Navigation – Plan du site
Itinéraires singuliers

Le trésor d’une nomade. Luise Straus-Ernst : le récit de vie d’une Allemande réfugiée en France

The Treasures of a Nomad. Luise Straus-Ernst and the life story of a German refugee in France
Mechthild Gilzmer
p. 117-126

Résumés

Dans ma contribution je me propose de présenter et d’analyser le récit de vie de Luise Straus-Ernst, historienne d’art, première femme du peintre Max Ernst, née à Cologne en 1893 et morte en déportation à Auschwitz en 1944. Sa rétrospection, Les Trésors d’une nomade, écrite à Manosque où Luise Straus-Ernst avait trouvé refuge grâce à l’écrivain Jean Giono, est l’occasion d’une prise de conscience et d’une réflexion profonde d’une femme peu ordinaire face à une situation extrême. Elle permet de reconstituer les étapes de la vie et de l’exil de cette intellectuelle en France et d’analyser le regard qu’elle porte sur son propre passé et sur l’expérience de l’exil au féminin.

Haut de page

Texte intégral

1Entre 1933 et 1939 environ un demi-million d’Allemands ont quitté leur pays et certains d’entre eux ont trouvé refuge en France. Parmi ces réfugiés, il y avait une proportion non négligeable de femmes. La situation extrême que constitue l’exil a provoqué chez certaines le désir d’en parler, d’en faire un récit. Les récits de ces femmes témoignent de la volonté de situer leur propre vie dans le contexte historique et de lui donner un sens. C’est dans une situation extrême de persécution, de lutte pour la survie dans un contexte hostile que naît ce désir de se représenter les conditions et le déroulement de sa propre vie : les origines qui l’ont façonnée ainsi que les rencontres, désirs et contraintes qui l’ont marquée.

2Ainsi Luise Straus-Ernst, première femme du peintre Max Ernst, née à Cologne en 1893 et morte en déportation à Auschwitz en 1944 se met à rédiger ses mémoires. Exilée en France depuis 1933, elle a été internée à Gurs en 1940 en tant que ressortissante allemande. Relâchée depuis, elle vit en sursis à Manosque jusqu’au moment de son arrestation en 1943. Son manuscrit a été sauvé par une amie et transmis après la guerre à son fils Jimmy Ernst qui avait réussi à émigrer à temps aux États-Unis. Ce n’est qu’en 1999 que le manuscrit a été publié en Allemagne grâce à l’initiative d’un collaborateur du musée Sprengel de Hanovre. Cette publication permet de découvrir une femme peu ordinaire confrontée à une situation extrême. Son parcours et son destin incitent à considérer Luise Straus-Ernst comme le symbole de toute une génération de femmes juives allemandes, cultivées et émancipées, victimes de la politique de persécution antisémite allemande.

Luise Straus-Ernst : « Femme Nouvelle » de la République de Weimar

« Mère et fils », 1928, photographie : August Sander.

« Mère et fils », 1928, photographie : August Sander.
  • 1 Voir à propos de l’histoire spécifique des femmes juives et leur émancipation en Allemagne Kirsten (...)

3Cette photo intitulée « Mère et fils », datée de 1928, montre l’historienne de l’art et journaliste Luise Straus-Ernst, accompagnée de son fils Jimmy. Il s’agit d’un portrait de famille bien particulier. On aperçoit une femme élégamment vêtue qui, pour cette occasion exceptionnelle, s’est manifestement parée de ses plus beaux habits. Le collier en coquillage autour du cou et la broche en fleurs sur le décolleté de Luise Straus-Ernst soulignent son sens de l’esthétique et lui donnent une expression pleine d’assurance. Le regard que porte la jeune femme sur l’appareil photo est fier. Sa pose reflète l’indépendance acquise après sa séparation d’avec le peintre Max Ernst. Le célèbre photographe August Sander nous montre ici un prototype. Grâce à cette prise, il a en effet réussi à capter et représenter une réalité sociale spécifique de son époque. Luise Straus-Ernst représente le modèle de la « femme nouvelle », apparue avec la République de Weimar, à la suite du droit de vote des femmes, de leur activité professionnelle croissante, de leur accès récent aux universités et notamment à force de revendications du premier mouvement féministe1. Cette photographie vaut pour toute une génération de femmes, qui – portées par l’ambiance de l’époque de Weimar et imprégnées de pensées antibourgeoises, révolutionnaires – revendiquaient l’épanouissement personnel en tant qu’intellectuelles, artistes, politiciennes ou scientifiques.

