Navigation – Plan du site
Jardins et forêts de mémoire

Un musée à ciel ouvert ? Anthropologie du patrimoine végétal protestant dans le Moyen Poitou

An Open-Air Museum? Anthropology of the Protestant Vegetal Heritage in the Moyen Poitou
Jérôme Lamy
p. 113-126

Résumés

Le pin parasol est associé, dans le Moyen Poitou, à l’histoire du protestantisme. Un mythe collectif unit cet arbre aux maisons amies des protestants pendant la période du Désert. L’article étudie la persistance de cette mémoire botanique : une étude ethnographique et une analyse historique des émergences récentes du pin parasol protestant en Poitou dans le champ de l’érudition locale permettent de restituer l’ancrage de cet arbre dans le régime contemporain du patrimoine.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Je remercie Nicolas Adell, Volny Fages, John Merriman et Arnaud Saint-Martin pour leurs remarques e (...)

1Symbole de fécondité ou de puissance, le pin est irrigué d’une sève interprétative reliée aux références classiques de la mythologie. Cet article propose toutefois une analyse moins immédiatement connectée à ces figures usuelles de la puissance végétale. Le pin parasol est associé, en Moyen Poitou (i.e. dans la zone méridionale du département des Deux-Sèvres) à l’histoire protestante locale : les huguenots, pendant la période d’interdiction de leur culte sous l’Ancien Régime, ont entretenu leur foi en secret, et auraient trouvé refuge dans des maisons amies, signalées par la présence d’un pin parasol. Entre croyance collective et argument touristique, le pin parasol poitevin est un enjeu culturel dont il est intéressant de restituer les contours et l’histoire. Une première partie évoquera, sous la forme d’un récit ethnographique et d’un compte rendu d’enquête, les itinéraires des sentiers protestants tels qu’ils sont proposés dans le Moyen Poitou protestant. La deuxième partie rassemble les interprétations les plus diverses, et parfois les plus opposées, sur la présence du pin parasol en pays protestant, et plus généralement dans l’ouest de la France. Enfin, la dernière partie de l’article évoque le lent processus de maturation patrimoniale qui a construit le pin parasol (parmi d’autres) en marqueur paysager du Moyen Poitou protestant1.

Une pastorale mémorielle

2Le Musée du Poitou Protestant, situé à Beaussais dans le sud des Deux-Sèvres, organise, lors des périodes estivales, des promenades explicatives qui offrent aux visiteurs un aperçu des « sentiers huguenots ». Déambulation patrimoniale et bucolique, la balade est rythmée par les explications d’une animatrice, Delphine Palluault, formée à l’histoire et employée par l’association qui gère le Musée. J’ai suivi, depuis 2005, plusieurs de ces promenades mémorielles qui visent à restituer, en contexte, l’histoire des protestants de l’époque moderne, alors que sévissaient les terribles dragonnades de Louis XIV. La restitution présentée ici s’appuie plus spécifiquement sur deux balades effectuées les 17 juillet et 15 août 2012 : partant de Beaussais, elles forment une boucle autour de la vallée du Lambon. Outre l’observation participante et l’enregistrement des explications de la guide conférencière, j’ai recueilli, via un questionnaire distribué à la fin de la balade, un certain nombre de renseignements sur les participants et leurs motivations.

Photo 1. Pont muletier, vallée du Lambon, Deux-Sèvres.

Photo 1. Pont muletier, vallée du Lambon, Deux-Sèvres.

Photo 2. La croix huguenote, le long du sentier huguenot, commune de Beaussais, Deux-Sèvres.

Photo 2. La croix huguenote, le long du sentier huguenot, commune de Beaussais, Deux-Sèvres.

Photo 3. Stèle rappelant un épisode du Désert, le long du sentier huguenot, commune de Beaussais, Deux-Sèvres.

Photo 3. Stèle rappelant un épisode du Désert, le long du sentier huguenot, commune de Beaussais, Deux-Sèvres.
  • 2 Jacqueline Lalouette indique que des pins ont bien été plantés lors des manifestations de 1848, au (...)

3Le sentier emprunté est dit « huguenot » parce qu’il serpente entre d’anciens lieux d’assemblées secrètes, qui réunissaient les protestants poitevins pendant la période du Désert, de la révocation de l’Edit de Nantes, en 1685, à la veille de la Révolution française. Ce siècle d’exil intérieur pour les protestants est marqué par une résistance pacifique et la tenue de nombreuses « assemblées au Désert ». C’est ce quotidien de la clandestinité, de la foi dissimulée et des croyances maintenues dans l’épaisseur des vallées poitevines que la promenade invite à découvrir. L’explication historique s’est tenue, pendant une dizaine de minutes, près d’une stèle installée par l’association du Musée en 1987 et qui précise : « 1685, les ministres bannis, des paysans se lèvent. Ce seront les prédicants ». Les frondaisons toujours plus audacieuses cachent désormais l’objet central de la promenade : le pin parasol. Delphine Palluault explique qu’une cinquantaine de ces arbres ont été dénombrés dans le sud des Deux-Sèvres. « Et selon la tradition orale, poursuit-elle, on raconte que le pin parasol signalait les maisons amies. Ce n’est pas une tradition qui est attestée [seulement] en sud Deux-Sèvres, mais également dans d’autres régions de France. Ce qui signifierait que lorsque des gens traversant notre région voyaient qu’auprès d’une maison il y avait un pin parasol, eh bien, [ils] pouvaient s’y réfugier ». Le signalement aussi visible d’un site acquis à la cause protestante est incontestablement une faiblesse de cette explication : les soldats du Roi seraient rapidement parvenus à déchiffrer ces indices paysagers, d’autant que le pin parasol n’est pas « originaire de la région ». Détaillant le travail d’inventaire de l’association du Musée (auquel elle a participé à son arrivée dans ses fonctions), Delphine Palluault propose une interprétation plus modeste : « Les pins parasols que nous voyons ont été plantés au xixe siècle, comme arbre de la liberté religieuse retrouvée », celle de 18482. Un fait résiste, en effet : « Dans 70 % des cas des pins recensés, c’étaient bien des maisons protestantes qui les avaient plantés ». Il y a bien, souligne la guide, le « souci de dire quelque chose ». Les forestiers et les botanistes s’accordent à donner au Pinus Pinea L. un âge maximum de 150 à 200 ans. Ce qui fait effectivement remonter la plantation des plus anciens encore debout au milieu du xixe siècle.

