Navigation – Plan du site
Diasporas et jardins

De la Turquie à la région lyonnaise : lettre d’un immigré arménien sur les mûriers et le ver à soie (1938)

From Turkey to Lyon: A Letter from an Armenian Immigrant on Silkworms and Mulberry Bushes (1928)
Philippe Videlier
p. 55-58

Résumés

Lorsqu’après la Première Guerre mondiale s’ouvrit l’usine de soie artificielle de Décines, dans la banlieue de Lyon, une masse d’immigrés, arrivant en France au terme de parcours chaotiques, vint occuper les emplois industriels déqualifiés. Parmi eux, un grand nombre d’Arméniens rescapés du génocide perpétré dans l’ancien Empire ottoman. Ils arrivaient en pays étranger pétris d’une culture rurale parfois surprenante : ainsi cet ouvrier connaisseur de la soie naturelle et des mûriers, et admirateur des travaux de Pasteur.

Haut de page

Texte intégral

1Décines (Rhône) est un point du globe où, autour d’une grande usine, échouèrent vers les années 1920 des rescapés de conflits lointains et les exilés de régions misérables en quête d’un monde meilleur. La Société lyonnaise de Soie artificielle (SLSA), née de la convergence de capitaux lyonnais, suisses et hollandais, installa en 1923 son usine moderne sur quarante hectares de plaine achetés bon marché à proximité d’un canal et du chemin de fer, à quelques lieues de Lyon, dans le département de l’Isère à l’époque. La Société rencontra là les conditions matérielles à l’expansion de cette industrie nouvelle et prometteuse – le textile artificiel : vastes terrains, moyens de communication, de l’eau à profusion. Elle trouva donc ces qualités au village de Décines, jusque-là peu connu, agricole dans l’âme, stationnaire dans sa démographie, tout comme ses concurrents de la Soie artificielle du Sud-Est (SASE) trouvèrent des qualités analogues l’année suivante dans le village voisin de Vaulx-en-Velin où l’on cultivait des cardons. Mais il y avait une chose que la SLSA ne trouvait pas à Décines (pas plus que sa rivale SASE à Vaulx-en-Velin) : les ouvriers. Car les grandes usines neuves de textiles artificiels basés sur des procédés chimiques complexes réclamaient une main-d’œuvre nombreuse et malléable. Les dirigeants de l’entreprise s’en ouvraient à leurs actionnaires et clients : « Les usines ayant dû être implantées à la campagne pour permettre une organisation vaste et méthodique et ne pas risquer de contrevenir aux règlements d’hygiène urbaine, le problème se posait de savoir comment on y amènerait la main-d’œuvre. » Ils écartèrent l’idée de drainer depuis la métropole voisine les ouvriers et ouvrières dont ils avaient besoin, car cette solution avait un coût élevé et aussi, avouaient-ils, « l’inconvénient de confier la marche des usines à des gens peu stables, plus ou moins contaminés par la vie dans les quartiers ouvriers de la ville » (ils avaient encore en tête les grandes grèves des années 1919-1920). Par chance pour cette industrie, les soubresauts de la planète envoyaient sur des routes incertaines des dizaines de milliers d’êtres humains qui, quelques années plus tôt, vivaient paisiblement dans un Orient plus ou moins reculé, n’ayant aucune notion de l’existence même de la commune de Décines-Charpieu dans l’Isère, de sa jumelle Vaulx-en-Velin appartenant au département du Rhône, du canal de Jonage et de l’industrie nouvelle de la soie artificielle.