  • 2 Ursula Hudson-Wiedenmann/Beate Schmeichel-Falkenberg (ed.), Grenzen Überschreiten. Frauen, Kunst un (...)
  • 3 Voir à ce propos Harriet Pass Freidenreich, Educated, Jewish and Female. Central European Universit (...)

4Ce sont précisément les « nouvelles femmes », les politiciennes, artistes ou journalistes de l’époque de la République de Weimar, qui furent chassées hors du pays par les nationaux-socialistes. Les acquis et compétences de ces femmes, leur perception d’elles-mêmes en tant que femmes actives et créatrices se sont plus ou moins évaporés sur les chemins sinueux de l’exil2. Pire encore : les traces de ces femmes se perdirent fréquemment dans les camps d’extermination nazis. Les plus chanceuses purent encore échapper aux nazis en quittant l’Allemagne à temps. Quelques-unes trouvèrent refuge en terre d’accueil française et reçurent une reconnaissance méritée et un périmètre d’action à la hauteur de leur capacité : par exemple la photographe Gisèle Freund ou la filmologue Lotte Eisner, qui mit en place la Cinémathèque de Paris avec Henri Langlois. Elles font cependant exception. Pour la majorité des artistes femmes ayant commencé une carrière prometteuse en tant que danseuse, écrivaine ou photographe dans les années 20, l’exil signifiait la fin de leur parcours professionnel. Beaucoup d’entre elles furent assassinées par les nationaux-socialistes – comme c’est le cas de Luise Straus-Ernst. Souvent leur travail est tombé dans l’oubli ou a disparu. Qui aujourd’hui – à part quelques initiés – connaît encore les noms et les travaux de femmes photographes des années 1920 et 1930 qui vécurent et travaillèrent un certain temps en France : Marianne Breslauer, Ilse Bing, Annelise Kretschmer, Germaine Krull ? Qui connaît encore les femmes du Bauhaus de Dessau qui faisaient des expériences dans divers domaines artistiques, comme Lucia Moholy, Gertrud Arndt, Gunta Stölz et bien d’autres encore ? L’apport spécifique de ces pionnières à la modernité, au développement des formes classiques dans les arts et de la formation théorique est tombé dans l’oubli. La transmission des expériences et connaissances de ces femmes aux générations suivantes a été interrompue. Une des conditions du développement d’une vie autonome et indépendante relève d’une bonne éducation3. C’est un privilège dont jouissent plus particulièrement des jeunes femmes issues de familles juives bourgeoises, qui pouvaient leur offrir le cadre financier. Cela vaut également pour Luise Straus-Ernst.

5Les écrits de Luise Straus-Ernst prouvent ses ambitions et ses qualités d’auteur. Dans son dernier roman, resté inédit comme la plupart des autres textes, Luise Straus-Ernst invente une habitation exclusivement pour femmes, imaginant jusqu’au bout de son texte le modèle de la « femme nouvelle » telle qu’elle a émergé avec la République de Weimar. Même si la qualité littéraire de ses essais n’est pas toujours très convaincante, ils constituent malgré tout un témoignage intéressant de l’envergure intellectuelle de l’auteure.

6Luise Amelie Straus naquit le 2 décembre 1893 à Cologne, fille du couple juif formé par Jakob et Charlotte Straus. Son père était copropriétaire de Löwenstern, usine de chapeaux et commerce grossiste dans le secteur des biens de mode. En 1912, elle commença ses études d’histoire de l’art, d’archéologie et d’histoire à Cologne et les termina à Bonn et Berlin. En 1917, elle passa sa thèse de doctorat avec Paul Clemen à Bonn sur le thème « De l’évolution du style graphique dans l’Orfèvrerie de Cologne du XIIsiècle ». Ainsi, Luise Straus-Ernst fit partie de la toute première génération de femmes ayant étudié et passé un doctorat.