4Mais la tradition orale est tenace et n’abandonne pas aussi facilement l’hypothèse d’une origine lointaine au moment d’expliquer un tel marquage religieux du paysage. Delphine Palluault explique ainsi aux visiteurs qu’il existe un pin parasol dans un site « où le monsieur que nous avons rencontré nous a dit : “mes arrière-grands-parents ont construit la maison familiale, il y avait sur ce terrain un très beau pin parasol”. On est dans les années 1850. Ce pin gêne, donc ils l’abattent […] pour construire la maison et, en souvenir de ce pin parasol, ils en plantent un autre que nous avons eu l’occasion de recenser ». Ce pin surgi du passé trouble la chronologie initiale. Si l’arbre empêche l’élévation du bâti, c’est qu’il est imposant ; on peut donc penser que c’est bien au xviiie siècle qu’il a été planté. La guide conférencière conclut en exposant les ambiguïtés d’une réponse trop affirmative : « Donc, vous voyez qu’on ne peut pas vraiment trancher en disant : “non, c’est impossible, il n’y a jamais eu de pin parasol en Poitou avant”. C’est d’autant plus compliqué qu’il n’existe aucune trace écrite qui l’attesterait ». Enfin, le pin parasol, précise Delphine Palluault, n’est pas « uniquement attaché aux protestants », il est présent dans des rituels de naissance vendéens comme dans le signalement de terres franches dans le sud de la France.

  • 3 Voir Jean Rivierre, Roger Durand, Le drame du Grand Ry, La Couarde, Editions Malpertuis, 1995.

5La promenade se poursuit à l’ombre des futaies de la vallée. Un arrêt prêt d’une grotte est l’occasion de questionner le paysage accidenté que nous traversons : les reliefs, les plis, les sinuosités ont « joué un rôle important dans la résistance » protestante. La Réforme rurale a ainsi pu se maintenir, dans les anfractuosités d’une topographie propice à la dissimulation ; à l’inverse, des bourgs comme Melle et Celle-sur-Belle, un temps protestants, ont connu des reconversions plus rapides au catholicisme. Les assemblées secrètes symbolisent cette résistance paysanne, avec la distribution des méreaux, ces jetons de plomb ou d’étain qui permettaient de s’assurer que les participants n’étaient pas des soldats infiltrés ; le « drame du Grand Ry »3, survenu le 22 février 1688, opère comme un marqueur mémoriel pour les protestants poitevins. Ce jour-là, les soldats du Roi ont découvert une assemblée en train de se tenir : trois hommes furent pendus, trente et un envoyés aux galères. À l’opposé de celle des Camisards cévenols, engagés dans une révolte active, la résistance du Poitou est discrète.

6Le long du chemin emprunté, un cimetière familial protestant surgit à l’ombre des arbres. L’impossibilité faite aux huguenots d’être enterrés dans les cimetières catholiques les a contraints à construire leurs propres espaces collectifs de sacralité funèbre ou à disséminer des sépultures presque sans marques dans la campagne. Le cimetière que nous observons date du xixe siècle ; les tombes sont matérialisées et une symbolique rudimentaire est ébauchée dans la pierre (par exemple une colonne brisée pour signaler la sépulture d’un enfant mort). Un dernier arrêt prêt de l’ancien logis protestant de La Faugeré est l’occasion de rappeler le travail des prédicants (ici Marie Robin) lors des assemblées secrètes. Une croix huguenote, celle-là même qui a été créée par les orfèvres de Nîmes à la fin du xviie siècle, et qui s’est imposée en bijou de ralliement, scande le sentier sur de petits panneaux de bois peints.

Photo 4. Stèle indiquant un cimetière familial, commune de Beaussais, Deux-Sèvres.

Photo 4. Stèle indiquant un cimetière familial, commune de Beaussais, Deux-Sèvres.

Photo 5. Sépulture d’un cimetière protestant familial, commune de Beaussais, Deux-Sèvres.

Photo 5. Sépulture d’un cimetière protestant familial, commune de Beaussais, Deux-Sèvres.
  • 4 Femme, 57 ans, homme, 55 ans, femme, 62 ans, homme, 51 ans.
  • 5 Femme 66 ans, femme 50 ans, femme 66 ans, femme, 81 ans.
  • 6 Femme 59 ans.

7J’ai proposé aux participants de la promenade un questionnaire portant sur leur intérêt pour ces manifestations patrimoniales et culturelles. Les groupes des 17 juillet et 7 août 2012 ont rassemblé au total 33 personnes, 14 hommes et 19 femmes. L’âge moyen est de 61 ans. Les Deux-Sèvres (27 marcheurs) et les départements des alentours (Maine-et-Loire et Charente-Maritime) fournissent l’essentiel du contingent (seuls trois promeneurs sont originaires de départements plus lointains, Finistère, Haut-Rhin et Haute-Garonne). Les retraités sont majoritaires sur les deux journées (22 marcheurs au total). La moitié des personnes interrogées connaissaient le Musée du Poitou Protestant et les balades organisées par ses soins. Cependant, c’est la presse régionale qui est le premier relais de ces manifestations. Lorsque l’on demande aux participants de classer dans l’ordre de préférence les centres d’intérêt qui les ont incités à suivre la balade huguenote, l’histoire du protestantisme arrive en tête dans 17 questionnaires, devant le goût des promenades explicatives et le désir de découverte de la nature. Enfin, 21 personnes connaissaient l’histoire du pin parasol dans le sud des Deux-Sèvres. Cette ample proportion indique assez clairement l’ancrage de ce marqueur végétal protestant dans le paysage du Moyen Poitou. Incités à préciser comment ils avaient appris cette histoire de l’arbre ami, plusieurs interviewés indiquent que la « tradition familiale » ou « amicale »4 a nourri une trame explicative à l’apparente incongruité du résineux poitevin. Les précédentes balades ont également permis à plusieurs marcheurs d’être déjà bien informés de cette histoire orale5. Certains interviewés ont un rapport actif à l’histoire protestante et ont effectué des lectures et parfois même quelques recherches qui les ont mis en contact avec les marqueurs de la Réforme en général, et le pin parasol en particulier. Un homme de 66 ans, originaire des Deux-Sèvres, reconnaît être « intéressé par l’histoire locale et [celle] des religions » ; une femme du même âge mène des « recherches sur l’histoire locale » ; une autre effectue un « travail […] sur les huguenots et ceux qui ont émigré en Angleterre ». Parfois, c’est une tradition déformée, amalgamant plusieurs signes protestants qui est rapportée : « On m’avait [toujours] dit que là où l’on voyait un pin parasol, on pouvait découvrir un cimetière protestant »6.

