Navigation – Plan du site
Diasporas et jardins

L’apport des réfugiés huguenots à l’agriculture et aux jardins du Brandebourg au lendemain de 1685

The Huguenot Refugees’ Contribution to Agriculture and Gardens of Brandebourg in the Aftermath of 1685
Viviane Rosen-Prest
p. 45-54

Résumés

Cette contribution présente et commente des extraits des Mémoires des réfugiés françois (1782-1799) de J.P. Erman et P.C.F. Reclam. Dans cet ouvrage célèbre et pourtant méconnu de la fin de l’Aufklärung, les deux pasteurs huguenots de Berlin mettent en relief le rôle des réfugiés dans l’introduction de nouveaux légumes et fruits et de fleurs ornementales, dans la culture du tabac, ainsi que dans les tentatives pour développer la culture des mûriers et du ver à soie.

Haut de page

Texte intégral

1Les quelques extraits concernant l’agriculture et le jardinage que nous présentons ici sont tirés des Mémoires pour servir à l’histoire des réfugiés français dans les États du Roi (Berlin, 1782-1799). Cet ouvrage, rédigé par les pasteurs réformés français Jean Pierre Erman et Pierre Chrétien Frédéric Reclam, descendants de réfugiés de la troisième génération, constitue la première grande synthèse historique sur le Refuge en Brandebourg-Prusse, réalisée une centaine d’années après la révocation de l’édit de Nantes. Écrivant sous Frédéric le Grand, à l’apogée de l’Aufklärung berlinoise dont les valeurs les imprègnent, les auteurs ont voulu collecter la mémoire grâce aux documents fournis par les réfugiés des premières générations encore vivants, ainsi qu’à un considérable travail d’archives. Bien loin d’être objectifs, ils sont convaincus que le Refuge fut une bénédiction tant pour les proscrits français que pour leur pays d’accueil, et cela à la fois grâce à la politique clairvoyante du Grand Électeur qui s’appuya sur eux pour redresser son pays encore marqué par la guerre de Trente ans, et grâce aux réfugiés eux-mêmes, venus d’un pays économiquement et culturellement très en avance sur le Brandebourg, et de plus travailleurs, pieux et honnêtes « par nature ».

  • 1 Le dixième environ, s’il faut croire les chiffres donnés par E. Muret qui parle de 1800 personnes. (...)
  • 2 « Aux Paisans & autres qui se voudront mettre a la Campagne, Nous ferons assigner une certaine éten (...)
  • 3 Ibid. p. 48, 49, 219.
  • 4 Erman et Reclam s’en font l’écho (vol. VI, p. 266-268).
  • 5 E. Muret, op. cit. p. 49.

2Parmi les quelque 20 000 réfugiés français qui s’installèrent en Brandebourg-Prusse, une part non négligeable était constituée de cultivateurs1. Installés dans les régions encore dévastées par la guerre et les épidémies, en particulier l’Uckermark au nord-est de Berlin et la région de Magdebourg, ils y reconstruisirent les villages en ruine et rendirent arables les terres en friche. Leur statut fut l’objet de litiges constants. Le paragraphe 9 de l’édit de Potsdam, consacré aux « Paisans & autres qui se voudront mettre a la campagne »2 est extrêmement succinct. Il fut complété par différents édits, tantôt confirmant leurs privilèges, tantôt les limitant3. Ils étaient en principe exemptés de corvées et jouissaient d’une sorte de propriété collective de leurs terres dans la mesure où elles pouvaient être laissées à leurs descendants, ou vendues exclusivement à des membres de la Colonie. Mais ces règles ne furent jamais respectées, les plaintes étaient constantes. La situation de ces paysans fut loin d’être enviable : isolés en petites communautés dans les campagnes, ils furent en butte à l’hostilité non seulement des habitants allemands, mais aussi des chambres des domaines royaux. Sous le Roi-sergent (1713-1740), peu favorable aux réfugiés, nombreux furent ceux qui répondirent aux sollicitations d’émissaires danois, ou s’enfuirent vers la Suède ou la Saxe4. Les choses se calmèrent par la suite, mais les nombreuses commissions d’enquête royales, sous ce règne et celui de Frédéric le Grand (1740-1786), n’apportèrent pratiquement pas de progrès5.

  • 6 Sur l’usine de Samuel Schock, créée en 1737dans la colonie française de Potsdam, puis rachetée par (...)

3Les paysans, bienvenus pour repeupler les campagnes du Brandebourg, n’innovèrent guère en ce qui concerne la culture des céréales. Leur apport concerne essentiellement trois domaines, ayant chacun une spécificité marquée : la culture du tabac, celle des mûriers pour l’élevage des vers à soie, et l’art du jardinage. Les deux premiers domaines avaient des implications industrielles : il fallait filer le tabac, dont la mode se répandait, et dont une partie de la production put être exportée6 ; quant à la production locale de soie, ce fut une ambition constante de la maison régnante.

  • 7 E. Muret, passim.
  • 8 Ibid., p. 318.

4Sur les planteurs de tabac, les informations sont très rares, ce qui donne sa pleine valeur à l’extrait que nous publions. S’il semble avéré que beaucoup de ces planteurs étaient d’origine wallonne et appartenaient à la colonie dite « palatine » de Magdebourg ou étaient implantés aux environs (Burg, Calbe), ils étaient également présents, selon Muret, dans les colonies de l’Uckermark, au nord de Berlin, ainsi qu’à Francfort/Oder7. Pour l’année 1700, Muret comptabilise, sur la base de la liste officielle de la Colonie, un total de 69 planteurs de tabac, 18 négociants et 103 fabricants ou filateurs8.