7En 1913, Max Ernst et Luise Straus firent connaissance à l’université de Bonn durant leurs études communes d’histoire de l’art. Le fait que Luise Straus-Ernst tombe amoureuse d’un rejeton d’une famille catholique provoqua un scandale peu orthodoxe dans la famille juive. Pour éviter toute vie en concubinage, les parents exigèrent une légitimation rapide de leur liaison. C’est ainsi qu’ils se marièrent le 7 octobre 1918.

  • 4 Ulrich Krempel, « Lou Straus-Ernst : Une vie, révisée », in Ulrich Krempel (éd.), Nomadengut, Hanov (...)

8Luise Straus-Ernst travailla dans un premier temps comme employée au Musée Wallraf-Richartz, organisant entre autre une exposition sur « Les représentations de la guerre dans l’art graphique » ; elle décida toutefois dès 1919 de vivre exclusivement de son travail scientifique et littéraire. Dans son premier texte journalistique « Albrecht Dürer et le nouvel art », elle prit position de manière explicite pour l’art contemporain. Accompagnée de Max Ernst, elle participa activement à la « Société pour les Arts », favorable à « la libération artistique de toute tutelle par l’État, la municipalité et le Parti4 ». Elle contribua activement à la formation du Dadaïsme, à l’évolution artistique de son mari de l’Expressionnisme au Dadaïsme et joua un rôle primordial au sein du groupe dadaïste de Cologne. Johannes Theodor Baargeld, un des comilitants, lui écrivit un hommage du nom de « Armada von Duldgedalzen ». Max Ernst la nommait également « Rosa Bonheur de DaDa ».

9Le 24 juin 1920, leur fils Hans-Ulrich Ernst, surnommé Jimmy, vint au monde. En 1922, Max Ernst rompit avec elle et en 1926, ils étaient divorcés. Max Ernst partit pour Paris où il vivait en ménage à trois avec Gala et Paul Eluard.

10À partir de ce moment, Luise Straus-Ernst prit sa vie en main de manière indépendante : elle travailla comme secrétaire, mais aussi critique pour des magazines et journaux d’art renommés, donna des cours dans les musées, proposa des visites historiques, écrivit des comptes rendus de lecture. Grâce à la réussite d’une exposition sur l’art est-asiatique dans l’Association d’amateurs d’art « Kunstverein » de Cologne, elle connut un certain succès professionnel. Elle utilisa méthodiquement sa réputation grandissante afin de consolider sa renommée de critique artistique. Sa position en tant que femme sur la scène artistique, toujours autant dominée par les hommes, poussa Luise Straus-Ernst à consacrer une attention particulière aux femmes artistes à Cologne.

  • 5 Luise Straus-Ernst, Nomadengut, op. cit., 127.
  • 6 Ibid., p. 89.

11Peu avant la prise de pouvoir des nazis, dans la certitude de devoir quitter l’Allemagne et d’abandonner bientôt cette vie, elle portait un regard très positif sur cette période : « Il s’agit des dix dernières années de ma si belle vie, cette vie indépendante remplie de travail et de succès, passionnément et consciemment acquise, auxquelles […] je fais mes adieux5 ». Son refus d’écouter le conseil de Max Ernst lors de leur séparation faisait également partie de cette vie. Il avait tenté de la consoler avec les paroles suivantes : « Tu sais, dit-il, finalement tu n’as plus besoin d’homme désormais. Tu as 23 (sic !) ans, tu connais l’amour, tu as un fils… Que veux-tu de plus ? Tu vivras très heureuse avec cet enfant6 ».

  • 7 Ibid., p. 62.
  • 8 Ibid.
  • 9 Ibid., p. 84.

12Mais une telle perspective ne correspondait en aucun cas à ses propres conceptions ; au lieu de cela, elle pratiquait de toute évidence une vie affective libre. Elle vécut et développa des relations peu conventionnelles et elle exigeait et réclamait le droit à l’épanouissement sexuel pour les femmes. À la suite d’une conversation entre femmes quelques années plus tard, elle parvint à la conclusion suivante : « Ce qu’elles attendent de l’amour, elles ne l’avaient justement pas trouvé chez l’homme avec qui elles vivaient7 ». Ces femmes avaient accepté les véritables scandales de l’existence bourgeoise : « Elles s’étaient adaptées à l’homme, satisfaites de vivre selon ses désirs, renonçant de leur plein gré à l’évolution de leur propre personne8. » Un tel renoncement était impensable pour Luise Straus-Ernst. Autocritique, elle considérait d’ailleurs sa propre suradaptation comme un motif de l’échec de son mariage avec Max Ernst : « Je coupai le contact avec des amies que Martin (Max) n’aimait pas. Je ne touchai plus à mon violon. Je ne lus plus que des livres qu’il adorait. Tel un adversaire enjoué, j’étais devenue une copie diminuée de sa propre personne. Je voulais lui être redevable pour tout, n’être rien sans lui, et au lieu d’etre plus près de lui, je l’éloignai de moi9. »

