texte […] Toute langue compte des mots, en nombre et importants, qui ont mis des décades parfois, sinon des siècles, à se charger de sens »46. Plus loin, il évoque à propos de patrie la question du « sens véritable », c’est-à-dire « celui que nous lui donnons aujourd’hui encore, au terme d’une longue évolution »47. Quel sens faut-il alors chercher ? Le premier ou le véritable ? J’ai indiqué plus haut qu’il était nécessaire de sortir de la question du véritable sous peine de relire l’histoire des usages en distribuant les bons et les mauvais points. Cela ne signifie pas pour autant que le premier usage recèle une quelconque vérité sur le mot. Diaspora dans la Septante est un terme dont le sens est non seulement religieux mais eschatologique : il désigne la punition divine qui attend les Hébreux s’ils ne respectent pas les commandements de leur dieu. Il semble difficile d’y lire la vérité d’un terme qui, aujourd’hui, peut par exemple venir désigner l’existence d’une communauté d’expatriés faisant l’objet d’une politique spécifique de la part d’un État. L’un des premiers usages de communautarisme en français a trait au fait d’être ensemble, et donc à la formation d’une communauté par la volonté et non à la préexistence d’une communauté fondée sur le partage de caractéristiques préalables. De même, mondialisation en français désigne en 1949 non un processus mondial de mise en relation économique ou culturelle, mais un militantisme local affirmant l’appartenance d’une municipalité au monde dans son ensemble.

26Que faire de ce constat empirique d’évolutions sémantiques importantes ? Il peut être tentant de considérer qu’il s’agit en fait d’histoires complètement distinctes les unes des autres et qu’il faut précisément étudier chacune d’entre elles dans sa singularité. Il me semble au contraire qu’il est nécessaire de pouvoir rendre compte de ces transformations. Cependant, cela implique deux choses. La première consiste à renoncer à l’établissement d’une chronologie globalement linéaire à partir d’un point identifiable dans le temps, voire d’un auteur ou d’une situation qui fonctionnerait comme le déclencheur d’une diffusion ou d’une exportation du terme en question. Non seulement une telle ambition est irréalisable car la circulation d’un terme n’est pas identifiable dans son exhaustivité, y compris à l’heure du numérique et de la mise à disposition des chercheurs de bases de données de plus en plus imposantes mais elle laisserait de côté l’ensemble du domaine de l’oralité qui, presque par définition, échappe à l’appréhension par le chercheur. Comment être sûr que la trace des méandres par lesquels une évolution sémantique a vu le jour, évolution que l’on peut repérer dans des textes, ne provient pas d’une transformation dans le langage parlé intervenue à un moment que l’on ne saurait préciser ? En tout état de cause, une étude de socio-sémantique historique ne parvient jamais totalement à son terme. Le produit fini ne doit pas laisser à penser qu’il s’agit d’une fresque impeccable mais plutôt d’une mosaïque ancienne patiemment mise à jour. Certains fragments peuvent apparaître intacts, conservés tels quels par la cendre ou le sable. D’autres cubes de pierre ou d’émail peuvent être classés par couleur ou par motif et, lentement, à tâtons, être associés les uns aux autres jusqu’à reconstituer des figures identifiables, y compris si, entre les pièces, certains espaces demeurent vacants. Entre les différents grands ensembles reconstitués, ou à leur périphérie, peuvent subsister de larges zones dont les motifs peuvent être connus mais dont les composants n’ont pas été retrouvés, ou bien dont les motifs sont indéterminés. De la sorte, non seulement le résultat est incomplet mais les limites mêmes de la mosaïque à exhumer sont inconnues.

