Navigation – Plan du site
Diasporas et jardins

Cultes et cultures : apports huguenots à l’histoire culturelle du jardin et du monde végétal

Cult and cultures: Huguenots Contributions to the Cultural History of the Garden and the Vegetal World
Otto Schaefer
p. 20-44

Résumés

Dans les différents pays d’accueil, le Refuge huguenot a contribué à la diffusion des plantes utilitaires mais aussi à la culture des fleurs et à l’essor de la botanique. Sans pouvoir en être séparé toujours, l’apport du second Refuge (après 1685) et des huguenots au sens strict est à distinguer de celui du premier Refuge (xvie siècle). En rassemblant, dans la perspective de l’appropriation mémorielle, les divers éléments d’une histoire culturelle réformée française du jardin et du monde végétal, on observe une grande richesse mais aussi un besoin de recherches dont les aspects théologiques ne sont pas les moins intéressants.

Haut de page

Texte intégral

  • 1 Citation de Denise Gautier empruntée à l’article de Sophie Roselli, « Semeuse de graines anciennes  (...)

1La culture maraîchère en Suisse a commencé à Genève grâce aux huguenots qui se sont réfugiés ici avec des semences dans les poches1 ». Cette formule imagée est de Denise Gautier, responsable de l’antenne romande de l’association suisse Pro specie rara, association dont la mission consiste à préserver et à diffuser des races animales et des variétés végétales anciennes et menacées de nos jours par les impératifs de rendement quantitatif de l’agriculture intensive. À plusieurs égards le propos cité peut servir de mise en route à notre réflexion.

2Tout d’abord, l’introduction de plantes cultivées par les réfugiés huguenots représente un élément historique fréquemment affirmé, assez populaire aussi, et cela non seulement à Genève mais dans de nombreux pays d’accueil. Nous en parlerons en détail. Ensuite, l’aspect botanique (l’introduction de plantes cultivées) se double d’un aspect sociologique et économique : dans l’exemple cité, ce ne sont pas seulement certains légumes mais le métier même de maraîcher, donc une spécialisation professionnelle poussée, qui sont attribués à l’installation des réfugiés huguenots. Par ailleurs, l’observation de Denise Gautier atteste un rayonnement beaucoup plus large, au fil du temps, de l’innovation initiale strictement localisée ; le maraîchage introduit par les huguenots à Genève s’étend à l’ensemble de la Suisse. Cette perspective géographique plus vaste se manifeste aussi, nous le verrons, dans le caractère international du Refuge huguenot et sa fonction, partielle, de réseau d’échanges ; plus tard, au xixsiècle, le Refuge international est relayé par l’horticulture et la botanique cosmopolites auxquelles participent des descendants de huguenots. Enfin, le rappel d’une tradition huguenote ancienne revêt une fonction identitaire et légitimatrice, que ce soit pour un engagement militant ou bien pour la spécificité d’une collectivité, ici un canton suisse (impliquant la fierté partagée de ses habitants, mais aussi un profil touristique et gastronomique, allant jusqu’à la protection juridique de l’A.O.C. accordée au « cardon argenté épineux de Plainpalais »). On assiste plus généralement à des formes d’appropriation de l’histoire culturelle huguenote du jardin et du monde végétal, et la question de savoir comment cette histoire s’assume aujourd’hui fait partie de notre champ de réflexion.

  • 2 Jardine, Nicholas & Spary, Emma C., « The natures of cultural history », dans Jardine, Nicholas ; S (...)

3Avant d’entrer dans le vif du sujet, il convient de préciser la terminologie. Par « histoire culturelle du jardin et des végétaux », nous entendons l’interprétation de la place et de la signification des végétaux et des jardins dans la compréhension qu’une société donnée a d’elle-même, ainsi que dans ses pratiques sociales. Sans entrer dans les controverses qui marquent, en francophonie surtout, le concept d’histoire culturelle et la méthodologie qui y est attachée, nous reprenons à notre compte les deux dimensions que l’on peut discerner dans cette approche selon Jardine et Spary : la culture dans le sens de ce qui « confère une signification à la vie des personnes » et la culture « dans le sens des coutumes sociales, [c’est-à-dire] de la totalité des savoir-faire, des pratiques, des stratégies et des conventions par lesquels les gens fondent et maintiennent leurs existences sociales ». In both senses natural history is a cultural phenomenon, concluent les deux auteurs anglais2. Cette affirmation vaut pour la relation au monde végétal, donc la connaissance et l’emploi des plantes, et aussi, à plus forte raison, pour les jardins, création culturelle de toute évidence.

  • 3 Lieutaghi, Pierre, L’environnement végétal. Flore, végétation et civilisation, Neuchâtel, Delauchau (...)
  • 4 Cf. Munoz, Dominique : « Genèse des Jardins de l’Histoire réalisés à Tourettes-sur-Loup (Alpes-Mari (...)

4Notre approche présente également un lien manifeste avec l’ethnobotanique. Cette discipline « étudie les relations entre le monde végétal et les civilisations (inclus le folklore des plantes, l’origine des plantes cultivées, des plantes médicinales, etc.3) ». Sans nier la pertinence de ce concept pour notre réflexion4, nous lui préférons le terme d’histoire culturelle du jardin et du monde végétal, pour deux raisons. Premièrement, l’ethnobotanique examine surtout les sociétés préindustrielles et les savoirs traditionnels, champ que notre problématique intègre en partie tout en le dépassant déjà, le xviiisiècle préparant le passage d’une agriculture traditionnelle à l’agriculture « raisonnée » et industrielle. Deuxièmement, le jardin n’implique pas seulement l’élément végétal (tout en étant organisé autour de lui) ; ses aspects architecturaux et symboliques ne sauraient se réduire à l’ethnobotanique. Malgré l’intérêt prioritaire que nous porterons au monde végétal, nous avons donc préféré adopter et annoncer une perspective plus large.

  • 5 Les explications d’ordre historique qui suivent se bornent aux grandes lignes et ne tiennent pas co (...)
  • 6 Une personne du second Refuge était désignée à l’époque par le terme de Réfugié. Ce n’est que le xi (...)
  • 7 Suisse, Pays-Bas, Allemagne, Grande-Bretagne et Irlande, dans une bien moindre mesure le Danemark, (...)
  • 8 Amérique du Nord, Afrique du Sud.
  • 9 En dehors de l’exil pour des raisons religieuses, d’autres motifs, non spécifiques ceux-là, expliqu (...)

5Un autre terme requiert des précisions : que faut-il entendre exactement par les huguenots5 ? La définition se basera nécessairement sur une identité confessionnelle ; les huguenots représentent une population réformée française (calviniste), surtout les exilés du second Refuge : ceux qui sont partis de France après la révocation de l’édit de Nantes (1685) et leurs descendants tout au long du xviiie siècle6. C’est sur eux et sur les pays du second Refuge en Europe7 et outre-mer8 que sera centrée notre réflexion9.

  • 10 Contrairement à l’usage que nous adoptons ici, on inclut parfois dans le terme « huguenots » tous l (...)
  • 11 Que l’on pense aux nombreux wallons des Pays-Bas espagnols et à quelques Lorrains et Franc-comtois. (...)
  • 12 Le botaniste genevois Alphonse de Candolle (1806-1893), lui-même descendant d’une famille provençal (...)

6Toutefois, on ne peut guère faire abstraction d’un contexte réformé français beaucoup plus vaste dans lequel s’insère le second Refuge. Il y a d’abord la France calviniste dont les réfugiés sont issus et avec laquelle ils gardent contact à des degrés variables10. Il y a la Suisse romande avec ses territoires bernois, genevois et neuchâtelois où la religion des réfugiés huguenots est établie et où ceux qui sont autorisés à rester retrouvent leur culte et leur langue (abstraction faite des dialectes). Il y a, plus loin dans le passé, le premier Refuge, c’est-à-dire le départ de protestants francophones dès le xvisiècle en raison des guerres de religion et de persécutions sévères dans certaines régions. Autant par leur origine géographique (qui ne se situe pas nécessairement dans le Royaume de France11) que par leur statut social (en moyenne plus privilégié), les réfugiés du premier Refuge sont différents de ceux du second12. Les conditions de leur accueil n’ont pas toujours été comparables non plus : moins nombreux, arrivant dans des situations de moindre compétition économique et sociale, ils ont rencontré en moyenne des conditions plus favorables. Cette différence est l’une des raisons de l’extension géographique plus grande du second Refuge, de nombreux réfugiés étant obligés de repartir plus loin vers l’ouest ou le nord de l’Europe (Irlande, Écosse, Brandebourg, Danemark, Suède), dans des régions périphériques au climat rude. Pour le domaine agricole et horticole, il n’est pas sans importance de rappeler que les effets du petit âge glaciaire furent particulièrement sensibles autour de 1700.

7Qu’en est-il après le second Refuge ? Pour le thème qui nous intéresse, le xixsiècle est paradoxal. D’une part, il est caractérisé par l’assimilation définitive des descendants de réfugiés et la perte de lieux communautaires et institutionnels garantissant leur existence collective distincte. D’autre part, des poches de résistance à cette assimilation subsistent et leur rayonnement peut être considérable : il s’agit notamment d’Églises issues du Refuge qui se différencient du milieu majoritaire par leur confession et/ou leur langue, ainsi que de lieux de formation comme le célèbre Collège français de Berlin ou encore d’œuvres sociales (hôpitaux, orphelinats, etc.). Le même paradoxe se rencontre dans la considération de l’histoire culturelle huguenote du jardin et du monde végétal. D’une part, le lien avec l’origine réfugiée se distend – la continuité identitaire peut se réduire à des généalogies familiales, de vagues survivances mémorielles ou des traditions ritualisées de quartier, de village ou de milieux socioprofessionnels. D’autre part, la contribution de descendants de huguenots à l’histoire culturelle des plantes et des jardins est particulièrement forte, parfois même spectaculaire à cette époque. On rencontre soit la perte de l’empreinte huguenote et une indifférence à son égard, soit une revendication d’identité, qui peut être généalogique mais aussi « spirituelle » ; elle peut englober explicitement l’héritage des jardiniers huguenots.

  • 13 Un exemple illustrant notre propos est le numéro « Les jardins : utopie huguenote ? » de Foi et Vie (...)

8Le xixsiècle nous fait donc passer à la problématique de l’appropriation de l’histoire culturelle huguenote du jardin et du monde végétal. L’appropriation cherche à intégrer dans la vie présente un passé transformé en récit. Intégratrice et donc synthétique, cette démarche, notamment dans ses vulgarisations abondantes, est guettée par des projections et des anachronismes, des imprécisions et des confusions, des légendes qui s’autoalimentent à force d’être répétées. Elle doit être confrontée à la rigueur de l’étude des sources, et bien souvent à leur décevante indigence… Mais elle remplit néanmoins une fonction précieuse, celle de déployer une reconnaissance motivante. C’est ce qui apparaît dans le propos de Denise Gautier et éclaire son propre engagement. C’est aussi ce qui s’affirme dans la manière dont une collectivité locale ou régionale rappelle un passé qui la distingue et qu’elle cherche à transmettre. Enfin, dans le cadre de l’Église réformée d’aujourd’hui, la conviction que la relation à la terre et à la nature et la responsabilité écologique actuelle ont de l’importance s’alimente, là encore, du recours à ce que l’on perçoit comme une tradition porteuse multiple13. Dans cette perspective, les éléments si divers de la tradition invoquée se trouvent regroupés. Il est néanmoins indispensable de ne pas lire comme un ensemble historique relié par des influences directes ce qui ne constituera jamais que l’assemblage plus ou moins cohérent d’une construction mémorielle.