13Après l’incendie du Reichstag, la persécution d’intellectuels politiques et d’autres opposants grandit à Cologne. Au début du mois de mars 1933 à trois heures du matin, des SS apparurent dans l’appartement de Luise Straus-Ernst. À la suite de cet incident, elle prépara son départ de Cologne et quitta la ville pour toujours en mai 1933 en direction de Paris.

Des femmes allemandes en exil en France

  • 10 Aurélie Audeval, Les exilées allemandes et autrichiennes en France. 1933-1945. Mémoire de DEA, prés (...)

14Comme l’écrit à juste titre Aurélie Audeval dans son travail sur les femmes allemandes et autrichiennes en exil en France, le genre fut longtemps ignoré dans les recherches sur l’exil : « En fait, les livres sur l’exil germanophone, ne semblent parler spécifiquement ni des hommes ni des femmes10 ». Les travaux sur l’exil se voulaient certes neutres, mais en réalité, il y était majoritairement question d’hommes, dont l’expérience était considérée comme universelle. Cependant, les exilés étaient loin de constituer un groupe unitaire, homogène. Ils se différenciaient selon leur âge, leur confession, leur position politique, leur classe, leur pays d’origine, etc. Heike Klapdor est l’une des premières à avoir signalé cette indifférence à l’appartenance sexuelle dans les recherches sur l’exil :

  • 11 Heike Klapdor, « Stratégie de survie ou projet de vie ? Les femmes dans l’émigration » in « Frauen (...)

« La recherche parle plus communément des « émigrés ». Elle s’interroge sur ce qui différencie les membres du SPD de ceux du KPD dans l’exil, les écrivains de gauche démunis des conseillers de commerce juifs expropriés, le travailleur politiquement organisé de l’universitaire humaniste, et elle s’interroge depuis quelque temps sur les effets de l’exil sur les plus jeunes générations, sur les enfants. Mais elle n’inclut pas la femme comme sujet de l’émigration et elle ne considère pas la différence sexuelle comme catégorie sociale11. »

  • 12 Linda Guerry, « Femmes et genre dans l’histoire de l’immigration. Naissance et cheminement d’un suj (...)

15Comme le montre Linda Guerry de manière convaincante dans un bilan critique, ce n’est que depuis peu que les historiens de l’immigration s’intéressent à la relation entre femmes et genre12.

  • 13 Gilbert Badia (dir.), Les barbelés de l’exil. Études sur l’émigration allemande et autrichienne (19 (...)
  • 14 Julia Franke, Paris – eine neue Heimat ? Jüdische Emigranten aus Deutschland 1933-1939, Berlin, Dun (...)
  • 15 Cité d’après Heike Klapdor, « Stratégie de survie », Exilforschung, ibid, p. 14.

16Jusqu’à présent, nous ne disposons pas de chiffres fiables indiquant le nombre exact de femmes émigrées, en comparaison avec celui des hommes. Gilbert Badia, un des premiers à avoir travaillé sur le sujet estime le nombre d’émigrés allemands en France à environ 35 000 au total13. D’autres arrivent à des résultats semblables ; il faut toutefois rester critique face à ces chiffres, puisqu’ils viennent de statistiques officielles. En effet, beaucoup d’émigrés vécurent dans l’illégalité et c’est la raison pour laquelle ils n’apparaissent dans aucune donnée statistique. Il est ainsi impossible de déterminer définitivement leur nombre. Il ne faut pas oublier non plus que, d’après des statistiques officielles, la moitié des Allemands vivant en France, étaient non pas des réfugiés, mais plutôt des partisans du troisième Reich. Gilbert Badia estime à 20 % le nombre de femmes parmi les exilés germanophones. Dans une étude plus récente analysant l’exil des femmes germanophones juives, l’auteur arrive cependant à la conclusion que la part des femmes dans l’émigration a toujours été sous-estimée et corrige les chiffres évoqués précédemment14. Lors d’un exposé tenu en 1938 en Amérique sur le thème « Business and professional women in exile », et qui traite justement de la politique d’émigration, Erika Mann estime qu’il y aurait un taux de femmes supérieur à la moyenne parmi les réfugiés15.