27La deuxième chose concerne le lien entre la multiplication repérable des occurrences du terme sur lequel on travaille et l’imposition d’un nouveau sens. En effet, identifier un fourmillement sur quelques années ne signifie nullement qu’il existe un lien causal et cumulatif entre ces usages. Aucune de ces occurrences n’est une preuve de quoi que ce soit : leur addition prouve a minima que quelque chose est déjà en train de se produire, serait-ce lentement. On le voit, la méthode consiste ici à récuser la religion de la première occurrence pour accorder une plus grande importance à la période où un nouveau sens « prend », se diffuse, est relayé d’un écrit à un autre, est discuté, voire contesté ou refusé. C’est dans cet espace d’usages concomitants, temporellement peu séparés les uns des autres, que se lit la transformation. Il peut se passer des décennies entre la première occurrence d’un terme, d’un syntagme ou d’une acception particulière de l’un ou de l’autre, et son ancrage, c’est-à-dire son implantation dans un secteur linguistique – politique, économique, journalistique, scientifique… Pour autant, si le constat de cet ancrage permet sans doute de repérer les conditions historiques, sociales, intellectuelles de possibilité de cette émergence, il ne nous renseigne guère sur les raisons pour lesquelles d’éventuelles occurrences antérieures n’ont pas été relayées. Pouvoir affirmer qu’un terme, une expression ou une acception ne prend de l’importance qu’à partir de tel ou tel moment est une chose : cela implique la capacité à établir des liens ou des plausibilités de liens entre ces usages. Tenter de repérer des occurrences plus anciennes permet non seulement de vérifier, en creux, à quel moment se produit l’ancrage – l’absence d’occurrences étant tout aussi révélatrice que leur présence – mais aussi de proposer des hypothèses sur les conditions d’impossibilité de l’ancrage. Cette recherche conjointe des conditions d’impossibilité et des conditions de possibilité permet de mieux saisir les différences et d’apprécier de manière plus nuancée, plus précise, les chaînes de transmission, dans la limite bien entendu des connaissances disponibles.

28Un deuxième ordre de précautions concerne la prise en compte de l’historicité et de la spatialité. Nous avons vu comment un même terme pouvait perdurer tout en prenant progressivement des sens et des connotations différents du sens original ou des sens premiers, au point que certaines de ces évolutions sémantiques peuvent être entièrement contradictoires avec certains des sens consolidés antérieurement. Il est donc fondamental de prendre en compte le risque d’assimilation temporelle indue qui consisterait à se laisser prendre au piège de la continuité onomastique pour postuler une continuité sémantique. Non seulement le sens peut profondément changer d’un siècle ou d’une décennie à l’autre, mais les usages d’un seul et même terme peuvent impliquer une stratification des différents sens y compris dans la synchronie. Il est en effet assez rare que les sens disparaissent intégralement pour laisser leur place à d’autres. L’exemple de la définition officielle de ce qu’est un immigré est assez parlant. La définition historique classique, héritée du xixsiècle, par laquelle un immigré est un étranger vivant et travaillant sur le territoire national, coexiste encore aujourd’hui avec la définition démographique, datant du début des années 1990, le définissant comme un individu né étranger à l’étranger, et ce quelle que soit sa nationalité. On pourrait en dire autant de diaspora, dont on peut constater, dans les espaces anglophone comme francophone, la cohabitation d’un usage centré, ethnopolitique, associant une diaspora à un lien direct et renouvelé avec une terre ou un État et d’un usage décentré, généralement culturel, dans le cadre duquel une diaspora est caractérisée par exactement l’inverse, à savoir la déterritorialisation et l’absence d’une quelconque obligation par rapport au retour ou à l’entretien d’une continuité.

29Cette précaution est également valable lorsqu’il s’agit d’étudier, dans la synchronie, le sens différent d’un même terme ou d’une même formule. Ainsi, le « droit à la différence » revendiqué par les militants de la cause des langues régionales dans les années 1970, repris par François Mitterrand au cours de la campagne présidentielle de 1981 puis réélaboré dans le vocabulaire de l’association SOS-Racisme, n’est pas le même que celui défendu par le GRECE et la Nouvelle droite à partir du milieu des années 1970 puisque, dans ce dernier cas, il s’agit du droit dont disposerait le peuple français de défendre son identité contre les risques de dissolution liées à la présence de populations culturellement différentes. Sous le même usage se manifestent ainsi un discours antiraciste prônant la tolérance et un discours xénophobe prônant la fermeture aux étrangers au nom de l’homogénéité culturelle et de l’origine commune.

  • 48 Sur ce point, voir Barbara Cassin (dir.), Vocabulaire européen des philosophies, Paris, Seuil-Le Ro (...)