  • 9 Pour tout ce passage, voir Silke Kamp, op. cit. p. 172-191.
  • 10 Selon Muret il y eu « une série infinie de décrets et de directives sur les plantations de mûriers (...)
  • 11 Silke Kamp, op. cit. p. 183-184.
  • 12 Ibid., p. 185-191. Il est curieux que Erman et Reclam ne la mentionnent pas.

5Au xviiie siècle, beaucoup d’énergie fut consacrée au développement des plantations de mûriers et de la sériciculture9, avec des résultats fort modestes dont on cherchait la cause dans la négligence, l’ignorance etc., en se refusant systématiquement à envisager des difficultés liées au climat10. La soie était non seulement une étoffe de luxe, mais entrait aussi dans la fabrication des uniformes de l’armée et dans la confection des bas, des doublures et des rubans. Dans l’optique mercantiliste, il fallait tout mettre en œuvre pour en diminuer l’importation qui entraînait une sortie de numéraire, et donc encourager la production dans le pays. Sous le Roi-sergent, la plantation de mûriers devint une cause nationale, des ordres de plantation furent donnés à des particuliers, surtout à Berlin et à Potsdam. Sous son fils Frédéric II, l’Académie des sciences reçut le privilège de cette culture. Mais les difficultés étaient nombreuses : il fallait tenter d’acclimater le « mûrier blanc » originaire d’Asie, plus fragile mais réputé donner une soie de meilleure qualité que le « mûrier noir » européen ; créer des installations chauffées permettant aux vers à soie de passer l’hiver sans geler, et avec assez de nourriture, jusqu’à l’époque où ils fabriqueraient leurs cocons ; puis il fallait la main d’œuvre pour dévider les cocons, et c’était bien souvent le travail des enfants des orphelinats, de plus en plus nombreux avec les guerres menées par Frédéric II. Or de nombreux réfugiés originaires du sud de la France avaient été formés dans leur enfance à la culture du mûrier et à l’élevage des vers à soie. De plus, cette culture faisait partie de la formation pratique obligatoire dispensée à Berlin aux élèves garçons de l’École de charité française. Au total, l’importance des réfugiés semble avoir été moins grande en tant que planteurs et producteurs qu’en tant qu’inspecteurs et commissaires. Ainsi les frères Rouvière sont-ils nommés inspecteurs en 1744, le chevalier Malbosc et le planteur Barandon l’année suivante11. Quant à Anne-Marie Baral, elle fut non seulement une des plus importantes cultivatrices de mûriers à Potsdam, mais elle produisait elle-même la soie et formait des apprentis, ce qui lui valut d’amples subventions de l’État12. On a donc un domaine éminemment complexe, où interfèrent dirigisme de l’État, avec les contrôles qui l’accompagnent, initiatives de particuliers aisés, savoir-faire apporté par les réfugiés du sud de la France, recours à la main d’œuvre enfantine de la Colonie…

  • 13 Clemens Alexander Wimmer, « Die Berliner Gärtnerfamilie Bouché (1704-1933) », Garten Kunst Geschich (...)
  • 14 Cité d’après Wimmer, (art. cit. note 13) qui cite lui-même Folwin Wendland, Berlins Gärten und Park (...)
  • 15 Friedrich Bouché, Gartenzeitung 1/1882 p. 168, cité d’après Wimmer, note 13. p. 44.
  • 16 Il s’agit de Johann Peter Bouché (1759-1846), qui y fit des plantations. Wimmer, p. 44.

6Il en va tout autrement du jardinage. Ici, des jardiniers réfugiés innovèrent, connurent la réussite, suscitèrent la curiosité du public par leurs innovations et parvinrent à changer les habitudes alimentaires de leurs nouveaux concitoyens. Les Bouché, par exemple13, furent jardiniers à Berlin sur cinq générations, il y eut vingt jardiniers de ce nom, sans compter leurs nombreuses alliances avec d’autres familles de jardiniers français (D’Heureuse, Nicolas, Laval, Matthieu, Weil, Gustine). S’ils n’avaient pas l’aura des jardiniers de la Cour, leurs jardins à Berlin étaient célèbres pour leurs fleurs et leurs vergers, ainsi que le note Friedrich Nicolai dans sa célèbre Description de la ville14. Pierre David Bouché (1703-1784) fut le premier à produire commercialement des oignons de tulipes en Brandebourg, son plus jeune fils Jean David (1747-1819) construisit les premières grandes serres, dont il transforma certaines en buvettes où l’on venait boire le café ; les rois Frédéric Guillaume II et Frédéric Guillaume III s’y rendaient parfois. Il introduisit en Allemagne le forçage des arbustes à fleurs15. Une rue de Berlin, dans le quartier de Treptow, porte le nom de Bouché16. Quant à Peter Friedrich Bouché (1785-1856), il établit des liens avec l’université dont il fournissait les chercheurs en plantes grasses ; passionné d’insectes, il analysa dans un traité paru en 1833, en vrai précurseur de l’écologie, le bénéfice qu’il y aurait à protéger les animaux utiles, taupes, oiseaux et grenouilles, « police naturelle » de la nature détruite par l’homme, obligé maintenant de faire sa police lui-même pour rétablir l’équilibre :

  • 17 Peter F. Bouché, Naturgeschichte der schädlichen und nützlichen Insekten, Berlin 1833, p. 4 et suiv (...)

