Navigation – Plan du site
Diasporas et jardins

Planter un arbre en Israël : une forêt rédemptrice et mémorielle

Planting a Tree in Israel: a Forest of Redemption and Memory
Sylvie Friedman
p. 59-79

Résumés

Tout au long du projet sioniste, le végétal a joué un rôle de médiateur entre la terre rêvée et la terre foulée, entre le texte biblique et la réalité. Le réinvestissement national s’est opéré à travers des plantes connues depuis la diaspora, réorganisées en scènes signifiantes pour la mémoire et l’histoire juive. Ce lien de filiation entre texte sacré et paysage débouche sur une pratique de plantation considérée comme un acte mystique de régénération du monde.

Haut de page

Texte intégral

1Nulle part mieux qu’en Israël, la confrontation entre nature imaginée et nature pratiquée n’a donné lieu, depuis un siècle, à un réinvestissement du territoire et du végétal selon des modalités qui, pour l’anthropologue, sont un magnifique territoire d’investigation. Cette étude se propose de traverser les représentations qui sont à l’œuvre derrière les politiques de plantations, de voir comment elles s’inscrivent dans un renvoi constant au texte biblique qui a constitué, pour les juifs, un territoire imaginaire qu’il a fallu ensuite confronter aux réalités sur le terrain. C’est dans cette double nécessité, d’investir parallèlement le territoire et la langue, que s’est développée une botanique hébraïsante, qui a fourni le socle d’identités nouvelles et de constructions sociales où de nouveaux collectifs ont assuré le rôle de médiation entre passé et présent : les forêts. Il s’agira de montrer comment les représentations de la diaspora ont pu jouer leur rôle, aussi bien dans les espèces choisies pour le reboisement que dans les modalités de la plantation et ses usages. L’ensemble de ces pratiques sera enfin replacé dans une perspective plus large, à l’articulation du laïque et du religieux, en étudiant le transfert de la notion de rédemption de la sphère religieuse à la scène naturelle.

Photo 1. Un certificat de plantation à la mémoire de Th. Herzl datant de 1947.

Photo 1. Un certificat de plantation à la mémoire de Th. Herzl datant de 1947.

Photo 2. Le premier ministre David Ben Gourion avec des visiteurs venant de trouver un arbre solitaire émergeant de la terre rocailleuse du sud du Neguer. (Photo David Eldan, 1949).

Photo 2. Le premier ministre David Ben Gourion avec des visiteurs venant de trouver un arbre solitaire émergeant de la terre rocailleuse du sud du Neguer. (Photo David Eldan, 1949).

Les représentations bibliques de la terre d’Israël

2Les espaces du désert et de la forêt sont couramment opposés aux espaces cultivés dans les études d’anthropologie de la nature. Beaucoup plus ambivalents dans la pensée juive, ils ne représentent pas des entités fixes, mais des lieux où se réalise la lutte pour la survie, donc des sortes de terrains de « mise à l’épreuve » divine. Le désert est également, pour le peuple juif, lieu de mémoire. Là se sont passés, selon le texte biblique, les principaux événements de son histoire, là ont été élaborés les éléments marquants de son culte (sacrifice d’Abraham, don de la Tora, miracle de la manne, etc.). C’est dans cet environnement hostile que se sont opérées les premières socialisations qui ont fondé les tribus d’Israël : relation à Dieu, relation à l’autre, naissances des familles de patriarches.

  • 1 Foyer National Juif en Palestine.
  • 2 site www.kkl.fr

3Lorsqu’après l’indépendance, dans les années 1950, l’État commence à prendre en charge de gros travaux d’aménagements du territoire, il le fait par le biais de la plus ancienne des institutions sionistes du Yishouv1, le Keren Kayemeth LeIsrael (KKL), Fonds National pour Israël, créé en 1901. Pendant les cinquante ans qui ont précédé la création de l’État, cette organisation a acheté des terres au nom du peuple juif, invoquant la citation du Lévitique 25 : 23 : « Les terres ne se vendront pas à perpétuité. Car le pays est à moi ». Se sentant « dépositaire de la gestion de ces terres, au nom du peuple juif tout entier », le KKL les alloue à bail pour des périodes renouvelables de 49 ans. En ce sens, il estime « garantir l’unité et le caractère juif de la terre inaliénable d’Israël2»

  • 3 Le peuple d’Israël est lié au Neguev, KKL, Jérusalem, s.d.

4Mais ce mouvement sioniste, du fait qu’il était laïc, a dû renouveler l’interprétation religieuse traditionnelle pour nourrir l’idéalisme de ses militants. Les terres rachetées étaient souvent ingrates, soit marécageuses, soit désertiques. Peu aptes à la valorisation, si ce n’est au prix de l’effort agricole, elles se sont trouvées particulièrement désignées comme un « outil du peuple juif pour la rédemption »3.

5Sur ce même postulat, la réserve du paysage biblique de Neot Kedumim (Biblical Landscape Reserve) a entrepris depuis les années 1970 d’acclimater sur 250 hectares des collines de Judée toutes les plantes citées dans la Bible. Son créateur, Noga Hareuveni, un juif ashkénaze fils de botanistes russes arrivés en Israël en 1914, conçut le projet en 1965 de « réclamer cette terre pour lui rendre sa gloire passée ». Il a été aidé pendant dix ans dans cette tâche par de nombreuses équipes de jeunes envoyées de la diaspora, principalement des États-Unis, en séjour de vacances scolaires, pour « l’émulation
du muscle et de la transpiration d’adolescents bêcheurs, râtisseurs, porteurs de seaux, monteurs à dos d’âne, frayeurs de chemins… Avec la Bible dans une main et une bêche dans l’autre, ils ont commencé à renverser le processus qui avait rendu ces collines nues.
4 »

  • 5 Ibid.

6La spécificité de ce réinvestissement est qu’il s’est opéré dans un référencement constant au texte biblique, en y cherchant justifications et preuves et dans l’exigence de faire correspondre texte et paysage. La construction idéologique de cet espace, installé près de la Ligne Verte, non loin de la frontière avec la Cisjordanie, reprend les grands postulats qui, en Israël, permettent de justifier à la fois le récit ontologique et la politique territoriale. Premier postulat : la terre a été dévastée pendant l’exil des Juifs : « La zone attribuée à Neot Kedumim était une partie particulièrement désolée et monotone des collines de Judée. Des siècles de batailles, de surpâturage et de négligence avaient dépouillé la terre de sa couche superficielle de sol et le rocher nu dépassait partout.5 » Deuxième postulat : c’est par le travail agricole que la propriété de la terre se réalise : « La montagne sera à toi puisque c’est une forêt et que tu la déboiseras. À toi seront ses aboutissants » (Josué 17 :18).

  • 6 Marty Douglas, L’anthropologue et la Bible, Paris, Bayard Presse, 2004 [1999].

7L’aménagement de la réserve se fait sur le mode développé dans tout le pays par le KKL : plantation d’arbres rappelant l’ancienne présence et attribution de noms issus de la Bible à ces espaces, afin de réinscrire les bribes du récit fondateur dans l’environnement. L’écho que réveille la langue se déploie non seulement dans la résonance des noms propres, mais également dans la forme textuelle. Il y a reproduction d’une langue poétique qui « sonne » comme le verset. Métaphore, analogie, permettent de « faire correspondre microcosme du monde et société6 ».

  • 7 « Le pays ruisselant de lait et de miel », c’est-à-dire la terre promise. Ex 3: 8,17 ; 18:5 ; 23:3.
  • 8 Noga Hareuveni, Nature in our Biblical heritage, Israël, Neot Kedumim Publication, 1996.

« Sur les circuits qui traversent les collines onduleuses de la réserve, les visiteurs peuvent traverser le Champ des Sept Variétés et escalader les pentes du Jardin des Produits de Choix, marcher à travers les buissons de la Forêt de Lait et de Miel7 et goûter les grappes mûres en saison dans le Jardin d’Isaïe8 ».

8C’est cette même prose poétique qui a inspiré l’aménagement du Neguev qui, depuis la création de l’État, est devenu un lieu d’agriculture en serres, de plantation d’orangers, de pisciculture intensive, d’oliveraies industrielles. L’université Ben Gourion, ses nombreux laboratoires de recherche, les centres industriels autour de la Mer Morte et la pile atomique de Dimona montrent à quel point il a été investi par les projets de développement, pour des raisons tout autant pratiques qu’emblématiques : la végétalisation et le développement de terres considérées comme incultes devaient faire partie du « miracle juif ». Cet aménagement agricole et industriel s’accompagne lui aussi d’expressions qui relèvent beaucoup plus du domaine littéraire que scientifique : « Repousser le désert », « verdure au cœur du désert », « faire refleurir le désert ».

  • 9 Zohar II, 161b. Le Zohar est la cabbale espagnole du XIIIe siècle.
  • 10 « Une population stable peut se permettre, passivement, de laisser les signaux se développer dans l (...)