30Le risque d’assimilation temporelle indue a un équivalent spatial, celui qui consiste bien souvent à postuler la stricte identité entre les termes traduits d’une langue à une autre, d’un espace linguistique à un autre48. Mondialisation/globalisation et communautarisme présentent deux cas très intéressants à cet égard. On estime généralement que mondialisation est la traduction en français de l’anglais globalization tout comme communautarisme viendrait traduire communitarianism. Pourtant, une étude approfondie laisse entrevoir une réalité très différente. Dans le premier cas, il apparaît que les premiers usages français de mondialisation précèdent l’apparition de globalization. Mondialisation au sens français a même connu une traduction anglaise sous la forme mundialization dans les années 1950. Le fait que ce dernier terme n’ait pas connu un immense succès en-dehors du petit milieu des citoyens du monde et qu’aussi bien ce premier usage français que sa traduction aient été oubliés n’en fait pas une impasse mais bien au contraire un élément important de l’histoire de la fabrique du mot mondialisation. En effet, il semble qu’au moment où mondialisation acquiert en France une audience importante, au début des années 1990, il est avant tout associé à un phénomène américain, ce qui rend possible – voire nécessaire – l’oubli de la spécificité des antécédents français, y compris dans l’analyse des phénomènes économiques. Un processus assez semblable intervient dans le cadre de la popularisation en France du terme communautarisme au cours de la première moitié des années 1990 – la concomitance avec mondialisation n’est évidemment pas anodine – puisque l’imputation de l’origine du mot à une traduction du terme anglais, mais d’usage essentiellement américain, communitarianism, en laissant de côté l’histoire française de ses usages, s’accorde avec une économie rhétorique, politique et intellectuelle, pour laquelle le phénomène du communautarisme est représentatif de la société américaine et s’oppose radicalement à la logique universaliste et unitaire du modèle républicain français. L’insistance sur la traduction est en quelque sorte un moyen d’accréditer l’homologie entre l’extranéité du terme et l’extranéité du phénomène menaçant la France. L’empreinte onomastique révèle le coupable et signale d’où souffle le vent mauvais. Qu’elles s’avèrent être exactes ou erronées, les traductions de mots peuvent donc en dire long sur certains mécanismes sociaux de qualification ou de disqualification.

  • 49 Pierre Bourdieu, Manet, une révolution symbolique. Cours au Collège de France (1998-2000), Paris, S (...)
  • 50 Sur le mot diversité, voir notamment Réjane Sénac, L’invention de la diversité, Paris, PUF, 2012 ; (...)

31Une dernière remarque s’impose. Comme l’indique Pierre Bourdieu, dans l’étude de mots du passé, ce ne sont pas uniquement les mots qui apparaissent aujourd’hui comme étant les plus directement importants qui doivent faire l’objet d’une analyse sémantique car il est vraisemblable que nous avons entretemps perdu l’importance du sens que pouvaient revêtir certains termes dans certain espaces sociaux il y a cent ans, voire il y a seulement quelques décennies. Or, la tendance générale est souvent que « l’on n’historicise que les concepts étonnants » alors que l’historicisation du concept d’originalité permettrait de mieux comprendre l’histoire de l’art49. S’il est aujourd’hui tout à fait clair que la signification et les usages du mot diversité ont changé depuis le début des années 200050, il semblera peut-être banal dans trente ou quarante ans et associé à une signification qui ne permettra plus de saisir la spécificité de ses usages au cours des années 2000, tout comme pour insertion au cours des années 1980.

Pour un nouveau vocabulaire historique

  • 51 La revue Pluriel-Recherches a publié entre 1993 et 2001 huit cahiers intitulés Vocabulaire historiq (...)
  • 52 Esther Benbassa (dir.), Dictionnaire des racismes, de l’exclusion et des discriminations, op. cit., (...)
  • 53 Isabelle de Mecquenem, « Cosmopolitisme », in Pierre-André Taguieff (dir.), Dictionnaire historique (...)

32On ne peut pas dire que le vocabulaire français de l’altérité, des relations interethniques, du racisme ou de l’immigration n’ait pas récemment fait l’objet d’études. On pourrait presque dire le contraire si l’on considère la multiplication des dictionnaires ou des lexiques sur la question51. Pourtant, et sans que cela remette en cause de quelque manière que ce soit la qualité de ces publications, les objectifs qu’elles se donnent sont loin d’être toujours identiques. La plupart des dictionnaires s’intéressent moins aux mots en tant que tels qu’ils n’en font une entrée sous laquelle sont ensuite présentées des informations relatives au terme et non à son usage. C’est tout à fait évident dans le cas du Dictionnaire des racismes, de l’exclusion et des discriminations dirigé par Esther Benbassa. Ainsi, l’entrée « minorité visible » ne s’intéresse-t-elle pas du tout à l’émergence du terme en France et à ses usages mais à sa signification dans le cadre républicain français52. Cette logique est bien moins évidente dans le Dictionnaire historique et critique du racisme dirigé par Pierre-André Taguieff. La présentation de l’évolution sémantique y est beaucoup plus prégnante dans la plupart des entrées correspondant à des substantifs. Cependant, sur certains termes très anciens, la prise en compte de l’usage est parfois limitée à une période particulière et non à l’ensemble de la période d’usage. C’est notamment le cas de l’entrée cosmopolitisme qui ne développe que la période de l’Antiquité grecque et les Lumières kantiennes53.