8L’enquête ethnographique et le questionnaire qui la soutenait fournissent une première approximation de la pénétration des traditions orales. L’histoire du pin parasol protestant est connue, même de manière sommaire, elle fait partie des repères culturels qui architecturent l’imaginaire patrimonial. Lors de la balade du 7 août 2012, juste avant que la guide conférencière ne présente le pin parasol, une participante l’interpelle sur les assemblées secrètes et leurs localisations précises. « Il n’y a pas de lieux, de stèles… de choses comme cela », précise Delphine Palluault. Les sites connus d’assemblées sont ceux qui ont été le théâtre d’algarades avec les soldats et de procès retentissants. Pris dans les rets des archives judiciaires, le monde enfoui du protestantisme rural émerge par fragments. Mais, hors des archives départementales, ces éléments d’histoire vivante n’apparaissent pas ; ils ne s’inscrivent plus dans le paysage. Il ne manque pas seulement une sémiotique pour le déchiffrer, mais ce sont les signes eux-mêmes qui paraissent manquer.

  • 7 Signalons que de nombreux écrits diffusés en Deux-Sèvres participent de la diffusion de la traditio (...)

9Le parti pris anthropologique de cette enquête7 permet de confronter l’ancrage d’une tradition pratiquement invérifiable à la quête de sens et de signes qui paraît travailler l’imaginaire protestant du Moyen Poitou. Loin d’être un simple affleurement des lignes sourdes qui structureraient des représentations collectives anciennes, le pin parasol huguenot semble avoir été (re)constitué récemment en processus patrimonial actif. Cette fabrication du signe culturel s’inscrit dans une double histoire : celle de l’érudition locale, qui voisine avec l’histoire scientifique sans se confondre avec elle, et celle des pratiques d’éducation populaire, totalement renouvelées dans la deuxième moitié du xxe siècle.

La concurrence des interprétations

10Dénouer le fil historiographique des origines de la tradition associant le pin parasol des Deux-Sèvres aux protestants est complexe, et probablement vain s’il ne s’agit que de trancher entre les interprétations. Mon propos sera, plus modestement, de reconstituer les querelles d’érudition et de questionner la façon dont elles ont été menées. Car deux versions du recours symbolique au pin parasol s’affrontent. D’une part, la tradition orale, qui voit en lui un signe amical à destination des protestants pourchassés du Poitou, de l’autre, la tradition landaise du pin parasol capcazal indiquant une terre franche.

11Dès 1956, une petite notice de Saint-Cricq-Touyaa dans L’intermédiaire des chercheurs et curieux oppose les deux versions :

  • 8 Saint-Cricq-Touyaa, « Pin parasol, signe de reconnaissance », L’intermédiaire des chercheurs et cur (...)

« Dans l’ancienne Novempopulanie, en particulier dans le département des Landes, il y eut très peu de fiefs. Beaucoup de terres restèrent libres et portaient le nom de capcazaux. Elles ne relevaient que du soleil et, comme les terres nobles, donnaient leur nom à leurs propriétaires qui étaient considérés comme étant d’une classe sociale privilégiée s’alliant souvent à la noblesse. Les Capcazaliers avaient le droit d’avoir un colombier, un trottoir pavé le long de la façade principale de leur maison, et de planter dans leur enclos un pin parasol (pin franc ou pin mignon) qui indiquait au loin la demeure de celui qui avait ce privilège (par conséquent signe de reconnaissance). Ce nom de pin franc est interprété dans le sens du pin signe de franchise (car les pins n’ont jamais été greffés) et les capcazaliers tenaient à se faire enterrer dans les cercueils faits dans ce bois. Dans notre région, où il existe encore quelques rares maisons capcazlières avec des pins francs centenaires, il ne peut être question de traditions cathares ou d’anciennes demeures protestantes »8.

  • 9 Francis Thomas, « Une famille protestante de l’entre-deux mers : les Taupier-Letage », Cahiers du C (...)
  • 10 H. Alquier-Bouffard, « Le pin parasol signe de reconnaissance protestant », Cahiers du Centre de Gé (...)

12La double allusion aux protestants et aux cathares indique assez nettement une affinité élective entre formes de résistances religieuses. Le pin franc est ici un marqueur d’indépendance et de privilège ; il n’a pas vocation à signaler une croyance. Bien au contraire, le pin du capcazal est un arbre de la revendication et de l’affirmation, du pouvoir et de sa démonstration. L’interprétation de Saint-Criq-Touyaa connaît, à intervalles réguliers, des résurgences pratiquement intactes. En 1990, Francis Thomas publie dans les Cahiers du Centre de Généalogie Protestante une étude sur la famille Taupier-Letage. À la fin du xixe siècle, Elie Taupier, après s’être établi comme banquier à Nîmes, retourne sur ses terres d’origine à Vidasse en Gironde ; il est père de cinq enfants. « En bon protestant traditionnel, Elie Taupier-Letage planta à l’entrée de Vidasse cinq pins parasol, jadis cet arbre était en effet un point de reconnaissance pour les voyageurs réformés »9. Mais ce ré-enracinement protestant du pin parasol irrite H. Alquier-Bouffard qui, dans le numéro suivant des Cahiers de Généalogie Protestante, souhaite « tordre le cou à ce beau conte » : une « tradition, une légende, une vérité historique, mais alors qui en donnera une explication fondée ; celle du pin parasol signe de reconnaissance des maisons protestantes, quand on ne dit pas cathares ». Alquier-Bouffard avance un argument qu’il qualifie de bon sens : « Comment peut-on penser que nos aïeux aient eu ce comportement suicidaire de signaler non seulement à leurs coreligionnaires, mais aussi aux dragons du Roi, leur maison de telle façon, même si au début de sa croissance le pin parasol n’a pas la masse imposante que nous lui connaissons ? ». Le deuxième argument… n’est rien d’autre que la reprise du texte de Saint-Cricq-Touyaa. Les guillemets sont certes de rigueur, mais rien n’indique la provenance de la citation. La conclusion, remaniée, reste sans appel : « Planter un pin parasol, c’était autrefois signaler une terre libre, franche, qui n’a rien à voir avec le protestantisme »10. Le lecteur non averti ignore l’origine de l’argument d’autorité qu’assène Alquier-Bouffard.