  • 16 Cette image se retrouve par exemple dans différentes contributions des actes d’un colloque édité pa (...)

17Les premiers travaux sur l’exil soulignent la meilleure intégration des femmes en exil, tandis que les hommes auraient plus de mal à gérer la vie quotidienne. Pour expliquer cette tendance, on renvoie souvent à la grande capacité d’adaptation des femmes, vue et perçue comme innée et non pas comme résultat de rôles et d’attribution sexuels16. En effet, les émigrées ont dû accepter toutes sortes de travaux et elles ont très souvent gagné de l’argent en tant que fille au-pair, serveuse, femme de ménage et aide-ménagère. De tels emplois dans des foyers privés correspondaient à la répartition classique des rôles au sein de la famille traditionnelle. Dans son célèbre roman Transit, l’auteur Anna Seghers, elle-même également exilée en France, décrit ce comportement typique relevant des rôles des sexes comme un instinct archaïque :

  • 17 Ibid., p. 14.

« La femme qui a passé la frontière, qui arrive un soir à la Gare de l’Est, complètement éveillée, pas seulement par tension, par épuisement – ce qui est éveillé en elle, c’est la force qui a peut-être été enfouie sa vie entière, et peut-être même des siècles, car personne n’avait besoin d’elle. Désormais, elle est à nouveau la femme des campagnes de guerre, des bannissements, des grandes invasions… Dans cette gare inconnue et sauvage, confrontée à une langue étrangère, elle tient à bout de bras bagage et enfants, elle examine avec méfiance la chambre, dont l’homme dit qu’elle est provisoire. Elle ouvre la fenêtre. Dans sa main, elle a la trousse à couture et elle coud rapidement un bouton bien fermement. Elle flaire le linge de lit. L’homme se met à râler, bien qu’il soit soudainement soulagé. L’instant le plus affreux de la vie commune est à apprivoiser. Si cette force quitte la femme, alors ce sera plus dur pour la famille. Peu importe s’il s’agit de la famille d’un métallurgiste bolchevique ou d’un tailleur juif17. »

18Une force pour ainsi dire immanente au sexe féminin semble s’accomplir sous le signe d’une crise existentielle pour Anna Seghers. Pour Heike Klapdor cette image développée par Anna Seghers et d’autres, témoigne du pouvoir de suggestion, qui alimente à jamais la force de survie spécifique évoquée et attribuée aux femmes.

Luise Strauss-Ernst : de l’exil à la déportation

19Luise Straus-Ernst dut s’adapter à la situation et trouver un nouveau domaine d’activités. Elle réussit à donner des cours de langue et à publier, de 1933 à 1938, de nombreux textes dans la presse d’exil parisienne en langue allemande. Dès décembre 1933, elle rédigea un premier article dans le Pariser Tagesblatt, journal d’émigrants parisien, au sujet de la situation spécifique des émigrantes. Elle écrivit, sous le titre : « La femme doit aussi s’adapter. Nouveaux destins et nouveaux métiers », ce qui suit :

  • 18 Luise Straus-Ernst signait ses articles sous différents noms. Cet article est paru dans le Pariser (...)

« L’énorme capacité d’adaptation de la femme lui procure, tout de même, des avantages vis-à-vis de l’homme qui, lui, a un métier souvent très spécialisé. Les capacités innées de la femme peuvent être fréquemment exploitées. Tout d’abord, elles peuvent, peut-être, coudre, rapiécer, laver, repasser, et cela pourrait mener, peut-être plus tard, seulement par un cercle de chanceuses, à l’ouverture d’une petite affaire : les cours de langues, les traductions, les travaux à la machine à écrire sont souvent demandés et sont, même si ce n’est pas brillant, quand même suffisamment payés. Et puis, il y a aussi les nombreuses offres concernant les travaux ménagers et la garde d’enfants où la demande reste forte. Il s’agit en cela, pour la plupart, d’emplois au-pair, certainement pas ce à quoi une femme, qui avait un emploi, auparavant, bien rémunéré, s’attendait. Malgré cela, c’était une solution que beaucoup choisissaient, au moins pour cette période de transition. Cela dépendait aussi des ambitions de chacune, qui devait évidemment repousser pour un temps la réalisation de celles-ci mais sans pour autant perdre espoir.18 »