  • 54 Pierre-Jean Simon, « Du bon usage des définitions », in Vocabulaire historique et critique des rela (...)

33L’entreprise du Vocabulaire historique et critique des relations inter-ethniques au cours des années 1990 est sensiblement différente. Il s’agit en effet de rassembler une équipe de chercheurs non pour faire le tour de la question des relations inter-ethniques mais bel et bien pour tenter de fixer le vocabulaire académique relatif à ces dernières. Dans un texte très dense publié en introduction du premier cahier, le sociologue Pierre-Jean Simon explique les principes devant présider à la rédaction de ce Vocabulaire. Il s’agit avant tout d’une entreprise de « clarification et de précisions des concepts »54. Appuyé sur la vision durkheimienne de la rupture avec le sens commun, il estime ainsi que la distance avec les mots du langage ordinaire est le préalable à une bonne pratique de la recherche. Le langage apparaît alors comme un risque qu’il faut déjouer :

  • 55 Ibid., p. 41.

« Définir les mots, les enfermer dans un périmètre de sens, c’est ne pas se laisser jouer par eux. Exigence d’autant plus impérieuse dans un domaine comme celui des relations inter-ethniques, des rapports et des classements ethniques, où les termes que l’on est amené à employer sont, pour un bon nombre d’entre eux, très fortement connotés idéologiquement »55.

  • 56 Ibid., p. 47.
  • 57 Ibid., p. 54-55.
  • 58 Ibid., p. 58.

34Rejetant par ailleurs la tentation de fabriquer des néologismes afin que les sciences sociales puissent décrire les phénomènes avec leur propre vocabulaire56, c’est en bannissant la confusion que l’on fait de la science. Pourtant, quelques pages plus loin, Pierre-Jean Simon amène une autre idée, à savoir que les mots « sont aussi des faits » et « qu’ils font partie de la réalité sociale »57. S’il a raison d’affirmer qu’il n’y aucun paradoxe à postuler simultanément que les mots ne sont pas des choses mais qu’ils sont des choses sociales, il y a en revanche une impossibilité notoire à considérer d’un côté qu’il est nécessaire de se livrer sérieusement à « une étude historique et critique » des mots, « en connaissant leurs histoires, leurs emplois, leurs différentes significations »58 et de l’autre, comme cela a été indiqué précédemment, que les spécialistes des sciences sociales sont appelés à rectifier les concepts en leur donnant une définition bien spécifique. En effet, la plupart des concepts des sciences sociales sont aussi des mots du langage ordinaire. Si ne pas se laisser piéger par eux impose de stabiliser une définition, comment envisager de pouvoir également étudier leurs usages les plus divers puisque les usages ordinaires seront alors forcément versés du côté de l’imprécision voire de l’aberration ?

  • 59 Henri Berr, « Pour la science », Revue de synthèse historique, XL, 1925, p. 5-12. Comme le signale (...)
  • 60 Vingt-sept entrées ont été compilées dans Margherita Platania (dir.), Les mots de l’histoire. Le vo (...)
  • 61 Bulletin du Centre international de synthèse, (1), 1926, p. 28, cité in ibid., p. 33-34.

35Cette entreprise de rectification des concepts afin de fortifier et de stabiliser une discipline ou un domaine d’études n’est pas inédite. Elle rappelle à bien des égards une entreprise tout à fait étonnante que Pierre-Jean Simon ne mentionne pas alors qu’elle porte un nom identique à la sienne. Entre 1925 et 1945, sous la direction d’Henri Berr, le Centre international de synthèse de Paris a travaillé à la constitution d’un Vocabulaire historique dont l’objectif était de « définir rigoureusement les termes dont se servent les historiens et fixer, autant que possible, les notions fondamentales de leur science »59. Le projet initial de 400 mots fut progressivement porté à plus de 80060. Chacune des entrées était conçue selon un modèle standardisé, bien que chaque section fût susceptible d’un inégal développement : historique ; remarques critiques et emploi proposé ; remarques additionnelles ; bibliographie. On peut noter que l’idée de l’emploi proposé se double d’une réflexion relative au fait que « l’étude de l’évolution historique du mot […] permet la critique des divers sens, différencie l’essentiel de l’accidentel et permet de recommander l’acception la plus constante ou la plus logique »61. Là aussi, et peut-être même de manière plus systématique encore que pour le Vocabulaire historique des relations interethniques, c’est le travail historique et sémantique qui ouvre la voie au choix du meilleur usage.