  • 11 Ce qui est ici plus qu’une approximation.
  • 12 Louis Hignard, Alain Pontoppidan, Le pin parasol, Arles, Actes Sud, 1995, p. 68.
  • 13 Ibid., p. 69.
  • 14 Ibid., p. 69-70.

13La postérité de la petite notice de Saint-Cricq-Touyaa est surprenante ; ces quelques lignes opposant pins protestants et pins capcazaux structurent une longue polémique patrimoniale. L’ouvrage de Lionel Hignard et Alain Pontoppidan, consacré au pin parasol, dans la collection « Le nom de l’arbre », chez Actes Sud, paru en 1995, réactive l’opposition des interprétations. Les deux auteurs affirment ainsi qu’une « tradition orale bien établie en pays vendéens11 » qualifie les pins parasols d’« arbres protestants ». Ils auraient été « plantés par des protestants pour marquer leur fidélité à une religion que la révocation de l’édit de Nantes, en 1685, avait voulu faire disparaître à jamais »12. Surtout, les pins indiqueraient aux réformés les lieux sûrs. « L’histoire est belle, soulignent les auteurs, mais elle souffre d’un manque de crédibilité », puisqu’« aucune des recherches entreprises par les historiens du protestantisme n’a pu attester de la réalité de cette tradition ». À ce mythe s’oppose « une autre thèse, fondée sur des textes du droit coutumier de l’Ancien Régime »13, celle des pins capcazaux. Le texte de Saint-Cricq-Touyaa, cité presque entièrement14, vient légitimer une nouvelle fois la démonstration.

  • 15 Voir Observations de M. Bergoing avocat sur une discussion polémique entre l’auteur du traité des c (...)
  • 16 Anne Zink, Clochers et troupeaux. Les communautés rurales des Landes et du Sud-Ouest avant la Révol (...)
  • 17 Ibid., p. 448.

14Les travaux des historiens sont toutefois plus contrastés et nuancés que cette petite notice sans cesse ramenée à la surface des interprétations paysagères. Anne Zink, dans sa thèse monumentale sur les communautés rurales des Landes sous l’Ancien Régime, détaille avec précision les droits et les privilèges des capcazaux. Elle remarque tout d’abord que c’est le publiciste Bergoing qui, au début du xixe siècle, « a beaucoup fait pour donner toute sa rigueur à la notion de capcazal et aux droits qu’elle implique ». Partie prenante d’un débat dans lequel des propriétaires essayaient de maintenir leurs prétendus privilèges capcazaux, il documente la législation d’Ancien Régime sur le sujet15. En ramenant un droit complexe à quelques procédures, Bergoing a soutenu que les « capcazaux jouissent d’un statut privilégié ». Mais Anne Zink soutient que « si le mot capcazal est très employé, il est souvent compris, lors des partages de landes en particulier, au sens large, celui d’exploitation agricole stable et autonome »16. L’historienne signale bien la présence du « pin parasol qui, en Armagnac, se dresse à l’entrée du capcazal »17, mais la signification n’est plus la même, puisque le caractère privilégié des terres franches n’est pas démontré historiquement.

  • 18 Christian Hongrois, « Le pin pinàe », in Coutumes en Vendée, vol. 2, Parthenay, Editions UCP, Geste (...)
  • 19 Ibid.
  • 20 Ibid., p. 22-23.

15La césure interprétative entre pin capcazal et pin protestant n’est pas la seule tradition relative au pin dans l’ouest de la France. À proximité des Deux-Sèvres, en Vendée, le pin parasol est encore associé à un « symbolisme complexe »18 qui s’articule aux grandes étapes de la vie : « Bien avant la naissance, son fruit, la pine, détermine la grossesse puis l’accouchement. Plus tard, c’est ce même fruit que le jeune marié doit faire tomber à coups de fusil. Marqueur des temps de la vie, cet arbre est aussi associé à la mort lors du dimanche des Rameaux, où quelques belles palmes de pin pinàes sont déposées sur les tombes familiales et en particulier celle de l’aïeul, planteur du pin et germe du lignage »19. Ces coutumes n’ont plus aujourd’hui la même vigueur, mais elles subsistent encore, partiellement, dans les années 1990, comme le rapporte Christian Hongrois20. C’est au cycle de la vie, à ses enracinements mythologiques et à ses réitérations botaniques que le pin parasol est ici associé : la dramaturgie mythologique qui sous-tend ses usages ritualisés est fort différente du pin capcazal comme du pin protestant. Il n’empêche, le pin parasol est l’objet d’interprétations concurrentes, de recours multiples ; il est associé à des démonstrations collectives se situant sur des plans de représentations très divers. Concurrencée par d’autres représentations, la mémoire du pin parasol protestant n’en finit pas d’être réactivée.

La fabrique du patrimoine végétal

16Le pin parasol en Vendée s’inscrit très clairement dans une tradition symbolique associée aux imaginaires religieux classiques (i.e. le cycle de la vie). Le pin parasol protestant ne semble pas se référer à une pratique spirituelle spécifique ; il appartient davantage au registre de l’identification culturelle. Il est difficile de situer les origines de cette dernière tradition orale ; elle paraît peu ancienne ; la première mention que nous avons trouvée est celle de Saint-Cricq-Touyaa, qui combat l’interprétation protestante.

  • 21 Henri Gelin, « Notes sur quelques signes ruraux poitevins comportant l’idée d’indication, d’interdi (...)
  • 22 Ibid., p. 365.
  • 23 Ibid.

17En 1906, Henri Gelin, à Niort, secrétaire de la Société historique et scientifique des Deux-Sèvres, rédige quelques notes sur les « signes ruraux poitevins comportant l’idée d’indication, d’interdiction, etc. ». Il remarque notamment « qu’un cercle cloué verticalement au sommet d’un piquet planté au beau milieu d’un sentier indique, de la part du propriétaire, l’intention de s’opposer au passage par ce sentier »21. Le paysage rural est donc rempli d’indices subtils qui jalonnent le parcours des cultivateurs : « Une poignée de foin, une betterave, un chapelet de pommes de terre, pendus au sommet d’une perche plantée le long d’un chemin, aux abords d’une exploitation rurale, annoncent que le fermier est vendeur de la denrée indiquée par cette enseigne parlante »22. Gelin reconnaît ici le balisage classique des indications commerciales qui scandent les rues des villes. Les indices d’appartenance religieuse ne sont pas plus absents du paysage poitevin. Gelin rappelle ainsi que Victor-Eugène Ardouin-Dumazet, dans un volume de son monumental Voyage en France, paru en 1898, a vu à Pamproux, en plein pays protestant, des croix blanches peintes à la chaux sur des maisons catholiques. Le publiciste reconnaît là, non pas « une manifestation attestant la dualité religieuse », mais un « simple acte de piété ». Il admet toutefois que « dans les villages où coexistent les deux cultes, il est assez naturel que les protestants, qui n’ont pas l’habitude du signe de croix, se dispensent de tracer cette marque à la façade de leur demeure »23. Gelin ne fait aucune mention du pin parasol qui ne semble donc pas être associé, d’une façon ou d’une autre, à la religion protestante.

