Navigation – Plan du site

Éditorial : jardins, arbres, forêts…

p. 7-8

Texte intégral

1Des numéros antérieurs de Diasporas ont concouru à l’inventaire de ce qu’émigrants et exilés emportent avec eux : des savoir-faire, des recettes de cuisine, des livres, des images, des mythes, des temples, des dieux. Ils emportent également des légumes, des essences, des plantes, des arbres, des manières de faire le jardin ou de l’habiter. Ils rêvent aussi parfois au pays perdu comme à un jardin ou à une forêt.

2Les uns s’efforcent d’acclimater dans les territoires d’accueil les plantes et les arbres de leur paysage d’avant : toute une histoire serait à faire de cette diaspora végétale et arborée. C’est ainsi que les huguenots du Midi de la France ont tenté d’implanter le mûrier en Suisse, en Angleterre, au Brandebourg. Ce fut un échec, mais une mémoire plus ou moins « légendaire » prétend que les réfugiés ont su imposer une série de légumes et de préparations – dont la langue allemande, truffée de mots français disant le comestible (Bulette, Püree, Karotten, Frikassee…), se fait l’écho. Un siècle après le grand exil des années 1685-1690 en Brandebourg, les Mémoires pour servir à l’histoire des réfugiés français dans les États du Roi (Berlin, 1782-1799), de Jean Pierre Erman et Pierre Chrétien Frédéric Reclam, proposent des pages entières sur l’exil du mûrier, du tabac, de l’art de jardiner : on les trouvera dans la présente livraison. Avec, en contrepoint, une lettre bouleversante, jusque dans sa maîtrise très approximative du français, d’un réfugié arménien dans la banlieue lyonnaise de l’entre-deux-guerres, et qui rêve lui aussi aux mûriers des paysages et de son peuple perdus.

3Les diasporas ne se contentent pas de transporter au loin les arbres et les végétaux ; certaines reviennent au pays en entreprenant de le replanter. C’est l’extraordinaire aventure sioniste qui, à travers la fête de Tou Bishvat, a procédé depuis plus d’un siècle à la plantation de millions d’arbres en Palestine puis en Israël. Cela a pu conduire, on le verra, à des paradoxes ou à des aberrations botaniques très significatives, puisque les juifs ashkénazes ont eu tendance à vouloir reproduire dans un contexte méditerranéen les forêts de l’Europe centrale auxquelles ils étaient habitués… Pin ashkénaze ou pin sépharade ? interroge Sophie Friedman… Sans négliger l’hypothétique pin parasol huguenot du Poitou… C’est que cultes et cultures, jardin biblique et jardins concrets entretiennent des liens complexes.

  • 1 À New York, le Museum of Jewish Heritage comporte depuis quelques années un Garden of Stones, créé (...)
  • 2 Renvoyons à une référence capitale en ce domaine : Jacques Sémelin, Claire Andrieu, Sarah Gensburge (...)

4L’arbre est aussi un enjeu et un symbole de mémoire, un instrument privilégié de cette mémoire. Lorsqu’Israël a entendu leur rendre hommage, on a créé, à Yad Vashem, un Jardin des Justes, planté d’arbres en leur nom1. L’essayiste et journaliste italien Gabriele Nissim a lancé récemment un projet international de Forêt des Justes, pour établir de tels espaces dans des villes marquées par des génocides et des crimes contre l’humanité, comme Erevan, Salonique ou Sarajevo. Il y a débat sur l’extension que ce projet entend donner à la définition des Justes : Diasporas a choisi de verser un textede G. Nissim au dossier2, après qu’Irena Steinfeldt, la directrice du département des Justes à Yad Vashem, a retracé les grandes lignes d’un processus de distinction unique au monde, et maintenant cinquantenaire – à preuve la photographie de Golda Meir prise le jour de l’inauguration de l’Avenue des Justes, le 1er mai 1962 : on la voit serrer la main d’une vieille dame polonaise, Maria Babicz, l’une des onze premières personnes au monde à avoir planté un arbre.

  • 3 Diasporas remercie les responsables de cette revue de l’avoir aimablement autorisée à publier la tr (...)

5Hors dossier, ce numéro a souhaité offrir aux lecteurs français la traduction d’un article important consacré au rôle de la Grande Mosquée de Paris pendant la Shoah et que son auteur, Ethan Katz, a publié en 2012 dans la Jewish Quarterly Review3.

6Enfin, et parce que les chercheurs ont posé depuis quelques années la question d’une « diaspora noire », issue de l’esclavage, dans l’espace américain, un ensemble de quatre articles abordent, sous des angles différents, notamment littéraire, cette question sensible.

Haut de page

Notes

1 À New York, le Museum of Jewish Heritage comporte depuis quelques années un Garden of Stones, créé par Andy Goldsworthy. http://www.mjhnyc.org/garden

2 Renvoyons à une référence capitale en ce domaine : Jacques Sémelin, Claire Andrieu, Sarah Gensburger, dir., La résistance aux génocides. De la pluralité des actes de sauvetage, Presses de Sciences Po, 2008.

3 Diasporas remercie les responsables de cette revue de l’avoir aimablement autorisée à publier la traduction du texte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

« Éditorial : jardins, arbres, forêts… », Diasporas, 21 | 2013, 7-8.

Référence électronique

« Éditorial : jardins, arbres, forêts… », Diasporas [En ligne], 21 | 2013, mis en ligne le 01 mars 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://diasporas.revues.org/247

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org