9Cette poétisation de l’espace, cette renomination du territoire par des militants sionistes issus principalement des communautés ashkénazes qui ont formé les premières vagues d’émigration en Palestine à la fin du xixe et au début du xxe siècles, sont des procédés qui relèvent de la primauté qu’a toujours exercée sur les communautés diasporiques la culture du texte, antérieur à toute réalité, comme le traduit ce passage du Zohar : Que faisait le Saint Béni Soit-il quand il créait le monde ? Il regardait dans la Tora. Il regardait dans la Tora et il créait le monde, il regardait dans la Tora et il créait le monde9. L’acte de planter se fait donc dans l’espace du langage aussi bien que dans le sol, comme s’il fallait conjointement investir un territoire textuel et national10.

Renommer l’individu, identifier les plantes

  • 11 Mendele Moykher Seforim par exemple, avec son Histoire naturelle, Toledot ha-teva, 1862. Les Hareuv (...)
  • 12 Le gouvernement publie régulièrement un Yalkut ha-pirsumim, où tous ces noms sont recensés.
  • 13 Louis Rabinowitz, Torah and Flora, New York, Sanhedrin Press, 1977.

10Si le texte biblique a déjà, depuis des générations, nourri l’imaginaire juif de ses paysages, le réinvestissement concret d’un champ sémantique végétal lié au territoire n’a pu se réaliser qu’à la fin xixe siècle, lorsque les premières vagues d’immigrants rejoignent la petite communauté juive qui vit dans l’Empire Ottoman. Parmi eux se trouvent des écrivains nationalistes et des botanistes qui, par leurs travaux, vont revitaliser le rapport à la nature en l’hébraïsant11. Petit à petit, de plus en plus d’arrivants vont choisir un nom hébreu12 pour leur nouvelle identité, en empruntant de nombreux noms aux domaines de la flore et de la faune. Des prénoms de fleurs comme vered ou shoshana, la rose, hadassa, le myrte, etc. sont donnés aux filles. Beaucoup de noms de garçons viennent de noms d’arbres, comme alon, le chêne ou erez, le cèdre. Les noms de famille peuvent être aussi des noms comme eshkol, grappe, ou brosh, genévrier, en fonction d’un rapport de consonance entre l’ancien nom et l’espèce végétale. Un premier ministre a changé son nom de Shkolnik en Eshkol. Un certain Rahamim a préféré s’appeler Rimon (grenadier), M. Caleb a choisi Carmi (mon vignoble), M. Yatom Rotem (genêt). M. Badnarsh et Broshkowski, qui ont tous deux choisi Brosh, se retrouvent ainsi apparentés13. Tout comme on renomme l’espace, on « naturalise » son identité par l’adoption d’un nom emblématique du territoire. La pratique peut dans certains cas devenir obligatoire. Le 15 juin 1955, David Ben Gourion, alors ministre de la Défense, décide qu’aucun officier de Tsahal ne sera envoyé à l’étranger s’il ne porte pas un nom hébreu.

  • 14 « Ne risquons-nous pas de voir un jour la puissance religieuse de ce langage se retourner violemmen (...)

11La langue devient dès le début du xxsiècle un enjeu identitaire complexe, qui fait l’objet d’un débat entre les partisans de l’adoption du yiddish et ceux de l’hébreu. Depuis 1881, un juif lithuanien, Eliezer Ben Yehuda, s’emploie à adapter l’hébreu biblique aux nécessités de la vie quotidienne. C’est la langue qui sera adoptée comme langue nationale, avec des conséquences imprévues. Dans l’état laïc d’Israël, par l’usage parlé et écrit d’aujourd’hui, il y a constamment transposition de mots appartenant au domaine du sacré à l’espace de l’utilitaire et du quotidien. Une dérive dénoncée pour les effets à retardement produits par l’utilisation pour la vie quotidienne de mots appartenant à une langue dont il est impossible d’atténuer la charge14. Les unités de fonctionnement permettant l’expression sont des images signifiantes, des bribes d’histoire, de rites religieux, des expressions qui ont un « écho ». Par exemple, aliya signifie « montée » en hébreu. Son sens moderne désigne l’immigration en terre d’Israël. Mais il a aussi une signification religieuse, la montée vers la Terre Sainte pour un pèlerinage, ou la montée sur l’estrade de la synagogue lors de la lecture d’un passage de la Tora. Le territoire d’Israël est ainsi infusé d’une religiosité diffuse, apportée par le langage.

  • 15 Gabriel Piterberg, The return of Zionism : myths, politics and zionism in Israël, London, Verso, 20 (...)

12L’hébreu, par sa charge mythique, charrie des sens démultipliés, des expressions où plantes, associations végétales, unités paysagères deviennent pour une nation en construction un réservoir inépuisable de sensibilisation collective. Bien que les sionistes aient affirmé haut et fort qu’ils avaient « remplacé l’autorité de Dieu par l’autorité de la nation »15, lors du centenaire du KKL en 2003, son délégué général Michaël Bar Zvi rappelait en ces termes l’histoire du reboisement : « Le prophète Isaïe nous fournit une première liste des arbres, chap.1 : 18-19 : Dans le désert, je ferai croître le cèdre, l ‘acacia, le myrte et l’olivier, dans la campagne stérile, je planterai avec le cyprès, l’orme et le buis. Les pionniers se sont inspirés de ces conseils, mais ils y rajoutèrent d’autres espèces comme les pins, les térébinthes, les tamaris et les chênes. »

  • 16 Deut XX, 19.
  • 17 Marahal de Prague sur les Pirke Avot.

13Les citations bibliques sont largement utilisées dans tout le pays pour légitimer les aménagements paysagers. Le lien entre identité végétale et identité humaine est constamment rappelé dans les commentaires accompagnant les nouveaux rituels comme la fête de Tou Bishvat, une fête de la plantation qui a lieu le 15 du mois de shvat (en février-mars), à l’occasion de laquelle sont régulièrement rappelés des versets comme « L’homme est un arbre des champs »16 ou des interprétations métaphoriques qui reprennent des structures comparatives issues des textes sacrés : « Comme l’arbre vient de la terre, se dresse vers le ciel et donne des fruits, ainsi en est-il de l’homme dont l’origine est la terre qui aspire à s’élever vers l’Éternel et dont les premiers fruits sont les bonnes actions…17 ».

14Ainsi s’est effectué dans le champ du langage un véritable réensemencement des liens identitaires avec le territoire, brouillant les pistes entre le laïque et le religieux, débordant les frontières du privé et du public, ameublissant le sol idéel et matériel préparé pour la plantation.

Les forêts des nations : un paysage diasporique

  • 18 Doleve Gandelman Tsili, « Zionist ideology and the space of Eretz Ysrael », in Trees, earth and Tor (...)
  • 19 Adama, magazine du KKL, n°61, 2012.

15Tout comme elle l’a été dans la revitalisation de la langue, la position des juifs de la diaspora dans l’entreprise de rachat de terres et de reboisement d’Israël a été prépondérante. Leur posture à la fois « en dedans » et « en dehors » est une place de questionnement personnel et de réévaluation incessante de leur identité. Que ce soit lors des voyages en Israël, où ils sont une des cibles privilégiées des Tour Opérateurs, ou par le biais des synagogues, les incitations du KKL à la plantation sont permanentes. Lors de sa création, le Fonds National Juif avait organisé un système mondial de récolte de fonds au moyen de timbres et de tirelires placées dans les communautés, puis dans les foyers, pour symboliser le fait que la terre d’Israël était possédée par le peuple juif tout entier, par l’intermédiaire du KKL18. Le tronc bleu, cette fameuse boîte en fer blanc, qui dès 1904 avait été envoyée dans un million de foyers juifs pour faire participer la diaspora à l’acquisition et au reboisement de terres en Israël, était l’idée d’un petit employé de banque de Galicie, Haïm Kleinman : il s’agissait de doter chaque famille juive d’un tronc symbolique, dont le produit serait ramassé régulièrement par les émissaires de Terre Sainte, qui apportaient dans leurs bagages les parfums d’Eretz Israël, pour mieux éveiller la nostalgie des juifs de la diaspora. Le produit de cette cagnotte était parfois modeste, mais assumait une fonction symbolique et pédagogique forte d’identification au projet sioniste19. Il faudra attendre 1960 pour que la Knesset adopte la loi sur la terre propriété nationale, basée sur les préceptes bibliques et les principes du KKL.

La boîte bleue qui, depuis 1904, sert de tirelire pour les actions du KKL.

La boîte bleue qui, depuis 1904, sert de tirelire pour les actions du KKL.

Sur une face le drapeau d’Israël ; sur l’autre, la carte du pays avec l’étendue croissante de la propriété juive. Ce sont aujourd’hui les forêts d’Israël qui sont matérialisées.