  • 24 Entretien avec Paul Bouneau et Delphine Palluault, 9 août 2012. Les citations qui suivent, sauf men (...)
  • 25 Marie-Thérése Duflos-Priot, Un siècle de groupes folkloriques en France, L’Harmattan, 1995, p. 67.
  • 26 Jean-François Chosson, La mémoire apaisée. Au long des routes de l’éducation populaire et de l’ense (...)
  • 27 Entretien avec Paul Bouneau et Delphine Palluault, 9 août 2012
  • 28 Ibid.
  • 29 Ibid.
  • 30 Le journal de Jean Migault. Les dragonnades en Poitou et Saintonge, Niort, UPCP, 1988. Nombreuses é (...)

18Cette interprétation ne s’en affirme pas moins à partir des années 1960. Paul Bouneau, pasteur en retraite de la paroisse de Melle, a activement participé à l’exhumation et à la diffusion d’une « tradition » orale presque sans origine. Pour lui, l’articulation du pin parasol et de la circulation des protestants pendant la période du Désert était « un peu dans l’inconscient collectif »24. Il reconnaît que, plus jeune, il n’avait pas l’impression « qu’on faisait le lien entre protestantisme et pin parasol ». C’est le travail d’un folkloriste local, André Pacher, qui semble avoir activé la renaissance symbolique du résineux. Cet homme a initié, dans les années 1960, un groupe de danses, de chants et de théâtre, les Pibelous. En étroite collaboration avec l’ethnologue Michel Valière, il organise l’Union pour la Culture Populaire en Poitou-Charentes (UPCP) qui coordonne les actions d’éducation populaire25. Son action s’étend jusqu’à la création d’une « Université rurale associant mémoire historique et création collective »26. Des associations comme la Cabasse (à Vitré) se chargent de collecter du matériel agricole et, avec d’autres structures locales, participent à une réminiscence patrimoniale collective27. Pour André Pacher, le projet d’éducation populaire que portait l’UPCP n’était qu’une étape : « Il se sentait responsable de la culture protestante », confie le pasteur Paul Bouneau ; il souhaitait faire « pour le monde protestant, ce qu’il avait fait pour le monde laïc »28. L’association Poitou Saintonge Protestants (PSP) fournit le cadre opératoire des futures actions visant à faire revivre une mémoire protestante. Pacher interroge sans relâche de nombreuses personnes âgées dans la région Poitou-Charentes pour alimenter le fonds d’histoire orale de l’UPCP. Paul Bouneau convient qu’il a ainsi « pu remarquer une certaine fixation sur les pins parasols ». C’est finalement un triptyque de repères patrimoniaux qui est mis en avant : « ce pays protestant a trois marqueurs, les temples, les cimetières, les pins parasols »29. La mise en tension des ressources mémorielles latentes suppose l’exhumation de figures marquantes : la réédition du journal du prédicant exilé au xviie siècle, Jean Migault30, et l’installation, en 1986, d’une stèle à proximité des ruines de sa maison aux Basses Touches de Thorigné sont l’occasion d’ancrer une histoire locale.

  • 31 La Commission Régionale du Patrimoine Historique, Archéologique et Ethnologique a poursuivi et syst (...)
  • 32 Berthelot, le Huguenot insaisissable, manuscrit de l’Orte, annoté par Jean Rivierre. Mougon, Geste (...)
  • 33 Sur ce point, voir Jean-Yves Andrieux, Patrimoine & Histoire, Belin, 1987 ainsi que Dominique Poulo (...)
  • 34 Henri Dubief, Jacques Poujol (éd.), La France protestante. Histoire et lieux de mémoire, Montpellie (...)
  • 35 Sur ce point, voir Marianne Carbonnier-Burkard, Patrick Cabanel (dir.), « Les musées du protestanti (...)
  • 36 Patrick Cabanel, Histoire des protestants en France xvie-xxisiècle, Fayard, 2012, p. 1160.
  • 37 Philippe Joutard, La légende des Camisards : une sensibilité au passé, Gallimard, 1977.
  • 38 Paul Bouneau, « La route des prédicants. L’aire des pins parasols », in Les protestants en Poitou-C (...)
  • 39 Ibid., p. 36.

19La première exposition organisée par PSP en 1988 porte sur les temples31 et le tricentenaire du Grand Ry instaure les manifestations collectives d’affirmation culturelle du protestantisme. Les publications nombreuses (on songe ici, par exemple, au récit de la vie de Berthelot, le « Huguenot insaisissable »32) et les expositions qui travaillent à l’identification d’une histoire protestante en Moyen Poitou s’inscrivent dans le mouvement plus vaste de patrimonialisation33 à l’œuvre au cours des années 1980 et 1990. Monuments et autres lieux de mémoire font l’objet d’une grande attention, les Journées Européennes du Patrimoine s’imposent en rendez-vous culturel majeur. La mémoire protestante en France prend place dans cette vaste manifestation présentiste : la publication en 1992 de La France protestante, par Henri Dubief et Jacques Poujol34, la fondation de plusieurs musées35 (dont celui du Poitou Protestant à Beaussais, dans les Deux-Sèvres), témoignent de ce que Patrick Cabanel appelle la « mémoire capiteuse »36 des protestants. Dès le début du xxe siècle, le musée du Désert a pris en charge l’histoire de la Réforme : la « légende des Camisards », fouillée par Philippe Joutard37, et la Société d’Histoire du Protestantisme Français constituent le point de départ d’un processus patrimonial qui s’est intensifié depuis une trentaine d’années. Après les temples protestants du Poitou, ce sont les pins parasols repérés par André Pacher qui sont ramenés dans le giron protestant. Paul Bouneau publie, en 1994, un chapitre intitulé « La route des prédicants. L’aire des pins parasols », dans l’ouvrage Les protestants en Poitou-Charentes et Vendée38. Fondé sur une enquête orale, le texte rapporte de nombreux témoignages « établiss [ant] avec une quasi-certitude le lien entre pins parasols et implantation protestante »39. Le pasteur explique que la tradition orale en fait remonter l’origine au temps du Désert » :

  • 40 Ibid., p. 38.