  • 14 Les plantes invasives sont des espèces non indigènes et dont la fréquence et l’abondance progressen (...)

9L’histoire culturelle du monde végétal est plus vaste que l’histoire des plantes cultivées. Elle englobe aussi la flore et la végétation sauvages, dont la connaissance, l’identification, la systématisation, la représentation et les emplois font partie intégrante. D’ailleurs, la frontière entre plantes cultivées et plantes sauvages est d’autant moins étanche que la domestication se poursuit sans cesse, tandis que les plantes cultivées peuvent s’échapper des cultures pour devenir spontanées, voire naturalisées, certaines se muant même en plantes dites invasives14.

  • 15 Nous utilisons donc le terme de « jardin huguenot » en un sens emblématique, contrairement à des hi (...)

10Quant au jardin, il est pris ici dans son acception la plus large. Certes, le jardin au sens le plus courant du mot relève de la sphère domestique, jardin de la ménagère cultivant dans son potager des herbes et des légumes, sans négliger dans le jardin ornemental les fleurs annuelles et les vivaces. Il procure aussi des fruits, ce qui le relie au verger. Mais le jardin est plus que cela. Il peut être axé sur la multiplication et la vente des végétaux ; il peut être jardin d’agrément privé ou public, paysage à petite échelle plutôt qu’agriculture à dimensions réduites. Il peut être jardin botanique destiné à la recherche et à l’enseignement ou à la culture générale, initiant les petits à la flore et consolidant chez les grands des connaissances à étayer et à élargir sans cesse. Enfin, le jardin est un lieu artistique, de par son architecture et la beauté des formes végétales qui s’y donnent rendez-vous. Tout cela et bien plus constitue le jardin et, en l’occurrence le jardin huguenot15, comme nous allons le montrer.

Les jardiniers huguenots – cas exemplaires et traditions horticoles locales

11Plusieurs catégories de jardiniers sont à distinguer. Il y a d’abord les concepteurs, les architectes, les maîtres de l’art des jardins. Il y a ensuite les praticiens de la culture des végétaux.

  • 16 Baridon, Michel : Les jardins. Paysagistes – jardiniers – poètes, Paris, Robert Laffont, 1998, p. 6 (...)
  • 17 Le Refuge huguenot en Suisse/Die Hugenotten in der Schweiz, Lausanne, Musée de l’Ancien-Évêché, 198 (...)

12On sait que, depuis le xvisiècle, de nombreux aménageurs de jardins français étaient de confession réformée16. On trouve parmi eux, en dehors de Bernard Palissy (1510-1590) et de Jacques Perret (autour de 1601), plusieurs familles telles que les Androuët du Cerceau (dont Jacques, vers 1515-1586), les Mollet (dont Claude, env. 1550-1630 et André, env. 1600-1665), les de Caus (dont Salomon, 1576-1626), Jacques Boyceau de la Barauderie (vers 1560-1633) et son neveu Jacques de Menours, enfin les Marot (dont Daniel, 1661-1752). Ce dernier est un exemple d’architecte de jardins réfugié ; après la révocation de l’Édit de Nantes, il s’établit en Hollande et entre au service de Guillaume III d’Orange avec lequel il passe en Angleterre (jardins de Hampton Court) ; il retourne en Hollande après 1702. Un autre exemple est le Lausannois d’origine bourguignonne Guillaume Delagrange (vers 1664-1733), auquel on doit un plan des jardins du château de Vullierens (près de Morges, canton de Vaud)17.

  • 18 Uniquement les personnes de sexe masculin.
  • 19 Le Refuge huguenot en Suisse…, op. cit., p. 33 ss.

13Quant au métier d’agriculteur et de jardinier, il était certainement bien représenté dans la répartition socioprofessionnelle des réfugiés français (et des Vallées vaudoises du Piémont), mieux en tout cas que certaines listes de l’époque ne le suggèrent. Sur environ 900 réfugiés assistés à Neuchâtel en 168618, sept seulement indiquent le métier d’agriculteur ; mais 207 personnes seulement déclarent leur profession ; parmi les quelque 700 personnes restantes, nombreux étaient sans doute ceux qui, dans les vallées alpines ou ailleurs, travaillaient la terre. Et si 4 % seulement des réfugiés reçus habitants de Genève de 1684 à 1719 appartiennent à cette catégorie, il s’agit d’une sélection compréhensible dans le contexte d’une ville très peuplée ayant besoin de métiers spécialisés19.

  • 20 Voir l’article et les extraits présentés par Viviane Rosen-Prest dans le présent numéro.
  • 21 Gwynn, Robin D. : The Huguenots of London. Brighton, The Alpha Press, 1998, p. 22.

14Des traditions locales rappelant la présence de jardiniers huguenots existent, à Berlin20, à Amsterdam et à Londres. D’après une version populaire, le nom du quartier Jordaan d’Amsterdam serait dérivé de « jardin » et évoquerait les jardins des réfugiés huguenots très nombreux à s’y installer après la révocation de l’Édit de Nantes. Dans la capitale anglaise, où les réfugiés se tenaient à l’écart du bourg et habitaient la proche banlieue de l’époque, les jardiniers huguenots cultivèrent des terres à Chelsea21. À Wandsworth, dans le sud de Londres, la Huguenot Place et le cimetière huguenot rappellent l’ancienne colonie de réfugiés ; centre régional important de l’horticulture commerciale (market gardens), la ville aurait bénéficié des impulsions données dans ce domaine par les jardiniers huguenots. Dans le Nouveau Monde, les jardiniers réfugiés français de la Nouvelle Amsterdam du xviisiècle (New York) semblent avoir joué un rôle dans le développement local de l’horticulture, parallèlement aux jardiniers hollandais.

15Le cas de Genève est instructif et relativement bien documenté. Les jardins de Plainpalais, faubourg situé à l’ouest de la ville ancienne, remontent au premier Refuge (années 1570). Les jardiniers du second Refuge s’établirent également dans ce secteur, tout en s’installant plus loin vers l’Ouest, vers le lieu dit La Jonction (confluence de l’Arve et du Rhône). Au xixsiècle, l’expansion urbaine repoussa jardins et jardiniers au-delà du Rhône et de l’Arve. À Plainpalais et La Jonction, il ne resta que des noms de rue significatifs : rue des Jardins, de la Puiserande, des Maraîchers, des Plantaporrêts. « Plantaporrêts », planteurs de poireaux, était le nom donné aux maraîchers huguenots au xviiisiècle et folklorisé au xixe22. L’irrigation se faisait grâce à des « puiserandes », roues tournantes comparables à certaines formes de la noria méditerranéenne23. De la fin du xviiie au xixsiècle, Genève, puis le bassin lémanique fournissaient des légumes à toute la Suisse, jusque dans des régions alémaniques éloignées et, de l’autre côté, à la Savoie et au Pays de Gex24. En Suisse, le métier même de maraîcher semble être d’origine huguenote25.

  • 26 Gagnebin, François : Charles Pictet-de Rochemont, Jean-Jacques Eberhardt, Edmond Vaucher : l’École (...)
  • 27 Loudon, John Claudius : Arboretum et fruticetum britannicum, vol. I, Londres 1838, p. 161. Le même (...)
  • 28 Amsler, Christine : Les promenades publiques à Genève de 1680 à 1850. Genève, Maison Tavel, 1993, p (...)

16Mais l’influence des jardiniers huguenots à Genève ne se limitait pas au maraîchage. Les Dailledouze constituent un exemple intéressant d’horticulteurs et pépiniéristes présents depuis le milieu du xviiie jusqu’au milieu du siècle suivant. Originaires d’Aquitaine, ils arrivèrent à Genève après la révocation de l’Édit de Nantes26. Pierre Dailledouze fut l’un des jardiniers de Voltaire aux Délices ; son fils Daniel exerçait le même métier. Dans la première moitié du xixsiècle, la pépinière des frères Jean-Pierre et Jacques Dailledouze au Petit-Saconnex était supposée être « the largest nursery in Switzerland at present », comme le certifie l’influent John Claudius Loudon en 183827. Loudon estime que l’offre disponible s’élevait à plus de 2000 espèces et variétés. Déjà, au xviiisiècle, les Dailledouze bénéficiaient de commandes publiques pour la plantation d’arbres sur les anciens remparts de la ville, plantations qu’ils continuaient de compléter et d’entretenir28.

La contribution de jardiniers huguenots à la diffusion de plantes utilitaires

  • 29 Il en existe encore de nos jours une variété genevoise, peu compétitive désormais et diffusée aux a (...)
  • 30 Sa culture à grande échelle est attestée pour le milieu du xixsiècle ; l’origine de la variété es (...)
  • 31 Welter, Henri : « Documents relatifs à l’histoire de l’horticulture genevoise ». Bulletin de la Soc (...)
  • 32 Gautier-Beguin, Denise, op. cit., 1998, p. 99.
  • 33 Les frères Bauhin, Gaspard (1560-1624) et Jean (1541-1612) comptent parmi les botanistes les plus i (...)
  • 34 Angelini, Massimo : Le patate tradizionali della Montagna genovese. Genova, Co. Re. Pa., 1999, p. 1 (...)
  • 35 http://www.danishimmigrationmuseum.com/index.php?page=kartofler. D’autres sources parlent de 1720.

17Parmi les variétés de légumes dont l’introduction est attribuée aux jardiniers huguenots genevois, il faut citer la bette à côtes29, le cardon argenté « Épineux de Plainpalais » déjà mentionné, et sans doute aussi l’artichaut « Violet de Plainpalais », seule variété suisse de ce légume30. Leur introduction remonte-t-elle au second Refuge à la fin du xviisiècle (comme on le lit dans un article de 189031) ou déjà au xvisiècle (comme le prétendent d’autres articles de synthèse32 et de nombreux textes de vulgarisation) ? La pomme de terre, légume à l’histoire particulièrement complexe, fait partie des nombreux végétaux dont l’introduction en Allemagne et en France est attribuée à Charles de l’Écluse (1526-1609), botaniste le plus important de la Renaissance et figure du premier Refuge allemand (Francfort-sur-le-Main) et hollandais (Leyde) après un long séjour à Vienne et en Hongrie. Elle doit son nom scientifique Solanum tuberosum à Gaspard Bauhin33. Au Wurtemberg, la pomme de terre aurait été apportée vers 1701 par les réfugiés vaudois du Piémont34. Et les huguenots de la colonie de Fredericia l’auraient introduite au Danemark en 171735.

  • 36 Il n’y a aucune documentation écrite à ce sujet – comme pour de nombreuses autres recettes culinair (...)

18Dans les anciens États correspondant à la Hesse actuelle, il existe une tradition culinaire de la Sauce verte dont l’origine huguenote paraît plausible sans pouvoir être retracée avec certitude36. La Sauce verte froide est en tout cas d’origine méditerranéenne. En Hesse, il en existe surtout deux recettes, celle de Francfort-sur-le-Main et celle de Cassel et de Hesse centrale (plus au nord), le point commun de ces contrées étant d’être marquées par le Refuge huguenot. Chacune des deux recettes contient sept herbes aromatiques ; la bourrache, le persil, la pimprenelle, l’oseille et la ciboulette leur sont communes. Dans la version de Francfort entrent en outre le cerfeuil et le cresson alénois, dans celle de Cassel l’aneth et la mélisse.

  • 37 Denis, Philippe, « The Cape Huguenots and their legacy in Apartheid South Africa. », in Van Ruymbek (...)