16Ainsi le développement des communautés végétales nationales s’est-il réalisé en lien constant avec les communautés humaines diasporiques. La première forêt plantée en 1908, la Forêt Herzl à Ben Shemen, a été agrandie depuis grâce à des fonds venant d’Italie, d’Argentine et du Mexique. Dès la veille de la Première guerre mondiale, le KKL possède 2 400 ha de terres. Les collectes s’intensifient. En 1928, le KKL plante les Forêts Balfour et Mishma ma Emek. Yossef Weitz, appelé « Père des forêts », est nommé directeur du département des terres et du reboisement. Lors de la fondation de l’Etat, en 1948, le KKL détient 100 000 ha de terres. Il a déjà planté 5 millions d’arbres. Les travaux de défrichement et de reboisement procurent une occupation et des revenus à des dizaines de milliers d’immigrants. En 1951, le KKL plante la Forêt des Martyrs, à la mémoire des victimes de la Shoah. En 1957, c’est la forêt de Jérusalem. En 1964, celle du Canada. En 1965, la Forêt Yatir, au nord du Néguev. En 1971, le reboisement s’intensifie. Le KKL a planté déjà 100 millions d’arbres. En 1976, il ouvre le Parc de l’Indépendance Américaine, à l’ouest de Jérusalem. En 1978 est inaugurée la Forêt de l’Enfant Juif. En 1988, le KKL lance une campagne « arbre pour arbre » pour replanter systématiquement les forêts détruites par les incendies. Depuis, de nombreuses autres forêts ont été plantées, dont celle d’Eshtaol par 17 nations d’Amérique latine et centrale.

17Les juifs de France ont participé activement à ces campagnes de plantation : au nord dans le Jordan Park et la forêt de Gilboa, au centre à Nahal Perat et Ma’ale Adumim, au sud à Mizpe Ramon et Netivot. Pour le 60e anniversaire de la création de l’État, en 2008, est aménagé le parc de France Adoulam, au pied des collines de Judée : 4 500 ha de chemins de promenade, pistes cyclables, sites agricoles, archéologiques, au milieu d’une végétation de maquis entourée de forêts plantées par le KKL, qui compte y développer des « activités pour la jeunesse juive de diaspora20 ».

18Au travers de ces forêts, s’exercent toutes les commémorations possibles : des événements nationaux (la Forêt Bar Kochba, la Forêt de l’Indépendance), des hommes célèbres (la Forêt Churchill, la Forêt Roosevelt, la Forêt Balfour), des pays et des communautés (la Forêt du Canada, de la Suisse), des mémoriaux (la Forêt de l’Enfant juif, la Forêt des martyrs).

Pin ashkénaze, pin sépharade

  • 21 Ainsi la forêt de pins du Yatir, aujourd’hui la plus grande d’Israël, plantée en 1966 dans le nord (...)
  • 22 Michel Bariteau, Rapport de la 10e session des experts de la Fao, 1992.

19Bien qu’elles aient été très médiatisées, ces opérations de reboisement ont aussi eu leurs échecs. Les juifs ashkénazes composaient la majeure partie des membres de l’organisation du KKL à ses débuts. Ils avaient conservé leur propre imaginaire de la forêt, issu de leur culture diasporique d’Europe orientale, où les forêts de pins sont majoritaires. Ils connaissaient peu le chêne et le pin local, et les espèces qui composent le maquis méditerranéen : térébinthe, arbousier, arbre de Judée, caroubier, lentisque, laurier. Les premières plantations sont symboliques, ce sont des oliviers dans la forêt Herzl. Puis, certaines espèces sont choisies pour leur efficacité pratique. Les pionniers plantent des eucalyptus pour assécher les marais. Mais c’est le pin qui demeure l’espèce plantée en plus grand nombre, car il réunit des aspects symboliques (rappel de la communauté d’origine), pratiques et politiques : les pins poussent très haut et très vite, et peuvent ainsi couvrir rapidement le terrain, y avoir une visibilité, fournir du bois pour la construction. De plus, il s’agit d’une espèce persistante dont certains pensent qu’en apportant davantage d’ombre, elle pourra faire descendre la température21. Mais les espèces plantées jusque dans les années 1960 n’étaient pas toutes adaptées à la région et pouvaient même mettre en danger les espèces locales comme le pin d’Alep22. Ce dernier peut également s’hybrider avec le cèdre du Liban, une espèce non locale, et donner des plants sujets aux maladies.

  • 23 Haaretz, « Clearing the pine’s tree name », par Eli Ashkenazi, février 2008.

20Les premières politiques de plantation, privilégiant le pin de Jérusalem dans les régions montagneuses et les eucalyptus dans le sud, ont donc vite montré leurs limites. Dès les années 1950, les pins plantés au milieu des forêts de Beth Keshet sont tombés malades et ont dû être remplacés par des oliviers. Tout comme ceux plantés dans la forêt de Yar Asollelim et dans celle du Carmel. Plantés trop serrés, ils donnent trop d’ombre, cachent les panoramas, étouffent la végétation locale. L’uniformité des paysages ainsi créés par cette première politique d’afforestation finit par provoquer le mépris des amoureux de la nature, voyant d’un mauvais œil le même paysage monotone couvrir la Galilée, la côte, les collines de Jérusalem et le nord du Neguev23. Le KKL a aussi été critiqué pour sa politique d’utilisation de produits herbicides afin d’éliminer le taillis. Encore une fois, la tentative de remplacer la végétation indigène par une végétation porteuse de l’imaginaire diasporique était à l’origine de ces pratiques. Le 31 mars 1958, Ben Gourion planta un cèdre du Liban dans la forêt de Jérusalem. Cet arbre n’a pas grandi. Bien que célèbre dans la Bible, Cedrus libani n’est pas adapté à la région. Pourtant, c’est aussi le premier arbre qu’Herzl ait planté, avec un dattier, le 2 novembre 1898, à Motza, près de Jérusalem. Il avait peut-être en tête la citation de Psaumes 92 : 13 : « Le juste fleurira comme le palmier. Il grandira comme le cèdre du Liban. » Même dans le texte canonique, il est précisé que le cèdre du Liban n’était pas natif du pays et a été importé du Liban par le roi Salomon pour en faire des palais de prestige. Mais les fondateurs du nouvel État voulaient acclimater un arbre qui symbolise beauté, droiture et pouvoir.

21Aujourd’hui, le KKL plante aussi les espèces locales, des chênes, des oliviers, des lentisques, des caroubiers, en leur découvrant de nouveaux avantages : ils résistent beaucoup mieux que les pins aux incendies de forêt. Ainsi, entre les années 1950 et 1980, sa politique d’afforestation s’est confrontée à une réalité de terrain qui l’a obligé à abandonner des représentations issues de la culture ashkénaze européenne pour s’adapter à la réalité méditerranéenne. Cette prise de conscience a été facilitée par les vagues d’immigration qui ont diversifié encore la population juive du pays. De la première aliya en 1881 à celles d’avant guerre, c’étaient principalement des juifs de Pologne, Russie et Europe centrale qui arrivaient en Israël. Dans les années 1960, le pays a connu une forte immigration de juifs des pays arabes, du Yémen, d’Irak et du Maroc. Un courant sépharade qui a amené au pays des nouveaux citoyens qui ont pu se reconnaître et s’investir dans des opérations de plantation d’espèces plus méditerranéennes.

En Israël : planter en communautés

  • 24 Shaul Cohen, « A tree for a tree : the agressive nature of planting », in Ari Elon, Naomi Mara Hyma (...)

22L’enthousiasme un peu naïf des premiers sionistes a dû donc prendre la mesure des réalités de la modernité, qui venaient parfois brouiller l’univers de sens qu’ils s’attachaient à reconstruire. Au-delà de leurs déconvenues agricoles, ils ont pris conscience qu’ils n’étaient pas seuls à investir symboliquement le territoire, ni à s’identifier aux espèces végétales qui le composent. Pour les Palestiniens aussi, l’olivier était une espèce symbolique, et nombreuses étaient les tentatives de le réinscrire dans l’histoire nationale comme s’il avait toujours fait partie de la culture d’origine. Or la plantation d’arbres, avant d’être le fait des Israéliens et des Palestiniens, a été celui des Britanniques lors de leur mandat en Palestine dès 1917. La terre de Palestine était, sous les Ottomans, et avant que les Britanniques ne favorisent eux aussi les premières plantations après la première loi forestière de 1869, très peu plantée, les Ottomans ayant pour usage de baser leur impôt sur l’extension de l’agriculture. Les Britanniques ont d’un côté favorisé la plantation d’oliviers et, de l’autre, installé des zones de forêts réservées. L’arbre a été depuis un outil politique d’emprise territoriale24. Les Britanniques ont encouragé la gestion de la terre en apprenant aux Arabes de nombreuses techniques de culture ; les plants d’oliviers étaient offerts en grand nombre aux villageois, ce qui développa à tel point leur plantation que le gouvernement britannique, alarmé des conséquences sur l’administration de la terre, mit l’accent sur la préservation des forêts. L’ordonnance de 1926 précisait que ces dernières ne pouvaient être des propriétés privées, que ni culture, ni abattage n’y étaient autorisés. Ainsi la forêt fournissait-elle le contrepoint aux zones cultivées et la justification de préservation servait-elle de paravent au maintien et à l’extension d’une mainmise gouvernementale sur certains territoires. Planter d’un côté, préserver au nom de la protection de l’environnement de l’autre, l’enjeu était tout autant politique qu’agricole.

