Navigation – Plan du site

Diasporas : circulations, migrations, histoire

Diasporas: circulations, migrations, history
Marianne Amar, Isabelle Lacoue-Labarthe et Laure Teulières
p. 7-10

Texte intégral

1Après plus d’une décennie d’existence, Diasporas a décidé de réinterroger ses objets et ses orientations historiographiques. Sous l’en-tête de Diasporas, ses préoccupations ont toujours été plus larges, englobant à la fois les diasporas, les migrations, les minorités ethniques ou religieuses, sous le signe conjoint de l’histoire et de la sociologie, mais aussi de l’anthropologie, de la socio-linguistique et de la littérature.

  • 1 Stéphane Dufoix, La dispersion. Une histoire des usages du mot diaspora, Paris, Éditions Amsterdam, (...)

2Le titre de Diasporas ne change pas. Mais la revue entend accompagner les débats engagés autour des enjeux du terme. Non pour en proposer une définition statique, close, qui prétendrait être « véritable », mais plutôt pour explorer très largement sa polysémie et travailler ses usages centrés ou décentrés, dans une perspective à la fois diachronique et synchronique. On renvoie ici aux travaux fondateurs de Stéphane Dufoix sur la socio-sémantique historique, soit l’histoire des usages sociaux du mot lui-même. En suivant la voie « qui refuse de prendre position » pour se concentrer « sur l’étude des usages du terme diaspora, quels qu’ils soient, depuis son apparition », il propose de « tenter d’expliquer les raisons de sa métamorphose récente, mais aussi de saisir, sur le long terme, les logiques sociales, politiques, intellectuelles, économiques, ayant présidé aux divers cheminements de son utilisation pour en faire un terme riche d’une multiplicité de sens parfois aux antipodes les uns des autres »1. Ce qui s’impose justement, c’est de ne pas choisir, en reprenant à notre compte la nécessité de demeurer « impartial » face à la diversité d’emplois et d’approches.

  • 2 Lancée en 2002, mais elle-même héritière de la revue MIREHC — Mémoires, identités, représentations  (...)

3Passé cette réflexion sur la définition – ou plutôt, la non-définition – du terme, la poursuite de Diasporas serait, dans notre démarche, à la fois une fidélité à l’histoire de la revue2 fondée par Patrick Cabanel et Chantal Bordes-Benayoun, et la volonté d’en redélimiter le domaine et les perspectives suivies. L’ensemble de la collection des vingt-deux numéros publiés jusqu’ici témoigne d’une grande variété de thématiques abordées sous l’angle des croisements disciplinaires évoqués plus haut. Quelques sujets de prédilection se sont imposés, autour des Juifs et des Huguenots en particulier. Au fil du temps, force est néanmoins de constater l’évolution du projet initial affirmé par le sous-titre « Histoire et sociétés », la sociologie étant de moins en moins portée au sein du comité de rédaction, et l’histoire tendant de plus en plus à refluer vers la période contemporaine. L’affirmation désormais de Diasporas en tant que revue d’histoire procède d’une première clarification et d’un choix pour nous inaugural. Le nouveau sous-titre « Circulations, migrations, histoire » en porte la marque tout en suggérant d’autres réorientations qu’il convient d’expliciter.

  • 3 Dans le cadre du Labex toulousain SMS « Structuration des mondes sociaux », on peut mentionner à ti (...)
  • 4 Diasporas s’inscrit ainsi dans la démarche adoptée par Jan et Leo Lucassen, Globalising Migration H (...)