19En Afrique du Sud, les réfugiés ont fortement contribué à développer la viticulture et la viniculture, désormais si importantes pour les exportations du pays. Certes, les colons hollandais avaient déjà introduit la vigne (Jan van Riebeeck, 1655), mais le savoir-faire de la valorisation du raisin et du vin a grandement bénéficié de l’apport des huguenots, apport explicitement attendu d’ailleurs par les autorités hollandaises lorsqu’elles justifient l’accueil des réfugiés français37. En revanche, l’introduction de la vigne lors de la brève colonisation huguenote en Floride (1562-1565) est restée anecdotique.

  • 38 De façon générale, l’un des grands spécialistes de pomologie parle de « l’indigence des sources » e (...)
  • 39 Grope, Lutz ; Heilmeyer, Marina, Schurig, Gerd & Wimmer, Clemens Alexander : Beste Birnen bei Hofe (...)
  • 40 « Les réfugiés français […] ont contribué — on peut le supposer du moins [mögen] — à l’introduction (...)
  • 41 www.england-in-particular.info/orchards/o-devon.html
  • 42 Appelé en France Cuisse Madame ou Cuisse de Dame ; Smiles, Samuel : The Huguenots : their settlemen (...)
  • 43 Elle porte le nom de « Kassins Frühe ».
  • 44 Disosway, C. P., « The Huguenots in America », dans Smiles, Samuel, op. cit., 1868, p. 437.

20Dans le domaine des arbres fruitiers, une influence huguenote sur les pays d’accueil est probable mais reste souvent hypothétique. Dans le contexte du premier Refuge, le médecin et botaniste Jean Bauhin (1541-1612) affiche une attention toute particulière, nouvelle pour l’époque, à l’égard des variétés de pommes, de poires, de prunes, de cerises ; il doit être considéré comme le fondateur de la pomologie (étude des fruits et de leur culture) au xvisiècle. Certaines des variétés décrites par Bauhin en Allemagne du sud-ouest et dans l’est de la France actuelle existent encore, par exemple l’api étoilé et la pomme grillot de Montbéliard. Mais Bauhin ne fait que décrire ce qu’il voit, il ne semble pas avoir diffusé de nouvelles variétés. Pour le second Refuge, on ne dispose pas de données très claires38. Dans le Brandebourg, un véritable engouement pour l’arboriculture française s’observe dès les années 166039 ; les arboriculteurs allemands avaient donc adopté les pratiques de La Quintinye et de ses prédécesseurs (le Franz-obst) dès avant l’arrivée de jardiniers réfugiés. On imagine néanmoins que, dans ce contexte favorable, ces derniers ont renforcé l’introduction de variétés françaises et l’application de nouvelles méthodes de culture (palissage, taille en buisson)40. En Angleterre, la variété de cerise dite Mazzard Cherry est attribuée aux huguenots41. En Irlande, la colonie huguenote de Portarlington aurait introduit un noyer italien noir et le poirier dit jargonelle42, ce dernier subsistant encore au xixsiècle. Dans le Brandebourg, Ludwig Kassin, arboriculteur descendant des Cassin, réfugiés berlinois, a sélectionné et multiplié au xixsiècle à Werder une variété de cerises encore très courante et prisée de nos jours43. Enfin, il semble que le poirier et le cognassier aient été introduits sur les terres défrichées par les huguenots du Massachusetts44.

  • 45 Smiles, Samuel, op. cit., 1868, p. 259 ; Levy Peck, Linda : Consuming Splendor. Cambridge Universit (...)
  • 46 Smiles, Samuel, op. cit., 1868, p. 339.
  • 47 Le Refuge huguenot en Suisse, op. cit., 1985, p. 169.
  • 48 Il descend d’une famille originaire du Dauphiné appartenant au Refuge neuchâtelois ; http://www.bou (...)

21Quant à la culture du mûrier, traitée en détail en ce qui concerne la Prusse dans l’article de Viviane Rosen-Prest dans le présent numéro, elle a été tentée un peu partout. En 1605, un protestant français, François de Véron, sieur de la Forest, présente à la Couronne anglaise un mémoire largement copié sur le paragraphe correspondant du Théâtre d’agriculture d’Olivier de Serres (1600), et qui vante le potentiel économique de la sériciculture. Forest est chargé alors, avec William Stallenge, de proposer de jeunes mûriers à la vente, à un prix subventionné, et de donner les instructions appropriées pour la réussite de l’élevage du ver à soie. Cette opération d’envergure s’étend « all over the midland and eastern counties45 ». Le bilan de la production effective de soie est décevant, et les espérances se reporteront par la suite sur la colonie de Virginie au climat plus clément. Néanmoins, le mûrier reste présent en Angleterre autour des lieux de production de soieries, notamment à Spitalfields46 qui héberge d’abord une colonie wallonne, puis une colonie huguenote, contribuant toutes deux à l’essor de l’industrie textile. En Suisse, Leurs Excellences de Berne accordent en 1691 à David Martin, huguenot originaire de Nîmes, le droit de construire une manufacture de soie « au Refuge d’Yverdon » et l’autorisation de cultiver pendant trente ans « des muriers aufins de nourrir les vers à soie47 ». D’autres huguenots font planter des mûriers en Argovie (bernoise à l’époque). En 1837 encore, Philippe Suchard (1797-1884)48 s’y essaye dans le canton de Neuchâtel (3000 pieds) ; mais si le chocolat lui réussit, il n’en fut rien pour la sériciculture.

  • 49 La référence univoque à une espèce végétale requiert l’indication des noms de genre (Populus) et d’ (...)
  • 50 www.peuplierdegaronne.com
  • 51 Appelé aussi Populus x euroamericana Guinier ; nous n’entrons pas ici dans la discussion de cet ess (...)

22Une hypothèse ethnobotanique particulièrement originale concerne la contribution de marchands huguenots naviguant entre la Nouvelle-Angleterre et la France à l’hybridation du peuplier noir européen Populus nigra L.49 avec les peupliers américains et notamment Populus deltoides (Bartr.) Marsh. Les peupliers américains, appelés « carolins » en Suisse romande et en France, auraient été apportés en Europe par des marchands huguenots et plantés à La Rochelle et à Rochefort en 1669 et en 170050. A cause de leur proximité génétique avec le peuplier noir indigène, l’hybridation intentionnelle mais aussi spontanée progressa au cours des siècles, donnant Populus x canadensis Moench51, si bien qu’aujourd’hui le Populus nigra d’origine a beaucoup régressé en Europe.

  • 52 Théâtre d’Agriculture, lieu VI, ch. VII, Arles, Actes Sud, 2001, p. 824
  • 53 Perrier-Robert, Annie & Bernardin, Marie-Paule, Le grand livre du sucre. Paris, Solar, 1999, p. 22 (...)
  • 54 La famille Delessert (de Lessert) est originaire du Canton de Vaud (Cossonay). Pendant longtemps on (...)
  • 55 Béghin-Say depuis une fusion intervenue en 1973.

23L’histoire de la betterave sucrière présente des liens avec le Refuge huguenot et le milieu des industriels protestants français. Vaguement entrevu par Olivier de Serres52, le procédé de la fabrication de sucre à base de betteraves est mis au point, suite aux expériences du chimiste Sigismund Markgraf, par le descendant de huguenots berlinois François Charles Achard (1753-182153). Le problème de la rentabilité du procédé reste néanmoins posé. En France, c’est Benjamin Delessert (1773-1847), d’origine suisse54, qui reprend les méthodes d’Achard et réussit, grâce à son collaborateur Jean-Baptiste Quéruel, à les développer à grande échelle à la faveur du blocus continental. Delessert collabore avec Louis Say (1774-1840), un protestant qui est à l’origine des sucreries Say, marque existant encore de nos jours55.

  • 56 Nakatenus, Ruth, „Palmbacher Kirchengeschichte «, dans Bräunche, Ernst Otto (éd.), Palmbach. Streif (...)
  • 57 Nordmann, Walter, dans Offenbacher Geschichtsblätter, n1, 1949, www.franz-ref-offenbach/ geschich (...)

24La prairie artificielle issue du semis de légumineuses représente une véritable révolution dans l’histoire moderne de l’élevage. La méthode est prônée dans le Théâtre d’Agriculture d’Olivier de Serres (1600). L’auteur y emploie plusieurs espèces dont la luzerne (qu’il appelle encore sainfoin, Medicago sativa L.) et l’esparcet (que nous appelons sainfoin de nos jours, Onobrychis viciaefolia Scop.). Le nom de luzerne semble être dérivé des localités Luserna (village) ou Valle di Lucerna dans les Vallées vaudoises du Piémont (mais d’autres étymologies existent). Ce sont en fait des réfugiés vaudois sous l’égide d’Antoine Seignoret et d’Henri Arnaud qui ont développé la culture de la luzerne dans le Wurtemberg autour de 170056 et apparemment aussi en Hesse57.

  • 58 Smiles, Samuel, op. cit., 1868, p. 285 ss.
  • 59 http://lahulotte.fr/img_lh/pdf/fiche_cardere.pdf
  • 60 Zahn, Adolph : Die Zöglinge Calvins in Halle an der Saale. Halle, Richard Mühlemann, 1864, p. 163.
  • 61 Bouché, Carl David & Grothe, Hermann : Die Nessel als Textilpflanze. Berlin, Julius Springer, 1877.

25De nombreux huguenots travaillaient dans la filature, le tissage et les métiers annexes, comme l’impression sur étoffes. Il n’est pas étonnant qu’ils se soient intéressés aux plantes textiles. En Irlande, les autorités les encourageaient surtout à développer la culture et l’industrie du lin, engageant à cet effet un homme d’affaires réputé dans cette branche, Louis Crommelin (1653-1727), d’origine picarde, établi d’abord en Hollande et qui s’installa à Lisburn en Irlande du Nord en 169858. Un exemple particulièrement original est la culture de la cardère (Dipsacus sativus L.), « la seule fleur qui ait travaillé à l’usine »59. En effet, on utilisait les inflorescences séchées de cette plante en les faisant tourner sur un axe pour peigner les tissus. Dans la région de Halle/Saale (aujourd’hui Saxe-Anhalt), la culture de la cardère introduite par les huguenots existait encore au xixe siècle60. Citons enfin les recherches de Carl David Bouché (1809-1881), inspecteur du Jardin botanique de Berlin, en vue de la culture de l’ortie, dont les fibres peuvent servir à la fabrication de tissus61.

La culture des fleurs et l’essor de la botanique

  • 62 Stork, Adelaïde : Tulipes sauvages et cultivées. Genève, Conservatoire et Jardin botaniques, 1984, (...)
  • 63 Hadfield, Miles : A History of British Gardening, London etc., Spring Books, 1960, p. 266.
  • 64 Krausch, Heinz-Dieter : « Kaiserkron und Päonien rot… » Entdeckung und Einführung unserer Gartenblu (...)
  • 65 Fondation du Florist’s Club à Dublin.
  • 66 Gwynn, Robin : Huguenot heritage. The history and contribution of the huguenots in Britain. Brighto (...)

