Navigation – Plan du site
Jardins et forêts de mémoire

La Forêt du Refuge à la Maison Mazel, dans les Cévennes

The Forest of the Huguenot Refuge in the Mazel House, Cévennes
Jacques Verseils
p. 109-126

Résumés

La maison natale du prophète camisard Abraham Mazel, dans les Cévennes, abrite désormais l’association Abraham Mazel. Dédiée aux résistances d’hier et d’aujourd’hui, elle se propose de réaliser sur ses terres une « Forêt des Pays du refuge », permettant de parcourir symboliquement la diversité des pays de la diaspora huguenote.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Cette association laïque a été créée en 1992. Elle anime des activités tout au long de l’année, en (...)
  • 2 Abraham Mazel, né le 5 septembre 1677 à Falguières, prophète et chef camisard, prend part au commen (...)
  • 3 Relation faite par Pierre Chaptal, alors aumônier des antifascistes allemands dont le maquis était (...)
  • 4 Cet « Appel au pays du Refuge » lu au pied de la Maison Mazel, puis diffusé, eut un grand retentiss (...)

1En 1995, l’Association Abraham Mazel1a pu acquérir la maison natale du chef camisard Abraham Mazel2 à Falguières (commune de Saint-Jean-du-Gard), et la propriété de sept hectares qui l’entoure. Il s’agissait de sauver cette maison en très mauvais état pour en faire une maison vivante dédiée aux résistances d’hier et d’aujourd’hui. Surplombant, rive gauche, le Gardon et la Vallée Française, cette vieille demeure s’est retrouvée au centre de plusieurs résistances : ce fut d’abord, au xviiie siècle, la révolte des camisards ; au cours des années 1940, elle servit de relais aux maquisards (Cévenols, antifascistes allemands, Espagnols) qui regagnaient les maquis plus haut dans le pays3. Plus récemment, en 1989, elle fut utilisée par les opposants au projet de barrage de La Borie (qui aurait ennoyé la vallée) pour lancer un « Appel aux Pays du Refuge », ces pays qui avaient accueilli les huguenots en fuite au moment de la révocation de l’édit de Nantes4. Ainsi, face à la recrudescence des idées extrémistes, la vocation de cette Maison semblait d’actualité, comme un héritage de résistance à transmettre.

La forêt en Cévennes

2La forêt en Cévennes porte la marque de l’homme. Les Cévenols se sont attachés à façonner la nature pour en tirer leur subsistance et se ménager un territoire habitable. Cette complicité prend souvent ici la forme d’une passion où lutte et respect sont étroitement liés. Cette exploitation de la forêt va d’abord se faire à partir des arbres présents localement, en particulier pour les arbres fruitiers, présents à l’état sauvage, puis par l’introduction de nouvelles espèces, de nouvelles variétés en particulier pour le châtaignier, et surtout de nouvelles techniques de culture qui vont transformer la forêt cévenole en véritable forêt aménagée. Le châtaignier, ou « arbre à pain », va désormais être soigneusement planté et entretenu sur les meilleures terres, entre 300 et 900 mètres d’altitude.

3Une deuxième plantation forestière a marqué l’économie et le paysage cévenols, celle du mûrier, « l’arbre d’or ». Il s’agit du mûrier blanc dont les fruits ne sont pas comestibles pour l’homme, mais dont la feuille constitue l’aliment unique du ver à soie. À son tour, le chêne vert (l’yeuse) prendra de l’expansion au fur et à mesure du recul du châtaignier et du mûrier. Il est utilisé pour le tan, recueilli sur son écorce, d’excellente qualité et qui est employé dans les mégisseries de la région, alors que l’arbre lui-même, subissant des coupes régulières, est vendu comme bois de chauffage ou charbon de bois. La dernière grande extension forestière est liée à la plantation et l’exploitation du pin sylvestre ou maritime qui se répandit systématiquement, à partir du milieu des années 1860, dans les zones minières.

4On se rend compte que, de la forêt originelle, les Cévenols ont fait une forêt cultivée, maîtrisée, pour laquelle ils ont modelé un espace agricole original et qui a évolué au fil de la vie économique des Cévennes.

La Forêt à Mazel

  • 5 Ce poivrier est un gattilier (nom scientifique : Vitex agnus-castus L.). Le bulletin d’information (...)

5La forêt à Falguières (le « lieu des fougères ») était en bien mauvais état au moment de son acquisition par l’Association Abraham Mazel. Les pins avaient envahi l’espace, entourés de broussailles, de genêts et de ronciers. Les derniers châtaigniers se mouraient. Un arbre, plus particulièrement, faisait de la résistance à l’étouffement. Madame Anna S***, la dernière occupante de la maison, nous l’avait montré avec émotion et mystère : « Vous ne connaissez pas cet arbre ! ». Elle nous avait menés quelques pas en dessous de la maison pour nous montrer fièrement un poivrier5 ; elle nous raconta l’histoire de cet arbre rapporté dans son sac par un ancêtre parti combattre lors de la guerre de Crimée en 1854 ! Vivant et résistant depuis plus de 140 ans. L’arbre, débarrassé de la végétation qui l’encombrait, est devenu l’emblème de l’association. Un seconde tâche a consisté à débroussailler et enlever une partie des pins pour planter une « châtaigneraie mémoire » composée d’une soixantaine d’arbres de vingt variétés locales différentes.

  • 6 Robert Harrison, Forêts. Essai sur l’imaginaire occidental, Flammarion, 1992.
  • 7 Philippe Joutard, Jacques Poujol, Patrick Cabanel, dir., Cévennes terre de refuge 1940-1944, Sète, (...)