« Il convient pour cela de bien connaître les insectes nuisibles, car il est très difficile de combattre un ennemi inconnu ; puis de connaître ceux qui sont utiles, pour les protéger et pouvoir s’allier avec eux »17.

7Dans les extraits qui suivent, on retrouvera certaines constantes de l’ouvrage d’Erman et Reclam : sagesse de la politique du Grand Électeur, influence civilisatrice des réfugiés sur leurs nouveaux concitoyens, idylle des premières générations, pieuses et laborieuses, aux distractions dominicales innocentes, création d’une imagerie légendaire dont l’impact devait être très fort sur l’historiographie ultérieure. Mais quelques données viennent nuancer cette image par trop cohérente, ainsi les indications non seulement sur des groupes d’immigrants fuyant tardivement (1752) les « rigueurs envers les réformés », mais aussi sur le recrutement en 1732 de familles françaises venues pour des motifs purement économiques, et vraisemblablement catholiques. La mention des « liaisons qu’ils conservèrent avec leurs anciens compatriotes », qui leur permettait « de faire venir de France des semences, des plants de vignes des meilleures espèces & de jeunes arbres » met en lumière la persistance de réseaux relationnels avec l’ancienne patrie.

8L’orthographe du texte a été conservée.

Mémoire des réfugiés, tome V, p. 143-171. Culture des Mûriers. Vers à soie. (extraits)

9[Le Grand Électeur ne s’occupa guère de la culture des mûriers, pris par d’autres urgences pour redresser l’économie de ses États. Les premiers réfugiés qui s’y essayèrent, sans soutien du gouvernement, furent des gens aisés.]

10Mr. Duclos planta dans la vigne de Mr. le Baron & marêchal de la Cour de Dobrezensky & dans le faux-bourg de Guben à Francfort, des mûriers qui existent encore actuellement. Mr. le Lieutenant-général André Roubillas de Veyne, originaire du Dauphiné & Mr. le Lieutenant-Colonel Joseph de Rison, de Leictoure en Gascogne, le premier Gouverneur, & l’autre Commandant de Peitz, firent planter un grand nombre de mûriers sur les remparts de cette forteresse ; comme ils ont été cultivés & taillés avec soin, ils sont parvenus à la grosseur & à la taille des chênes, & malgré l’élévation du lieu, ils ont résisté aux hyvers rigoureux de 1709 & de 1740. Il y avoit bien là de quoi détruire la fausse opinion que le climat du pays n’est pas favorable à cette culture. (p. 150)

11[C’est] un savant, Mr. Jean Léonard Frisch [qui] sut tirer parti pour la culture des mûriers, de l’industrie des Réfugiés [en les faisant travailler, ainsi] Pierre Bourget, qui déjà à Cœpenik s’étoit appliqué à cette partie, planta sur les remparts de Berlin les mûriers qui y ont subsisté jusqu’au tems où ces remparts ont été démolis. Mr. Frisch fit un plantage [sic] à ses dépens et récolta même de la soie.

12Ce fut sous le règne du Roi Frédéric Guillaume que le gouvernement commença à faire attention à cet important objet […] on en eut l’obligation à un particulier aussi actif que bon patriote, nous parlons de Mr. Pfeifer, qui demeuroit aux environs de Cœpenick [et publia un traité sur cette culture, grâce aux connaissances qu’il avait acquises en Lombardie vénitienne] (p. 151-152).

  • 18 Frédéric 1er (1688-1713), d’abord électeur Frédéric III, puis roi en 1701.

13En 1707, le Roi18 accorda à la Société Royale des Sciences de Berlin le privilège exclusif de la culture des mûriers blancs & de la soie dans tout le pays ; elle s’en occupa beaucoup, comme nous l’avons vu par les actes que Mr le Conseiller privé & fiscal général d’Anières a eu la complaisance de nous communiquer. On remit à la Société le plantage de Cœpenik, elle en avoit avec celui là à Potsdam, à Spandau & à Berlin, qu’elle affermoit à des réfugiés ; nous avons trouvé Logier, Bourget, Vacher, Merle à Cœpenick, Bouvier à Spandau, Pierre Franceson, Gilson à Berlin, Pont à Potsdam ; dans cette dernière ville il y avoit vingt mille mûriers. La Société correspondoit sur cet objet avec M. M. Dalençon & Cœper qui en avoient été chargés par le Conseil françois, ainsi qu’avec Mr. Pfeifer. (p. 154)

  • 19 Moabit, aujourd’hui quartier au centre-nord de Berlin.
  • 20 Les auteurs donnent en note une liste de douze noms de colons trouvés dans les archives.
  • 21 Forme francisée de Groschen.
  • 22 Journal : « N. m. Ancienne mesure agraire qui représentait ce qu’un attelage pouvait labourer dans (...)
  • 23 « Vis-à-vis du château de Bellevue, que S.A.R. Msgr. le Prince Ferdinand [frère de Frédéric II] vie (...)