26Le Refuge a joué un rôle dans l’histoire de la culture des fleurs. C’est déjà le cas pour le premier Refuge. Au cours de la deuxième moitié du xvisiècle, Charles de l’Écluse (1526-1609), qu’Olivier de Serres appelle le « père des fleurs », introduisit en Europe centrale et occidentale de nombreuses fleurs à bulbes (tulipe, fritillaire impériale, crocus jaune, etc.), mais aussi la renoncule asiatique à fleurs doubles, la primevère auricule, le laurier-cerise et beaucoup d’autres. La culture de la tulipe aux Pays-Bas remonte en partie à ce grand naturaliste, directeur à la fin de sa vie du Jardin botanique de Leyde62. Au xviiisiècle, les jardiniers huguenots font partie des producteurs de bulbes à fleurs importants, à Berlin (Bouché) et ailleurs. Les réfugiés huguenots semblent avoir contribué à l’engouement pour l’auricule autour de 180063 (Bouché encore64). En Angleterre et en Irlande, leur contribution la plus importante à l’horticulture consiste dans le développement du métier de fleuriste65, et plus généralement dans la popularisation du jardinage66.

27Cette tradition se perpétue et s’amplifie au xixsiècle chez les descendants de réfugiés, en particulier dans la propagation de nouvelles fleurs. Plusieurs facteurs y contribuent. D’une part, l’introduction de nouvelles espèces grâce à l’exploration de continents lointains enrichit considérablement les connaissances et les collections. Des botanistes issus du Refuge y contribuent de façon importante. D’autre part, il faut tenir compte de la popularisation de la botanique et de la généralisation des jardins ornementaux et des plantes d’appartement.

  • 67 Le seul dans l’énumération présente à être de souche suisse.
  • 68 Les ancêtres de Boissier relèvent du second Refuge, alors que les Bonnet, de Candolle et de Saussur (...)
  • 69 Humboldt descend des Colomb du côté maternel. Chamisso est issu d’une famille catholique, champenoi (...)

28Les plus grands naturalistes genevois sont presque tous des descendants de réfugiés : Charles Bonnet (1720-1793), Horace-Bénédict de Saussure (1740-1799) et son fils Nicolas Théodore (1767-1845), Jean Senebier (1742-1809), Jean-Pierre Étienne Vaucher (1763-1841)67, et surtout la dynastie de Candolle, notamment Augustin-Pyramus (1778-1841) et Alphonse (1806-1893), ainsi qu’Edmond Boissier (1810-1885), ainsi que de nombreux autres moins connus68. A partir de 1800, Genève, cité de Calvin, devient aussi « cité des botanistes », épithète encore en usage aujourd’hui. Quelques botanistes étrangers, également liés au Refuge huguenot, reçoivent des impulsions décisives à Genève et dans ses environs ; c’est le cas des Berlinois Alexandre de Humboldt (1769-1859) et Adelbert von Chamisso (1781-1831)69.

  • 70 Disosway, C.P. in Smiles, Samuel, op. cit., 1868, p. 435.
  • 71 Le voyageur Lawson cité dans Disosway, C.P. in Smiles, Samuel, op. cit., 1868, p. 437s.

29Un autre cas intéressant est celui de la côte Est des États-Unis, en particulier la ville de Charleston et ses environs (Caroline du Sud). « South Carolina was styled ‘the home of the Huguenots’, and became their principal retreat in the New World »70. Les plantations de coton, de riz et d’autres cultures des réfugiés français du xviiisiècle attestent déjà un haut niveau de savoir-faire : « Their lands […] presented the aspect of the most cultivated portions of France and England »71. Au xixsiècle, les botanistes décisifs de cette région sont tous des descendants de huguenots : Joel Roberts Poinsett (1779-1851), Henry William Ravenel (1814-1887), Francis Peyre Porcher (1825-1895). La Caroline du Sud, avec sa colonie huguenote de langue française, sert alors de tête de pont, en quelque sorte, ou de camp de base outre-Atlantique, pour des Français menant des projets aux États-Unis. Le niveau de sa culture botanique francophone attire à Charleston d’autres grands noms de la science végétale, qui ne sont pas des protestants ni des descendants de réfugiés, mais dont la présence enrichit le milieu huguenot (André Michaux, 1746-1802, et son fils François André Michaux, 1770-1855, plus tard John Charles Frémont, 1813-1890). Mentionnons en outre les LeConte de Woodmanston en Géorgie (John Eatton LeConte Jr, 1784-1860 ; Joseph LeConte, 1823-1901) et David Henry Thoreau (1817-1862) de Concord au Massachusetts ; Thoreau est non seulement un précurseur de l’écologisme et du pacifisme contemporains, mais un botaniste autodidacte, dont l’activité porta entre autres sur les fruits sauvages.

  • 72 Les Rousseau, famille française, sont arrivés à Genève au xvisiècle ; Jean-Jacques lui-même n’en (...)
  • 73 Cf. Schaefer, Otto, « Jean-Jacques Rousseau et la popularisation de la botanique », dans L’Ermite h (...)
  • 74 Notamment par Joseph de Clairville (1742-1830), botaniste d’origine protestante cévenole établi à W (...)
  • 75 On connaît plusieurs publications du même genre, mais aussi un projet inachevé de Louis Agassiz (18 (...)
  • 76 Issue, comme son cousin Benjamin Constant, de la famille Constant de Rebecque, elle descend de réfu (...)
  • 77 Nous n’abordons pas ici l’apport des réfugiés et descendants de réfugiés à l’illustration botanique (...)

30Le rayonnement de la botanique au xixsiècle s’explique notamment par l’importance qu’elle revêt alors pour l’éducation et la formation, tout spécialement des jeunes filles et des femmes. Or la popularisation de la botanique est due en très grande partie à l’exemple et à l’enseignement de Jean-Jacques Rousseau (1712-1778), « Citoyen de Genève »72. Sa pratique de botaniste passionné (« Je vais devenir plante moi-même »), son éloge du jardin proche de la nature (l’Élysée de Julie dans La Nouvelle Héloïse) et de la vie à la campagne (île St-Pierre), ses réflexions sur l’effet pacifiant de l’herborisation (septième promenade dans les Rêveries du promeneur solitaire), enfin le modèle de ses huit Lettres élémentaires sur la botanique ont eu un impact international que l’on ne peut guère sous-estimer73. Les Lettres élémentaires de Rousseau ont donné l’occasion à Goethe de « recommander le beau règne des fleurs à ses belles amies », elles ont été complétées74, imitées75, encensées. Rosalie de Constant (1758-1834)76 témoigne de l’importance décisive des Lettres élémentaires pour l’initiation à la botanique. Son « Herbier peint », fruit de l’influence de Rousseau, est un chef-d’œuvre d’illustration botanique auquel Friedrich Dürrenmatt a rendu un hommage tendrement respectueux77.

  • 78 Les serres de Gruson, léguées à la ville de Magdebourg, existent toujours.
  • 79 L’ancêtre Pierre Samuel du Pont de Nemours (1739-1817) qui est à l’origine de l’établissement de la (...)
  • 80 Ducatillion, Catherine & Blanc-Chabaud, Landy : L’art d’acclimater les plantes exotiques. Le jardin (...)

31Des industriels, commerçants et banquiers descendants de réfugiés créèrent au xviiie et au xixsiècle des collections de plantes prestigieuses. En dehors de l’Américain Joel Roberts Poinsett, déjà mentionné, il convient de citer le huguenot anglais Gérard de Visme (1726-1797), grand administrateur des bijoux de la Couronne portugaise et des mines de diamant du Brésil, ensuite le négociant hambourgeois Johann Cesar Godeffroy (1813-1885), l’industriel magdebourgeois Hermann Gruson (1821-1895)78, l’industriel berlinois Louis Frédéric Auguste Ravené (1823-1879), la famille américaine Du Pont de Nemours (notamment Alfred Irénée, 1864-1935, Pierre S [amuel], 1870-1954, et Henry Francis, 1880-196979), ainsi que Frédéric Schlumberger (1823-1893), issu d’une famille d’industriels mulhousiens assimilables aux huguenots par leur culture religieuse réformée française et leur implantation internationale. Le descendant de huguenots néerlandais Gustave Adolphe Thuret (1817-1875)80, botaniste et héritier d’une grande fortune d’armateur et de banquier, joua un rôle clé dans le mouvement d’acclimatation de plantes exotiques sur ce que l’on commençait à appeler la Côte d’Azur.

  • 81 Joel Robert Poinsett découvrit cette plante (aujourd’hui Euphorbia pulcherrima Willd. ex Klotzsch) (...)
  • 82 Le Saintpaulia ionantha H. Wendl. fut introduit en 1892, depuis les monts Usambara en Tanzanie (Afr (...)
  • 83 Nommé par Lemaire en l’honneur de Frédéric Schlumberger.
  • 84 Ce gros cactus de forme ronde au nom populaire particulièrement malveillant est devenu très courant (...)
  • 85 Pierre Magnol (1638-1715) fut directeur du jardin botanique de Montpellier et l’un des grands botan (...)
  • 86 Eschscholzia californica Cham. Adelbert de Chamisso dédiait cette espèce, désormais fleur nationale (...)
  • 87 Cette jolie plante annuelle rappelle le souvenir de Charles-Henri Godet (1797-1879), botaniste neuc (...)
  • 88 Helianthus salicifolius A. Dietr. Cette espèce a été découverte en 1834 dans l’ouest des États-Unis (...)

32Plusieurs plantes d’appartement très populaires rappellent l’épopée des huguenots fortunés collecteurs de plantes : le Poinsettia81, le Saintpaulia82, le Schlumbergera (ou Cactus de Noël)83, le « Coussin de belle-mère » (Echinocactus grusonii Hildm.)84. Dans nos jardins d’extérieur aussi, les botanistes huguenots ont laissé des traces : mis à part le Magnolia dédié à Pierre Magnol85, on y trouve, pour le xixsiècle, le Pavot de Californie86, le Godetia87, l’Hélianthe à feuilles de saule88 et bien d’autres.

  • 89 Bourrit, Marc-Théodore, Itinéraire de Genève, des glaciers de Chamouni, du Valais, et du Canton de (...)
  • 90 Correvon, Henry, Fleurs des champs et des bois, Neuchâtel-Paris, Delachaux & Niestlé, 4e éd., 1943, (...)

33Une autre influence émanant du jardin huguenot au xixsiècle est sa contribution à la diffusion très large des plantes alpines et au développement du jardin de rocaille. Certes, les origines de ce type de jardin ornemental ne sont pas huguenotes ; mis à part quelques précurseurs au xviiisiècle, c’est la passion anglaise pour la haute montagne alpine qui a fait naître, à partir de 1800, le désir de reproduire chez soi, grâce à des enrochements et des plantations appropriés, l’ambiance des alpages fleuris et des cimes rocheuses. Sur le continent, cependant, des Suisses romands descendant du Refuge huguenot ont joué un rôle décisif. Le peintre genevois Marc-Théodore Bourrit (1739-1819), petit-fils d’un cardeur de soie originaire des Cévennes, est considéré comme un important précurseur de la peinture alpestre en Suisse. Accompagnant l’expédition au Mont-Blanc de Horace-Bénédict de Saussure en 1787, il a favorisé l’engouement du public pour la montagne tant par le dessin et la peinture que par le récit. Dépeignant le sublime des « beautés terribles », il se penche aussi sur les plantes alpines, dont il donne une liste de noms latins mais dont il traduit aussi le charme esthétique : « La vue, l’odeur, la beauté de chacune de ces plantes vous arrêtent à chaque pas […] »89. C’est le botaniste Edmond Boissier, descendant de huguenots originaires d’Anduze, qui introduit les plantes alpines dans l’art du jardin ; on lui doit le « mur fleuri »90 qui agrémente aujourd’hui, par la floraison printanière de coussins d’aubriétia (« corbeille de pourpre »), d’alysse (« corbeille d’or ») et d’ibéride (« corbeille d’argent »), les nombreuses localités aménagées en terrasses de Suisse romande.