  • 19 Lou Ernst, « Zauberkreis Paris », Pariser Tageblatt n° 384-421 du 31.12.1934- 6.2.1935
  • 20 On trouvera d’autres exemples dans un article de Gabriele Mittag sur l’écriture autobiographique de (...)

20Dans son roman-feuilleton Zauberkreis Paris19 paru dans la presse d’exil allemande vers 1934/1935, Luise Straus-Ernst (qui, entre temps, a francisé son prénom en Louise) met en scène une femme d’une banalité déconcertante et stéréotypée. Au cœur du roman se trouve l’histoire d’un ménage à trois ; l’homme doit faire un choix entre deux femmes. L’auteure a manifestement repris l’histoire de sa propre vie pour en faire une fiction : son mariage a échoué à cause de la relation entre Max Ernst et Gala Eluard. La trivialité qui est le propre du genre (roman-feuilleton) est encore renforcée par le dessin en noir et blanc des deux protagonistes Ulla et Borja, que tout oppose. Il est frappant de constater que Luise Straus-Ernst reproduit dans son roman des clichés par rapport à la place de la femme dans le couple et dans la société. Pour le comprendre, il faut souligner que non seulement l’exil lui-même pouvait provoquer un retour à des comportements traditionnels, mais que sa transcription dans la littérature est également marquée par des modèles stéréotypés et spécifiques du sexe. Le fait que les expressions artistiques des femmes contiennent des éléments de régression est dû à l’ambivalence dans laquelle elles se trouvaient à cause de la situation difficile de l’exil20. La séparation d’avec Max Ernst, douloureuse, offrait paradoxalement à Luise Straus-Ernst la chance de s’épanouir personnellement. Mais de la même manière, la situation menaçante de l’exil pouvait provoquer, à l’inverse, le retour à d’anciens modèles de comportements que l’on croyait dépassés.

  • 21 Luise Straus-Ernst, Nomadengut, op. cit., p. 144.
  • 22 Ibid., p. 145.

21Dans son autobiographie Nomadengut, Luise Straus-Ernst aborde en détail les conséquences de l’émigration : les problèmes matériels concrets, le sentiment d’être étrangère dans une ville qu’elle avait perçue jadis comme fascinante et attrayante. Mais « Paris était devenu une ville triste21 ». Elle qui, auparavant, ne perdait jamais courage même dans les situations les plus difficiles, était d’humeur dépressive. Elle se demandait : « Où est donc passée mon énergie d’antan, mon allant qui, pour la première fois, me laissait tomber. Peut-être que la perte de contrôle sur mon travail, ma belle vie ainsi que la séparation d’avec Jimmy et l’immigration m’avaient, quand même, provoqué un plus grand choc que je ne voulais moi-même admettre.22 »

  • 23 Ibid., p. 149.

22Elle réussit, d’abord, peu à peu, à prendre ses marques dans la nouvelle situation. Elle dut accepter des activités professionnelles qui ne correspondaient absolument pas à ses qualifications et à ses aspirations intellectuelles : « J’écrivais des pages culturelles, des articles sur les femmes ou la mode et des sortes de récits courts et pertinents qui avaient beaucoup de succès dans de bons journaux suisses. Ce travail ne m’intéressait que très peu comparé à mon activité professionnelle passée bien plus foisonnante mais il me procurait les moyens nécessaires à une existence modeste23 ».

23En 1940, Luise Straus-Ernst fut internée pendant quelques mois au camp de Gurs, dans les Pyrénées. Comme plusieurs tentatives pour émigrer aux Etats-Unis avaient échoué, Luise Straus-Ernst se rendit ensuite, seule, à Manosque où elle trouva refuge chez son ami écrivain, Jean Giono. C’est là-bas que, dans les années 1941-42 et dans une solitude relative, naissent ses notes autobiographiques, Nomadengut. Luise Straus-Ernst écrit dans une situation peu ordinaire marquée par son expérience de l’internement et le risque imminent de la déportation. Au cours de l’année 1943, elle fut en effet transférée à Paris dans le camp d’internement de Drancy, puis déportée le 30 juin 1944 à Auschwitz où elle fut assassinée.