14[…] l’entreprise, dont Mr. Pfeifer se chargea pour son compte & à ses risques, fut recommandée aux magistrats des villes, avec ordre de faire rapport de ses succès ; il leur fut enjoint en même tems de faire planter des mûriers sur les remparts & autour des murs des villes. Le Consistoire supérieur ordonna aux Ecclésiastiques, de faire clore les cimetières de mûriers & d’en placer dans l’intérieur même à des distances convenables. […] [cette culture commençoit à intéresser un plus grand nombre de gens] & c’est sans doute à l’intérêt qu’elle inspiroit que dut son origine une petite Colonie qui s’établit aux portes de Berlin & qui défricha un terrain sablonneux, à qui son aridité fit donner le nom de terre des Moabites ou terre maudite19 ; environ vingt familles, dont plusieurs étoient d’Orange, obtinrent dans cette contrée des places & des avances pour y planter des mûriers20. Ces colons devoient posséder ces places à perpétuité, héréditairement & en toute propriété, pour eux & leurs successeurs ; on leur accordoit dix années de franchise & au bout de ce terme ils ne devoient payer qu’un cens annuel de huit gros21 pour chaque journal22. Nous avons trouvé les assignations qui furent faites pour payer les mûriers qu’ils achetèrent de la Société Royale des Sciences. En 1721 le Gouvernement porta plusieurs des propriétaires de ces champs à bâtir des maisons qui, dans l’avis de Mr. le Président de Schlieben, furent placées le long de la Sprée, où elles subsistent encore23.

  • 24 En 1718/19 selon Wendland, op. cit., p. 156.

15Il paroît que l’entreprise de cette plantation fut dirigée par Mr. Charles d’Azimont, natif de Milhau en Rouergue, qui mourut à Berlin en 1764 âgé de quatre vingt dix ans.24 Une grande partie des avances nécessaires pour cette entreprise furent faites par la caisse des manufactures françoises & le Conseil françois en eut la direction générale. La Cour ayant chargé en 1732 Mr. Charles Vignes de faire venir de France douze familles qui pussent être employées à la culture des mûriers, MM. de Feriet & d’Alençon, membres du Conseil françois, proposèrent des plans pour rendre cette culture plus commune dans les villes & dans les villages. (p. 155-158).

16[Cependant tous ces efforts ne tinrent pas leurs promesses. Les auteurs interrogent à ce sujet un spécialiste, Mr Barandon, selon lequel la cause serait à chercher non dans le climat, mais dans les mauvais soins donnés aux cultures, et dans les préjugés de la population. Sous Frédéric II, cette culture a pris un nouveau souffle grâce à des encouragements multiples et à la création d’un corps d’inspecteurs, et grâce aux efforts du comte de Hertzberg, qui créa une plantation modèle et attribua des prix].

  • 25 « C’est la dernière préparation que doit recevoir la soie avant que d’être teinte ; on se sert ordi (...)
  • 26 « La filature ou l’art du tirage, est d’une grande importance. Vaucanson a perfectionné les tours d (...)

17Le Gouvernement n’a pas manqué de favoriser des vues si patriotiques. Le Roi accorde un prix d’un écu par livre à ceux qui d’une année à l’autre recueillent une plus grande quantité de soie. Dans plusieurs villages on a bâti des maisons où les maîtres d’école peuvent commodément nourrir les vers à soie, & depuis peu le Roi a fait construire près du Pont de Spandau à Berlin, un grand moulin à eau pour faciliter & perfectionner l’opération de mouliner la soie25. La veuve Barnouin, qui se distingue par son habileté pour le tirage de la soie, a obtenu une pension de la Cour, & le grand Directoire a établi un magazin pour l’achat & le tirage des cocons26. […]

18Les Réfugiés qui venoient d’un pays où depuis si longtemps la culture de la soie étoit objet d’industrie nationale, durent naturellement paroître propres à favoriser les vues du gouvernement ; aussi voyons nous par les actes du Conseil françois qu’il fut particulièrement chargé d’y employer les Colons & de diriger de ce côté leur industrie. Mr le Conseiller privé de Campagne, dont plusieurs de nos lecteurs se rappellent sans doute l’activité, le patriotisme & le zèle pour les intérêts & l’honneur des Colonies, se porta vers cet objet avec son ardeur accoutumée ; il fit acquisition dans la contrée des Moabites d’une possession considérable uniquement pour s’y attacher à la culture des mûriers & pour y élever des vers à soie ; […] il se mit en état de donner au public plusieurs mémoires très instructifs sur ce sujet intéressant ; il entra à cette occasion dans une correspondance directe avec le Roi, qui ne pouvoit qu’honorer de sa confiance un patriote si zélé […]. (p. 164-166).

19[Dans les premiers temps du Refuge, le gouvernement n’encourageant guère cette production, les réfugiés se tournèrent vers d’autres activités] ; du moment où le gouvernement en fit son affaire on vit bientôt se rendre à Berlin pour s’y réunir aux Colonies, plusieurs familles Réformées de France, qui se prévalurent des encouragemens qui leur étoient offerts & qui obtinrent en effet des bénéfices considérables sous la condition de former des élèves dans tout ce qui se rapporte à la culture de la soie. [M. Barandon fut nommé inspecteur des plantations de mûriers] (p. 167-168).

  • 27 Les auteurs ne s’appesantissent pas sur la sériciculture en elle-même ; or c’est elle dont la réuss (...)