36Il me semble avoir montré l’impossibilité structurelle d’une rectification des concepts désireuse, dans le même temps, d’être attentive à la diversité des usages. Bien sûr, il est toujours possible de partir de la seconde pour finalement déboucher sur la première. Mais on peut envisager encore mieux. Ne pourrait-on imaginer la mise en chantier, sous la direction d’une équipe pluridisciplinaire (histoire, science politique, anthropologie, sociologie, géographie, économie, philosophie, sans que la liste ne soit complète), d’un vocabulaire historique français d’un nouveau genre ? Son objectif ne serait ni de tenter de fixer le lexique scientifique ni de proposer le tour encyclopédique d’une question comme celle du racisme, de l’immigration ou des discriminations, mais bien de présenter un état des lieux, sur la base des connaissances acquises, des termes ayant balisé ou balisant encore le débat sur les altérités – ce qui implique en creux la prise en compte des termes ou des expressions venant définir a contrario ces altérités, comme identité nationale, patriotisme, républicanisme etc.

  • 62 Friedrich Nietzsche, Aurore (1881), Paris, Gallimard, coll. « Folio-Essais », 1989, livre premier, (...)

37Un tel projet serait tout à la fois scientifique et citoyen. Certes, il ne contribuerait pas à doter les sciences sociales du magistère absolu de la nomination véridique par rapport aux confusions du langage ordinaire, mais il offrirait la possibilité d’étudier plus en détails – et il s’agit bien d’un programme scientifique – certaines des modalités indissociablement sociales, politiques et linguistiques par lesquelles la réalité est formée. Il ne s’agit pas de nier la capacité scientifique à fixer le sens des concepts, qui constitue l’une des prérogatives de l’autonomie de la science. Il s’agit de pouvoir envisager, par l’analyse historique et sociologique, de faire de l’usage académique des mots et de leur exportation fréquente dans le débat citoyen, via l’expertise ou les interventions publiques, l’une des voies de consolidation ou de contestation de la sécurité sémantique. Ce projet aurait aussi des vertus citoyennes. Démontrer les incertitudes, les apories du vocabulaire, ainsi que le poids que peuvent prendre certains mots quand ils acquièrent une place telle que leur signification, à défaut de leur sens, s’impose à presque tous, au point que, pour reprendre les termes de Nietzsche, « pour atteindre la connaissance, il faut trébucher sur des mots devenus éternels et durs comme la pierre, et la jambe se cassera plus facilement que le mot »62. Pour autant, déplorer la pétrification permise par l’usage des mots ne permet pas d’avancer. C’est dans le travail sur leur poids, sur leur efficacité, sur leur magie, que réside la possibilité de ne pas tomber dans les pièges qu’ils nous tendent. Il y a soixante ans, l’écrivain britannique Aldous Huxley nous invitait déjà à en prendre conscience :

  • 63 Aldous Huxley, « Qui sommes-nous ? » (1955), in Aldous Huxley, Dieu et moi. Essais sur la mystique, (...)

« Pourtant, on ne peut pas se passer des mots. La vie dans son ensemble n’est, après tout, qu’une promenade sur une corde raide. Si l’on ne tombe pas comme ceci, on tombe comme cela, et c’est finalement pareil. On ne peut pas se passer du langage mais si l’on prend le langage trop au sérieux, on est très mal parti. Il faut continuer d’avancer sur le fil du rasoir […], être conscient des dangers et faire de son mieux pour les éviter »63.

Haut de page

Notes

1 Everett Hughes, « Qu’y a-t-il dans un nom ? » (1952), in id., Le regard sociologique. Essais choisis (textes rassemblés et traduits par Jean-Michel Chapoulie), Paris, Éditions de l’EHESS, 1996, p. 237-250, citation p. 250.

2 Alfred Métraux, Le vaudou haïtien, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1958, p. 127.

3 Charles Kay Ogden and Ivor Armstrong Richards, The Meaning of Meaning : A Study of the Influence of Language upon Thought and of the Science of Symbolism, New York-Harcourt, Brace & World, 1946 (1ère édition britannique 1923).

4 Ibid., p. 243-244.

5 Confucius, Analectes, XIII, 3, traduction de Séraphin Couvreur, cité in Philippe Pelletier, L’Extrême-Orient. L’invention d’une histoire et d’une géographie, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Histoire », 2011, p. 22.

6 Le lien entre les Analectes et le Cratyle est souvent fait. Voir notamment François Jullien, L’invention de l’idéal et le destin de l’Europe. Ou Platon lu de Chine, Paris, Seuil, 2009.