  • 25 Frédéric Encel, François Thual, Géopolitique d’Israël, Seuil, 2004.

23De même, la grande activité de plantation qui est exercée depuis par Israël tout au long de la frontière avec la Cisjordanie, la fameuse « ligne verte », « répond à une représentation identitaire et à une nécessité géopolitique : la représentation sioniste primordiale de l’homme juif nouveau de retour sur sa terre ancestrale, sachant la cultiver et la défendre, et la nécessité de montrer aux arabes la détermination à posséder le sol jusqu’au dernier arpent25» La terre plantée jusqu’aux extrêmes limites d’une frontière qui devait être provisoire peut finir par faire elle-même frontière. Développement de l’agriculture d’un côté, arrachage d’oliviers de l’autre, en étendant ou en limitant la surface boisée, on tente de faire bouger les lignes de réinscription identitaire dans l’espace.

  • 26 120 000 Bédouins vivent dans le Neguev.
  • 27 « A contentious landscape », par Daniel Orenstein, in The Jerusalem Report, 18 avril 2005.

24Cette activité de plantation s’exerce par l’intermédiaire des populations intéressées à cette réinscription identitaire. En Israël même, l’intégration des nouvelles communautés par la plantation d’arbres est une pratique courante de l’Agence Juive qui s’occupe de l’aliya des nouveaux immigrants. Les Éthiopiens, peu après leur arrivée, ont ainsi été invités à planter des arbres et à participer à la fête de Tou Bishvat, qu’ils ne pratiquaient pas dans leur pays d’origine. Cette tentative de les reconnecter avec une fête qui ne leur était pas traditionnelle a du reste été un échec. Le conflit pour la terre avec les Bédouins26 se déroule également selon les moyens « naturels » à disposition des nomades : ainsi, en 2004, en même temps que 3 000 nouveaux immigrants juifs plantaient des arbres dans le sud d’Israël, des résidents de villages bédouins non reconnus faisaient de même. Pour protester, ils faisaient pousser du blé sur le domaine public et paître leurs moutons sur les réserves naturelles. Le gouvernement israélien répondait en répandant des herbicides et en confisquant les troupeaux. Le Fonds National Juif participait au conflit en plantant des arbres…27

25Ces revendications identitaires par végétaux interposés ont eu également des développements au moment du désengagement de la bande de Gaza, quand les colons du Goush Katif refusaient de partir et proposaient, sur leur site internet, des kits de plantation pour qui veut « planter un jardin pour bloquer le plan de désengagement »28. On y proposait des packs pour jardin d’enfants, des packs pour yeshiva (étudiants religieux) ou IDF (soldats), etc. Lorsqu’en 2005 les familles se sont vues finalement dans l’obligation de partir, le KKL et le Conseil Régional de Sha’har HaNeguev ont pensé les aider en déplaçant les arbres de leurs jardins privés pour les replanter dans le kibboutz Or-HaNeguev, où les familles devaient être réinstallées.

  • 29 Le titre de l’article était : « The trees are also leaving their homes », « les arbres aussi quitte (...)

« Chaque famille a choisi un arbre qui avait une signification particulière pour ceux qui quittaient leur maison. Un équipement mécanique spécial a été utilisé permettant de retirer du sol de grands arbres avec toutes leurs racines afin qu’ils ne soient pas blessés et qu’ils puissent continuer à prospérer dans leurs nouveaux lieux de résidence29. »

  • 30 « Te souviens-tu de l’arbre que tu as planté ? », par Gideon Levy, in Haaretz, 11 février 2001.

26La valeur accordée à la plantation est telle, en Israël, qu’il y eut en 2001 une pétition de l’Union pour la Défense de l’Environnement adressée à la Haute Cour de Justice, contre le KKL. Cette organisation, au travers de ses programmes combinés d’excursions et de reboisement, a planté en une centaine d’années d’existence près de 220 millions d’arbres sur un million d’hectares. Les protecteurs de l’environnement l’accusaient de ne pas respecter le schéma directeur d’afforestation, de disséminer la flore et de détruire la faune en conduisant des feux contrôlés sur les zones de préparation à la plantation. La plantation fait donc polémique au sein de la société israélienne elle-même30.

De diaspora : planter en collectifs

27Les grandes communautés diasporiques juives, grâce au tronc bleu, ont gardé un rapport ininterrompu avec la terre d’Israël. De New York, Los Angeles, Londres, Buenos Aires, Paris ou Moscou, on plante en Israël depuis cinquante ans, que ce soit par internet ou à l’occasion d’un voyage. La plantation par internet, par les catégories qu’elle propose dans ses offres, fait apparaître de nouvelles modalités qui introduisent une hiérarchisation tout autant qu’une déclinaison des espèces.

On peut planter un arbre pour une réjouissance, un anniversaire, un bar ou bat/mitsva, c’est-à-dire une fête de la majorité religieuse. L’enfant est associé au jeune plant qui va grandir.

On peut planter un arbre pour une réjouissance, un anniversaire, un bar ou bat/mitsva, c’est-à-dire une fête de la majorité religieuse. L’enfant est associé au jeune plant qui va grandir.

Les certificats associent toujours un extrait du texte biblique, le nom du donateur et de celui à la mémoire duquel la plantation doit s’effectuer.

Les certificats associent toujours un extrait du texte biblique, le nom du donateur et de celui à la mémoire duquel la plantation doit s’effectuer.

28Le nom collectif de « forêt » sous-entend déjà la communauté. Qu’est-ce qu’une forêt si ce n’est un arbre planté en nombre ? Depuis le sujet individuel jusqu’au collectif, de l’arbre à la forêt, le plant proposé par internet est tout autant une variation sur l’importance de l’engagement souhaité par le donateur qu’un discours sur le paysage. Cette offre de plantation à distance s’organise autour d’une gradation des dons du plus petit au plus important, en les mettant en correspondance avec des unités paysagères. Elle est modulable. Si la plantation dépasse un arbre, il y a formation de groupes : allée (20 arbres), jardin (100 arbres), parc (500 arbres), bosquet (1000 arbres). Analyser en profondeur ces catégories obligerait à un trop long développement des équivalences entre les termes dans les passages d’une langue à une autre. On peut cependant relever certaines récurrences, telles que la présence de l’enfant, médiateur par lequel le projet de plantation s’imagine. L’enfant permet de concrétiser les deux directions opposées que la plantation veut réunir et réconcilier : la commémoration du passé et le projet d’avenir.

29Le pin est utilisé dans les campagnes publicitaires du KKL pour donner de la force, de l’engagement, aux discours sur le territoire. Le feuillu, par contre, est celui qui incarne la fragilité, la mort mais aussi la renaissance. L’arbre persistant et l’arbre caduc sont donc pensés dans leur capacité à porter les valeurs défendues par le message.

30Tous ces éléments montrent l’efficacité de l’arbre, dans sa capacité à signifier aussi bien l’individuel que le collectif, la force que la fragilité, grâce à ses caractéristiques botaniques. Proposé seul, en jardin, en allée, en bosquet, en forêt, il forme dès l’achat en ligne une unité paysagère, il est potentiellement déjà planté.

Patrimonialisation : la forêt est le grand ancêtre

  • 31 Yael Zerubavel, « The forest as a national icon : literature, politics and the archeology of memory (...)

31Au fur et à mesure du développement des forêts, leur sacralisation se justifie par des raisons qui relèvent officiellement de la préservation de l’environnement mais qui sont également d’ordre identitaire (la forêt est le symbole du renouveau du peuple juif et de sa réimplantation sur sa terre) et religieux (la forêt est sacrée tout comme est sacré l’espace de commémoration). Mais la privation du contact avec la terre a provoqué une rupture aussi bien idéologique que pratique. Un glissement s’est opéré depuis l’imaginaire diasporique du commandement de défrichement et de plantation. Il a fallu réconcilier deux projets qu’on pourrait penser contradictoires, d’un côté travailler et développer la terre par l’agriculture, c’est-à-dire domestiquer, de l’autre remettre en nature par la plantation d’arbres, c’est-à-dire ensauvager. Un « ensauvagement » qui est loin d’être une réintroduction du sauvage. La forêt commémorative, la plantation en souvenir d’êtres disparus, est une nomination de l’espace, une « écriture géographique31 ». Il s’agit donc, avant de planter des arbres, de planter des noms, de planter un récit et de l’histoire, donc de mettre en culture la nature et non de l’ensauvager.

  • 32 Carte des forêts d’Israël, KKL-JNF, Jérusalem, 2003.