20Deux Gentilshommes Réfugiés du Languedoc, M.M. les frères de la Rouvière, que le Roi créa en 1744 Inspecteurs des plantations de mûriers & auxquels il donna des appointements considérables, firent à Potsdam une des plus belles plantations qui existe peut-être. […] Lorsqu’en 1752 le gouvernement de France usant de quelques rigueurs envers les Réformés, occasionna une nouvelle migration de plusieurs familles, Mr. de Thomas, Gentilhomme d’Usez [sic] vint à Berlin, avec trois de ses frères qui entrèrent dans le service militaire ; il fut nommé inspecteur des plantations de mûriers de la Marche. […] On compte qu’il y a dans les Etats du Roi actuellement trois millions de mûriers, qui suffiroient pour un produit annuel de cinquante mille livres de soie27.

21Les grandes fabriques d’étoffes de soie ne peuvent manquer de favoriser cette culture & d’y encourager ; plusieurs des descendans des Réfugiés sont entrés à cet égard dans les vues du Gouvernement & les secondent par les belles manufactures qu’ils soutiennent ; nous pouvons nommer ici celles d’étoffes de soie de M.M. Girard & Michelet, les frères Baudouin, Blanc, celle de bas de soie de M.M. Duchesne, Fetting, les frères Bardin, celle de gaze de Mr. Palmié, celles de rubans de M.M. Lautier, Favreau, Bonte, Philippe, &c. (p. 168-171).

Mémoires des réfugiés, tome VI, livre trente-unième. Divers genres de culture introduits par les Réfugiés. (extraits)

2) Tabac (p. 253-274)

22La culture la plus considérable, qui devint une des plus avantageuses au pays & dont on eut l’obligation aux Réfugiés, fut celle du Tabac. Cette plante, sauvage dans son origine & que l’industrie des hommes a perfectionnée par la culture, nous est venue d’Amérique […] De tous les végétaux, le Tabac est après ceux qui fournissent aux hommes leur principale nourriture, le plus universellement répandu & le plus cultivé, il est devenu un besoin de première nécessité depuis que dans toutes les contrées de la terre, on a contracté l’habitude de le prendre râpé en poudre par le nez, ou d’en humer la fumée au moyen d’une pipe, ou d’en tirer le suc par la mastication. (p. 253).

23[Cette culture s’est développée au xviie siècle en France et aux Pays-Bas, d’où des cultivateurs se réfugièrent au Palatinat lors des persécutions sous Philippe II]. […] ils y formèrent ces nombreuses Colonies de Walons [sic] qui y furent florissantes pendant un siècle & qui y portèrent la culture & la préparation du tabac. Lorsqu’à la fin du siècle passé de nouveaux malheurs causés par le fanatisme persécuteur, fondirent sur les Walons du Palatinat, un grand nombre d’entre eux se portèrent vers le Brandebourg ; on les y accueillit comme on y avoit accueilli quelques années auparavant les Réfugiés de France, plusieurs d’entre eux étoient planteurs & fabricans de tabac & leur industrie réunie à celle des Réfugiés françois, ouvrit au pays où ils trouvèrent des établissemens & la liberté de conscience, une source abondante de richesses. [Les auteurs discutent une thèse prétendant que deux entrepreneurs juifs auraient eu le projet de planter du tabac en Brandebourg en 1676, avant les réfugiés. Selon eux ce projet n’aboutit pas]. (p. 259-262).

24[…] La culture du tabac devint dans peu d’années très considérable dans toutes les Colonies françoises & elle fut encore accrue par les Colons palatins. Beaucoup de campagnes de la marche Ukraine & dans le duché de Magdebourg aux environs de la ville de Bourg, où le sol y étoit très propre, étoient surtout couvertes de tabac. Quoique les Colons établis à Brandebourg s’appliquassent particulièrement aux manufactures d’étoffes de laine, il y en eut cependant plusieurs aussi qui plantèrent du tabac. Nous voyons par un rapport de Mr. de Mézery, postérieur seulement de quelques années à l’époque du refuge, qu’aux environs de Prenzlow plus de quatre vingt journaux de terre étoient employés à cette culture & que l’on espéroit de pouvoir se passer bientôt de feuilles étrangères. Ce qui animoit les cultivateurs c’étoit l’avantage considérable qu’ils trouvoient dans cette culture ; un journal de tabac leur rapportoit plus qu’une étendue de terre beaucoup plus considérable semée de blé.

25De la culture du tabac durent naître naturellement des manufactures & un grand commerce d’exportation, tant de feuilles crues que fabriquées. Une des plus anciennes manufactures fut celle de M.M. Sandrart & Würst, ainsi que celle de M.M. Schwarz, Réfugiés palatins à Magdebourg. Mr. Lejeune, qui forma avec succès beaucoup d’entreprises utiles, en établit à Soest en Westphalie, où un bon nombre de Réfugiés s’étoient portés dans les premiers tems du refuge. Les tabacs du Brandebourg s’exportoient au Dannemarc, en Suède, en Pologne, en Silésie, en Bohême, & les Hollandais même en faisoient venir. (p. 263-265).

3) Jardiniers (p. 275-308)

26Mais un service bien essentiel qu’ils rendirent au pays, ce fut de perfectionner & d’y faire naître en quelque sorte, la culture des Jardins. Ce n’est que depuis le refuge que l’on a appris à connoître une foule de plantes que l’on ne mettoit point au nombre des comestibles & que l’on a vu sur la table des citoyens de toutes les classes, des fruits que l’on ne soupçonnoit peut-être point de pouvoir réussir dans ce climat. (p. 275).