4S’il importe bien sûr de continuer à penser les diasporas comme un champ historiographique pertinent, notre objectif est aussi de chercher une manière de « féconder » les travaux sur les migrations, en mettant au premier plan les circulations, les réseaux, les dynamiques sociales et territoriales tels qu’ils sont aujourd’hui débattus dans un contexte interdisciplinaire3. Diasporas nourrit aussi l’ambition d’installer résolument ces recherches autour des migrations dans une démarche transnationale, ou globale4, qu’il s’agisse des objets approchés ou du travail d’explication. De manière paradoxale, en effet, les migrations demeurent, surtout en France, largement abordées par des approches nationales, laissant à l’écart d’autres objets, d’autres acteurs et d’autres territoires, qui pourraient les questionner à nouveaux frais et favoriser, par ailleurs, les démarches comparatives. Il serait ainsi possible de s’affranchir du paradigme dominant de l’État-nation qui induit à la fois une regrettable restriction de la période historique considérée et des historiographies cloisonnées entre pays d’immigration et pays d’émigration. Par ailleurs, ce paradigme mobilise des grilles interprétatives qui privilégient l’étude des enracinements et des ancrages, au détriment des mobilités, transits, retours ou reprises de parcours. Certaines relectures sont, en ce sens, déterminantes, telle la proposition d’Anouche Kunth de penser la diaspora arménienne par le clivage, autrement dit de reconsidérer le nivellement opéré par une catégorie nationale et renforcé par le traumatisme du génocide, pour retracer des dynamiques socio-historiques de différenciation (entre territoires d’origine, Anatolie/Caucase, empires ottoman/russe). Ainsi se trouve dévoilée une complexité jusqu’alors insoupçonnée.

5Au-delà de ce changement d’échelle d’explications – relire le national en le travaillant à partir du transnational ou du « translocal » – nous aimerions aussi proposer d’ouvrir au grand large la réflexion sur les circulations. De ne plus seulement en faire un champ « en soi » de l’historiographie, toujours menacé par la tentation de demeurer fermé sur lui-même ou de se rétracter sur son cœur de définition, mais plutôt d’approcher les circulations comme une manière de réinterroger l’histoire et, en quelque sorte, de la remettre en mouvements. À cet égard, en travaillant sur le paradigme des circulations et les questionnements qu’il porte pour l’histoire des sciences et les savoirs de l’âge moderne, Antonella Romano indique brillamment certaines des pistes que nous voudrions emprunter. Suggérant que, pour « jouer avec les échelles, il convient de les intégrer toutes », du local au global, elle démontre la montée en puissance et la fécondité d’un « modèle circulatoire », attentif aux effets du mouvement ou des déploiements spatiaux de l’objet étudié (en l’occurrence les savoirs scientifiques) remplaçant le « modèle diffusionniste » (centre/périphérie) longtemps dominant et européocentré. C’est également le choix de Jean-François Gossiaux qui, pour mettre à l’épreuve des faits la théorie huntingtonienne de « choc des civilisations », effectue des allées et venues entre différentes échelles, du village serbe ou croate à l’Occident dans son ensemble, en passant par la République fédérée, la Fédération yougoslave et l’espace européen, tout en réintroduisant l’individu dans la collectivité. Cette nouvelle perspective, qui invite à réexaminer les concepts qui accompagnent la réflexion sur les circulations (communauté, société, civilisation…), conduirait, en fin de compte, à réinterroger l’histoire de fond en comble.

6Enfin, et pour achever ce rapide inventaire des évolutions thématiques que la revue souhaiterait porter, nous proposons de ne plus forcément privilégier le triptyque « politique/culture/identités », qui porte traditionnellement les études sur les diasporas. Ce qu’illustre par exemple la synthèse historiographique que Myriam Yardeni dresse à propos du Refuge huguenot et des voies d’assimilation et d’intégration dans les différentes sociétés. Nous encouragerons d’autres entrées, comme y invitent plusieurs auteurs dans ce numéro. La réflexion de Catherine Brice sur les conditions économiques et juridiques de l’exil italien du xixe siècle est à ce titre emblématique. Elle rompt avec la vulgate du Risorgimento quant à la construction de la figure de l’exilé et incite plus largement à renouveler le regard porté sur des objets ou récits parfois tenus pour acquis. Dépassant le schéma binaire émigration/ immigration, c’est la circulation permanente d’Eugène Ionesco qu’esquisse Julia Elsky, entre Roumanie et France, mais aussi sur le territoire français. Circulation physique, linguistique, intellectuelle d’un passeur de culture, connecté à des réseaux intellectuels et artistiques roumains et français… Autre rupture, contre toute attente, le pays d’accueil n’est pas celui de l’exil mais, au contraire, « le vrai pays », lieu où peut enfin s’épanouir le sentiment d’être chez soi. Ces renouvellements sont aussi permis par une appréhension centrée sur les lieux de passage, de communication, de rencontre et de transferts, qu’il s’agisse du commerce transpyrénéen étudié par Patrice Poujade au xviie siècle, de la Maison des Catéchumènes de Rome, dont Marina Caffiero révèle le rôle de « zone de contact » entre juifs et musulmans au xvie siècle, ou encore de l’Adjarie, carrefour majeur des circulations entre URSS et Turquie dans l’entre-deux-guerres, qu’Étienne Forestier-Peyrat aborde à travers les archives de gardes-frontières soviétiques.