32La forêt plantée n’est plus alors celle des représentations antiques, elle devient un lieu très aménagé, un dispositif bien plus culturel que naturel qui se situe à l’opposé de l’espace de la sauvagerie et de la cruauté des antiques maquis servant de pâturage, où se déroulait occasionnellement la prédation par l’animal sauvage des éléments du troupeau. Réorganisée en lieu de fréquentation pour les familles, elle devient communautaire, lieu de déambulation : « Désormais, des zones boisées bien dégagées remplacent les forêts touffues32 ». On est bien loin des représentations bibliques de la forêt se référant à la végétation épaisse qui couvrait la plupart des collines du pays de Canaan, de la terre ensauvagée donnée par Dieu au peuple d’Israël avec le commandement de la déboiser pour y habiter. La nécessité de rendre compatibles les représentations traditionnelles et la construction nationale, les paysages et espèces nommés dans la bible et le territoire actuel, va représenter des contraintes qui vont s’exercer tout au long des pratiques de plantation.

Illustration d’une campagne de plantation par le KKL, en Israël : sont mis en scène le drapeau, le pin, les enfants, la terre désertique et rocailleuse.

Illustration d’une campagne de plantation par le KKL, en Israël : sont mis en scène le drapeau, le pin, les enfants, la terre désertique et rocailleuse.
  • 33 Elie Askénazi, Haaretz, op.cit.

33Après les années 1950, le KKL a compris ses erreurs et diversifié les essences de reboisement. Avec le développement d’internet venu plus tard, sur le site où l’on propose de planter en ligne, et dans les documents de sensibilisation, la représentation du pin reste fréquente. L’espèce est toujours emblématique de la reconnexion identitaire, elle reste graphiquement et symboliquement irremplaçable. Dans les discours sur l’afforestation, le pin est évoqué comme une essence pionnière, au couvert de laquelle se régénère en douceur la forêt originelle, celle du maquis méditerranéen33. En effet, soixante ans après les premières plantations, du fait du développement dans les forêts plantées d’une deuxième génération d’arbres, plus diversifiée, l’image du pin redevient positive. Après avoir été accusé de détruire la flore locale, il est aujourd’hui patrimonialisé en ancêtre protecteur à l’ombre duquel se réalise le miracle tant attendu, la renaissance du paysage originel.

  • 34 Yael Zerubavel, op.cit.

34L’espèce d’arbre choisie pour les premières plantations a donc été déterminante, par ses capacités physiques, symboliques et plastiques. Elle devait pouvoir opérer une véritable transplantation culturelle, historique et mémorielle. Elle devait émerger visuellement des silhouettes broussailleuses du maquis méditerranéen des origines, pour s’enraciner rapidement et en masse. Mais les forêts plantées veulent être signifiantes, autant en surface qu’en profondeur. Elles servent également de cadre à une muséographie à ciel ouvert où des ruines archéologiques sont mises en valeur, composant ainsi des sortes de paysages historiques qualifiés d’« archéologie verte », qui veulent construire un « musée vivant ». La réserve du paysage biblique de Neot Kedumim se qualifie de « living museum of Israël green archeology ». Les sites arborés doivent témoigner pour l’histoire, pour la durée, incarner la projection dans l’avenir et la préservation du passé. Et, de plus, servir de support au discours religieux aussi bien que laïque. Les forêts sont à proprement parler de véritable « monuments » de la conscience nationale, établissant une continuité symbolique entre l’histoire d’hier et celle d’aujourd’hui34.

  • 35 Bulletin SPNI mars 2006.
  • 36 Jean-Michel Leniaud, « Voyage au centre du patrimoine », in Dominique Fabre, Claudie Voisenat, Dome (...)

35En mars 2006, un projet de « préservation des arbres » a été lancé par le KKL et le ministère de l’agriculture, selon les mêmes lignes que la préservation des monuments historiques35. Ainsi le végétal permet-il d’associer le traitement cyclique des grands événements du peuple juif ou la réintroduction de l’« accident » qu’est la mort individuelle ou de masse dans le cycle de mort et de renaissance du monde naturel. Cette plantation de forêts assure une monumentalité construite, associée aux ancêtres et au récit fondateur. Tout comme la plantation délimite visuellement la propriété de la terre, la patrimonialisation assure le caractère sacré de la possession. Il existe un lien entre patrimoine et légitimité, car la patrimonialisation met en jeu la filiation, le culte des morts et l’héritage36. Ce sont tous ces éléments qui sont remis en circulation lors de la cérémonie de plantation qui a lieu à Neot Kedumim.

Usages et nouveaux rituels : Tou Bishvat

  • 37 Bis hundert un zvantsig !

36Le jour de Tou Bishvat, fête qui a lieu en janvier-février, à la période de redémarrage du cycle végétatif, est aussi le jour choisi pour les inaugurations en Israël. La Knesset, le parlement israélien, a été inauguré le jour de Tou Bishvat et les députés y plantent chaque année 120 arbres dans les jardins, suivant une coutume qui veut qu’on se souhaite longue vie, jusqu’à 120 ans selon une expression yiddish37. La cérémonie de plantation a donc une fonction officielle de revitalisation des communautés politiques.

37Elle est organisée également lors de la visite de chefs d’État. Ainsi, en 2005, a été inauguré près de Jérusalem un « bosquet des nations ». Il est d’usage d’y faire célébrer, par les représentants des pays, une cérémonie de plantation après leur visite à Yad Vashem, le mémorial de la Shoah, qui est tout proche. Les ambassadeurs y récitent la prière de la plantation et reçoivent un certificat. L’espèce, l’olivier, est choisie en relation avec son symbolisme de paix, car le bosquet des Nations, dans la forêt de Jérusalem, doit faire partie de la Route de l’Olivier, initiée par l’Unesco en 2003 et adoptée par l’Europe en 2005, qui devrait faire le tour de la Méditerranée.

  • 38 L’arbre de vie, la carte des forêts, KKL, Jérusalem, 2003.

38À ce jour, les pays ayant participé au reboisement d’Israël depuis sa création sont l’Allemagne, l’Argentine, l’Australie, l’Autriche, la Belgique, la Bolivie, le Brésil, le Canada, le Chili, la Colombie, le Costa Rica, Cuba, le Danemark, l’Équateur, l’Espagne, les États-Unis, la Finlande, la France, le Guatemala, la Hollande, le Honduras, l’Italie, le Luxembourg, le Mexique, la Norvège, le Panama, le Paraguay, le Pérou, le Royaume Uni, le Salvador, la Suède, la Suisse, la République Tchèque, l’Uruguay, le Venezuela. Ce qui permet à l’organisation du KKL, chargée de la gestion des forêts, de parler d’un « partenariat mondial »38.

39L’actualité politique continue bien évidemment de nourrir et de vitaliser ces nouveaux rituels. En janvier 2006, en France, l’assassinat d’un jeune juif, Ilan Halimi, a donné lieu à une plantation mémorielle qui s’est construite sur une dialectique entre mémoire individuelle et mémoire collective. Du fait de son nom, Ilan, qui signifie « arbre », la communauté juive tout entière se réapproprie Ilan pour en faire un symbole. Le fait qu’il soit mort le jour de Tou Bishvat, jour de la plantation des arbres, est un second trait qui le désigne pour fonctionner comme signifiant pour la communauté, qui est appelée à « répondre » à sa disparition par la plantation d’une forêt de 10 000 arbres. Celle-ci sera installée sur les collines de Jérusalem. Le premier arbre a été mis en terre en même temps qu’Ilan, non loin du lieu où il a été enterré.

« Le devoir et la responsabilité de notre association est d’honorer la mémoire d’Ilan, arbre abattu le jour de Tou bishvat » dit le délégué général du KKL de France en 2006. Affiche KKL.

« Le devoir et la responsabilité de notre association est d’honorer la mémoire d’Ilan, arbre abattu le jour de Tou bishvat » dit le délégué général du KKL de France en 2006. Affiche KKL.
  • 39 « Planting a tree in his honour is an expression of Gilad’s symbolic rebirth after the many months (...)

40De la même façon, le retour de Guilat Shalit, le 18 octobre 2011, a donné lieu à de nombreuses initiatives de soutien. L’antenne canadienne du KKL s’est engagée à planter un arbre dans le cadre d’un projet appelé « Miles of trees », une sorte de « barrière de sécurité végétale » installée à la frontière de la bande de Gaza, là où le soldat a été kidnappé. Cette initiative a été qualifiée de « renaissance symbolique pour Guilat.39 »

  • 40 Israel Tour Connection.

41Dans un contexte moins événementiel, les Tour Opérateurs proposent régulièrement, dans leurs itinéraires, la plantation d’un arbre dans la terre d’Israël, souvent peu de temps après l’arrivée à l’aéroport. Cette pratique est en effet considérée comme une mitsva, une « bonne action ». L’argument est de « mettre immédiatement des racines en terre d’Israël en plantant un arbre à la mémoire d’un être aimé.40 » Les plantations peuvent s’effectuer dans les centres de plantation du pays, tout comme dans les forêts et parcs du KKL. Parmi les lieux choisis, la réserve de Neot Kedumim, située entre Jérusalem et Tel Aviv, offre de surcroît l’avantage de doubler la connexion identitaire et mémorielle d’une expérience unique : planter, au plein cœur d’un paysage biblique, la forêt des origines.