2C’est ainsi qu’arrivèrent autour de la grande usine à la cheminée de 110 mètres de haut des gens parlant des langues différentes, les uns venus de Russie, ayant fui la Révolution bolchevique, les autres ramassés dans des bidonvilles ou des camps éparpillés après avoir survécu au génocide perpétré dans l’Empire ottoman par le gouvernement des pachas Jeunes-Turcs. Et puis il y avait aussi ceux venus d’Italie et ceux venus de Pologne. Les dirigeants de la SLSA, gorgés de préjugés à l’encontre des ouvriers des villes, entendaient néanmoins se montrer pleins de prévenance pour leurs recrues en édifiant autour de leur établissement des cités modèles : « Les familles ouvrières vivraient dans des conditions hygiéniques parfaites ; elles se rendraient à l’usine sans fatigue et sans perte de temps ; elles auraient à leur disposition des jardins qui occuperaient sainement leurs heures de loisir. » La Société commença à produire en mai 1924. Quant à la localité de Décines, elle bondit en une décennie de 1 500 habitants à près de 7 000. Évidemment, des cités modèles, il n’y en eut qu’assez peu, et les nouveaux arrivants se logeaient comme ils pouvaient dans des masures, des taudis, des maisonnettes construites avec les moyens du bord, des immeubles de rapport. C’était le cas d’ailleurs de toutes les cités de la banlieue industrielle de Lyon et des quartiers industriels de la métropole. À cette époque, la population étrangère grimpait dans les communes ouvrières à des taux sans précédent : 44 % à Vénissieux, 48 % à Vaulx-en-Velin.

3Mais Décines avait deux particularités : le nombre des étrangers – 55 % en 1931 – y dépassait celui des Français et, en leur sein, le principal groupe était celui des Arméniens issus de l’Empire ottoman, c’est pourquoi on a parfois appelé Décines « la Petite Arménie », et pourquoi aussi, sur la place de la Libération, est érigé le premier monument en France dédié « aux 1 500 000 Arméniens victimes du génocide ». Un quotidien en langue arménienne édité à Paris pendant des décennies (il a cessé de paraître le 31 mai 2009), publiait jadis des lettres de correspondants de villes et villages méconnus de l’Hexagone afin de donner aux uns et aux autres des nouvelles de la diaspora. Le numéro du 26 juin 1926 de ce quotidien, Haratch, indiquait : « La colonie arménienne [de Décines] s’est formée il y a deux ans. Nos compatriotes sont généralement des travailleurs, il n’y a pas d’Arménien qui soit artisan à son compte. Ces derniers temps il s’est seulement ouvert un café arménien. Sur contrat, 250 personnes (des femmes et des filles en majorité), par l’entremise de M. Beylérian ont été amenées de Grèce pour travailler dans l’usine de soie SLSA. » C’est ainsi que se conserve la mémoire des premiers arrivants. D’autres, remontant la vallée du Rhône ou provenant de localités sur le parcours de la diaspora, arrivèrent et se fixèrent par la suite. En 1931, Décines comptait 22,8 % d’Arméniens, 16,6 % d’Italiens, 5,1 % de Polonais, 4,7 % de Russes, etc. Les étrangers constituaient évidemment la majeure partie des ouvriers de l’usine de Soie artificielle : 11,5 % d’Italiens, 9,5 % de Russes et 44,5 % d’Arméniens, pour seulement 16,3 % de Français. Si l’on veut prendre les chiffres sous un autre angle : 76,8 % des Polonais de Décines, 87,8 % des Russes et 72,8 % des Arméniens travaillaient à la Soie.