« Toutes les manifestations religieuses étaient interdites (cultes, baptêmes, mariages, ensevelissements…) et pourtant assurées clandestinement par des prédicants locaux ou des pasteurs itinérants dont la tête était mise à prix. Le pin parasol aurait été signe de reconnaissance. Là où il y avait un pin le prédicant pourchassé était sûr de trouver une table et un lit au risque pour l’accueillant de se voir condamner à ramer sur les galères du roi […] »40.

  • 41 Ibid., p. 40.
  • 42 Ibid., p. 43.
  • 43 Ibid., p. 40.
  • 44 David Harvey, Géographie de la domination, Les Prairies Ordinaires, 2008, p. 43-55
  • 45 Patrick Garcia, Christian-Marc Bosséno, « Introduction », in Maryline Crivello, Patrick Garcia, Nic (...)

20Certes, Paul Bouneau reconnaît qu’aucune source ne vient étayer cette tradition, « mais, interroge-t-il in fine, qui aurait pu le noter ? ». Le pasteur admet que « d’autres traditions existent »41, qui sont associées au pin parasol ; il passe ainsi en revue le catholicisme vendéen conjuguant le cycle botanique à celui de la vie humaine et les pins des terres franches. Il en profite pour contester l’interprétation d’Alquier-Bouffard, qui est en fait, nous l’avons vu, celle, désormais ancienne, de Saint-Cricq-Touyaa. Bouneau adjoint à sa démonstration des preuves indirectes : c’est d’une part la coïncidence géographique des zones de pins parasols en Poitou avec l’implantation protestante. D’autre part – et ce point avait été relevé par André Pacher –, la Réforme a correspondu à la Renaissance, marquée « par le goût des arbres exotiques ou tout au moins inhabituels »42. Les enjeux politiques locaux viennent se surajouter à cette renaissance patrimoniale du protestantisme poitevin. Le Conseiller général du sud des Deux-Sèvres, Émile Touzeau, propose « un certificat de conservation à ceux qui ont un pin parasol sur leur terrain », et les protestants sont fortement encouragés à « planter ou replanter cet arbre symbole »43. Notons que la concurrence des mémoires est nettement activée : les autres interprétations de la symbolique du résineux sont ici mentionnées et contestés. En s’imposant comme un repère d’identité et d’histoire locales, le pin parasol devient un capital symbolique pour les politiques44, l’activateur d’un récitatif « articulant étroitement un passé, un présent et un futur »45.

  • 46 Archives du Centre Jean Rivierre, Livre des Pins Parasols du Pays protestant poitevin, Poitou Saint (...)
  • 47 Plaquette de l’exposition « Le Pin parasol, arbre protestant ? », 1999.
  • 48 Entretien avec Paul Bouneau et Delphine Palluault, 9 août 2012.

21L’association Poitou Saintonge Protestants emploie Delphine Palluault à partir d’octobre 1998 pour effectuer un inventaire précis des pins parasols dans le sud des Deux-Sèvres. Émile Touzeau participe activement à l’élaboration de l’inventaire et fait profiter l’enquêtrice de sa bonne connaissance du Moyen Poitou. Des fiches sont éditées ; elles renseignent sur la commune d’implantation du pin, sa circonférence, sa hauteur approximative, sa situation par rapport aux reliefs, les histoires qui lui sont associées. Au total, Delphine Palluault rédige 46 documents : 18 pins sont associés à un cimetière familial protestant, 24 se trouvent sur des parcelles de propriétés connues pour être protestantes, 2 ont un lien avec la toponymie (le pin et le pinier) ; 12 arbres ont 150 ans ou plus46. Les indices s’accumulent donc, qui viennent combler un troublant vide archivistique : le paysage protestant, muet jusque-là, devient soudain bavard. L’enquête sert de base à une exposition qui se tient du 21 juin au 21 août 1999 à la Maison du Protestantisme Poitevin à Beaussais. La tradition orale est réactivée, muséifiée et, d’une certaine manière, légitimée. Mais la teneur générale du discours historique produit est à la nuance ; la plaquette de l’exposition précise ainsi que « comme la symbolique du pin parasol est très ancienne […], il n’est pas extraordinaire que d’autres traditions existent ailleurs »47. Surtout, la mémoire protestante ainsi mise au jour, c’est une nouvelle pratique commémorative qui émerge : à Souvigné (près de Saint-Maixent-l’Ecole), après le passage de l’enquêtrice, la commune a planté des pins et l’on assiste à un « renouveau du pin parasol »48.

  • 49 Eric Hobsbawm, « Inventer des traditions », in Eric Hobsbawm, Terence Renger (éd.), Inventer la tra (...)

22Les promenades huguenotes dont nous avons fait l’ethnographie entretiennent cette appropriation mémorielle protestante sur le mode d’une interprétation syncrétique : l’animatrice expose les différentes versions de la tradition, localise les récits et dresse un bilan des indices à disposition. La concurrence des passés semble avoir fait son temps, le patrimoine protestant s’est ancré, progressivement, jusqu’à forger un imaginaire substantiel, producteur, à son tour, de nouvelles pratiques (i.e. la replantation de pins parasols). La boucle mémorielle est ainsi bouclée : d’une tradition orale aux origines incertaines, nous sommes passés à une expérience patrimoniale collectivement partagée et désormais relativement connue. Il est possible d’interpréter ce mouvement de mémoire comme l’articulation ou l’association de deux processus patrimoniaux contemporains. Le premier renvoie à ce qu’Eric Hobsbawm a qualifié d’« invention de la tradition », qui formalise et ritualise des pratiques associées au passé49. La quête de la stabilité, de la répétition, de l’identité nourrit, en Occident, une perspective mémorielle visant à créer, inventer ou transformer des repères susceptibles de rendre cohérents des récitatifs collectifs. Le mouvement d’éducation populaire des années 1960 et 1970, puis la vague patrimoniale des années 1980 activent des mémoires latentes. À la différence des Cévennes, où la résistance protestante fut visible, les huguenots du Poitou ont mené une opposition passive, discrète. Il n’existe aucun support concret (autre que les archives) qui viendrait rendre compte de cette période historique de présence minoritaire qu’est le Désert. Les tentatives de récits buttent sur un vide monumental. Les repères architecturaux (comme les temples) scandent une histoire cultuelle commune, à peine différente de celle du catholicisme. Les cimetières protestants offrent une plus grande prise à l’imaginaire reconstitué. Mais c’est le pin parasol qui, par ses origines incertaines et son indéfectible présence, vient remplir l’espace vacant des monuments absents. Il s’agissait non seulement de rendre visible une religion qui s’est efforcée de se fondre dans le paysage, de disparaître dans les plis du relief, mais surtout de construire un repère dont l’intensité mémorielle est associée à des récits concurrents et à une genèse conditionnelle. En positionnant le pin parasol au cœur du récit patrimonial, ce n’est pas simplement une tradition qui est inventée, c’est également le lieu incertain de son enracinement, la trace indécise de sa source.