27[Il y avait bien eu des tentatives pour développer l’art des jardins au Brandebourg. Mais les progrès furent arrêtés par la guerre de Trente ans]. Frédéric Guillaume étoit fait pour réparer & effacer la trace de tous les malheurs qui avoient affligé son pays ; son génie suffisoit à tout […] ; il ne négligea point un objet d’autant plus intéressant que les progrès de la civilisation & l’accroissement de la prospérité ne pouvoient manquer de faire de la culture des Jardins, un art de première nécessité pour ses sujets. [Du séjour en Hollande fait dans sa jeunesse, il avait ramené du goût et des compétences pour le jardinage, auquel il s’adonnait dans ses loisirs. Il créa le Jardin botanique avec l’aide d’un jardinier du Holstein, Michelmann]. (p. 284-287).

28Ce n’étoient cependant encore là que de foibles commencemens & l’on dépensoit de grandes sommes sans qu’il en résultât des avantages pour le pays ; il falloit que la chose de vint, non pas uniquement amusement des gens aisés, mais occupation du peuple. Elle le devint à l’arrivée des Réfugiés ; il se trouvoit parmi eux un grand nombre de Jardiniers, dont la très majeure partie se jeta à Berlin, où une Colonie nombreuse de leurs concitoyens, accoutumés à une manière de se nourrir différente de celle de leur nouvelle patrie, avoit besoin de leur industrie & où la Cour, la Noblesse & beaucoup de particuliers ne pouvoient manquer de l’encourager & de la payer. Les vastes fauxbourgs de Berlin, qui dans ce tems n’étoient presque que des campagnes désertes & incultes, furent convertis par ces Colons en jardins ; les établissemens qu’ils y formèrent existent encore & ont passé à leurs descendans.

29Il n’y avoit aucune espèce de culture, soit de plantes soit d’arbres, qu’il ne fallût créer, ou perfectionner, ainsi ils s’attachèrent à la fois à toutes & le firent avec le plus grand succès. Les liaisons qu’ils conservèrent avec leurs anciens compatriotes, leur fournissoient la facilité de faire venir de France des semences, des plants de vignes des meilleures espèces & de jeunes arbres, & par la greffe ils convertissoient les sauvageons en arbres francs de toutes les qualités ; au moyen des serres & des couches ils naturalisoient des plantes & des fruits inconnus encore dans ce climat. Quelques uns d’entre eux s’appliquèrent à la culture des orangers & des citronniers, & ce que l’on n’avoit pas vu avant leur arrivée, des particuliers aisés eurent des orangeries ; ils en fournissoient les jardins de la Cour, ils en vendoient en Saxe & dans d’autres pays voisins ; il y en eut que cette industrie conduisit à des fortunes que l’on peut nommer considérables, soit que l’on ait égard à l’ordre des personnes qui les fesoient, soit au tems & à la valeur du numéraire ; il n’en falloit pas alors autant qu’aujourd’hui pour être riche. […] (p. 289-291).

  • 28 Alors village situé à l’est de Berlin, aujourd’hui quartier de Berlin.
  • 29 René Dahuron était, en fait, catholique. Je remercie M. C.A. Wimmer pour cette précision.
  • 30 « De ce goût des François pour la soupe & la salade sont nées les façons de parler, manger la soupe (...)
  • 31 « Mad. de Camasse, qui a été Grand’Gouvernante de la Cour de la Reine, étoit de l’illustre famille (...)

30Ce fut cependant à la culture du potager, plus encore qu’à celle du verger, que s’attachèrent les Réfugiés & l’on peut dire qu’à cet égard ils firent vraiment une révolution dans la manière de se nourrir. L’ancienne cuisine allemande, qu’on trouveroit certainement très mauvaise aujourd’hui, ne mettoit que très peu de légumes frais & d’herbes au nombre des comestibles ; on ne se nourrissoit presque que de viandes fumées & surtout salées, de poissons & de légumes secs ; les choux-verts, les choux aigres, de gros navets & quelques racines étoient à peu près tout ce que l’on associoit à ces mets. Nous sommes tentés de croire que l’on ne faisoit aucun usage des pois verts ; les haricots du moins étoient si peu un mets ordinaire, que des personnes âgées de nos Colonies se rappellent que l’épithète de mangeurs de haricots, étoit un sobriquet équivalent à celui de mangeurs de grenouilles, que les Allemands, peu faits aux mœurs françoises, donnoient aux Colons […] Les Jardiniers françois furent bientôt d’autant plus occupés que les incoles ne tardèrent point à prendre goût à la cuisine française ; on apprit à manger & à trouver très bons, les choux-fleurs, les asperges, les artichauts. On n’avoit pas cru que ces productions pussent devenir propres au climat, & l’on s’est longtems rappelé que lorsque Mr. du Clos, Médecin de la Colonie, eut planté en pleine terre des artichauts dans une maison de campagne qu’il avoit à Friedrichsfelde28, Frédéric I. alla avec toute sa Cour les voir, comme une curiosité. Un seul article, dont le nom même atteste l’origine françoise, la salade, occupoit dans les jardins des jardiniers réfugiés une place considérable par la diversité des herbes & des fleurs même, dont on la composoit. On alloit à Charlottenbourg manger des salades à la Dahuron ; c’étoit le nom d’un Jardinier françois, qui excelloit dans ce genre & qui étoit employé dans les jardins de la Cour29. La culture de cette grande variété d’herbes étoit d’autant plus intéressante pour les Réfugiés, qu’elles entroient dans les soupes & les potages qui fesoient comme le fond de leur nourriture ; un Colon françois auroit cru n’avoir pas diné s’il n’avoit pas eu sa soupe, garnie d’herbes, & de pain de froment bien mitonné ; les Allemands imitèrent aussi à ces égard les François30. Nous avons entendu dire à feue Madame la Comtesse de Camasse, veuve d’un Réfugié distingué par sa naissance, qu’elle croyoit être redevable de la santé dont elle jouissoit dans l’âge le plus avancé, aux bonnes soupes françoises dont elle avoit fait un usage habituel31. […] (294-299).