4Le document présenté ici est extrait des Archives municipales de Décines-Charpieu. Il s’agit de la lettre d’un de ces réfugiés arméniens, titulaire du « passeport Nansen » des apatrides, adressée au maire de sa commune d’adoption. Pour seul bagage, il avait son histoire personnelle. La région d’où était originaire l’auteur de la lettre, Guevé ou Guéyvé (Geyve en turc), à quelque deux ou trois heures de route au Sud-Est de Constantinople (Istanbul), est ainsi décrite par un voyageur français du xixsiècle : « La vallée de Guevé est fertile en toutes sortes de fruits ; partout on voit des jardins et de grandes plantations de soie. On cultive le mûrier comme dans une grande partie de l’Asie, en petits bosquets, sans permettre à l’arbre de s’élever à une grande hauteur. On prétend par ce moyen économiser la main-d’œuvre et se procurer des feuilles plus tendres et plus appropriées à la nourriture de la chenille » (Victor Fontanier, Voyages en Orient, entrepris par ordre du gouvernement français de l’année 1821 à l’année 1829 – Turquie d’Asie, Librairie Universelle, Paris, 1829, pages 316-317). Quant au livre auquel il est fait allusion dans le document, il s’agit probablement d’Études sur la maladie des vers à soie – Moyen pratique assuré de la combattre et d’en prévenir le retour, par M. L. Pasteur, membre de l’Institut impérial de France et de la Société royale de Londres, tome 1er, la pébrine et la flacherie, Paris, Gauthier-Villars, 1870, 322 pages. On remarquera enfin que le prénom de l’auteur est transcrit, d’après l’alphabet arménien, tantôt Mardiros, tantôt Martyros (on trouve aussi bien cette double transcription dans les textes concernant Martyros, évêque d’Erzenga qui visita la France à la fin du xvsiècle, quand Christophe Colomb découvrait l’Amérique).

Extrait des Archives Municipales de Décines-Charpieu

[cachet : Mairie de Décines-Charpieu – Arrivé le : 19 MARS 1938 – N° d’ordre : 1125]

Monsieur le Maire
à Décines-Charpieu

Monsieur le Maire,

Je soussigné atamian Mardiros, de nationalité arménienne, né à guevé (dans le banlieu de Constantinople (Turquie). Dans notre Commune on ne s’occupait que de sériciculture,

Les pauvres paysants travaillaient toutes la saison et les 80 sur cent perdaient leurs récoltes. La maladie flacherie tuait les vers-a soies, juste dans le temps de faire du cocon.

L’illustre Français Pasteur est arrivé de sauver nos paysanst, en trouvant le microb de flacherie, et publiant une bonne livre sur le soin des vers-a-soies.

  • 1 Allusion aux écoles des congrégations religieuses françaises, notamment les Assomptionnistes et les (...)

Après les écoles des Pères Français1 le grand savant, combien nous a fait aimer la France. Ici dans son paye natal, même autour et proximites de la Mairie, on martyrises les jolis arbres muriers.

Monsieur le Maire, maintenant le cocon fait un bon prix, et le gouvernement donne une large prime, avec un petit sacrifice on peut faire un travail de model, en cultivant un peu de vers-a-soie, je promet donner tous mon aide, le petit frais qu’engagerat la Mairie d’avance, peu obtenir largement an fin de récolte.

Je n’attende autre récompense qu’ainsi avoir rendu un sérvice au canton de Décines-Charpieu témoin de mes souffrances de longues années.

Veuillez agréer, Monsieur le Maire, l’assurance de mes profonds réspéctes.

Décines
Le 17 mars 1938

Atamian Martyros
3 Rue Paul-Bert
Décines
(Isère)

Haut de page

Notes

1 Allusion aux écoles des congrégations religieuses françaises, notamment les Assomptionnistes et les Frères des écoles chrétiennes, nombreuses dans l’Empire ottoman.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Videlier, « De la Turquie à la région lyonnaise : lettre d’un immigré arménien sur les mûriers et le ver à soie (1938) », Diasporas, 21 | 2013, 55-58.

Référence électronique

Philippe Videlier, « De la Turquie à la région lyonnaise : lettre d’un immigré arménien sur les mûriers et le ver à soie (1938) », Diasporas [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 20 août 2017. URL : http://diasporas.revues.org/256 ; DOI : 10.4000/diasporas.256

Haut de page

Auteur

Philippe Videlier

Membre du laboratoire Framespa (CNRS-Univ. de Toulouse), il est l’auteur notamment de Décines, une ville, des vies, éditions Paroles d’Aube, 1996, et Usines, éd. La Passe du vent, 2007, mais aussi d’un récent roman historique, Dîner de gala. L’étonnante aventure des brigands justiciers de l’empire du Milieu, Gallimard, 2012, 617 p.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org