  • 50 François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Le Seuil, 2003, p. 27-2 (...)

23Le deuxième processus auquel renvoie la mise en patrimoine du végétal protestant est le régime présentiste mis en évidence par François Hartog. Les régimes d’historicité désignent, pour chaque époque, les modalités d’articulation des horizons du passé, du présent et du futur. Le régime actuel est marqué par une rupture nette entre un passé devenu patrimoine jusqu’à l’outrance et un futur jamais vraiment questionné. Le présent est en quelque sorte prisonnier de cet horizon temporel50. Le pin parasol est une incarnation paradoxale du présentisme patrimonial. En reliant des temporalités éloignées (le Désert, l’édit de 1787, la Révolution de 1848), il rattache la mémoire protestante à la mémoire nationale. Il est donc d’abord une articulation des passés (locaux et nationaux). Dans le même temps, l’arbre n’est pas un monument comme les autres. Sa propre croissance et son cycle botanique l’inscrivent dans une temporalité naturelle qui travaille le présentisme (e.g. le rite de replantation actuel, les interrogations sur les épisodes des replantations plus anciennes). À la différence du patrimoine pétrifié, le pin parasol superpose son rythme temporel à celui de l’histoire.

Photo 6. Pin parasol à La Guigneraie, commune de Thorigné, Deux-Sèvres.

Photo 6. Pin parasol à La Guigneraie, commune de Thorigné, Deux-Sèvres.

Photo 7. Pin parasol à La Faugerit, commune de Sepvret, Deux-Sèvres.

Photo 7. Pin parasol à La Faugerit, commune de Sepvret, Deux-Sèvres.

Photo 7. Pin parasol et cimetière protestant familial à La Faugerit, commune de Sepvret, Deux-Sèvres.

Photo 7. Pin parasol et cimetière protestant familial à La Faugerit, commune de Sepvret, Deux-Sèvres.
Haut de page

Notes

1 Je remercie Nicolas Adell, Volny Fages, John Merriman et Arnaud Saint-Martin pour leurs remarques et commentaires sur les versions antérieures de ce texte. Je remercie les animateurs du Musée du Poitou Protestant (notamment Delphine Palluault et Jean-Michel Decemme) ainsi que Paul Bouneau pour l’accueil chaleureux qu’ils m’ont réservé.

2 Jacqueline Lalouette indique que des pins ont bien été plantés lors des manifestations de 1848, au même titre que d’autres essences, comme le chêne ou le peuplier (J. Lalouette, Les mots de 1848, Toulouse, PUM, 2007, p. 18). Rien n’indique cependant un lien avec les protestants. En ce qui concerne la plantation d’arbres de la liberté lors de la Révolution Française, l’antériorité de certaines pratiques est manifeste dans le sud des Deux-Sèvres comme le note Mona Ozouf pour la ville de Melle : les Bachelleries, ces fêtes des jeunes gens, comprenaient, bien avant la fin du xviiie siècle, la plantation d’une branche de saule. La municipalité reconduit la manifestation pendant les événements. (Ozouf, La fête révolutionnaire 1789-1799, Gallimard, 1976, p. 304-305). Voir, pour plus de précision, Emilien Traver, Les bachelleries (Fêtes populaires) du Poitou, du Berry et de l’Angoumois, Melle, chez l’auteur, 1933, p. 12-15.

3 Voir Jean Rivierre, Roger Durand, Le drame du Grand Ry, La Couarde, Editions Malpertuis, 1995.

4 Femme, 57 ans, homme, 55 ans, femme, 62 ans, homme, 51 ans.

5 Femme 66 ans, femme 50 ans, femme 66 ans, femme, 81 ans.

6 Femme 59 ans.

7 Signalons que de nombreux écrits diffusés en Deux-Sèvres participent de la diffusion de la tradition orale du pin parasol, parallèlement aux balades. Le Guide du Poitou Protestant (La Crèche, Geste Editions, 2004, p. 25), la brochure Laissez-vous conter le Pays Mellois Protestant, publiée par le Syndicat d’Initiative du Pays Mellois et le Pays d’Art et d’Histoire de Melle, ainsi qu’un signet plastifié vendu au Musée du Poitou Protestant de La Couarde reprennent l’histoire du pin parasol, arbre ami des prédicants en chemin.

8 Saint-Cricq-Touyaa, « Pin parasol, signe de reconnaissance », L’intermédiaire des chercheurs et curieux, n° 61, 8e année, 17 avril 1956, p. 302.

9 Francis Thomas, « Une famille protestante de l’entre-deux mers : les Taupier-Letage », Cahiers du Centre de Généalogie Protestante, quatrième trimestre 1990, n° 32, p. 177-178.

10 H. Alquier-Bouffard, « Le pin parasol signe de reconnaissance protestant », Cahiers du Centre de Généalogie Protestante, premier trimestre 1991, n° 33, p. 32.

11 Ce qui est ici plus qu’une approximation.

12 Louis Hignard, Alain Pontoppidan, Le pin parasol, Arles, Actes Sud, 1995, p. 68.

13 Ibid., p. 69.

14 Ibid., p. 69-70.

15 Voir Observations de M. Bergoing avocat sur une discussion polémique entre l’auteur du traité des capcazaux et l’auteur du traité de la propriété des communaux et des droits des capcazaux dans les paroisses de l’ancienne prévôté de Dax et notamment à Saint-Vincent-de-Xaintes, Dax, 1825.

16 Anne Zink, Clochers et troupeaux. Les communautés rurales des Landes et du Sud-Ouest avant la Révolution, Bordeaux, Presses Universitaires de Bordeaux, 1997, p. 66.