42En 2007, lorsque des jeunes d’une école juive de Baltimore sont invités à planter un arbre à la mémoire d’un parent disparu, on leur offre au préalable, depuis une hauteur, un point de vue dominant sur les paysages bibliques de la réserve, d’où leur guide, bible en main, leur énonce un certain nombre des prédéterminations qui sont à l’œuvre dans l’entreprise de plantation mémorielle juive, principalement les idées déjà évoquées : la terre d’Israël était sauvage et non cultivée avant l’arrivée des juifs. Personne n’y vivait, sinon des bêtes sauvages. Ce sont les juifs, propriétaires à double titre, par la filiation et par leur fonction de fermier qui travaille la terre, qui l’ont défrichée et plantée. Par la suite, le guide parle de la responsabilité qui incombe aux jeunes générations : en tant que jeunes juifs de diaspora, aujourd’hui, ils vont pouvoir planter en terre d’Israël, privilège que leurs grands-parents, morts dans la Shoah, n’ont pas eu. « Nous allons maintenant planter et recréer la forêt sauvage qui était ici dans les temps anciens, nous allons être tous une part de la création, chacun de nous ! » Après avoir choisi une bouture, les jeunes se réunissent pour faire le kiddoush (bénédiction) et pour lire une prière pour la plantation. Pour la plupart d’entre eux, c’est la première fois qu’ils plantent un arbre. Essentiellement urbains, ces jeunes ne font pas beaucoup la distinction entre les espèces qu’on leur propose, et ne demandent pas le nom de l’arbre qu’ils vont planter. L’espace désigné à la plantation se situe dans la continuité d’une forêt existante, les futurs emplacements sont signalés d’un petit drapeau qui, une fois l’arbre planté, pourra être emporté avec soi. Ensuite, réunis en petits cercles, les jeunes évoqueront le souvenir de leur parent disparu.

43Ces juifs ashkénazes de la diaspora, dont les parents ont été nombreux à s’installer aux États-Unis pour fuir le nazisme, ont une représentation de la terre d’Israël idyllique et enchantée, puisqu’elle s’opère dans le cadre d’une interrogation identitaire suite à la coupure générationnelle que la disparition de leurs grands-parents a provoquée dans leur généalogie. Pour eux, la plantation reste en grande partie déconnectée de toute réalité pratique, c’est purement une opération de réinscription identitaire. En cela, la cérémonie de plantation proposée par la réserve du paysage biblique de Neot Kedumim répond parfaitement à leur attente et réalise leur aspiration.

  • 41 Ps 128 : 3 Your children are like olive shoots around your table. May these trees never be uprooted (...)

44Une nouvelle cérémonie a été mise en place ces dernières années, à Neot Kedumim, non plus sur les zones de plantation périphériques, mais sur des terrasses pierreuses bien identifiables appelées « grove of light » On peut y planter des oliviers soit lors d’une visite, soit par internet, et dédier un arbre à une personne disparue. La plantation est agrémentée d’un certificat, où est mentionné le nom du donateur, celui de la personne honorée, et une citation des Psaumes41. Quatre ans après, celui qui a planté est invité à faire la première récolte d’olives de son arbre. Ensuite, il pourra recevoir une bouteille d’huile extraite de ses olives. Ainsi, l’acte commémoratif n’est plus uniquement une simple plantation, mais la réappropriation d’une mise en culture de l’arbre fruitier, signe que la sédentarisation s’est faite, que le nomade s’est enraciné quelque part.

45Encore une fois, ce sont les échecs qui sont tout autant signifiants que les réussites. Dans cette transposition d’une fête religieuse à une pratique laïque, en passant de la terre au ciel, on se confronte à des réalités agronomiques qui ne sont pas toujours compatibles avec les exigences de la tradition. Planter des arbres à Tou Bishvat, c’est-à-dire en février, à l’époque où en Israël la saison des pluies se termine, n’est pas toujours couronné de succès et un certain nombre d’échecs sont constatés dans la reprise des végétaux. C’est en effet au début de l’automne qu’il conviendrait de planter selon une raison purement agronomique. Mais le rituel doit être respecté, même aux dépens de la logique scientifique…

  • 42 « Arboreal scandal in Israël : not all the trees planted there stay planted », par Deborah Sontag, (...)

46Pour cette raison et aussi parce que les plantations faites en masse par la diaspora en visite sont effectuées rapidement, par des touristes émus mais pressés, sur des terrains arides comme celui du site très prisé Hadassa Ein Kerem, près de Jérusalem, un pourcentage conséquent de plants ne parvient pas à survivre. En 2000, le New York Times a même affirmé qu’un certain nombre de plants auraient été arrachés après avoir été plantés, pour pouvoir accueillir la tournée suivante de touristes planteurs42.

Les degrés de la rédemption

  • 43 En 1492.

47Bien avant les drames d’Ilan Halimi et de Guilat Shalit, dès la fin du xixsiècle, la fête de Tou Bishvat avait été réinvestie par les premiers mouvements sionistes. Cette fête était inspirée des kabbalistes qui lors de leur arrivée à Safed, après avoir été chassés d’Espagne43, ont pratiqué de nouveaux rituels, basés sur le tikkoun-ha-olam, la rédemption du monde. Le Zohar, la kabbale espagnole du xiiie siècle, a élaboré une théorie de la brisure des vases contenant la shekhina, la présence de Dieu, un accident originel ayant éparpillé dans le monde les étincelles du divin. Ce monde divin désormais endommagé, incomplet, brisé, imparfait, a besoin de tikkoun, de réparation. Ces étincelles divines, qui sont cachées, disséminées dans de la matière, dans des klipot, des écorces, des débris, c’est à l’homme de les libérer.

  • 44 Qui place l’homme dans le jardin d’Eden leovda vleshomra « pour le cultiver et le garder ».
  • 45 Rabi Ya’acov disait : Celui qui chemine sur la route et étudie, mais qui interrompt son étude et di (...)
  • 46 « Le droit à la terre » conférence de Michaël Bar-Zvi.

48Toujours travaillé par la tension qui existe entre le mouvement de désacralisation de la nature qui a été nécessaire à l’établissement du monothéisme et la responsabilité donnée à l’homme par Dieu dans la Tora au verset 2 :15 de la Genèse44, le KKL a été amené à se positionner entre la position des religieux, qui vivent comme un antagonisme lecture de la Tora et admiration de la nature45, et celle des défenseurs de l’environnement adeptes du non interventionnisme : « Il ne s’agit pas d’obtenir des droits mais d’accomplir son devoir envers la terre, non pas parce qu’elle nous appartient, mais parce que nous lui appartenons. Le contrat que l’homme passe avec la terre ne peut se faire parce que la terre a des droits, parce qu’elle serait devenue une personne morale. La confusion de l’écologie moderne part de ce malentendu entre la terre comme adama et la terre comme gaïa. Dans l’approche adamique, la terre est la demeure qui accueille l’homme, alors que dans l’approche gaïque, la terre est considérée comme un être vivant et donc dotée de droits46. »

  • 47 À la question de la spécificité du regard juif sur la nature, Michaël Bar-Zvi répond en 2002 : « C’ (...)

49C’est dans la notion de développement durable que l’organisation a modernisé son approche romantique première afin de permettre une meilleure adéquation entre aménagement naturel et développement technologique. La position du KKL reste donc interventionniste et n’a rien de commun avec un écologisme mystique47. Ce qui ne l’empêche pas de partager avec les mouvements environnementalistes une réflexion autour du thème de la responsabilité de l’homme dans le traitement de la nature. En passant de la notion de rédemption par le ciel à l’auto-émancipation et l’auto-rédemption par le travail de la terre, il y a eu un glissement de la notion religieuse de tikkoun-ha-olam (réparation du monde) telle qu’elle s’organisait autour de l’idée d’une présence cachée de Dieu, vers la notion sioniste de geoulat-ha-adama, de rédemption de la terre (du sol). Bien que le mouvement sioniste se dise athée, le langage de la rédemption est omniprésent dans son discours, et l’expression geoulat ha-aretz, la rédemption de la terre (d’Israël), sert également de justification à l’achat des terres.

50L’auto-rédemption, si elle agit comme un tikkoun, développe néanmoins aussi ses propres échelons de mérite. La rédemption religieuse s’obtient lorsqu’on étudie la Tora et que l’on pratique les mistvot, les bonnes actions. Le rituel kabbaliste en est l’illustration. Il repose entre autres sur le partage d’un repas où l’on mange des fruits dans un certain ordre (seder) correspondant à des étapes de réalisation allant du matériel au spirituel : de l’étape la plus grossière de la manifestation, c’est-à-dire d’abord des fruits avec écorce (grenade, noix), correspondant à l’étage le plus bas, le plus concret du monde matériel, on passe à des fruits avec noyau, c’est-à-dire non comestibles à l’intérieur (olive, datte), enfin à des fruits sans écorce ni noyau (raisin, figue) correspondant à un étage plus élevé de la réalisation spirituelle. Enfin, quatrième étape, la respiration de parfums, pour faire allusion à un monde uniquement spirituel. Le caractère de progressivité est très marqué, et le végétal est tout à fait adapté, dans chaque cas, à l’incarnation d’un « niveau spirituel ».