  • 24 Ibid., p. 208.
  • 25 Ibid., p. 209.

24En raison de ce contexte, son récit prend la forme d’un testament ; il contient les réflexions d’une personne qui rend des comptes au sujet de sa propre vie. Luise Straus-Ernst passe son existence en revue comme si elle savait qu’il ne lui reste que très peu de temps à vivre. Elle donne au lecteur l’image d’une personnalité forte qui parcourt le monde avec une curiosité inépuisable et une grande ouverture d’esprit. Dans les dernières pages de ses notes, elle raconte une histoire qui peut être lue comme symptomatique de sa conception de la vie. Elle y décrit une promenade qu’elle entreprit dans les premiers temps de son séjour à Manosque, afin de découvrir la région et de voir « ce qu’il y avait de l’autre côté des montagnes ». Les habitants de la petite ville ne comprirent pas son souhait de grimper sur les hauteurs du col par un vent glacial mais, écrit Luise Straus-Ernst, « je les laissai parler et luttai courageusement contre le mistral piquant et le gravier pointu sous mes pieds24 ». Lorsqu’elle atteignit finalement le but de son excursion, elle fut récompensée de ses efforts par la beauté et l’étendue du paysage qui se trouvait à ses pieds : « Lentement escalader la crête, entre les petits buissons qui flamboyaient de leurs couleurs d’automne, la vue sur ce paysage ensorcelé, cela allait bien au-delà de tous les soucis et incertitudes du quotidien, c’était le vrai bonheur25. » Pour Luise Straus-Ernst, sa façon de voir la vie s’exprime à travers cette expérience, sa soif de vivre et sa volonté constante d’un nouveau départ :

  • 26 Ibid., p. 210.

« Mais il me semblerait que cette expérience vécue ait une signification plus profonde qu’une simple promenade. Pourquoi chaque départ me procure tout de même à nouveau du suspense, de nouvelles promesses malgré la séparation d’un environnement devenu agréable, malgré les adieux avec les amis fraîchement connus ? Puisque j’ai toujours voulu savoir ce qu’il y avait de l’autre côté des montagnes, où je me démène depuis des années, souvent repoussée mais jamais découragée. Je porte juste quelque chose dans mes bagages qui me donne des ailes et me fait constamment avancer, pleine d’espoir, vers la nouveauté : l’envie d’aventure et la curiosité perpétuelle, un Nomadengut inépuisable et délicieux26. »

Haut de page

Notes

1 Voir à propos de l’histoire spécifique des femmes juives et leur émancipation en Allemagne Kirsten Heinsohn/Stefanie Schüler-Springorum (ed.), Deutsch- jüdische Geschichte als Geschlechtergeschichte. Studien zum 19. und 20. Jahrhundert, Göttingen, Wallstein, 2006.

2 Ursula Hudson-Wiedenmann/Beate Schmeichel-Falkenberg (ed.), Grenzen Überschreiten. Frauen, Kunst und Exil, Würzburg, Königshausen und Neumann Verlag, 2005.

3 Voir à ce propos Harriet Pass Freidenreich, Educated, Jewish and Female. Central European University Women in the Early Twentieth Century, Bloomington, Indiana University Press, 2002.

4 Ulrich Krempel, « Lou Straus-Ernst : Une vie, révisée », in Ulrich Krempel (éd.), Nomadengut, Hanovre, Sprengel Museum, 1999, p. 211.

5 Luise Straus-Ernst, Nomadengut, op. cit., 127.

6 Ibid., p. 89.

7 Ibid., p. 62.

8 Ibid.

9 Ibid., p. 84.

10 Aurélie Audeval, Les exilées allemandes et autrichiennes en France. 1933-1945. Mémoire de DEA, présenté à l’Université Paris VII, Denis Diderot, Septembre 2002, p. 25.