  • 91 Correvon, Henry, Floraire. Genèse et développement d’un jardin séculaire, Genève, ATAR, 1936, p. 8s (...)
  • 92 Notice sur les jardiniers maraîchers de Plainpalais : au xixsiècle. Association des maraîchers de (...)

34Henry Correvon (1854-1939), « jardiniste » (aménageur de jardins) et cultivateur de plantes vivaces, notamment alpines, doit être considéré comme l’un des plus puissants propagateurs du jardin alpin ; Boissier fut l’un de ses inspirateurs. Quoique Correvon ne soit pas d’origine huguenote, il s’affirme nettement comme un fils spirituel et un disciple des jardiniers huguenots de Suisse romande. Sa formation dans la prestigieuse pépinière genevoise Odier, anciennement Dailledouze91, constitue un élément déterminant de cette identité adoptive revendiquée. L’installation de son établissement horticole genevois à Plainpalais va aussi dans ce sens ; sensible au genius loci, il consacre une petite étude historique aux jardiniers de ce quartier92. Correvon offre donc un exemple du processus d’appropriation de l’héritage huguenot dans le domaine du jardin et de la relation au monde végétal, héritage autant construit que reçu.

  • 93 Pour les aspects botaniques et ethnobotaniques voir Reduron, Jean-Pierre : Les Ombellifères de Fran (...)

35L’influence de ce jardinier genevois se manifeste aujourd’hui encore non seulement dans la popularité générale du jardin de rocaille, mais aussi dans des institutions précises : Correvon a créé plusieurs jardins botaniques alpins (la Linnaea à Bourg-St-Pierre, la Rambertia aux Rochers-de-Naye, la Chanousia au Col du Grand St-Bernard, etc.) ; quant à l’association suisse Pro Natura, l’un de ses précurseurs fut l’Association pour la protection des plantes, fondée en 1883 à son initiative. Henry Correvon est donc aussi l’une des figures de l’histoire de la protection de la nature en Suisse. Du point de vue ethnobotanique, l’une des conséquences les plus massives de l’introduction de plantes alpines par ses soins est la distribution actuelle d’une vivace géante, merveille ornementale requalifiée en plante invasive : la Berce du Caucase (Heracleum mantegazzianum Sommier & Levier)93.

Un peu de culture dans l’histoire culturelle

  • 94 Vivre veut dire se nourrir, se vêtir, se soigner etc. mais aussi s’enraciner symboliquement. L’impo (...)
  • 95 St-Cloud, le 3 mai 1721.
  • 96 Voir sous Calendula et Phalaris dans Krausch, Heinz-Dieter, op. cit., 2006.

36Revenons à l’arrière-plan intellectuel et émotif de la contribution huguenote à l’histoire culturelle des jardins et du monde végétal. Certaines motivations sont à la fois triviales et universelles : la nécessité de retrouver en exil les plantes cultivées familières94, et de subsister grâce à un savoir-faire rémunérateur fondé sur la culture de la terre ; et, en même temps, la curiosité pour les plantes à découvrir dans un milieu inconnu, les pays du Refuge, mais aussi dans les échanges commerciaux et les voyages d’exploration. On peut certainement ajouter à cela un facteur nostalgique : la consolation consistant à retrouver en exil les couleurs, les odeurs et les goûts de chez soi. C’est vraisemblablement le cas pour l’exemple culinaire de la sauce verte, évoqué plus haut. On doit à une princesse allemande à la cour de Louis XIV, Élisabeth Charlotte de Bavière, Princesse palatine (1652-1722), contemporaine des huguenots et exilée elle aussi, une réflexion dans une lettre écrite un an et demi avant sa mort95 sur l’attachement au pays natal en matière de manger et de boire. Elle se plaint de la fadeur du lait et du beurre, ajoutant que « les herbes non plus ne sont pas aussi bonnes ici que chez nous ». Elle met cette différence sur le compte d’une terre « qui n’est pas grasse mais trop légère et sableuse », tant pour l’herbe broutée par les vaches que pour les herbes appréciées des humains. Mais on devine bien en la lisant que le seul véritable défaut du sol sur lequel elle vit désormais est d’être une terre étrangère. L’attachement persévérant à des noms de plantes est du même ordre : les huguenots de Berlin et du Brandebourg continuaient d’appeler la forme panachée de la baldingère « ruban de bergère », et le souci Kockderosch (coq de roche ?) à un moment où ils avaient déjà largement abandonné l’usage du français dans la vie quotidienne96.

Et le culte ?

37Le titre de cet article suggère une affinité entre les cultures et le culte protestant. Tentons pour terminer d’avancer quelques éléments d’appréciation. Le motif principal de l’exode des huguenots est religieux. Dans les pays d’accueil, les réfugiés tiennent au libre exercice de leur culte selon la confession qui est la leur (la Confession de foi de La Rochelle, essentiellement) et selon l’ordre qui est le leur (la Discipline des Églises Réformées de France). Est-ce que leurs convictions spirituelles et théologiques peuvent être mises en rapport avec leurs activités de jardiniers et leur intérêt pour le monde végétal ? Quoiqu’il s’agisse là d’un champ de recherches encore insuffisamment exploré dans le contexte spécifique du Refuge huguenot, les points suivants sont clairement avérés.

  • 97 Cf. Schaefer, Otto : « “Théâtre de la gloire de Dieu” et “Droit usage des biens terrestres”. Calvin (...)

38On sait que chez Calvin lui-même, la relation à la fois contemplative et active avec le monde des créatures (y compris le sol et les plantes) est amplement réfléchie sur le plan théologique97. D’autres théologiens réformés importants, comme Pierre Viret, s’expriment également à ce sujet. D’autre part, les jardiniers réformés français des xvie et xviisiècles (par exemple Bernard Palissy, Olivier de Serres, Jacques Boyceau de la Barauderie) intègrent dans leurs ouvrages des raisonnements théologiques qui, au-delà des formules pieuses usuelles à cette époque, ont une réelle fonction argumentative et motivationnelle. Parmi les motifs majeurs de cette « théologie de jardiniers », on peut discerner avec une netteté variable : l’adoration du Créateur au travers de la beauté et de la vitalité de ses œuvres ; l’idée d’une double révélation de Dieu dans les Écritures et dans le livre de la nature (ou des créatures) – et la recherche de correspondances entre les deux livres ; une esthétique du végétal qui interprète celui-ci, sur le mode iconoclaste, comme une figuration « vraie » du divin (car créée par Dieu lui-même), à la différence des représentations humaines et surtout de l’art sacré ; un regard subversif valorisant la plus humble créature et la « moindre herbe » ; un idéal de jouissance dans la modération. Ces motifs se retrouvent également dans des écrits de jardiniers et de botanistes réformés du xixsiècle, notamment chez Henry Correvon.

39Est-ce à dire que cette « théologie de jardiniers » se repère aussi chez des jardiniers huguenots du xviiisiècle, et si oui, est-elle spécifique ? Quelques éléments provisoires peuvent être avancés. Jean Gaudin (ou Gaudein, 1738-1811), jardinier huguenot du Refuge suisse (Pays de Vaud), originaire du Dauphiné, écrit dans la préface de son Almanach potager ou Le jardinier suisse publié en 1778 :

« Je crois devoir donner ici un avis important à bien des gens qui, par ignorance ou superstition, ajoutent foi à certains signes pour la réussite de ce qu’ils sèment ou plantent. La lune croissante est, à les entendre, le moment favorable où Dieu répandra sa bénédiction sur leurs travaux, comme si dans tous les tems un soleil favorable ne produisait pas de meilleurs effets que tous les signes et les lunaisons, il faut que ces gens se fassent de Dieu une idée bien fausse et ridicule, en croyant qu’il a attaché de tels pouvoirs à des astres qui sans lui ne peuvent pas seulement exister. Quant à moi, je sens tout le ridicule d’un tel préjugé, et ne crois pas qu’il nous ait assujetti à eux, puisqu’il est vraisemblable qu’ils sont faicts pour nous plutôt que nous pour eux. »

  • 98 Gaudein, Jean, Almanach potager ou le Jardinier suisse, Lausanne 1778, réimpression Bibliothèque Ca (...)

40Les deux arguments théologiques de Gaudin ne sont guère convaincants. Tout en respirant l’air des Lumières ils sont aussi un reflet lointain de la théologie calvinienne de la Providence ; celle-ci relativise les incidences astrales et autres déterminations naturelles par la souveraineté du Créateur qui intervient librement tant pour bénir que pour corriger les humains. Ce dernier aspect, décisif pour le Réformateur, est totalement absent chez Gaudin, qui partage néanmoins avec la tradition réformée une relation à Dieu épurée de médiations rituelles complexes, fussent-elles d’ordre institutionnel ou naturel. Indépendamment de la pertinence de l’argument, on peut remarquer en tout cas qu’un simple jardinier sans prétention littéraire (« je n’y ai cherché qu’à être utile »98) a recours à la théologie pour justifier l’absence, dans le calendrier des travaux horticoles qui suit, de toute considération sur la lune et les signes du zodiaque.

  • 99 Correvon, Henry : Plantes et santé, Neuchâtel-Paris, Delachaux & Niestlé, 2e édition, 1923, p. 43.
  • 100 Des exemples parmi les grandes personnalités du XVIIIsiècle : Abraham Trembley (1710-1784), frère (...)

41On peut dire un mot également de la complémentarité des « deux livres » et du rapport entre la Bible et la nature. Cette relation apparaît dans le partage traditionnel du dimanche entre la matinée réservée au culte (l’Écriture) et l’après-midi permettant de sortir à la campagne (la nature). Dans une vie globalement très réglementée, ce partage rituel du dimanche a une grande importance, surtout dans le protestantisme réformé dont le calendrier est vidé de toutes les fêtes de saints. Au début du xxsiècle, le médecin lausannois Louis Bourget appelle ses très populaires observations d’histoire naturelle : Beaux dimanches (1909). Et Henry Correvon écrit à la même époque : « De nos jours encore, dans les vieilles familles genevoises, on s’en va en troupes, le dimanche après-midi, cueillir les plantes à la campagne et l’on sèche toute la provision pour l’hiver »99. On remarque aussi dans plusieurs familles protestantes que les vocations de pasteur et de naturaliste se partagent entre frères, ou alors entre père et fils, oncle et neveu, etc., comme si le premier était appelé au service de l’un des livres, le second à la scrutation de l’autre100.

  • 101 Il est né à Revel dans l’actuelle Haute-Garonne.

42Un dernier détail, anecdotique mais significatif, dénote l’influence de la Bible sur le jardin : c’est le mot « kikajon » utilisé en Suisse romande pour désigner un abri de jardin. Il provient de l’hébreu biblique (Jonas 4, 6ss.) et se réfère à une plante inconnue (le mot ne se rencontre que dans le passage en question). Lorsque le pasteur huguenot d’Utrecht David Martin (1639-1721101) entreprit la révision de la Bible de Genève, il s’astreignit à la plus stricte fidélité à la langue originale. Sa traduction publiée en 1707 a été adoptée dans de nombreuses paroisses du Refuge huguenot et dans d’autres Églises réformées de langue française. Ne pouvant identifier avec certitude l’espèce végétale dans le texte de Jonas (ricin ? courge ? lierre ?), Martin préféra conserver l’original, transférant de la sorte le vocable « kikajon » dans la langue française. Il fallait un dernier pas, à savoir l’assimilation du nom de la plante biblique à la cabane construite par Jonas dans le même passage, pour arriver au sens populaire de « kikajon », abri de jardin, très courant encore de nos jours. Cette anecdote constitue un indice supplémentaire de la façon dont la culture biblique a pu imprégner le contexte culturel du jardin huguenot (et, plus généralement, réformé français).