17 Ibid., p. 448.

18 Christian Hongrois, « Le pin pinàe », in Coutumes en Vendée, vol. 2, Parthenay, Editions UCP, Geste Paysanne, 1989, p. 14.

19 Ibid.

20 Ibid., p. 22-23.

21 Henri Gelin, « Notes sur quelques signes ruraux poitevins comportant l’idée d’indication, d’interdiction, etc. », Société historique et scientifique des Deux-Sèvres. Procès-verbaux, mémoires, notes et documents, 2e année, 1906, p. 364

22 Ibid., p. 365.

23 Ibid.

24 Entretien avec Paul Bouneau et Delphine Palluault, 9 août 2012. Les citations qui suivent, sauf mention contraire, sont tirées du même entretien.

25 Marie-Thérése Duflos-Priot, Un siècle de groupes folkloriques en France, L’Harmattan, 1995, p. 67.

26 Jean-François Chosson, La mémoire apaisée. Au long des routes de l’éducation populaire et de l’enseignement agricole 1928-2001, L’Harmattan, 2002, p. 169.

27 Entretien avec Paul Bouneau et Delphine Palluault, 9 août 2012

28 Ibid.

29 Ibid.

30 Le journal de Jean Migault. Les dragonnades en Poitou et Saintonge, Niort, UPCP, 1988. Nombreuses éditions antérieures et postérieures.

31 La Commission Régionale du Patrimoine Historique, Archéologique et Ethnologique a poursuivi et systématisé ce travail de recension des temples protestants en Poitou-Charentes : Brigitte Montagne, Yannick Comte, Catherine Tijou, « Les temples protestants « monuments historique » en Poitou-Charentes », In Situ, 11, 2009.

32 Berthelot, le Huguenot insaisissable, manuscrit de l’Orte, annoté par Jean Rivierre. Mougon, Geste Editions, 1995.

33 Sur ce point, voir Jean-Yves Andrieux, Patrimoine & Histoire, Belin, 1987 ainsi que Dominique Poulot, Une histoire du patrimoine en Occident, xviiie-xxi: du monument aux valeurs, Presses Universitaires de France, 2006.

34 Henri Dubief, Jacques Poujol (éd.), La France protestante. Histoire et lieux de mémoire, Montpellier, Presses du Languedoc, 1992.

35 Sur ce point, voir Marianne Carbonnier-Burkard, Patrick Cabanel (dir.), « Les musées du protestantisme », Bulletin de la Société d’Histoire du Protestantisme Français, n° 157/4, octobre-décembre 2011.

36 Patrick Cabanel, Histoire des protestants en France xvie-xxisiècle, Fayard, 2012, p. 1160.

37 Philippe Joutard, La légende des Camisards : une sensibilité au passé, Gallimard, 1977.

38 Paul Bouneau, « La route des prédicants. L’aire des pins parasols », in Les protestants en Poitou-Charentes et Vendée, Mougon, Geste Editions, 1994, p. 34-43.

39 Ibid., p. 36.

40 Ibid., p. 38.

41 Ibid., p. 40.

42 Ibid., p. 43.

43 Ibid., p. 40.

44 David Harvey, Géographie de la domination, Les Prairies Ordinaires, 2008, p. 43-55

45 Patrick Garcia, Christian-Marc Bosséno, « Introduction », in Maryline Crivello, Patrick Garcia, Nicolas Offenstadt (éd.), Concurrence des passés. Usages politiques du passé dans la France contemporaine, Aix-en-Provence, Publication de l’Université de Provence, 2006, p. 12.

46 Archives du Centre Jean Rivierre, Livre des Pins Parasols du Pays protestant poitevin, Poitou Saintonge Protestants, Syndicat Mixte du Pays Mellois, 1999.

47 Plaquette de l’exposition « Le Pin parasol, arbre protestant ? », 1999.

48 Entretien avec Paul Bouneau et Delphine Palluault, 9 août 2012.

49 Eric Hobsbawm, « Inventer des traditions », in Eric Hobsbawm, Terence Renger (éd.), Inventer la tradition, Amsterdam, 2012, p. 30.

50 François Hartog, Régimes d’historicité. Présentisme et expérience du temps, Le Seuil, 2003, p. 27-28.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Pont muletier, vallée du Lambon, Deux-Sèvres.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/268/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre Photo 2. La croix huguenote, le long du sentier huguenot, commune de Beaussais, Deux-Sèvres.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/268/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 912k
Titre Photo 3. Stèle rappelant un épisode du Désert, le long du sentier huguenot, commune de Beaussais, Deux-Sèvres.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/268/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 644k
Titre Photo 4. Stèle indiquant un cimetière familial, commune de Beaussais, Deux-Sèvres.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/268/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 576k
Titre Photo 5. Sépulture d’un cimetière protestant familial, commune de Beaussais, Deux-Sèvres.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/268/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 572k
Titre Photo 6. Pin parasol à La Guigneraie, commune de Thorigné, Deux-Sèvres.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/268/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 508k
Titre Photo 7. Pin parasol à La Faugerit, commune de Sepvret, Deux-Sèvres.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/268/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 612k
Titre Photo 7. Pin parasol et cimetière protestant familial à La Faugerit, commune de Sepvret, Deux-Sèvres.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/268/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 665k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jérôme Lamy, « Un musée à ciel ouvert ? Anthropologie du patrimoine végétal protestant dans le Moyen Poitou », Diasporas, 21 | 2013, 113-126.

Référence électronique

Jérôme Lamy, « Un musée à ciel ouvert ? Anthropologie du patrimoine végétal protestant dans le Moyen Poitou », Diasporas [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/268 ; DOI : 10.4000/diasporas.268

Haut de page

Auteur

Jérôme Lamy

Après une thèse d’histoire des sciences soutenue à l’EHESS, sur l’histoire de l’observatoire de Toulouse, Jérôme Lamy a travaillé comme postdoctorant à l’Université du Québec à Montréal, au Centre National d’Etudes Spatiales et désormais à l’Université Toulouse II. Il a publié L’Observatoire de Toulouse aux xviiie et xixe siècles. Archéologie d’un espace savant (PUR, 2007) et dirigé deux ouvrages, l’un consacré à l’entreprise de la Carte du Ciel au xixe siècle, l’autre à l’astronome des Lumières, Jérôme Lalande. Il travaille à la jonction de l’histoire, de l’anthropologie et de la sociologie des savoirs et enseigne à l’Observatoire de Paris.
Il est membre de Framespa (Toulouse).

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org