7 Albert Camus, « Sur une philosophie de l’expression » (1944), in id., Œuvres complètes, tome I, Paris, Gallimard, coll. « Bibliothèque de la Pléiade », 2006, p. 908.

8 Numa Fustel de Coulanges, Histoire des institutions politiques de l’ancienne France, vol. 4 L’alleu et le domaine rural pendant la période mérovingienne, Paris, Hachette, 1914 (1ère édition 1889), p. 170.

9 Certes, les mots sont, pour Fustel, des faits, mais il évoque constamment la question de leur usage. Par ailleurs, il est très attentif aux extensions du sens, par exemple celui de mark, marca. Voir Numa Fustel de Coulanges, « Le problème des origines de la propriété foncière », Revue des questions historiques, avril 1889, republié in Numa Fustel de Coulanges, Questions historiques (revues et complétées d’après les notes de l’auteur par Camille Jullian), Paris, Hachette, 1893, p. 17-117.

10 Marc Bloch, « Fustel de Coulanges, historien des origines françaises », L’Alsace française, XIX, 1930, p. 206-209, repris in id., L’histoire, la Guerre, la Résistance (édition établie par Annette Becker et Étienne Bloch), Paris, Gallimard, coll. « Quarto », 2006, p. 381-392, citation p. 388.

11 Marc Bloch, Apologie pour l’histoire ou le métier d’historien, Paris, Armand Colin, 1993 (1ère éd. 1949), p. 135-146.

12 Ibid., p. 143.

13 Lucien Febvre, « Frontière : le mot et la notion », Bulletin du Centre international de synthèse, XLV, juin 1928, p. 31-44, republié in id., Pour une histoire à part entière, Paris, SEVPEN, 1962, p. 11-24 ; « Civilisation. Évolution d’un mot et d’un groupe d’idées », in Civilisation, le mot et l’idée, Paris, La Renaissance du livre, 1930, p. 1-55.

14 Lucien Febvre, « Honneur et Patrie », Paris, Pocket, coll. « Agora », 2001 (1ère édition française 1996), p. 34.

15 Lucien Febvre, « Civilisation. Évolution d’un mot et d’un groupe d’idées », art. cit., p. 481.

16 Lucien Febvre, « Honneur et Patrie », op. cit., p. 52.

17 Ibid., p. 34.

18 Ibid., p. 64.

19 Ibid., p. 63.

20 Alain Rey, « Révolution ». Histoire d’un mot, Paris, Gallimard, 1989.

21 Jean Starobinski, Action et réaction. Vie et aventure d’un couple, Paris, Seuil, 1999.

22 Ibid., p. 63.

23 La serendipity – en français sérendipité – désigne le caractère inattendu ou accidentel d’une découverte scientifique. Voir Robert K. Merton et Elinor Barber, The Travels and Adventures of Serendipity, Princeton, Princeton University Press, 2004 (1ère édition italienne 2002). Le manuscrit original date de 1958.

24 Quentin Skinner, Les fondements de la pensée politique moderne, Paris, Albin Michel, 2001 (1ère édition britannique 1978) ; John Pocock, Le moment machiavélien, Paris, PUF, 1997 (1ère édition américaine 1975).

25 Le Dictionnaire est publié chez Ernst Klett-J.G. Kotta, Stuttgart, sept volumes, 1972-1997.

26 En français, voir notamment Reinhart Koselleck, Le futur passé. Contribution à la sémantique des temps historiques, Paris, Éditions de l’EHESS, 1990, et L’expérience de l’histoire, Paris, Gallimard-Le Seuil, coll. « Hautes études », 1997. En anglais, voir The Practice of Conceptual History. Timing History, Spacing Concepts, Stanford, Stanford University Press, 2002.

27 À deux reprises, Koselleck a consacré un article aux relations entre ces deux courants historiques. Voir Reinhart Koselleck, « Histoire des concepts et histoire sociale » (1972), in id., Le futur passé, op. cit., p. 99-118, ainsi que « Histoire sociale et histoire des concepts » (1986), in id., L’expérience de l’histoire, op. cit., p. 101-119.

28 Pour une confrontation entre les approches de l’École de Cambridge et celle de la Begriffsgeschichte, voir Melvin Richter, The History of Political and Social Concepts. A Critical Introduction, New York, Oxford University Press, 1995 ; l’échange entre Pocock (qui s’avère tout ignorer de l’histoire des concepts allemande) et Koselleck reproduit in Hartmunt Lehmann and Melvin Richter (dir.), The Meaning of Historical Terms and Concepts. New Studies on Begriffsgeschichte, German Historical Institute (Washington), Occasional Paper n° 15, 1996, p. 47-70 ; ainsi que Kari Palonen, « The History of Concepts as a Style of Political Theorizing : Quentin Skinner’s and Reinhart Koselleck’s Subversion of Normative Political Theory », European Journal of Political Theory, 1 (1), juillet 2002, p. 91-106.