Le jardin huguenot – un projet de médiation des savoirs et d’appropriation de l’histoire

43De nos jours, le jardin huguenot au sens large, comme d’autres jardins ethnobotaniques, peut être conçu comme un projet de médiation des savoirs. Des plantations à thèmes permettent de montrer divers éléments de l’apport des huguenots à l’histoire culturelle du jardin et du monde végétal. Les aspects historique, botanique, pédagogique, théologique ou interculturel peuvent se compléter et inviter au partage des approches. Participatif et communautaire, le jardin huguenot peut aussi, en principe, remplir la fonction des jardins d’intégration (ou jardins interculturels) dont beaucoup ont surgi en Allemagne, puis en Suisse à partir des années 1990 : ces jardins constituent des lieux de rencontre et d’entraide en associant au jardinage d’une parcelle subdivisée des familles d’origines diverses, les unes « de souche », d’autres issues de la migration. Un premier jardin huguenot a été créé en 2005 dans un village du Brandebourg au sud de Potsdam102. Deux paroisses allemandes de tradition réformée française ont également commencé à mettre en place un tel projet. L’appropriation de l’histoire culturelle huguenote du jardin et du monde végétal suscite donc des initiatives originales de nos jours.

1. Légumes liés à l’histoire huguenote, plantations à thèmes, Jardin huguenot, Langerwisch, Brandebourg, Allemagne.

1. Légumes liés à l’histoire huguenote, plantations à thèmes, Jardin huguenot, Langerwisch, Brandebourg, Allemagne.

2. Feuilles de cardon (variété genevoise «Argenté Epineux de Plainpalais»)

2. Feuilles de cardon (variété genevoise «Argenté Epineux de Plainpalais»)

3. Cardon argenté épineux de Plainpalais, détail de la feuille.

3. Cardon argenté épineux de Plainpalais, détail de la feuille.

4. Inflorescence du Cardon argenté épineux de Plainpalais.

4. Inflorescence du Cardon argenté épineux de Plainpalais.

5. Les herbes de la sauce verte. Plantation à thème, Jardin huguenot de Langerwisch, Brandebourg, Allemagne.

5. Les herbes de la sauce verte. Plantation à thème, Jardin huguenot de Langerwisch, Brandebourg, Allemagne.

6. Inflorescence de Sainfoin (Onobrychis viciaefolia Scop.), espèce, avec la luzerne (Medicago sativa L.), des prairies artificielles.

6. Inflorescence de Sainfoin (Onobrychis viciaefolia Scop.), espèce, avec la luzerne (Medicago sativa L.), des prairies artificielles.

7. Inflorescence de Cardère à lainer (Dipsacus sativus L.).

7. Inflorescence de Cardère à lainer (Dipsacus sativus L.).

8. Fructification de la Cardère à lainer (Dipsacus sativus L.), utilisée autrefois pour peigner les tissus.

8. Fructification de la Cardère à lainer (Dipsacus sativus L.), utilisée autrefois pour peigner les tissus.

9. Gloire-des-neiges Chionodoxa luciliae Boiss. Espèce dédiée par le botaniste genevois Edmond Boissier à son épouse Lucile née Butini.

9. Gloire-des-neiges Chionodoxa luciliae Boiss. Espèce dédiée par le botaniste genevois Edmond Boissier à son épouse Lucile née Butini.

10. Sapin d’Andalousie Abies pinsapo Boiss. Espèce endémique découverte par le botaniste genevois Edmond Boissier.

10. Sapin d’Andalousie Abies pinsapo Boiss. Espèce endémique découverte par le botaniste genevois Edmond Boissier.

11. Coussin-de-belle-mère Echinocactus grusonii Hildm., espèce dédiée à l’industriel et cactophile magdebourgeois Hermann Gruson. Jardins de Herrenhausen, Hanovre, Allemagne.

11. Coussin-de-belle-mère Echinocactus grusonii Hildm., espèce dédiée à l’industriel et cactophile magdebourgeois Hermann Gruson. Jardins de Herrenhausen, Hanovre, Allemagne.

12. Echinocactus grusonii Hildm., détail. Jardins de Herrenhausen, Hanovre, Allemagne.

12. Echinocactus grusonii Hildm., détail. Jardins de Herrenhausen, Hanovre, Allemagne.

13. Clématite Mme Julia Correvon (hommage à l’épouse du jardinier-botaniste Henry Correvon).

13. Clématite Mme Julia Correvon (hommage à l’épouse du jardinier-botaniste Henry Correvon).

14. Ombelles de la Berce géante du Caucase (Heracleum mantegazzianum Sommier & Levier). Espèce introduite dans les jardins par Henry Correvon.

14. Ombelles de la Berce géante du Caucase (Heracleum mantegazzianum Sommier & Levier). Espèce introduite dans les jardins par Henry Correvon.

15. Ricin (Ricinus communis L.) et Courge de Siam (Cucurbita ficifolia Bouché) revêtant le kikajon du Jardin huguenot de Langerwisch, Brandebourg, Allemagne.

15. Ricin (Ricinus communis L.) et Courge de Siam (Cucurbita ficifolia Bouché) revêtant le kikajon du Jardin huguenot de Langerwisch, Brandebourg, Allemagne.

16. Vue du Jardin huguenot de Langerwisch, Brandebourg, Allemagne.

16. Vue du Jardin huguenot de Langerwisch, Brandebourg, Allemagne.
Haut de page

Notes

1 Citation de Denise Gautier empruntée à l’article de Sophie Roselli, « Semeuse de graines anciennes », dans La Tribune de Genève, 24 avril 2012, http://journal.tdg.ch/semeuse-graines-anciennes-2012-04-24

2 Jardine, Nicholas & Spary, Emma C., « The natures of cultural history », dans Jardine, Nicholas ; Secord, James A. & Spary, Emma C. (dir.), Cultures of natural history, Cambridge University Press, 1996, p. 3ss., ici p. 8 (traduction O. Schaefer).

3 Lieutaghi, Pierre, L’environnement végétal. Flore, végétation et civilisation, Neuchâtel, Delauchaux & Niestlé, 1972, p. 310. On trouve aussi « les rapports entre un groupe humain et la flore », dans : http://www.cnrtl.fr/definition/ethnobotanique.

4 Cf. Munoz, Dominique : « Genèse des Jardins de l’Histoire réalisés à Tourettes-sur-Loup (Alpes-Maritimes) », dans Jardins et médiation des savoirs en ethnobotanique, Actes du colloque du musée de Salagon des 27 et 28 septembre 2007, Saint-Michel-l’Observatoire, C’est-à-dire Éditions, 2008, p. 109-118.

5 Les explications d’ordre historique qui suivent se bornent aux grandes lignes et ne tiennent pas compte des cas particuliers (les persécutions dans les annexes de Montbéliard ou à Orange, les relations dynastiques rapprochant Neuchâtel de Berlin, etc.).

6 Une personne du second Refuge était désignée à l’époque par le terme de Réfugié. Ce n’est que le xixsiècle qui a généralisé l’emploi du mot « huguenot ».

7 Suisse, Pays-Bas, Allemagne, Grande-Bretagne et Irlande, dans une bien moindre mesure le Danemark, la Suède et l’Europe centrale et orientale.

8 Amérique du Nord, Afrique du Sud.

9 En dehors de l’exil pour des raisons religieuses, d’autres motifs, non spécifiques ceux-là, expliquent aussi les contacts de réformés français avec des pays lointains ou des contrées reculées, et donc le rôle qu’ils ont pu jouer, individuellement ou collectivement, dans la découverte, la description et la diffusion de végétaux : des projets de colonisation officiels, des missions diplomatiques ou militaires, le service de souverains étrangers, le commerce maritime, la flibuste, le voyage exploratoire et des relations d’échange au sein de la République des lettres.

10 Contrairement à l’usage que nous adoptons ici, on inclut parfois dans le terme « huguenots » tous les protestants ou du moins tous les réformés de France.

11 Que l’on pense aux nombreux wallons des Pays-Bas espagnols et à quelques Lorrains et Franc-comtois. Toutefois, il y a de bonnes raisons d’associer au deuxième Refuge les réfugiés issus des Vallées vaudoises du Piémont, francophones et dialectophones à l’époque, tout en les distinguant des huguenots venant de France.

12 Le botaniste genevois Alphonse de Candolle (1806-1893), lui-même descendant d’une famille provençale du premier Refuge, réserve le terme de « Huguenots » à ces réfugiés du xvisiècle en en excluant la deuxième vague de réfugiés, celle d’après 1685 ! Il inverse donc l’usage habituellement adopté aujourd’hui (Candolle, Alphonse de : Histoire des sciences et des savants depuis deux siècles. Genève-Bâle, H. Georg, 2e édition, 1885, p. 348).

13 Un exemple illustrant notre propos est le numéro « Les jardins : utopie huguenote ? » de Foi et Vie. Revue de culture protestante, n3, juillet 2008.

14 Les plantes invasives sont des espèces non indigènes et dont la fréquence et l’abondance progressent rapidement faute de compétition efficace. Elles peuvent poser des problèmes écologiques, économiques et de santé publique importants. Face à un discours public appelant à l’éradication de ces espèces figurant sur des « listes noires », Gilles Clément a lancé son pamphlet Éloge des vagabondes, Paris, NiL Éditions, 2002.

15 Nous utilisons donc le terme de « jardin huguenot » en un sens emblématique, contrairement à des historiens qui en font un usage plus littéral et restrictif, cherchant à restituer l’apparence, l’inventaire végétal et les modes de culture de jardins domestiques aménagés et exploités par des descendants de Réfugiés aux xviie et xviiisiècles. C’est le cas en particulier de Werner Gahrig dont les travaux concernent l’apport du jardin domestique huguenot à l’émergence des jardins ouvriers et familiaux en Allemagne ; Gahrig, Werner : « Eingebürgerte Kleingärtner einst und jetzt – von den Hugenotten zu den heutigen Migranten », dans Kleine Gärten einer grossen Stadt. Die Kleingartenbewegung Berlins in nationaler und internationaler Sicht (éd. Landesverband Berlin der Gartenfreunde e.V.), Berlin, W. Wächter, 2007, p. 125-131.

16 Baridon, Michel : Les jardins. Paysagistes – jardiniers – poètes, Paris, Robert Laffont, 1998, p. 610 ss.

17 Le Refuge huguenot en Suisse/Die Hugenotten in der Schweiz, Lausanne, Musée de l’Ancien-Évêché, 1985, p. 239 ss.

18 Uniquement les personnes de sexe masculin.

19 Le Refuge huguenot en Suisse…, op. cit., p. 33 ss.

20 Voir l’article et les extraits présentés par Viviane Rosen-Prest dans le présent numéro.

21 Gwynn, Robin D. : The Huguenots of London. Brighton, The Alpha Press, 1998, p. 22.

22 Berlie, Gérald : Plainpalais. Plaine de mémoire, Yens-sur-Morges, Cabédita, 2006.

23 La puiserande figure au centre du blason de Plainpalais, conçu au xixsiècle.

24 À la fin du xviiisiècle, l’agriculture suisse dans son ensemble est ressentie dans la Savoie voisine comme nettement supérieure ; Collomb, Gérard & Devos, Roger : « Mémoire sur l’ancienne agriculture du pays du Léman. Réponses de Joseph-François Quisard à l’enquête du préfet Barante (1806) », Le monde alpin et rhodanien, n4, 1981, p. 14.