7La chronologie constitue la dernière inflexion que nous entendons porter, en affichant la volonté de réinscrire les phénomènes diasporiques et migratoires dans une histoire du temps long. Les travaux qui se développent depuis une vingtaine d’années autour de la « première mondialisation », nourris des approches de l’histoire globale ou connectée, apparaissent à l’évidence comme un encouragement à reprendre la réflexion sur les circulations, sans se tenir dans l’étroite période du contemporain qui a longtemps servi de cadre chronologique aux études sur les migrations. Mais l’on pourrait aussi faire référence au renouvellement des réflexions menées pour l’histoire ancienne ou médiévale. L’article de Laurianne Martinez-Sève sur les Grecs de l’Extrême-Orient hellénistique nous encourage à ouvrir le débat sur le temps long, tout autant qu’à faire porter l’éclairage sur les zones de confins, ici au plus loin de l’espace de diffusion de l’influence et de l’héritage gréco-macédoniens. Quant à la stimulante proposition de Dirk Hoerder, elle affronte la tâche ‒ ambitieuse, ô combien difficile, mais nécessaire ‒ de décloisonner les périodes et de rebattre les objets en tentant de comprendre pourquoi certaines populations, pourtant dispersées (Romains, Vikings et Normands, groupes commerçants disséminés le longs des routes asiatiques), ne sont pas saisies ni questionnées en tant que diasporas. De semblables explorations permettraient de se livrer à un utile exercice de dialogue entre les différentes périodes historiques, en se gardant néanmoins des comparaisons artificielles, et du risque de l’anachronisme.

8Cette présentation ébauche un projet et une ambition. Mais nous savons combien une revue est d’abord une aventure collective, en mouvement, écrite au fil du temps. Les pistes ouvertes ici ne se révèleront fructueuses que si l’espace éditorial offert par Diasporas continue à s’affirmer à travers une multitude de collaborations, de rencontres, d’échanges. Autour d’un comité de rédaction appelé à évoluer, nous souhaitons en faire un atelier où travailler, par la publication et le dialogue scientifiques, ces questionnements et les nouvelles pistes et programmes de recherches qui les prolongeront. L’éditorial de ce numéro 23-24 inaugurant la refondation de la revue se conclut ainsi par une double invitation : en direction des chercheurs, spécialistes et auteurs, appelés à construire, au gré des parutions à venir, un lieu où mettre en débats leurs investigations, mais aussi à l’intention des lecteurs, engagés à accompagner et partager cette entreprise intellectuelle.

Haut de page

Notes

1 Stéphane Dufoix, La dispersion. Une histoire des usages du mot diaspora, Paris, Éditions Amsterdam, 2014, p. 16.

2 Lancée en 2002, mais elle-même héritière de la revue MIREHC — Mémoires, identités, représentations : histoire comparative de l’Europe constituée autour de Pierre Laborie à la fin des années 1990.

3 Dans le cadre du Labex toulousain SMS « Structuration des mondes sociaux », on peut mentionner à titre d’exemple les échanges au sein du séminaire « Mobilités, réseaux, migrations » (MoRéMi) entre sociologues, anthropologues, géographes ou historiens au cours de la période 2012-2014.

4 Diasporas s’inscrit ainsi dans la démarche adoptée par Jan et Leo Lucassen, Globalising Migration History. The Eurasian Experience (16th-21st Centuries), Leiden, Brill, 2014.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marianne Amar, Isabelle Lacoue-Labarthe et Laure Teulières, « Diasporas : circulations, migrations, histoire », Diasporas, 23-24 | 2014, 7-10.

Référence électronique

Marianne Amar, Isabelle Lacoue-Labarthe et Laure Teulières, « Diasporas : circulations, migrations, histoire », Diasporas [En ligne], 23-24 | 2014, mis en ligne le 01 juin 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://diasporas.revues.org/290

Haut de page

Auteurs

Marianne Amar

Isabelle Lacoue-Labarthe

Articles du même auteur

Laure Teulières

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org