29 L’accomplissement le plus significatif de l’ADH est le Dictionnaire des usages socio-politiques (1770-1815), dont huit fascicules ont paru à ce jour : du premier au sixième aux Éditions INALF-Klincksieck, en 1985, 1987, 1988, 1989, 1991 et 1999, les septième et huitième chez Champion, en 2003 et 2006.

30 Jacques Guilhaumou, Discours et événement. L’histoire langagière des concepts, Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2006, p. 39. Du même auteur, « L’analyse de discours du côté de l’histoire. Une démarche interprétative », Langage et société, 121-122, septembre-décembre 2007, p. 177-187.

31 Outre les travaux de Jacques Guilhaumou, notamment son Sieyès et l’ordre de la langue. L’invention de la politique moderne, Paris, Kimé, 2002, voir notamment Raymonde Monnier, Républicanisme, patriotisme et Révolution française, Paris, L’Harmattan, 2005 ; Marc Deleplace, L’anarchie de Mably à Proudhon (1750-1850). Histoire d’une appropriation polémique, Lyon, ENS Éditions, 2000 ; Alice Krieg-Planque, « Purification ethnique ». Une formule et son histoire, Paris, CNRS Éditions, 2003 ; ainsi que Marie-France Piguet, Classe. Histoire du mot et genèse du concept des Physiocrates aux Historiens de la Restauration, Lyon, Presses universitaires de Lyon, 1996.

32 Les travaux d’Alice Krieg-Planque et de Marie-France Piguet sont indiscutablement moins étroitement dépendants d’un corpus strict pour privilégier une approche largement extensive.

33 Sur la socio-sémantique historique, je me permets de renvoyer à Stéphane Dufoix, La Dispersion. Une histoire des usages du mot diaspora, Paris, Éditions Amsterdam, 2012.

34 Ernst Cassirer, « Le langage et la construction du monde des objets (1933) », in id., Essais sur le langage, Paris, Éditions de Minuit, 1969, p. 39-68.

35 Ludwig Wittgenstein, Le Cahier bleu et le cahier brun, Paris, Gallimard, coll. « Tel », 1965 (1ère édition britannique 1958), p. 51.

36 Ludwig Wittgenstein, Recherches philosophiques, Paris, Gallimard, 2004 (1ère édition britannique 1953), p. 50.

37 John L. Austin, Quand dire, c’est faire, Paris, Seuil, coll. « Points-Essais », 1970 (1ère édition britannique 1962).

38 Ibid., p. 64-65.

39 Pierre Bourdieu, « L’identité et la représentation » (1980), repris in id., Langage et pouvoir symbolique, Paris, Seuil, coll. « Points-Essais », 2001, p. 281-292, citation p. 285.

40 John L. Austin, Quand dire, c’est faire, op. cit., p. 153-164.

41 Voir Nelson Goodman, Manières de faire des mondes, Paris, Gallimard, coll. « Folio-Essais », 1992 (1ère édition américaine 1978), ainsi que Peter Berger et Thomas Luckmann, La construction sociale de la réalité, Paris, Méridiens-Klincksieck, 1986 (1ère édition américaine 1966).

42 Luc Boltanski, De la critique, Paris, Gallimard, 2009, p. 121-126. Il est à noter que Luc Boltanski reste dans le registre de la performativité.

43 Stéphane Dufoix, La Dispersion. Une histoire des usages du mot diaspora, op. cit.

44 Stéphane Dufoix, « Les naissances académiques du global », in Stéphane Dufoix et Alain Caillé (dir.), Le tournant global des sciences sociales, Paris, La Découverte, 2013 ; ainsi que Stéphane Dufoix, « Between Charybdis and Scylla. French Social Science Faces Globalization », intervention à la conférence Controversies in French and Chinese Sociologies, Pékin, LIA et Académie chinoise des sciences sociales, 9 novembre 2013.

45 Stéphane Dufoix, « Naissances du communautarisme », texte inédit rédigé dans le cadre d’une bourse de la Fondation des sciences sociales pendant l’année 2012-2013.

46 Lucien Febvre, « Honneur et Patrie », op. cit., p. 34.

47 Ibid., p. 35.

48 Sur ce point, voir Barbara Cassin (dir.), Vocabulaire européen des philosophies, Paris, Seuil-Le Robert, 2004, notamment la présentation par Barbara Cassin, p. XVII-XXII.