25 http://www.prospecierara.ch/Generator.aspx?tabindex=6&tabid=628&ItemID=873&mid=904&palias=2

26 Gagnebin, François : Charles Pictet-de Rochemont, Jean-Jacques Eberhardt, Edmond Vaucher : l’École d’Horticulture de Genève, Jussy, Association des anciens de Châtelaine et de Lullier, 2004, p. 7.

27 Loudon, John Claudius : Arboretum et fruticetum britannicum, vol. I, Londres 1838, p. 161. Le même auteur compte « M. Mathieu at Berlin » parmi les principaux horticulteurs d’Allemagne (p. 153).

28 Amsler, Christine : Les promenades publiques à Genève de 1680 à 1850. Genève, Maison Tavel, 1993, p. 120. Cf. le témoignage d’un descendant, David, Jean Élie : Notes au crayon. Souvenirs d’un arpenteur genevois, 1855-1898, Lausanne, Éd. d’en bas, 2004, p. 16.

29 Il en existe encore de nos jours une variété genevoise, peu compétitive désormais et diffusée aux amateurs par l’association suisse Pro specie rara (cf. Catalogue des variétés 2003, p. 9).

30 Sa culture à grande échelle est attestée pour le milieu du xixsiècle ; l’origine de la variété est probablement plus ancienne. D’autres variétés typiques (en partie perdues) sont mentionnées par Badoux, Samuel & Gautier-Beguin, Denise : « Les variétés anciennes, quel intérêt ? » dans Gautier-Beguin, Denise, Cardon argenté, Belle des croix rouges, mouton miroir. Catalogue de la 3e exposition nationale des variétés végétales et races animales domestiques menacées. Genève, Conservatoire et Jardin botaniques, 1998, p. 87 ss.

31 Welter, Henri : « Documents relatifs à l’histoire de l’horticulture genevoise ». Bulletin de la Société d’Horticulture de Genève, 36e année, 1890, p. 12-15.

32 Gautier-Beguin, Denise, op. cit., 1998, p. 99.

33 Les frères Bauhin, Gaspard (1560-1624) et Jean (1541-1612) comptent parmi les botanistes les plus importants de leur temps. Fils de Jean Bauhin (1511-1582), médecin de Jeanne d’Albret, ils relèvent du premier Refuge bâlois (et montbéliardais). On attribue à Gaspard Bauhin un rôle dans l’origine du rutabaga, mais cela reste à vérifier.

34 Angelini, Massimo : Le patate tradizionali della Montagna genovese. Genova, Co. Re. Pa., 1999, p. 13s. Plieninger, Waltraud : „Waldenser. Glaubensflüchtlinge nach dem Dreissigjährigen Krieg in Württemberg « Migration, n45, Dezember 2002, www.lpb.bwue.de/aktuell/due/45_02/wald.htm

35 http://www.danishimmigrationmuseum.com/index.php?page=kartofler. D’autres sources parlent de 1720.

36 Il n’y a aucune documentation écrite à ce sujet – comme pour de nombreuses autres recettes culinaires ou plantations régionales typiques. Le principal argument est la coïncidence, en Hesse, entre les traditions locales de Sauce verte et les lieux d’implantation des réfugiés huguenots.

37 Denis, Philippe, « The Cape Huguenots and their legacy in Apartheid South Africa. », in Van Ruymbeke, Bertrand & Sparks, Randy J. (eds.). Memory and Identity. The Huguenots in France and the Atlantic Diaspora. Columbia, University of South Carolina, 2003, p. 285-309, en particulier p. 287s., 302 et 305 (note 5).

38 De façon générale, l’un des grands spécialistes de pomologie parle de « l’indigence des sources » et des attestations toujours tardives. Très réservé pour cette raison, il ne consacre qu’une demi-page sur 271 à l’origine et à la répartition des variétés et des cépages. Vauthier, Bernard, Le patrimoine fruitier de Suisse romande, Neuchâtel/Lausanne, Rétropomme/La Bibliothèque des Arts, 2011, p. 17.

39 Grope, Lutz ; Heilmeyer, Marina, Schurig, Gerd & Wimmer, Clemens Alexander : Beste Birnen bei Hofe (collection Potsdamer Pomologische Geschichten), Potsdam, Vacat-Verlag, 2004.

40 « Les réfugiés français […] ont contribué — on peut le supposer du moins [mögen] — à l’introduction de variétés et de méthodes de cultures françaises « (Heilmeyer, Marina & Wimmer, Clemens Alexander : Äpfel fürs Volk (collection Potsdamer Pomologische Geschichten), Potsdam, Vacat-Verlag, 2e édition 2004, p. 81 (cf. p. 32). Traduction O. Schaefer.

41 www.england-in-particular.info/orchards/o-devon.html

42 Appelé en France Cuisse Madame ou Cuisse de Dame ; Smiles, Samuel : The Huguenots : their settlements, churches and industries, New York, Harper & Brothers, 1868, p. 303 ; cf. Vauthier Bernard, op. cit., 2011, p. 93.

43 Elle porte le nom de « Kassins Frühe ».

44 Disosway, C. P., « The Huguenots in America », dans Smiles, Samuel, op. cit., 1868, p. 437.

45 Smiles, Samuel, op. cit., 1868, p. 259 ; Levy Peck, Linda : Consuming Splendor. Cambridge University Press, 2005, p. 99.

46 Smiles, Samuel, op. cit., 1868, p. 339.

47 Le Refuge huguenot en Suisse, op. cit., 1985, p. 169.

48 Il descend d’une famille originaire du Dauphiné appartenant au Refuge neuchâtelois ; http://www.boudry-historique.net/page19.html

49 La référence univoque à une espèce végétale requiert l’indication des noms de genre (Populus) et d’espèce (nigra), ainsi que du nom (souvent abrégé) de l’auteur du binôme en question (ici L. pour Linné).

50 www.peuplierdegaronne.com

51 Appelé aussi Populus x euroamericana Guinier ; nous n’entrons pas ici dans la discussion de cet essaim hybride réunissant des clones cultivés et des formes sauvages multiples.

52 Théâtre d’Agriculture, lieu VI, ch. VII, Arles, Actes Sud, 2001, p. 824

53 Perrier-Robert, Annie & Bernardin, Marie-Paule, Le grand livre du sucre. Paris, Solar, 1999, p. 22 ss.

54 La famille Delessert (de Lessert) est originaire du Canton de Vaud (Cossonay). Pendant longtemps on croyait qu’elle avait quitté la France après 1685, mais en réalité elle est de souche ancienne. Installés à Lyon depuis 1735, les Delessert firent fortune dans le commerce, l’industrie et la banque. À côté de ses affaires, Benjamin Delessert a été un botaniste passionné et compétent dont la vocation est due à Jean-Jacques Rousseau et dont l’important herbier est conservé à Genève.

55 Béghin-Say depuis une fusion intervenue en 1973.

56 Nakatenus, Ruth, „Palmbacher Kirchengeschichte «, dans Bräunche, Ernst Otto (éd.), Palmbach. Streifzüge durch die Ortsgeschichte. Karlsruhe, Info-Verlag, 2001, p. 31ss. (ici p. 33).

57 Nordmann, Walter, dans Offenbacher Geschichtsblätter, n1, 1949, www.franz-ref-offenbach/ geschichtsblatt.htm

58 Smiles, Samuel, op. cit., 1868, p. 285 ss.

59 http://lahulotte.fr/img_lh/pdf/fiche_cardere.pdf

60 Zahn, Adolph : Die Zöglinge Calvins in Halle an der Saale. Halle, Richard Mühlemann, 1864, p. 163.

61 Bouché, Carl David & Grothe, Hermann : Die Nessel als Textilpflanze. Berlin, Julius Springer, 1877.

62 Stork, Adelaïde : Tulipes sauvages et cultivées. Genève, Conservatoire et Jardin botaniques, 1984, p. 17s.

63 Hadfield, Miles : A History of British Gardening, London etc., Spring Books, 1960, p. 266.

64 Krausch, Heinz-Dieter : « Kaiserkron und Päonien rot… » Entdeckung und Einführung unserer Gartenblumen. Hamburg, Dölling & Galitz, 2003, p. 367.

65 Fondation du Florist’s Club à Dublin.

66 Gwynn, Robin : Huguenot heritage. The history and contribution of the huguenots in Britain. Brighton, Sussex Academic Press, 2e édition, 2001, p. 87s.

67 Le seul dans l’énumération présente à être de souche suisse.

68 Les ancêtres de Boissier relèvent du second Refuge, alors que les Bonnet, de Candolle et de Saussure appartiennent au premier ; pour Senebier, nous avons trouvé des informations contradictoires.

69 Humboldt descend des Colomb du côté maternel. Chamisso est issu d’une famille catholique, champenoise, de nobles fuyant la Révolution française (les Chamissot de Boncourt) ; jeune à son arrivée à Berlin, il s’est partiellement intégré dans le milieu huguenot de la ville, grâce, entre autres, au pasteur Erman qui fut l’un de ses professeurs au Collège français. Voir Christian Velder, 300 Jahre Französisches Gymnasium Berlin, Berlin, Nicolai, 1989, p. 204-208.

70 Disosway, C.P. in Smiles, Samuel, op. cit., 1868, p. 435.

71 Le voyageur Lawson cité dans Disosway, C.P. in Smiles, Samuel, op. cit., 1868, p. 437s.

72 Les Rousseau, famille française, sont arrivés à Genève au xvisiècle ; Jean-Jacques lui-même n’en parle pas et l’ignorait sans doute.

73 Cf. Schaefer, Otto, « Jean-Jacques Rousseau et la popularisation de la botanique », dans L’Ermite herbu. Journal de l’Association des Amis du Jardin botanique de l’Ermitage, Neuchâtel, n44, avril 2012, p. 13-23. Idem : « ‘Non, Salomon dans toute sa gloire ne fut jamais vêtu comme l’un d’eux’. Nature végétale, culte de Rousseau et piété protestante », dans Reiling, Jesko & Tröhler, Daniel (dir.) : Entre hétérogéneité et imagination. Pratiques de la réception de Jean-Jacques Rousseau/ Zwischen Vielfalt und Imagination. Praktiken der Jean-Jacques Rouseau-Rezeption, Genève, Slatkine, 2013, p. 321-341.

74 Notamment par Joseph de Clairville (1742-1830), botaniste d’origine protestante cévenole établi à Winterthour en Suisse alémanique.

75 On connaît plusieurs publications du même genre, mais aussi un projet inachevé de Louis Agassiz (1807-1873), grand zoologue et géologue, accessoirement botaniste (descendant de huguenots selon une tradition familiale contestée). Cf. Schaefer, Otto, « Agassiz botaniste », dans L’Ermite herbu. Journal de l’Association des Amis du Jardin botanique de l’Ermitage. Neuchâtel, n35, novembre 2007, p. 14-17.

76 Issue, comme son cousin Benjamin Constant, de la famille Constant de Rebecque, elle descend de réfugiés du premier Refuge venus de l’Artois et installés d’abord à Genève puis, au xviisiècle, dans la région lausannoise. Le médecin et botaniste Jacob Constant de Rebecque (1645-1732) possédait déjà dans son jardin lausannois une collection de plantes médicinales et ornementales remarquée, entre autres, par le jeune Albert de Haller (1708-1777). Pilet, Paul-Émile, Naturalistes et biologistes à Lausanne, Lausanne, Payot, 1991, p. 41.

