Navigation – Plan du site
Chantiers de la recherche

Chronique d’un colloque : « Écritures en Migration(s). Histoires d’écrits, histoires d’exil »

Henri Bokilo-Boursier, Delphine Leroy, Marie Leroy et Amandine Spire
p. 210-214

Texte intégral

1Le colloque international « Écritures en Migration(s). Histoires d’écrits, histoires d’exils » s’est tenu à l’Université de Paris 8 Vincennes-Saint-Denis les 11 et 12 mai 2012. Proposant une approche pluridisciplinaire centrée autour des sciences humaines (sciences de l’éducation, sociolinguistique, géographie, anthropologie, histoire), cette rencontre a rassemblé des chercheurs, des membres associatifs, des artistes et des citoyens concernés par la question des écritures en migrations1.

2Ce colloque visait à éclairer les divers enjeux convoqués par les pratiques, les usages et la réception des écritures tant « ordinaires » que littéraires produites dans des contextes interculturels contrastés : professionnel, scolaire, administratif, etc.

3En toile de fond, la question des spécificités des écritures en contexte migratoire et de leurs résonances pour la personne était posée. Au-delà des perspectives initiées par Goody qui envisageaient l’écriture comme déterminante sur les structures universelles de la pensée et du cognitif, ce colloque a souhaité porter un regard renouvelé sur l’écrit et l’écriture au travers des enjeux, situations et pratiques souvent complexes et mouvantes caractérisant la migration. Alors que le tournant ethnographique emprunté par les New Literacy Studies a souligné l’importance des contextes et des situations considérées pour traiter de literacy, il s’agissait de proposer une approche résolument pluridisciplinaire des écritures en migration, nécessairement situées, en s’appuyant sur des focales axées sur le sujet lui-même, sa trajectoire personnelle, ses formes de subjectivité en rapport avec l’écrit. Déclinant différentes lectures des écritures en migrations, le colloque était organisé autour d’ateliers et table-rondes thématiques, ponctués par des moments de rencontres autour de manifestations artistiques.

  • 2 Le cadratin est l’unité mesurant l’espace entre les signes typographiques.

4Une écriture non alphabétique a pris place dans l’espace du colloque. Une migration vers des langages visuels et picturaux. Dix plasticiens ont proposé peintures, photos ou installations. La rotonde a spécialement été scénographiée pour devenir un lieu central et polyvalent autour duquel se sont déroulés le colloque et ses ateliers. Comme préalable au déplacement des travaux des ateliers vers les cimaises, une production écrite a été publiée par quelques artistes, ouvrant sur des entretiens croisés mis en ligne sur le blog « le cadratin2 ».

5La première journée « écritures en migrations » s’est ainsi ouverte sur la question de la mise en récit des expériences migratoires, que ce soit sous l’angle des pratiques linguistiques, épistolaires, littéraires ou artistiques. Une attention particulière a été portée aux catégorisations et aux identifications en jeu dans le processus de mise en récit. Aux côtés des productions verbales, les créations artistiques nées de ou en migration questionnent les effets de lieu générant une autre « possibilité de soi-même ». Ainsi, si certains, à l’instar d’Édouard Glissant ou de Patrick Chamoiseau tentent de s’affirmer par la singularité d’une langue chamoirée qui plonge lecteur et auditoire dans un pays lointain, d’autres sont « invités » voire sommés d’apprendre à écrire dans la langue du pays de résidence. Entre la « langue traversière » (de Certeau), la langue du deuil et de la perte (Ricœur) ou encore la honte de l’accent même à travers l’écrit (Derrida), chacun se situe et s’envisage dans cette multiple appartenance linguistique. Comment s’opère alors le passage d’une langue à une autre ? Que nous apprennent de ce point de vue les situations paroxysmiques de l’exil ? Les écrits ou œuvres d’art produites dans l’exil et étudiées par les intervenants traduisent l’expérience de l’altérité, souvent radicale, donnant naissance à des traces hybrides analysées par certains comme « antidote au sentiment de perte » (N. Blondeau). À la table ronde « Quelles sont les spécificités des écritures en migrations ? » plusieures chercheures ont notamment débattu du choix de la formule « en migration » en place de l’habituel « de la migration ». Ce glissement semble avoir réaffirmé l’importance des notions de changement et de transformation qui accompagnent à la fois les actes d’écritures et bien évidemment ceux de la migration en insistant sur la dimension dialectique reliant écritures et migrations.

6Les va-et-vient produits par la migration donnent d’ailleurs lieu à des correspondances ou des échanges (politiques, monétaires, éditoriaux, etc.) qui permettent de relier et d’associer « ici » et « là-bas ». La littérature est traversée par ces questions et parvient parfois à dépeindre cette complexité tant par les rapports posés entre oralité et écriture que par ceux des écritures de l’éloignement.

7Vendredi soir, Tata Milouda accompagnée du musicien Tarik Chaouach, a slamé haut et fort la place et l’importance des cahiers dans sa vie de femme. Proposition émouvante, énergique et drôle du récit d’une femme qui s’alphabétise et trouve peu à peu les mots pour composer ses choix de vie, elle a entraîné dans sa liesse dansée et chantée un public souriant et conquis pour lequel la notion d’alphabétisation s’est soudain incarnée dans une expérience singulière.