51Une autre fête juive du végétal, la fête des cabanes de Soukkot, utilise un bouquet de quatre espèces qui représentent chacune une étape vers la perfection : le saule qui n’a ni goût ni odeur (comme celui qui est ignorant et ne fait pas de bonnes actions), le myrte, qui a un parfum mais pas de goût (comme ceux qui font des bonnes actions mais qui n’étudient pas), la palme qui a du goût mais pas d’odeur (comme ceux qui étudient mais ne font pas de bonnes actions), et le cédrat, qui combine l’odeur et le goût (comme ceux qui étudient la Tora et font de bonnes actions, deux conditions pour parvenir à la rédemption).

52La geoulat-ha-aretz, rédemption de la terre d’Israël, pratiquée par les laïcs, est impliquée dans des opérations de plantation où l’on rassemble également des végétaux en collectifs, organisation indispensable à la marque d’un certain caractère de progressivité. Bosquets, jardins, allées, forêts et parcs, selon la quantité d’arbres plantés, n’évoquent pas simplement une banale comptabilité. Par leur capacité de déclinaison, les végétaux y sont également ordonnés symboliquement, assemblés en bouquets signifiants.

53Dans le transfert du religieux au laïque, le végétal, par ses capacités de modulations classificatoires, sert d’opérateur à une réorganisation sociale. Sont mis face à face, dans les deux cas, des groupes humains et des groupes végétaux avec la volonté de signifier, non seulement l’équivalence, mais une hiérarchie de mérite.

  • 48 Entretien du 5 octobre 2004.
  • 49 Jasmin Habib, Israël, diaspora and the routes of National Belonging, Toronto, University Press, 200 (...)
  • 50 Société de Protection de la Nature en Israël.

54Des degrés qui sont également matérialisés dans la société moderne par une culture du cheminement. Déjà investie d’une grande tradition de pèlerinage depuis le ive siècle, la terre d’Israël a été le cadre, au xxsiècle, d’un culte de la randonnée comme mode d’appréciation et de réappropriation de la terre. « Quand les juifs sont revenus en Israël, ils sont revenus pour l’explorer par les pieds », dit Norbert Lipszyc, de la Société de Protection de la Nature48. Il est d’usage chez les jeunes Israéliens, après avoir fait leur service militaire, de partir un an dans un pays étranger. Le cheminement est donc une valeur profondément associée à l’identité juive, que ce soit en Israël ou en diaspora49. Dès le début du xxsiècle, des associations soutenues par des philanthropes américains comme Taglit Birthright Israël ont fait venir des centaines de milliers de jeunes juifs du monde entier en Israël pour des séjours de dix jours sportifs et éducatifs., Le fait de développer une activité agricole et de se sédentariser dans le pays n’a pas empêché la société moderne israélienne de continuer à le parcourir en tous sens, et même de privilégier la marche comme mode d’appréhension de l’espace et de l’histoire. Prédisposée à un cheminement mental pratiqué dans les diasporas avec la lecture d’un récit biblique découpé en séquences lues chaque semaine, décrivant le déplacement depuis l’Égypte jusqu’à la terre de Canaan de tribus en marche, la figure du nomade reste très présente dans les représentations. Israël possède depuis 1994 grâce à la SPNI50 un circuit national qui traverse le pays du nord au sud et couvre 1 000 kms, sur les 15 000 kms de circuits qui parcourent le pays. Les personnes qui habitent à proximité et qui peuvent héberger les marcheurs sont appelées « trail angels », les anges du chemin. Le magazine National Geographic a classé en 2012 ce circuit parmi les 20 circuits les plus épiques du monde, « le Saint Graal des circuits […] une plongée dans un paysage biblique à grande échelle aussi bien que dans la vie quotidienne des Israéliens. » Mais au-delà du caractère épique de ce circuit, et comme le montrent les cinq circuits de randonnée qui traversent aussi la réserve du paysage biblique de Neot Kedumim, il semble y avoir dans ces projets une tentative de réintroduire la déclinaison, le cheminement par étapes, la réalisation en degrés qui associent, dans les représentations et les usages, la rédemption et la terre.

Conclusion et perspectives

55Le projet de « réserve du paysage biblique » de Neot Kedumim s’appuie sur cette bizarre combinaison : « construire pour préserver », à savoir la reconstitution d’une scène naturelle qui sera ensuite patrimonialisée. Cette réorganisation se fait dans une perspective historique entièrement reconstruite et en partie fictionnelle. De la même façon, l’opération qui consiste à planter des arbres pour reformer la scène primitive, qu’elle soit « naturelle » (la forêt sauvage des origines) ou généalogique (la forêt commémorative), court-circuite l’épaisseur historique pour produire de la connexité temporelle. C’est un procédé qui est utilisé en permanence sur la réserve, comme sur de nombreux parcs israéliens où se côtoient vestiges archéologiques et installations récentes : rapprocher des éléments appartenant à des temps historiques différents afin de donner l’impression d’une continuité spatiale et temporelle. Cette poursuite d’un anachronisme récurrent s’opère également par le rappel, dans le paysage ou dans les documents, de citations des textes de la tradition, connus de tous ceux qui se partagent la mémoire collective.

56Les arbres symbolisés, les paysages-types ont une capacité particulière à servir d’objets de mémoire, particulièrement à des juifs de la diaspora qui sont, plus que les Israéliens, dans l’idéalisation d’un lieu qu’ils n’habitent pas et dans la recherche d’un développement de liens identitaires avec Israël. Dans ce cadre, le retour d’une activité, d’un investissement concret dans le paysage a pu se réaliser à travers la figure de la forêt.

57En effet, la plantation des arbres pouvait assurer cette fonction unificatrice de la mémoire, au sens où elle répondait tout aussi bien à l’injonction biblique du récit fondateur qu’à la ferveur sioniste du début du xxe siècle et à la fièvre mémorielle qui en marque la fin. La plantation des arbres est donc une activité qui permet de réunir et de symboliser mémoire religieuse et mémoire historique, mémoire de la conquête et mémoire du désastre, tout en peuplant concrètement un paysage. Ainsi la forêt, qui était déjà si présente dans les écrits bibliques, montre-t-elle sa capacité à articuler dans la modernité les désirs d’identification territoriale des juifs diasporiques et israéliens.

  • 51 Cette reconnexion avec leur histoire propre a conduit de nombreux Juifs ashkénazes à demander le ch (...)

58L’activité de plantation d’arbres en forêt permet de réconcilier deux visions antagonistes, celle du désastre et de la conquête, celle de la victime et du héros. À partir des années 1980, le thème du voyage en Europe sur les lieux de vie des parents et grands-parents devient un véritable rituel pour les jeunes Israéliens. Or le voyage en Europe, c’est le retour à l’image commémorative alliant les morts à la terre et particulièrement à la forêt, qui a été le cadre de la Shoah par balles dans laquelle ont disparu un million et demi de juifs lors de l’invasion soviétique par l’Allemagne nazie. Dans ces années-là également s’effectue un recentrement de l’identité israélienne autour de la commémoration victimaire en remplacement de celle, héroïque, qui a marqué les débuts du sionisme. Ce retour à un passé qui avait été effacé51 dans l‘euphorie de la création du nouvel État a reconstitué le lien, qui avait été détruit par le sionisme, entre Ashkénazes israéliens et diasporiques.

  • 52 Terme yiddish signifiant « livre du souvenir ».

59La contextualisation s’opérant toujours conjointement dans les champs de la nature et du langage, la forêt, dans sa capacité à incarner un collectif dénombrable, doit permettre de nommer les anonymes détruits en masse. Ainsi les forêts commémoratives sont-elles une nouvelle manière d’inscrire des noms dans le paysage, comme ils étaient auparavant inscrits dans les Yzkor Bukhn52, « livres du souvenir », édités par les survivants des communautés disparues après la Seconde guerre mondiale.

  • 53 Georges Bensoussan, Un nom impérissable, Israël, le sionisme et la destruction des juifs d’Europe. (...)

60Mais la forêt n’est pas la seule formation végétale utilisée en Israël comme support de la commémoration. En 1992, l’installation à Yad Vashem d’une « vallée des communautés disparues » réaffirme l’intention de lier une géographie, une histoire (la vallée étant le lieu d’implantation des tribus premières) et un langage, puisque sont gravés sur ces monuments les noms des 5000 lieux d’Europe touchés par le désastre53. Au même endroit, le monument dédié à la mémoire des enfants est lui aussi le produit d’un rapprochement du texte avec une scène naturelle. Pour le spectateur plongé dans le noir complet, il déroule, dans une nuit où les étoiles sont figurées par des bougies tremblotantes, la lecture des noms de chaque enfant disparu.