77 Nous n’abordons pas ici l’apport des réfugiés et descendants de réfugiés à l’illustration botanique et à la peinture de fleurs. Énumérons seulement Jacques Le Moyne de Morgues (1533-1588), Abraham Mignon (1640-1679), Anna Maria Sibylla Merian (1647-1717), Rosalie de Constant (1758-1834). Également important est l’apport des huguenots à la peinture florale sur soie dans l’Angleterre du xviiisiècle (à Londres Jacques Leman et Christophe Baudouin ; Brown, Clare : Soies du xviiisiècle, London, Thomas & Hudson, 1996).

78 Les serres de Gruson, léguées à la ville de Magdebourg, existent toujours.

79 L’ancêtre Pierre Samuel du Pont de Nemours (1739-1817) qui est à l’origine de l’établissement de la famille aux États-Unis, était un physiocrate convaincu, engagé en faveur de l’amélioration de l’agriculture.

80 Ducatillion, Catherine & Blanc-Chabaud, Landy : L’art d’acclimater les plantes exotiques. Le jardin de la villa Thuret. Versailles, Éditions Quae, 2010, p. 31ss. Thuret a conservé de l’intégration de sa famille dans le Refuge hollandais la prononciation du t final (« Thurette », écriture phonétique effectivement employée par George Sand, admiratrice enthousiaste du jardin de Thuret à Antibes).

81 Joel Robert Poinsett découvrit cette plante (aujourd’hui Euphorbia pulcherrima Willd. ex Klotzsch) en 1825 au Mexique ; il y séjournait en qualité d’ambassadeur des États-Unis.

82 Le Saintpaulia ionantha H. Wendl. fut introduit en 1892, depuis les monts Usambara en Tanzanie (Afrique orientale allemande à l’époque), par Walter von Saint-Paul Illaire (1860-1916) descendant de nobles huguenots prussiens. Il représente aujourd’hui la plante d’appartement la plus répandue de toutes.

83 Nommé par Lemaire en l’honneur de Frédéric Schlumberger.

84 Ce gros cactus de forme ronde au nom populaire particulièrement malveillant est devenu très courant (il en existe des millions d’exemplaires en matières plastiques). Le nom d’espèce « grusonii » représente une dédicace à Hermann Gruson.

85 Pierre Magnol (1638-1715) fut directeur du jardin botanique de Montpellier et l’un des grands botanistes de son temps. Au moment de la révocation, il ne put se résoudre à partir à l’étranger ; sous l’influence de son ami Pierre Tournefort (1658-1708), pieux catholique, il finit par abjurer pour pouvoir vivre chez lui et garder sa fonction.

86 Eschscholzia californica Cham. Adelbert de Chamisso dédiait cette espèce, désormais fleur nationale de Californie, à son ami et médecin de navire Johann Friedrich von Eschscholtz (1793-1831). Elle est aujourd’hui fréquente dans nos parterres de fleurs – et une plante invasive dans des régions à climat méditerranéen.

87 Cette jolie plante annuelle rappelle le souvenir de Charles-Henri Godet (1797-1879), botaniste neuchâtelois, frère du théologien Frédéric Godet (1812-1900) qui fut dans ses jeunes années précepteur du prince Frédéric Guillaume, futur empereur Frédéric III. Les Godet sont des descendants de réfugiés originaires de Sedan (Godet, Philippe, Souvenirs de jeunesse. Neuchâtel, Delachaux et Niestlé, 1928, p. 209).

88 Helianthus salicifolius A. Dietr. Cette espèce a été découverte en 1834 dans l’ouest des États-Unis par le jeune Albert de Pourtalès (1812-1861) et son précepteur Charles Joseph LaTrobe (1801-1875 ; cf. Petitpierre, Jacques, Patrie neuchâteloise, IV, 1955, p. 136 ss.) ; tous deux sont issus du Refuge huguenot et tous deux ont fait une carrière politique remarquable. L’Hélianthe vivace que nous leur devons est désormais beaucoup utilisé dans les plantations publiques, en raison de son port particulier (des feuilles entourant l’axe comme les poils tombants d’une brosse).

89 Bourrit, Marc-Théodore, Itinéraire de Genève, des glaciers de Chamouni, du Valais, et du Canton de Vaud. Genève, Paschoud, 1808, p. 158, 173 et 202 ss.

90 Correvon, Henry, Fleurs des champs et des bois, Neuchâtel-Paris, Delachaux & Niestlé, 4e éd., 1943, p. 164.

91 Correvon, Henry, Floraire. Genèse et développement d’un jardin séculaire, Genève, ATAR, 1936, p. 8ss. et 27. Déjà son père avait appris le métier chez Dailledouze. Correvon parle longuement de ses rencontres avec le milieu huguenot de Francfort et des environs (Friedrichsdorf, op. cit., p. 32s.). Plus tard, son frère Charles fut, pendant des décennies, pasteur de la communauté réformée française de Francfort. L’éloge des huguenots revient souvent dans les ouvrages du « simple jardinier-botaniste » (Plantes et santé, Neuchâtel-Paris, Delachaux & Niestlé, 2e édition, 1923, p. 31 ; Champs et bois fleuris, Neuchâtel-Paris, Delachaux et Niestlé, 3e éd., 1944, p. 27).

92 Notice sur les jardiniers maraîchers de Plainpalais : au xixsiècle. Association des maraîchers de Genève, Genève, Paul Richter, 1901.

93 Pour les aspects botaniques et ethnobotaniques voir Reduron, Jean-Pierre : Les Ombellifères de France, vol. 3, Jarnac, SBCO, 2007, p. 1501 ss.

94 Vivre veut dire se nourrir, se vêtir, se soigner etc. mais aussi s’enraciner symboliquement. L’importance du jardin pour l’inculturation est particulièrement visible, aujourd’hui, dans les Jardins interculturels (cf. Schaefer, Otto : « Les jardins interculturels, des lieux spirituels ». La Chair et le Souffle. Revue internationale de théologie et de spiritualité. 3/2, 2008, p. 23-29).

95 St-Cloud, le 3 mai 1721.

96 Voir sous Calendula et Phalaris dans Krausch, Heinz-Dieter, op. cit., 2006.

97 Cf. Schaefer, Otto : « “Théâtre de la gloire de Dieu” et “Droit usage des biens terrestres”. Calvin, le calvinisme et la nature », dans Varet, Jacques (éd.), Calvin. Naissance d’une pensée. Presses universitaires François-Rabelais de Tours/Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 213-226.

98 Gaudein, Jean, Almanach potager ou le Jardinier suisse, Lausanne 1778, réimpression Bibliothèque Cantonale et Universitaire, Lausanne 2003., p. 4.

99 Correvon, Henry : Plantes et santé, Neuchâtel-Paris, Delachaux & Niestlé, 2e édition, 1923, p. 43.

100 Des exemples parmi les grandes personnalités du XVIIIsiècle : Abraham Trembley (1710-1784), frère de pasteur ; Charles de Linné (1707-1778), fils de pasteur ; Georges Cuvier (1769-1832), neveu de pasteur ; on peut être tenté d’associer au même schéma les frères Guillaume (1767-1835) et Alexandre de Humboldt (1769-1859) dont l’un incarne les Langues et les Lettres et l’autre les Sciences et la Géographie (cf. Geier, Manfred : Die Brüder Humboldt. Eine Biographie. Reinbek, Rowohlt, 2009, en particulier p. 310ss.).

101 Il est né à Revel dans l’actuelle Haute-Garonne.

102 www.jardinhuguenot.com.

Haut de page

Table des illustrations

Titre 1. Légumes liés à l’histoire huguenote, plantations à thèmes, Jardin huguenot, Langerwisch, Brandebourg, Allemagne.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre 2. Feuilles de cardon (variété genevoise «Argenté Epineux de Plainpalais»)
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 3. Cardon argenté épineux de Plainpalais, détail de la feuille.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 4. Inflorescence du Cardon argenté épineux de Plainpalais.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 772k
Titre 5. Les herbes de la sauce verte. Plantation à thème, Jardin huguenot de Langerwisch, Brandebourg, Allemagne.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 2,1M
Titre 6. Inflorescence de Sainfoin (Onobrychis viciaefolia Scop.), espèce, avec la luzerne (Medicago sativa L.), des prairies artificielles.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 356k
Titre 7. Inflorescence de Cardère à lainer (Dipsacus sativus L.).
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-7.jpg
Fichier image/jpeg, 456k
Titre 8. Fructification de la Cardère à lainer (Dipsacus sativus L.), utilisée autrefois pour peigner les tissus.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-8.jpg
Fichier image/jpeg, 748k
Titre 9. Gloire-des-neiges Chionodoxa luciliae Boiss. Espèce dédiée par le botaniste genevois Edmond Boissier à son épouse Lucile née Butini.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-9.jpg
Fichier image/jpeg, 668k
Titre 10. Sapin d’Andalousie Abies pinsapo Boiss. Espèce endémique découverte par le botaniste genevois Edmond Boissier.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-10.jpg
Fichier image/jpeg, 1,0M
Titre 11. Coussin-de-belle-mère Echinocactus grusonii Hildm., espèce dédiée à l’industriel et cactophile magdebourgeois Hermann Gruson. Jardins de Herrenhausen, Hanovre, Allemagne.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-11.jpg
Fichier image/jpeg, 1,6M
Titre 12. Echinocactus grusonii Hildm., détail. Jardins de Herrenhausen, Hanovre, Allemagne.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-12.jpg
Fichier image/jpeg, 1,2M
Titre 13. Clématite Mme Julia Correvon (hommage à l’épouse du jardinier-botaniste Henry Correvon).
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-13.jpg
Fichier image/jpeg, 968k
Titre 14. Ombelles de la Berce géante du Caucase (Heracleum mantegazzianum Sommier & Levier). Espèce introduite dans les jardins par Henry Correvon.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-14.jpg
Fichier image/jpeg, 1,3M
Titre 15. Ricin (Ricinus communis L.) et Courge de Siam (Cucurbita ficifolia Bouché) revêtant le kikajon du Jardin huguenot de Langerwisch, Brandebourg, Allemagne.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-15.jpg
Fichier image/jpeg, 1008k
Titre 16. Vue du Jardin huguenot de Langerwisch, Brandebourg, Allemagne.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/252/img-16.jpg
Fichier image/jpeg, 1,9M
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Otto Schaefer, « Cultes et cultures : apports huguenots à l’histoire culturelle du jardin et du monde végétal », Diasporas, 21 | 2013, 20-44.

Référence électronique

Otto Schaefer, « Cultes et cultures : apports huguenots à l’histoire culturelle du jardin et du monde végétal », Diasporas [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://diasporas.revues.org/252 ; DOI : 10.4000/diasporas.252

Haut de page

Auteur

Otto Schaefer

Chargé de théologie et d’éthique auprès de la Fédération des Églises protestantes de Suisse (FEPS), il est pasteur de l’Église Protestante Unie de France, docteur en écologie végétale de l’Université de Hohenheim (Allemagne), et membre des conseils scientifiques du Conservatoire botanique national de Franche-Comté et du Parc Naturel Régional des Ballons des Vosges. Il est l’auteur de nombreux articles concernant la relation entre écologie et théologie protestante, d’une Éthique de l’énergie (Berne, FEPS, 2008), de guides, et de travaux botaniques et phytoécologiques portant surtout sur les milieux aquatiques.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org