8La seconde journée « migrations en écritures » a donné lieu à des échanges essentiellement centrés sur le sujet, son vécu, et les implications de la mise en récit pour ce dernier. Plusieurs interventions ont insisté sur la mise en visibilité, grâce à l’écrit, d’expériences de migrants de plus en plus considérés comme « indésirables » dans les sociétés hôtes. Avec quel support et avec quelle méthode rendre compte de ces expériences ? Ces écrits peuvent-ils participer d’une quête de légitimité dans des sociétés peu accueillantes ? La posture du chercheur créant les conditions d’énonciation des récits a été interrogée afin de discuter des processus d’autonomisation du sujet dans des contextes parfois asymétriques (situations d’entretien ou de co-écriture). L’acte d’écriture traduit ainsi parfois des trajectoires d’émancipation ou une recherche personnelle de recomposition et d’unification de l’expérience. Le dialogue entre récits artistiques au sens large et universitaires s’est poursuivi dans les moments informels grâce à une exposition aux langages picturaux divers mais centrée sur le même sujet.

  • 3 Philippe Ripoll, Prendre langue avec la vôtre, Paris, L’Harmattan, 2011.

9La notion de publication a posé la question du choix de la langue d’écriture et des effets de la réception sur les productions ultérieures. Philippe Ripoll et une comédienne du Théâtre Gérard Philippe ont proposé une lecture d’extraits de l’ouvrage Théâtres intermédiaires I, Prendre langue avec la vôtre3, qui faisait écho à différentes expérimentations relatées en ateliers.

10Les écrits produits dans des cadres professionnels variés ont également été abordés élargissant la problématique d’écriture à celle de la personne écrivante, de son histoire et non pas uniquement au contexte d’émergence scriptural. De même, l’apprentissage du code dans le contexte scolaire ou de formation plus large ne peut faire l’impasse sur l’expérience du sujet apprenant, s’il existe le souhait d’une appropriation intime et durable.

11Parallèlement, la question du genre et l’importance des écritures « féminines » dans les écritures en migration a été questionnée au regard des inégalités et des formes de domination que traduisent les écrits convoqués (carnet intime, autobiographie, correspondance, récit de vie au cours d’entretien, etc.).

12La question des traces a enfin été posée avec des éclairages à la fois historiques, artistiques et littéraires interrogeant ce que ces va-et-vient vécus ou imaginés entre un ici et un ailleurs ont de viscéraux et de féconds. Dé-construire, retracer et transmettre des expériences vécues, des sensations et des saveurs. Pour qui et pourquoi ? Pour soi-même, pour « donner du sens à ce qui nous est donné de vivre » (S. Morais), pour « bâtir des passerelles entre deux langues et plusieurs époques » (E. Ceide), mais aussi donner à comprendre. Ainsi E. Maczka propose d’investir l’écriture en contexte d’exil comme un « lieu » pour sonder l’espace social. Catherine Quiminal a clôturé les échanges en développant trois dimensions des écritures en migrations qui en font des traces spécifiques : la portée de témoignage (mettre des mots sur des expériences traversées par des souffrances), le caractère adressé des récits (que dire pour qui ? Qu’est-ce qu’écrire en pays dominé ?), et enfin les processus de reconstruction de la mémoire et de l’histoire.

13L’un des points forts de ces deux journées a peut-être résidé dans le caractère pluridisciplinaire des échanges et dans les formes multiples qu’a pu revêtir le questionnement commun. L’approche universitaire a été mise en regard avec des pratiques variées des champs associatifs et artistiques. Les échanges paraissent avoir été féconds, aussi bien dans la qualité des débats formels que dans la richesse des moments informels conçus comme autant d’espaces en résonances et de passerelles (librairie, exposition, mur de dazibao, courrier, spectacles etc.). Nous espérons que les publications en cours de préparation pourront rendre compte au mieux des multiples débats qui nous ont passionnés. Dans le prolongement de nos échanges et pour garder des liens entre les participants venus de différents horizons, le site Internet du colloque continue à être alimenté par l’association « Écritures, Espaces, Migrations », qui relaie et diffuse sur ce que les écritures en migrations peuvent continuer à nous apprendre.
(https://sites.google.com/​site/​ecrituresenmigrations/​).

Haut de page

Notes

1 Pour consulter les programmes : https://sites.google.com/site/ecrituresenmigrations/home/argument/programme

2 Le cadratin est l’unité mesurant l’espace entre les signes typographiques.

3 Philippe Ripoll, Prendre langue avec la vôtre, Paris, L’Harmattan, 2011.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Henri Bokilo-Boursier, Delphine Leroy, Marie Leroy et Amandine Spire, « Chronique d’un colloque : « Écritures en Migration(s). Histoires d’écrits, histoires d’exil » », Diasporas, 22 | 2013, 210-214.

Référence électronique

Henri Bokilo-Boursier, Delphine Leroy, Marie Leroy et Amandine Spire, « Chronique d’un colloque : « Écritures en Migration(s). Histoires d’écrits, histoires d’exil » », Diasporas [En ligne], 22 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 30 avril 2017. URL : http://diasporas.revues.org/236 ; DOI : 10.4000/diasporas.236

Haut de page

Auteurs

Henri Bokilo-Boursier

Artiste, militant associatif, syndicaliste

Delphine Leroy

Univ. Paris 8 : EXPERICE et EHSS : Anthropologie de l’écriture

Articles du même auteur

Marie Leroy

Univ. F.-Rabelais, Tours, Goethe-Universität Frankfurt am Main, EURAC Bolzano

Amandine Spire

Univ. Paris-Diderot : SEDET

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org