11 Heike Klapdor, « Stratégie de survie ou projet de vie ? Les femmes dans l’émigration » in « Frauen und Exil. Zwischen Anpassung und Selbstbehauptung », Exilforschung. Ein internationales Jahrbuch 11, München, 1993, p. 13.

12 Linda Guerry, « Femmes et genre dans l’histoire de l’immigration. Naissance et cheminement d’un sujet de recherche », Genre et Histoire, 2009, n° 5, http://genrehistoire.revues.org/808

13 Gilbert Badia (dir.), Les barbelés de l’exil. Études sur l’émigration allemande et autrichienne (1938-1940), Grenoble, Presses Universitaires de Grenoble, 1979, p. 21.

14 Julia Franke, Paris – eine neue Heimat ? Jüdische Emigranten aus Deutschland 1933-1939, Berlin, Duncker & Humblot, 2000. Elle arrive à la conclusion selon laquelle le rapport quantitatif entre exilés femmes et hommes s’élève non pas à 20 pour 80, mais plutôt à 40 pour 60.

15 Cité d’après Heike Klapdor, « Stratégie de survie », Exilforschung, ibid, p. 14.

16 Cette image se retrouve par exemple dans différentes contributions des actes d’un colloque édité par Guy Stern et Brigitte V. Sumann en 1991 sous le titre Women in the Emigration after 1933, Washington D.C.

17 Ibid., p. 14.

18 Luise Straus-Ernst signait ses articles sous différents noms. Cet article est paru dans le Pariser Tagesblatt n°7 du 18.12.1933 sous le pseudonyme de Louise Amelie.

19 Lou Ernst, « Zauberkreis Paris », Pariser Tageblatt n° 384-421 du 31.12.1934- 6.2.1935

20 On trouvera d’autres exemples dans un article de Gabriele Mittag sur l’écriture autobiographique de femmes juives allemandes : « Erinnern, Schreiben, Überliefern. Über autobiographisches Schreiben deutscher und deutsch-jüdischer Frauen », in « Frauen und Exil. Zwischen Anpassung und Selbstbehauptung », Exilforschung…, op. cit., 1993.

21 Luise Straus-Ernst, Nomadengut, op. cit., p. 144.

22 Ibid., p. 145.

23 Ibid., p. 149.

24 Ibid., p. 208.

25 Ibid., p. 209.

26 Ibid., p. 210.

Haut de page

Table des illustrations

Titre « Mère et fils », 1928, photographie : August Sander.
URL http://diasporas.revues.org/docannexe/image/223/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 910k
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mechthild Gilzmer, « Le trésor d’une nomade. Luise Straus-Ernst : le récit de vie d’une Allemande réfugiée en France », Diasporas, 22 | 2013, 117-126.

Référence électronique

Mechthild Gilzmer, « Le trésor d’une nomade. Luise Straus-Ernst : le récit de vie d’une Allemande réfugiée en France », Diasporas [En ligne], 22 | 2013, mis en ligne le 01 septembre 2013, consulté le 20 octobre 2017. URL : http://diasporas.revues.org/223 ; DOI : 10.4000/diasporas.223

Haut de page

Auteur

Mechthild Gilzmer

Mechthild Gilzmer a enseigné la Littérature et la Civilisation Française et Francophone à l’Université Technique de Berlin entre 2004 à 2012. Ses recherches ont porté sur l’histoire de l’internement des femmes en France entre 1939 et 1944, sur la mémoire de la Deuxième guerre mondiale en France et, plus récemment, sur la littérature et le cinéma francophone maghrébin, en particulier sur la diaspora sépharade au Québec. Depuis septembre 2012, elle enseigne la littérature et la civilisation française au sein du département de français de l’Université de la Sarre. Elle a notamment publié Mémoires de pierres. Les monuments commémoratifs en France depuis 1944, Paris, Éditions Autrement, 2009 ; Les Femmes dans la Résistance en France, (Avec Christine Lévisse-Touzé et Stefan Martens), Paris, Tallandier, 2003 et Camps de femmes : Rieucros et Brens 1939-1944, Paris, Éditions Autrement, 2000.

Haut de page

Droits d’auteur

Licence Creative Commons
Diasporas – Circulations, migrations, histoire est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas d'Utilisation Commerciale - Pas de Modification 4.0 International.

Haut de page
  • Logo Presses universitaires du Midi
  • Logo Framespa
  • Revues.org