6Mais la forêt n’est pas un champ, un jardin, ou un verger. C’est aussi un écart par rapport à la cité, un refuge. « Forêts, monde écarté, opaque, qui dépayse, enchante, terrifie, remet en question la cité6 ». Refuge. Le mot fait écho en Cévennes : Refuge des pays étrangers qui ont accueilli la diaspora huguenote au temps des persécutions, refuge pour les juifs au temps de la Shoah7. Ainsi est née l’idée de la création d’une forêt du Refuge sur les terres d’Abraham Mazel.

La forêt du Refuge

7Planter aux côtés des essences locales des essences importées des pays du Refuge huguenot devait être le symbole d’une réunion et d’une coexistence matérialisant l’esprit de l’Association Mazel. Mais, à l’image du poivrier qui avait réussi à faire sa place sans envahir l’espace, il était nécessaire de trouver des espèces non envahissantes (« non invasives ») et qui ne soient pas nuisibles à la biodiversité autochtone. C’est dans cet esprit que fut lancée « officiellement » à l’été 2004 une action pour la création de la Forêt du Refuge.

8À titre d’essai, trois premières plantations ont vu le jour. Des bouleaux argentés (betula pendula) représentent l’Europe centrale (ci-dessous) :

Bouleaux argentés

Bouleaux argentés

9et des érables, l’Amérique du nord (ci-dessous) :

10Ces arbres s’intègrent parfaitement à la nature des lieux. Deux macluras (maclura pomifera) ont été aussi plantés. Le maclura, appelé l’oranger des Osages, doit son nom à la tribu indienne des Osages qui occupait la zone où pousse cet arbre. Il appartient à la famille des Moraceae, comme le mûrier dont il est apparemment le plus proche parent. Les Cévennes se devaient d’accueillir ce cousin du mûrier qui, à son image, de l’autre côté de l’Atlantique, fut l’habitant d’une terre de résistance et de refuge.

  • 8 La propriété Mazel fait partie d’une zone classée par l’UNESCO dans le cadre de l’action « Man and (...)

11Ces trois premières plantations se développent aux côtés, et en toute harmonie, des chênes, églantiers, cistes, arbousiers et châtaigniers. Mais cette Forêt du Refuge doit-elle être développée pour devenir un vaste espace arboré permettant de parcourir symboliquement la diversité des Pays de la diaspora huguenote, de la Poméranie à l’Irlande, de la Hollande à la Guyane et à l’Afrique du sud ? Fausse bonne idée ? Symbole superflu ? Ou nécessaire évocation de l’histoire, liant l’homme et la nature8 ? Refuge utile à la contemplation et la réflexion ? Ce sont ces questions que l’Association Abraham Mazel se pose à l’occasion de ses vingt ans d’existence pour décider de l’extension à donner à la Forêt des Pays du refuge.

Haut de page

Notes

1 Cette association laïque a été créée en 1992. Elle anime des activités tout au long de l’année, en particulier un festival du film documentaire, « Luttes et Résistances », en avril, et des Rencontres universitaires en juillet. Site : http://www.abrahammazel.eu

2 Abraham Mazel, né le 5 septembre 1677 à Falguières, prophète et chef camisard, prend part au commencement de la guerre des Cévennes, le 24 juillet 1702, et est l’un des derniers à tenter de reprendre le combat. Il est abattu, à la suite d’une trahison, le 14 septembre 1710 à Uzès. Ses Mémoires sur la guerre des camisards ont été édités dans un même volume avec ceux d’Élie Marion et Jacques Bonbonnoux, Les Presses du Languedoc, 1983.

3 Relation faite par Pierre Chaptal, alors aumônier des antifascistes allemands dont le maquis était hébergé au Galabartès, plus haut dans la montagne.

4 Cet « Appel au pays du Refuge » lu au pied de la Maison Mazel, puis diffusé, eut un grand retentissement, en particulier jusqu’aux États-Unis : Jean-Pierre Richardot, Le peuple protestant français aujourd’hui, Laffont, 1992 [1980], p. 319-331.

5 Ce poivrier est un gattilier (nom scientifique : Vitex agnus-castus L.). Le bulletin d’information de l’Association Mazel, publié trois fois par an, a pris le titre de Poivrier de Falguières.

6 Robert Harrison, Forêts. Essai sur l’imaginaire occidental, Flammarion, 1992.

7 Philippe Joutard, Jacques Poujol, Patrick Cabanel, dir., Cévennes terre de refuge 1940-1944, Sète, Nouvelles Presses du Languedoc, 2012 [1987].

8 La propriété Mazel fait partie d’une zone classée par l’UNESCO dans le cadre de l’action « Man and Biosphere ».

Haut de page

Table des illustrations

Titre Bouleaux argentés
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/266/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 428k
Titre Érables
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/266/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 544k
Titre Macluras
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/266/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 426k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Verseils, « La Forêt du Refuge à la Maison Mazel, dans les Cévennes », Diasporas, 21 | 2013, 109-126.

Référence électronique

Jacques Verseils, « La Forêt du Refuge à la Maison Mazel, dans les Cévennes », Diasporas [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/266 ; DOI : 10.4000/diasporas.266

Haut de page

Auteur

Jacques Verseils

Professeur de lettres retraité, co-créateur et responsable des animations culturelles de l’Association Abraham Mazel. Berger en Cévennes. Il a assuré, avec Christian Lhuisset, la coordination éditoriale de l’ouvrage Cévennes & Gévaudan protestants xvie-xixe siècles. Itinéraires huguenots, Bez-et-Esparon, E & C, 2005.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org