61La vallée, le ciel, les unités du paysage sont donc pensés comme des lieux aptes à recevoir et à perpétuer le souvenir. En commémorant, on réactive non seulement la mémoire, mais la puissance d’animation du paysage. Ce dernier est perçu comme une scène primitive « malheureuse », au sens où il est associé à la disparition. Ce paysage si particulier de la mémoire, vallée ou forêt, est bien loin des représentations esthétiques apaisées de l’Occident. Il serait tout à la fois le lieu de l’errance, celui où se joue la réponse au commandement divin, le monument où l’Israélien place ses morts et sa mémoire et l’aire récréative où il vient, en famille, refaire société.

Haut de page

Notes

1 Foyer National Juif en Palestine.

2 site www.kkl.fr

3 Le peuple d’Israël est lié au Neguev, KKL, Jérusalem, s.d.

4 Newsletter Neot Kedumim, www.neot-kedumim.org.il

5 Ibid.

6 Marty Douglas, L’anthropologue et la Bible, Paris, Bayard Presse, 2004 [1999].

7 « Le pays ruisselant de lait et de miel », c’est-à-dire la terre promise. Ex 3: 8,17 ; 18:5 ; 23:3.

8 Noga Hareuveni, Nature in our Biblical heritage, Israël, Neot Kedumim Publication, 1996.

9 Zohar II, 161b. Le Zohar est la cabbale espagnole du XIIIe siècle.

10 « Une population stable peut se permettre, passivement, de laisser les signaux se développer dans l’espace qu’ils se partagent, mais une diaspora se doit d’être plus active dans son appropriation du temps mythique. » Douglas Mary, op. cit.

11 Mendele Moykher Seforim par exemple, avec son Histoire naturelle, Toledot ha-teva, 1862. Les Hareuveni, parents du créateur de Neot Kedumim, créent un premier musée des plantes bibliques en 1912.

12 Le gouvernement publie régulièrement un Yalkut ha-pirsumim, où tous ces noms sont recensés.

13 Louis Rabinowitz, Torah and Flora, New York, Sanhedrin Press, 1977.

14 « Ne risquons-nous pas de voir un jour la puissance religieuse de ce langage se retourner violemment contre ceux qui le parlent ? » Gershom Scholem, Le prix d’Israël, Paris-Tel-Aviv, Éditions de l’Éclat, 1977.

15 Gabriel Piterberg, The return of Zionism : myths, politics and zionism in Israël, London, Verso, 2008.

16 Deut XX, 19.

17 Marahal de Prague sur les Pirke Avot.

18 Doleve Gandelman Tsili, « Zionist ideology and the space of Eretz Ysrael », in Trees, earth and Torah, Philadelphie, Jewish Publication Society, 2001.

19 Adama, magazine du KKL, n°61, 2012.

20 www.kkl.fr

21 Ainsi la forêt de pins du Yatir, aujourd’hui la plus grande d’Israël, plantée en 1966 dans le nord du Neguev. Turning the desert green, www.kkl.org.il

22 Michel Bariteau, Rapport de la 10e session des experts de la Fao, 1992.

23 Haaretz, « Clearing the pine’s tree name », par Eli Ashkenazi, février 2008.

24 Shaul Cohen, « A tree for a tree : the agressive nature of planting », in Ari Elon, Naomi Mara Hyman, Arthur Waskow, Trees earth and Torah, Philadelphie, Jewish Publication Society, 2000.

25 Frédéric Encel, François Thual, Géopolitique d’Israël, Seuil, 2004.

26 120 000 Bédouins vivent dans le Neguev.

27 « A contentious landscape », par Daniel Orenstein, in The Jerusalem Report, 18 avril 2005.

28 www.katif.net

29 Le titre de l’article était : « The trees are also leaving their homes », « les arbres aussi quittent leurs maisons », Bulletin de la Société de Protection de la Nature en Israël, août 2005.

30 « Te souviens-tu de l’arbre que tu as planté ? », par Gideon Levy, in Haaretz, 11 février 2001.

31 Yael Zerubavel, « The forest as a national icon : literature, politics and the archeology of memory », in Trees, earth and torah, op. cit.

32 Carte des forêts d’Israël, KKL-JNF, Jérusalem, 2003.

33 Elie Askénazi, Haaretz, op.cit.

34 Yael Zerubavel, op.cit.

35 Bulletin SPNI mars 2006.

36 Jean-Michel Leniaud, « Voyage au centre du patrimoine », in Dominique Fabre, Claudie Voisenat, Domestiquer l’histoire, l’ethnologie devant le monument historique, Paris, MSH, 2000.

37 Bis hundert un zvantsig !

38 L’arbre de vie, la carte des forêts, KKL, Jérusalem, 2003.

39 « Planting a tree in his honour is an expression of Gilad’s symbolic rebirth after the many months he spent in captivity », a dit Nathan Disenhouse, Jerusalem Post, 5 août 2012.

40 Israel Tour Connection.

41 Ps 128 : 3 Your children are like olive shoots around your table. May these trees never be uprooted from their soil. May they remain as heralds for light and peace.

42 « Arboreal scandal in Israël : not all the trees planted there stay planted », par Deborah Sontag, New York Times, 3 juillet 2000.

43 En 1492.

44 Qui place l’homme dans le jardin d’Eden leovda vleshomra « pour le cultiver et le garder ».

45 Rabi Ya’acov disait : Celui qui chemine sur la route et étudie, mais qui interrompt son étude et dit : Comme cet arbre est beau ! Comme ce champ cultivé est beau !, l’Écriture le considère comme s’il était lui-même cause de la perte de son âme. (Pirke Avot 3 :7)

46 « Le droit à la terre » conférence de Michaël Bar-Zvi.

47 À la question de la spécificité du regard juif sur la nature, Michaël Bar-Zvi répond en 2002 : « C’est l’idée du droit à la terre. Quand on est sur la terre, on doit la développer ».

48 Entretien du 5 octobre 2004.

49 Jasmin Habib, Israël, diaspora and the routes of National Belonging, Toronto, University Press, 2004.

50 Société de Protection de la Nature en Israël.

51 Cette reconnexion avec leur histoire propre a conduit de nombreux Juifs ashkénazes à demander le changement de leur nom, abandonnant celui qu’ils avaient pris en arrivant en Israël et reprenant leur nom européen d’origine.

52 Terme yiddish signifiant « livre du souvenir ».

53 Georges Bensoussan, Un nom impérissable, Israël, le sionisme et la destruction des juifs d’Europe. Paris, Seuil, 2008.

Haut de page

Table des illustrations

Titre Photo 1. Un certificat de plantation à la mémoire de Th. Herzl datant de 1947.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/258/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 200k
Titre Photo 2. Le premier ministre David Ben Gourion avec des visiteurs venant de trouver un arbre solitaire émergeant de la terre rocailleuse du sud du Neguer. (Photo David Eldan, 1949).
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/258/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 940k
Titre La boîte bleue qui, depuis 1904, sert de tirelire pour les actions du KKL.
Légende Sur une face le drapeau d’Israël ; sur l’autre, la carte du pays avec l’étendue croissante de la propriété juive. Ce sont aujourd’hui les forêts d’Israël qui sont matérialisées.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/258/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 380k
Titre On peut planter un arbre pour une réjouissance, un anniversaire, un bar ou bat/mitsva, c’est-à-dire une fête de la majorité religieuse. L’enfant est associé au jeune plant qui va grandir.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/258/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 172k
Titre Les certificats associent toujours un extrait du texte biblique, le nom du donateur et de celui à la mémoire duquel la plantation doit s’effectuer.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/258/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 208k
Titre Illustration d’une campagne de plantation par le KKL, en Israël : sont mis en scène le drapeau, le pin, les enfants, la terre désertique et rocailleuse.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/258/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 732k
Titre « Le devoir et la responsabilité de notre association est d’honorer la mémoire d’Ilan, arbre abattu le jour de Tou bishvat » dit le délégué général du KKL de France en 2006. Affiche KKL.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/258/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 228k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvie Friedman, « Planter un arbre en Israël : une forêt rédemptrice et mémorielle », Diasporas, 21 | 2013, 59-79.

Référence électronique

Sylvie Friedman, « Planter un arbre en Israël : une forêt rédemptrice et mémorielle », Diasporas [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://diasporas.revues.org/258 ; DOI : 10.4000/diasporas.258

Haut de page

Auteur

Sylvie Friedman

Membre-associée au LISST, Laboratoire d’anthropologie sociale de Toulouse, auteur d’articles dans Les cahiers du judaïsme et Terrain, elle a soutenu en 2009 une thèse à l’Université de Brest : Une nature pour mémoire : la réserve de paysages bibliques de Neot Kedumim en Israël.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org