  • 32 Au sud-est de Berlin.
  • 33 Cette anecdote a été souvent reprise, notamment par Charles Weiss, Histoire des Réfugiés protestant (...)

31Il y eut dans le nombre des Jardiniers réfugiés des fleuristes habiles, qui possédoient & qui exercèrent avec beaucoup d’avantage l’art de perfectionner les fleurs par la transplantation & les marcottes ; quelques uns avoient le secret, qui aujourd’hui ne l’est plus, de doubler les fleurs simples, de les panacher & les chamarrer de diverses couleurs ; on n’avoit jamais rien vu de pareil dans ce pays & l’on parloit comme d’opérations magiques de ce que fesoit un Jardinier Ruzé, fameux dans le tems par cet endroit ; il avoit un beau jardin dans le fauxbourg de Cœpenick32 qui attiroit les curieux par le spectacle des fleurs les plus variées, & parmi le peuple on se disoit à l’oreille, que dans certaines saisons de l’année, à des jours marqués, le jardinier, sa femme & ses enfans se rassembloient après minuit dans le jardin, & qu’après avoir pris les plus grandes précautions pour n’être pas surpris, on fesoit des opérations secrettes qui dans un instant doubloient ou panachoient toutes les fleurs33. Quelques uns des descendans des premiers Jardiniers fleuristes ont continué à s’attacher à cette espèce de culture & on va encore aujourd’hui admirer les belles fleurs qui parent les jardins des frères Boucher [sic] au fauxbourg royal.

32Nous voyons par le rôle des Colonies de 1700 que la plupart des Jardiniers réfugiés étoient de Metz ; nous y trouvons les noms de beaucoup de familles encore existantes, Jean & David Dauphin, Etienne Deroussi, Pierre Gustine, Henri Lefèvre, Daniel Sauvage, Matthieu, Pierre Lambert, Jean & Jacques Septsous, Pierre Sarre, David Ruzé, Daniel & Pierre Laval, Paul Ravenez, Guillaume Bourguet, Jean Mouzon, Boucher, Friot, plusieurs du nom de Nicolas & George, & c, & c.

  • 34 Village au nord de Berlin où se trouvait une colonie française.

33Les Jardins étoient autrefois la promenade des Colons françois. Le dimanche, après le service du soir, on se répandoit vers la saison des vendanges, dans les jardins des fauxbourgs pour y manger des raisins. Ces jardins & la vigne de Menadier, située à une petite distance de la ville, offroient le touchant spectacle de la gaîté franche & honnête & de l’activité qui jouissoit, sans apprêt, d’un jour de repos & de récréation. Une ou deux fois dans l’année on alloit passer le dimanche à la campagne &c’étoit surtout à Buchholz que se fesoient ces parties, parcequ’on n’y négligeoit pas le service divin34. (p. 301-304).

34[Le chapitre se termine par l’évocation des Colons Bohémiens, devenus sous Frédéric Guillaume Ier des rivaux pour les colons français pour les cultures maraîchères ; enfin par l’évocation de deux cultures auxquelles s’essayèrent les réfugiés, celle, très contestée, des patates, et celle de la chicorée, servant à faire une boisson moins chère que le café et nommée pour cette raison « caffé prussien »].

Haut de page

Notes

1 Le dixième environ, s’il faut croire les chiffres donnés par E. Muret qui parle de 1800 personnes. Eduard Muret, Geschichte der französischen Kolonie in Brandenburg-Preußen, Berlin, im Auftrage des Konsistoriums der Französischen Kirche, 1885, p. 48.

2 « Aux Paisans & autres qui se voudront mettre a la Campagne, Nous ferons assigner une certaine étendue de pais pour la rendre cultivée, et les ferons secourir de toutes les necessités requises pour les faire subsister dans le commencement, de la mesme manière que Nous avons fait a un nombre considerable de familles Suisses qui sont venues habiter dans nos Estats. » Reproduit ibid., p. 305.

3 Ibid. p. 48, 49, 219.

4 Erman et Reclam s’en font l’écho (vol. VI, p. 266-268).

5 E. Muret, op. cit. p. 49.

6 Sur l’usine de Samuel Schock, créée en 1737dans la colonie française de Potsdam, puis rachetée par le roi en 1765, voir Silke Kamp, Die verspätete Kolonie. Hugenotten in Potsdam 1685-1809, Berlin, Duncker & Humblot 2011, p. 223-228.