49 Pierre Bourdieu, Manet, une révolution symbolique. Cours au Collège de France (1998-2000), Paris, Seuil/Raisons d’agir, 2013, p. 13-315, citation p. 315. Pour un exemple congruent à partir de la discussion dont font l’objet, dans l’espace germanophone européen de la fin du xixsiècle une notion « évidente » comme celle de Volk, mais aussi celles, moins courantes, de Volkstum ou de Volkskunst, voir Pascale Casanova, Kafka en colère, Paris, Seuil, 2011, p. 96-98.

50 Sur le mot diversité, voir notamment Réjane Sénac, L’invention de la diversité, Paris, PUF, 2012 ; ainsi que Milena Doytcheva, Politiques de la diversité. Sociologie des inégalités et des altérités, Habilitation à diriger des recherches en sociologie, Université Paris Ouest Nanterre, 12 décembre 2013.

51 La revue Pluriel-Recherches a publié entre 1993 et 2001 huit cahiers intitulés Vocabulaire historique et critique des relations inter-ethniques, Paris, L’Harmattan ; Sylvie Aprile et Stéphane Dufoix, Les mots de l’immigration, Paris, Belin, 2009 ; Esther Benbassa (dir.), Dictionnaire des racismes, de l’exclusion et des discriminations, Paris, Larousse, 2010 ; Smaïn Laacher (dir.), Dictionnaire de l’immigration en France, Paris, Larousse, 2012 ; Pierre-André Taguieff (dir.), Dictionnaire historique et critique du racisme, Paris, PUF, 2013.

52 Esther Benbassa (dir.), Dictionnaire des racismes, de l’exclusion et des discriminations, op. cit., p. 480-482.

53 Isabelle de Mecquenem, « Cosmopolitisme », in Pierre-André Taguieff (dir.), Dictionnaire historique et critique du racisme, op. cit., p. 389-392.

54 Pierre-Jean Simon, « Du bon usage des définitions », in Vocabulaire historique et critique des relations inter-ethniques, Cahier n° 1, L’Harmattan, 1993, p. 3-21, republié sous le titre « Questions de mots : du bon usage des définitions », in id., Pour une sociologie des relations inter-ethniques et des minorités, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2006, p. 25-58, citation p. 25.

55 Ibid., p. 41.

56 Ibid., p. 47.

57 Ibid., p. 54-55.

58 Ibid., p. 58.

59 Henri Berr, « Pour la science », Revue de synthèse historique, XL, 1925, p. 5-12. Comme le signale Margherita Platania (voir note infra), l’article n’est pas signé mais il est à peu près évident qu’il a été écrit par Berr.

60 Vingt-sept entrées ont été compilées dans Margherita Platania (dir.), Les mots de l’histoire. Le vocabulaire historique du Centre international de synthèse, Naples, Bibliopolis, 2000.

61 Bulletin du Centre international de synthèse, (1), 1926, p. 28, cité in ibid., p. 33-34.

62 Friedrich Nietzsche, Aurore (1881), Paris, Gallimard, coll. « Folio-Essais », 1989, livre premier, § 47, p. 48.

63 Aldous Huxley, « Qui sommes-nous ? » (1955), in Aldous Huxley, Dieu et moi. Essais sur la mystique, la religion et la spiritualité, Paris, Seuil, coll. « Points-Sagesses », 1994 (1ère édition américaine 1992), p. 47-64, citation p. 55-56

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Dufoix, « Du poids des mots », Diasporas, 23-24 | 2014, 12-29.

Référence électronique

Stéphane Dufoix, « Du poids des mots », Diasporas [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://diasporas.revues.org/296 ; DOI : 10.4000/diasporas.296

Haut de page

Auteur

Stéphane Dufoix

Stéphane Dufoix est maître de conférences HDR en sociologie à l’Université Paris Ouest Nanterre et directeur du laboratoire Sophiapol (EA3932). Il enseigne également à Sciences-Po Paris ainsi que dans le programme parisien de l’Université de Californie. Il a récemment publié avec Sylvie Aprile Les mots de l’immigration (Paris, Belin, 2009) ; Loin des yeux, près du cœur. Les États et leurs expatriés, édité avec Anne de Tinguy et Carine Guerassimoff (Paris, Presses de Sciences-Po, 2010) ; La Dispersion. Une histoire des usages du mot diaspora (Paris, Éditions Amsterdam, 2012) ; Le Tournant global des sciences sociales, édité avec Alain Caillé (Paris, La Découverte, 2013).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org