7 E. Muret, passim.

8 Ibid., p. 318.

9 Pour tout ce passage, voir Silke Kamp, op. cit. p. 172-191.

10 Selon Muret il y eu « une série infinie de décrets et de directives sur les plantations de mûriers et la culture des vers à soie, et plusieurs milliers de personnes firent des efforts considérables, volontairement ou par contrainte […] pour un succès limité ; car on ne pouvait lutter victorieusement contre l’influence de la rudesse du climat ». E. Muret, op. cit. p. 42. (trad. RP).

11 Silke Kamp, op. cit. p. 183-184.

12 Ibid., p. 185-191. Il est curieux que Erman et Reclam ne la mentionnent pas.

13 Clemens Alexander Wimmer, « Die Berliner Gärtnerfamilie Bouché (1704-1933) », Garten Kunst Geschichte : Festschrift für Dieter Hennebo, Worms, Werner, 1994, p. 44-52.

14 Cité d’après Wimmer, (art. cit. note 13) qui cite lui-même Folwin Wendland, Berlins Gärten und Parke, Berlin, Propyläen, 1979, p. 230.

15 Friedrich Bouché, Gartenzeitung 1/1882 p. 168, cité d’après Wimmer, note 13. p. 44.

16 Il s’agit de Johann Peter Bouché (1759-1846), qui y fit des plantations. Wimmer, p. 44.

17 Peter F. Bouché, Naturgeschichte der schädlichen und nützlichen Insekten, Berlin 1833, p. 4 et suiv., cité d’après Wimmer, note 13, p. 45 (traduit par mes soins).

18 Frédéric 1er (1688-1713), d’abord électeur Frédéric III, puis roi en 1701.

19 Moabit, aujourd’hui quartier au centre-nord de Berlin.

20 Les auteurs donnent en note une liste de douze noms de colons trouvés dans les archives.

21 Forme francisée de Groschen.

22 Journal : « N. m. Ancienne mesure agraire qui représentait ce qu’un attelage pouvait labourer dans une journée, et dont la désignation a survécu longtemps dans la langue paysanne. Le journal variait suivant les provinces. Deux journaux de terres labourables. » Dictionnaire de l’Académie française, neuvième édition, version informatisée : http://atilf.atilf.fr/academie9.htm.

23 « Vis-à-vis du château de Bellevue, que S.A.R. Msgr. le Prince Ferdinand [frère de Frédéric II] vient de faire construire dans le parc. […] » (note des auteurs).

24 En 1718/19 selon Wendland, op. cit., p. 156.

25 « C’est la dernière préparation que doit recevoir la soie avant que d’être teinte ; on se sert ordinairement de moulins à bras. Le moulin à cheval n’est pas de si bon usage, parce qu’il ne tourne pas avec assez d’égalité, & on lui préfère le moulin à eau. » (note des auteurs).

26 « La filature ou l’art du tirage, est d’une grande importance. Vaucanson a perfectionné les tours dont on se sert pour cette opération au point que la France est parvenue à égaler le Piémont dont l’organsin avoit toujours eu une grande supériorité ». (note des auteurs).

27 Les auteurs ne s’appesantissent pas sur la sériciculture en elle-même ; or c’est elle dont la réussite était des plus délicate dans le climat d’Allemagne du nord.

28 Alors village situé à l’est de Berlin, aujourd’hui quartier de Berlin.

29 René Dahuron était, en fait, catholique. Je remercie M. C.A. Wimmer pour cette précision.

30 « De ce goût des François pour la soupe & la salade sont nées les façons de parler, manger la soupe ou la salade chez quelqu’un, pour diner ou souper chez lui. Le midi on avoit, chez le bon bourgeois, la soupe & le bouilli avec quelque légume, & le soir, dans les bons jours, le rôti & la salade. » (note des auteurs).

31 « Mad. de Camasse, qui a été Grand’Gouvernante de la Cour de la Reine, étoit de l’illustre famille de Brand. On n’ignore point combien le feu Roi [Frédéric II] avoit pour elle d’estime & d’amitié ; elle en étoit aussi digne par ses vertus que par son esprit. » (Note des auteurs)

32 Au sud-est de Berlin.

33 Cette anecdote a été souvent reprise, notamment par Charles Weiss, Histoire des Réfugiés protestants de France depuis la révocation de l’édit de Nantes, 2 vol., Paris, Charpentier, 1853, rééd. Éditions du Layet, Le Lavandou, 1985, t. I p. 175, et E. Muret, op. cit. p. 50.

34 Village au nord de Berlin où se trouvait une colonie française.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Viviane Rosen-Prest, « L’apport des réfugiés huguenots à l’agriculture et aux jardins du Brandebourg au lendemain de 1685 », Diasporas, 21 | 2013, 45-54.

Référence électronique

Viviane Rosen-Prest, « L’apport des réfugiés huguenots à l’agriculture et aux jardins du Brandebourg au lendemain de 1685 », Diasporas [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/254

Haut de page

Auteur

Viviane Rosen-Prest

Agrégée d’allemand, docteur de l’université de Strasbourg. Spécialiste de l’historiographie des huguenots en Allemagne, elle a fait partie du comité scientifique de la double exposition « Huguenots » (Metz/Temple neuf – Berlin/DHM 2005-2006) et co-dirigé avec Geraldine Sheridan (Limerick, Irlande) Les Hugenots éducateurs dans l’espace européen à l’époque moderne, Paris, Honoré Champion 2011. Elle a coordonné le numéro de Diasporas, 18/2011, sur « Les Huguenots ».

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org